Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 08:55
photo Guillaume Belan

photo Guillaume Belan

 

December 9, 2015 By Pierre Tran – Defense News

 

PARIS — Philippe Burtin will step down as chairman of French land weapons company Nexter Systems when the cross-border KANT joint venture with Krauss-Maffei Wegmann is formally created in the next few days, holding company Giat Industries announced.

 

“On closing day, Mr Philippe Burtin will surrender his group mandates to the board, including that of Nexter Systems,” the state-owned holding company said in a Tuesday

 

The successor chairman expected to be named is Stéphane Mayer, chief executive of Daher, a privately owned company that builds the TBM training aircraft, an executive said.

 

“During the meeting of the board of directors of Giat Industries, the decision was made to change the governance of the companies of the group in order to adapt it to its new configuration within the KANT project framework,” Giat said.

 

KANT, which stands for KMW And Nexter Together, is the project name for the new company, which will be 50:50 held by Nexter and KMW.

 

The creation of the French-German joint venture relied much on work by the Agence des Participations, the state agency that holds the public ownership in Nexter, said Jean-Pierre Maulny, deputy director of think tank Institut des Relations Internationales et Stratégiques.

 

The joint venture will have combined annual sales of almost €2 billion (US $2.2 billion), and is seen as marking a step toward European industrial consolidation.

 

One of the key issues in the creation of KANT has been German political sensitivity over arms exports.

 

France and Germany said in a joint Wednesday statement on the “strategic cooperation” behind KANT: “Concerning decisions relating to the future of the supply chain and key technology for the joint venture, France and Germany will hold timely consultation with a view to reaching consensus.

 

“In order to increase the economic efficiency of the joint venture, we will examine the possibilities for improving the framework of conditions and instruments which strengthen competitiveness in the international market.”

 

Giat, with the Wegmann family holding company, will hold 50 percent of the capital of the new company, which controls 100 percent of the capital of Nexter Systems and KMW. The closing of the deal is expected in the next few days, Giat said.

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 12:55
Le nouvel organigramme de Daher

Le nouvel organigramme de Daher

 

13.10.2015 par Aerobuzz.fr

 

Daher annonce le renouvellement de son Comité de Direction, 8 mois après la nomination de Didier Kayat au poste de Directeur Général Délégué, en vue de succéder à Patrick Daher à l’horizon 2017. La mise en place de ce nouveau Comité de Direction accompagne une nouvelle organisation au sein de Daher, qui sera opérationnelle au 1er janvier 2016. Elle s’organise autour de trois Business Units axées sur le développement et les programmes, et de trois Directions opérationnelles au service de l’exécution et de l’excellence opérationnelle.

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:55
Daher se réorganise pour devenir un acteur mondial

 

26/02/2015 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr

 

Le groupe, présent dans l'aéronautique et le nucléaire, veut doubler de taille.

 

C'est à une révolution en douceur, mais à une révolution tout de même, que se soumet le groupe familial Daher. Pour la première fois de son histoire, commencée en 1863 dans le négoce et le transport maritime, le groupe, qui fait partie des grands équipementiers de l'aéronautique et du nucléaire, sera dirigé par un patron n'appartenant pas à la dynastie familiale. À 65 ans, le PDG, Patrick Daher, a décidé de faire évoluer la gouvernance afin de confier la direction opérationnelle de cette belle ETI française de 1 milliard d'euros à Didier Kayat, son bras droit et homme de confiance, entré dans le groupe en 2007. Celui-ci a été nommé directeur général délégué et «a vocation à devenir le directeur général de Daher avant la fin de 2017. Dans l'intervalle, il devra construire le budget 2016 et organiser son équipe», précise Patrick Daher, qui conservera le poste de président non exécutif. «Cette décision a été prise en accord avec le holding patrimonial de Daher et son actionnaire Bpifrance», précise le PDG.

Après plusieurs années à bâtir, consolider et tester la robustesse de son «business model», l'ETI veut accélérer. Signal visible de cette volonté, l'ensemble des sociétés du groupe adopte la marque de la maison mère, Daher, tout en conservant leurs marques commerciales. «Daher veut devenir un équipementier de premier rang qui soit un acteur majeur et un référent dans le monde aéronautique et les technologies avancées, dont le nucléaire», résume Didier Kayat. Il s'agit d'être à la pointe de ce que les économistes appellent la «3e révolution industrielle» ou le basculement de l'industrie dans l'ère du 3.0. Cela, grâce aux travaux déjà engagés par le groupe sur l'«usine intelligente» qui consacre la convergence de l'industrie et des services, la maîtrise des données (big data) au sein d'une usine déployée à l'échelle mondiale ainsi que la coopération entre l'employé humain et les robots collaboratifs ou «cobots».

 

Plan de transformation

L'entreprise s'appuiera sur son ADN: «Daher est une société de services qui a appris l'industrie puis a introduit les méthodes et process industriels dans les services», développe Patrick Daher. Cela, dans deux métiers complexes technologiquement et à cycle long. «Notre objectif est de passer du statut d'ETI à celui de grande entreprise. Nous voulons devenir un grand équipementier mondial», insiste Patrick Daher, qui devra mettre en œuvre un plan de transformation afin que le groupe double de taille entre 2017 et 2025, qu'il diversifie ses recrutements et qu'il s'internationalise, avec, en première intention, les États-Unis, où il est peu présent. Daher continuera à réaliser des acquisitions. Et «si une opération structurante qui transforme la société se présente, la famille regardera. Mais dans tous les cas, nous voulons garder le contrôle familial et opérationnel», précise Patrick Daher.

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:55
Daher au coeur de la 3e révolution industrielle

 

26 février 2015, par Gilles Solard - strategieslogistique.com

 

L’industriel veut accélérer sa croissance dans les industries high tech et la logistique intégrée en faisant évoluer sa gouvernance et en incarnant cet élan par un nouveau logo.

 

Daher se porte bien et même très bien. Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires proche du milliard d’euros (970 millions) en 2014, en hausse de 9% à périmètre constant. Sa qualité de service est en amélioration continue, au point que Patrick Daher, directeur général du groupe, se targue de 98% à 99% de taux de service. Un phénomène rare dans des industries (aéronautique, aérostructures, nucléaire et énergie) où les retards s’accumulent facilement. Un succès qui peut s’expliquer par le fait que l’équipementier dispose "d’un ADN de logistique intégrée". Originaire de la prestation logistique, ce groupe s’est tourné vers l’industrie au tournant des années 2000, mais n’a jamais renié ses origines. Les services, intitulés "logistique intégrée" et constitués par le support et la maintenance de ses activités industrielles, représentent toujours entre 40% à 60% de son activité. Le comité de direction dispose d’ailleurs, en la personne de Patrick Jeanroy, d’une direction "stratégie logistique".

 

Et ce sont bien les services associés à l’industrie, et la convergence de ses deux activités, qui donne des ailes à l’équipementier, 5e avionneur français, participant à la fabrication de pas moins de 14 000 aéronefs par an. Daher veut aujourd’hui doubler son chiffre d’affaires en tablant sur la 3e révolution industrielle, celle de l’informatique, en phase d’accélération brutale 30 ans après son démarrage, grâce à la gestion des données. "Nous voulons accélérer notre positionnement en prenant des risques mesurés pour devenir un grand équipementier français", explique Patrick Daher. La comparaison avec un Bill Boeing, fondateur du célèbre avionneur, qui a commencé en posant des mains courantes dans les avions, n’est pas à exclure.

 

Pour continuer de progresser, Daher mise aussi sur forte internationalisation et notamment une accélération de la présence du groupe aux Etats-Unis. Mais pour donner une visibilité de long terme, Daher fait évoluer sa gouvernance. Depuis le 1er janvier 2015, Didier Kayat, entré dans l’entreprise en 2007, a été nommé directeur général délégué et prendra la succession de Patrick Daher d’ici 2017 en tant que directeur général. L’équipementier a aussi décidé de se doter d’une nouvelle identité de marque. "C’est désormais une marque unique pour tous nos métiers, nos secteurs et nos activités", explique Didier Kayat. Et même si l’équipementier ne cesse de rappeler que "Daher est un industriel", l’un des premiers projets du groupe consiste à améliorer la supply chain aéronautique dans le cadre d’un programme de 20 millions d’euros pour aider les PME de ce secteur à améliorer les délais de livraison. La "logistique intégrée" de Daher est bien le socle sur lequel l’équipementier va bâtir sa croissance.

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 12:55
Daher: un étranger à la famille investi de la mission de doubler le chiffre d'affaires

 

25 février 2015 dhnet.be (AFP)

 

Pour la première fois de son histoire vieille de 150 ans, le groupe aéronautique Daher sera dirigé d'ici deux ans par un cadre extérieur à la famille fondatrice, dont la mission sera de doubler le chiffre d'affaires de l'entreprise.

 

Société non cotée, Daher présente la particularité d'être à la fois un groupe industriel et un groupe de services (logistique). Le groupe estime que ce positionnement original explique une partie de ses succès récents.

 

"L'année 2014 a été une très bonne année", a déclaré mercredi son PDG Patrick Daher, dans un entretien à l'AFP. "Nous voulons devenir un des leaders" du secteur dans les années qui viennent en misant sur le rapprochement entre industrie et services, a-t-il ajouté.

 

"Aujourd'hui, nous réalisons un peu moins d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires. Nous voulons au minimum doubler le chiffre d'affaires tout en devenant beaucoup plus international", avec des investissements à l'étranger, a poursuivi M. Daher sans donner d'échéance précise.

 

Le groupe mettra en oeuvre à partir de 2017 et jusqu'en 2022 son prochain plan stratégique.

 

Selon lui, Daher évolue dans un contexte où deux tendances de fond se dessinent: "la convergence industrie-services et l'avènement de l'usine du futur, intelligente et connectée". Or le groupe se juge très bien placé dans ces deux domaines.

 

Daher, qui réalise la majeure partie de son activité dans l'aéronautique, mais est également dans le secteur nucléaire et la logistique, a vu son chiffre d'affaires progresser de 9% en 2014 à 970 millions d'euros.

 

Il dispose d'un carnet de commandes de 3,3 milliards d'euros.

 

Le groupe est un important équipementier aéronautique, mais c'est aussi un constructeur d'avions à turbopropulseur, avec sa gamme TBM.

 

Son dernier né, le TBM 900 a vu ses ventes augmenter de 28% l'an dernier, année de son lancement, et vise une progression de 10% encore cette année. L'appareil détient une part de marché supérieure à 20%.

 

Pour servir ses ambitions, Daher va faire évoluer sa gouvernance.

 

Patrick Daher quittera ainsi ses fonctions de directeur général d'ici 2017 mais continuera à assurer celles de président. Il sera remplacé dans la gestion opérationnelle de l'entreprise par Didier Kayat, directeur général délégué depuis le 1er janvier.

 

Le groupe, vieux de 150 ans, a toujours été dirigé par un membre de la famille. Il est détenu à 80% par le concert familial et à 20% par la banque publique Bpifrance.

 

"Nous sommes convaincus que demain s'écrit aujourd'hui", a de son côté déclaré Didier Kayat.

 

Pour lui, "Daher a tous les atouts pour devenir un des grands équipementiers de l'aéronautique et des technologies avancées".

 

Le groupe veut en particulier renforcer sa présence aux Etats-Unis et en Amérique du Nord, ce qui passera par de la croissance organique mais aussi externe. A ce titre, il regarde les opportunités d'acquisition mais n'a "pas de cible identifiée", selon M. Kayat.

 

"Nous voulons devenir un acteur aussi visible aux Etats-Unis que l'on est en Europe", où Daher travaille pour des constructeurs aéronautiques comme Airbus ou Dassault Aviation, a-t-il indiqué.

 

Daher est actuellement en discussions avec Boeing et celles-ci "avancent pas mal". Il est déjà devenu partenaire de rang 1 de l'américain Gulfstream (General Dynamics) pour ses deux nouveaux jets d'affaires, les G500 et G600.

 

Pour accompagner ces évolutions, Daher a dévoilé une nouvelle identité de marque, une nouvelle signature ("Shaping Industrial Intelligence", qui peut se traduire par "Façonner l'intelligence industrielle") et un nouveau logo destinés à accompagner cette mutation.

 

Daher emploie environ 8.300 personnes, avec des implantation principalement en France. Il possède également des usines au Maroc et au Mexique.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:50
DAHER devient Lead Logistics Provider d’Airbus Helicopters

 

 

Paris, le 19 janvier 2015 – Daher

 

Un contrat 2014 – 2019 pour piloter et opérer la logistique des quatre usines européennes d’Airbus Helicopters

 

Après avoir commencé à opérer la logistique d’Airbus Helicopters pour son site de Donauwörth en Allemagne en septembre 2014, DAHER poursuit son développement avec Airbus Helicopters et devient le prestataire logistique unique sur les quatre usines européennes d’Airbus Helicopters. En complément, il devient le « Lead Logistics Provider » du premier hélicoptériste mondial.

 

Un partenariat global de long terme marqué par l’excellence opérationnelle
Avec la signature de nouveaux contrats et la reconduction de contrats existants, DAHER pilote et opère la logistique des quatre usines européennes d’Airbus Helicopters (Donauwörth en Allemagne, La Courneuve et Marignane en France et Albacete en Espagne) jusqu’en 2019.
DAHER devient ainsi le Lead Logistics Provider pour l’ensemble de ce périmètre.

 

En tant que Lead Logistics Provider, DAHER est en charge de la gestion de la supply chain de son client Airbus Helicopters.

 

DAHER peut ainsi :
- avoir une approche globale des coûts de la supply-chain et des plans d’amélioration associés,
- déployer une approche opérationnelle commune à l’ensemble des sites et permettre ainsi l’accélération des flux et l’optimisation des structures et des moyens,
- généraliser et partager les bonnes pratiques sur l’ensemble des sites concernés.
Cette démarche est parfaitement adaptée aux exigences de diminution des coûts et de performance opérationnelle d’Airbus Helicopters.

« Ce contrat de long terme signé avec Airbus Helicopters marque une nouvelle étape dans notre
stratégie de développement, visant à proposer une prestation globale, clés en main, à nos clients.
Notre ambition est d’étendre ce niveau de prestations à d’autres clients dans un avenir proche »
précise Stéphane Mayer, Président & CEO du pôle Aéronautique & Défense de DAHER.


DAHER, Lead Logistics Provider, opère la logistique des 4 usines européennes d’Airbus Helicopters:

 

Donauwörth, Allemagne
Depuis le 1er septembre 2014, DAHER gère la totalité de la plateforme logistique de l’usine
allemande d’Airbus Helicopters basée à Donauwörth (Bavière). Dans la continuité des prestations
réalisées pour les autres usines, DAHER est en charge de l’ensemble des flux de composants
destinés à la production et aux rechanges :
- La logistique
- Le contrôle qualité
- Le stockage et la préparation des colis (picking, kitting)
- La gestion de la cellule peinture
- La distribution sur site (transport, gestion des douanes,..)

 

Marignane, France
Les équipes de DAHER y centralisent les flux entrants et la logistique industrielle autour de deux magasins entièrement automatisés.
Le premier magasin, sur le site d’assemblage des hélicoptères et d'une capacité de 55 000 emplacements, est dédié à la réception des pièces. Le second d'une capacité de 110 000 emplacements, à proximité de l’usine, gère les flux sortants des
pièces de rechange et le service clients. Le succès du premier contrat et les chantiers d’amélioration continue mis en place ont amené Airbus Helicopters à renouveler sa confiance à DAHER jusqu'en 2019.

 

La Courneuve, France
Sur ce site, DAHER est au coeur de l’usine de fabrication et de réparation des pales d’hélicoptères.
DAHER gère la logistique du magasin central où sont stockés l’ensemble des produits standards, du magasin des pales principales, pales arrières, rotors et fenestrons et du magasin froid pour les tissus et résines.

 

Albacete, Espagne
Depuis septembre 2012, DAHER gère la logistique de l’usine d’Albacete en Espagne, de la réception des pièces, à la préparation des commandes et l’envoi sur la ligne d’assemblage final.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 07:55
Airbus Helicopter rationalise la filière aéronautique provençale

 

26/06 Paul Molga / Correspondant à Marseille - lesechos.fr

 

Le numéro un mondial des hélicoptères a concentré le nombre de ses sous-traitants et investit pour garantir leur croissance.

 

En empruntant son nom à l’inventeur marseillais de l’hydravion, le techno campus Henri-Fabre espère donner au réseau de sous-traitance d’Airbus Helicopter à Marignane autant de pouvoir qu’en a l’aéroplane amphibie de décoller de n’importe quelles eaux. « Nous voulons faire de ce site une référence dans les domaines de la mécanique, des matériaux et des services à l’industrie pour construire un écosystème leader de l’aéronautique et de l’énergie », explique Stéphane Magana, directeur du projet.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 20:06
Daher et ses Antonov 12 au secours de Serval en manque de Transall

 

18.06.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Le salon Euro-Satory est souvent l'occasion de découvrir des prestations effectuées par des entreprises silencieuses jusqu'alors et qui en font la promotion à cette occasion (et ainsi de découvrir les difficultés et carences de nos forces. J'en donnerai sous peu un ou deux autres exemples).

 

Exemple avec Daher qui a déjà contribué au désengagement français d'Afghanistan.

 

Cette fois, l'entreprise soutient l'armée française au Mali.

Dans un communiqué de ce 18 juin, Daher explique que "l'OPEX Serval au Mali a contraint les forces armées françaises à libérer les C160 utilisés habituellement pour le fret, pour les consacrer à des missions plus tactiques. Le commandement a décidé d’utiliser un vecteur aérien affrété et choisi DAHER, pour effectuer cette prestation." On pourrait commenter la "libération" des Transall mais au diable la mesquinerie !

Et Daher de poursuivre: "Depuis avril 2013, DAHER effectue environ 4 vols par semaine sur le territoire malien, participant ainsi activement au transport de fret au profit de l’opération Serval. Dans le cadre de l’opération Serval, DAHER organise et pilote le transport de matériels des forces françaises au Mali en affrétant notamment des moyens privés (Antonov 12) en complément des vecteurs aériens du Ministère de la Défense français. "

 

Preuve à l'appui avec cette vidéo.

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 15:55
Les Super-Puma low cost du consortium français E-HOTS face aux MI-8 russes

01.07.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense
 

Qui fournit à l'Onu les hélicoptères de transport de fret et de personnels dont ses Casques bleus ont besoin? Quelques pays membres, mais leurs contributions ne couvrent qu'un tiers des besoins onusiens. L'Onu loue donc environ 140 hélicoptères par an pour un coût de 750 millions de dollars (1,2 milliard pour toutes ses opérations aériennes), à environ 8/9000$ l'heure de vol, sans compter le carburant. Pour info, en 2004, l'heure de vol coûtait 3/3500$. Ces chiffres témoignent de l'envolée des coûts et du budget considérable désormais affecté aux opérations héliportées.

Les hélicoptères civils de l'Onu sont fournis par des loueurs privés, majoritairement russes (comme UTair) qui ont littéralement trusté ce créneau en fournissant à très bon marché des MI-8, MI-26 etc.

Il suffit coup d'oeil vers les cieux afghans ou africains suffit pour admettre cette réalité. Et quand ce ne sont pas des Russes, ce sont des Ukrainiens qui fournissent les appareils, comme l'explique Colum Lynch dans un article paru sur le site de Foreign Policy.

La pénurie d'hélicoptères n'affecte pas que l'Onu: l'Isaf, l'UE et des organisations internationales déplorent le manque d'appareils étatqiques et sont obligés de recourir aux services de prestataires privés. On se souviendra des locations massives d'hélicoptères commerciaux par les US pour l'Afghanistan (cliquer ici pour lire le dernier post que j'ai consacré à ce sujet).

puma.jpgE-HOTS. Pour diversifier l'offre et concurrencer les Russes, un consortium d'entreprises (majoritairement françaises) vient d'être créé autour d'Eurocopter: E-HOTS, pour Eurocopter Helicopter on Theatre Services. Ce consortium rassemble Daher, Eurotradia International, DCI, Vector Aerospace et Starlite Aviation Group.

Pour être en mesure de concurrencer les Russes, il faut disposer d'une "plate-forme adaptée et bon marché" d'où l'idée de proposer des "Super-Puma low cost".

Ces Super Puma Mark I, c'est un peu "la Logan de l'hélico", selon un des dirigeants du consortium qui table sur 25% de réduction du coût de l'heure vol en conditions extrêmes. "On sera sur les mêmes tarifs que nos concurrents mais avec des appareils certifiés par la FAA et l'AESA".

A Starlite, compagnie sud-africaine mais enregistrée en Irlande qui possède déjà une dizaine de Puma (photo ci-dessus) et de Super-Puma, d'assurer la partie opérationnelle des futurs contrats: gestion des vols et des équipages, logistique, plannification etc. Aux autres partenaires d'intervenir dans leurs domaines de compétences: formation, soutien, pièces de rechange, conseil etc.

E-HOTS est dans les starting-blocks, paré pour répondre aux prochains appels d'offres onusiens (pour le Mali?).

Le consortium est prêt à offrir du transport de fret et de personnels, mais aussi des EVASAN (c'est le cas au Mali.Voir mon post sur Starlite qui fournit deux appareils), voire du SAR (search and rescue).

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories