Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 11:55
Prix de la reconversion des militaires 2016

Le « Prix de la reconversion des militaires » Edition 2016 : un atout pour les militaires ayant un projet de création ou de rachat d’entreprise

 

Créé par l’Association des entreprises partenaires de la Défense et placé sous le Haut patronage du ministre de la Défense, le « Prix de la reconversion des militaires » récompense chaque année un projet de création ou de reprise d’entreprise, y compris au titre du congé de création ou reprise d’entreprise, par un personnel militaire en situation d’activité, inscrit ou non dans un parcours reconversion, devant rejoindre la vie civile au plus tard un an après la remise du prix.

Le « Prix de la reconversion des militaires » est organisé en liaison avec Défense Mobilité, l’Agence de reconversion de la Défense.

 

Le « Prix de la reconversion des militaires » Edition 2016 c’est :

  • Une cérémonie de remise au mois de décembre à l’Ecole militaire, à Paris, en présence des plus hautes autorités civiles et militaires.

  • Des produits/prestations utiles aux les lauréats dans le cadre de leur projet de reconversion.

  • Une très large couverture médiatique.

  • Un véritable label vis à vis des organismes financiers pouvant contribuer au projet.

  • L’accès éventuel au réseau de l’Association des entreprises partenaires de la Défense.

 

Date limite de réception des dossiers : 30 septembre 2016.

 

Le dossier de candidature se présente sous la forme d’un formulaire au format pdf. Il est notamment disponible sur le site Internet de l’Association des entreprises partenaires de la Défense.

Pour le télécharger :

pdfLIEN

 

 

Les lauréats du « Prix de la reconversion des militaires » Edition 2015 :

 

David Prudenzano - brasserie artisanale « Bleizi Du » (Morlaix)

Ancien sous-marinier spécialité « détecteur anti-sous-marin » avec plus de 12.000 heures de plongées, David Prudenzano a ouvert à Morlaix une brasserie artisanale et familiale « bio » élaborant quatre types de bières : une blanche, une blonde, une « red » et une « stout ».

Facebook               bleizidu@gmail.com

 

Nicolas Ruelle - reprise de la société CSEM à Saint-Loubès (Gironde)

Ancien officier de marine (Ecole Navale, promotion 2000) spécialisé dans le nucléaire, Nicolas Ruelle est à l’origine de Mother Ship, un projet de développement industriel basé sur la reprise de la société CESM, un spécialiste de l’équipement portuaire situé à Saint-Loubès dans l’Entre-deux-Mers (Gironde).

n.ruelle@cesm-maritime.com          www.cesm-maritime.com

 

Vous souhaitez assurer la promotion du « Prix de la reconversion des militaires » Edition 2016 ? Télécharger les éléments de langage :

docxLIEN

 

Les lauréats du Prix 2015 sur le site Internet du ministère de la Défense : LIEN

Repost 0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 16:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

06/07/2015 Armée de l'air

 

Du 26 au 28 juin 2015, s’est tenue la première édition du Smart Challenge, sur la base aérienne 110 de Creil. Pendant deux jours et demi, 20 candidats ont travaillé au dépassement de soi.

 

Vendredi 26 juin, base aérienne 110, cadre commercial, expert-comptable, directeur d’entreprise… Tous se sont retrouvés pour participer au Smart Challenge. Cet évènement demeure à leurs yeux plein de mystères, car peu d’informations ont fuité. Seule certitude : il s’agit de travailler l’aguerrissement physique et le leadership.

 

Après une première épreuve et une première nuit spartiate au fort de Montmorency, les candidats ont pu attaquer la journée du samedi, en treillis et grimés. Au programme : échelle de géant à gravir, asperge, ponts suspendus. Autant d’épreuves physiques qui suscitent le dépassement de soi, exécutées sous les encouragements des moniteurs commandos. Chaque atelier était encadré par des militaires, distillant leurs conseils.

 

« Ce Smart Challenge a pour objectif de renforcer l’aptitude au commandement en situation de crise et le dépassement de soi. », explique le colonel Cyril Carcy, commandant de la base aérienne 110. Les 20 candidats civils ont, suite à ces épreuves, été promus officiers de la réserve citoyenne et pourront, de fait, être appelés à promouvoir l’armée de l’air et la reconversion des militaires.

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Repost 0
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 10:59
photo ECPAD

photo ECPAD

 

27 avril 2015 Par Anne-Sophie Bellaiche – Udsine Nouvelle

 

Aujourd’hui les employeurs civils sont tenus de libérer leurs salariés membres de la Réserve Militaire 5 jours par an. Face aux enjeux d’effectifs cruciaux que pose désormais la surveillance du territoire national, le ministère de la Défense envisage de doubler cette période minimum pour monter à 10 jours par an.

 

 

Pour faire face aux obligations accrues en matière de défense, tant dans les opérations extérieures que sur le territoire national, de grandes discussions sont en cours entre Bercy et le ministère de la Défense. La question des crédits est clé et toutes les options sont sur la table car les militaires doivent  gérer un vrai sujet de ressources humaines en particulier pour maintenir le programme Sentinelle qui consiste à surveiller les sites sensibles en France (médias, édifices religieux, etc…).

Au-delà des arbitrages sur les crédits budgétaires et le niveau de réduction des effectifs propre à l’armée, le gouvernement a le projet de mobiliser plus largement les réservistes. Les employeurs civils qui ont l’obligation de libérer leurs salariés membres de la Réserve Militaire au moins 5 jours par an pourrait désormais les libérer un minimum de 10 jours.

 

Suite de l'article

Repost 0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 12:55
Conférence « Responsabilités de l’employeur et mobilité internationale des salariés »

 

24.03.2015 par Clément DURAND, Responsable du Comité Risques et Entreprises de l’ANAJ-IHEDN
 

Le Comité Risques et Entreprises a le plaisir de vous présentez sa prochaine conférence sur le thème :

 

Quelles responsabilités de l’employeur dans le cadre de la mobilité internationale des salariés ?

 

Emmanuel DAOUD, Avocat au barreau de Paris – Cabinet Vigo

 

Jeudi 9 avril 2015 - 19h30 à 21h00

Ecole militaire - Amphithéâtre Desvallières

 

Le travail et les déplacements à l’étranger constituent une part importante des opérations quotidiennes des entreprises multinationales autant que de certaines entreprises à taille plus réduite. Ces entreprises recherchent sans cesse de nouvelles opportunités économiques et des marchés à conquérir. Un nombre croissant d’employés doivent ainsi travailler en dehors de leur pays d’origine, que ce soit en tant qu’expatrié ou que voyageur d’affaire.

Ces opportunités économiques se trouvent souvent dans des pays au contexte sécuritaire dégradé, ce qui expose employés et employeurs à des risques toujours plus importants. Loin de leur environnement familier, immergés dans un contexte parfois anxiogène, ces employés rencontrent des situations pouvant menacer leur santé et leur sécurité. Cette exposition aux risques n’est pas seulement due à la dégradation du contexte sécuritaire international, elle est également causée par l’augmentation du nombre de Français présents à l’étranger et qui a cru de plus de 60% en 25 ans. Les seuls expatriés français présents dans des pays ou zones sensibles représentent ainsi une communauté de plus de 300 000 personnes.

Tenu par une obligation légale de résultat d’assurer la sécurité de leurs salariés, les employeurs doivent s’interroger sur les conséquences juridiques potentielles de cette mobilité croissante. En effet, peux sont ceux à réellement appréhender l’impact qu’aurait pour l’entreprise une atteinte à la sécurité de ses salariés. Qu’elle soit civile ou pénale, la responsabilité de l’employeur pourrait dans une telle hypothèse être engagée et les conséquences, tant en termes financiers que d’image, seraient considérables. D’ou cette nécessité de s’attacher à comprendre les aspects juridiques de la sécurité des salariés en mobilité internationale.

sinscrire


risques-et-entreprises@anaj-ihedn.org
www.anaj-ihedn.org

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 19:55
Défense Mobilité organise du 2 mars au 2 avril 2015, le mois de la reconversion

 

02/03/2015 Ministère de la Défense

 

Défense Mobilité organise du 2 mars au 2 avril 2015 le mois de la reconversion

 

Défense Mobilité, l’agence de reconversion de la Défense, organise, du 2 mars au 2 avril 2015, le mois de la reconversion. Durant un mois, 66 évènements sont proposés dans toute la France autour du thème de la reconversion professionnelle et de la recherche d'emploi.  

Au programme : job-datings, colloques, journées d'informations, ateliers d'aide à la préparation de candidatures et la rédaction de CV sont proposés à l'ensemble des ressortissants du ministère de la Défense, militaires comme civils, afin de les accompagner dans leur démarche de reconversion professionnelle. Les conjoints des personnels de la Défense ainsi que les demandeurs d'emploi ayant quitté l'institution depuis moins de trois ans sont également concernés par ces évènements.

Sur chaque évènement, des conseillers de Défense Mobilité seront présents pour accueillir les candidats et les renseigner, qu'ils soient inscrits ou non dans une démarche de reconversion, afin de faciliter la réflexion, l'orientation professionnelle et la recherche d'emploi.

En 2014, plus de 2 000 personnes avaient participé aux évènements proposés. Le mois de la reconversion se terminera par un forum-emploi organisé à Lyon le 2 avril auquel participeront près de 60 recruteurs.

Chaque année, 20 000 militaires quittent le ministère de la Défense. Le retour à l'emploi civil est donc un axe majeur de la politique de ressources humaines du ministère de la Défense. Plus de 73 % des 16 000 personnels accompagnés par Défense Mobilité chaque année, et formés à plus de 400 métiers, ont trouvé un emploi dans le secteur privé ou public dans les 12 mois ayant suivi leur départ de l'institution.

 

L'ensemble du programme est à retrouver sur le site de www.defense-mobilite.fr

Repost 0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 12:55
Communiqué SGA - Défense Mobilité sur Twitter : @defmobilite


19/02/2015  Secrétariat général pour l’administration

 

Ouverture du compte Twitter de Défense Mobilité : @defmobilite

 

Défense Mobilité, l’agence de reconversion de la Défense, qui fédère déjà une communauté forte d’environ 10 000 membres sur différents médias sociaux (Facebook, LinkedIn et Viadeo), a lancé son compte Twitter le lundi 16 février 2015.

Les militaires de tous grades, les conjoints de militaires et les civils du ministère de la Défense investis dans une démarche de reconversion professionnelle pourront y retrouver des offres d'emplois provenant de l'une des 50 entreprises et des 11 fédérations et associations professionnelles partenaires de la Défense. Ils pourront obtenir des informations sur les offres d'emplois provenant du marché caché, recueillies grâce aux conseillers emploi de Défense Mobilité.

Les recruteurs potentiels pourront également suivre l'actualité de Défense Mobilité en temps réel, interagir plus facilement par tweets, retweets ou par messages privés et retweeter les informations de Défense Mobilité à leurs propres followers, favorisant ainsi les opportunités de mises en relations professionnelles.

Le compte Twitter relaiera désormais tous les évènements organisés par Défense Mobilité à destination des candidats à la reconversion et des recruteurs, renforçant le dispositif d'information déjà existant. Chaque année, des dizaines de forums, job-datings, journées porte-ouvertes se déroulent dans toute la France. Du 2 mars au 2 avril 2015, Défense Mobilité organise le mois de la reconversion au cours duquel plus de 60 évènements seront organisés sur tout le territoire afin de mettre en relation les personnels de la Défense avec des recruteurs. 

Chaque année, 20 000 militaires quittent le ministère de la Défense. Le retour à l'emploi civil est donc un axe majeur de la politique de ressources humaines du ministère de la Défense. Plus de 70 % des 16 000 personnels accompagnés par Défense Mobilité chaque année, et formés à plus de 400 métiers, ont trouvé un emploi dans le secteur privé ou public dans les 12 mois ayant suivi leur départ de l'institution.

Repost 0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 12:55
La DGA et Réseau Entreprendre s’associent pour accompagner les dirigeants de PME duales

 

20.02.2015 reseau-entreprendre.org

 

La direction générale de l'armement (DGA) et Réseau Entreprendre viennent de signer une convention de partenariat qui s'inscrit dans une volonté commune des deux acteurs de mobiliser tous les efforts pour soutenir les PME innovantes et à potentiel qui fondent la base industrielle et technologique de défense (BITD) dont l'activité est duale (militaire et civile).

 

La DGA a pour mission d'équiper les forces armées avec les meilleurs matériels. Pour cela, elle mène une politique active de soutien aux petites et moyennes entreprises porteuses de projets innovants et ambitieux. A travers ce premier partenariat avec Réseau Entreprendre, la DGA va pouvoir offrir aux PME les plus prometteuses qu'elle soutient, les moyens de réussir le développement de leur innovation et leur mise sur le marché au plus vite. C'est un gage de pérennité.

 

« Depuis près de 30 ans, nos chefs d'entreprise s'engagent de manière bénévole dans nos associations pour accompagner de nouveaux entrepreneurs avec une conviction que nous partageons avec la DGA : pour créer des emplois dans notre pays, il faut créer des employeurs. Nous sommes très attentifs aux secteurs de l'innovation et sommes fiers de pouvoir renforcer notre action avec le soutien de la DGA », précise David Pouyanne, Président de Réseau Entreprendre.

 

Un service aux entrepreneurs accessible sur l'ensemble du territoire, dès maintenant.

Cette convention, signée pour 24 mois, se mettra en place dès le mois de février 2015. Afin de proposer ce service sur l'ensemble du territoire, cette convention permettra de mettre en relation directe les 48 associations locales (soit 72 implantations) de Réseau Entreprendre et les représentants en région de la DGA.

Ce service comportera deux volets d'actions proposées à des chefs d'entreprise recommandés par la DGA :

  • d'une part, une sensibilisation à l'importance de l'accompagnement managérial, tout particulièrement pour de jeunes dirigeants innovants qui ont une forte dominante technologique et qui ne maîtrisent pas forcément le métier de chef d'entreprise ;
  • d'autre part, un accompagnement gratuit et dans la durée (2 à 3 ans), en création ou en croissance, réalisé par des chefs d'entreprise expérimentés, membres des associations Réseau Entreprendre. Cet accompagnement est associé à un financement (prêt d'honneur en création ou prêt à l'entreprise en croissance) permettant de faire levier vers d'autres financements.

 

L'accompagnement entrepreneurial, le bras armé du développement des PME françaises.

Réseau Entreprendre est convaincu que l'accompagnement entrepreneurial est un dispositif clé pour répondre à cet enjeu national de premier ordre. 90% des entreprises accompagnées par Réseau Entreprendre sont toujours en activité 3 ans après leur démarrage d'activité, et créent en moyenne 13 emplois à 5 ans.

  • Pour accompagner spécifiquement les projets technologiquement innovants, Réseau Entreprendre propose depuis 2007 le programme dédié InnoTech, qu'il mettra spécifiquement à disposition de la DGA.
  • Pour accompagner ses lauréats de plus de 3 ans dans leur ambition de croissance, Réseau Entreprendre a lancé son programme Accompagnement de la Croissance. Ce partenariat permet, pour la première fois, d'accueillir dans le programme « Accompagnement de la Croissance » des dirigeants suivis par la DGA qui n'ont pas été préalablement des lauréats création/reprise de Réseau Entreprendre.
Repost 0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 11:55
Défense Mobilité maintenant sur Twitter

 

16/02/2015  Sources : DRH-MD/ARD

 

Offres d’emploi, annonces des prochains évènements, les nouveautés pour votre reconversion : le compte Twitter de Défense Mobilité c’est tout cela et bien plus encore.

 

Dès aujourd’hui, abonnez-vous au compte Twitter de Défense Mobilité : @defmobilite.

En effet, grâce à des partenariats ministériels avec plus de 50 entreprises et 11 fédérations ou associations professionnelles vous serez informé régulièrement et très rapidement des campagnes de recrutement de nos partenaires et des emplois en tensions.

Photos, témoignages et partages de bonnes pratiques pour une reconversion réussie vous seront aussi proposés.

 

En bref, le compte Twitter Défense Mobilité c’est pour qui ?

 

Pour les militaires de tous les grades, les conjoints de militaire et les civils restructurés :

- afin de recevoir rapidement et directement sur votre smartphone des offres d’emplois à pourvoir immédiatement y compris des offres pour les profils de cadre supérieur déniché par les conseillers emplois de la MRO (Mission reconversion des officiers) sur le marché caché
- pour être informé des campagnes de recrutement de nos 60 partenaires (environ 50 entreprises partenaires + 11 fédérations professionnelles)
- pour être informé des prochains événements organisés par Défense Mobilité (forum, job-dating, …)
- pour être informé des nouveautés de l’offre de service de Défense Mobilité (nouvelles prestations, dates supplémentaires de formation, …)
- pour ceux qui n’ont pas toujours accès à intradef

 

Pour les recruteurs (publics et privés) :

- pour suivre l’actualité de Défense Mobilité (forums, salons, podcasts et webcasts de Défense Mobilité Radio dédiés aux recruteurs) :
- pour en savoir plus sur Défense Mobilité et son offre de service ;
- pour retweeter auprès de leurs followers les tweets de Défense Mobilité ;
- pour réagir ou interagir avec les équipes de Défense Mobilité (par tweet ou message privé)

 

Pour toutes ces raisons et pour toutes les nouveautés à venir, abonnez-vous : @defmobilite.

Repost 0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 20:55
Devenez mécène de l’ECPAD


source ECPAD
 

L’ECPAD s’ouvre au mécénat  et permet aux entreprises de devenir acteur de la protection et de la valorisation de la mémoire en images de la nation.

 

Gardien d’un fonds d’archives de 9 millions de clichés et plus de 30 000 titres de films, l’ECPAD assure, depuis sa création en 1915, la conception, la réalisation, la production, la conservation, l’exploitation, la diffusion et la valorisation de supports, d’œuvres, de documents audiovisuels et multimédias intéressant la défense.

L’ECPAD propose à toute entreprise, quel que soit sa taille, de soutenir via un mécénat, l’un de ses multiples projets, et de contribuer ainsi au rayonnement du patrimoine audiovisuel du ministère de la Défense. En devenant mécène de l’ECPAD, votre entreprise noue des liens privilégiés avec l’agence d’images de la Défense. Cette relation se construit sur mesure, prenant en compte vos attentes, vos souhaits et vos besoins.

Le ministère de la Défense confie à l’ECPAD plusieurs missions, à titre permanent :

– Agence d’images : captation d’images, transmission, diffusion via la « régie actualités » ;

– Opérateur culturel : production et coproduction de films, documentaires, expositions, actions scientifiques et pédagogiques ;

– Centre d’archives définitives : collecte, conservation, catalogage, diffusion d’un fonds composé de 9 millions d’images et près de 30 000 titres de films ;

– Opérateur de formation aux métiers de l’image : 1 700 jours de formation pour 84 stagiaires en 2013.

 

Pour assurer ces missions de service public culturel et patrimonial, l’ECPAD recherche le soutien de mécènes qui partagent ses valeurs : sa volonté de préserver et d’enrichir le patrimoine national, de rendre accessible et de faire connaître au plus grand nombre les archives audiovisuelles et photographiques dont il a la garde.

Parallèlement au développement croissant de partenariats avec de nombreux établissements en charge de missions de services publics, établissements d’enseignement scolaire, universités, musées, collectivités territoriales, l’ECPAD cherche aujourd’hui à s’associer avec des entreprises désireuses de participer à des projets d’envergure au service de l’éducation, de la culture et du renforcement du lien armées-nation.

 

Nos principaux projets sont actuellement :

– Le plan de sauvegarde et de numérisation des archives audiovisuelles;

– La plate-forme numérique d’images de la Défense;

– Les commémorations du centenaire de l’ECPAD.

En soutenant ces projets, vous participez à la réalisation d’actions pédagogiques et culturelles, contribuez à l’enrichissement et à la préservation des archives audiovisuelles de l’Etat et rendez ce patrimoine accessible à tous.

 

Quels avantages pour le mécène ?

En plus de la réduction de votre Impôt sur les sociétés, le mécénat de l’ECPAD permettra de bénéficier de diverses contreparties.

Les évènements de relations publiques :

Le mécène reçoit des invitations à l’inauguration du projet soutenu, il pourra également en faire profiter ses partenaires privilégiés.

L’entreprise mécène bénéficie de mises à disposition d’espaces au sein de l’ECPAD, situé au Fort d’Ivry-sur-Seine, lieu historique construit en 1840 et faisant partie de la ceinture défensive de Paris. Certaines salles peuvent être en partie privatisées pour accueillir des évènements de relations publiques, adaptés aux besoins de l’entreprises : séminaires professionnels, petits déjeuners, déjeuners, conférences, visites VIP des monuments et des installations techniques.

Le mécénat, un outil de communication en externe :

La mention et/ou le logo du mécène sont apposés sur tous les supports de communication, les publications, les affiches et les communiqués relatifs au projet soutenu, ainsi que lors des opérations de relations publiques de mises en valeur du projet soutenu. L’entreprise mécène bénéficie alors également des relations presse que l’établissement associe aux évènements.

La visibilité du mécène sera également assurer sur le site internet de l’établissement : www.ecpad.fr

A travers son action de contribution active à l’ECPAD, un établissement qui assure plusieurs missions de service public et d’intérêt général, l’entreprise valorise son image, son histoire et ses métiers auprès de ses partenaires et clients.

Le mécénat, un vecteur de communication interne :
Devenir mécène permet à votre entreprise de sensibiliser vos collaborateurs aux causes d’intérêt général que vous soutenez et de les impliquer dans la définition, la mise en place et la gestion de ce mécénat. L’entreprise mécène peut faire bénéficier ses salariés de son partenariat avec l’ECPAD – prêt d’espace pour organiser des séminaires, avantages tarifaires, visites guidées – et développer ainsi leur culture d’entreprise.

Le mécène reçoit également un accès privilégié aux évènements de l’ECPAD et de ses partenaires : invitations aux avant-premières des films produits et co-produits par l’ECPAD, invitations aux évènements organisés par ses partenaires (salons, expositions).

 

Réalisation et mise à disposition d’un clip vidéo autour du projet :

 

L’ECPAD propose de mettre au service du mécénat engagé ses moyens humains et matériels permettant de réaliser un clip promouvant le projet soutenu : de la captation d’images, au montage vidéo et sonore, en passant par la création musicale, l’insert d’images d’archives,… jusqu’à la mise à disposition du film.

 

Avantage fiscal :

Le mécénat financier ouvre droit à une déduction d’impôt, à hauteur de 60% pris dans la limite de 5 pour mille du chiffre d’affaire pour les entreprises assujetties à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés, avec possibilité de report d’excédent sur les cinq exercices suivants.

Un reçu fiscal attestant de l’acte de mécénat sera délivré à cet effet à tout donataire, l’administration fiscale étant en droit d’exiger du donataire la délivrance de ce document afin de justifier du bénéfice de la réduction.

 

Informations légales :

Conformément à ses statuts, codifiés aux articles R-3415-1 et suivants du Code de la défense, l’ECPAD est habilité à recevoir des dons, legs, dépôts et dations et toutes recettes en application de la loi n°2003-709 du 1er août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations codifiées à l’article 238 bis du Code général des impôts.

L’ECPAD peut conclure une convention avec toute entreprise ou fondation établie en France ou à l’étranger dans le cadre d’un mécénat conformément à la loi relative au mécénat, à l’instruction fiscale de la Direction générale des impôts du 13 juillet 2004 et au Code général des impôts.

Repost 0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 17:55
Deux aviateurs lauréats du « Prix de la reconversion des militaires »



03/12/2014 Armée de l'Air

 

La sixième édition du « Prix de la reconversion des militaires » a récompensé le parcours de création d'entreprise de deux aviateurs ce mardi 2 décembre 2014, à l’École militaire à Paris.

 

La cérémonie a été ouverte par Patricia Adam, présidente de la commission de la Défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale. Les prix ont été remis par le député Gwendal Rouillard, secrétaire de la commission de la Défense nationale et des forces armées, et le général Arnaud Martin, directeur de Défense mobilité, l’Agence de reconversion de la Défense.

« Créer ma propre entreprise est pour moi le moyen de devenir mon propre patron, de relever un défi et surtout d’être fidèle à la devise de l’armée de l’air « Faire Face » », témoigne le sergent-chef Sandrine Ribes, aviatrice lauréate du prix. Pour Arnaud Tiennot, qui a rejoint le monde civil depuis le 1er décembre 2014 : « Cette idée a germé en moi depuis 2009, lorsque j’ai commencé à construire un bateau à moteur. » Aujourd’hui, ces deux aviateurs sont plongés dans leur démarche d’entreprenariat avec un projet qui prend forme et se concrétise.

Créé par l’association des entreprises partenaires de la Défense (AEPD) et placé sous le haut patronage du ministre de la Défense, le « Prix de la reconversion des militaires » récompense chaque année un projet de création ou de reprise d’entreprise par un personnel militaire en situation d’activité devant rejoindre la vie civile au plus tard un an après la remise du prix.

L’AEPD met son réseau à la disposition des lauréats et apporte une fonction de conseil dans le cadre du développement de leur entreprise, notamment dans le domaine de la stratégie et du développement commercial.

 

Sandrine Ribes

Magasin « Ambiance et Styles » à Bordeaux

Après 18 ans comme sous-officier au sein de l’armée de l’air, Sandrine Ribes a décidé de prendre un nouveau départ professionnel. Issue d’une famille d’artisans et commerçants, l’idée de créer sa propre entreprise s’est naturellement imposée.

Au cours de ses différentes mutations, elle a pu acquérir un excellent sens relationnel et de nombreuses compétences dans le domaine administratif. Passionnée par la gastronomie et les arts de la table, elle a obtenu un congé de création et de reprise d’entreprise (CCRE) pour ouvrir un magasin « Ambiance et Styles ».

Ce magasin se situera dans un centre commercial du centre historique de Bordeaux. Il se déclinera autour de trois univers (ustensiles de cuisine, articles pour la table et articles de décoration). D’une surface de 300 m², il emploiera cinq salariés. L’ouverture est prévue en septembre 2015.

Arnaud Tiennot

Société Nautee à Rochefort-sur-Mer (Charente - Maritime)

Arnaud Tiennot est sous-officier dans l’armée de l’air depuis 21 ans. Son projet est né lorsqu’il a souhaité construire lui-même son bateau à moteur. Un véritable intérêt pour cet univers est né. Peu à peu, il s’est transformé en projet professionnel mûrement réfléchi. Projet porté par le désir d’entreprendre, l’autonomie, la cohérence et la maîtrise des décisions.

Il obtient un congé de création et de reprise d’entreprise (CCRE) pour ouvrir la société « Nautee » à Rochefort-sur-Mer, spécialisée dans la vente en ligne et en magasin de produits nautiques.

Aujourd’hui, le projet connait une forte accélération et le site Internet sera en ligne en février 2015, juste avant le début de la saison nautique

Repost 0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 11:54
Des entrepreneurs en immersion à Cazaux

 

23/09/2014 Actu AIr

 

Dans le cadre du «Parcours Défense-Entrepreneurs», un vol d’information sur Alphajet a été proposé à des chefs d’entreprises, le 12 septembre 2014, sur la base aérienne 120 de Cazaux.

 

Après avoir satisfait à la traditionnelle visite médicale, un des grands entrepreneurs présents a pu prendre place à bord de l’Alphajet, appareil utilisé pour la formation des pilotes de chasse de l’armée de l’air.

 

Quelques heures auparavant, les chefs d’entreprise avaient réalisé une immersion militaire de deux jours au sein du centre national d'entraînement commando (CNEC) à Mont-Louis (66).

 

Le «Parcours Défense-Entrepreneurs» propose à des binômes constitués de 22 chefs d’entreprise de secteurs d'activité variés (industrie, transports, médias, comptabilité, etc.) et de 22 militaires (officiers ou sous-officiers) engagés dans une démarche de création d’entreprise de découvrir leur milieu professionnel réciproque. Issu du partenariat signé le 5 juin 2014 entre le ministère de la Défense et le MEDEF, ce dispositif contribue au rapprochement du monde militaire et de l'entreprise.

 

Les militaires intégrés au parcours ont ainsi participé à des immersions similaires, dans l’entreprise de leur binôme. Les 18 et 19 septembre, ils ont assisté à une session de formation organisée par le MEDEF sur la création et la reprise d'entreprise.

Des entrepreneurs en immersion à CazauxDes entrepreneurs en immersion à Cazaux
Repost 0
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 10:55
La Défense, outil de puissance de la France - 18 Juin 2014La Défense, outil de puissance de la France - 18 Juin 2014

 

source : Association des entreprises partenaires de la Défense

 

Mercredi 18 juin – Ecole militaire (Paris) - Soirée-débat

Sous le Haut patronage de Patricia Adam

Présidente de la commission de la Défense nationale et des forces armées

 

L’Association des entreprises partenaires de la Défense et l’Ecole de Guerre Economique (EGE) organise une soirée-débat en partenariat avec l’Association nationale des Auditeurs jeunes de l’IHEDN (ANAJ-IHEDN) le mercredi 18 juin 2014 de 18 heures 30 à 20 heures 30 à l’Ecole militaire à Paris sur le thème :

 

« La Défense, outil de puissance de la France »

 

L'objectif de cette soirée est d'analyser de quelle manière la Défense, prise au sens large, est aujourd’hui un outil de puissance pour la France, et quelles seraient les pistes pour renforcer - voire élargir - cet outil.

 

Interviendront lors de cette soirée :

 

Marie Récalde, députée de la Gironde et membre de la commission de la Défense nationale et des forces armées.

 

Christian Harbulot, directeur de l’Ecole de Guerre Economique (EGE) et directeur associé du cabinet de conseil Spin Partners.

 

Le Colonel Michel Goya, chef du bureau Recherche au Centre de doctrine d’emploi des forces (CDEF) de l’armée de Terre et animateur du blog « La voie de l’épée ».

 

François Mattens, président de l’Association nationale des auditeurs jeunes de l’IHEDN (ANAJ-IHEDN).

 

Un formulaire en ligne permet de de déposer des idées, remarques… avant la soirée. Les plus intéressantes contribueront au débat qui suivra les interventions.

 

Une video de la soirée sera mise en ligne à l’issue.

 

L’inscription est gratuite, mais obligatoire, avant le 15 juin : LIEN

 

Pour déposer des idées, remarques… et contribuer ainsi au débat : LIEN

 

Les personnes inscrites recevront deux messages de confirmation, dont un quelques jours avant la soirée-débat.

 

Contact éventuel : contact@entreprisespartenairesdeladefense.fr

 

Repost 0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 12:55
Quand les forces spéciales forment les cadres

 

05/12 Par Massimo Prandi – LesEchos.fr

 

L'armée s'ouvre à l'entreprise. En matière de management, elle a des choses à apprendre aux cadres dirigeants, qui ont été 2.000, cette année, à suivre les formations de Saint-Cyr.

 

Six heures. Un lundi matin sombre et humide d'automne. En silence, une quarantaine d'hommes et de femmes en vert de travail de l'armée de terre sortent de leurs chambrées pour rejoindre leur lieu d'entraînement. Une scène banale au sein du camp militaire breton de Saint-Cyr-Coëtquidan. Ce qui l'est beaucoup moins, c'est que ces ombres matinales ne sont pas des militaires. Tous sont arrivés sur le camp la veille et sont des cadres dirigeants d'entreprises du secteur civil, entamant leurs dix-huit mois de cours à l'Essec dans le cadre du programme « Executive MBA » (Emba). Age moyen : 38 ans ; expérience moyenne en entreprise : treize ans, environ. Issus de plusieurs pays, tous, sans exception, dirigent déjà des équipes. Ce stage de 36 heures exclusivement en anglais est censé accroître leurs « capacités de leadership » et de « construction d'équipes ». Au sein du petit groupe, l'appréhension est palpable avant d'entrer dans le vif du sujet : « Je craignais de retomber dans les affres du service militaire : exercices stupides et engueulades sans fin », commentera après coup un ingénieur allemand lors du débriefing effectué dans les locaux de l'Essec à la Défense, près de Paris. Des craintes pas totalement injustifées… Pas plus de six heures de sommeil entre le lundi et le mardi, deux repas dont le premier à l'extérieur, à base de rations de combat, et le reste du temps passé dans les bois de l'immense camp de Coët (5.500 hectares en pleine forêt de Brocéliande). A l'évidence, les chambres spartiates de six lits chacune, les douches sans chichi et l'ambiance générale du camp impressionnent les élèves, dont la très grande majorité n'a jamais eu de contact avec l'armée. Pendant le briefing initial, le dimanche soir, le lieutenant-colonel de réserve Romain de Bondy, directeur du centre de formation continue (Scyfco) de la Fondation Saint-Cyr, explique la finalité du stage. « Ce n'est pas une formation militaire. Vous n'allez pas passer un test d'aptitude à l'armée », débute-t-il. Il en faudra plus pour convaincre complètement ceux qui, parmi les stagiaires s'interrogent encore sur l'utilité de leur séjour à Coëtquidan. Bon point : les moniteurs, qui sont tous des réservistes ayant servi au sein des forces spéciales, inspirent confiance. Loin des clichés, ils cassent leur image de baroudeurs et font preuve d'une excellente connaissance des problématiques de gestion des entreprises. Xavier, lieutenant-colonel parachutiste, Bruno, lieutenant-colonel des troupes de marine, Francis, officier réserviste des troupes de montagne, et Jane, capitaine réserviste de l'armée britannique, n'aiment pas parler de leurs faits d'armes. Ici, les formateurs s'emploient avant tout à transmettre les méthodes et les valeurs militaires transposables au monde de l'entreprise.

 

Apprendre à jouer l'effet groupe

 

Mais place aux travaux pratiques. La mission : construire un radeau avec des sortes de gros jerricans et des cordes pour transporter un malade nécessitant des soins de l'autre côté d'un lac. Temps imparti : une heure. Xavier, le moniteur de ce groupe, désigne un leader. Ce sera Rajiv, un ingénieur aéronautique indien très actif et volontaire. Un choix qui ne doit rien au hasard : l'ardeur du jeune manager doit être tempérée, pense-t-il, par la dynamique de groupe. « Un leader n'est rien sans le groupe. Son rôle est d'écouter tout le monde, y compris les plus effacés, et de faire siennes les meilleures solutions proposées », décrypte le moniteur. En l'occurrence, Rajiv pense cette fois avoir trouvé la solution technique sans avoir consulté les autres. Il se lance dans l'assemblage du radeau. Plusieurs membres de l'équipe s'isolent, désoeuvrés. D'autres suivent les consignes du jeune Indien sans broncher. Le radeau finit par ressembler à quelque chose… Mais il est branlant. Un tronc d'arbre pourtant disponible a été négligé et, du coup, sa structure n'est pas assez solide. Les cordes encombrent par ailleurs sa surface. On en a utilisé trois fois trop. Les équipes de trois qui vont faire la traversée du lac sont mal assorties. Les unes sont trop lourdes, les autres trop légères. Finalement, tout le monde parviendra sur l'autre rive, mais l'opération n'est clairement pas une réussite, et le bilan est sévère : « Le leader n'a pas écouté les solutions proposées par les autres, notamment celles, pourtant appropriées, qui ont été formulées par les femmes de l'équipe. Il n'a pas non plus expliqué suffisamment le but de la mission. Rajiv n'a pas pris le champ nécessaire pendant la construction du radeau pour rectifier les erreurs et pour donner du travail à tout le monde, entraînant la démobilisation d'une partie de l'équipe…  »

 

Une leçon qui sera très utile lors du dernier exercice du jour : la construction d'un pont sur une rivière, avec pour seuls outils un piquet, un marteau, des cordes et des troncs. Le sergent-chef Sigrid explique aux élèves la technique. Les stagiaires ont une heure et demie pour accomplir leur mission. Cette fois, Xavier donne le leadership à David, un jeune cadre spécialisé dans le « lean management », chez un opérateur français de télécommunications. Tout aussi motivé que Rajiv, il a, semble-t-il, tiré les enseignements des erreurs précédentes. Il commence par former des sous-groupes, dédiés à des tâches bien définies ; l'un des participants chronomètre les opérations et contrôle la qualité ; d'autres se relaient pour placer les piles du pont ; chacun trouve sa place. David, lui, est partout. Il rassure ses collaborateurs dans les moments les plus difficiles. La pluie n'arrange rien, on serre les dents… Mais la mission sera remplie. Dans la sueur et la douleur.

 

Le stage n'est pas fini pour autant. Quelques heures de sommeil plus tard, la partie la plus éprouvante va commencer avec le « parcours de l'audace ». Plus physique, plus militaire, il est censé souder les groupes de dix stagiaires dans des conditions extrêmes. La météo est détestable : pluie et boue partout. Au programme, marche sur une poutre en hauteur ; escalade d'une paroi métallique glissante ; saut dans le vide avec une corde ; transport de bâtons de dynamite (fictifs, évidemment) sous des barbelés, tyrolienne... Autant de défis éreintants pour la plupart des stagiaires. Mais le groupe tient le choc. Les moins vaillants sont soutenus, encouragés. Les militaires sont présents, bien sûr, soucieux d'éviter tout accident. Le gong retentit à 12 h 30 précises. Les souffrances sont enfin terminées...

 

Changement de décor le lendemain, dans les locaux parisiens de l'Essec. Pour les participants, c'est l'heure du retour d'expérience : « Nous sommes devenus une équipe à la dure. Nous avions l'impression de faire partie d'une expérimentation. C'était comme du théâtre, surtout le premier jour. Le second a été plus dur à vivre et des tensions ont émergé au sein du groupe », résume le plus âgé des stagiaires. Le professeur Alan Jenkins, le directeur académique du MBA, est visiblement satisfait : « Les équipes se sont engagées à fond dans les exercices proposés. Ca ne va pas changer vos vies mais vous avez appris combien il est important de compter sur les autres », commente-t-il. Les élèves, quant à eux, semblent avoir apprécié la dépense physique, et le concentré de sensations fortes, plutôt rares dans un monde riche en stress, mais pas toujours en expériences intenses. « Ce stage m'a rendu plus confiant et démontré que ce qui est impossible quand on est seuls devient possible à plusieurs », résume une jeune manager portugaise. Un ingénieur allemand reconnaît avoir « appris à déléguer », et ce cadre suisse retiendra, lui, « que lorsque l'on passe à la phase de l'exécution, il faut cesser de discuter »... A quelques exceptions près, tous se sépareront avec le sentiment d'avoir suivi une formation utile pour la vie en entreprise.

 

« Management années 1980 »

 

Elle est pourtant loin de faire l'unanimité dans l'univers de l'enseignement et du coaching. « Le message implicite est très masculin, guerrier, regrette Isabelle Barth, qui dirige l'Ecole de management de Strasbourg. Cela fait management années 1980, quand on exaltait les analogies entre monde des affaires et guerre. Aujourd'hui, on a envie d'autre chose, comme la reconnaissance de soi, le lien entre individus, la sérénité, la créativité. » « L'institution militaire ne sait pas se remettre en cause. Or la remise en cause est la base du management », renchérit Thierry Grange, président de l'Ecole de management de Grenoble.

 

Des critiques évidemment contestées par les intéressés : « Notre formation, c'est de la pédagogie pratique. Dans l'entreprise comme dans l'armée, il faut susciter l'effort chez les collaborateurs par la pédagogie, pas par la force, qui n'est jamais très efficace », répond le colonel réserviste Cyril Barth, qui dirige la Fondation Saint-Cyr. La formule séduit, en tout cas. Preuve du succès croissant de ces immersions dans l'univers militaire, Saint-Cyr a déjà scellé des partenariats stratégiques de formation avec l'Essec, HEC et Sciences po. « Nous, militaires, travaillons sur la pâte humaine, sur la personnalité et le groupe », précise le général Antoine Windeck, commandant des écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan. « Ces formations permettent de renforcer les liens entre la nation et l'armée », insiste-t-il. Une armée qui a abandonné depuis longtemps les méthodes de commandement trop autoritaires. « Nous aussi, avons évolué et sommes amenés à adopter de nouvelles formes de gouvernance », reconnaît ce haut gradé.

 

En outre, en ces temps de disette budgétaire, les stages proposés aux cadres dirigeants constituent des sources de revenus appréciables. A eux seuls ils financent déjà près de 10% du budget de recherche et formation des écoles de Saint-Cyr. Au total, Coëtquidan aura accueilli cette année environ 2.000 élèves civils. Ils n'étaient que 800 lors du lancement de la formule en 2011. Le tarif : 300 euros jour et par stagiaire pour l'Essec et HEC ; le double pour les entreprises, qui semblent de plus en plus séduites par ces formations. Veolia, Vinci, Thales, Decathlon, Safran, Doux, Total et autre Kering ont déjà envoyé leurs cadres crapahuter à Coët.

 

Les points à retenir

Lancés en 2011, les stages de formation proposés par l'Armée à Saint-Cyr-Coëtquidan attirent de plus en plus de cadres dirigeants désireux d'accroître leurs « capacités de leadership ».

Dans le même esprit, des partenariats ont été noués avec l'Essec, HEC et Sciences po.

Des sources de revenus bienvenues, en ces temps de disette budgétaire : à elles seules, ces sessions de coaching financent déjà près de 10 % du budget de recherche et formation des écoles de Saint-Cyr.

Quand les forces spéciales forment les cadres

Note RP Defense : les Anciens de la Marine Nationale exercent également dans le même domaine. Dans un environnement business de moins en moins prévisible, Pégasus Leadership aide les équipes commerciales et managériales à améliorer l’agilité de leur organisation, à accélérer la mise en œuvre de leurs projets et atteindre plus rapidement leurs objectifs.

 

 

 

Repost 0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 07:55
L’Onera aux rendez-vous Carnot 2013
08.10.2013 ONERA
 

Les 9 et 10 octobre 2013, l’Onera tiendra un stand aux rendez-vous Carnot à Lyon, rencontre annuelle nationale de la R&D pour les entreprises.

 

Il y a deux ans, l’Onera a vu son label Carnot reconduit par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche : il bénéficie donc d'une partie de la dotation totale de 60M€ par an, comme les 34 autres Instituts Carnot.

 

Les 9 et 10 octobre 2013, l’Onera tiendra un stand aux rendez-vous Carnot à Lyon, rencontre annuelle nationale de la  R&D pour les entreprises. 2600 visiteurs composés d’industriels souhaitant prolonger ou s’engager dans des partenariats avec la recherche publique sont attendus. Autant d’opportunités de collaboration pour l’Onera qui pourra, lors des RV d’affaires, proposer aux industriels de tous secteurs en quête d’innovation son offre scientifique et technologique.

 

L’Onera, dont les travaux ont toujours une visée applicative à court, moyen ou long terme, peut adresser les industriels et mettre à profit sa pluridisciplinarité : énergétique, thermique, aérodynamique, acoustique, laser, optique, radar, électromagnétisme, micro et nanotechnologies, élasticité, impact et crash, matériaux métalliques et composites, contrôle santé, traitement d’images, intelligence artificielle, calcul haute performance…

 

En 2012, l’Onera avait tenu 21 rendez-vous d’affaires et initié notamment un partenariat  dans le secteur de la détection de gaz.

 

Venez nous rencontrer : stand B 88-89-90.

 

Renseignements : www.rdv-carnot.com

Repost 0
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 06:55
Le chef de la Mission d'Aide au Pilotage du ministère de la Défense invité de la Lettre Entreprises & Défense

19.06.2013 Entreprises & Défense

Le contrôleur général des armées Arnauld Chéreil de la Rivière, chef de la Mission d'Aide au Pilotage (MAP) du ministère de la Défense, est l'invité du dernier numéro d'Entreprises & Défense, la Lettre trimestrielle de l'Association des entreprises partenaires de la Défense.

Pour télécharger ce numéro d' Entreprises & Défense : LIEN

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories