Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:40
SU-24 abattu par la Turquie: la Russie va déchiffrer une boîte noire avec des experts étrangers

 

08 décembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Moscou - La Russie a récupéré une boîte noire du bombardier SU-24 abattu par la Turquie à la frontière syrienne en novembre, et va la déchiffrer avec des spécialistes étrangers, a déclaré mardi le président Vladimir Poutine.

 

Je vous demande de ne pas l'ouvrir pour l'instant, a déclaré M. Poutine au ministre de la Défense Sergueï Choïgou lors de la présentation de la boîte noire, selon les agences russes, lui demandant de ne l'ouvrir qu'en présence d'experts étrangers.

 

M. Choïgou a déclaré que le territoire sur lequel était tombé le bombardier russe avait été libéré par les forces spéciales syriennes, ce qui leur a permis de découvrir la boîte noire dans une zone jusque-là tenue par les rebelles.

 

Le président Poutine a déclaré qu'une analyse de la boîte noire permettrait de déterminer la trajectoire et les paramètres de la position du bombardier au moment où il été abattu par les forces aériennes turques.

 

Le bombardier russe a été abattu le 24 novembre par les forces aériennes turques près de la frontière entre la Syrie et la Turquie, provoquant entre les deux pays la pire crise depuis l'époque de la guerre froide.

 

La Turquie affirme que le bombardier est entré dans son espace aérien et a ignoré plusieurs mises en garde, tandis que la Russie a dénoncé une provocation délibérée.

 

M. Poutine a prévenu que le déchiffrage de la boîte noire, quel que soit son contenu, ne modifierait pas l'attitude de la Russie et n'atténuerait pas sa colère à l'égard de la Turquie après ce coup de traître.

 

Ce que nous apprendrons (après le déchiffrage de la boîte noire) ne changera pas notre attitude concernant ce qu'ont fait les autorités turques, a-t-il déclaré.

 

Nous avions l'habitude de traiter la Turquie non seulement comme notre amie, mais aussi comme notre alliée dans la lutte contre le terrorisme, et personne ne s'attendait à ce coup bas, ce coup de traître dans le dos, a ajouté le président russe.

Repost 0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 07:30
photo Iran MoD

photo Iran MoD

 

20-01-2015 Par RFI

 

Téhéran et Moscou ont signé mardi 20 janvier un protocole d'accord sur l’élargissement de leur coopération militaire, à l'issue d'une visite de deux jours à Téhéran du ministre russe de de la Défense Sergueï Choïgou.

 

Lire l’article

Repost 0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 08:40
BPC Vladivostok photo RP Defense

BPC Vladivostok photo RP Defense

 

15 janvier 2015 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Au cours des six prochains mois, Moscou pourrait déposer une plainte contre Paris pour la non-livraison du Vladivostok, le premier des deux bâtiments de guerre de classe Mistral commandés par la Russie à la France, a annoncé ce jeudi 15 le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, rapporte l’agence officielle russe Ria-Novosti.

 

Le contrat pour la livraison de porte-hélicoptères Mistral à Moscou serait rompu si Paris ne livrait pas le premier bâtiment fin janvier, écrit pour sa part le même jour le quotidien russe Novye Izvestia, qui rappelle en outre, pour sa part, que plusieurs militaires russes estiment que le Mistral n’est pas n’est pas un ajout essentiel aux forces navales russes.

 

Suite de l'article

Repost 0
18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 08:35
Le ministre russe de la Défense arrive à Pékin

 

PEKIN, 17 novembre - RIA Novosti

 

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou est arrivé lundi en visite officielle en Chine où il a une rencontre programmée par le premier ministre chinois Li Keqiang, a annoncé le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

 

"Lors de son séjour à Pékin, M.Choïgou aura des négociations avec son homologue chinois Chang Wanquan et sera reçu par le premier ministre du pays Li Keqiang", a déclaré devant les journalistes M.Konachenkov qui accompagne le ministre en Chine.

 

Et de préciser que ces entretiens porteraient sur les questions d'actualité de la politique internationale et régionale, ainsi que sur la coopération militaro-technique entre Moscou et Pékin.

 

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou et le vice-président de la Commission militaire centrale de la République populaire de Chine (RPC) Xu Qilang vont coprésider les travaux de la 19e réunion de la commission intergouvernementale russo-chinoise pour la coopération militaire et technique.

 

Formée conformément à un accord intergouvernemental du 24 novembre 1992, cette commission mixte se réunit une fois par an, alternativement à Moscou et à Pékin.

Repost 0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:40
Arctique: la Russie déploiera ses troupes dès 2014

 

MOSCOU, 21 octobre - RIA Novosti

 

La Russie déploiera ses troupes dans la zone arctique - du nord-ouest du pays à l'Extrême-Orient - dès 2014, a déclaré mardi à Moscou le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou lors d'une réunion du collège du ministère.

 

"Cette année, nous déploierons des unités militaires dans la zone arctique - de Mourmansk à la Tchoukotka", a indiqué le ministre.

 

Ces derniers temps, la Russie a pris plusieurs mesures pour défendre ses intérêts politiques, militaires, financiers et économiques en Arctique, compte tenu de l'intérêt grandissant porté à cette région par les pays de l'Otan. En avril dernier, le président russe Vladimir Poutine a ordonné de renforcer l'infrastructure frontalière en Arctique, de créer des bases pour les bâtiments de surface et les sous-marins de nouvelle génération et de créer un organe spécial pour la politique russe en Arctique.

 

La Russie envisage d'élargir son groupement militaire en Arctique d'ici la fin de 2014. Le 99e groupe tactique sera déployé sur l'île Kotelny (archipel de Nouvelle-Sibérie) et la 80e brigade autonome d'infanterie mécanisée dans le village d'Alakourtti (région de Mourmansk). Des radars et installations de guidage au sol seront installés sur l'archipel François-Joseph, en Nouvelle-Zemble, sur l'île Wrangel et sur le cap Schmidt. La Russie compte rétablir l'infrastructure de défense antiaérienne dans cette région d'ici octobre 2015. Le Service fédéral de sécurité (FSB) de Russie entend renforcer les troupes de gardes-frontières en Arctique.

Repost 0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:40
La Russie crée un système spatial uni

 

14.10.2014 Oleg Nekhaï - La Voix de la Russie

 

La Russie crée un système spatial uni (SSU) en vue de détecter les lancements des missiles balistiques. Selon le ministre de la Défense de Russie Sergueï Choïgou ce système sera un axe prioritaire de développement des forces de dissuasion nucléaire.

 

Le SSU remplacera les moyens d'alerte avancée développés dès l'époque soviétique. En l'occurrence il ne s'agit pas d'une modernisation, mais de la mise en place d'un système nouveau possédant des caractéristiques plus performantes. Les premiers satellites du nouveau système spatial d'alerte avancée seront lancés l'année prochaine. Avant la Russie disposait de capacités réduites pour détecter les lancements balistiques. Les observations ont été menées par des satellites géostationnaires au-dessus de certaines zones de l'océan mondial. A l'heure actuelle le contrôle des lancements est essentiellement effectué par des stations radar, note le directeur du Centre d'études socio-politiques Vladimir Evseev :

 

« Cette situation est inacdmissible car un groupe spatial détecte le premier les tirs des missiles balistiques. Cela augmente le temps pour prendre la décision. En plus, il complète le système de radars et fournit les données pour déterminer la trajectoire du missile balistique. A l'heure actuelle, les impératifs sont plus amples ».

 

Il s'agit de détecter non seulement les lancements, mais aussi des tirs d'essais. Aujourd'hui tout ne se réduit plus aux seuls Etats-Unis qui possèdent des silos de lancement et dont les sous-marins nucléaires de la classe Ohio patrouillent des zones déterminées de l'océan mondial. La zone de contrôle doit être étendue car il y a des Etats qui développent leur propre système ABM avec l'aide des Etats-Unis et d'où des missiles balistiques peuvent être tirés. Notamment depuis Israël dans le cadre des tests du système de défense antimissile. A l'heure actuelle un tel système a été mis en place au Japon et est développé en Corée du Sud. Leurs tests demandent de lancer diverses cibles qui sont, de fait, des missiles balistiques. C'est pourquoi il faudra placer sous contrôle une zone importante du globe, estime Vladimir Evseev.

 

« Détecter le lancement d'un missile balistique n'est pas l'essentiel, il est facile de le répérer grâce à la flamme pendant la phase active. Il importe d'établir la trajectoire. Car cela permet de définir combien le lancement menace la Russie. Il y a eu des cas quand des missiles balistiques nord-coréens tombaient dans la zone économique exclusive de la Russie en Extrême-Orient. Il faut évidemment suivre les Etats qui développent les missiles balistiques de portée intermédiaire ».

 

De tels Etats ne sont pas nombreux, néanmoins leur territoire doit être surveillé. Compte tenu de la possibilité de leurs missiles d'atteindre le territoire de la Russie.

 

Le SSU regroupera des satellites de génération nouvelle ainsi que des postes de commandement modernisés en charge de gérer le groupe orbital, de réceptionner et de traiter l'information en régime automatique. L'infrastructure terrestre du SSU subit déjà testée. Le travail est mené sur le satellite de génération nouvelle. D'après certains données il a été baptisé Toundra et il doit être mis en orbite avant la fin de 2014. Les satellites nouveaux suivront la trajectoire non seulement des engins balistiques, mais aussi des missiles tactiques et opérativo-tactiques d'où qu'ils soient lancés.

Repost 0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 11:40
155 000 militaires participent aux exercices Vostok 2014

 

23.09.2014 Par La Voix de la Russie

 

Plus de 155 000 militaires, des milliers de véhicules de combat, des centaines d'avions et d'hélicoptères, ainsi que des dizaines de navires participent aux exercices stratégiques Vostok 2014, selon le ministère russe de la Défense. Cela a été rapporté par le ministre de la Défense le général Sergueï Choïgou au président russe Vladimir Poutine.

 

L'intensité de l'entraînement au combat et des inspections inopinées ont contribué à l'amélioration du niveau de la formation d’organismes de contrôle militaires, ainsi qu’à la coordination du travail des unités, a déclaré le ministre de la Défense russe.

 

À son tour, M. Poutine a déclaré que le département de contrôle du Kremlin évaluerait les actions des autorités dans le cadre des exercices Vostok 2014.

Repost 0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 07:40
Flotte de la mer Noire: Moscou débloque 1,7 md EUR

 

MOSCOU, 6 mai - RIA Novosti

 

D'ici 2020, Moscou accordera 86,7 milliards de roubles (1,7 md EUR) au développement de la flotte russe de la mer Noire, a annoncé mardi à Moscou le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

"Le volume total des fonds débloqués dans le cadre du programme de développement de la flotte de la mer Noire s'élève à 86,7 milliards de roubles", a fait savoir M.Choïgou lors d'une réunion ministérielle.

Selon lui, le programme de développement de la flotte de la mer Noire nécessite des "corrections" en raison de l'adhésion de la péninsule de Crimée et de la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie au terme d'un référendum du 16 mars dernier.

Suite à l'intégration de la Crimée à la Russie, Moscou a entamé le processus de dénonciation d'une série d'accords bilatéraux russo-ukrainiens, notamment sur le partage de la mer Noire et les conditions de déploiement de la flotte russe dans ses eaux.

Repost 0
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 08:40
Crimée: l'ex-commandant de la Marine ukrainienne nommé dans la flotte russe

 

SIMFEROPOL, 24 mars - RIA Novosti

 

L'ex-commandant de la Marine ukrainienne Denis Berezovski a été nommé lundi commandant adjoint de la flotte russe de la mer Noire sur décision du ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, en déplacement de travail en Crimée.

 

Le contre-amiral Berezovski a prêté serment au peuple de la Crimée, hostile aux nouvelles autorités de Kiev, le 2 mars dernier, soit 14 jours avant le référendum sur l'adhésion de la Crimée à la Fédération de Russie.

 

Un changement de pouvoir ayant toutes les caractéristiques d'un coup d'Etat s'est produit en Ukraine le 22 février dernier. La Rada suprême (parlement) a destitué le président Viktor Ianoukovitch, réformé la constitution et fixé l'élection présidentielle anticipée au 25 mai. M.Ianoukovitch a déclaré qu'il avait quitté le pays sous la menace de persécutions, mais qu'il restait le président légitime de l'Ukraine. Moscou conteste la légitimité des nouvelles autorités du pays.

 

Peuplée en majorité de russophones, la république autonome ukrainienne de Crimée a refusé de reconnaître les nouvelles autorités de Kiev et proclamé son indépendance vis-à-vis de l'Ukraine et la réunification avec la Russie au terme d'un référendum du 16 mars où 96,7% des habitants de la péninsule ont appuyé cette décision. La Russie et la Crimée ont signé le traité sur le rattachement de la république de Crimée et de la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie le 18 mars dernier. Kiev a protesté, en le qualifiant d'"annexion" de la Crimée par la Russie, soit de rattachement forcé de la péninsule.

Repost 0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 11:40
L'Ukraine évacue ses militaires et civils de Crimée

 

25.03.2014 Muriel Pomponne correspondante à Moscou - RFI
 

L'Ukraine a décidé de retirer ses troupes de Crimée où l'essentiel de ses bases est tombé en trois semaines d'occupation sous le contrôle de la Russie. Le ministre de la Défense Sergueï Choïgou a d'ailleurs été ce lundi le premier responsable du gouvernement russe à se rendre en Crimée.

 

Le ministre de la Défense russe, Sergueï Choïgou, n'a même pas attendu que toutes les bases ukrainiennes soient tombées dans l'escarcelle russe, pour se rendre en Crimée, et visiter les installations militaires russes.

A cette occasion, il a nommé le contre amiral Berezovski commandant en second de la flotte russe de la mer noire. Ce marin avait prêté allégeance à la Russsie, le 2 mars dernier, alors qu'il venait d'être nommé à la tête de la marine ukrainienne à Sebastopol.

 

Ultimatum russe

Sergueï Choïgu a précisé que les militaires ukrainiens de Crimée devaient désormais choisir, soit d'entrer dans l'armée russe, soit de quitter la Crimée. Et justement d'après l'Etat major ukrainien, environ la moitié du personnel militaire de Crimée aurait choisi de servir la Russie. Le retrait des autres militaires ukrainiens est en cours et devrait s'achever rapidement.

 

→ A (RE) LIRE : Crimée : les forces pro-russes accusées de tortures

 

Les civils aussi évacués

Ceux qui continuent à se déclarer Ukrainiens subissent les désagréables. Les familles des militaires ukrainiens sont particulièrement exposées. Alors, le président ukrainien par intérim, Oleksander Tourtchinov, a annoncé leur évacuation de la Crimée.

Depuis l’annexion de la Crimée par la Russie, les militaires ukrainiens sur place subissent quotidiennement des humiliations et des agressions de la part de forces russes. Les autorités centrales s’inquiètent donc sérieusement du sort de leurs familles et jugent leur situation dangereuse.

 

La prise en charge des évacuations

Le président ukrainien par intérim, Oleksander Tourtchinov a déclaré : « Le Conseil de sécurité et de Défense nationale a demandé au Conseil des ministres de procéder à l’évacuation de familles des militaires exposées au réel danger pour leur vie ou pour leur santé. Le Conseil des ministres a été chargé d’assurer le déplacement de familles des militaires, ainsi que de tous ceux qui seraient obligés de quitter leurs domiciles à cause des pressions et de l’agression des troupes d’occupation de l'armée russe. »

Les Russes exigeant le départ de tous les officiers ukrainiens de Crimée vers l’Ukraine continentale, il serait de toute façon difficile à leurs familles de rester sur place. Le drame d’un pays commence à apporter son lot de tragédies simplement humaines.

 

En Ukraine, la mobilisation se poursuit

Elle a été lancée par un décret présidentiel le 17 mars dernier et doit durer 45 jours. Il s'agit notamment d'étoffer les rangs de la garde nationale, destinée à épauler l'armée dans la défense du territoire. L'Ukraine dit aussi percevoir des signes inquiétants du côté d'Odessa et affirme avoir envoyé des renforts sur ses frontières sud, est et nord.

 

→ A (RE) ECOUTER : L'émission décryptage : La crise en Crimée

 

Repost 0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 13:40
Le ministre russe de la Défense inspecte la Crimée

 

24 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

MOSCOU - Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, est en Crimée lundi pour y inspecter notamment les installations militaires, ont indiqué les médias.

 

Le ministre est le premier haut responsable du pouvoir russe à se rendre dans la péninsule ukrainienne depuis son rattachement à la Russie.

 

Ces derniers jours, les forces russes ont pris sans combat le contrôle de pratiquement toutes les bases ukrainiennes de la péninsule.

 

M. Choïgou a rencontré des officiers ukrainiens ralliés à la Russie, et leur a garanti qu'ils pourraient bénéficier de tous les avantages sociaux des militaires russes et servir dans toute région du pays, selon l'agence Ria Novosti.

 

Il a également demandé aux responsables militaires russes sur place de prendre soin de récupérer et de de faire l'inventaire de toutes les armes disponibles dans les unités ukrainiennes, selon un reportage télévisé.

 

Le ministre, qui a déjà rencontré les responsables des autorités locales pro-russes, doit encore inspecter dans la journée les installations de la Flotte russe de la mer Noire, basée à Sébastopol, selon la chaîne la chaîne publique Pervy Kanal.

Repost 0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 12:40
Arctique russe: un nouveau commandement stratégique bientôt créé (état-major)

 

MOSCOU, 17 février RIA Novosti

 

Une structure militaire réunissant la Flotte du Nord, les brigades arctiques, des unités d'aviation et de DCA ainsi que des organismes de commandement sera créée en 2014 dans l'Arctique russe, a confié lundi à RIA Novosti un représentant haut placé de l'Etat-major général des Forces armées du pays.

 

Baptisée Flotte du Nord-Commandement stratégique unifié, la nouvelle structure sera commandée par l'amiral Vladimir Korolev, commandant de la Flotte du Nord. Elle sera directement subordonnée au ministre de la Défense Sergueï Choïgou.

 

"Une nouvelle structure sera bientôt créée dans l'armée russe grâce au renforcement de la Flotte du Nord. Cette dernière recevra en son sein les brigades arctiques relevant des Troupes terrestres, des unités d'aviation et de DCA, ainsi que des organismes de commandement supplémentaires", a déclaré le représentant de l'Etat-major.

 

Il a souligné que la protection des intérêts de la Russie dans la région arctique constituerait le principal objectif de la nouvelle formation.

 

"Il s'agit de protéger la Voie maritime du nord, les ressources poissonnières et les gisements d'hydrocarbures, mais aussi - et c'est cela l'essentiel - d'assurer la sécurité des régions septentrionales du pays", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

 

Selon lui, la mise au point de la nouvelle structure est en cours afin de la rendre opérationnelle d'ici la fin de l'année.

 

Longue de 3.000 milles nautiques, la Voie maritime du nord est la principale voie de navigation en Arctique passant le long des côtes nord de la Russie et reliant les ports européens à ceux de l'Extrême-Orient.

Arctique russe: un nouveau commandement stratégique bientôt créé (état-major)
Repost 0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 17:40
Kirghizstan: la Russie renforcera sa base aérienne (ministre)

 

 

MOSCOU, 3 février - RIA Novosti

 

La Russie entend renforcer le potentiel de sa base aérienne de Kant, au Kirghizstan, a annoncé lundi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

 

"Nous nous proposons de renforcer progressivement le potentiel de notre base aérienne à Kant", a déclaré le général Choïgou lors des négociations avec son homologue kirghiz Taalaïbek Omouraliev.

 

Le ministre n'a pas fourni davantage de détails, se contentant d'indiquer que la Russie et le Kirghizstan attachaient une "grande importance" à la planification d'opérations conjointes associant l'armée kirghize et les représentants de la base militaire russe.

 

"Je pense que ces efforts permettront de créer un solide potentiel défensif, capable de faire face aux défis et menaces pour la sécurité de nos Etats", a relevé M.Choïgou.

 

On a appris auparavant que depuis décembre dernier, la Russie avait commencé à fournir des armements modernes dans cette république d'Asie Centrale en prévision du prochain retrait d'Afghanistan de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF).

 

La base de Kant constitue une composante aérienne des forces de déploiement rapide de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC). La base a été officiellement ouverte le 23 octobre 2003.

 

Créée en 2002, l'Organisation du traité de sécurité collective, parfois qualifiée d'"Otan russe", est une organisation politico-militaire qui regroupe l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Russie et le Tadjikistan.

Repost 0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:40
Iskander-M

Iskander-M

 

MOSCOU, 18 décembre - RIA Novosti

 

Les missiles Iskander seront déployés là où Moscou le jugera utile, a indiqué mercredi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, commentant la préoccupation de l'Otan suite à l'apparition de ces missiles près des frontières de l'UE.

"Un grand bruit s'est récemment élevé suite aux informations concernant le déploiement d'Iskander au "mauvais" endroit. Sur le territoire de la Russie, nous en déployons là où bon nous semble", a déclaré M.Choïgou devant les étudiants à l'Université technologique Tsiolkovski (MATI)

Et d'ajouter que la Russie était en mesure de contrebalancer le projet américain de défense antimissile en Europe (ABM).

"Nous ne restons pas les bras croisés, en observant (le déploiement du bouclier antimissile, ndlr). Notre science, nos concepteurs et nos usines travaillent, croyez-moi, très efficacement. Nous avons avec quoi riposter", a souligné le ministre.

Le déploiement de systèmes de missiles de courte portée Iskander-M dans la région de Kaliningrad (enclave russe sur la Baltique) a été signalé samedi dernier par le quotidien allemand Bild.

Le ministère russe de la Défense a pour sa part affirmé lundi que le déploiement des batteries d'Iskander-M sur le territoire de la Région militaire Ouest (dont Kaliningrad fait partie) ne constituait pas une violation des traités internationaux.

Les missiles tactiques de haute précision Iskander-M sont destinés à détruire différentes cibles terrestres: rampes de lancement de missiles, pièces d'artillerie longue portée, systèmes de défense antimissiles ou antiaérienne.

Fin 2011, Dmitri Medvedev, alors président de la Russie, a promis de déployer des missiles Iskander dans la région de Kaliningrad afin de contrebalancer le projet américain prévoyant la mise en place d'un bouclier antimissile en Europe.

Repost 0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 17:40
Russie: une stratégie de défense nationale 2016-2020 prête d'ici avril

 

MOSCOU, 10 décembre - RIA Novosti

 

Le ministère russe de la Défense présentera une stratégie de défense nationale pour 2016-2020 au président russe d'ici le 1er avril 2014, a annoncé mardi à Moscou le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

 

"En 2014, nous devons élaborer une stratégie de défense nationale pour 2016-2020 en coopération avec les organes exécutif concernés. Un concept de stratégie doit être soumis au président d'ici le 1er avril 2014", a indiqué le ministre lors d'une réunion élargie du collège du ministère de la Défense.

 

Les Forces armées russes doivent garantir la souveraineté de la Russie, "augmenter notre potentiel militaire est donc prioritaire pour nous", a conclu le ministre.

Repost 0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 17:40
Arctique: Moscou créera un groupement spécial de troupes en 2014 (Choïgou)

 

MOSCOU, 10 décembre - RIA Novosti

 

La Russie créera un groupement spécial de troupes pour défendre ses intérêts nationaux en Arctique en 2014, a annoncé mardi à Moscou le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

 

"Nous envisageons de créer un groupement de troupes chargé d'assurer la sécurité militaire et de défendre les intérêts nationaux russes en Arctique en 2014", a indiqué M.Choïgou lors d'une réunion élargie du collège du ministère russe de la Défense.

 

La Russie a déjà commencé à rétablir son infrastructure militaire dans la région arctique. "Nous comptons rétablir les aérodromes et les ports sur l'archipel François-Joseph et les îles de Nouvelle-Sibérie", ainsi que les aérodromes de Tiksi, de Narian-Mar, d'Alykel, d'Amderma, d'Anadyr, de Rogatchevo et de Nagourskaïa, a précisé le ministre.

Repost 0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 12:40
Russie-Serbie: élargir la coopération militaire (Choïgou)

 

BELGRADE, 13 novembre - RIA Novosti

 

La Russie et la Serbie ont convenu d'intensifier les contacts entre leurs états- majors généraux, ainsi que la coopération entre différents éléments de leurs forces armées, a annoncé mercredi le ministre russe de la Défense, le général Sergueï Choïgou.

 

"Nous avons convenu de renforcer les contacts entre nos états-majors généraux. Nous envisageons également d'élargir notre coopération interarmes", a déclaré le ministre à l'issue d'une rencontre avec son homologue serbe Nebojsa Rodic.

 

M. Choïgou a précisé qu'il s'agissait des forces terrestres et aériennes, ainsi que des troupes de DCA. Selon le ministre russe, les deux pays ont également beaucoup à faire pour renforcer leur coopération en matière de production d'armements.

 

"Au cours des 15 à 20 dernières années, cette coopération a chuté à un niveau terriblement bas", a constaté le général Choïgou. La relancer "est précisément ce que nous devons faire dans les plus brefs délais", a-t-il souligné.

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 12:30
Mi-35M (Hind E)

Mi-35M (Hind E)

 

11.11.2013 Ilia Kramnik - La Voix de la Russie

 

Les exportateurs russes reviennent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Après la reprise de la collaboration militaro-technique avec l’Iran et la Libye, c’est au tour de l’Egypte. Selon certaines sources, ce pays pourrait acheter à la Russie de l’équipement militaire pour une somme qui dépasse 4 milliards de dollars. Le ministre de la Défense Sergueï Choïgou se rendra en Egypte du 12 au 15 novembre.

 

Une coopération très prometteuse...

 

La coopération militaro-technique entre Moscou et le Caire, interrompue à l’initiative de l’Egypte dans les années 1970 a toutes les chances de reprendre. A cette époque cette collaboration a été interrompue à l’initiative du président égyptien de l’époque Anouar el-Sadate. La Russie et l’Egypte ont repris leur collaboration dans le domaine de l’armement dans les années 2000. Moscou a alors modernisé les missiles de défense aérienne égyptiens des années 1970 : les S-125 Petchora (la version Petchora-2M) les missiles automatiques de défense Kvadrat,les systèmes automatiques Chilka, et le système de missiles sol-air 9K38 Igla. En outre, l'Egypte a reçu de nouveaux complexes de missiles de moyenne et courte portée Bouk-M1-2 et Tor-M1E.

 

Le volume total de la coopération militaire russo-égyptienne n’est pas très conséquent – 1,852 milliard de dollars entre 2005 et 2012 (19,4 % du marché). La Russie est le deuxième plus grand fournisseur d'armes à l'Egypte, les Etats-Unis étant le premier. Pendant la même période, Washington a livré au 6,865 milliards de dollars de matériel militaire (soit 71,8 % du marché). La Chine arrive à la troisième place avec 341 millions de dollars (3,56 %), suivie par les Pays-Bas (165 millions de dollars), l'Italie (139 millions) et l'Espagne (100 millions de dollars).

 

Ce contrat pour 4 milliards de dollars risque d’augmenter la part de la Russie sur le marché russe de l’armement, permettant ainsi à Moscou de dépasser les Etats-Unis en termes de contrats signés. Les livraisons américaines des années 2013-2016 devraient atteindre 3,41 milliards de dollars. L’Espagne occupe actuellement la deuxième place avec 300 millions de dollars, et la Russie serait troisième avec 108 millions.

 

… avec un budget important

 

Il est très probable que le nouveau contrat avec la Russie puisse inclure plusieurs systèmes de défense aérienne modernes de courte et de moyenne portée, mais aussi des aéronefs. L'Egypte pourrait s’intéresser aux hélicoptères multicibles Mi -35, Mi-28 et la dernière version du Mi -17, ainsi que par des avions de combat MiG -29M et Su- 30MK2. Les systèmes de défense côtière pourraient être intéressants pour l’Egypte, mais aussi des systèmes d’ingénierie navale - les navires de guerre, des sous-marins de fabrication russe, des missiles côtiers et des complexes d'artillerie.

 

Concrètement, le premier contrat inclura des systèmes de défense aérienne et des hélicoptères de différents types, en très forte demande aujourd’hui.

 

Les mythes du « printemps arabe »

 

Les processus politiques qui ont commencé en hiver 2010-2011 en Tunisie et en Egypte et se sont étendues à d’autres pays de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Et ces troubles ont fait comprendre aux experts militaires russes nouvelle demande en armement va se créer dans les pays de cette région. Le premier grand contrat a été signé avec l’Irak, où un nouveau régime a été instauré avant le « printemps arabe », non pas suite à la révolution, mais avec l'aide de la puissance militaire américaine. Alors que le contrôle de la part des Etats-Unis était en train de faiblir, le nouveau gouvernement irakien, partant de ses intérêts stratégiques, a normalisé ses relations avec l’Iran et a repris les contacts dans le domaine militaro-industriel avec Moscou. Le contrat de 4 milliards de dollars est réalisé depuis automne 2013, commençant par des livraisons des hélicoptères Mi-35M.

Les relations avec la Libye ont également repris. Quant à la visite de la délégation russe en Egypte, il s’agit déjà d’une collaboration à grande échelle, et non pas des livraisons ponctuelles. Le soutien de la Russie du régime au pouvoir en Syrie a rendu à Moscou la réputation d’un partenaire fiable, perdue depuis l’éclatement de l’URSS. Et cette réputation sera à l’avantage du ministre russe de la Défense lors de sa visite en Egypte.

Repost 0
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 12:40
Le terrorisme, principale menace pour la Russie (Moscou)

 

MOSCOU, 9 novembre - RIA Novosti

 

Le terrorisme international constitue actuellement la principale menace pour la Russie, a déclaré samedi le ministre russe de la Défense, le général Sergueï Choïgou, lors de l'émission télévisée Vesti v subbotu (Nouvelles du samedi).

 

"Commençons par notre principal ennemi. A l'heure actuelle, c'est le terrorisme international. Vous me direz qu'il s'agit là d'une réflexion banale, mais qui combat aujourd'hui en Syrie? Au Mali? En Libye?", a indiqué le ministre interrogé sur les menaces pesant sur la Russie.

 

Selon M. Choïgou, le rapprochement de l'Otan des frontières russes constitue une autre menace pour la sécurité nationale du pays.

 

"Cet élargissement en cours est totalement injustifié à notre avis. Nous discutons, nous nous sourions mutuellement, mais cela se poursuit", a souligné le ministre.

Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 12:40
Le nouveau ministre de la Défense poursuit le dialogue avec l’OTAN

 

29 octobre, 2013 Victor Litovkine, pour La Russie d'Aujourd'hui

 

La semaine dernière, la réunion du conseil OTAN - Russie a eu lieu à Bruxelles, il s’agit de la première réunion pour le nouveau ministre de la Défense russe Sergueï Choïgou.


 

Les nouvelles propositions formulées par le ministre et visant à fortement contribuer à la lutte contre le terrorisme international, notamment en Afghanistan, d’où l’alliance retirera ses troupes l’an prochain, ont été favorablement accueillies par presque tous les membres du conseil OTAN-Russie.

Outre la formation de spécialistes pour l’Armée de l’Air afghane dans des centres russes en Sibérie et la formation de policiers spécialisés dans la lutte anti-drogue, Sergueï Choïgou a proposé de créer un système de formation de sapeurs afghans.

D’une part, cela permettrait de débarrasser le pays des mines et munitions non-explosées. D’autre part, cela fournirait un emploi respectable à de nombreux jeunes afghans qui, dans le cas contraire, pourraient rejoindre les rangs des terroristes.

Choïgou a également proposé à la communauté internationale l’aide des spécialistes militaires russes pour la destruction d’armes chimiques syriennes et a souhaité que le projet de destruction sécurisée et écologique de munitions obsolètes grâce aux technologies développées par les pays de l’OTAN soit mis en place dès l’année prochaine dans l’oblast de Kaliningrad.

Toutefois, les relations entre la Russie et l’OTAN ne se limitent pas aux projets coordonnés ou négociés cette semaine à Bruxelles.

La veille de la réunion du conseil OTAN-Russie, Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l’OTAN, a organisé une conférence de presse exclusive pour les journalistes russes, à laquelle l’auteur de cet article a pu assister, où il a déclaré que nos relations sont plus ouvertes, prévisibles et empreintes de confiance ces derniers temps.

Il a hautement apprécié la transparence de l’Armée russe démontrée lors des exercices «Ouest-2013», auxquels 80 représentants des pays étrangers, notamment des pays de l’OTAN, ont été invités. Il a promis la même transparence lors des exercices de l’OTAN qui auront lieu la première semaine de novembre en Pologne et dans les pays Baltes.

Toutefois, à la réunion du conseil OTAN-Russie, Sergueï Choïgou a reproché à ses collègues de l’alliance que le scénario de leurs exercices prévoit l’intervention des alliés en cas d’attaque contre l’un des états du bloc de l'Atlantique Nord par un pays voisin. Le ministre russe a indiqué qu’il est simple de deviner le pays visé.

Ces « scénarios maladroits » ne sont pas le seul frein à la coopération entre la Russie et l’alliance.

Après tout, l’exercice peut toujours être modifié. Les problèmes bien plus importants, d’après Choïgou, sont la réalisation des projets de défense antimissile en Europe, les tentatives de ressusciter l’ancien Traité sur les Forces Conventionnelles en Europe, la proximité de l’infrastructure militaire de l’OTAN des frontières russes, la politique d’élargissement de l’alliance.

Rasmussen a dit aux journalistes que les portes de l’alliance sont ouvertes à la Géorgie et à l’Ukraine, mais ils ne pourront s’y joindre que lorsqu’ils auront rempli les exigences de l’OTAN. Et cela ne sera pas le cas en 2014.

Les relations entre la Russie et l’OTAN présentent quelques problèmes irrésolus également. La défense antimissile européenne est l’un d’entre eux.

« Nous ne parvenons pas à collaborer dans ce domaine, a dit Sergueï Choïgou. La défense antimissile européenne se développe, nos considérations ne sont pas prises en compte. Je voudrais souligner que nous continuons à soutenir la coopération mutuellement bénéfique en matière de défense antimissile. Néanmoins, avant de nous lancer dans des projets antimissiles communs, nous aimerions obtenir des assurances juridiques fermes et fiables que le bouclier antimissile américain ne sera pas utilisé contre les forces russes de dissuasion nucléaire. En outre, nous manquons de prévisibilité concernant les projets des Américains et de l’OTAN en matière de défense antimissile ».

Le secrétaire général de l’OTAN, à son tour, a expliqué aux journalistes russes qu’il aimerait voir s’animer le dialogue sur la défense antimissile. Dans les couloirs du siège de l’OTAN, il se dit que le problème du bouclier antimissile est trop politisé pour que les parties puissent s’accorder sur certains points précis.

Tous les différends et consultations devraient être confiés aux spécialistes qui pourraient trouver une issue techniquement et technologiquement convenable qui puisse rapprocher la Russie et l’OTAN de l’accord sur cette question.

D’autres spécialistes se réfèrent à la position américaine. Ils estiment que la solution au problème doit se trouver non au niveau Moscou-Bruxelles mais au niveau Moscou-Washington.

Toutefois, le tableau n’est pas tout noir.

«Si nous devons évaluer notre collaboration, dit Sergueï Choïgou lors de sa conférence de presse finale, les membres de la réunion du conseil estiment unanimement que, malgré quelques problèmes importants irrésolus, la coopération OTAN-Russie a fait des progrès conséquents ces derniers temps ; il faut absolument élargir les horizons de notre collaboration ».

D’ailleurs, à l’issue de son intervention au conseil OTAN-Russie, Sergueï Choïgou a fait quelques petits cadeaux au secrétaire général de l’alliance Anders Fogh Rasmussen – un casque de soldat peint à la façon de khokhloma, une gamelle et une flasque.

Il a ajouté : « N’y cherchez pas de sens caché militariste. Pas du tout. Ce n’est qu’un souvenir, une sorte de protection contre les mauvais coups du sort ». 

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories