Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 12:55
EXERCICE « CHOUCAS » : 300 réservistes de la 27e BIM mobilisés

 

source 27e BIM - Armée de Terre

 

L’opération Sentinelle est déployée par l’Armée française sur le territoire national au lendemain des attentats de janvier 2015 pour faire face à la menace terroriste et protéger les points sensibles. Elle est renforcée lors des attaques du 13 novembre 2015 en Île-de-France. 10 000 soldats par jour sont désormais mobilisés.

 

Pour maintenir cet objectif sans désengager l’Armée de ses missions actuelles, notamment sur le territoire extérieur, plusieurs dispositions ont été prises, parmi lesquelles la montée en puissance de la réserve opérationnelle.

 

Pour remplir cette mission et dans le cadre de sa préparation opérationnelle, la 27e brigade d’infanterie de montagne (BIM) organise un exercice d’envergure (« Choucas ») pour ses réservistes. Un volume inédit sera engagé : un état-major et trois compagnies de réservistes, soit un total de 300 personnes sur les 850 que compte la brigade déployées dans la vallée du Grésivaudan en Isère.

 

Le but de cette manœuvre : entraîner les unités de réserve et mettre en œuvre leur savoir-faire avant leur déploiement sur les missions Vigipirate. « Choucas » n’est pas seulement un exercice tactique de contrôle avant engagement. Il permet également de valider les circuits de décision entre les autorités civiles et militaires. Il comprend donc une coopération entre l’armée (27e BIM, Délégué militaire départemental de l’Isère (DMD 38), gendarmerie), la sécurité civile et la Préfecture de l’Isère.

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 11:50
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre


 21/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Du 30 décembre au 20 janvier 2016, 60 militaires français affectés au Corps de réaction rapide européen, mieux connu sous le nom d’ « Eurocorps », ont rejoint l’opération Sentinelle pour renforcer le dispositif déployé en Île-de-France.

 

Ce module a été projeté sur proposition du commandant du quartier général de l’Eurocorps, le général de corps d'Armée espagnol Alfredo Ramirez, en signe de la solidarité des nations de l’Eurocorps vis-à-vis de la France suite aux attentats du 13 novembre. Le 30 décembre, une unité de protection terrestre a ainsi rejoint le site de Fontainebleau afin d’être engagée le jour même dans des missions de surveillance mobile sur l’ensemble de la zone de défense Paris/Île-de-France.

Un second module français de l’Eurocorps sera déployé à compter du 10 février en Ile de France pour une durée de six semaines.

Depuis le 19 novembre 2015, la force Sentinelle est constituée de 10 000 soldats dont 6 500 en Île-de-France, 3 000 en province et 500 mobilisés. En appui des forces de sécurité intérieure, la force Sentinelle opère sur l’ensemble du territoire, sur les sept zones de défense. La force protège et surveille plus de 800 sites et lieux sur l’ensemble du territoire. La force patrouille à pied et en véhicule, de façon dynamique ou statique.

 

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

L’Eurocorps ou Corps de réaction rapide européen

 

Créé en 1992 et déclaré opérationnel en 1995, l’ Eurocorps est constitué de militaires provenant d’Allemagne, de Belgique, d’Espagne, de France et du Luxembourg.

Fort de 1 050 militaires, cet état-major multinational est né de la volonté de ces pays européens de doter l’Europe de la Défense d’un outil opérationnel pouvant être engagé au profit de l’Union européenne, de l’OTAN ou d’une coalition. Depuis sa création, le corps européen a été projeté au Kosovo et en Afghanistan au profit de l’OTAN et, à l’été dernier, au Mali dans le cadre de la mission européenne de formation des armées malienne, EUTM Mali.

Son quartier général est situé à Strasbourg. L’état-major de l’Eurocorps peut commander une force terrestre de près de 60 000 hommes.

Repost 0
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 11:55
 photo ECPAD

photo ECPAD

 

20/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Aujourd’hui, la force Sentinelle est constituée de 10 000 soldats - dont 6 500 en Ile-de-France et 3 500 en province. Au total, 50 unités de l’armée de terre ont été mises à contribution pour participer à cet effort. Retour sur cette montée en puissance.

 

Dans la nuit du 13 novembre 2015, l’armée a immédiatement renforcé les dispositifs sécuritaires des forces de sécurité intérieure (FSI) sur les sites frappés par les attentats terroristes. Dans les 48 heures qui ont suivi les attentats, 1000 hommes sont venus renforcer le dispositif Sentinelle d’Ile de France. Puis en 72 heures, 2000 hommes supplémentaires portent les effectifs déployés en France à 10 000 hommes. En région parisienne, l’arrivée de ces renforts porte à 150 le nombre d’unités militaires déployées. Elles sécurisent plus de 350 lieux – en appui des FSI. En province, la vigilance reste maintenue et le 20 novembre, 500 hommes ont renforcé les 3 000 soldats déjà en place. Lancée à la suite des attentats survenus à Paris les 7, 8 et 9 janvier 2015, l’opération Sentinelle vise à protéger les Français et sécuriser, en appui des FSI, les sites les plus sensibles à Paris et en province.

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 19:55
Sentinelle - photo Marine Nationale Armée de Terre ECPAD

Sentinelle - photo Marine Nationale Armée de Terre ECPAD

 

19/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Depuis vendredi 13 novembre 2015, l’armée est mobilisée pour protéger les Français. Immédiatement après les attentats, les militaires ont renforcé les dispositifs sécuritaires des forces de sécurité intérieures (FSI). Dans la nuit du 13 novembre, 1500 militaires ont ainsi été engagés - en appui des FSI, pour sécuriser les sites frappés par les terroristes.

 

A partir du samedi 14, un renfort de 1 000 hommes a été déployé dans Paris et son agglomération. Après l’arrivée de ce premier renfort, 2 000 soldats supplémentaires ont été mobilisés. 1 500 d’entre eux sont en cours de déploiement en IDF. Aujourd’hui, la force est constituée de 10 000 militaires - dont 6 500 en Ile-de-France. 50 unités de l’armée de terre ont été mises à contribution pour participer à cet effort.

Le Service de santé des armées (SSA) a également été sollicité pour faire face à l’afflux de blessés. Au total, 58 blessés ont été pris en charge par les hôpitaux militaires.

 

Retour sur le renforcement de Sentinelle en appui des FSI

 

Nuit du vendredi 13 novembre 2015

1 500 soldats dépêchés en renfort des FSI sur les sites frappés par les attentats terroristes.

un poste de commandement tactique, 5 unités et 3 groupes de réaction rapide sont déployés : Bastille, Bataclan, République, Nation, Voltaire, Bichat.

Sécurisation du Sénat, de l’Assemblée Nationale et de Matignon.

Samedi 14 novembre 2015

Arrivée à l’aéroport de Roissy de 300 parachutistes du 3e RPIMa.

Dimanche 15 novembre 2015

700 militaires supplémentaires rejoignent la capitale.

Lundi 16 novembre 2015

2 000 soldats sont mobilisés pour l’opération Sentinelle.

En 72 heures, la force Sentinelle passe de 7 000 à 10 000 militaires déployés en métropole.

Plus de 350 lieux sécurisés dans Paris.

Mardi 17 novembre 2015

Intensification et densification des patrouilles.

Présence accrue dans la capitale.

En province, la vigilance est maintenue avec 3 000 militaires.

Mercredi 18 novembre 2015

240 militaires sont déployés ou placés en réserve d’intervention pour sécuriser la zone d’opération du RAID dans la ville de Saint Denis.

Jeudi 19 novembre 2015

Poursuite de l’arrivée des renforts (1 500 soldats en cours de déploiement) en Île-de-France.

L’arrivée de ces renforts porte à près de 150 le nombre des unités élémentaires présentes en région parisienne (dans le cadre de l’opération Sentinelle, une UE est constituée de 60 militaires).

 

En savoir plus.

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 16:55
photo EMA

photo EMA

 

18/11/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 16 novembre 2015, le général d'armée Pierre de Villiers est allé au contact des militaires déployés en renfort sur Paris à la suite des attentats.

 

Moins de 48 heures après l’attaque terroriste, 1000 militaires ont renforcé le dispositif Sentinelle dans la capitale. Certains rentraient tout juste d’opérations extérieures, ce qui illustre bien le lien entre Défense de l’avant en OPEX et sécurité des Français sur le territoire national.

 

A Vincennes, il s’est rendu au PC du 54ème RA à partir duquel a été conduit dans l’urgence le déploiement de renforts militaires en appui des force de sécurité intérieure, dans la nuit du 13 novembre.

 

Saluant la réactivité de ses hommes, il leur a rappelé que les Français comptent sur eux pour leur sécurité et qu’il est « notre honneur de les protéger ».

photo Etat-major des armées / ECPAD

photo Etat-major des armées / ECPAD

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 18:55
SENTINELLE : entraînement intensif au service des Français

 

17/11/2015 armée de Terre

 

Avant leur déploiement sur l’opération SENTINELLE, les militaires suivent un entraînement spécifique. C’est le cas des légionnaires arrivés fin octobre à Paris pour accomplir leur mission. Compte tenu des événements survenus ces derniers jours, ils sont fortement mobilisés, mettant en pratique leur préparation opérationnelle.

 

Que ce soit en opérations extérieures ou sur le territoire national, le soldat de l’armée de Terre s’adapte, et c’est ce qui fait sa force. C’est le cas de la 5e compagnie du 2erégiment étranger d’infanterie (2e REI), actuellement déployée à Paris dans le cadre de l’opération SENTINELLE. Créée au printemps dernier, la 5ecompagnie du 2e REI s’est entraînée de manière intensive afin de pouvoir répondre efficacement aux menaces qui pèsent sur le territoire national. Pour preuve, découvrez dans cette vidéo l’entraînement des légionnaires aux techniques d’intervention opérationnelle rapprochée (TIOR).

 

Dans le cadre du modèle Au Contact, l’armée de Terre crée depuis quelques mois de nouvelles compagnies en vue de porter les effectifs de sa force opérationnelle à 77 000 hommes. Ces compagnies sont désormais une réalité opérationnelle destinée à faire face à l’accroissement de ses missions dans la durée.

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 12:55
Le général d'armée Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, au contact d’une patrouille de l’opération « Sentinelle » mobilisée au service de la sécurité des Français - photo EMA

Le général d'armée Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, au contact d’une patrouille de l’opération « Sentinelle » mobilisée au service de la sécurité des Français - photo EMA

 

17 Novembre 2015 Par Direct Matin

 

Au cœur des opérations militaires depuis les attentats, le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, a rendu visite lundi aux soldats déployés à Paris capitale. Un soutien sans faille à ses équipes, alors que le combat est mené à l’intérieur qu’à l’extérieur de nos frontières.

 

Les attentats ont eu lieu malgré le plan Vigipirate. A-t-on sous-estimé la menace ?

On ne peut pas mettre des militaires à chaque coin de rue, c’est un fait. Mais face à une violence aveugle, il y a des modes d’action à adapter. Il faut plus de mobilité, notamment. C’est ce que nous avons montré avec le déploiement de 10 000 hommes sur le territoire, ces quatre derniers jours. Nous ne baissons pas la garde : en plus de l’opération Sentinelle au sol, nous avons renforcé la sécurité aérienne, la défense du littoral et la cyberdéfense.

 

Comment les soldats vivent-ils le drame ?

Ce qui est arrivé les a profondément touchés. Ils comprennent les victimes et leurs proches, car ils sont confrontés à la mort dans le cadre de leurs missions au Mali, au Sahel ou en Irak. Et cette compassion se traduit en action. L’humanité est notre moteur. Je tiens d’ailleurs à souligner la qualité de cette armée, qui est le reflet de la nation et de sa jeunesse, dans ce qu’elle a de plus noble. Les jeunes ne deviennent pas militaires seulement pour l’aventure. Ils sont déterminés à défendre nos valeurs. C’est ce qui rend notre institution aussi solide.

 

Suite de l’article

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 08:55
photo Ministère de la Défense

photo Ministère de la Défense

 

14/11/2015 16:59 Sources : État-major des armées

 

Dans la soirée du vendredi 13 novembre 2015, une série d'attaques terroristes de très grande ampleur a frappé Paris et son agglomération. Toutes les forces de l’État ont été mobilisées pour neutraliser ces terroristes et mettre en sécurité les différents quartiers de la capitale. Dans ce contexte, le chef de l’État a ordonné que les militaires présents en Île-de-France (IDF) dans le cadre de l’opération Sentinelle contribuent à cet effort.

 

L’opération Sentinelle est constituée de 7 000 hommes - dont 4 000 déployés en IDF. Adaptable et dynamique, ce dispositif permet de répondre aux besoins des autorités civiles. Il évolue en fonction de la situation sécuritaire. Dans la nuit du 13 au 14 novembre, dès l’annonce des attentats, les soldats de l’opération Sentinelle ont immédiatement été redéployés pour renforcer les forces de sécurité intérieure (FSI), en se portant au plus près des points frappés par les terroristes.

Face à cette crise sans précédent, l’engagement de l’armée française vise à sécuriser les espaces aériens et maritimes et à appuyer l’action des forces de sécurité intérieure grâce au déploiement d’un dispositif terrestre.

Les hôpitaux des armées sont également mobilisés. Ils accueillent et prennent en charge des victimes des attentats.

Aux côtés des autres services de l’État, l’armée française est déterminée à lutter contre la menace terroriste.

A ce stade, près de 10 000 militaires sont engagés dans la protection des Français sur le territoire national : 7 000 dans le cadre de l’opération Sentinelle, près de 3 000 dans le cadre de la sauvegarde des approches maritimes et de la sûreté aérienne.

photo Ministère de la Défensephoto Ministère de la Défense

photo Ministère de la Défense

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 08:55
photo Ministère de la Défense (archives)

photo Ministère de la Défense (archives)

 

15/11/2015 19:56 Sources : Etat-major des armées

 

48 heures après les attentats du 13 novembre à Paris, l’opération Sentinelle a été renforcée de 1 000 hommes et femmes venus de toute la France. D’autres soldats arriveront d’ici mercredi. Retour sur les opérations de renfort.

 

Samedi 14 novembre en début de soirée, 300 parachutistes du 3e  RPIMa de Carcassonne sont arrivés à Paris par avions militaires ;

Dans la nuit du 14 au 15 novembre 2015, 400 militaires ont rejoint les troupes de Sentinelle ;

Dimanche 15 novembre en fin de journée, 300 soldats ont été acheminés vers la capitale

 

Au total, 5 000 soldats de Sentinelle sont mobilisés dans Paris et son agglomération. Près de 19 unités de l’armée de terre ont été mises à contribution :

 

    3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (3e RPIMa)

    12e régiment de cuirassiers (12e RC)

    2e régiment de dragons (2e RD)

    121e régiment du train (121e RT)

    Régiment de soutien du combattant (RSC)

    Régiment de marche du Tchad (RMT)

    92e régiment d’infanterie (92e RI)

    21e régiment d’infanterie de marine (21e RIMa)

    3e régiment d’infanterie de marine (3e RIMa)

    1er régiment d’infanterie (1er RI)

    1er régiment étranger de génie (1er REG)

    3e régiment du génie (3e RG)

    6e régiment du génie (6e RG)

    11e régiment d’artillerie de marine (11e RAMa)

    93e régiment d’artillerie de montagne (93e RAM)

    40e régiment d’artillerie (40e RA)

    1er régiment de hussards parachutistes (1er RHP)

    2e régiment de hussards (2e RH)

    48e régiment de transmissions (48e RT)

 

 

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 08:55
photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

 

15/11/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Suite aux attentats de Paris du 13 novembre 2015, le Président de la République, chef des armées, a déclaré que « c’est un acte de guerre qui a été commis par une armée terroriste, Daech, une armée djihadiste, contre la France. »

 

Sur le territoire national comme en opérations extérieures, l’armée française est engagée dans la lutte contre Daech. Toutes les mesures sont prises pour protéger nos concitoyens contre les groupes terroristes. L’opération Sentinelle est renforcée par des effectifs supplémentaires venus, depuis le 14 novembre, de toute la France.

 

Les renforts militaires se préparent à patrouiller dans Paris

Samedi 14 novembre en début de soirée, 300 parachutistes du 3e  RPIMa de Carcassonne sont arrivés par avions militaires. Actuellement, les soldats se préparent à patrouiller dans Paris et son agglomération. Leur mission consiste à surveiller des sites et protéger les Français.

 

Poursuite des opérations de renfort

Pour l’heure, près de 16 régiments de l’armée de terre ont participé à cet effort. Dans la nuit du 14 au 15 novembre 2015, 400 militaires ont rejoint les troupes de Sentinelle à Paris. A ce stade, près de 700 militaires ont renforcé l’opération Sentinelle. Au total, 4 700 soldats sont mobilisés dans Paris et son agglomération. D’autres renforts arriveront d’ici mercredi.

Repost 0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 13:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

05/11/2015 DICOD

 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, s’est rendu à Vincennes le mercredi 4 novembre 2015 pour la première remise des médailles de la protection militaire du territoire à des soldats de la force Sentinelle.

 

Créée par décret du président de la République le 13 juillet 2015, la médaille de la protection militaire du territoire peut être attribuée à tout militaire ayant participé à des opérations militaires de protection du territoire décidées par le gouvernement. L’arrêté du 13 juillet 2015 signé par le ministre de la Défense ouvre le droit à la première agrafe, celle de l’opération Sentinelle, à laquelle pourront prétendre les militaires engagés au minimum 60 jours dans cette opération.

 

Avec le général Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, et le général Bruno Le Ray, gouverneur militaire de Paris, Jean-Yves Le Drian a ainsi procédé à la remise des trente premières médailles, avec agrafe Sentinelle, au Fort de Vincennes. A cette occasion, il a salué les « qualités de courage, d’endurance, de sang-froid mais aussi de cœur et d’empathie » des militaires et annoncé qu’il poursuivrait ses efforts afin de garantir à ceux qui participent à cette opération un soutien adéquat, notamment à travers une politique d’hébergement volontariste dans l’agglomération parisienne, où près de 4 000 hommes sont déployés.

 

Cette opération mobilise, de manière durable, 7 000 soldats – et exceptionnellement jusqu’à 10 000 dans le cadre du contrat fixé par le chef de l’État aux armées – pour protéger et sécuriser, en permanence, les lieux publics identifiés comme sensibles. Décidée par le président de la République, François Hollande, au lendemain des événements de janvier 2015, elle vient renforcer le dispositif de prévention Vigipirate afin de lutter, conjointement avec les forces de police et de gendarmerie, contre la menace terroriste sur le territoire national.

Repost 0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 11:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre


4 nov. 2015 par Armée de Terre

 

L'armée de Terre crée depuis quelques mois de nouvelles compagnies en vue de porter les effectifs de sa force opérationnelle à 77 000 hommes. Elles sont désormais une réalité opérationnelle permettant de faire face à l'accroissement de ses missions dans la durée.

Pour exemple, le 2e régiment étranger d'infanterie (2e REI) a accueilli avant l'été une 5e compagnie de combat. Quelques mois après sa mise en place, elle était déjà engagée à Paris dans le cadre de l'opération SENTINELLE. Une mission assurée par des légionnaires entraînés et motivés, fiers "d'être au contact de la population et de servir la France" .

Forte de ces nouveaux effectifs, l'armée de Terre réalise ainsi parfaitement sa mission opérationnelle, en opération extérieure comme sur le territoire national.

Repost 0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 11:55
photo EMA

photo EMA

 

02/11/2015 Ministère de la Défense

 

A situation exceptionnelle, dispositif exceptionnel. En janvier 2015, le lancement de l’opération Sentinelle, s’est traduit par le déploiement d’un volume sans précédent de forces sur le territoire national. Il s’agissait alors de réagir au plus vite face à la menace. Ce dispositif de protection étant appelé à durer, l’état-major des armées a décidé de prendre les dispositions matérielles visant à renforcer la qualité du soutien. Comme dans toutes les opérations, l’idée est de s’inscrire dans la durée, une fois passée la phase d’urgence. En avril 2015, le CEMA a décidé de mettre en œuvre un plan d’actions destiné à améliorer rapidement les conditions de vie des militaires.

 

Lire l’article

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 14:55
photo ECPAD

photo ECPAD

En janvier, trois jours après les attentats de janvier, l'armée à la demande du gouvernement avait déployé dans l'urgence 10.000 hommes de troupes -

 

08/10/2015 Par Michel Cabirol – laTribune.fr

 

Qui va payer les surcoûts de l'opération Sentinelle? Ils pourraient peser sur le budget de la défense.

 

Selon nos informations, les surcoûts de l'opération Sentinelle vont s'élever à 180 millions d'euros en 2015 pour le ministère de la Défense. Qui va les payer ces surcoûts liés aux opérations intérieures (OPINT) ? Vont-ils relever de la solidarité interministérielle ? Depuis la rentrée, les militaires sont inquiets sur cette incertitude qui plane sur leur budget. "C'est à la fois peu et à la fois beaucoup, cela peut par exemple neutraliser la montée en puissance des crédits pour le Maintien en condition opérationnelle", explique-t-on à La Tribune. En 2016, le ministère de la Défense avait prévu de doubler le budget du MCO, en souffrance avec la répétition des opérations extérieures (OPEX), de 250 à 500 millions d'euros (autorisation d'engagement).

Aujourd'hui encore 7.000 militaires (contre 3.000 militaires déployés au Sahel) sont mobilisés pour assurer la sécurité de 5.000 sites identifiés comme sensibles en France, selon le Premier ministre, manuel Valls, - des lieux touristiques, des gares et des aéroports, des bâtiments publics et bien sûr les sites religieux, notamment - en complément de l'opération Vigipirate conduite par les forces de sécurité du ministère de l'Intérieur. En janvier, trois jours après les attentats de janvier, l'armée à la demande du gouvernement avait déployé dans l'urgence 10.000 hommes de troupes. Soit un coût de 1 million d'euros.

"C'est un effort nouveau et considérable, à la hauteur, bien sûr, de la menace terroriste. (...) Nous assumons financièrement cet effort dans le cadre du budget pour 2016, comme dans ceux qui vont suivre parce que nous savons que c'est une priorité", avait expliqué le 1er juillet à l'Assemblée nationale le Premier ministre, Manuel Valls, sans pour autant préciser quels crédits seraient affectés à ces nouvelles dépenses.

 

Un job en deçà des capacités des militaires

Ce nouveau contrat opérationnel de protection fait de plus en plus grogner au sein des états-majors, qui restent prêts à remplir leur mission. "C'est un simple travail de vigile, regrette-t-on. C'est cher payé par rapport à la formation que nous avons donnée pendant six mois aux soldats". D'autant que certains soldats pourraient être mobilisés entre 24 et 30 semaines par l'opération Sentinelle en 2016, selon un chef de corps. Et la crainte est d'aller vers une armée à deux vitesses.

C'est d'ailleurs ce qu'expliquait déjà en juillet à l'Assemblée nationale le député UDI Philippe Folliot. "Nous pouvons nous interroger, sur le moyen terme, sur ce déploiement dans la durée des forces de l'armée de terre pour des missions qui sont peut-être plus du ressort de la police et de la gendarmerie, voire de sociétés privées", avait-il souligné.

Repost 0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 07:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

17/09/2015 armée de Terre

 

Mise en place en janvier 2015, l’opération SENTINELLE se réorganise. Un nouveau dispositif a été présenté le jeudi 10 septembre au général Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT) venu rendre visite à ses soldats sur le terrain.

 

Une nouvelle organisation qui s’articule désormais autour de 3 états-majors tactiques mais dont les objectifs restent inchangés. Les patrouilles continuent donc, tout comme les points de zone fixes afin d’assurer la protection du territoire national.

Le général Bosser a profité de l’occasion pour rencontrer et rendre hommage à ses soldats qui composent le cœur de l’opération SENTINELLE : « Voilà des garçons qui ont largement donné ces huit derniers mois et je voulais leur rappeler que nous sommes conscients de leur réactivité et de leur capacité à effectuer cette mission ».

Repost 0
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 10:55
Mesure concrète pour les cartes familles SNCF

 

10/07/2015 Armée de Terre

 

Le 2 juillet 2015, le ministre de la Défense, monsieur Jean-Yves Le Drian, et le président du directoire de la SNCF, Guillaume Pepy, ont signé une convention dans le but de renforcer le partenariat entre les deux institutions, au profit des militaires engagés dans les opérations extérieures et intérieures.

 

Cette décision fait suite à un commentaire laissé en avril 2015 sur l'article "Sur tous les fronts" du blog  interne du chef d'état-major de l'armée de Terre, (CEMAT), le général d'armée Jean-Pierre Bosser, demandant qu'un effort soit réalisé pour les familles des militaires engagés en opérations intérieures comme Sentinelle.

 

Une demande rapidement prise en compte, puisque c'est dans une des grandes salles du prestigieux Hôtel de Brienne qu'une assemblée de militaires et de journalistes a assisté à la signature du partenariat. Ce dernier vient donc s’ajouter au « quart de place », dont bénéficiait l’ensemble des militaires. Désormais, les familles des soldats engagés dans les missions de protection et de sécurité intérieure sur notre sol pourront, à leur tour, bénéficier de tarifs préférentiels sur l’ensemble des lignes de la SNCF.

 

Présents aux côtés de Guillaume Pepy et Jean-Yves Le Drian, le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, le général Hervé Charpentier, gouverneur militaire de Paris, ainsi que le ministre des Transports, Alain Vidalis, ont également rendu hommage à neuf soldats qui se sont distingués par des « actes de bravoure et de sang-froid » dans des gares.

 

Les militaires sont issus de différents régiments : 27e BCA d’Annecy, 2e REP de Calvi et 1er RS de Valence. Ces hommes ont reçu la Médaille d’honneur des Chemins de fer.

 

Découvrez la cérémonie en vidéo :

Repost 0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 12:55
photo ECPAD

photo ECPAD

 

04.07.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Selon le compte rendu d’exécution des crédits de la mission Défense (article 8 de la LPM 2014-2019) et le bilan semestriel détaillé de juin 2015, l'opération Sentinelle coûte 94 millions d'euros:

sentinelle.jpg

Il ne s'agit pas de s'offusquer des coûts/surcoûts de cette opération de sécurité intérieure. Mais plutôt de voir comment elle impacte le budget de la défense. Le même document précise d'ailleurs que:

louvois.jpg

 et on lit un peu plus loin que:

sentinelle2.jpg

Discussion, arbitrage: le match Bercy-Brienne n'est pas fini.

Repost 0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 18:55
Sentinelle : Patrouilles motorisées à Paris

 

03/07/2015 LTN Fuet - armée de Terre

 

Militaires et forces de l’ordre assurent la sécurité de sites sensibles dans la capitale au sein de l’unité mobile d’intervention de la police.

 

En complément du dispositif pédestre traditionnel, les militaires de l’armée de Terre et les forces de sécurité effectuent des patrouilles motorisées conjointes dans les rues de Paris. Déployée 24h/24, cette unité particulièrement mobile est capable de reconnaître un grand nombre de sites sensibles en un minimum de temps.

Repost 0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 16:55
photo MinDefFr

photo MinDefFr

 

30/06/2015 Ministère de la Défense

 

Partenariat entre le ministère de la Défense et le groupe SNCF et remise de la Médaille d’honneur des Chemins de fer à 9 militaires engagés dans le cadre de l’opération Sentinelle

 

Jeudi 2 juillet 2015, à 19h00, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, accueillera Guillaume Pepy, président du directoire de SNCF, à l’Hôtel de Brienne pour saluer et renforcer le partenariat du ministère avec la SNCF, au profit des militaires engagés dans l’opération Sentinelle.

 

À cette occasion, le ministre de la Défense et le président du directoire de SNCF signeront une convention de partenariat spécifique au bénéfice des familles de militaires engagés dans les missions de protection et de sécurité intérieure sur notre sol. 7 000 militaires sont en effet mobilisés sur le territoire national dans le cadre de l’opération Sentinelle.

 

Ils remettront également la Médaille d’honneur des Chemins de fer à neuf soldats, d’active et de réserve, issus de trois régiments différents, en récompense de trois actions d’éclat réalisées dans le cadre du plan Vigipirate et de l’opération Sentinelle

Repost 0
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 16:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

25/06/2015 armée de Terre

 

En mission de surveillance sur un site sensible de Marseille, une patrouille du 54e régiment de transmissions (54e RT) a porté secours à une personne blessée à l’arme blanche le 5 juin 2015.

 

Le sergent Pierre, chef de groupe, remarque la victime en détresse. Accompagné du caporal Valentin, il se rend alors sur place et constate que l’individu a été victime d’une agression au couteau. Dans l’urgence de la situation, il fait allonger la victime, lui prodigue les premiers soins et préviens les secours. Arrivés sur place, les pompiers évacuent la victime dans de bonnes conditions.

Repost 0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 09:55
Au cœur de l’opération SENTINELLE

 

21/06/2015 Armée de Terre

 

Pérennisée fin avril 2015 par le président de la République, l’opération SENTINELLE mobilise chaque jour près de 4 000 soldats en Île-de-France. Majoritairement issus de l’armée de Terre, ils contribuent à la sécurité de la population et protègent plus de 300 sites franciliens.

 

Des lieux de cultes, aux écoles en passant par des lieux touristiques, gares ou aéroports, les militaires de l’armée de Terre sont présents sur tous les sites jugés sensibles par les autorités préfectorales. Quelque soit leur arme, leur spécialité ou leur unité, ils sont mobilisés pour assurer la protection du pays en appui des forces de sécurité conventionnelles. À l’échelle nationale, 7 000 hommes assurent quotidiennement cette mission. Ils peuvent être renforcés sous très court préavis par 3 000 soldats supplémentaires.

Repost 0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 16:55
photo EMA

photo EMA

 

20/04/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 17 avril 2015, le général d’armée Pierre de Villiers est retourné à la rencontre des soldats de l’opération « Sentinelle » déployés à Paris.

 

Dans l’après-midi, il s’est rendu au cœur de la capitale, place Denfert-Rochereau, pour participer à la mission d’une des unités de l’armée de terre engagée à Paris : le 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMa) du Mans. Il a ainsi patrouillé avec des « Marsouins », dont certains rentraient tout juste d’opération extérieure en République de Centrafrique, alors que d’autres effectuaient déjà leur 2e mandat au titre de l’opération « Sentinelle ».

 

Cette rencontre a donc parfaitement illustré les propos tenus par le CEMA lors d’une de ses auditions à l’Assemblée nationale : « La mission est exigeante […] (elle est rendu possible) grâce aux forces morales des militaires […] qui nous permettent de faire face aux exigences des opérations et aux difficultés quotidiennes ».

 

Auparavant, au Kremlin Bicêtre, il avait bénéficié d’un point de situation sur l’opération, avant de consacrer du temps aux soldats hébergés dans ce fort du sud de Paris, afin qu’ils lui parlent de leur quotidien. A cette occasion, il a en particulier rencontré des militaires de deux régiments de l’armée de terre : le 6e régiment du génie (6e RG) d’Angers et le 35e régiment d’infanterie (35e RI) de Belfort.

 

REPÈRES

Depuis le 7 janvier, pour répondre à une situation d’urgence, les armées françaises ont renforcé leurs effectifs directement engagés dans la protection du territoire nationale et des Français. Cet engagement s’inscrit dans l’Opération SENTINELLE déclenchée dans le cadre de l’alerte VIGIPIRATE. 10 000 hommes sont engagés dans cette mission, dont 7 000 sont déployés en permanence sur le territoire national.

Au quotidien, la protection des Français revêt trois dimensions : une mission de protection à terre, l’opération SENTINELLE, la surveillance de l’espace aérien (posture permanente de sûreté aérienne) et la surveillance des approches maritimes (posture permanente de sûreté maritime). Par ailleurs, ces missions sont complétées par les missions permanentes de lutte contre les trafics illégaux, de protection des sites sensibles, etc.

photo EMAphoto EMA

photo EMA

Repost 0
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 11:55
Des sapeurs parachutistes exemplaires

 

04/04/2015 Camille Pégol - armée de Terre

 

Deux soldats du 17e régiment du génie parachutiste (17e RGP) sont intervenus sur un accident après avoir quitté leur service, le vendredi 13 mars.

 

Le caporal Bastien et le sapeur parachutiste Morgan sont intervenus sur la voie rapide, alors qu’ils venaient de terminer leur mission dans le cadre de l’opération Sentinelle. Arrivés sur le lieu de l’accident, les militaires ont garé leurs véhicules en amont pour éviter le sur-accident. Ils sont ensuite allés constater l’état des victimes, dont l’une d’entre elles se plaignait de douleurs au genou. Après les avoir rassurées et faites asseoir dans le véhicule d’un témoin, afin qu’elles se reposent et se réchauffent, les soldats ont appelé les secours. Les sapeurs parachutistes ont alors régulé la circulation, jusqu’à ce que les pompiers et les gendarmes arrivent.

 

Depuis le début de l'opération Sentinelle, les militaires déployés en patrouilles sur le territoire national ont réalisé de nombreuses actions de secours et d’assistance auprès de la population, démontrant leurs qualités militaires et professionnelles.

Repost 0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 17:55
Retour sur l’ancrage du 3e RIMa à Lyon

 

27/03/2015  Gabriel Boyer - armée de Terre

 

Projeté à Lyon du 25 février au 24 mars 2015 dans le cadre de l’opération SENTINELLE, la 2e section de la 1ère compagnie du 3e Régiment d’Infanterie de Marine (3e RIMa) de Vannes aura au total effectué 22 interventions.

 

Des actions de sécurisation de périmètre à des actions d’assistance à personne en danger et de renfort des forces de sécurité, les marsouins ont eu l’occasion d’utiliser tout leur sang-froid et leur détermination,  à l’image des savoir-faire appris en régiment.

 

Après 406 patrouilles et 616 heures de présence sur le terrain lors de ce mois d’engagement, la section est rentrée sur Vannes très fière de son action. « Un peu de repos puis ils passeront déjà à la phase de préparation en vue de leur prochaine projection. Ce sera l’occasion de continuer à capitaliser les savoir-faire qui nous ont été si utiles pendant SENTINELLE », témoigne le lieutenant Laurent, le chef du détachement.

 

Héritier des traditions de l'infanterie de marine, elle-même issue des compagnies de la mer créées par Richelieu en 1622, le 3e RIMa est entièrement professionnalisé depuis 1970. Il fut engagé sur tous les théâtres d'opérations de ces trente dernières années (Tchad, Liban, Koweït, Balkans, Afghanistan, RCA...).

Repost 0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 17:55
photo 1e REC

photo 1e REC

 

27-03-2015 par 1e REC Réf : 204 | 874

 

Déployé en urgence sur l’ensemble de la ville de Marseille et appuyé par plusieurs régiments de la zone Sud-Est, le 1er Régiment étranger de cavalerie a reçu, le 11 janvier dernier, la mission de protéger plusieurs dizaines de sites sensibles dispersés dans tous les arrondissements de la cité phocéenne tout en conservant une capacité d’alerte dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate.

 

Opération Perceval : le Royal Etranger au cœur de Marseille

 

A partir de son CO de crise (construit en priorité à Carpiagne à l’arrivée du régiment en 2014), l’état-major du Royal étranger (qui a pris le nom de GT Perceval) coordonne l’action de huit unités élémentaires, dont trois du 1er Régiment étranger de cavalerie et trois du 2e Régiment étranger de génie, qui participent de jour comme de nuit à la protection de nos compatriotes.

 

Montée en puissance

 

Suite aux attentats du 7 au 9 janvier à Paris, le 1er Régiment étranger de cavalerie est passé en alerte Vigipirate : si le régiment est engagé, la proximité entre le camp de Carpiagne et la ville de Marseille lui permet d’intervenir sans préavis. L’alerte est déclenchée le 10 janvier et, après un déploiement d’urgence sur certains sites jusqu’au 11 janvier, l’affaire prend de l’ampleur le 12 janvier au soir. Durant la nuit, le CO monte en puissance à Carpiagne. Les premières unités prennent position en ville. Les éléments permanents du plan Vigipirate (93e Régiment d’artillerie de montagne), sont intégrés au GT Perceval. Le lendemain, une compagnie du 2e Régiment étranger de génie et un escadron du 4e Régiment de Chasseurs viennent renforcer le dispositif. Jusqu’au 15 janvier, de nouvelles unités du 1er REC et du 2e REG complètent le GT, portant alors son effectif à 500 hommes, dont plus de 400 légionnaires. Une grande réactivité et une montée en puissance échelonnée sur trois jours ont permis au GT Perceval de sécuriser l’ensemble des sites qui lui étaient confiés quelques heures après en avoir reçu l’ordre.

 

Un défi logistique et humain

 

Alors que l’effectif opérationnel atteint un palier, le dispositif est réarticulé afin d’optimiser la protection des sites et de tenir dans la durée, en coordination avec un 2ème GT (Camargue, armé par le 503ème RT de Nîmes). De nombreuses unités se remettent en condition à Carpiagne, qui héberge alors 1200 hommes et leur fournit tout le soutien logistique nécessaire, tout en leur permettant de parfaire encore leur entraînement (tir, aguerrisement, sport). La proximité immédiate de la zone de déploiement, l’espace qu’offre le camp de Carpiagne et sa revalorisation par les légionnaires du 1er REC en ont fait une véritable base opérationnelle avancée, permettant d’offrir un soutien tant humain que logistique aux unités engagées.

 

Au service de nos concitoyens

 

L’intérêt médiatique porté à cet engagement traduit la bonne compréhension par les Français du caractère exceptionnel de ce déploiement dans l’urgence de l’armée de Terre sur le territoire métropolitain. Le sens du devoir et la rusticité de la troupe ont impressionné. Les légionnaires y mettent d’autant plus s’ardeur qu’ils servent leurs concitoyens dans leur propre garnison. Ces derniers le leur rendent bien : remerciements, félicitations, aide matérielle… Un accueil chaleureux qui conforte encore les hommes et les officiers dans le respect du code d’honneur : « La mission est sacrée, tu l’exécutes jusqu’au bout et si besoin, en opérations, au péril de ta vie ».

photo 1e RECphoto 1e RECphoto 1e REC
photo 1e REC

photo 1e REC

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories