Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 17:35
Indonesian counter-terrorism police (Photo atimes.com)

Indonesian counter-terrorism police (Photo atimes.com)

 

 

December 28, 2015: Strategy page

 

In Indonesia counter-terrorism police carried out several raids on Java and Sumatra before Christmas. Police make numerous arrests and seized bombs or bomb components intended for attacks on Shia and Christian communities. Christians are ten percent of the population while Shia are less than a half percent of the 87 percent of the population that is Moslem. These minorities are not evenly distributed so there are areas that are all Moslem and easier for Islamic terrorist groups to recruit and survive. The Christian islands used to be almost entirely Christian, but since the 1980s the government has encouraged (with laws, money and land) Moslems from overpopulated areas to move to less populated Christian territories. This has created frictions on islands like Sulawesi that are not entirely religious. Islamic terrorist groups began forming in the late 1990s and concentrated their attacks on non-Moslems, both local and foreign (tourists). Since 2013 small ISIL (al Qaeda in Iraq and the Levant) groups appearing and singled out Shia Moslems as well as Christians and other non-Moslems.

 

Despite all this since 2004 Indonesia has been pretty successful in preventing most Islamic terrorist violence. But there are still attempts. In March someone planted a chlorine bomb in a shopping center. This bomb was supposed to go off and send poisonous chlorine gas through the ventilation system. Fortunately the bomb did not operate as designed and police were able to examine the components and identify the builder. In early July another bomb went off in a shopping mall toilet, but it used low grade, homemade explosives and caused little damage and no casualties. Enough components were recovered to identify the builder as the same person who built a bomb for a 2010 attack. Police keep a close watch on Islamic radicals and the increased use of security cameras provides clues not available before. It has become very difficult to be an Islamic terrorist in Indonesia.

 

While able to control Islamic terrorism within its borders Indonesia is still struggling with the problem of Indonesians going abroad to commit terrorist acts. This shortcoming became highly visible in 2014 when a wealthy businessman claimed to be the leader of the Indonesia branch of ISIL and was openly encouraging Indonesians to go and fight in Syria. The businessman (Chep Hernawan) pointed out that ISIL was not active in Indonesia because there was no need to be. But in countries like Syria and Iraq there is a need to violently defend Islam. Hernawan provides money and contacts to get volunteers to Syria and police believe that at hundreds of Indonesians have gone to Syria to fight and that some are known to have been killed there. At least a hundred have returned and there are believed to be at least a thousand ISIL supporters in Indonesia. ISIL is now operational within Indonesia and the government is eager to block ISIL efforts. Most Indonesians oppose such recruiting and support for ISIL outside Indonesia, but police point out that there is no law against this and attempts to pass such a law have always been thwarted by Islamic conservative politicians. The recently elected Indonesian president seeks to change that, but it may still take a while.

 

Meanwhile Hernawan was arrested in early 2015 on fraud charges and later convicted and sent to prison for six months. He will be free in early 2016 and back to work promoting ISIL. This bothers many Indonesians who remember what happened when several dozen Indonesians who went to fight in with al Qaeda Afghanistan during the 1980s returned to Indonesia and formed Islamic terrorist groups that, after 2001, carried out several spectacular attacks, including one in 2002 that killed nearly 200 foreign tourists. This resulted in a major counter-terrorism campaign that eventually killed or drove into exile nearly all the active Indonesian Islamic terrorists. There is a real fear that some of those ISIL members returning from Syria will try to emulate what the Afghan veterans did. In 2015 police said that they were monitoring returning ISIL men would act against any that planned terrorist activities in Indonesia. The recent arrests are apparently a result of that surveillance program and now a law outlawing overseas Islamic terrorist activity will be easier to pass. Even with the conviction of ISIL terrorists Islamic conservative politicians will still try to block that kind of law.

 

In addition to the new ISIL threat the main Indonesian anti-terror organization, Detachment 88, has been seeking to shut down the last few older Islamic terrorist organizations still active in the country. The main one of these now active is MIT (Mujahadeen Indonesia Timur, or Mujahadeen of Eastern Indonesia) which is led by Santoso (single names are common in this region). The group has carried out some attacks in the last few years but has suffered heavy losses in the process. For example on February 7th 2014 two of Santoso’s lieutenants were killed when they tried to ambush some police but were detected by the alert cops and hit with a more firepower than they expected. The month before police captured two MIT men who were on their way to plant some bombs. Detachment 88 has found that MIT is concentrating most of its efforts on recruiting and setting up trained cells of terrorists in other parts of the country. Detachment 88 thus has an advantage in that their counter-terrorism operatives are very experienced while most of the people they are hunting are not and thus easier to track down. MIT has been further weakened by members who have gone off to join ISIL.

 

Since 2013 Detachment 88 has had a lot of success detecting and arresting Islamic terrorists all over Indonesia. These Islamic radicals are not popular with most Indonesians and the police get plenty of useful tips. Islamic terrorist groups help make themselves targets by carrying out armed robberies and other criminal acts to support their operations. A lot of this counter-terrorism activity takes place in central Indonesia and the island of Sulawesi. For two decades this island has been the scene of growing Islamic radicalism and terrorism. That’s because over half the population on Sulawesi is non-Moslem (mostly Christian). In the late 1990s, Islamic militants came along, preaching violence against infidels (non-Moslems). Over a thousand people have died so far, but extra police and soldiers have, since 2009, eliminated most of the violence. Hundreds of Islamic radicals are still on the island and nearby West Java, and are still preaching violence. Police activity in Sulawesi keeps increasing because it was believed more members of terror group Jemaah Islamiah (JI) were coming to Sulawesi to hide out. Detachment 88 made Sulawesi very uncomfortable for the Islamic terrorists but it is known that MIT still has some hidden camps out in the Sulawesi jungles. Currently police are searching parts of Sulawesi where Santoso is believed to be hiding.

 

When counter-terrorism wiped out the JI presence on Sulawesi new Islamic radical groups formed. Over the last decade the police have been working their way down an increasingly threadbare list of terrorist suspects. Moreover, it's been years since JI has been able to launch a major attack. This is because counter-terrorism forces have created a good intelligence network. Thus threats are quickly detected. Since 2007 attacks against non-Moslems have resulted in a stronger and stronger backlash from the police, and Christians. After 2007 the vigilantes switched tactics and began concentrating on driving Christians into ghettos, and reducing the number of Moslems converting to Christianity. Anti-infidel (non-Moslem) violence remains a growing problem, as Islamic radicals seek an outlet for their aggression that won't land them in prison. All this Islamic radical activity keeps producing new recruits for Islamic terror groups. With little support from mosques or the larger Islamic organizations, these new Islamic terrorists have to resort to crime to fund their operations.

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 17:35
Counter-Terrorism: More State Supported Islamic Terror Against Christians

 

November 18, 2015: Strategy Page

 

In Aceh (westernmost Indonesia), the local government ordered several Christian churches to be shut down in October 2015.  This was the result of an effort to deal with Islamic intolerance of other religions by trying to use local councils, with clergy from all local faiths (usually Moslem, Christian and Hindu) working out and agreeing to who could build new churches where. The problem is that hardline Islamic clergy dominate in Aceh and make no secret of their desire to drive all other religions out of Aceh. The recent violence led to Islamic clergy leading mobs to burn down Christian churches they considered “intrusive” and illegal. The violence spread to local Christians and so far over 10,000 have fled their homes.

 

The central government does not like to oppose Moslem clergy and will try to avoid intervening to halt this sort of violence. Since 2004 the government has had no doubt about the dominance of Islam in the country. In that year the Indonesian parliament passed a law that required every citizen to declare their religion. However, only six religions were recognized (Islam, Protestantism, Catholicism, Hinduism, Buddhism and Confucianism). Many Indonesians still practice traditional (pagan) religions, while many others follow modern religions not "officially recognized." All of these people fear persecution and their fears turned out to be well founded. Some 90 percent of the 220 million Indonesians are Moslem. The new law was seen as a ploy by Islamic conservatives to halt the spread of religions that seek converts (increasingly successfully) among Moslems. There was also a growing split between Islamic conservatives (influenced by hardcore Arabian Islamic practices) and the more traditional Indonesian approach to Islam (which incorporated many pre-Islamic religious practices and was much less militant.) The new law backfired, and encouraged local Islamic radicals to undertake more violence against local non-Moslems.

 

Aceh has always been the most Islamic part of the country. That makes sense as Aceh was where Moslem missionaries first landed centuries ago. With great difficulty the government put down a violent separatist movement in Aceh, A 2006 peace deal granted provincial authorities a lot of power over religious practiced. Out of a population of 4.4 million less than two percent of the Aceh population is non-Moslem and about twenty percent are ethnic minorities. An even larger minority opposes Sharia law, mainly because it did not, as promised, reduce corruption and improve the quality of government. The religious police, who harass and sometimes arrest people for "un-Islamic behavior" are particularly unpopular.

Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 17:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

21/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 7 au 11 octobre 2015, les soldats français de la Force Commander Reserve (FCR) et le contingent des forces armées indonésiennes de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) ont conduit un cycle d’opérations et d’entraînements conjoints.

 

Sur le camp militaire du bataillon indonésien (Indobat), un peloton de l’escadron d’éclairage et d’investigation de la FCR armé par le 3e régiment de hussards, a vécu au rythme des soldats indonésiens armant la compagnie Delta au Sud Liban, dont les missions de reconnaissance sont similaires aux leurs. Présentations de matériels et de véhicules se sont ainsi succédé en ouverture de cette semaine d’échanges opérationnels et culturels. Tir à l’arme légère, secourisme au combat, techniques de combat : les deux contingents ont échangé sur leurs procédures opérationnelles respectives avant de patrouiller ensemble au Sud Liban.

Suite de l’article

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 11:35
Scorpene photo DCNS

Scorpene photo DCNS

 

09.10.2015 Pacific Sentinel
 

Jakarta is interested in bolstering its deterrence capabilities.

 

Indonesian defense official have expressed interest in purchasing French-built Scorpene-class 1000 diesel-electric attack submarines (SSK) IHS Jane’s Navy International reports.

 

Representatives of the French shipbuilder DCNS, the company offering the boats, confirmed Indonesian-French government-to-government talks at this year’s Pacific 2015 International Maritime Exhibition currently taking place in Sydney, Australia.

 

“The talks are going on at the government-to-government level, mostly to discuss the needs of the Indonesian Navy,” according to a DCNS representative interviewed by IHS Jane’s Navy International.

 

“So far, what the Indonesians have identified is the need for a complementary submarine fleet that can fill in the gaps of their new ocean-going submarines, and they are considering the Scorpene 1000.”

 

Read the full story at The Diplomat

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 11:35
F-16V multirole fighter Photo Lockheed Martin

F-16V multirole fighter Photo Lockheed Martin

 

JAKARTA, Oct. 7 (UPI)

 

Indonesia is in the market for a new fighter to replace the F-5E, and Lockheed Martin brought its F-16 cockpit demonstrator to the country this week to highlight the F-16V, the latest version of the Fighting Falcon.

The company says the F-16V is the most advanced 4th generation fighter available on the market today. The aircraft comes equipped with several enhancements to the mission computer, the craft's structure, cockpit, electronic warfare system, and the Scalable Agile Beam Radar (SABR), a full-performance fire control radar designed to support next generation weapons and tactics. Indonesian officials, journalists, and U.S. Ambassador to Indonesia, Robert Blake Jr. all took turns sitting in the simulator. Other aircraft the country may consider include Saab's Gripen fighter.

Read more

Repost 0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 16:35
Accord entre la Corée du Sud et l’Indonésie pour partager les coûts du projet KF-X

 

SEOUL, 06 oct. (Yonhap)

 

La Corée du Sud va signer ce mois-ci un accord avec l’Indonésie pour partager les coûts de fabrication des chasseurs de nouvelle génération sud-coréens, a indiqué ce mardi l’Administration du programme d’acquisition de défense (DAPA).

 

«Notre soumissionnaire privilégié et les autorités indonésiennes négocient de façon vigoureuse et un accord de principe devrait être signé durant le mois d’octobre», a indiqué la DAPA dans un communiqué.

 

Cet accord confirmera la participation de l’Indonésie au projet de construction d’avions de chasse sud-coréens, Korea Fighter eXperimental ou KF-X, qui remplaceront les vieillissants F-4 et F-5 à partir de 2025. Ces nouveaux avions possèderont des capacités furtives.

 

L’Indonésie devrait assumer 20% des coûts de développement et acquérir une cinquantaine d’avions.

 

L’accord à venir sera signé par les entreprises et le gouvernement indonésiens et Korean Aerospace Industries (KAI), le soumissionnaire privilégié du projet.

 

«La DAPA et le ministère de la Défense indonésien coopèrent étroitement pour que le projet KF-X débute à temps et qu’il soit couronné de succès», selon la DAPA.

 

Le projet a récemment subi un revers lorsque les Etats-Unis ont refusé que Lockheed Martin exporte quatre technologies centrales au projet sud-coréen.

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 07:35
FANC : Réunion des CEMAT et représentants de 26 nations du Pacifique en Indonésie

 

30/09/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 14 au 16 septembre 2015, le général de division Léonard, commandant supérieur des forces armées en Nouvelle-Calédonie (COMSUP FANC), a participé au 9e Pacific Armies Chiefs Conference (PACC) à Denpasar, en Indonésie.

 

Le général de division Léonard a représenté le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT) à l’occasion de ce séminaire qui regroupait les CEMAT ou leurs représentants de 26 nations du Pacifique (Australie, Bangladesh, Birmanie, Brunei, Chili, Chine, Cambodge, Canada, Corée du sud, Etats-Unis, Grande Bretagne, Inde, Indonésie, Japon, Laos, Malaisie, Mongolie, Népal, Nouvelle-Zélande, Papouasie Nouvelle Guinée, Philippines, Singapour, Thaïlande, Tonga, Vietnam). Seize CEMAT en titre étaient ainsi réunis autour des CEMAT des États-Unis et de l’Indonésie, nations coorganisatrices.

 

Organisé par le commandant de l’US Army dans le Pacifique, ce séminaire biennal visait essentiellement à échanger sur les connaissances de chacun dans le domaine de la gestion des crises dans un cadre multinational. Le thème principal de ce séminaire était l’implication des forces armées dans la coopération régionale en Asie-Pacifique. Cette rencontre a été ponctuée par l’intervention du ministre de la Défense indonésien qui a rappelé la nécessité et l’importance de la contribution militaire à la coopération multilatérale dans la région Asie-Pacifique, pour faire face aux risques de catastrophes humanitaires et de crises alimentaires et énergétiques, ainsi qu’aux menaces que font peser le crime organisé et le terrorisme.

 

Le thème majeur fut abordé à deux reprises lors de deux sessions traitant de de la coopération régionale et des missions de rétablissement et de maintien de la paix dans un environnement multinational. En parallèle, ce séminaire a aussi permis de réaliser de nombreux entretiens bilatéraux.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre » Pacifique avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principales missions d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone Pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’État.

Repost 0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 16:35
L'Indonésie recale le Rafale et choisit le Sukhoi Su-35
Repost 0
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 07:50
Exportations d'armes en hausse de près de 17% au 1er semestre (Suisse)

 

28.07.2015 Romandie.com (ats)

 

La Suisse a exporté davantage de matériel de guerre au premier semestre de cette année. Les ventes d'armes sont en hausse de 17% au regard de la même période en 2014. Une augmentation qui s'explique par les livraisons de systèmes de défense aérienne à l'Indonésie.

De janvier à juin, l'industrie helvétique de l'armement a vendu à l'étranger des biens pour près de 217 millions de francs, soit une croissance de plus de 30 millions par rapport au premier semestre de l'an dernier, selon les chiffres publiés mardi par l'Administration fédérale des douanes.

L'Indonésie a importé pour plus de 32 millions de francs de matériel de guerre. Le plus gros contrat concerne une livraison de canons antiaériens, a précisé à l'ats le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

Ce pays d'Asie du Sud-Est est le deuxième plus gros client de l'industrie de l'armement suisse après l'Allemagne qui reste le plus important acquéreur avec plus de 63 millions de francs.

Cet essor était déjà perceptible en 2014: Jakarta avait commandé pour plus de 121 millions de matériel de guerre. En 2013, la demande avoisinait les 157'000 francs.

 

Pas lié à l'assouplissement

Un "boom" dû à l'assouplissement des conditions d'exportation du matériel de guerre? "Ces livraisons découlent de contrats qui ont été signés avant l'entrée en vigueur de l'ordonnance assouplissant le régime des autorisations", a expliqué le porte-parole du SECO Fabian Maienfisch. Il faudra attendre au moins un ou deux ans pour observer de possibles changements.

Après l'Allemagne, suivent loin derrière l'Italie (14,4 millions), les Etats-Unis (14 millions), la Grande-Bretagne (15,8 millions) et, plus surprenant, la Roumanie (12,7 millions) et l'Inde (9,9 millions).

La Suisse a exporté des véhicules blindés à la Roumanie et l'Inde a notamment reçu des pièces de rechange, a indiqué Fabian Maienfisch sans plus de détails.

Les exportations vers la Russie et la France ont en revanche fortement diminué. Les exportations pour Moscou ne s'élèvent plus qu'à 2100 francs. D'après lui, il s'agit de livraison d'armes destinées à un usage privé.

 

Le Moyen-Orient a la cote

Les autres principaux clients restent les pays du Moyen-Orient. Une réalité que le Groupe pour une Suisse sans armée déplore vivement: "La poudrière du Moyen-Orient est l'un des plus importants marchés de l'industrie de l'armement suisse", a-t-il dénoncé dans un communiqué.

Bien que la Confédération ait imposé une interdiction d'exportation vers l'Arabie saoudite, les entreprises d'armement helvétiques ont déjà fourni, dans cette première moitié d'année, pour plus de 1,2 million de francs de matériel de guerre, a-t-il vilipendé.

Depuis fin mars, une coalition emmenée par l’Arabie saoudite affronte les rebelles houthis au Yémen, a rappelé le SECO. Le Conseil fédéral suit de près l’évolution de la situation.

Les demandes d’exportation de matériel de guerre vers la région sont évaluées au cas par cas, sur la base de la législation sur le matériel de guerre. Dans ces pays où les livraisons d'armes sont controversées, ce matériel est constitué de munitions et de pièces de rechange pour des systèmes de défense aériens suisses.

Repost 0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 11:35
Apache And Hind

 

28.06.2015 Strategy Page



An AH-64E Apache Guardian from 1st Armed Reconnaissance Battalion, 25th Aviation Regiment, 25th Combat Aviation Brigade, 25th Infantry Division, and a Mi-35 Attack Helicopter from 31st Squadron, Tentara Nasional Indonesia Angkatan Darat, take off for a flight together during an attack/reconnaissance training mission in Semarang, Indonesia, Sept. 9. The training is part of Garuda Shield 2014, where units from United States Army Pacific are focusing on peace support training capacity and stability operations with the TNI-AD. (U.S. Army photo courtesy of 25th Combat Aviation Brigade)

Repost 0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 16:35
C-130 - archives Indonesia Air Force

C-130 - archives Indonesia Air Force

 

30.06.2015 Romandie.com (ats)

 

Un avion de transport militaire indonésien transportant 113 personnes s'est écrasé mardi sur un hôtel et des habitations à Medan, dans le nord de l'île de Sumatra. Cet accident a été annoncé par un porte-parole de l'armée de l'air.

 

"Selon nos informations, il y avait 113 personnes à bord, dont 12 membres d'équipage", a dit Dwi Badarmanto. Au moins 49 corps ont pour l'instant été extraits du site où l'appareil, un Hercules C-130, s'est écrasé, selon la télévision.

 

"L'avion est passé au-dessus de nos têtes à plusieurs reprises en volant très bas", a déclaré Elfrida Efi, réceptionniste au Golden Eleven Hotel. "Il dégageait des flammes et de la fumée noire. Au troisième passage, il a percuté le toit de l'hôtel et a immédiatement explosé", a-t-elle dit par téléphone.

 

Les débris de l'appareil ont également percuté un salon de massage généralement fréquenté à cette heure de la journée, a ajouté Elfrida Efi.

 

L'appareil, mis en service en 1964, venait de décoller de la base aérienne de Medan à destination des îles Natuna lorsqu'il s'est écrasé, a déclaré un autre porte-parole de l'armée, Fuad Basya. Selon des médias locaux, le pilote avait demandé à retourner à sa base en raison de problèmes techniques.

Repost 0
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 11:35
X15 Combat Boat

X15 Combat Boat

 

June 27, 2015: Strategy Page

 

An Indonesian shipbuilder (PT Ludin) with links to Swedish builders has adapted the Swedish CB90 fast patrol boat to a design better adapted for use in tropical waters. The first design was the X15 which was very similar to the 20 ton CB90. A smaller version of the X15, the 10 ton X12 has proved very popular in Indonesia and now Bangladesh, where a local firm is building 18 under license from PT Ludin. The X12 has a top speed of 63 kilometers an hour and is 11.7 meters (38 feet) long and 11.4 feet wide. They can operate in shallow (one meter/three feet deep) water and are usually armed with two machine-guns and small arms. The coast guard versions have a radar and a crew of six or more sailors. These boats cost less than $100,000 each.

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 17:35
Soldiers of the Indonesian Army - photo S.Titus

Soldiers of the Indonesian Army - photo S.Titus

 

March 20, 2015 By Prashanth Parameswaran - TheDiplomat

 

Jakarta is reorganizing its military for the future. But specifics still remain unclear.

 

On Tuesday, Indonesian President Joko “Jokowi” Widodo held a limited cabinet meeting at the State Palace in Jakarta to discuss the ongoing modernization of the country’s military (TNI) and the national police.

One of the subjects discussed was the status of Indonesia’s new joint regional military commands – locally abbreviated Kogabwilhan – which are supposed to be in place by 2024. As I’ve written before for The Diplomat, the essence of the Kogabwilhan concept is to structure the military into multi-service regional commands consisting of a combination of army, air force and navy units and led by generals who would be able to respond quickly and flexibly to flash points with greater autonomy relative to the central leadership in Jakarta. The idea is not entirely new. Plans to begin implementing it had begun as early as 2008 under former Indonesian president Susilo Bambang Yudhoyono, and Jokowi had agreed to continue with ongoing efforts last November.

According to The Jakarta Post, TNI commander General Moeldoko, who is overseeing the progress of this, said Jokowi reiterated his support for Kogabwilhan at the meeting but said “it should be done gradually.”

As I’ve argued before, getting these commands finalized was always going to be a slow process given challenges such as the army’s traditional dominance in Indonesia as well as lingering questions like how leadership would work and what sorts of threats the commands should each be responsible for. Moeldoko, who is rumored to be retiring soon, said this probably means Indonesia will establish a first regional unit first, and then later continue with building the second and then the third.

There is also talk about bringing back the role of deputy TNI commander, which was previously scrapped under former Indonesian president Abdurrahman “Gus Dur” Wahid. The logic of the move, according to Moeldoko, is that this would ensure that the deputy can act even when the TNI commander is absent.

Not everyone is a fan of the proposal, however. Some say reinstating that position would just complicate the existing military structure – with one strong commander controlling all three military forces. It is also unclear what the exact division of labor would be between the commander and his deputy. Coordinating Political, Legal and Security Affairs Minister Tedjo Edhi Purdijatno, for his part, said that the plan needed further study.

Meanwhile, Cabinet Secretary Andi Widjajanto revealed that the meeting had discussed a plan to prepare a presidential regulation on TNI reorganization. According to Andi, the regulation would be produced in 2015, but its implementation would be conducted gradually up until 2019.

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 08:35
News Report: Indonesia, Japan to Sign a Defense Agreement

 

21 March 2015 by Steve Herman (VOA)

 

BANGKOK—Indonesia said it will sign a defense agreement with Japan -- a move certain to raise concerns in China, with which Jakarta already has a military pact.

 

Indonesia on Friday announced that a non-binding defense agreement will be signed with Japan next week when President Joko Widodo visits Tokyo for talks with Prime Minister Shinzo Abe.

 

Indonesian officials say the agreement will increase cooperation in military technology, training and peacekeeping operations; a significant boost above their current defense relationship, which is essentially limited to the exchange of military students. The new pact might also include exchanging intelligence information.

 

Indonesia has enjoyed a more formal military relationship with China -- with which it has a binding agreement -- and has purchased Chinese missiles and other equipment.

 

President Widodo is also to visit China immediately after Japan.

 

Foreign Ministry spokesman Armanatha Nasir said the president will raise the contentious South China Sea territorial dispute in both Tokyo and Beijing.

 

"Of course the issue of regional peace and stability will be discussed both in Japan and China, because the importance of ensuring that the region continues to benefit from stability and peace, because this is a major factor in the contribution for the region's economic development," Nasir said.

 

Japan does not have claims in the South China Sea, but it and China do dispute the sovereignty of uninhabited islands in the East China Sea, which are controlled by Japan.

 

Indonesia, the largest country in Southeast Asia in terms of size and population, has taken a neutral stance on territorial disputes, as Nasir points out, offering itself as a broker to its neighbors and China.

 

"We're a non-claimant country, but we're committed to helping ensure that there can be trust within the countries, claimant countries, on this issue," noted Nasir. "We have pushed for the negotiation through ASEAN in particular, and I think there's certain progress there where China and the other claimants who are ASEAN members have been discussing this issue."

 

Under Prime Minister Abe, Japan has bolstered its security policy, increasing ties with the Philippines and Vietnam, which also have territorial disputes with China.

 

Closer military ties with Jakarta would make the Japanese defense industry more competitive with South Korean manufacturers of military equipment.

 

At home, Abe has sought to loosen restrictions contained in Japan's pacifist constitution imposed on it by the United States after the Japanese defeat in the Second World War. But that has caused considerable anxiety in China and on the Korean peninsula, which suffered at the hands of Japan's colonialism in the first half of the 20th century.

Repost 0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:35
Asia: disasters as opportunities?

 

13 March 2015 Eva Pejsova Alert - No16 -  EUISS

 

Following the recent recovery of the remaining debris of Air Asia flight QZ8501, which crashed on its way from Indonesia’s city of Surabaya to Singapore last December, the multinational Search and Locate (SAL) operation in the Java Sea can be proclaimed a success. Indonesia displayed remarkable leadership and coordination skills, acted in a fully transparent manner, shared information and cooperated closely with all participating foreign naval forces – which included parties as diverse as Singapore, Malaysia, Australia, the US, China and Russia.

This stands in stark contrast to the chaos still surrounding the search for the Malaysia Airlines flight MH370, which went missing in March last year. This operation has attracted significant criticism both inside and outside Asia, highlighting the many problems surrounding interagency and interstate coordination, communication and cooperation.

 

Download document

Repost 0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:35
 Indonesian Army Astros MLRS made in Brazil.

Indonesian Army Astros MLRS made in Brazil.

 

23.032.2015 by Maki Catama - aseanmildef.com

 

JAKARTA, -- Vice-President M Jusuf Kalla has said the government might postpone a plan to buy military weaponry from Brazil after it has postponed the presentation of credentials by Indonesias ambassador-designate to the country.

"We are reconsidering our plan to purchase weapons (from Brazil)," Kalla told the press here Monday.

The bilateral relations between Brazil and Indonesia have become tense following Brazilian President Dilma Rousseffs unwillingness to receive Indonesian Ambassador-designate to Brazil Toto Riyanto.

"On the same evening after the refusal, the President ordered the recall (of the ambassador-designate). I communicated with the Foreign Affairs Minister to recall (him) immediately," Kalla stated.

Indonesias Ministry of Foreign Affairs has strongly protested the decision of the Government of Brazil to abruptly postpone the presentation of credentials by its Ambassador-designate to Brazil, Toto Riyanto, after formally inviting him to present the credentials at a ceremony in the Presidential Palace of Brazil at 9.00 a.m. (Brazilian time) on February 20, 2015.

"The manner in which the foreign minister of Brazil suddenly decided to postpone the presentation of credentials by the Indonesian Ambassador-designate to Brazil, when the Ambassador-designate was already at the palace, is unacceptable to Indonesia," said a statement on the ministrys official website on Saturday.

The Brazilian government has postponed the credential letter presentation in protest against the recent execution of a Brazilian drug offender by the Indonesian government.

Indonesia will go ahead with the implementation of the death penalty on major drug offenders, despite protests from the governments of Australia and Brazil, Kalla stated.

"We have reiterated many times that we have the sovereignty and will carry out the executions. Remember that the death penalty is based on a court verdict and not a presidential instruction," Kalla noted here Monday.

He understands the right of a country to lodge its protest against the execution of its citizen. Indonesia has also protested whenever its citizens were about to be executed in other countries, he added.

Repost 0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:50
Suisse : Les exportations d’armes reprennent l’ascenseur

 

27.02.2015 laliberte.ch

 

La Suisse a exporté davantage de matériel de guerre l’an dernier. Des armes, des munitions et équipements pour une valeur de 563,5 millions de francs ont été vendus à d’autres pays, soit une hausse de 102,3 millions par rapport à 2013, année marquée par un fort recul. A noter l’augmentation importante des livraisons à l’Indonésie.

 

Ce pays d’Asie du Sud-Est a commandé pour plus de 121 millions de matériel de guerre. En 2013, la demande avoisinait les 157 000 francs. Cette commande - des systèmes de défense aérienne et leurs munitions ainsi que des armes légères - fait de l’Indonésie le second plus gros client de l’industrie de l’armement suisse.

 

C’est ce qui ressort des statistiques relatives aux exportations de matériel de guerre publiées hier par le Secrétariat d’Etat à l’économie (seco). L’Allemagne reste le plus gros demandeur (186,9 millions, contre 123,5 millions en 2013).

 

La Suisse a en outre livré de l’armement aux Emirats arabes unis et au Bahreïn pour 14 millions chacun. Mais dans ces pays où les livraisons d’armes sont controversées, le matériel helvétique importé est constitué de munitions et de pièces de rechange pour des systèmes de défense aérienne suisses, a expliqué Simon Plüss, chef de secteur contrôles à l’exportation.

 

La Russie et l’Ukraine, actuellement en conflit, ont importé du matériel de guerre suisse pour respectivement 536 000 et 10 000 francs.

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:35
Indonesian Navy Mulls Chinese 30 mm CIWS Fit for Corvettes, LPDs

 

17 February 2015 by Maki Catama

 

JAKARTA, -- The Indonesian Navy (TNI-AL) is exploring the possibility of equipping its Kapitan Pattimura (Parchim I)-class corvettes and Makassar-class landing platform dock (LPD) ships with the Chinese-developed Type 730 close-in weapon system (CIWS), a source close to the TNI-AL informed IHS Jane's on 18 February.

 

Read more

Repost 0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 17:35
Hélicoptère de combat Apache AH-64E - photo Boeing

Hélicoptère de combat Apache AH-64E - photo Boeing

 

4 février Aerobuzz.fr

 

Le succès de l’hélicoptère militaire AH-64 Apache ne se dément pas. Boeing vient, en effet, de signer un contrat portant sur huit AH-64E pour l’Indonésie. Le modèle Echo bénéficie d’un système d’arme et de moteurs améliorés par rapport à son devancier le modèle Delta. Au total le contrat rapportera 296 M$ à Boeing et ses sous-traitants.

Repost 0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 18:35
Work, Indonesian Military Leader Discuss Regional Stability

U.S. Deputy Defense Secretary Bob Work, second from right, meets with Indonesian Armed Forces Chief Gen. Moeldoko, second from left, to discuss matters of mutual importance at the Pentagon, Dec. 16, 2014. DoD photo by U.S. Air Force Master Sgt. Adrian Cadiz   

 

WASHINGTON, Dec. 17, 2014 – DoD News

 

The importance of Asia-Pacific regional stability and the role of the U.S. rebalance to the region in fostering that stability highlighted a meeting at the Pentagon yesterday between Deputy Defense Secretary Bob Work and Gen. Moeldoko, commander in chief of the Indonesian armed forces, a spokeswoman for Work said.

 

Read more

 

 

Repost 0
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 18:35
 Indodefence 2014 - by SITTA



09/12/2014 by SITTA

 

La nouvelle édition du salon « INDO DEFENSE 2014 » s’est déroulée au centre des expositions de Jakarta du 04 au 08 novembre 2014. Cette 6ème édition constitue un événement majeur dans la région dans le domaine de l’industrie de la défense et de la sécurité.

Réservé aux professionnels de l’aérospatiale, de la défense navale et terrestre, INDO DEFENSE 2014 a attiré plus de 18 000 visiteurs autour de 600 exposants de 56 nationalités différentes.

 

Organisé par le ministère indonésien de la défense, l’édition 2014 a été inaugurée par le vice-président indonésien Jusuf Kalla. Parmi les 25 pavillons représentés, il convient de noter la présence de l’Australie, la Biélorussie, le Brésil, le Cambodge, le Canada, la France, l’Allemagne, l’Inde, l’Italie, le Japon, la Russie, le Royaume-Uni, les Etats-Unis.

La France était pour sa part représentée par une dizaine des sociétés dont AIRBUS, THALES et MBDA. Ce salon a également été l’occasion pour le COGES (Commissariat Général des Expositions et Salons) de proposer ses services aux participants dans le cadre de l’organisation de futures manifestations de ce type dans le monde.

Il convient de souligner le dynamisme des sociétés françaises qui se sont distinguées par une affluence importante et continue sur leurs stands.

Parmi les nombreux matériels et équipements présentés durant l’édition 2014, certains ont plus particulièrement retenus l’attention des visiteurs :

-       drone de surface BONEFISH  de la société indonésienne PT LUNDIN ;

-       véhicule blindé COCKRILL 90P de la société indonésienne PT PINDAD ;

-       fusil d’assaut SS 7,62 mm  de la société indonésienne PT PINDAD ;

-       lance grenade BUR de la société russe KBP ;

-       radar de veille air ROHINI indien produit par le DRDO (Defence Research & Development Organisation) ;

-       propulseur sous-marin GANENDRA RI-1 de la société indonésienne PT ELMAS VIANADJAJA ;

-       la frégate KDDX de la société sud-coréenne DSME ;

-       système sol-air CHINON de la société sud-coréenne LIG Nex1 ;

-       télescope KM12A8 de la société sud-coréenne WOO KYUNG OPTICS.

Avec des infrastructures particulièrement accueillantes, le salon INDO DEFENSE 2014  a été très apprécié par l’ensemble des visiteurs et exposants. Le rendez-vous est déjà pris pour la septième édition qui se déroulera en 2016 à Jakarta.

 

 

Drone BONEFISH 

Le ministre de la défense indonésien, en compagnie du chef d’état-major de la marine indonésienne, a procédé à une cérémonie d’inauguration du premier trimaran BONEFISH. Cet appareil est un drone de surface furtif construit par le chantier naval PT Lundin (connu également sous le nom NORTH SEA BOATS – Indonesia), en partenariat avec l’industriel suédois SAAB. Sa mission principale sera la surveillance des espaces maritimes situés entre les milliers d’îles qui composent l’archipel indonésien. Très bas sur l’eau, il est propulsé par deux puissants moteurs. Un mât proéminent, accueille un radar de veille surface et des antennes de communication pour le pilotage de l’engin et la transmission des détections. Sur la maquette du drone présentée sur le stand de SAAB, placé à proximité du stand de Lundin, on pouvait observer un tourelleau téléopéré muni d’une mitrailleuse de calibre 12,7 mm.

PT LUNDIN - Indonésie

 

COCKERILL 90P 

Au cours de cette édition du salon INDODEFENCE, la société PINDAD a présenté un nouveau véhicule blindé, dérivé des ANOA en service dans les forces armées indonésiennes. Le COCKERILL 90P est un blindé 6 x 6 équipé un moteur de 340 chevaux (6 cylindres) er armé d’un canon de 90 mm. Son blindage permet de protéger l’équipage du tir de munitions de 12,7 mm Des lance-fumigènes et une mitrailleuse lourde assurent la protection du blindé.

 

PT PINDAD - Indonésie

 

Fusil d’assaut SS 7,62

La deuxième nouveauté du stand de PINDAD était un fusil d’assaut en 7,62 x 51. Ce prototype, qui devrait bientôt entrer en service dans les forces spéciales indonésiennes, pèse 5,1 kg. La portée maximale est de 950 m et il dispose de trois modes : position de sécurité, mono-coup ou tir automatique. Cette nouvelle arme a attirée la curiosité des visiteurs et a fait la fierté des employés de la société, qui ont eu l’honneur de recevoir la visite du président indonésien sur leur stand.

 

PT PINDAD - Indonésie

 

Lance-grenade BUR

Parmi toutes les armes d’infanterie présentées par KPB, on pouvait découvrir un nouveau lance-grenade léger. Ce système, composé d’une poignée et d’optiques pour la visée de jour et de nuit, tire des grenades de 62 mm de diamètre et de 742 mm de long. Après chaque tir, le fantassin doit démonter la poignée pour la fixer sur un nouveau tube de lancement, qui contient la munition. La portée maximale de cette arme est de 950 mètres. Le BUR sert à attaquer des véhicules peu ou non blindés et des unités d’infanterie logés dans des bâtiments. Il peut également traiter une zone à l’air libre d’environ 50 m² avec un puissant explosif.

 

 KBP - Russie

 

Radar ROHINI 

Le DRDO a présenté un radar mobile de veille aérienne en  3D, qui serait déjà en service dans l’armée de l’air indienne. Baptisé « ROHINI », ce nouveau radar est monté sur un camion 8 x 8 qui assure une grande mobilité et une mise en œuvre en moins de trente minutes. La portée maximale de détection est supérieure à 185 km. Ce système a été conçu pour pouvoir détecter des intrusions d’aéronefs dans les zones montagneuses, à haute altitude.

 DRDO - Inde

 

SDV GANENDRA RI-1 

Le GANENDRA RI-1 est un prototype de propulseur sous-marin pour nageurs de combat (SDV). Cet engin, propulsé par un moteur électrique grâce à une batterie lithium-ion, embarque deux commandos. Son autonomie est d’environ huit heures à sa

vitesse de croisière de 1,3 nœud, et d’une heure et trente minutes à sa vitesse maximale (2,2 nœuds). Il pèse 24 kg et peut emporter une charge de 90 kg.

 

PT ELMAS VIANA DJAJA - Indonésie

 

Frégate KDDX

Le chantier naval sud-coréen Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME) a présenté - pour la première fois - la maquette de la future frégate KDDX. Selon le commercial, Séoul n’a pas encore choisi les senseurs et l’armement qui  équiperont cette classe de bâtiments, ni le nombre d’unités commandées. Cependant, Il est très probable qu’ils soient équipés du missile anti-aérien C-Star (lancé verticalement) et de la torpille légère Blue Shark. SAMSUNG, en partenariat avec la société THALES, pourrait fournir les équipements de détection radar.

 

 DSME – Corée du Sud

 

Système sol-air CHIRON

L’attraction sur ce stand coréen était le système sol-air CHIRON. Armé par un tireur, il permet de lancer deux missiles à courte portée et à guidage infrarouge. Chaque missile pèse 14,4 kg, a une portée maximale de 7 km, et peut atteindre une cible à l’altitude maximale de 3,5 km. Le CHIRON peut également être monté sur un véhicule blindé ou un 4 x 4. Il serait en service dans les forces armées sud-coréennes et aurait un taux d’efficacité de 95%.

 

 LIG Nex1 – Corée du Sud

 

Télescope KM12A8

La principale nouveauté chez WOO KYUNG OPTICS était le télescope KM12A8, utilisé pour des pièces d’artillerie de 105 mm et 155 mm. Ses caractéristiques techniques sont les suivantes :

Longueur : 24,7 cm

Masse : 2 kg

Grossissement : x 4

Champ de vision : 10°

WOO KYUNG OPTICS – Corée du Sud

Repost 0
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 18:35
Coopération de la FS Vendémiaire avec la marine indonésienne

 

20 Novembre 2014 Source : Marine nationale

 

Poursuivant son déploiement annuel en Asie, commencé le vingt octobre dernier, la frégate de surveillance Vendémiaire a rejoint Jakarta le 6 novembre 2014 pour cinq jours riches en interactions avec la marine indonésienne.

 

Au terme d’une nuit de navigation à travers le détroit de la Sonde, séparant les îles indonésiennes de Sumatra et de Java, le Vendémiaire est parvenu au large de Jakarta le 6 au matin. Un patrouilleur de la marine indonésienne, le KRI Halasan, l’y attendait pour l’accompagner à quai.

 

Après un échange de saluts et un « Selamat datang » à la VHF (qui signifie « bienvenue »), la frégate française a été escortée au milieu des centaines de navires de commerce et boutres de toutes tailles qui s’activent dans un brouillard permanent aux portes de Jakarta.

 

Les quatre jours d’escale avaient lieu en même temps que le salon d’armement « Indodéfense » de Jakarta. Plusieurs délégations de marins du Vendémiaire se sont rendues sur ce salon qui accueillait par ailleurs un certain nombre d’entreprises françaises présentes sur le marché local et régional.

 

Coopération de la FS Vendémiaire avec la marine indonésienne

 

Cette escale a été marquée également par la venue à bord du contre-amiral Morio de l’Isle, commandant la zone maritime du Pacifique, ce qui a permis de faire un point de situation sur la mission du Vendémiaire dans la région.

 

Ces quelques jours auront aussi été l’occasion pour l’équipage de la frégate de préparer un « PASSEX » en collaboration directe avec des officiers d’une marine n’appartenant pas à l’OTAN et ayant donc des méthodes de travail et des procédures différentes des nôtres.

 

Ainsi, au matin de l’appareillage, un autre patrouilleur indonésien, le KRI Tjiptadi et la frégate française se sont retrouvés devant Jakarta pour une journée d’entraînement mutuel. Un exercice d’évolution tactique et un exercice de lutte contre les menaces asymétriques avaient été organisés. Le bilan fut positif, bien qu’une avarie sur le patrouilleur ait finalement contraint les commandants des deux navires à écourter les exercices. Après une dernière visite de courtoisie en zodiac du commandant en second du Vendémiaire à bord du patrouilleur, la frégate a finalement repris sa route vers le Nord pour poursuivre sa mission en Asie du Sud Est.

 

Plusieurs exercices étant d’ores et déjà prévus avec des marines de la région, suivis d’escales qui permettront de consolider les liens établis, la coopération régionale et les échanges seront toujours d’actualité dans les semaines à venir. A cela s’ajoute une participation active au Contrôle Naval Volontaire (CNV SEA) dans le Sud Est Asiatique. Ce programme basé sur des conventions entre la Marine nationale et les armateurs français, voire des particuliers, permet un échange de bons procédés pour contribuer à la sécurité maritime dans la zone. Il montre l’attachement de la France à la libre circulation sur les routes de commerce maritime en général et à la protection des entreprises françaises en particulier.

 

Le Vendémiaire est déployé dans le Pacifique et en Asie du Sud Est. Les objectifs du déploiement sont d’entretenir notre connaissance de la zone d’intérêt stratégique Asie-Pacifique, de développer la coopération avec les marines riveraines, tout en réaffirmant l’attachement de la France à la liberté de navigation.

Repost 0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 12:35
Airbus Helicopters Hands Over Indonesia's 1st EC725 for Combat Search and Rescue Missions

 

Nov 6, 2014 ASDNews Source : Airbus Helicopters

 

Airbus Helicopters has handed over the first of six EC725 rotorcraft acquired by Indonesia for combat search and rescue (CSAR) missions. Present at Airbus Helicopters’ Marignane, France facility to accept the aircraft included members of the Indonesian Ministry of Defence, the Indonesian Air Force, as well as PT Dirgantara Indonesia (PTDI). The 11-ton twin-engine helicopter will be delivered to the Air Force by mid-2015 after PTDI completes the mission equipment outfitting and customization at its Bandung, West Java facility.

 

“We are pleased to receive this first EC725 from Airbus Helicopters, which will allow us to complete it in the CSAR version to be handed over to the Indonesian Air Force,” said PTDI President Budi Santoso. “We will continue to work closely with Airbus Helicopters to ensure the on-time delivery of the remaining units, as we anticipate an additional order from the Air Force for 10 more EC725s to complete its squadron of 16 helicopters.”

 

Read more

Repost 0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 12:35
Hélicoptères : joli coup d’Airbus à Jakarta

Les 11 Panther de lutte anti-sous-marine vendus à Jakarta complètent une flotte déjà bien garnie - photo Airbus HC

 

05/11 Alain Ruello - lesechos.fr

 

Airbus Helicopters a vendu 11 Panther de lutte anti-sous-marine à l’Indonésie. Une poire pour la soif car l’industriel européen a absolument besoin d’un gros contrat militaire dans les six mois.

 

C’est toujours ça de pris. Airbus Helicopters a annoncé ce mercredi la vente de 11 AS565 MBe Panther, la version anti-sous-marine du Panther, à l’Indonésie. Le montant du contrat n’a pas été communiqué mais il avoisinerait les 150 millions d’euros, selon nos informations.

Les appareils seront livrés à la marine de Jakarta dans les trois prochaines années, après être passés par les hangars de PT Dirgantara Indonesia, charge au partenaire local d’Airbus Helicopters d’installer un sonar et le système de lancement des torpilles. Une fois en service, les 11 Panther compléteront la flotte, déjà bien garnie, des hélicoptères de l’ex-Eurocopter au sein de l’armée indonésienne qui comprend des Colibris pour l’entraînement, des Fennec (attaque) ou encore des EC725 (pour les missions de sauvetage).

 

La Pologne dans le radar

Avec ce succès, les commerciaux d’Airbus Helicopters ne vont pas bouder leur plaisir. Mais l’essentiel est ailleurs. Le marché des hélicoptères militaires est déprimé dans les pays occidentaux à cause de la baisse des budgets de défense. L’industriel européen, comme tous ses grands concurrents, se bat férocement pour arracher les quelques grosses affaires dans les pays émergents. « Nous devons conclure une vente significative dans les six mois », confirme un de ses responsables.

Au Mexique, la conclusion de la vente de 10 Panther attend les autorisations budgétaires. Au Qatar, qui a choisi d’acheter 22 NH90 de gré à gré, les discussions avancent au rythme habituel des pays du Golfe. Comme cela sera le cas au Koweït qui vient de lancer un appel d’offres portant sur 24 hélicoptères de transport pour lequel Airbus propose son EC 725.

Mais « LA » grosse affaire sur le radar, c’est la Pologne , toujours sur le segment du transport. Airbus Helicopters, Agusta et Sikorsky remettront à la fin du mois leurs propositions finales pour l’appel d’offres portant sur 70 appareils. A ceci près que le troisième larron a menacé de retirer son Black Hawk si les termes de la compétition n’étaient pas modifiés. Varsovie a répliqué sèchement qu’il n’en était pas question, mais depuis chacun s’interroge sur les motivations de l’Américain.

 

L’ombre des Mistral russes...

L’autre incertitude en Pologne concerne le projet d’achat de 32 hélicoptères d’attaque. La consultation a été lancée avec retard sur le calendrier initial mais le ministère de la défense semble vouloir aller plus vite que prévu. Au point de rassembler dans un même appel d’offres hélicoptères de transport et d’attaque ? Si c’était le cas, ce serait un avantage pour Airbus qui alignerait son EC725 et son Tigre.

Appel d’offres globalisé ou non, Airbus Group jette toutes ses forces dans la bataille, bien décidé, pour emporter la mise, à faire de la Pologne un de ses pays de référence à grands renforts de transferts de technologie et de partenariat industriel. L’enjeu est stratégique car outre les hélicoptères, l’ex-EADS est en lice sur un important contrat de défense anti-missiles via sa filiale MBDA. Mais tout cela pourrait ne pas peser grand chose si Paris décide entre temps de livrer les Mistral russes à Moscou ...

Repost 0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 11:35
Exportation d'armes (1/4) : l'Indonésie sera-t-elle le nouveau filon de la France ?

Rebâtir la défense nationale est la première des neuf priorités de l'agenda du nouveau président indonésien Joko Widodo. - photo Government of Republic of Indonesia

 

14/10/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La Tribune vous propose une série sur les nouvelles terres de conquête des industriels de l'armement français. C'est le cas de l'Indonésie qui a exprimé un intérêt pour le Rafale et où tous les industriels reviennent en force après une longue éclipse. Retrouvez la suite de notre série dès ce soir, 19 heures, dans notre Quotidien numérique.

 

L'Indonésie est à nouveau dans les stratégies de tous les groupes d'armement français. Il faut dire que la croissance indonésienne ne pouvait pas passer inaperçue (6,2% en 2012 et 5,3% en 2013), même si le rythme de croissance a ralenti au deuxième trimestre 2014 à son plus bas niveau depuis cinq ans, à 5,12% en glissement annuel. La croissance va néanmoins se poursuivre à court terme: 5,6% en 2014, 2015 et 2016. Et, selon l'OCDE, le rythme de croissance de l'Indonésie entre 2014 et 2018 devrait atteindre 6%. Ce qui ferait de l'Archipel l'économie la plus dynamique des grands pays de l'ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est).

"Nous n'avons pas saisi en France l'importance et le potentiel de l'Indonésie", explique pourtant un bon connaisseur du pays membre du G20. A tort puisque, en dix ans, l'économie indonésienne a gagné 10 places dans le classement mondial des pays les plus développés, passant du 27e au 16e rang. En 2030, il devrait se situer dans les 10 premières économies mondiales (7e), selon le cabinet McKinsey. "Faire du business en Indonésie, cela se mérite, et il faut gagner la confiance des Indonésiens", rappelle-t-il.

 

Un géant encore inconnu en France

"Comment expliquer que nous n'ayons plus que 150 entreprises françaises en Indonésie, 4e pays le plus peuplé au monde, 16e économie mondiale, en croissance très rapide, là où nous en avions 450 il y a quinze ans", s'interroge le sénateur le sénateur UMP du Val-de-Marne, Christian Cambon, co-auteur du rapport "La France face à l'émergence de l'Asie du Sud-Est". C'est peu, trop peu. A titre de comparaison, le nombre de sociétés sud-coréennes présentes en Indonésie s'élève à 1.200.

"Une de nos premières faiblesses serait notre méconnaissance de l'Indonésie, de son modèle politique, de sa culture, de ses projets et de ses circuits de financement", confirme le rapport. Toutefois, pour relancer les relations diplomatiques à haut niveau entre les deux pays, les co-auteurs du rapport poussent François Hollande à faire une visite d'Etat en Indonésie. Car aucun président français ne s'y est déplacé depuis... François Mitterrand. En août 2013, au siège de l'ASEAN, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, regrettait que "les relations entre les deux pays ne sont pas encore à la hauteur de leur potentiel". Les relations commerciales dépendent beaucoup des achats d'Airbus ou d'ATR.

Pour autant, le potentiel de séduction qu'exerce Jarkarta sur les groupes tricolores tels qu'Airbus Group, Dassault Aviation, Thales, Safran, DCNS, Nexter, Renault Trucks Défense et les autres commence à faire son effet. D'autant que les budgets de défense en Europe sont en réduction constante en dépit d'un réarmement mondial, notamment en Asie. Ces groupes misent de plus en plus leur croissance sur ces fameux pays émergents, dont l'Indonésie qui souhaite moderniser les équipements de son armée. Ainsi, Thales, présent depuis presque quarante ans, estime à plus de 500 millions d'euros les opportunités de business (civils et militaires) dans les cinq ans à venir, assure-t-on à La Tribune. Selon nos informations, la direction générale de l'armement (DGA) a en outre réenvoyé à Jakarta un attaché d'armement, qui est arrivé cet été.

 

Renforcer la défense, une priorité pour l'Indonésie

Rebâtir la défense nationale est la première des neuf priorités de l'agenda du nouveau président indonésien, Joko Widodo, en renforçant la defense nationale afin d'assurer l'intégrité territorial de l'archipel et en s'imposant comme une puissance maritime régionale. D'où la volonté d'augmenter le budget de défense pour atteindre 1,5 % du PIB d'ici à 2019 pour atteindre 20 milliards de dollars (contre 7 milliards actuellement). Car l'Indonésie a un réel besoin de moderniser son armée. "Ils ont besoin de réformer leur industrie de défense, rappelle-t-on à Paris. Il faut réfléchir à moyen terme" sur ce pays.

Le très long embargo sur les armes des Etats-Unis à partir de 1991 à la suite des graves violences contre les indépendandistes du Timor, a beaucoup marqué les militaires indonésiens. Car cet embargo a notamment cloué au sol ses F-16 et A-4 Skyhawk, qui constituent près de 80 % de sa flotte de combat. Un embargo militaire américain qui a pris fin en 2005. En outre, Londres avait également imposé un embargo sur les pièces de rechange pour les chasseurs Hawk de l'armée de l'air indonésienne. L'Indonésie s'est donc tournée vers la Russie, la Corée du Sud et la Chine pour se procurer des avions de combat et d'entraînement. Avec Séoul, Jakarta a même signé un partenariat pour le développement conjoint du KFX/IFX, un avion de combat de 5ème génération.

D'où aujourd'hui la volonté de Jakarta de diversifier ses achats d'armements en Europe, en Russie, en Chine, aux Etats-Unis mais aussi dans les pays émergens comme le Brésil, qui a notamment vendu 16 avions d'entrainement A-29 Super Tucano. "Ils ont délibérément une politique de partage pour ne pas être dépendant d'une région ou d'un pays", confirme un industriel qui travaille en Indonésie.

 

Développement des compétences

Comme souvent dans les pays émergents, Jakarta veut réduire les importations en matière de défense en développant une capacité industrielle locale. Pour gagner des contrats, souligne le directeur général en charge du développement international de Thales, Pascale Sourisse, "il faut développer en Indonésie des compétences locales avec des partenaires surplace, y compris dans les services. C'est une dimension fondamentale".

C'est le cas déjà d'Airbus Helicopters (AH), présent en Indonésie depuis 1976 avec la construction sous licence de 123 hélicoptères BO 105. Et le constructeur d'hélicoptères a signé un partenariat industriel depuis 2008 avec le constructeur aéronautique national, PT Dirgantara Indonesia/Indonesian Aerospace (IAe) pour créer une chaine d'assemblage. Elle fabrique pour le compte de Marignane des fuselages des hélicoptères de transport EC725 et EC225 pour un montant de 43 millions d'euros. IAe, qui travaille pour Airbus (A380, A350)  produit également des avions de transports militaires d'Airbus Group, des CN-235 et C-295 sous licence.

Enfin, sur le site de Subang (Indonésie), Roxel, Eurenco et PT Dahana ont signé vendredi dernier un accord de coopération en présence des ministres indonésiens de la Défense et de l'industrie et des autorités françaises. Cet accord a pour objet l'implantation sur ce site d'une usine de production des produits suivants : chargements en EDB et composites pour moteurs de roquettes (produits Roxel) et poudres sphériques pour munitions de petit et moyen calibre (produits Eurenco).

Les groupes tricolores peuvent s'appuyer sur le partenariat stratégique entre la France et l'Indonésie signé en 2011. Les deux pays se sont engagés à promouvoir une coopération "plus étroite" dans le domaine de la défense et de la sécurité, "en vue d'établir un dialogue de défense global (...) comprenant des consultations régulières au niveau des ministres de la défense, des ministres adjoints, des chefs d'état-major et d'autres hauts fonctionnaires civils et militaires, une coopération stratégique à long terme portant en particulier sur le renforcement des capacités, la formation et l'échange de fonctionnaires chargés des questions de défense, l'industrie de défense ainsi que les opérations de maintien de la paix des Nations Unies".

 

Nouvel eldorado ou nouveau mirage pour la France ?

L'Indonésie sera-t-elle un nouveau filon pour l'industrie d'armement tricolore ? Le marché est prometteur pour les groupes français. En 2013, divine surprise elle est arrivée au quatrième rang des pays clients de l'industrie de défense tricolore (480 millions d'euros), loin certes du premier l'Arabie Saoudite (1,9 milliard). Le retour de la France en Indonésie est bien réel comme en témoigne la progressive montée en puissance des exportations d'armements tricolores ces dernières années : 2,9 millions d'euros en 2009, 5,9 millions en 2010, 96,3 millions en 2011, 151,7 millions en 2012.

En 2013, le missilier MBDA, qui est bien implanté dans le pays grâce au chantier naval néerlandais Damen, a notamment vendu à Jakarta pour plus de 200 millions d'euros un système d'arme sol-air à très courte portée, Mistral 3. L'Indonésie a également acheté l'an dernier 37 systèmes d'artillerie autotractés, Caesar, à Nexter pour 115 millions d'euros. Enfin, le petit chantier naval des Sables d'Olonne OCEA a vendu pour un montant d'environ 80 millions d'euros deux nouveaux bâtiments de support de 60 mètres, de type OSV 190 MKII.

 

Et en 2014 ?

En 2014, Thales a déjà vendu au ministère de la Défense indonésien un système de défense aérienne intégré ForceShield et des missiles StarStreak pour un montant de plus de 130 millions d'euros. Un contrat qui profitera en très grande partie aux sites britanniques du groupe électronique. Cette année, il a également obtenu un contrat avec la marine indonésienne, via le chantier naval néerlandais Damen. Thales fournira un système de missions destiné aux deux navires de classe PKR. Soit son système de gestion de combat néerlandais Tacticos, le radar de surveillance SMART-S Mk2, le système de conduite de tir STRI 1.2 mk2 EO, le sonar Kingklip, la liaison de données Link-Y ainsi que des systèmes navals de communication et de navigation. Enfin, le groupe français a remporté un contrat civil portant sur la construction d'un satellite de télécoms Telkom-3S.

Airbus Defence ans Space (ADS) va quant à lui fournir à l'armée de l'air indonésienne des systèmes d'avant-garde pour assurer l'identification des avions de surveillance de l'espace aérien, le système MSSR 2000 I. Ce qui améliorera le contrôle et le trafic aérien et la défense antiaérienne au-dessus des plus de 15.000 îles de l'Indonésie.

 

Rafale et sous-marins à moyen ou long terme

Selon des sources concordantes, Dassault Aviation a été approché par Jakarta, qui a exprimé un intérêt pour le Rafale. L'avionneur tricolore a présenté son appareil en Indonésie et attend maintenant une demande d'information (RFI) de la part de l'Indonésie, qui est annoncée, puis éventuellement une demande de proposition engageante (RFP). Dassault Aviation est très attentif à ce qui se passe en Indonésie, explique-t-on en interne. Des sources contactées ont toutefois fait part de certaines réticences de Dassault Aviation à s'engager en Indonésie où les Suédois (Gripen) seraient très actifs. En tout cas, Jakarta, qui avait acheté fin 2011 six chasseurs Su-30MK2 à la Russie, souhaiterait acheter 16 avions de combat destiné à l'équipement d'un escadron, assure-t-on à La Tribune, et aurait dégagé un budget de l'ordre de 1,5 milliard de dollars. Mais c'était avant l'élection présidentielle de cet été.

DCNS, qui a ouvert il y a deux ans environ un bureau à Jakarta, poursuit quant à lui plusieurs projets en Indonésie en essayant de nouer une relation avec des partenaires locaux viables. Le groupe naval vise le retrofit d'un sous-marin sud-coréen de type U209 en partenariat avec l'indonésien PT PAL. Mais surtout il discute avec ce chantier naval pour signer un vaste accord de transfert de technologies (ToT) sur le programme de sous-marins Andrasta, créé pour les pays voulant disposer d'une force sous-marine spécialisée dans le combat côtier. DCNS serait prêt à donner à l'Indonésie le droit d'exporter ce sous-marin dans l'ASEAN.

Enfin, Airbus Helicopters nourrit l'ambition de signer des commandes pour un nouveau lot de neuf Caracal à l'Indonésie qui en a déjà acheté six, et de 16 AS565 Panther à la marine indonésienne. Dans le domaine de l'artillerie, Nexter continue de proposer ses matériels à l'Indonésie. Le groupe public fait également la promotion de son nouveau véhicule 6x6 blindé low-cost, le Titus. Pour sa part, Thales propose par ailleurs le Hawkei, un véhicule protégé léger 4x4 de 7 tonnes (Thales Australia). Enfin, l'Indonésie souhaite acquérir des patrouilleurs.

 

Une corruption endémique

Une des principales réticences des industriels français à s'engager en Indonésie reste la corruption. Notamment dans les services publics où il est courant que des agents exigent un pot-de-vin à des particuliers à des entreprises en échange de services qui devraient être fournis gratuitement. "Il y a une véritable prise de conscience des acteurs politiques, des ministres sont allés en prison, estime un bon connaisseur de l'Indonésie. On peut vendre sans corruption". Les affaires de corruption de haut niveau traitées par la commission pour l'éradication de la corruption (KPK), impliquant des responsables politiques ou de la justice sont effectivement très médiatisées, alors que la corruption à des niveaux inférieurs est plus répandue et plus difficile à contrecarrer.

KPK a d'ailleurs annoncé début septembre que le ministre de l'Energie était accusé d'extorsion de fonds et d'abus de pouvoir. Jero Wacik est soupçonné d'avoir gonflé le budget de son ministère de près de 10 milliards de roupies (646.000 euros) pour des activités illicites. Il est le troisième ministre du gouvernement impliqué dans une affaire de corruption. En juillet, l'ancien ministre des Sports a été condamné à quatre ans de prison après avoir été reconnu coupable de corruption dans une affaire liée à la construction d'un stade. En mai, le ministre des Affaires religieuses a démissionné après l'ouverture d'une enquête par la KPK qui le soupçonne d'avoir détourné des fonds destinés à des pèlerins qui se rendaient à La Mecque.

Par ailleurs, une femme gouverneur à la tête d'une des dynasties politiques les plus puissantes d'Indonésie a été condamnée lundi à quatre ans de prison pour avoir versé un pot-de-vin à l'ex-président de la Cour constitutionnelle dans un litige électoral. Ce dernier a lui été condamné en juillet à la prison à perpétuité pour avoir accepté des pots-de-vin dans le but d'influencer des décisions concernant des litiges électoraux.

 

Un nouveau président prêt à éradiquer la corruption

Dans son dernier classement, l'ONG Transparency International place l'Indonésie au 114e rang des pays les plus corrompus, sur 177 nations. Auréolé d'une victoire... confirmée par la justice pour prendre ses fonctions, le nouveau président Joko Widodo ambitionne de réformer en profondeur la première économie d'Asie du Sud-Est après une ascension fulgurante en politique. Une priorité qui consiste à restaurer la confiance dans le système politique indonésien en éradiquant la corruption. "Les Indonésiens sont très, très cyniques à l'égard de la politique. Ils pensent qu'elle est très corrompue. Nous devons leur redonner foi" dans la politique, a-t-il expliqué à l'AFP.

Une application anti-corruption pour smartphones proposant des graphiques et des jeux a été lancée en Indonésie pour éduquer le public et les agents de l'Etat sur les risques d'acceptation de pots-de-vin dans un des pays les plus corrompus au monde.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories