Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 22:30
Chammal : intensification des frappes contre Daech à Raqqah


17/11/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le mardi 17 novembre 2015, l’armée française a de nouveau frappé Daech à Raqqah – fief de l’organisation terroriste en Syrie.

 

Dans la continuité des raids menés depuis 48 heures, la force Chammal a bombardé successivement deux centres de commandement de Daech.  Les premières frappes ont débuté à 19h30 (heure française). Les deux objectifs visés ont été détruits.
Constitué de 10 chasseurs en provenance du golfe Arabo-Persique (GAP) et de Jordanie, le raid a été mené par quatre Rafale et six Mirage (2000D et 2000N).

Ces trois derniers jours, la force Chammal a concentré ses frappes sur les camps d’entraînement et les centres de commandement, deux piliers indispensables au fonctionnement de Daech. En 48 heures, les raids français ont ainsi anéanti six objectifs d’importance contrôlés par cette organisation terroriste.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale, trois Mirage 2000D et trois Mirage 2000N) et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Il comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour la formation et le conseil des militaires irakiens. Depuis le 24 septembre 2015, la frégate anti-aérienne (FAA) Cassard a rejoint les forces françaises engagées au Levant.

 

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 11:30
Chammal : nouveau raid contre Daech à Raqqah

 

17/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Dans la nuit du 16 au 17 novembre 2015 à 1h30 (heure française), l’armée française a de nouveau mené un raid contre Daech - à Raqqah en Syrie. La force Chammal a détruit deux sites opérationnels de combattants terroristes.

 

Le raid était constitué de dix avions. Les équipages ont décollé à partir des bases situées en Jordanie et dans le Golfe arabo-persique (GAP) pour se rejoindre au-dessus de la Syrie. Réalisé en coordination avec la coalition, le raid aérien composé de six Mirage 2000 et quatre Rafale a frappé simultanément un centre de commandement qui abrite l’un des quartiers généraux de Daech, et un centre d’entraînement. Au total 16 bombes ont été délivrées.

Au bilan, depuis le dimanche 15 novembre, quatre objectifs préalablement identifiés par des missions de renseignement ont été frappés en 24 heures.

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale, trois Mirage 2000D et trois Mirage 2000N) et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Il comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour la formation et le conseil des militaires irakiens. Depuis le 24 septembre 2015, la frégate anti-aérienne (FAA) Cassard a rejoint les forces françaises engagées au Levant.

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 12:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air


16.11.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Selon l'EMA français, "le raid était constitué de 12 aéronefs dont 10 chasseurs: 6 Rafale, 4 Mirage 2000 (2 M2000D et 2 M2000N). Les aéronefs français ont été engagés simultanément à partir des bases du golfe arabo-persique (GAP) et de Jordanie. Les équipages se sont rejoints au-dessus de la Syrie pour attaquer les deux objectifs occupés par Daech.
Planifiée sur des sites préalablement identifiés lors des missions de reconnaissance réalisées par la France, cette opération a été conduite en coordination avec la Coalition.
Situé à 6 km au Sud de Raqqah, le premier objectif a été frappé par une patrouille de 2 Mirage 2000D. Le site était utilisée par Daech comme poste de commandement, centre de recrutement djihadiste et dépôt d’armes et de munitions. L’objectif est nécessaire au fonctionnement de Daech et l’un des lieux à partir duquel des attaques contre notre pays sont susceptibles d’être organisées.
Une patrouille de 4 Rafale et 2 Mirage 2000D a détruit le deuxième objectif localisé à l’Ouest de Raqqah. Infrastructure industrielle inachevée, l’objectif abritait un camp d’entraînement terroriste et des cellules de recrutement. Les deux sites ont fait l’objet d’une longue observation préalable."

 

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG basée à Londres, "plus de 30 explosions ont été entendues dans le secteur de Rakka, le fief de l'Etat islamique.
Cité par Reuters, Rami Abdoulrahman, qui dirige cette ONG qui réalise un point quotidien sur les combats en Syrie grâce à un réseau d'informateurs sur le terrain, a ajouté que l'on "ne peut pas dire dans l'immédiat si toutes les explosions entendues ont été causées par des frappes aériennes. L'EI restreint ses mouvements à l'intérieur de la ville, ce qui rend difficile la collecte d'information sur d'éventuelles victimes, a précisé Rami Abdoulrahman."

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 11:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

15 novembre 2015 23h28 Romandie.com (AFP)

 

Paris - Dix chasseurs-bombardiers français ont largué 20 bombes dimanche soir sur le fief de l'organisation Etat islamique (EI) à Raqa, dans le nord de la Syrie, détruisant un poste de commandement et un camp d'entraînement, a annoncé le ministère français de la Défense.

 

Le premier objectif détruit était utilisé par Daech (acronyme de l'EI en arabe) comme poste de commandement, centre de recrutement jihadiste et dépôt d'armes et de munitions. Le deuxième objectif abritait un camp d'entraînement terroriste, a détaillé le ministère dans un communiqué.

 

Douze appareils, dont dix chasseurs, ont été engagés simultanément à partir des Emirats arabes unis et de la Jordanie. La France dispose respectivement de six Rafale et six Mirage 2000 dans ces deux pays.

 

Planifiée sur des sites préalablement identifiés lors des missions de reconnaissance réalisées par la France, cette opération a été conduite en coordination avec les forces américaines, a précisé le ministère.

 

L'EI a revendiqué samedi la vague d'attentats de vendredi soir à Paris, qui ont fait au moins 129 morts et plus de 350 blessés.

 

Le président français François Hollande avait averti samedi que son pays serait impitoyable sur tous les terrains, intérieur et extérieur, après les attentats qu'il a qualifiés d'acte de guerre.

 

Les frappes de dimanche soir sont sans commune mesure avec les quatre précédents raids français, qui ont mobilisé beaucoup moins de chasseurs et avaient visé des sites plus au sud en Syrie à Deir Ezzor.

 

La France, qui participe depuis un an à la coalition internationale contre l'EI en Irak, a décidé en septembre d'élargir ses opérations à la Syrie. Elle affirme avoir gardé son autonomie de décision dans le choix des cibles dans ce pays alors qu'elle est pleinement associée à la coalition internationale en Irak dirigée par Washington.

 

Les premières frappes françaises en Syrie en septembre avaient ciblé deux centres d'entraînement de jihadistes suceptibles de mener des attaques en Europe. Les cibles ont ensuite été élargies à des sites pétroliers exploités par l'EI et ce dimanche à un poste de commandement.

 

La France, qui veut intensifier ses opérations en Syrie, va pouvoir bénéficier, outre le renseignement réuni par ses propres avions de reconnaissance depuis un mois, d'une coopération accrue avec les Américains en la matière.

 

Le ministre de la Défense français Jean-Yves Le Drian et son homologue américain Ashton Carter ont convenu dimanche d'augmenter le partage de renseignement lors d'un entretien téléphonique.

 

On travaille à l'intensification des frappes, a-t-on souligné dans l'entourage de M. Le Drian.

 

Sur ce terrain, nous avançons bien grâce aux patrouilles de reconnaissance (françaises) qui se muliplient et grâce à l'ouverture de plus en plus nette de nos amis américains, a-t-on ajouté, en parlant d'un tournant depuis les attentats.

 

Depuis deux jours, le travail est beaucoup plus nourri avec les Etats-Unis pour l'identification des cibles, a-t-on poursuivi, notant qu'un certrain nombre de malentendus se sont dissipés.

 

La France va aussi déployer en décembre le porte-avions Charles-de-Gaulle dans le Golfe qui, avec 24 appareils à bord, triplera sa capacité de frappes. Elle continue en revanche d'exclure toute intervention militaire au sol.

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 08:30
Warplanes: Crop Dusters At War

 

November 11, 2015: Strategy Page

 

The UAE (United Arab Emirates) recently donated four U.S. made AT-802 single engine aircraft to Jordan for reconnaissance and surveillance missions. This 7.2 ton aircraft first appeared in 1990 as a crop duster. The aircraft had a built in 3,100 liters (820 gallons) tank for insecticide or whatever. But it was soon noted that it could also perform well for fire-fighting (by dropping fire retardant). Cruising speed of the AT-802 is 356 kilometers an hour and endurance is about three hours.

 

In 2009 a militarized version appeared, with lightweight armor around the cockpit and key components. There was also a bulletproof windscreen. The frame was strengthened to give the aircraft a useful life of 12,000 hours in the air. The military version could have one or two seats plus seven hard points for up to four tons of missiles or bombs and a fire control system to handle smart weapons. The UAE bought 24 of these and recently transferred three AT-802s to the Yemeni Air Force and is training more pilots and maintenance personnel to operate these light bombers. There are already some Yemeni (or UAE) pilots operating the Yemeni AT-802s there. These aircraft can use GPS and laser guided bombs.

 

The idea for the militarized version came after eight AT-802 aircraft, paid for by the U.S. State Department, were given to Colombia in 2002. These were used to eradicate drug crops under an American anti-drug program. Because the drug gangs will shoot back these AT-802s were modified with the addition of the same type of armor (including self-sealing fuel tanks and internal fire extinguishing system) that showed up in 2009 military version. By 2009 the customized AT-802s for Colombia had evolved into the AT-802U, a military versions which has been increasingly popular for reconnaissance and bombing.

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 07:20
DynCorp fait la "une" avec ses pertes: deux tués en Jordanie et des résultats trimestriels dans le rouge


10.11.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Les deux contractors US tués lors de la fusillade de Jordanie appartiennent à la firme DynCorp. Le porte-parole du DoS (State Dept) l'a confirmé hier soir.

DynCorp et quatre autres sociétés américaines: Justice Services International, MPRI qui appartient à L3C, PAE Government Services, Civilian Police International ont été retenues en 2011 par le Département d'Etat dans le cadre de l'ex-programme CIVPOL devenu le "Criminal Justice Program Support" (CJPS). Voir l'avis d'attribution de 2011 ici.

DynCorp déploie actuellement du personnel dans le cadre du "Palestine Task Order" d'une valeur annuelle de 10 millions de dollars. La firme US recrutait encore, il y a quelques jours, des agents pour ses "mobile training teams" (voir ici) qui ont la responsabilité du programme de formation des Palestiniens.

Par ailleurs, DynCorp a dévoilé hier ses résultats trimestriels (voir ici). Du mieux mais pas fameux... Pour le 3e quarter 2015, le CA a été de 479,8 millions de dollars (540,3 pour la même période en 2014) et les pertes de 15,7 millions (71,5 millions pour la même période en 2014).

Ces résultats laissent espérer un CA annuel de l'ordre de "1,89 à 1,93 milliards de dollars" selon Lou Von Thaer, le CEO de DynCorp. On se souviendra que le CA de 2014 était de 2,3 milliards et celui de 2013 de 3,3 milliards.

Les revenus de DynLogistics dégringolent toujours; seul DynAviation retrouvent des couleurs, son CA pour le 3e quarter étant de 313 millions (contre 293, il y a un an).

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:50
Rheinmetall KZO UAV - ILA 2010

Rheinmetall KZO UAV - ILA 2010

 

13 October 2015 by defenceWeb

 

Tunisia, Mali, Nigeria, Jordan and Iraq have been identified as potential recipients of up to €100 million in funding from Germany aimed at helping partner countries improve their security situations.

 

Defense News last week reported that the German government has set up a €100 million fund to help partner countries in Africa and the Middle East. The fund will become operational in the 2016 financial year.

 

Katrin Suder, state secretary of the German Ministry of Defense, said in Berlin last week that the initiative is designed to help partner countries prevent crises and stabilize their overall security environment. The money will be used to procure equipment and services for tasks like border protection, small arms controls or the clearing of minefields.

 

The secondary purpose of the fund is to support the German defence industry, as the money will be used primarily to buy equipment and services in Germany. The fund will be jointly managed by the German Ministry of Defence and Ministry of Foreign Affairs. However, the fund is still awaiting final approval as part of next year’s budget by parliament, with approval possibly being granted in the next few weeks.

 

Wolfgang Hellmich, chairman of the defence committee of the German Bundestag, expects delivery of German surveillance unmanned aerial vehicles Tunisia, Defense News reports.

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:30
Jordanian Armed Forces partner with U.S. and U.K. forces for military exercises. U.S. Marine Corps photo by Cpl. Ryan Young/released

Jordanian Armed Forces partner with U.S. and U.K. forces for military exercises. U.S. Marine Corps photo by Cpl. Ryan Young/released

 

WASHINGTON, Oct. 12 By Ryan Maass   (UPI)

 

The U.K. Ministry of Defence announced the country will provide more military equipment to the Jordanian Armed Forces to help them counter border threats. The package amounts to over $3.84 million, and includes non-lethal transport vehicles, body armor, communications and IT equipment. The package is part of the United Kingdom's support for the Jordanian Armed Forces Quick Reaction Force, and their fight against the Islamic State, Sunni militants also identified as Daesh and by the acronyms ISIS and ISIL. The militants have taken considerable territory in Iraq and Syria, two countries bordering Jordan. Penny Mordaunt, Minister of the State for Armed Forces, visited the growing force in Jordan over the weekend.

Read more

Repost 0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 08:30
photo Armée de l'Air (archives)

photo Armée de l'Air (archives)

 

11 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Amman - Le Premier ministre français Manuel Valls a annoncé dimanche à Amman qu'il se rendrait lundi sur une base militaire jordanienne d'où décollent une partie des chasseurs français qui mènent des frappes aériennes contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie.

 

Nous aurons demain (lundi) l'occasion avec le ministre (français) de la Défense d'aller sur une base. (...) Nous partageons avec la Jordanie (...) les mêmes objectifs de paix, de sécurité et de stabilité pour la région, a déclaré M. Valls lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue jordanien Abdallah Nsour.

 

Il s'agit d'une base d'où partent des avions français qui mènent des frappes en Syrie, selon une source diplomatique française.

 

La France et la Jordanie sont engagées au sein de la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis contre le groupe EI.

 

Paris a déployé en Jordanie des chasseurs-bombardiers qui participent à la campagne aérienne contre l'EI en Irak depuis plus d'un an, et en Syrie depuis quelques semaines.

 

La France a décidé de frapper Daech (un acronyme en arabe du groupe EI), au nom de la légitime défense puisque Daech prépare depuis la Syrie des attentats contre la France, a souligné Manuel Valls.

 

Nous frappons Daech et tous ceux qui, au sein de Daech, quelles que soient leurs origines ou leurs nationalités, ont décidé de frapper la France et donc de frapper leur propre pays, a poursuivi le Premier ministre devant la presse, en référence aux filières jihadistes françaises.

 

Ces filières concernent 1.700 personnes dont cinq à six cents sont en Syrie ou en Irak et y connaissent un nombre grandissant de décès, a-t-il indiqué.

 

Le nombre de ces tués s'établit à 136, a précisé Manuel Valls.

 

Nous ne frappons pas une nationalité en particulier. Nous frappons tous ceux qui aujourd'hui préparent des attentats contre la France, a précisé un peu plus tard Manuel Valls devant des journalistes.

 

Tous ceux qui rejoignent ces camps d'entraînement, tous ceux qui rejoignent Daech doivent savoir qu'ils peuvent demain être frappés. Nous ne demandons pas le passeport à telle ou telle personne mais nous frappons ceux qui préparent les attentats contre la France. Nous n'avons pas à ce stade à donner plus d'informations et plus d'explications, a-t-il poursuivi.

 

Le Premier ministre a indiqué par ailleurs qu'il n'y avait pas de consultations avec les Russes pour mener des frappes françaises en Syrie.

 

Les avions de la coalition volent dans un espace aérien de plus en plus encombré depuis le début de l'intervention russe le 30 septembre, avec des risques croissants d'incidents, même si les chasseurs russes opèrent surtout au nord et à l'ouest de la Syrie.

 

Manuel Valls s'envolera lundi pour l'Arabie saoudite, dernière étape de sa tournée régionale qu'il l'a conduit au Caire où s'est finalisée la vente de deux navires militaires Mistral.

Repost 0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 11:30
photo NL MoD

photo NL MoD

 

5/10/15 – 7sur7.be (Belga)

 

Près de 60 militaires belges participent, en Irak et en Jordanie, aux opérations de la coalition dirigée par les Etats-Unis contre le groupe terroriste Etat islamique (EI), soit presque autant de personnes déployées en Afghanistan.

 

Vingt-trois personnes sont ainsi déployées dans les environs de Bagdad pour contribuer à la formation des forces de sécurité irakiennes sous le nom d'"Opération Valiant Phoenix" (OVP), a précisé le capitaine de frégate Guy Schotte lors d'un point de presse à Bruxelles.

 

Cette mission, entamée le 15 mars sur un site "hautement sécurisé" près de Bagdad - en fait sur l'aéroport international de la capitale irakienne - a été prolongée jusqu'à la fin de l'année. Les effectifs belges, liés aux activités de formation, avaient été réduits durant la période du Ramadan.

 

Trente-deux autres militaires sont par ailleurs stationnés en Jordanie voisine, où ils assurent la protection d'un détachement aérien néerlandais engagé dans les opérations de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis contre l'EI (ou Daech en arabe), selon le commandant Schotte, responsable des opérations à l'état-major de la Défense.

 

Six F-16 belges ont participé durant neuf mois à ces opérations - uniquement en Irak -, réalisant 163 attaques au sol contre des objectifs terrestres de l'EI en 796 sorties, au départ d'une base aérienne jordanienne située près de la ville d'al-Azraq.

 

La participation belge aux opérations aériennes, sous le nom d'opération "Desert Falcon" (ODF), a été suspendue fin juin, pour des raisons budgétaires. Mais devrait reprendre à l'été prochain, en alternance avec les Pays-Bas.

 

Dans l'intervalle, un détachement belge assure la protection au sol des Néerlandais.

 

En Afghanistan, 64 Belges participent à l'opération "Resolute Support" de l'Otan, chargée de la formation des forces de sécurité afghanes. Ils sont présents principalement à Mazar-i-Sharif, la grande ville du nord de k'Afghanistan, et dans une moindre mesure à Kaboul, la capitale.

 

"Mais plus à Kunduz", où l'aviation américaine a bombardé samedi un hôpital de l'organisation Médecins sans frontières (MSF) qui a fait 22 morts, a précisé l'officier devant la presse.

 

Des centaines de Belges se sont succédé à Kunduz durant près de dix ans (mars 2004-octobre 2013) aux côtés de troupes allemandes et d'autres pays de l'ex-force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf), commandée par l'Otan. Mais tous les contingents étrangers se sont désormais repliés sur Mazar-i-Sharif dans l'attente d'un départ, sans doute d'ici fin 2016.

Repost 0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 16:30
Raytheon Awarded $18.6 M to Expand Border Security Work in Kingdom of Jordan

 

Oct 8, 2015 ASDNews Source : Raytheon Corp

 

Raytheon Company (NYSE: RTN) has been awarded an additional $18.6 million contract from the Defense Threat Reduction Agency (DTRA) to help the Government of the Hashemite Kingdom of Jordan (GoHKJ) secure its borders with Syria . The award is for increment three of DTRA's Jordan Border Security Project (JBSP). Raytheon previously announced the completion of Phase 2 and 3 ( Jordan / Syria and Jordan / Iraq borders, respectively) as part of the JBSP, delivering key capabilities to help safeguard the Kingdom's borders.

 

Read more

Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 16:30
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air


16.09.2015 45eNord.ca (AFP)
 

La France effectuera « dans les prochaines semaines » ses premières frappes aériennes contre l’organisation État islamique (EI) en Syrie, a annoncé mercredi le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

 

Interrogé par la radio France Inter sur l’échéance à laquelle les chasseurs français, qui effectuent depuis le 8 septembre des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie, passeraient à des frappes, le ministre a répondu: « Dans les prochaines semaines, dès que nous aurons des cibles bien identifiées ».

M. Le Drian s’est refusé à plus de précisions alors que le président français François Hollande a noté lundi que des frappes seraient « nécessaires ». « Je ne vais pas vous indiquer tous les plans de vols », a-t-il répliqué. « Ce serait une erreur tactique. »

« Aujourd’hui Daech (acronyme arabe de l’EI) a progressé de telle sorte qu’elle menace à la fois l’Armée syrienne libre et la résistance syrienne dans la région d’Alep mais aussi, derrière l’axe Damas-Homs, le Liban si d’aventure Daech arrivait à percer cette ligne », a noté le ministre.

Dans ce contexte, la France rassemble du renseignement avec tous les moyens dont elle dispose, notamment avions et satellites, a-t-il poursuivi.

La raison pour laquelle les Russes renforcent leur présence militaire dans le fief du président syrien Bachar el-Assad, à Lattaquié (nord-ouest), reste difficile à clarifier. « Est-ce que cela veut dire qu’ils se protègent contre une éventuelle chute de Bachar el-Assad ? C’est une question qu’il faudrait leur poser », a-t-il dit.

« Ce qui importe c’est que la Russie fasse partie de la solution et la solution ne passe pas par Bachar el-Achad », a-t-il souligné.

M. Le Drian a démenti tout accord implicite avec le régime de Damas pour que les avions français puissent survoler le territoire syrien sans s’exposer au feu anti-aérien syrien. « Toute opération aérienne est risquée et nous prenons les dispositions nécessaires pour éviter à nos pilotes les dangers qui sont là », a-t-il seulement commenté.

La France, qui participe depuis un an à la coalition contre l’EI en Irak, a lancé la semaine dernière des opérations aériennes de reconnaissance au-dessus de la Syrie, ce qu’elle s’était interdite jusque-là, par crainte que cela ne profite au président syrien.

Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 07:30
Counter-Terrorism: Jordan Gets By With A Little Help From Its Friends

 

September 13, 2015: Strategy Page

 

Jordan recently revealed more details of the Israeli assistance it was receiving for the fight against Islamic terrorism. Israel has supplied Jordan with a dozen lightweight Slylark UAVs and the services of one or more larger Heron TP UAVs. Israel has also provided special electronics and software so that Jordan can more effectively track its own troops and possible Islamic terrorist activity. There appears to be some cooperation in the area of special operations (command0) troops. Both nations have a good track record in this area but Jordan can more easily put their commandos into Iraq or Syria than can Israel.

 

It’s no secret that since the late 1960s Israel and Jordan have been on good terms. This is mutually beneficial because both nations have large numbers of Palestinians to deal with and these Palestinians tend to be a source of disloyalty for both the Jewish dominated democracy of Israel and the Bedouin (Arab) monarchy of Jordan. Since the American invasion of Iraq in 2003 Jordan has had to deal with lots of refugees and, for a while, more Islamic terror attacks. Jordan continues to keep Islamic terrorists from reaching Israel via Jordan and provides valuable intel on what is going on in Syria and Iraq and the Arab world in general. As it has done for decades, Israel also passes on any useful intel to Jordan, especially if it involves attacks against the royal family.

 

Jordan is poor and does not have a lot of money for new equipment. Thus the arrival of the Israeli Skylark UAVs was much appreciated. This UAV has been around since 2008, has an impressive combat record and a new version (Skylard 1LE) recently showed up. This is a 7.5 kg (16.5 pound) aircraft with a 1.1 kg (2.4 pound) payload. This is sufficient to carry Israeli designed vidcam, laser designator and communications gear that can work with the American Rover ground terminals (designed to let commanders on the ground see what UAVs are seeing). Max endurance is three hours, max altitude is 4,700 meters (15,000 feet). Max distance from the operator is 40 kilometers.

 

The Heron TP has been in service since 2009 and is similar to the 4.5 ton American Reaper. Equipped with a powerful (1,200 horsepower) turboprop engine, the 4.6 ton Heron TP can operate at 14,500 meters (45,000 feet). That is above commercial air traffic and all the air-traffic-control regulations that discourage, and often forbid, UAVs fly at the same altitude as commercial aircraft. The Heron TP has a one ton payload, enabling it to carry sensors that can give a detailed view of what's on the ground, even from that high up. The endurance of 36 hours makes the Heron TP a competitor for the U.S. five ton MQ-9 Reaper. The big difference between the two is that Reaper is designed to be a combat aircraft, operating at a lower altitude, with less endurance, and able to carry a ton of smart bombs or missiles. Heron TP is meant mainly for reconnaissance and surveillance, and Israel wants to keep a closer, and more persistent, eye on Syria, southern Lebanon and now parts of Jordan threatened by ISIL. The Heron TP has also been rigged to carry a wide variety of missiles and smart bombs.

 

In the 1967 war with Israel, the Jordanians caused the Israelis more trouble than any other Arab army. Since then, the Israelis and Jordanians have maintained good relations, partly because of the realization that war between the two nations would be particularly bloody. Jordan also became a good ally of the United States, and American Special Forces have worked with their Jordanian counterparts for decades. Another thing that keeps the Jordanian troops on their toes is the fact that most Jordanians are non-Bedouin Palestinians, a population that has produced a lot of terrorists and disloyal Jordanians. The royal family of Jordan, from an ancient Bedouin family, takes very good care of the largely Bedouin armed forces, which provides security for the royal family.

Repost 0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 16:30
Des contractors américains pour former les forces spéciales de Jordanie

 

01..07..2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

La société américaine GSI (GovSource Inc) recherche des formateurs pour un contrat de 13 mois en Jordanie.

Les formateurs, tous anciens membres des FS américaines (au moins 3 ans d'expérience), devront avoir une expérience du mentoring au profit de soldats de nations partenaires.

Ils seront sur place pour le 1er août prochain et ils seront déployés au KASOTC (King Abdullah Special Operations Training Center, KASOTC.) pour y entrainer des recrues jordaniennes.

 

GSI recrute aussi des formateurs pour un autre contrat de 13 mois. Il s'agit de transformer un bataillon d'artillerie jordanien en un bataillon équipé de lance-roquettes multiples de type High Mobility Artillery Rocket System (HIMARS). La Jordanie dispose de 12 systèmes de ce type.

Repost 0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 08:30
SEAHAWK A2 - photo MSI Defence Systems

SEAHAWK A2 - photo MSI Defence Systems

 

Mar 18, 2015 defense-aerospace.com

(Source: Defense Security Cooperation Agency; issued March 17, 2015)

 

Jordan - 35 Meter Coastal Patrol Boats

 

WASHINGTON --- The State Department has made a determination approving a possible Foreign Military Sale to Jordan for 35-meter Coastal Patrol Boats and associated equipment, parts, training and logistical support for an estimated cost of $80 million. The Defense Security Cooperation Agency delivered the required certification notifying Congress of this possible sale on March 16, 2015.

 

The Government of Jordan has requested a possible sale of two 35-meter Coastal Patrol Boats with two MSI Defence Systems LTD SEAHAWK A2 DS30M-30mm Gun Weapon Systems with MK44 Bushmaster Cannons, 1,140 rounds of 30mm Target-Practice-Tracer (TP-T) ammunition, 4,020 rounds of 30mm High Explosive Incendiary with Tracer (HEI-T) ammunition, 60 rounds of 30mm inert dummy ammunition and two chaff systems, spare and repair parts, support equipment, publications and technical documentation, personnel training and training equipment, U.S. Government and contractor engineering, technical and logistics support services, and other related elements of logistical and program support. The estimated cost is $80 million.

 

This proposed sale will contribute to the foreign policy and national security of the United States by helping to improve the security of a partner which has been, and continues to be, an important force for political stability and economic progress in the Middle East. It is vital to the U.S. national interest that Jordan develops and maintains a strong and ready self-defense capability and enhances its ability to protect its territorial waters.

 

Jordan will have no difficulty absorbing these boats into its armed forces.

 

The proposed sale of this equipment and support will not alter the basic military balance in the region.

 

The principal contractor is undetermined at this time and will be determined during negotiations. There are no known offset agreements proposed in connection with this potential sale.

 

Implementation of this proposed sale will require the temporary assignment of approximately two U.S. Government or contractor representatives in Jordan on an intermittent basis over the life of the case.

 

There will be no adverse impact on U.S. defense readiness as a result of this proposed sale.

 

This notice of a potential sale is required by law and does not mean the sale has been concluded.

Repost 0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 13:30
Chammal : portraits de femmes au sein du détachement air projeté en Jordanie

 

12/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Les femmes militaires déployées en Jordanie dans le cadre de l’opération Chammal sont mises à l’honneur. Elles nous racontent leur différents parcours et nous livrent leurs impressions.

 

Au sein du détachement de protection projeté en Jordanie, le caporal-chef Tania (CLC) est le seul personnel féminin. Ce militaire du rang a rejoint les Commandos Parachutistes de l’Air n°20 (CPA 20) en 1999 et est devenu l’une des premières femmes commandos en CPA. Pour l’opération Chammal, elle est intégrée au sein d’une équipe d’une quinzaine de commandos, et s’occupe avec eux de la protection du personnel, des infrastructures et des aéronefs français. Suivant un cycle opérationnel régulier, elle participe aussi aux groupes de protection et d’intervention (GPI) mis en place pour sécuriser le camp français.

 

Arrivée sur le théâtre jordanien mi-février 2015, la sergent-chef Laëtitia est responsable des différents travaux de la cellule chancellerie. Ce sous-officier dynamique s’est porté volontaire pour cette première opération extérieure avec le soutien de son époux. « Je suis partie avec quelques appréhensions sur les opérations extérieures mais dès mon arrivée elles ont été totalement effacées ».  Travaillant au sein de l’état-major fonctionnel du détachement air, elle souligne que « les relations y sont très cordiales et respectueuses. L’ambiance entre les collègues est très bonne ». Elle s’est habituée très rapidement à ce rythme de vie et de travail différent de la base aérienne de Cazaux où elle travaille à la cellule relations publiques.

 

Au sein du personnel navigant, on retrouve l’aspirant surnommé « Sissi », qui fait partie de l’escadron 2/3 Champagne et qui est sous-chef navigateur. Cet officier de 29 ans effectue aujourd’hui sa 2ème opération extérieure. Elle est, sur le théâtre, la seule femme personnel naviguant : « En escadron, nous ne sommes pas beaucoup de femmes, j’ai donc l’habitude d’être entourée d’hommes. En opération comme en France, il n’y a aucun rejet, ou aucun sentiment de protection venant de mes collègues parce que je suis un personnel féminin. » Pour l’opération Chammal, Sissi se retrouve au sein d’une équipe d’une vingtaine de pilotes et navigateurs. « Ce sont tous de très bons collègues et quand je suis avec eux, il n’y a aucune gêne dans les discussions. Je ne me sens absolument pas exclue. Et comme on dit : Dans les armées, il n’y a pas de distinctions il n’y a que des militaires ; c’est tout à fait vrai pour ma part ». 

 

La SGC Anne-Sophie travaille à la cellule renseignement des Mirage 2000D, dans une équipe de six personnes où elle est la seule femme. Interprétateur photos, elle est en charge de préparer, entre autres, les missions pour les équipages en insérant dans leur tablette (UMPC) tous les points intéressants et importants sur la zone qui sera survolée. Au retour de vol et en cas de tir, elle crée le compte rendu de tir reprenant tous les éléments de la mission en y insérant les photos des positions tirées. En poste sur la base aérienne 188 de Djibouti depuis 4 ans, elle travaille au sein de l’escadron 3/11 Corse où elle prépare aussi les briefings et les instructions sur le matériel de reconnaissance. En tant que femme militaire, Anne-Sophie explique : « je n’ai jamais eu aucun soucis à travailler avec des hommes, tant que le travail est fait c’est le principal ». Elle ajoute : « pour l’opération Chammal, nous travaillons dans une très bonne ambiance. Les relations avec les équipages  se passent très bien. Ce qu’il faut avant tout c’est qu’on puisse répondre à leurs attentes, qu’on soit un homme ou une femme. »

 

Lancée depuis le 19 septembre 214, l’opération Chammal mobilise 3 000 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliées de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion ravitailleur C-135 FR, d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et du groupe aéronaval.

Chammal : portraits de femmes au sein du détachement air projeté en JordanieChammal : portraits de femmes au sein du détachement air projeté en Jordanie
Chammal : portraits de femmes au sein du détachement air projeté en Jordanie
Chammal : portraits de femmes au sein du détachement air projeté en JordanieChammal : portraits de femmes au sein du détachement air projeté en JordanieChammal : portraits de femmes au sein du détachement air projeté en Jordanie
Repost 0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 08:30
Jordan to Buy M31 Unitary GMLRS Rocket Pods

 

March 9th, 2015 By US Defense Security Cooperation Agency

 

The State Department has made a determination approving a possible Foreign Military Sale to Jordan for M31 Unitary Guided Multiple Launch Rocket Systems (GMLRS) Rocket Pods and associated equipment, parts, training and logistical support for an estimated cost of $192 million. The Defense Security Cooperation Agency delivered the required certification notifying Congress of this possible sale on March 4, 2015.

 

The Government of Jordan has requested a possible sale of 72 M31 Unitary Guided Multiple Launch Rocket Systems (GMLRS) Rocket Pods (6 rockets per pod for a total of 432), support equipment, spare and repair parts, publications and technical data, personnel training and equipment, systems integration support, U.S. Government and contractor engineering and logistics personnel services, and other related elements of logistics support. The estimated cost is $192 million.

 

This proposed sale will contribute to the foreign policy and national security of the U.S. by helping to improve the security of a partner country that has been and continues to be an important force for political stability and economic progress in the Middle East. It is vital to the U.S. national interest that Jordan develops and maintains a strong and ready self-defense capability. This proposed sale is consistent with the U.S. regional objectives and will not impact the regional stability in the Middle East.

 

The proposed sale of GMLRS will improve Jordan’s capability to meet current and future threats on its borders and provide greater security for its economic infrastructure. The GMLRS will provide the Royal Jordanian Armed Forces (JAF) a long-range precision artillery support capability that will significantly improve U.S.-JAF interoperability and provide for the defense of vital installations. Jordan will have no difficulty absorbing these additional systems into its armed forces.

 

The proposed sale of this equipment and support will not alter the basic military balance in the region.

 

The principal contractor will be Lockheed Martin Missile and Fire Control in Dallas, Texas. There are no known offset agreements proposed in connection with this potential sale.

 

Implementation of this sale will not require the assignment of any additional U.S. Government or contractor representatives to Jordan.

 

There will be no adverse impact on U.S. defense readiness as a result of this proposed sale.

 

This notice of a potential sale is required by law and does not mean the sale has been concluded.

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:30
The Mbombe 6x6 armored vehicle to be assembled in Jordan for its military. Photo: Paramount Group

The Mbombe 6x6 armored vehicle to be assembled in Jordan for its military. Photo: Paramount Group


ABU DHABI, United Arab Emirates, Feb. 26 (UPI)

 

Jordan has become the first customer for the Mbombe 6x6 armored infantry combat vehicle from South Africa's Paramount Group.

The initial 50 vehicles for the Jordanian armed forces will be assembled in Jordan by KADDB, or the King Abdullah II Design and Development Bureau, which will also produce some components for it.

Additional details of the deal, including its monetary value, were not disclosed.


Read more

Repost 0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 18:45
US studying special operations airlift needs in Africa

 

12 February 2015 by Oscar Nkala/defenceWeb

 

The United States military is seeking to identify companies able to provide fixed wing air transport services on behalf of US Army Special Operations Command (SOCOM) in countries in Africa.

 

On February 4 the Federal Business Opportunities (FBO) register issued a notice saying Special Operations Command Africa was “conducting market research to identify parties having an interest in, and the resources to support, an emerging requirement for mobile fixed wing air transport services to move personnel and cargo within the northern regions of Africa and surrounding countries”.

 

SOCOM said the airlift services will cover the African nations of Libya, Algeria, Morocco, Tunisia and Senegal. Jordan, which is likely to the base for the Africa operations, is the only Middle Eastern country covered by the airlift requirement.

 

The fixed wing aircraft involved must be capable of transporting a minimum of 1 000 pounds and maximum of 4 500 pounds to include a mix of a maximum of 12 passengers and/or cargo. It must also be capable of taking off/landing on improved and unimproved dirt airfields of a minimum of 1 800 feet in length to support supply and personnel transportation requirements.

 

"The primary operation area where the air transportation support could be provided include, but are not be limited to, Libya, Jordan, Tunisia, Algeria, Senegal, and Morocco. Other locations within northern Africa may be dictated by operational requirements and timely coordination will ensure contractor support," the notice stated.

 

Responses are called for by February 23.

 

The notice comes amid calls for the Pentagon to prepare for a large-scale counter-insurgency campaign to destroy West African-based terrorist groups like Boko Haram and several other Islamist militant groups operating in Mali, Niger, Algeria, Mauritania and other 'safe havens' in the Sahel and Lake Chad sub-regions.

 

In remarks made during an address at the Centre for Strategic and International Studies in Washington, DC, last week, Africa Command (Africom) head General David Rodriguez said a US-led counter-insurgency campaign was necessary to eliminate the threat posed by new terrorist groups based in West Africa.

 

He said Africom is already preparing a response which will include operations that will target 'forces affiliated to Boko Haram' in four West African countries neighbouring Nigeria.

 

Presenting a lecture to students at the US Army's West Point academy early this month, Special Operations Command (SOCOM) commander General Joseph Votel said US Army commando teams must start preparing now for new deployments against Boko Haram and the Islamic State in north and west Africa.

 

“Boko Haram is creating fertile ground for (terrorist) expansion into other areas. While it is not yet a direct threat to the (US) homeland, it is impacting indirectly our interests in this particular area (West Africa) and creating another area of instability,” General Votel said.

 

So far, US special operations forces operating in the Africa and Middle Eastern regions have conducted a number of raids against al Shabaab in Somalia, Islamist militants in Libya and Al Qaeda in the Arabian Peninsula in Yemen.

Repost 0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 08:30
How can Jordan aid the fight against Islamic State?

 

10 February 2015 By Omar Ashour University of Exeter – BBC Middle East

 

Messages written on Jordanian air-to-surface missiles before they were fired at alleged Islamic State (IS) positions in Raqqa, Syria, summed up the mood of many in the country.

They included "This one is for the enemy of Islam, Omar Shishani", a reference to a Chechen IS commander, and "Our soldiers will be victorious", a Koranic verse.

The air strikes were a reaction by the Jordanian authorities to the immolation by IS of the Jordanian pilot, Flight Lt Moaz al-Kasasbeh, whose F-16 was allegedly shot down near Raqqa in December.

They were preceded by the executions of two operatives from al-Qaeda in Iraq, a precursor to IS. Sajida al-Rishawi and Ziyad Karboli, both Iraqis, had previously been sentenced to death in connection with attacks in the kingdom in 2005 and 2008.

 

What will the current escalation between IS and the Hashemite regime mean for Jordan?

 

Read full article

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 21:30
UAE F-16 Block 60 aircraft - Photo David Raykovitz

UAE F-16 Block 60 aircraft - Photo David Raykovitz

 

7 février 2015 par 45eNord.ca (AFP)

 

Les Emirats arabes unis ont annoncé samedi qu’un escadron de F-16 de leur armée de l’air serait stationné en Jordanie pour soutenir ce pays frère dans les frappes contre le groupe Etat islamique (EI) qui sévit en Syrie et en Irak.

 

Cette mesure, prise par le prince héritier d’Abou Dhabi, cheikh Mohamed Ben Zayed Al-Nahyane, est destinée à soutenir l’effort de guerre des forces armées jordaniennes et leur participation efficace à la coalition internationale contre l’EI, a rapporté l’agence officielle Wam sans donner de précisions sur le nombre d’appareils qui seront basés dans le royaume hachémite.

 

Cette initiative témoigne de la volonté des Emirats de renforcer la coopération arabe dans la lutte antiterroriste et la lutte collective contre ces bandes terroristes, leur idéologie déviante et leurs pratiques sauvages, selon Wam.

 

L’agence ne précise pas si les Emirats arabes unis comptent reprendre leurs raids aériens dans le cadre de la coalition.

 

Le pays avait en effet suspendu ses opérations militaires aériennes en décembre pour protester contre l’enlèvement du pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh, brûlé vif par l’EI qui l’avait capturé en décembre après le crash de son avion en Syrie.

 

Mais un haut responsable américain a affirmé vendredi que les Emirats devraient reprendre leur participation aux raids aériens contre l’EI dans les prochains jours.

 

Ce responsable, qui s’exprimait après une rencontre à Munich (Allemagne) entre le chef de la diplomatie américaine John Kerry et des responsables du Conseil de Coopération du Golfe, a ajouté qu’il y avait une forte indignation autour de la table à propos de ce qui était arrivé au pilote et que les Émirats avaient déclaré au secrétaire d’Etat qu’ils devraient reprendre (les raids aériens) dans quelques jours.

 

Les Emirats arabes unis ont également réaffirmé leur engagement dans la coalition menée par les États-Unis pour lutter contre les jihadistes qui se sont emparés de larges parties de territoire en Irak et en Syrie.

 

Un autre responsable américain a déclaré qu’au sein des pays du Golfe, le meurtre du pilote jordanien a été un événement fédérateur qui a renforcé leur détermination à lutter contre Daesh, l’appellation arabe du groupe jihadiste EI.

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 21:30
Aviateurs au-dessus de la Syrie: voler, malgré la peur

 

6 février 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Les terrifiantes images du pilote jordanien brûlé vif par le groupe Etat islamique hantent désormais les aviateurs qui survolent les terres contrôlées par le mouvement jihadiste, mais rien ne les empêchera d’accomplir leurs missions, assurent d’anciens officiers.

 

Le sort horrible réservé à Maaz al-Kassasbeh illustre l’importance de la procédure de récupération des pilotes abattus, qui dans ce cas n’a pas eu le temps d’être enclenchée à temps pour éviter sa capture dans la région de Raqa, « capitale » du groupe extrémiste qui a conquis des régions entières en Irak et en Syrie.

« Des images comme ça, pour sûr ça frappe les esprits » confie à l’AFP l’ancien chef d’un service français de renseignement, qui demande à ne pas être identifié. « Les pilotes sont des hommes comme les autres, pas des robots. Ils savent qu’ils prennent des risques en survolant des zones hostiles. Mais il est certain qu’après ça ils vont réfléchir à deux fois. »

« Ça fait longtemps que la guerre n’est plus une affaire de gentlemen. Autrefois les pilotes abattus étaient capturés et placés en détention. Tout ça c’est fini. Maintenant, c’est la barbarie, surtout dans les guerres asymétriques. Les pilotes savent que s’ils se font chopper, ça va être très dur pour eux. Et là on a passé un cap supplémentaire dans la sauvagerie. C’est du jamais vu », ajoute-t-il. « S’ils tombent au coeur même des combats, on ne donne pas cher de leur vie ».

Le général Gilles Desclaux a commandé jusqu’en 2011 la défense aérienne et les opérations aériennes (CDAOA) de l’armée de l’air française. Les pilotes « y ont pensé forcément, au moment où c’est arrivé », dit-il. « Puis ils pensent à leur mission. Ils y repenseront sans doute si à un moment ils ont à prendre une décision d’éjection, s’ils ont une panne ou sont abattus au dessus d’une zone de combat, ça leur reviendra à l’esprit. Mais psychologiquement ils sont prêts. Ils en on parlé entre eux, ils en ont parlé avec l’encadrement. Chacun ensuite prend sa décision ».

« C’est comme quand j’étais jeune pilote », ajoute-t-il, en évoquant les « missions nucléaires » où les pilotes ignoraient s’ils recevraient ou non l’ordre de lâcher la bombe . « On allait porter des bombes nucléaires sans aucun espoir de retour en Union Soviétique… »

Depuis la guerre du Vietnam, et le sort réservé à ses pilotes tombés aux mains de l’ennemi, l’armée américaine a mis au point des procédures de sauvetage, dont ce sont inspirées toutes les armées modernes.

Cela commence avec la balise qui s’enclenche automatiquement lors de l’éjection, captée par des avions qui survolent la zone en permanence. Les patrouilles de combat comptent toujours au moins deux appareils : si l’un tombe, son équipier tourne en cercle autour du point d’éjection.

« Il fait tout ce qu’il peut pour le protéger », précise le général Desclaux. « En clair, il tire sur tout ce qui approche, tente d’isoler le +survivor+ de tout élément hostile ».

Dès que le pilote est localisé, une course contre la montre commence : des commandos de l’air spécialisés embarquent dans des hélicoptères, eux-mêmes protégés par des chasseurs-bombardiers, et partent récupérer le pilote. Dans le meilleur des cas, il faut compter plusieurs heures.

« Les aviateurs sont entraînés à se cacher le mieux possible, s’ils sont valides. L’idée est de s’enterrer dans la journée et s’ils doivent se déplacer, ils le font la nuit » ajoute l’ancien chef d’un service de renseignement. « Avant même de monter une opération aérienne, la première chose à laquelle on pense, c’est le Resco (Recherche et sauvetage au combat). Et là, faire une opération Resco dans les zones contrôlées par Daesh, c’est dur-dur. Un pays qui fait partie d’une coalition peut refuser de mettre ses pilotes en danger tant qu’il n’y a pas une Resco crédible ».

C’est ce qu’ont fait, au lendemain de la capture du pilote jordanien, les Émirats arabes unis, a révélé le New York Times. Reprochant à Washington d’avoir positionné au Koweït, c’est-à-dire trop loin, ses équipes de Combat Search and Rescue (CSAR), les Emirats ont suspendu leur participation aux frappes aériennes contre le groupe Etat islamique, exigeant que les V-22 Osprey, ces appareils mi-avions, mi-hélicoptères de l’US Air Force et les commandos de l’air soient positionnés dans le nord de l’Irak, pour gagner du temps en cas de besoin.

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 11:30
La Jordanie a détruit "20% des forces de l'EI" en 3 jours et promet d'intensifier ses frappes

 

08 février 2015 LaLibre.be (AFP)

 

La Jordanie a promis d'intensifier encore ses raids contre le groupe Etat islamique dans les jours à venir, annonçant dimanche avoir détruit 56 cibles en trois jours de frappes aériennes après l'exécution d'un pilote jordanien revendiquée par les jihadistes.

 

Amman participe depuis septembre à la coalition internationale antjihadistes dirigée par les Etats-Unis. La Jordanie a intensifié ses raids en représailles à l'exécution du pilote militaire, brûlé vif après avoir été capturé dans le nord syrien, où son avion F-16 s'était écrasé fin décembre durant une campagne de frappes. En trois jours, "nous avons détruit 20% des capacités de combat de Daech" (acronyme en arabe de l'EI), a affirmé selon le chef d'Etat major de l'armée de l'air, Mansour al-Jobour, précisant que "19 cibles ont été détruites jeudi, 18 vendredi et 19 samedi".

 

Parmi ces cibles figuraient des camps d'entrainement, des dépôts d'armes et de carburant ainsi que des centres logistiques et résidentiels, a énuméré le responsable militaire sans préciser la localisation des frappes. Le gouvernement jordanien a toutefois annoncé pour la première fois cette semaine que ses avions, qui ciblaient jusqu'alors la Syrie, avaient cette fois aussi frappé en Irak. Le chef de l'aviation jordanienne a réitéré la détermination de son pays à "détruire" l'EI, affirmant que la campagne de frappes s'intensifierait encore dans les prochains jours. Le ministre de l'Intérieur Hussein Majali a estimé dans le quotidien gouvernemental Al-Raï samedi que l'exécution du pilote, annoncée le 3 février, avait constitué "un tournant" dans le combat du royaume hachémite contre les jihadistes.

 

Les avions jordaniens ont effectué 946 sorties depuis le lancement des frappes il y a plus de quatre mois, selon Mansour al-Jobour. "Plus de 7.000 terroristes de Daech ont été tués depuis que la Jordanie participe aux frappes aériennes", a-t-il indiqué. Selon lui, les raids jordaniens ont par ailleurs contribué à affecter les revenus pétroliers dégagés par les jihadistes, qui contrôlent plusieurs champs et infrastructures pétrolières en Irak et en Syrie.

Repost 0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 13:30
La Jordanie promet « d'éradiquer » l'Etat islamique

 

06.02.2015 Le Monde.fr avec AFP

 

La Jordanie a affirmé, vendredi 6 février, que les frappes contre l'Etat islamique (EI) n'étaient que le début de sa « vengeance » pour l'exécution de son pilote. « La Jordanie pourchassera avec toutes ses forces l'organisation [EI] n'importe où », a déclaré le chef de la diplomatie, Nasser Joudeh, à la chaîne de télévision américaine CNN.

« Tout membre de Daech [acronyme arabe de l'EI] est une cible pour nous. Nous les pourchasserons et nous les éradiquerons [...]. Nous sommes en première ligne, c'est notre bataille », a ajouté le ministre, dont le pays participe aux bombardements en Syrie contre l'EI dans le cadre de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. Il a affirmé que son pays avait tenté de sauver le pilote Moaz Al-Kassasbeh, capturé en décembre par l'EI en Syrie après le crash de son avion, mais sans fournir d'autres détails.

 

Suite de l’article

Repost 0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 07:30
Jordan vows to avenge pilot's death, as IS 'execution' video emerges

 

4 February 2015 Frank Gardner – BBC MidEast

 

Jordan has vowed to avenge the killing of its air force pilot Moaz al-Kasasbeh by Islamic State (IS) militants.

 

This comes after an IS video appeared to show him being burned alive. Jordan confirmed the death, although the video's authenticity is being checked. Officials told reporters a convicted jihadist Jordan had tried to exchange for the pilot would be executed. The 26-year-old pilot was seized when his plane came down in Syria in December during a mission against IS. Mamdouh al-Ameri, a spokesman for the Jordanian armed forces, said on Tuesday that Lt Kasasbeh had "fallen as a martyr". "His blood will not be shed in vain. Our punishment and revenge will be as huge as the loss of the Jordanians." Jordan's King Abdullah: "It is every Jordanian's duty to stand together" The army also promised an "earth-shattering" response to his death.

 

Read more

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories