Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 16:50
La Roumanie reçoit ses derniers PVP mais pense à l’avenir

 

2 juin, 2015 Pierre Brassart (FOB)

 

Du 18 au 21 mai, Panhard Général Défense a reçu une délégation du Ministère de la Défense Roumain qui venait réceptionner le dernier lot de 6 PVP destinés à l’Armée roumaine. Le ministère de la Défense roumain a acquis en 2012 16 véhicules, et cette visite avait pour but la réception du dernier lot de 6 PVP.

 

La version LAORV spécifique à l’armée Roumaine apporte de nombreux nouveaux développements. Outre sa protection balistique niveau 2 STANAG, il est équipé d’une protection anti-mine niveau 2A STANAG. L’utilisation opérationnelle du véhicule est possible dans des zones climatiques de -32°C à +50°C. Les véhicules étant ensuite équipés par la société Roumaine CSR pour remplir des missions de contrôle de zones et périmètres, ils sont prêts à s’inscrire dans une projection internationale sous l’égide des Nations Unies ou de l’OTAN. Les PVP roumains sont armés de mitrailleuses 7,62mm Cugir Mitraliera md.66 qui sont la version roumaine de la PKM russe.

 

La Roumanie est le 4ème client du PVP après évidemment la France (plus de 1200 véhicules en service depuis 2008), le Chili (15 véhicules), le Togo (6 véhicules).

 

La force terrestre roumaine a encore un long chemin à faire. Devenue membre de l’OTAN en 2004, son armée est encore en grande partie celle d’un pays du pacte de Varsovie. Ses chars de combat sont des T-55 améliorés localement, ses VCI sont des BMP-1 construits sous-license (modernisés toutefois avec l’adjonction d’une tourelle israélienne OWS-25R emportant un canon de 25mm et deux missiles antichars Spike ou AT-3), ses véhicules à roues des BTR-60, 70 et 80, des BRDM-2… Son matériel moderne est celui qu’elle a acheté, loué ou reçu pour son déploiement en Afghanistan, à savoir une trentaine de Piranha IIIC, des HMMWV et des MRAP. Plusieurs VAMTAC espagnols (pour ses Forces Spéciales) et une trentaine d’automoteurs anti-aériens Guepard ont également été achetés par Bucarest.

 

En première ligne face à la situation explosive en Ukraine, la Roumanie a décidé de prendre des mesures en augmentant son budget militaire de 1,4% de son PIB en 2014 à 1,7% en 2015. Pour ce faire, Bucarest a du négocier avec l’Union européenne et le FMI afin de modifier le planning de réduction de son déficit budgétaire. Certains prédisent que la Roumanie atteindra les 2% du PIB prévu par l’OTAN en 2017. Elle aura bien besoin de cet argent pour moderniser son armée qui en a bien besoin.

Les PVP sont armées d’une mitrailleuse de 7,62mm PKM (d’origine roumaine)

Les PVP sont armées d’une mitrailleuse de 7,62mm PKM (d’origine roumaine)

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:50
OTAN : un AWACS en mission pour l’Alliance

 

15/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Le 14 octobre 2014, un avion Awacs de l’armée de l’Air a décollé de la base aérienne d’Avord pour effectuer une mission de surveillance aérienne au-dessus de la Roumanie.

 

Ce sont les mêmes avions qui effectuent depuis le mois d’avril des missions régulières de surveillance des espaces aériens roumain et polonais. 26 missions de surveillance, dont 6 en Pologne, 19 en Roumanie ont ainsi réalisées au départ de la base aérienne d’Avord. En septembre, un AWACS français avait été engagé pour assurer une mission de surveillance aérienne au profit de la sécurisation du sommet de l’OTAN à Newport, au Royaume Uni.

 

Ces missions s’inscrivent dans le cadre des mesures dites de « réassurance » décidées par l’OTAN au profit des alliés d’Europe centrale et du Nord depuis le début de la crise ukrainienne.

 

Voir notre dossier : La France au cœur des mesures de réassurance

 

En novembre prochain, au titre de ces mesures de réassurance, c’est un avion de patrouille maritime Atlantique 2de la Marine nationale, qui sera déployé durant une quinzaine de jours à Gdynia, en Pologne, pour participer à la surveillance du trafic maritime en mer Baltique.

OTAN : un AWACS en mission pour l’Alliance
OTAN : un AWACS en mission pour l’Alliance
OTAN : un AWACS en mission pour l’Alliance

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 16:50
Airbus Helicopters met le cap à l'est

Airbus Helicopters a signé début septembre un protocole d'accord (MoU) avec la Roumanie pour créer une chaîne d'assemblage AS332 C1e (Crédits : Airbus Helicopters)

 

07/10/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le constructeur franco-allemand a signé un protocole d'accord avec Bucarest pour installer une chaîne d'assemblage de Super Puma en Roumanie. Il a également en projet d'en créer une autre en Pologne s'il gagne un contrat de 70 appareils.

 

Cap vers les pays low cost pour Airbus Helicopters. Après les États-Unis et le Mexique afin de produire en zone dollar, le constructeur d'hélicoptères tourne résolument le manche vers les pays de l'est. Airbus HC a d'ailleurs signé début septembre un protocole d'accord (MoU) avec la Roumanie pour créer une chaîne d'assemblage AS332 C1e, la toute nouvelle version de l'hélicoptère Super Puma lancée en 2012. Une cérémonie a été organisée à Bucarest à cette occasion en présence notamment du Premier ministre roumain, Victor Viorel Ponta, et de son ministre de la Défense, Mircea Dusa ainsi que du PDG d'Airbus HC, Guillaume Faury. Les négociations devraient durer jusqu'en 2015.

Airbus HC est également prêt à produire des Caracal en Pologne avec le polonais WZL 1. Cette entreprise basée à Lodz et spécialisée dans la maintenance aéronautique assemblera le Caracal si le constructeur franco-allemand gagne une compétition portant sur l'acquisition par Varsovie de 70 hélicoptères de transport pour un montant estimé entre 2,5 et 3 milliards d'euros. De son côté, le motoriste et partenaire d'Airbus Helicopters dans cet appel d'offre, Turbomeca (groupe Safran), installera une chaîne d'assemblage pour les turbines de l'EC725.

 

Pénétrer le marché militaire low cost

Cet accord permettrait à Airbus Helicopters de pénétrer le marché low dans le domaine militaire et des missions gouvernementales de type ONU, évalué à 2,7 milliards d'euros par an, sur lequel Airbus HC veut être désormais plus présent. Si le constructeur de Marignane a gagné récemment en Bolivie un joli contrat fin 2013 (six Super Puma AS332 C1e), il a toutefois perdu au Pérou une commande de 24 appareils en décembre 2013. Ce sont les Russes beaucoup moins chers (MI-17) qui avaient raflé ce contrat.

Ce partenariat avec IAR Brasov s'il était conclu devrait entraîner une baisse du prix de vente de cet appareil grâce à une baisse des coûts de production. Et donc de s'aligner sur les capacités financières des clients, qui cherchent des appareils à la fois rustiques et sûrs. Il permettrait en outre de prolonger la vie du Super Puma MK1, qui se vend à cinq exemplaires environ par an. Pas assez pour rentabiliser les équipements industriels.

 

Un partenariat de longue date

Industria Aeronautica Romana, fondée en 1925 et devenue IAR Brasov, a produit plus de 300 Puma et Alouette sous licence en Roumanie depuis le début des années 1970 pour des besoins nationaux et à l'exportation. En 2002, Airbus helicopters a créé une société commune (JV) avec IAR Brasov (170 salariés) pour réparer et entretenir des Puma et des SuperPuma. cette JV propose des contrats de maintenance à l'export. En 2012, la Grande-Bretagne a ainsi pris possession du premier Puma MK1 modernisé en Puma MK2 par l'usine roumaine.

Ce partenariat devrait également permettre de maintenir des emplois en France dans le domaine de l'avionique, des fabrications de composites et des transmissions.

Partager cet article

Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 17:50
Cinquième édition du salon BSDA 2014


 29/05/2014 par SITTA

 

BSDA 2014

La cinquième édition du salon régional BSDA 2014 avait, semble-t-il, pour but de mettre en valeur l’industrie de défense roumaine. Il faut tout d’abord noter que plusieurs pays (États-Unis, Allemagne, Italie, Hongrie, Suisse, Belgique, France...) ont exposé en Roumanie et sur d’autres salons proches (IDEB à Bratislava et HEMUS à Sofia) quasiment en même temps. En ce qui concerne les productions locales, le manque de crédits restreint les capacités de développements de nouveaux produits. En tenant compte de ces difficultés, il a cependant été possible d’observer des matériels d’un niveau technologique intéressant.

Plusieurs présentations dynamiques ont permis d’apprécier les capacités technologiques et opérationnelles des matériels, avec notamment la démonstration effectuée par le SIAS (unité d’intervention de la gendarmerie roumaine).

 

TR 85 M 1 (Roumanie)

Le char de bataille TR 85 M1BIZONUL est une évolution du char TR 85, lui-même basé sur le T-55 de production soviétique. Cet engin de conception ancienne comprend un équipage de quatre hommes (chef d’engin, tireur, chargeur et pilote). Il est équipé d’une tourelle plus imposante mais conserve son canon de calibre 100 mm. Les améliorations reposent également sur la mise en place d’une conduite de tir et de munitions AFPDS.

TR 85 M1 (Roumanie)

La munition de type AFPDS permet d’engager une cible jusqu'à 4 000 m. Le char est également armé d’une mitrailleuse coaxiale ROMARMPKT de calibre 7,62 x 54 mm et d’une mitrailleuse antiaérienne de calibre 12,7 x 108 mm ROMARM DSHK.

Le TR 85 M1 est propulsé par un moteur allemand de 860 chevaux. Celui-ci permet d’atteindre une vitesse maximale de 60 km/h, malgré ses 50 tonnes, pour une autonomie de 400 kilomètres. La suspension est de type hydropneumatique.

L’engin est équipé de détecteurs d’alerte laser, d’un système de protection NRBC et d’un système automatique d’extinction des feux. Enfin, le char dispose également de réservoirs supplémentaires largables, d’un schnorkel pour le franchissement de cours d’eau et d’un « tronc d’arbre » pour faciliter le franchissement d’obstacles.

.

PIRANHA III C (Mowag GmbH-Suisse)

Le véhicule de combat d’infanterie 8x8 PIRANHA III C produit par la firme MOWAG GmbH était présenté avec une tourelle télé-opérée (RCWS) armée d’une mitrailleuse de calibre 12,7 x 99 M 2 QCB. Ce blindé très mobile dispose d’un rayon de braquage très court pour un véhicule de cette taille. Les pneus sont à affaissement limité. 

Piranha III C (Suisse)

Le PIRANHA III C est équipé d’un moteur CATERPILLAR C9 turbo-diesel délivrant 298 kW, qui permet d’atteindre une vitesse maximale de 105 km/h sur route pour une autonomie de 500 kilomètres. Le véhicule possède un système ABS. Il est également équipé d’une climatisation, d’un système de protection NRBC, de détecteurs d’alerte laser produits en  Roumanie, d’un treuil et d’un système automatique d’extinction des feux. La version présentée lors du salon était équipée d’une propulsion à hydrojets permettant de traverser une coupure humide à une vitesse de 10 km/h. Le pilote dispose d’une lunette thermique d’aide à la conduite de nuit. 

Son habitacle spacieux dans la configuration présentée permet de transporter 6 soldats équipés, plus le tireur, le conducteur et le chef d’engin.

Piranha III C (Suisse)

.

Roquette TOHAN 122 ER (Tohan- Roumanie)

La firme TOHAN ,spécialisée dans les munitions, a présenté une roquette d’artillerie de 122 mm à portée accrue (ER pour Extented Range), développée en coopération avec la firme française ROXEL. Cette munition atteint une portée maximale de 42 kilomètres. Elle mesure 2729 mm pour une masse de 61,62 Kg. La tète militaire peut être pourvu d’une fusée de type MRV-U ou d’une fusée de proximité. Ce type de munition peut être tiré par une grande variété de lanceurs tels les BM-21, APRA-40 ou RM-70.

Roquette Tohan 122 mm ER (Roumanie)

La TOHAN 122 ER peut être armée de deux types de tête militaire, à savoir :

-                    Une tête explosive à vocation antipersonnel. La masse totale de la tète militaire est de 18,4 Kg et son rayon létal est de 25 mètres ;

-                Une tête équipée de charges préformées à vocation anti-véhicules. La masse totale de la tète militaire est également de 18,4 Kg. Les 12 charges préformées qui composent la tête militaire permettent de perforer entre 20 et 35 mm de blindage.

La munition anti-véhicules sera employée notamment contre des concentrations de véhicules, ou des PC de campagne.

Roquette Tohan 122 mm ER (Roumanie)

.

ROMARM MODEL 66 COMMANDO (S.C Fabrica de Arme de Cugir S.A-Roumanie)

La célèbre firme roumaine CUGIR présentait une modernisation intéressante de sa mitrailleuse ROMARM MODEL 66 développée spécialement pour les unités aéroportées et les forces spéciales. Les modifications apportées permettent, semble-t-il, à cette arme fiable et puissante, d’être plus compacte.

Romarm Model 66 Commando (Roumanie)

Ainsi la crosse originelle a été remplacée par une crosse squelette métallique repliable sur le coté gauche (la crosse repliée ne gène en rien le fonctionnement de l’arme). Le canon a été  raccourci de 605 mm à 510 mm. De ce fait, La MODEL 66 COMMANDO mesure 1100 mm et seulement 810 mm lorsque la crosse est repliée. Elle pèse 8,250 Kg sans munition. Sa cadence de tir est de 600 à 650 cpt/mn. Enfin, le système de visée demeure rustique et est constitué d’une planche de hausse réglable et d’un guidon

.

Grenade GMM (Uzina Mecanica MIJA S.A –Roumanie)

La firme MIJA S.A, spécialisée dans les munitions d’infanterie, présentait la grenade modulaire GMM.

Grenade GMM (Roumanie)

Cette grenade peut être utilisée en trois versions :

-                  Dans sa version offensive, la grenade équipée d’un bouchon allumeur FGM 1 (retard de 3 à 4,5 s) projette 200 éclats dans un rayon létal de 5 mètres. La masse de la grenade est de 155 grammes.

-                  Dans sa version défensive, la grenade est renforcée d’un cylindre pré-fragmenté qui se visse. A l’explosion, la grenade génère une gerbe d’environ 1 500 éclats pouvant aller jusqu'à 100 mètres. La grenade pèse 560 grammes dans cette configuration.

-                  Dans sa version « multi rôle », la grenade en version défensive reçoit un bouchon allumeur FGP 1 (retard de 9,5 à 12,5 s). la base de la munition est équipée d’une charge creuse spécifique permettant de percer 40 mm d’acier. Cette base est pourvue d’un aimant qui permet de fixer la grenade sur le véhicule ou le matériel à détruire.

.

DRAGOMIRESTI 40 HE et TP-T (UPS Dragomiresti – Roumanie)

La firme roumaine UPS DRAGOMIRESTI présentait deux types de grenades 40 mm basse vélocité :

-                  La DRAGOMIRESTI 40 HE

Cette munition antipersonnel porte à 400 mètres avec une vitesse initiale de 80 m/s. Elle pèse 235 grammes au total pour une charge explosive de 21 grammes d’explosif COMPO B. la grenade projette à l’impact 144 billes en acier et environ 200 fragments de plus de 0,2 g.

Grenade Dragomiresti 40 mm HE (Roumanie)

-                  La DRAGOMIRESTI 40 TP-T

Cette munition d’instruction porte à 400 mètres avec une vitesse initiale de 80 m/s. La munition est équipée d’un traceur pour faciliter son suivi de trajectoire.

Ces deux grenades peuvent être tirées par tous les lanceurs standardisés OTAN tels le M203, le M79, le HK 69, le HK 79, FN GL...

.

RCWS-RO (Pro Optica – Roumanie)

La firme PRO OPTICA présentait sa tourelle télé-opérée RCWS-RO. Relativement légère  (165 kg), elle permet d’intégrer des mitrailleuses de calibres 5,56 x 45mm, 7,62 x 51 mm ou encore 7,62 x 54 mm (MINIMI, MAG 58, PKM, MG 3...). Parce qu’elle est légère, il est possible de la monter sur tous types de véhicules. Un montage sur point fixe est également possible dans le cadre de mission de sécurisation de zone sensible.

RCWS-RO (Roumanie)

Le bloc optronique est composé d’une camera jour CCD et d’une lunette thermique non refroidie. En option, peuvent être ajoutés un télémètre laser, une stabilisation électronique de l’image et une stabilisation de la tourelle pour le tir. Les informations des capteurs sont transmises sur  un écran de 10 pouces.

La RCWS-RO fonctionne sur 360° en azimut, et de – 20° à + 60° en site. L’ensemble fonctionne en 24 V. Le tireur utilise un joystick pour commander le système de l’intérieur et assure ainsi surveillance et tir en étant protégé.

RCWS-RO (Roumanie)

.

ROMARM LP 7 (Uzina Mecanica de Cugir –Roumanie)

La firme CUGIR présentait le pistolet mitrailleur ROMARM LP 7. Utilisée notamment par la gendarmerie roumaine, il est inspiré de la carcasse KALACHNIKOV et est muni d’un bloc détente similaire et d’un sélecteur de tir identique. Ce pistolet mitrailleur est chambré pour la munition 9 x 19 mm (9 mm parabellum) et le chargeur contient 30 cartouches. L’arme fonctionne par blowback et peut tirer en semi automatique ou en automatique.

Romarm LP 7 (Roumanie)

L’arme est équipée d’une crosse squelette métallique repliable sur le coté gauche et réglable en longueur. La poignée pistolet et la poignée garde-main sont en matière synthétique. Le canon est protégé en partie par une pièce métallique ajourée destinée à protéger le tireur contre les brulures. Ce même canon est équipé d’un compensateur de relèvement, fort utile lors de tir en automatique.

Le système de visée est constitué d’une hausse à bascule et d’un guidon sous tunnel. Un rail Picatinny placé devant la hausse permet d’installer un système de visée optique TAS 11 par exemple. Le pistolet mitrailleur ROMARM LP 7 est une arme simple à utiliser, fiable et compacte.

 

Romarm LP 7 (Roumanie)

.

IVECO M250 (Iveco – Italie)

La firme italienne présentait un camion tactique 6x6 IVECO M 250 dans sa version transport de matériel.

IVECO M 250 (Italie)

Ce véhicule peut être doté de trois puissances de moteurs (400, 410 ou 450 chevaux) en fonction de la version de l’engin. De même, il reçoit une boite de vitesse ZF 6HP902 automatique ou une boite ZF 16 AS 2601 « Eurotronic ». La masse à vide est de 13 tonnes et le poids total autorisé en charge est de 25 tonnes. Sa vitesse maximale est donnée pour 90 km/h sur route. La cabine comprend trois places. Si le véhicule présenté était en version tôlée, il est cependant possible de monter une cabine blindée. De nombreuses options sont prévues, notamment une centrale de gonflage centralisée des pneus, des pneus à affaissement limité, un treuil ou encore une cabine facilitant l’aérotransport.

Afin d’assurer l’autoprotection du véhicule, la cabine peut recevoir une arme montée sur circulaire ou sur tourelleau télé-opéré.

 

Partager cet article

Repost0
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 14:50
La Roumanie à EUROSATORY 2014

 

source Ambassade de Roumanie

 

Dans le programme annuel de promotions d’exports, 9 compagnies roumaines seront présentes au Salon «EUROSATORY» a Paris, de 16 a 20 juin, 2014. La cinquième participation roumaine à ce Salon est organisé par le Ministère de l’Economie en partenariat avec le patronat de profil – PATROMIL et l’appui du Bureau de Promotion Commerciale et Economique de Paris.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 07:40
Ukraine: huit exercices internationaux programmés pour 2014

 

KIEV, 3 avril - RIA Novosti

 

Huit exercices militaires internationaux se tiendront en Ukraine en 2014 avec la participation de l'OTAN, a annoncé jeudi à Kiev Evguéni Perebiïnis, porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères.

"Il y aura huit exercices internationaux", a indiqué M.Perebiïnis.

L'Ukraine accueillera notamment les manœuvres Rapid Trident 2014 et Sea Breeze 2014 (Ukraine, Etats-Unis et autres membres de l'OTAN), Safe Sky 2014 et Public Order 2014 (Ukraine, Pologne), Light Avalanche 2014 (Ukraine, Slovaquie, Hongrie, Roumanie), Carpates 2014 (Ukraine, Pologne, Hongrie) et Sud 2014 (Ukraine, Moldavie, Roumanie).

Tous les pays engagés dans les exercices sont membres de l'OTAN sauf la Moldavie, qui a signé le Plan d'action individuel pour le Partenariat (IPAP) avec l'Alliance, et l'Ukraine.

L'OTAN a promis d'augmenter le potentiel de défense de Kiev lors de la récente réunion de la commission Ukraine-OTAN. Les parties ont décidé d'intensifier leur coopération et de lancer des réformes de l'armée. L'Alliance s'est déjà dit prête à déployer des groupes d'entraînement mobiles sur le sol ukrainien et étudie la possibilité de prêter des moyens techniques à Kiev.

La Rada suprême (parlement ukrainien) a approuvé mardi une disposition du président par intérim Alexandre Tourtchinov visant à ouvrir durant l'année 2014 le territoire ukrainien aux troupes étrangères, y compris américaines, engagées dans des manœuvres militaires. La législation actuelle de ce pays interdit d'accueillir sur le sol ukrainien des formations militaires non prévues par la loi, y compris des bases militaires étrangères. Cela oblige le chef de l'Etat d'émettre des lois spéciales appropriées en prévision des exercices militaires.

Partager cet article

Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 21:50
Stoltenberg, partisan d’un plus grand effort militaire de l’Europe, bientôt à la tête de l’OTAN

Le Secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen et le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg [Photo prise lors de la visite du Secrétaire général de l'OTAN en Norvège, en mai 2013] (Archives/OTAN)

 

28 mars 2014 par Jacques N. Godbout

 

 



Le Norvégien Jens Stoltenberg, partisan lui aussi du renforcement de la coopération atlantique et d’un meilleur partage des responsabilités, succédera au Danois Fogh Rasmussen à la tête de l’OTAN.

 

Ce vendredi 28 mars, le Conseil de l’Atlantique Nord a décidé de nommer Jens Stoltenberg Secrétaire général de l’OTAN et président du Conseil de l’Atlantique Nord, en remplacement de d’Anders Fogh Rasmussen. Il assumera ses fonctions de secrétaire général à partir du 1er Octobre 2014, lorsque le mandat de Fogh Rasmussen expirera après 5 ans et 2 mois à la tête de l’Alliance.

 

Fogh Rasmussen: «La Russie, adversaire ou partenaire?» 

Anders Fogh Rasmussen, avait pris ses fonctions en tant que 12ème secrétaire général de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord le 1er Août 2009.

Né en Ginnerup, Jutland, le 26 Janvier 1953, devenu membre du Parlement danois représentant le Parti libéral en 1978, il a occupé de nombreux postes au sein du gouvernement et de l’opposition tout au long de sa carrière politique.

Après les élections législatives danoises en 2001, il a formé son premier gouvernement Réélu en 2005 et 2007 respectivement, et il a occupé le poste de Premier ministre jusqu’à ce qu’il a été élu en tant que futur secrétaire général de l’OTAN lors du sommet de Strasbourg-Kehl en Avril 2009.

Au cours de la présidence danoise de l’Union européenne de Juillet à Décembre 2002, Fogh Rasmussen avait joué un rôle clé dans le processus menant à la conclusion des négociations d’adhésion avec 10 candidats pour adhésion à l’UE lors de la réunion du Conseil européen de Copenhague en Décembre 2002.

Partisans, bien sûr, d’un renforcement de la coopération atlantique, Fogh Rasmussen, qui redoute une intervention de Moscou dans l’est de l’Ukraine, a déclaré lors d’une récente allocution sur la crise ukrainienne que le rattachement de la Crimée à la Russie constitue la «plus grave» menace pour la stabilité de l’Europe depuis la Guerre froide.

On ne sait plus si la Russie est un partenaire ou un «adversaire», s’était  interrogé Fogh Rasmussen, précisant que les prochaines réunions de l’OTAN devaient «se pencher sur les conséquences à long-terme de l’agression russe sur notre propre sécurité».

 

Jens Stoltenberg, pour un plus grand effort de l’Europe

Jens Stoltenberg, lui, est né à Oslo le 16 Mars 1959. Il a passé son enfance à l’étranger, avec son père diplomate, sa mère et ses deux sœurs.

Plusieurs noms avaient été auparavant évoqués, dont celui du ministre polonais des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski ou le ministre belge de la Défense Pieter De Crem, mais Stoltenberg a reçu le soutien des dirigeants des principaux pays de l’Alliance, notamment États-Unis, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni.

Stoltenberg a été nommé Premier ministre de son pays pour la première fois en 2000, à l’âge de 40 ans. Il a démissionné après l’élection de l’année suivante et a été chef de l’opposition jusqu’en 2005, quand il est redevenu Premier ministre, cette fois pour un gouvernement de coalition, un poste qu’il a occupé jusqu’en Octobre 2013.

Il est actuellement chef du Parti travailliste norvégien, ainsi que chef du groupe parlementaire du parti.

Le futur Secrétaire général de l’OTAN a eu un certain nombre de missions internationales, notamment de la présidence du Groupe de haut niveau des Nations Unies sur la cohérence du système et le Groupe consultatif de haut niveau sur le financement du changement climatique. Il est actuellement envoyé spécial des Nations unies sur les changements climatiques.

Alors que M. Stoltenberg était Premier ministre,souligne-t-on dans sa biographie sur le site de l’OTAN, les dépenses de défense de la Norvège a augmenté régulièrement, avec le résultat que la Norvège est aujourd’hui l’un des membres de l’Alliance dont les dépenses sont les plus élevées par habitant de la défense.

Il a également joué un rôle dans la transformation des forces armées norvégiennes, mettant l’accent sur les capacités de déploiement.

Sous sa direction, le gouvernement norvégien les forces norvégiennes ont contribué à diverses opérations de l’OTAN.

En outre, durant son mandat à la tête du Danemark, Jens Stoltenberg a souvent appelé l’OTAN à de se concentrer sur les défis de sécurité à proximité du territoire de l’Alliance.

 

En pleine crise ukrainienne

Le futur Secrétaire général de l’OTAN est un fervent partisan du renforcement de la coopération transatlantique, y compris un meilleur partage de la charge par tous les membres de l’Alliance atlantique.

Il voit l’OTAN et l’Union européenne comme des organisations complémentaires pour garantir la paix et le développement en Europe et ailleurs dans le monde.

La nomination de Jens Stoltenberg intervient au moment où l’OTAN, qui va célébrer ses 65 ans, est confrontée à la crise ukrainienne et où l’Amérique presse l’Europe de faire sa part et d’augmenter ses dépenses militaires, la crise ukrainienne illustrant éloquemment pour certains que «la liberté a un prix».

Le Premier ministre canadien Stephen Harper pour sa pars’est réjoui de cette nomination, déclarant avoir «hâte de travailler en étroite collaboration avec le nouveau Secrétaire général aux dossiers liés à la défense et à la sécurité qui touchent la région euro-atlantique» et soulignant clairement qu’à ses yeux «Compte tenu de l’occupation militaire illégale russe en Crimée et de la violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, c’est d’autant plus important aujourd’hui que l’OTAN démontre sa solidarité et renforce sa capacité à prévoir les défis liés à la sécurité de l’Alliance et à y répondre rapidement».

Dans la crise ukrainienne, l’Alliance atlantique se retrouve en première ligne bien que l’Ukraine ne soit pas l’un de ses membres.

Pour rassurer ses membres voisins de l’Ukraine et de la Russie, l’OTAN a déployé début mars avions-radars AWACS pour effectuer des missions de reconnaissance au-dessus de la Pologne et de la Roumanie, dans le cadre de «la surveillance» de la crise» tandis que les États-Unis dépêchaient des avions de chasse et de surveillance dans la zone.

Partager cet article

Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 08:50
Des avions de l'Otan patrouillent en Pologne et en Roumanie

 

 

MOSCOU, 12 mars - RIA Novosti

 

Deux avions radars AWACS de l'Otan se sont mis mercredi à patrouiller dans l'espace aérien de la Pologne et de la Roumanie, rapportent les médias internationaux, se référant au lieutenant-colonel Jay Janzen, porte-parole de l'Alliance.

 

Selon M.Janzen, les avions qui ont quitté mercredi matin leurs bases aériennes de Geilenkirchen, en Allemagne, et de Waddington, en Grande-Bretagne, ne sortiront pas de l'espace aérien des pays membres de l'Alliance et ne franchiront pas les frontières de l'Ukraine et de la Russie.

 

Mardi, un avion de l'Otan a déjà effectué un vol de reconnaissance, en survolant la Roumanie.

 

Lundi, le Conseil de l'Otan a donné son feu vert pour des vols de reconnaissance au-dessus de la Pologne et de la Roumanie. Le système de détection et de commandement aéroporté AWACS est un système de stations radar montées sur des avions de guet permettant de surveiller un vaste espace aérien.

 

Un changement de pouvoir s'est opéré le 22 février à Kiev. La Rada suprême (parlement ukrainien) a démis le président Viktor Ianoukovitch de ses fonctions et réformé la Constitution. Ianoukovitch a qualifié ces événements de "coup d'Etat". Moscou conteste également la légitimité des décisions de la Rada.

 

La Crimée a décidé de tenir le 16 mars un référendum sur son futur statut politique. Le parlement de la république autonome s'est prononcé pour le rattachement à la Russie.

Partager cet article

Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 19:20
Ukraine: l'Otan envoie des avions-radars Awacs au dessus de la Pologne et de la Roumanie

 

 

10 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

BRUXELLES - L'Otan a annoncé lundi l'envoi d'avions-radars Awacs pour effectuer des missions de reconnaissance au dessus de la Pologne et de la Roumanie, dans le cadre de la surveillance de la crise en Ukraine.

 

Le Conseil de l'Atlantique nord, qui regroupe les ambassadeurs des 28 pays de l'Otan, a décidé lundi de recourir à des vols de reconnaissance d'Awacs au dessus de la Pologne et de la Roumanie, a indiqué un responsable de l'Otan.

 

Ces vols vont renforcer la capacité de surveillance de la situation et prendront place uniquement au dessus du territoire de pays appartenant à l'Alliance atlantique, a-t-il précisé.

 

Appareils de technologie américaine, les Awacs (Airborne Warning and Control System) permettent de surveiller un espace aérien avec une portée accrue par rapport à un radar au sol.

 

Les Awacs mobilisés par l'Otan vont effectuer leur mission depuis leurs bases de Geilenkirchen, en Allemagne, et de Waddington, au Royaume Uni.

 

Leur déploiement est une action fondée et responsable qui fait suite à la décision prise la semaine dernière par les ambassadeurs de renforcer la surveillance des pays membres voisins de l'Ukraine.

 

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, avait déclaré que la crise ukrainienne présentaient de sérieuses implications pour la sécurité et la stabilité de la zone euro-atlantique. Il avait accusé la Russie de violer la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, et de violer ses engagements internationaux en déployant des troupes en Crimée.

 

Les Etats-Unis, pays le plus puissant de l'Otan, ont parallèlement décider d'intensifier les entraînements aériens conjoints avec la Pologne et d'augmenter leur participation à la protection de l'espace aérien des pays baltes.

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 12:50
L'armée roumaine enverra un tiers de troupes de moins à l'étranger en 2014

 

2013-12-18 xinhua

 

Le Conseil suprême de défense nationale roumain (CSDN) a décidé mardi de réduire d'un tiers ses troupes en mission à l'étranger en 2014.

 

Selon le plan approuvé par le CSDN concernant le déploiement de troupes à l'étranger en 2014, l'armée roumaine enverra en mission et opération à l'étranger un total de 1 311 militaires, soit 725 de moins que cette année.

 

Pour ce qui est du ministère de l'Intérieur, les forces participant en 2014 aux diverses missions sous l'égide de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), de l'Union européenne, de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et des Nations Unies (ONU) seont constitués de 791 soldats et policiers, soit 301 de plus qu'en 2013, a indiqué la présidence roumaine dans un communiqué.

 

"L'effort principal continue d'être la participation au sein de l'opération de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan et le maintien de l'engagement de la Roumanie dans le théâtre des opérations des Balkans," précise le communiqué de la présidence.

 

Le CSDN, qui inclut le président, le Premier ministre, les ministres de la Défense et des Affaires étrangères, ainsi que les directeurs des services de renseignement, est l'organe exécutif suprême en Roumanie, qui décide des questions de sécurité et de défense.

 

La Roumanie a commencé à envoyer des troupes en Afghanistan en juillet 2002. Cela constituait la première mission militaire du pays à l'étranger depuis la Seconde Guerre mondiale.

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 12:40
Transnistrie: renforcer la présence militaire russe (député)

 

MOSCOU, 18 décembre - RIA Novosti

 

Le député de la Douma Roman Khoudiakov (Parti libéral-démocrate) a proposé mercredi d'accroitre la présence militaire russe en Transnistrie pour éviter une éventuelle reprise du "scénario sud-ossète" dans cette région de Moldavie.

 

"J'estime qu'il est nécessaire d'élargir le contingent militaire russe en Transnistrie en vue de prévenir toute provocation à la Saakachvili, car un tel scénario ne semble plus impossible", a indiqué le parlementaire.

 

Selon lui, la Roumanie se prononce régulièrement en faveur de l'unification avec la Moldavie, ce qui ne peut avoir lieu sans régler le problème de la Transnistrie, "où résident plus de 200.000 citoyens russes".

 

"Est-ce qu'on peut être sûr que les autorités moldaves et roumaines ne seront pas tentées de régler cette question territoriale par un recours à la force?", s'est interrogé M.Khoudiakov.

 

Le député a appelé les autorités russes à prêter une attention particulière à ce problème, prenant en considération l'exemple du "carnage sanglant perpétré en Abkhazie et en Ossétie du Sud".

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 23:55
L’armée française a défilé à Bucarest

Le 1er décembre 2013, pour la première fois dans l’histoire de l’amitié franco-roumaine, l’armée française a eu l’honneur d’être associée à la célébration de la Fête nationale de la Roumanie. 30 militaires français du 1er régiment d’artillerie ont défilé à Bucarest, aux côtés des forces armées roumaines, sous les ordres de leur chef, le lieutenant-colonel Raphaël Bernard.

 

Reportage photos

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:50
Visite officielle du chef-d’état-major de la Marine en Roumanie



21/11/2013 Marine nationale

 

Les 18 et 19 novembre 2013, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Rogel s’est rendu en Roumanie pour une visite officielle. Cette visite a débuté par un entretien à Bucarest avec le chef d’état-major des armées, le général de corps aérien Danila, puis avec le chef d’état-major de la marine roumaine, le vice-amiral Popa.

Elle s’est poursuivie par une visite du port militaire de Constanza où le CEMM s’est fait présenter par son homologue différentes unités dont le SSK Delfinul de la classe Kilo et leurs missions.

Les participations à des opérations interalliées communes (Atalanta ou Active Endeavour) et les retours d’expérience respectifs des deux marines ont été évoqués ainsi que des pistes de coopérations futures, par exemple, dans les domaines de l’hydrographie, de la plongée ou de la formation des officiers-élèves.

À l’occasion de cette visite, l’amiral a été décoré de l’emblème d’honneur des forces navales roumaines. Cette distinction est conférée par  le chef d’état-major des forces navales roumaines à un chef militaire étranger à titre exceptionnel lorsqu’il souhaite l’honorer.

 

Visite officielle du chef-d’état-major de la Marine en Roumanie

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 18:40
Le bouclier anti-missile américain en Roumanie dès 2015

 

MOSCOU, 30 octobre - RIA Novosti

 

L'Otan se rapproche de plus en plus des frontières russes, écrit mercredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

Les travaux pour le déploiement d’une partie du bouclier antimissile (ABM) européen des USA et de l'Otan ont commencé lundi dernier sur la base de Deveselu, au sud de la Roumanie, en présence du sous-secrétaire à la Défense américaine James Miller, des autorités roumaines et de plusieurs représentants haut placés des pays de l'Otan.

Le déploiement de l'ABM en Europe est une pierre d'achoppement dans les relations de l’Alliance avec la Russie. Le ministre roumain de la Défense Mircea Dusa a pourtant déclaré que la construction d'une base à Deveselu avait commencé "malgré l'absence d'entente avec la Russie". Selon le ministre, les constructeurs roumains réaménageront bientôt une ancienne base de l'armée de l'air avant qu’une compagnie américaine commence à installer le système de défense antimissile.

Selon les informations préliminaires, le coût du système d'interception des missiles de courte et moyenne portée s'élève à 134 millions de dollars. C'est une somme conséquente, notamment au vu des problèmes financiers de la Maison blanche ainsi que des divergences au sein de l'Otan sur la perte de confiance envers les USA, dont les renseignements espionnaient activement leurs alliés. Le déploiement de l'ABM et sa mise en service est prévu d'ici 2015.

Selon les experts, ce passage à l’acte des USA et de l'Otan pourrait faire grimper la température dans les relations entre Moscou et Washington. Ce sujet est central en effet dans les relations bilatérales mais s’était limité jusqu'à présent à de simples débats. Aujourd’hui un pas est franchi - et les USA comme l'Otan continuent d’affirmer que l'ABM européen n'est pas dirigé contre la Russie sans pour autant fournir d'arguments tangibles.

Pour l'Otan, la construction de l'ABM en Roumanie est une partie de son approche adaptative phasée en Europe (European Phased Adaptative Approach). Ce plan implique la mise en place de l'ABM en quatre étapes : en Turquie, en Roumanie, en Pologne, puis par un rééquipement de tous les systèmes avec des antimissiles plus modernes d'ici 2020.

En 2012, le lancement de la première phase de l'EuroABM avait été annoncé au sommet de l'Otan à Chicago. Cependant au printemps 2013 les USA avaient renoncé à la quatrième étape du déploiement de l'ABM en Europe. Washington avait tout de même confirmé que les plans de déploiement des éléments de l'ABM en Pologne et en Roumanie n'avaient pas changé. La Russie avait considéré ces plans corrigés comme une menace pour ses forces nucléaires stratégiques et s'était exprimée contre le déploiement du système, même avec l'abandon de la quatrième étape.

Le système de défense antimissile nationale des USA est un complexe de radars d'alerte haute fréquence et de missiles intercepteurs au sol et en mer. Le système de défense vise avant tout à protéger l'Amérique, mais aussi tous ses alliés et bases militaires, contre des frappes de puissance limitée, notamment des attaques balistiques depuis les Etats-voyous - la Syrie, l'Iran et la Corée du Nord. La Libye et l'Irak ont également fait partie de cette liste par le passé.

Selon les experts internationaux, le fait de déployer des éléments de l'ABM américain en Europe de l'Est est curieux car on a du mal à voir le lien entre le déploiement de l'ABM en Roumanie et le danger émanant d'Iran et de Corée du Nord.

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 10:50
Défense : la Roumanie s'offre des avions de combat américains

11/10/2013 Michel .Cabirol – LaTribune.fr ( avec agences)

 

Bucarest a choisi de s'acheter des F-16 portugais d'occasion. Une claque pour l'Eurofighter et surtout pour le Gripen de Saab.

 

Après un an de négociations, le gouvernement portugais a annoncé vendredi la conclusion d'un accord avec la Roumanie pour lui vendre 12 avions de combat américains F-16 d'occasion. Une opération qui rapportera 78 millions d'euros au Portugal. "Les gouvernements du Portugal et de la Roumanie ont scellé un accord pour la vente de 12 appareils F-16 MLU destinés à équiper l'Armée de l'air roumaine", a indiqué le ministère portugais de la Défense dans un communiqué.

Avant de livrer la douzaine d'avions à partir de 2016, le Portugal s'est engagé à dépenser 108 millions d'euros pour les moderniser et les adapter aux besoins de la Roumanie, qui lui versera 186 millions, a précisé le ministre de la Défense, José Pedro Aguiar Branco. L'accord prévoit notamment que le Portugal achète aux Etats-Unis trois F-16 non-équipés et comprend la formation de neuf pilotes et 79 techniciens.

 

Une vente négociée depuis plusieurs mois

Cette vente intervient dans un contexte de fortes restrictions budgétaires au sein des forces armées portugaises, qui disposaient jusqu'ici de 39 avions de combat. En échange d'un plan de sauvetage financier accordé en mai 2011 par l'Union européenne et le FMI, le Portugal s'est engagé à mettre en oeuvre un exigeant programme de rigueur et de réformes pour assainir ses finances publiques.

Les Roumains, qui avaient lancé en 2007 une demande d'information (RFI) pour un projet d'acquisition de 48 appareils, avaient trois autres solutions pour remplacer leurs vieux MiG-21. Lockheed Martin proposait 24 F-16 C/D dans le cadre d'une initiative internationale pooling and sharing (union et partage) concernant trois pays (Roumanie, Hongrie et Croatie). Le consortium Eurofighter (BAE Systems, EADS et l'italien Finmeccanica) concourait avec des Eurofighter (tranche 1) d'occasion de l'armée de l'air italienne. Mais le coup est surtout rude pour Saab.

 

Saab perd un prospect important

La décision de Bucarest est un coup dur pour le Gripen de Saab. Le patron du commerce international du constructeur suédois, Eddy de la Motte, qui était le responsable de la campagne du Gripen en Inde (MMRCA), avait annoncé en septembre 2012 sur le blog de Saab Gripen International, l'objectif de vendre au moins 300 Gripen au cours des dix prochaines années. Si cet objectif est atteint, Saab aura 10 % du marché atteignable (marché ouvert), avait-il précisé. Et parmi ces 300 appareils, figuraient le prospect de 48 avions de combat des forces aériennes roumaines...

Partager cet article

Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 11:50
Le Portugal va revendre des F-16 à la Roumanie

28 août 2013 par info-aviation

 

Le Portugal négocie l’achat supplémentaire de F-16 Fighting Falcon avec Lockheed Martin pour les transférer à la Roumanie.

 

L’Agence d’approvisionnement militaire portugaise (DGAIED) va acheter trois chasseurs F-16 à Lockheed Martin dans le cadre du programme américaine EDA (Excess Defense Articles). Les avions seront modernisés au Portugal à la norme F-16 Mid-Life Update (MLU) par l’Armée de l’Air portugaise avec l’aide de l’OGMA-Industria Aeronautica de Portugal, une société locale détenue conjointement par Empresa Portuguesa de Defesa (EMPORDEF) et Embraer du Brésil.

Une fois modernisés, ces avions rejoindront neuf autres F-16MLU portugais qui seront revendus à la Force aérienne roumaine, soit 12 avions F-16 au total. Le contrat est estimé à 186.2 millions d’euros.

Il doit encore être finalisé avec les autorités roumaines mais il prévoit d’inclure la livraison de 12 avions, des moteurs supplémentaires (avec la révision), le soutien logistique, le soutien technique durant 2 ans, et la formation des pilotes roumains et des techniciens de maintenance.

La Roumanie devrait consacrer des fonds supplémentaires à l’acquisition d’armes pour les F-16, de capteurs aéroportés, et d’équipement de soutien au sol. Les F-16MLU devront progressivement remplacer une partie de la flotte de MiG-21 Lancer de l’armée roumaine. Depuis 2010, la Roumanie souhaite s’équiper de F-16, mais le pays a dû renoncer à plusieurs reprises faute d’un financement qui représente 1% de son PIB. L’achat des F-16 portugais d’occasions, mais modernisés, est sans doute une solution plus économique.

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 16:20
Bouclier antimissile US: KBR va construire la base d'interception en Roumanie

12.07.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

En septembre 2011, la Roumanie avait accepté l'installation sur son territoire d'une base de missiles intercepteurs (pour lire la Fact Sheet, cliquer ici). La base qui va accueillir des SM-3 (on parle de deux douzaines de missiles) va être construite sur un terrain de 175 ha; quelque 200 militaires et techniciens US y seront déployés.

Les travaux ont été confiés à KBR comme l'a indiqué le Pentagone mercredi soir:

 

Kellogg Brown & Root Services Inc., Arlington, Va., was awarded a firm-fixed-price, option-filled contract with a maximum value of $134,151,953 for the development and construction of a land-based missile defense system to be build in Deveselu, Romania. Work will be performed in Romania, and Morrestown, N.J. A combination of fiscal 2013 military construction funds and fiscal 2013 research, development, testing and engineering funds in the amount of $77,815,692 are being obligated on this award. The bid was solicited through the Internet, with eight bids received. The Army Corps of Engineers, Wiesbaden, Germany, is the contracting activity (W912GB-13-C-0011).

Les travaux comprennent:
- la construction du site de lancement de missiles, du bâtiment pour le radar Aegis, des réserves de carburant pour les générateurs, des bâtiments de commandement, de stockage et de transmissions,
- la  construction de la zone de vie
- la mise en place des systèmes de sécurité phyisque (entrées, périmètres) etc

Partager cet article

Repost0
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 16:50
photo RTD

photo RTD

April 16, 2013 romania-insider.com

 

Romanian firm MFA Mizil has signed an agreement with Renault Trucks Defense to cooperate in the production of military vehicles in Romania. The deal brings a joint venture to produce military transport vehicles and armored cars to the MFA factory in Mizil, Prahova County.

 

The vehicles produced will be marketed locally and internationally, according to information released by the companies. No figure for investment was given, but upgrading work will be carried out at the MFA Mizil plant.

 

MFA is a Romanian engineering firm founded over 60 years ago. The company has been the leading contractor for the Romanian Ministry of National Defense (MApN) since 1989 for armored vehicles. The latest project developed by the MFA with MApN was the modernization of 127 infantry vehicles, which received NATO certificates worth over EUR 100 million. MFA Mizil is part of the Carmistin group of companies, belonging to businessman Iustin Paraschiv.

 

Renault Truck Defense has over 1,400 employees in France and is present in over 50 countries with its products.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories