Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 17:55
Catamaran 2014 : un aviateur parmi les marins

 

29 Octobre 2014 Sources :  Marine nationale

 

La Marine nationale accueille, comme les autres armées, des officiers de liaison de l’armée de Terre ou de l’armée de l’Air. Cela permet de faciliter la compréhension et de renforcer les liens entre les trois armées qui travaillent ensemble au quotidien en opérations et sur le terrain.

 

Au sein de la force aéromaritime de réaction rapide (FRMARFOR) sont ainsi affectés plusieurs officiers de l’armée de Terre et un aviateur, chargé, pendant l’entraînement Catamaran, d’assurer la coordination entre les aéronefs Marine et ceux de l’armée de l’Air.

 

Ainsi, le lieutenant colonel A. assure le lien indispensable entre la force maritime, qui déploie des aéronefs et la Joint Force Air Composant Command (JFACC), structure de commandement de la composante aérienne basée à Lyon qui conçoit, planifie, programme et conduit les opérations aériennes au dessus du territoire. « Mon travail consiste à s’assurer de la bonne transmission et compréhension des informations à caractère opératif et tactique entre le JFACC et la task force 473 articulée autour du Charles de Gaulle. Nous ne travaillons pas forcément avec les mêmes outils, et j’apporte l’indispensable fluidité entre Marine nationale et armée de l’Air. Les impératifs des « marins du ciel » nous sont méconnus : strict respect des heures de vol pour les « pontées » (phases de catapultage ou d’appontage des aéronefs sur le porte-avions) ; contraintes de localisation du porte-avions au large…Par ailleurs, je suis le vecteur privilégié pour solliciter le concours de moyens de l’armée de l’Air et des moyens étrangers, concours qui a permis de jouer des séquences tactiques très intéressantes avec des AWACS, des aéronefs espagnols, suisses ou britanniques. Ces derniers ont apporté une vraie plus-value aux séquences aériennes de l’exercice ».

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:55
Les SIC au service des opérations

 

20/10/2014 Asp Julie Beck - Armée de l'air

 

Outils incontournables lors de toute opération, les systèmes d’information et de communication (SIC) sont au cœur de l’exercice interarmées « Exotic 2014 ». En vue d’améliorer leurs performances, cet entraînement annuel se déroule au centre de commandement Millé à Houilles (Yvelines), du 29 septembre au 31 octobre 2014.

 

Unique exercice interarmées dédié aux SIC, « Exotic » réunit 130 militaires de tous horizons. « Outre les échanges directs entre les techniciens de l’armée de terre, de l’armée de l’air et de la marine nationale, l’exercice nous permet de traiter directement avec l’industriel grâce à la présence de la  direction générale de l’armement », témoigne le capitaine Xavier Boulin, officier de marque et directeur technique de l’exercice. Piloté par la direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information (DIRISI) sous mandat de l'état-major des armées, « Exotic » se fonde essentiellement sur les retours d’expériences des opérations Harmattan et Serval. Trouver des pistes d’amélioration, régler des problèmes identifiés, optimiser les performances et ainsi améliorer le service rendu aux unités opérationnelles constituent les objectifs des participants.

Station sur remorque de type THD (très haut débit)

 

Moyens militaires et liaisons satellitaires, tout est mis en œuvre pour rendre l’exercice le plus réaliste possible. « Nous avons reconstitué une bulle informatique identique à celle de l’opération Serval, explique le capitaine Boulin. Nous multiplions les barrières techniques et recréons toute la chaîne existante en opération, du commandement des opérations, aux unités tactiques, en passant par l’état-major interarmées et le JFACC* ».

 

Pour les aviateurs, un des objectifs d’« Exotic » est d’optimiser la transmission de la vidéo délivrée par le drone Harfang, à tous les acteurs sur le théâtre et en métropole. Au fil des jours, des idées émergent et des pistes sont explorées. « La nouveauté cette année est d’utiliser la diffusion multicast qui consiste à envoyer un flux d’information simultanément à l’ensemble de nos abonnés, ajoute le capitaine Xavier Boulin. La vidéo réalisée par le drone est alors transmise en une seule fois à tous les acteurs. Cette optimisation libère la bande passante satellitaire, ce qui permet de l’utiliser à d’autres fins ».

 

Prochain défi pour les « SIC men », tester la robustesse du système SYRACUSE face à une agression électromagnétique c’est-à-dire utiliser les services du satellite Syracuse alors que son signal est brouillé.

 

*Joint Forces Air Component Command - commandement de la composante aérienne des forces interarmées

Les SIC au service des opérationsLes SIC au service des opérations

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 16:55
Le général Borel, COMDAOA, et ses homologues britannique et américain

Le général Borel, COMDAOA, et ses homologues britannique et américain

 

07/10/2014 Armée de l'air

 

Du 22 septembre au 2 octobre 2014, s’est déroulé l’exercice trilatéral « Tonnerre Lightning » sur la base aérienne 942 de Lyon-Mont-Verdun. Il vise à améliorer l’interopérabilité et la sécurité des systèmes d’informations entre les forces aériennes françaises,  britanniques et américaines (FRUKUS). Entièrement piloté depuis Lyon, l’exercice comportait deux phases.

 

Du 22 au 26 septembre, des experts américains et britanniques sont venus en appui du French CORE JFACC (Joint Force Air Component Command) en vue d’élaborer conjointement des solutions opérationnelles crédibles en réponse à un scénario élaboré. Dans cet esprit, l’équipe de planification constituée à Lyon a été chargée de planifier l’opération aérienne et de produire la documentation nécessaire à la seconde phase de l’opération, la phase de conduite des missions aériennes du jeudi 2 octobre.

 

À l’occasion de ce « LIVEX », le général Jean-Jacques Borel, commandant la défense aérienne et les opérations aériennes (CDAOA) a accueilli en salle de conduite du centre national des opérations aériennes (CNOA) le Lieutenant General Roberson commandant la 3e Air Force (USA) et l’Air Command Sampson de la Royal Air Force (RAF). Au cœur de ce centre opérationnel, les trois autorités ont suivi le déroulement de la mission : un raid aérien au-dessus du centre de la France. Deux Rafale et deux Mirage 2000RDI ont participé à cet exercice aux côtés de six F16 CJ américains, un AWACS et quatre Typhoon britanniques.

 

 En parallèle au processus de certification du JFACC français pour la prise d’alerte de la composante aérienne de la force de réaction rapide de l’OTAN (NRF), la série des « Tonnerre Lightning » prépare les forces aériennes à réagir à une crise soudaine nécessitant un engagement tripartite « hors OTAN ».

Tonnerre Lightning, exercice trilatéral dans le ciel français

Partager cet article

Repost0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 12:45
Tchad : Relève des Rafale et Boeing C-135

 

 

28/04/2014 Sources : EMA

 

Le 12 avril 2014, sur la plateforme de N’Djaména, les pilotes et les avions (Rafale) du détachement de chasse en mission depuis deux mois et un C-135 ravitailleur, en mission depuis un mois au Tchad, ont été relevés.

 

Durant quelques heures, les personnels du soutien technique se sont relayés pour configurer les avions. Ce détachement, comme son prédécesseur, participera de jour comme de nuit, à des missions d’appui feu et de renseignement au profit des opérations Serval au Tchad et au Mali, et Sangaris en Centrafrique.

 

Le JFACC AFCO (Joint Force Air Component Command – Afrique Centrale et de l’Ouest) contrôle, depuis la base aérienne 942 à Lyon-Mont-Verdun, tous les moyens aériens français dans la sous-région (Tchad, Sénégal, Mali, Niger, Gabon, RCA), hormis les moyens des détachements de l’aviation légère de l’armée de terre.

Tchad : Relève des Rafale et Boeing C-135

Partager cet article

Repost0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 07:55
Des opérateurs en poste au JFACC

Des opérateurs en poste au JFACC

 

29/04/2014 Armée de l'air

 

Vendredi 18 avril 2014, le Combined Air Operation Center (centre de coordination des opérations aériennes) déployé sur la base aérienne de N’Djamena au Tchad a été désactivé. La partie conduite des opérations du Joint Force Air Component Command (JFACC - commandement de la composante aérienne de la force interarmées) pour l’Afrique centrale et de l’ouest, implantée sur le territoire tchadien depuis décembre 2012, a désormais rejoint la base aérienne de Lyon Mont-Verdun.

 

Les opérations récentes ou en cours, telles  que Harmattan en Libye ou Serval au Mali, ont démontré la capacité de l’armée de l’air à programmer, planifier et conduire les opérations aériennes depuis une structure fixe. C’est au cœur du Mont Verdun, à une centaine de mètres sous terre, que le centre national des opérations aériennes est devenu JFACC permanent. Ce dernier permet d’optimiser des structures permanentes dédiées à la mission de sûreté aérienne et la conduite des missions interministérielles. Il offre ainsi une meilleure réactivité, une disponibilité immédiate de spécialistes formés et entraînés ainsi qu’une diminution des coûts.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 18:50
Coopération franco-britannique : exercice Joint Warrior 13-2, FINEX

25/10/2013 Sources : EMA

 

Mardi 17 octobre, l’exercice de coopération franco-britannique Joint Warrior 13-2 s’est achevé à Leeming, au Nord de l’Ecosse. Mené dans le cadre de la montée en puissance du Combined Joint Expeditionary Force – CJEF, cet exercice avait pour objectif  de valider le concept d’engagement de la composante aérienne conjointe. Il s’inscrit dans le cadre de la coopération franco-britannique établie en 2010 par la signature du traité de Lancaster House.

 

Initié le 07 octobre, cet exercice, associant sept autres nations (Allemagne, Australie, Canada, Danemark, Etats-Unis, Italie, Norvège), était centré sur des manœuvres aéromaritimes. Avec une quarantaine d’aéronefs français et britanniques engagés sous le commandement du JFACC (Joint Force Air Component Command / centre de planification et de conduite des opérations aériennes), Joint Warrior 13-2 a permis de concrétiser la montée en puissance de la force expéditionnaire interalliée et interarmées dans sa composante Air.

 

Entraînement opérationnel tactique conjoint le plus important de l’année pour les armées de l’Air française et britannique, Joint Warrior 13-2 a atteint ses objectifs en couvrant l’ensemble du spectre des opérations aériennes de haute intensité.  Au cours de ces 10 jours, l’accent a été mis sur la capacité à planifier et à conduire des missions aériennes combinées, le « C2 » (Command and Control) a été validé avec la mise en œuvre d’un JFACC conjoint. Les aéronefs opérant depuis une « DOB » (Dispersed Operating Base - Base aérienne projetée) située en zone soumise à la menace air-sol ennemie, ont validé leur capacité à opérer de façon coordonnée dans un environnement hostile.

 

Au bilan, l’exercice Joint Warrior 13-2 a engagé des moyens de combat importants, avec notamment 8 Typhoon britanniques et 8 Mirage 2000 français, dont 4 Mirage 2000N déployés sur la « DOB » de Leeming et 4 Mirage 2000-5 opérant depuis la base aérienne de Luxeuil. Cet exercice a confirmé la capacité des forces aériennes française et britannique à se déployer rapidement et de façon coordonnée, en vue de constituer la composante aérienne de la force expéditionnaire interarmées et interalliées conjointe (CJEF).  Cela a également permis de renforcer  l’interopérabilité de nos structures de commandement, de nos procédures, et de nos matériels, dans la continuité des objectifs fixés par le traité de Lancaster House.

 

Dans la continuité de la séquence maritime de Joint Warrior joué au printemps dernier (Joint Warrior 13-1, 15-25 avril 2013), Joint Warrior 13-2 a donné lieu à une trentaine d’interactions maritimes bilatérales et multilatérales, auxquelles a participé la frégate anti sous-marine (FASM) La Motte-Picquet. Principalement centrées sur la lutte anti-sous-marine, elles ont permis de mettre en œuvre l’ensemble des moyens d’autodéfense de la frégate auxquelles sont venues s’ajouter les capacités de reconnaissance et de détection du Lynx et de l’Atlantique 2, également déployés sur l’exercice.

 

Le 15 octobre,  profitant de cette occasion, le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA), et son homologue britannique, Sir Andrew Pulford, se sont retrouvés sur la base aérienne de Leeming dans le cadre du Distinguished Visitors (DV) day. Ils ont assisté à une démonstration dynamique engageant des moyens aériens, terrestre et des service de santé des armées françaises et britanniques. A l’issue de cette séquence, les deux CEMAA ont salué la qualité du travail accompli, avant de se rendre au poste de commandement du JFACC situé à High Whycombe, à l’Ouest de Londres.

 

Le prochain exercice organisé dans le cadre de la montée en puissance du CJEF aura lieu au printemps 2014. Il s’agira de l’exercice Rochambeau 2014 qui sera centré sur la composante terrestre.

Coopération franco-britannique : exercice Joint Warrior 13-2, FINEX
Coopération franco-britannique : exercice Joint Warrior 13-2, FINEX
Coopération franco-britannique : exercice Joint Warrior 13-2, FINEX
Coopération franco-britannique : exercice Joint Warrior 13-2, FINEX
Coopération franco-britannique : exercice Joint Warrior 13-2, FINEX

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 19:45
Tchad : le COMJFACC en visite à N’Djamena

05/09/2013 Sources : EMA

 

Du 26 au 27 aout 2013, le général de brigade aérienne Philippe Montocchio, commandant le Joint force air component command (JFACC) de Lyon Mont-Verdun s’est rendu sur la base Kosseï à N’Djamena.

 

Le Joint force air component command (JFACC) est le commandement de la composante aérienne des opérations conduites par la France. Il est stationné à Lyon Mont-Verdun. Une « antenne » de cet état-major est prépositionné au Tchad pour la conduite des opérations aériennes en Afrique centrale et occidentale (JFACC AFCO). Le JFACC AFCO permet une coordination et une conduite optimale des opérations aériennes, notamment au profit de l’opération Serval. Les moyens aériens de la force Epervier participent largement à l’opération Serval depuis janvier 2013.

 

C’est dans ce cadre que le général de brigade aérienne Philippe Montocchio s’est rendu à N’Djamena. Accueilli par le colonel Paul Peugnet, commandant de la force Epervier, le général a rendu visite à la trentaine de militaires du JFACC ACO puis aux détachements « chasse » et « ravitailleurs », au groupement de transport opérationnel (GTO) ainsi qu’au détachement de l’aviation légère de l’armée de terre (DETALAT).

 

Les militaires de la force Épervier assurent deux missions permanentes : ils garantissent la sécurité des ressortissants français résidant au Tchad et apportent un soutien aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes, conformément à l’accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad.

Tchad : le COMJFACC en visite à N’DjamenaTchad : le COMJFACC en visite à N’Djamena

Partager cet article

Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 11:50
L'exercice Titanium Falcon met en œuvre des moyens britanniques et français

L'exercice Titanium Falcon met en œuvre des moyens britanniques et français

23/05/2013 Armée de l'air

 

L’exercice franco-britannique Titanium Falcon 13 se déroule du 14 au 24 mai 2013, sur la base aérienne britannique de Leeming. Il sera suivi de Joint Warrior 13-2, exercice de type « livex » (avec mission réelle), au mois d’octobre.

 

Faisant appel à plus de 250 personnes dont 60 Français, il a nécessité le déploiement d’un élément précurseur SIC (systèmes d’information et de communication) du groupement de télécommunications (GT) d’Orléans et du GTSIC aéronautiques d’Évreux, depuis le 26 avril.

 

Cet exercice de type CPX/CAX (command post exercice/computer assistedexercice - poste de commandement assisté par ordinateur) a pour objectif d’entraîner les deux nations, dans le cadre de la préparation à la force franco-britannique interarmées projetable (Combined Joint Expeditionary Force - CJEF) et à la montée en puissance d’un commandement interarmées de la composante «air» (Joint Forces Air Component Command - JFACC) commun aux deux nations.

 

Mis à profit pour confronter les différents modes de fonctionnement des JFACC français et britannique, il favorise le développement des procédures opérationnelles communes et améliore l’interopérabilité des moyens SIC qui seraient utilisés pour une opération réelle conjointe.

 

Au-delà des aspects opérationnels et techniques, cet exercice a également été l’occasion, par les échanges entre les personnels, de renforcer la connaissance mutuelle de nos deux armées de l’air.

 

Partager cet article

Repost0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 07:50
Coopération franco-britannique au sein d'un JFACC (CDAOA)

Coopération franco-britannique au sein d'un JFACC (CDAOA)

25/04/2013 Armée de l'air - CDAOA

 

Afin de préparer l’exercice franco-britannique Titanium Falcon 13 qui se déroulera du 14 au 24 mai 2013, les phases préparatoires Titanium Hawk et Titanium Eagle ont été organisées, respectivement du 8 au 12 avril 2013 et du 11 au 25 avril 2013, à High Wycombe au Royaume-Uni, à 50 km à l’ouest de Londres.

 

Cette série d'exercices de type CPX/CAX (poste de commandement assisté par ordinateur) a pour objectif d’entraîner les deux nations, dans le cadre de la préparation à la force franco-britannique interarmées projetable (Combined Joint Expeditionary Force - CJEF) et à la montée en puissance de la composante «air» (Joint Forces Air Component Command - JFACC).

Coopération franco-britannique au sein d'un JFACC (archives)

Coopération franco-britannique au sein d'un JFACC (archives)

Titanium Hawk, premier exercice préparatoire, avait pour but de mettre en place une documentation permettant la compréhension globale de l’environnement opérationnel de la mission. Cinq aviateurs français, chargés de la validation de la documentation, y ont pris part. Suite à cela, dix spécialistes français ont participé à Titanium Eagle, exercice d‘Air Operational Planning Group (AOPG) réunissant un large panel d’experts dans des domaines allant de la stratégie à la logistique, en passant par les télécommunications et les questions juridiques.

 

Simultanément à l’opération Serval, le commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA) a donc apporté une large contribution à la préparation de Titanium Falcon 13, exercice franco-britannique majeur.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories