Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2018 3 21 /02 /février /2018 16:55
photo Naval Group

photo Naval Group

 

Itaguai, le 20 février 2018 – Naval Group

 

Le 20 février 2018, le Président de la République fédérative du Brésil, Michel Temer, a participé à Itaguaí, dans la baie de Sepetiba, au transfert des sections du premier sous-marin Scorpène® de la Marine brésilienne vers le bâtiment principal du chantier de construction des sous-marins. Les trois sections du sous-marin Scorpène®, le Riachuelo, ont été présentées aux autorités brésiliennes.

La cérémonie s’est déroulée en présence du Président de la République fédérative du Brésil, Michel Temer, du ministre de la Défense brésilien Raul Jungmann, de l’Amiral Leal Ferreira, chef d’Etat-major de la Marine brésilienne, de hauts représentants des Etats brésilien et français ainsi que du PDG de Naval Group, Hervé Guillou.

 

Le transfert des sections vers le hall d’assemblage, au sein du chantier principal d’Itaguai marque un jalon important du programme et illustre le succès du partenariat de Naval Group avec le Brésil. Les sections du premier Scorpène ont été construites et pré-équipées à Itaguai par le chantier brésilien Itaguaí Construções Navais (ICN), filiale de Naval Group et Odebrecht. Ce transfert permet de lancer l’assemblage final du sous-marin Scorpène®. Les trois sections seront jonctionnées (soudées) avant l’été 2018. Il s’agit d’une étape importante dans la construction du premier de série, le Riachuelo, dont la mise en service est prévue en 2020. La réalisation des trois autres sous-marins se fera à raison d’un par an en moyenne.

 

Hervé Guillou précise : « Naval Group se félicite de travailler aux côtés de la Marine brésilienne, et est fier du succès du transfert de technologie réalisé, qui permet de doter le pays d’équipements de pointe fabriqués au Brésil. Ce renforcement des capacités de la Marine brésilienne contribuera au franchissement d’une nouvelle étape dans le rayonnement régional et mondial du Brésil. »

Naval Group a contribué à la réalisation de ce programme en transfert de technologie en fournissant le dossier de plan des sous-marins, les équipements qui les constituent, ainsi que de l’assistance technique. Les équipes du chantier ICN ont également été formées aux techniques de construction des sous-marins. Une des sections a notamment été réalisée en 2013 au sein du site Naval Group de Cherbourg, en France, dans le cadre d’un vaste plan de formation de soudeurs, formeurs, tuyauteurs ou encore électriciens brésiliens.

 

photo Naval Group

photo Naval Group

Ces formations, ainsi que l’assistance technique, permettent au chantier brésilien Itaguaí Construções Navais (ICN), créé dans le cadre du programme PROSUB, de maîtriser le processus de production dans sa totalité, depuis le formage des tôles jusqu’à la mise en route et les essais des systèmes embarqués. L’entreprise ICN représente aujourd’hui 2000 emplois au Brésil. Plus de trente fournisseurs brésiliens ont également participé à la fourniture des équipements et des prestations.

 

Cet événement démontre ainsi l’implantation solide de Naval Group à l’international ainsi que sa capacité à développer des transferts de technologie ambitieux dans le cadre de partenariats internationaux.

 

En plus de ces quatre sous-marins de type Scorpène®, dix autres unités conçues et adaptées par Naval Group pour le marché export sont en service opérationnel ou en cours de réalisation à travers le monde : deux exemplaires pour la Marine chilienne, deux exemplaires pour la Marine malaisienne ainsi que six exemplaires pour la Marine indienne.

 

À propos de Naval Group

Naval Group est le leader européen du naval de défense et un acteur majeur dans les énergies marines renouvelables. Entreprise de haute technologie d’envergure internationale, Naval Group répond aux besoins de ses clients grâce à ses savoir-faire exceptionnels, ses moyens industriels uniques et sa capacité à monter des partenariats stratégiques innovants. Le groupe conçoit, réalise et maintient en service des sous-marins et des navires de surface. Il fournit également des services pour les chantiers et bases navals. Enfin, le groupe propose un large panel de solutions dans les énergies marines renouvelables. Attentif aux enjeux de responsabilité sociale d’entreprise, Naval Group est adhérent au Pacte mondial des Nations unies. Le groupe réalise un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros et compte environ 12 800 collaborateurs (données 2016).

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 17:25
Credits Marinha do Brasil

Credits Marinha do Brasil

 

02.11.2015 par Portail des Sous-Marins

 

Le programme nucléaire de la marine brésilienne est retardé par les restrictions budgétaires. Le rêve de la marine — la construction d’un sous-marin à propulsion nucléaire — devra attendre 2025, selon son commandant, l’amiral d’escadre Eduardo Bacellar Leal Ferreira.

 

Ce n’est pas la première fois, depuis son lancement en 1979, que le programme est ralenti. Mais il s’agit d’un des principaux projets de la marine brésilienne et de l’ancien président Lula dans le domaine militaire.

Le développement d’un sous-marin nucléaire a été intégré à un programme plus large, le Programme de Développement de Sous-marins (Prosub) au cours de son mandat.

Un accord signé avec la France prévoit la construction de 4 sous-marins classiques et une assistance pour la conception du sous-marin nucléaire.

Le programme Prosub comprend aussi la construction d’un complexe à Itaguaí : une base navale et des chantiers navals. Selon l’amiral Leal Ferreira, les travaux se déroulent selon le calendrier prévu.

 

Référence : Folha de Sao Paulo (Brésil)

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 15:25
photo EMA / FAA

photo EMA / FAA

 

15/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 4 au 7 juin 2015, le bâtiment de débarquement de chars Almirante Saboia de la marine brésilienne a effectué une escale technique à Fort-de-France.

 

L’Almirante Saboia, qui a appareillé de Rio de Janeiro le 1er mai 2015, revient d’une mission de transport opérationnel de matériel de la force maritime de la flotte et de l’armée brésilienne, en appui du contingent brésilien de la mission de stabilisation des Nations-Unies en Haïti (MINUSTAH).

 

Le soutien apporté par la base navale de Fort-de-France et les échanges entre militaires français et brésiliens, dont un traditionnel match de football entre marins des deux nationalités, témoignent de la volonté de nos deux nations d’entretenir et de renforcer la relation de défense franco-brésilienne. Particulièrement dense depuis la signature d’un partenariat stratégique en 2008, cette coopération bilatérale est entretenue par un dialogue militaire régulier et une densification des interactions régionales, plus particulièrement centrées sur la sécurité transfrontalière avec la Guyane (lutte contre les activités illégales d’orpaillage et de pêche) et sur la sécurité des espaces maritimes. Dans ce domaine, les escales des bâtiments français au Brésil ou brésiliens en France sont nombreux et l’occasion d’entraînements opérationnels et d’échanges.

 

Les FAA garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG). Les FAA mènent notamment des opérations de surveillance maritime et de service public (lutte contre le narcotrafic, lutte contre les pollutions, police des pêches, sauvetage en mer). La lutte contre le narcotrafic dans la zone Caraïbe est effectuée en coopération interministérielle et internationale, principalement en lien avec les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Mexique, le Brésil et la Colombie.

photo EMA / FAAphoto EMA / FAA
photo EMA / FAAphoto EMA / FAA

photo EMA / FAA

Partager cet article

Repost0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 22:25
Décollage sur alerte pour l'ET 68 - photo Armée de l'Air

Décollage sur alerte pour l'ET 68 - photo Armée de l'Air

 

12/05/2015 Armée de l'air

 

Les forces armées en Guyane (FAG) ont été sollicitées, jeudi 30 avril 2015, pour porter assistance à un marin blessé sur un navire de la marine brésilienne.

 

Immédiatement, l’équipage d’alerte de l’escadron de transport 68 « Antilles-Guyane » se mobilise pour préparer la mission. Pendant que les mécaniciens configurent l’hélicoptère Puma. La réactivité de l’ensemble des aviateurs permet un décollage dans délai très court. En moins de quarante minutes, l’hélicoptère rejoint l’arrière du bateau. Le bilan médical confirme l’urgence, la victime est rapidement hélitreuillée sur une civière et évacuée vers l’hôpital.

 

Après l’atterrissage, sur la base aérienne 367 de Matoury, les mécaniciens de l’escadron de transport ont reconfiguré l’appareil pour lui permettre de reprendre la posture d’alerte que l’unité tient 24 h sur 24 et 365 jours par an.

Les FAG porte assistance à un marin blessé - photo Armée de l'Air

Les FAG porte assistance à un marin blessé - photo Armée de l'Air

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 17:25
Coopération franco-brésilienne pour La Capricieuse

 

08/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Du 25 au 29 septembre 2014, les forces armées en Guyane (FAG) et le 4ème district naval de Bélem, ont effectué une patrouille conjointe, dans le cadre de la coopération transfrontalière entre la France et le Brésil.

 

La Capricieuse et le Mahury, respectivement patrouilleur français de la Marine nationale et vedette de surveillance côtière de la gendarmerie maritime, ont constitué avec les patrouilleurs brésiliens, le Guaruja et le Bocaina, une équipe efficace qui a permis le contrôle et la verbalisation de sept navires, et le déroutement de deux autres.

 

Côté français, le patrouilleur la Capricieuse a procédé au contrôle dans la zone économique exclusive (ZEE) française d’un ligneur vénézuélien, le Dona Virgilia II. Le navire a été verbalisé et le produit de la pêche illégale saisi, puis rejeté à la mer. Côté brésilien, le patrouilleur Bocaina a contrôlé huit navires dans ses eaux nationales. L'un d'eux, le Raylan a été dérouté vers le port de Macapa où il est toujours retenu administrativement par les services brésiliens. Les sept autres navires brésiliens ont quant à eux été contrôlés et verbalisés pour différentes infractions à l'encontre de leur législation nationale.

 

Une réunion de concertation prévue le vendredi 10 octobre 2014 entre le préfet de région, le délégué du Gouvernement pour l’action de l’État en mer (AEM), et les professionnels de la pêche, permettra d'effectuer un point sur les opérations réalisées et les perspectives à venir.

 

Cette opération illustre la bonne coordination interministérielle et interalliée mise en œuvre dans la lutte contre la pêche illégale. Ce volet, au même titre que la lutte contre l’orpaillage illégal et les trafics illicites, s’inscrit dans le cadre du partenariat stratégique signé par la France et le Brésil en 2008. Ce partenariat est centré sur deux domaines de coopération privilégiés : la sécurité transfrontalière avec la Guyane et la sécurité des espaces maritimes. A ce titre, les forces armées en Guyane (FAG) et les forces armées brésiliennes coopèrent de façon ciblée et régulière.

 

A 7 000 km de la métropole, les forces armées en Guyane (FAG) garantissent la protection du territoire national et de ses ressources. Fréquemment engagées en appui de l’action de l’Etat dans des missions au caractère interministériel, les FAG agissent dans un cadre exigeant par son étendue (1 100 km de frontières terrestres), son littoral difficile et sa forêt équatoriale.

Coopération franco-brésilienne pour La CapricieuseCoopération franco-brésilienne pour La Capricieuse

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories