Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 13:55
Baptême arrosé pour l'A400M Ville de Toulouse

photo Pierre Bayle

Repost 0
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 17:50
A400M : L’Allemagne compte toujours sur une livraison fin 2014

 

17.12.2013 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

La Luftwaffe a annoncé qu’elle espérait toujours la livraison de son premier A400M pour la fin de l’année 2014, même si l’avion ne possédait pas encore toutes ses capacités.

 

Le CEMAA allemand, le Generalleutnant Karl Müllner « part du principe que le délai n’a pas besoin d’être repoussé, étant donné que les capacités minimales ne concernent qu’un nombre réduit d’avions sur un délai restreint » et qu’il n’y a donc pas d’obstacles à la mise en service du premier A400M allemand à la fin de l’année 2014 dès sa réception.

 

Le communiqué a été publié en réponse au quotidien économique allemand Handelsblatt, qui avait affirmé le 12 décembre dernier que la livraison du premier A400M pourrait être reportée à mi-2015.

 

Par ailleurs, l’armée de l’air allemande en a profité pour rappeler que les premiers équipages étaient actuellement en cours de formation sur le site d’Airbus Military à Séville et que les travaux du futur centre de formation franco-allemand de Wunstorf avançaient selon le planning établi.

Repost 0
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 08:50
De nombreux emplois d’ingénieur aéronautique menacés dans les prochaines années

 

16.12.2013 Mariama Diallo - journal-aviation.com

 

Alors que l’industrie aéronautique prévoit de recruter 15 000 personnes en 2013 du fait de l’augmentation des cadences de production, les sociétés d’ingénierie et bureaux d’études aéronautiques sont confrontés à une baisse d’activité significative.

 

En cause, la fin des phases de conception des grands programmes d’Airbus : Airbus A380, A350, A320neo et l’A400M, l’avion de transport militaire d’Airbus Military. Tous ces programmes, développés au cours des dix dernières années, ont nécessité des investissements colossaux en recherche et développement (R&D). Les nouveaux programmes, A350-900, A320neo et A350-1000, doivent respectivement entrer en service au second semestre 2014, fin 2015 et fin 2017.

 

Mis à part des travaux d’amélioration et d'optimisation récurrents, ces programmes ne nécessitent plus le même niveau d'investissement en recherche et développement. Airbus et ses sous-traitants, qui cherchent à améliorer les process d’industrialisation, se tournent plutôt vers des profils d’ingénieur production.

 

La région Midi-Pyrénées, fief du groupe EADS et d’Airbus, est la plus concernée. Actuellement les entreprises du secteur de l’ingénierie et des bureaux d’études aéronautiques de la région comptent 20 000 emplois selon les chiffres du comité stratégique de filière régionale. Des milliers d’emplois d’ingénieurs bureaux d’études sont menacés.

 

Face à cette situation alarmante, Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, a annoncé mercredi 11 décembre qu'il demandera dans les prochains jours au préfet de Région d’organiser dans les meilleurs délais une table ronde réunissant tous les acteurs concernés du secteur, à laquelle la Région s’associera.

 

« L’absence de nouveaux programmes d’avion avant l’horizon 2020 constitue une nouvelle donne. J’ai déjà eu l’occasion de l’exprimer lors de la dernière assemblée générale du pôle Aerospace Valley. Cette situation peut aussi poser à terme la question du maintien de compétences clés dont nous aurons besoin pour concevoir demain les systèmes et les programmes innovants de nos futurs avions. C’est donc un enjeu important qu’il faut aborder sans tarder avec tous les acteurs concernés », a déclaré M. Malvy dans un communiqué.

 

Des sociétés sous-traitantes d’Airbus à l’image d’Altran sud-ouest auraient déjà commencé à prendre des mesures, rapporte Les Echos. Cette entreprise d’ingénierie aurait prévu de se séparer de 500 de ses 2 000 consultants dans les deux ans et pousse fortement à la mobilité géographique, révèle le journal économique.

Repost 0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 12:50
Douloureuse gestation pour Airbus Group

 

 

15 décembre 2013 par Pierre Sparaco – Aerobuzz.fr

 

Le couperet est tombé, EADS se prépare à supprimer 5.800 emplois à travers « ses » quatre pays, Allemagne, France, Royaume-Uni et Espagne. Le prix à payer, non pas pour éliminer des branches mortes – il n’y en a pas - mais pour mettre les capacités industrielles en adéquation avec la demande. Laquelle est plus vigoureuse que jamais en matière d’avions civils mais sérieusement fragilisée côté militaire, et un peu moins dans le spatial. Cassidian, Airbus Military et Astrium sont directement impactés.

 

Depuis que Thomas Enders, PDG du groupe, a confirmé ces mesures, chacun est tout simplement dans son rôle. Les dirigeants de l’entreprise montrent à quel point ils se veulent performants et proches des réalités, les syndicats expriment leur profond mécontentement face à un comportement « économiquement aberrant (…) et socialement inacceptable ». En revanche, de part et d’autre, on dit trop peu qu’il convient de relativiser l’impact de cet élagage, compte tenu de l’effectif total actuel d’EADS, 144.156 personnes. Dès lors, il est probable que les licenciements secs puissent être évités et les dégâts sociaux minimes.

 

En pratique, c’est le futur Airbus Group qui se façonne sous nos yeux, déséquilibré dans la mesure où il ne trouve pas les moyens de construire un bon équilibre entre activités civiles et militaires. Les avions commerciaux se portent bien, avec plus de 1.200 commandes enregistrées depuis janvier et 620 livraisons prévues pour l’ensemble de l’année 2013. Dans le même temps, les budgets militaires sont à la peine, les perspectives ne sont pas bonnes et la construction de l’Europe de la Défense demeure une illusion d’optique. En témoigne, notamment, le fiasco en matière de drones : la technologie est disponible mais les différents acteurs sont incapables de s’entendre, exception faite du démonstrateur Neuron.

 

Le cours de l’histoire serait-il différent, aujourd’hui, si EADS avait pu mettre la main sur BAE Systems ? On peut l’estimer et on imagine que Thomas Enders y pense chaque fois qu’il croise Angela Merkel. La chancelière, obsédée par le risque supposé de perte d’influence de l’Allemagne au sein de l’entreprise quadrinationale, et sans doute mal conseillée, a commis une erreur grave en opposant un « nein » retentissant au projet de fusion EADS/BAE. Lequel veto, ce jour-là, nous a rappelé que les ingérences politiques dans la gouvernance d’EADS sont toujours bien réelles. En ont témoigné, cette semaine, des déclarations de plusieurs ministres français, pourtant peu réputés pour leurs compétences aéronautiques et spatiales, notamment Michel Sapin et Arnaud Montebourg. Ils auraient mieux fait de se taire mais, de toute manière, personne ne les a écoutés.

 

Dans le même temps, les esprits critiques dénoncent, comme il se doit, une politique de rentabilité à outrance, ce qui ne correspond pourtant pas à la réalité. Certes, en prenant pour référence les trois premiers trimestres de l’année, le résultat net d’EADS a fait un bond en avant de 36 % mais il atteint ainsi un niveau à peine convenable. Un bénéfice sur 9 mois de 1,19 milliards d’euros n’est impressionnant que dans l’absolu et l’est beaucoup moins quand on le rapporte à un chiffre d’affaires, toujours pour trois trimestres, de 40 milliards. D’autant que d’autres sujets d’inquiétude apparaissent, par exemple les ventes d’Eurocopter moins brillantes que précédemment.

 

Cette préparation de l’Airbus Group conduit à tourner la page, à aborder une époque nouvelle, comme en témoigne symboliquement la construction du nouveau siège de Blagnac et la fermeture annoncée de l’immeuble du 37 boulevard de Montmorency, dans le seizième arrondissement parisien, murs chargés d’histoire depuis l’époque des premières sociétés nationales françaises, SNCASE, Sud-Aviation, Aerospatiale puis les regroupements contemporains, à commencer par la mise en place d’Aerospatiale Matra Hautes Technologies. Tout cela est maintenant terminé.

Repost 0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 12:50
photo Airbus Military

photo Airbus Military

 

Le 12/12/2013 BFM (Dow Jones)

 

NEW YORK -Le groupe européen d'aéronautique et de défense EADS (EAD.FR) va reporter la livraison de son avion de transport militaire A400M à l'armée allemande, indique jeudi le quotidien allemand Handelsblatt.

 

La livraison est maintenant prévue pour la mi-2015, au lieu de novembre 2014, précise le journal, citant la réponse du ministère allemand de la Défense à la question du député écologiste Tobias Lindner.

Repost 0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 19:55
EADS 2e restructuration dec 2013 source LesEchos

EADS 2e restructuration dec 2013 source LesEchos

 

10 décembre 2013 Par Astrid Gouzik - Usinenouvelle.com

 

Suite aux annonces concernant la restructuration d’EADS, les ministres du Travail et du Redressement productif ont demandé au groupe d’aéronautique et de défense de ne pas procéder à des départs contraints.

 

"Le ministre a demandé de façon solennelle à EADS d'organiser exclusivement cette restructuration dans ses activités spatiales et de défense par les reclassements internes à l'entreprise et des mesures de départ fondées exclusivement sur le seul volontariat des salariés, ou par des départs à la retraite", indique Arnaud Montebourg dans un communiqué diffusé le mardi 10 décembre.

 

Selon lui, "l'adaptation d'une entreprise aux évolutions de marché et la défense de sa compétitivité sont légitimes et nécessaires" mais il ajoute que "la situation globale de l'entreprise, qui bénéficie du soutien régulier et actif des pouvoirs publics, et dont les autres activités sont en croissance (....) exige de celle-ci de ne pas procéder à des licenciements".

 

Il conclut que "dans la situation profitable de l'entreprise, nul ne devra être contraint à perdre son travail".

 

"Scandaleux"

 

Plus tôt dans la journée, le ministre du Travail Michel Sapin a déclaré qu’EADS avait "le devoir" d’éviter tout licenciement. "Vous avez EADS qui annonce des suppressions de postes dans un contexte où par ailleurs le groupe EADS crée des postes" dans l'aéronautique civile, a-t-il souligné lors d'une table ronde organisée par la revue Projet.

 

Il a ainsi jugé "scandaleux" que le groupe communique sur des suppressions de postes : "je pense qu'ils le font sciemment car, paraît-il, ça fait monter les cours de Bourse".

 

"Son devoir est de mettre en place les dispositifs qui évitent tout licenciement et en France il ne sera pas accepté, car il ne sera pas acceptable, qu'une entreprise comme EADS supprime globalement des emplois", avait déclaré quelques minutes plus tôt le ministre du Travail sur Europe 1, en rappelant que "cette entreprise gagne de l'argent".

 

Limiter les licenciements secs

 

Lundi 9 décembre, EADS a annoncé qu'il allait procéder à la suppression de 5 800 postes sur trois ans, qui affecteront pratiquement à égalité l'espace et les activités de défense afin de garantir la pérennité de ces activités. Ce mardi, il a assuré qu'il s'efforcerait de limiter les licenciements secs.

 

Après les mesures de reclassement au sein du groupe, les retraites anticipées et les départs volontaires, la direction s'attend à un solde de 1 000 à 1 450 licenciements secs.

Repost 0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 12:50
EADS supprimera 5 800 postes en Europe, dont près d'un millier en France

 

09.12.2013 Par Guy Dutheil LE MONDE

 

Après l’échec du rachat de BAE, le groupe revoit sa stratégie. Le coup de serpe fauchera 5 800 postes en Europe, selon les syndicats, dont un millier en France.

 

Tom Enders, le président d'EADS, avait promis des restructurations « draconiennes » ; il a tenu parole. Comme un symbole, c'est en Allemagne, à proximité de l'aéroport de Munich, que le patron de la maison mère d'Airbus a souhaité dévoiler lors d'un comité d'entreprise européen, lundi 9 décembre, la réorganisation du futur pôle Défense et Espace du groupe.

 

Elle passe par la réunion des divisions défense (Cassidian), espace (Astrium), et d'Airbus Military, l'actuelle filiale d'Airbus qui produit l'avion de transport militaire A400M. Des activités qui emploient environ 45 000 salariés et dégagent 14 milliards d'euros de chiffre d'affaires. A cette occasion, EADS sera rebaptisé Groupe Airbus au 1er janvier 2014.

 

C'est en Allemagne, où sont situées la plupart des activités de défense, qu'EADS devrait d'abord tailler dans ses effectifs. Au total, le coup de serpe de M. Enders fauchera 5 800 postes en Europe. EADS va proposer des mesures de reclassement dans ses filiales Airbus et Eurocopter à hauteur de 1 500 postes, 1 300 contrats d'intérimaires ne seront pas renouvelés et des mesures supplémentaires de départs volontaires seront mises en place. Le syndicat FO parle d'un millier de suppressions de postes en France.

 

Un moindre mal par rapport à la rumeur colportant jusqu'à 8 000 suppressions de postes soit 20 % des effectifs de la branche défense et espace, dont la presse allemande s'était fait l'écho fin novembre. Ces chiffres ont provoqué l'indignation du syndicat IG Metall qui a organisé une journée d'actions, assez suivie.

 

« IL Y A UNE CERTAINE INCOHÉRENCE »

 

Fin novembre, dans un courrier adressé au premier ministre Jean-Marc Ayrault, plusieurs syndicats français ont estimé « qu'un groupe dont le carnet de commandes est d'environ 650 milliards d'euros (…) doit maintenir l'activité de ses sites ». Ils demandaient à l'Etat, qui détient 12 % d'EADS, d'intervenir. « Il y a une certaine incohérence à faire de telles restructurations, déplorent-ils, mais peut être que les difficultés sont à venir ».

 

Depuis l'adoption, au printemps, de la nouvelle gouvernance d'EADS, à l'occasion de laquelle les Etats ont abandonné leur droit de veto, M. Enders a les mains libres pour agir. A la suite de l'échec, à l'automne 2012, de la tentative de fusion avec le groupe britannique BAE Systems, bloquée par Berlin, EADS a redéfini sa stratégie. Plus questions d'équilibrer les activités civiles et militaires. Mais plutôt de dégager une rentabilité de 10 % pour le groupe d'ici à 2015.

 

Afin de mesurer l'ampleur de l'effort à fournir, il faut rappeler qu'Airbus, qui représente 80 % du chiffre d'affaires du groupe, dégage une marge de moins de 4 % malgré ses carnets de commandes pleins à craquer. Selon la presse allemande, pour y parvenir, EADS devra économiser 690 millions d'euros sur deux ans.

 

PAS DE LICENCIEMENTS SECS

 

Tom Enders, directeur exécutif du groupe EADS, a dévoilé lors d’un comité d’entreprise européen, lundi 9 décembre, la réorganisation du futur pôle Défense et Espace du groupe.

 

Côté défense, pour compenser la baisse des budgets militaires, « Major Tom » va tailler dans le vif. Mais, il ne devrait pas y avoir de licenciements secs, seulement des plans de départs volontaires. Les départs en retraite ne seront pas remplacés et les contrats à durée déterminée ne seront pas renouvelés. Pour recaser certains salariés, le groupe européen d'aéronautique et de défense prévoit aussi de recourir à « la mobilité interne ».

 

Airbus qui recrute 1 500 salariés nets par an laisse déjà entendre qu'il ne serait plus autorisé à embaucher à l'extérieur dès 2014.

 

Le plan de restructurations du futur pôle défense et espace passe par le regroupement des sites de production. Principalement en Allemagne après que Berlin a revu à la baisse sa participation dans nombre de programmes militaires – plusieurs milliards d'euros de commandes en moins pour l'avion militaire A400M ou les hélicoptères Tigre et le NH90.

 

VENTE DU SIÈGE PARISIEN

 

Selon l'hebdomadaire Challenges, le carnet de commandes de Cassidian va sérieusement dégonfler, passant de 48 à 31 milliards d'euros d'ici à 2018. Le siège de la société, à Unterschleissheim, qui emploie plus de 1 000 salariés dans la banlieue de Munich va être fermé. Le nouveau siège de la branche défense et espace sera transféré à Ottobrunn, en Bavière, dans d'anciens locaux d'EADS.

 

EADS va aussi « regrouper ses activités » dans les autres pays où sont disséminées ses implantations militaires et spatiales. En Espagne, elles seront réunies à Getafe et à Séville où est assemblé l'avion militaire gros-porteur A400 M. Au Royaume-Uni, « les activités seront réunies sur quatre sites », fait-on savoir chez EADS.

 

La France n'est pas non plus épargnée. Astrium qui doit faire face à « une réduction des commandes de satellites civils et militaires », déplorent les syndicats, va devoir se serrer la ceinture.

 

Mesure symbolique, EADS va vendre son siège parisien, boulevard Montmorency (16e) - soit 12 000 mètres carrés qui sont valorisés environ 100 millions d'euros.

 

La majorité des 180 salariés rejoindront le nouveau siège qu'EADS construit aux abords de l'aéroport de Toulouse. En plus des réductions d'effectifs, le groupe prévoit quelques cessions - la fabrication d'hôpitaux de campagne et celle de ponts mobiles.

Repost 0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:50
EADS engage sa deuxième grande restructuration

 

09/12 Par Alain Ruello et Bruno Trevidic - LesEchos.fr

 

Les suppressions de postes dans le militaire et le spatial dévoilées ce soir. Le groupe doit réduire ses coûts pour rester compétitif à l'export.

 

Cinq mille, 6.000 ou jusqu'à 8.000 comme l'avançait il y a peu l'agence de presse allemande DPA ? Ce soir après Bourse, à l'issue d'un conseil d'administration suivi d'une première réunion avec les syndicats, EADS dévoilera ce que les salariés concernés attendent de connaître avec anxiété depuis des semaines : l'ampleur de la restructuration de la nouvelle division défense et espace, qui verra le jour le 1er janvier aux côtés de celles des avions de ligne et des hélicoptères. Selon « Le Figaro », les suppressions devraient toutefois être inférieures à 8.000, de l'ordre de 5.000 à 6.000. Il est acquis que le plan s'effectuera sans licenciements grâce à des départs volontaires, reclassements et non remplacements des départs en retraite. Récemment, la presse allemande évoquait aussi un plan d'économie de 690 millions d'euros en deux ans réalisés grâce à des regroupements de site et des cessions.

Jusqu'au bout, le secret aura été bien gardé. Si l'unité de compte ne fait pas mystère - le millier - le nombre de postes supprimés de même que les synergies attendues ont fait l'objet d'ajustements permanents entre Tom Enders, le patron du groupe aéronautique, sa garde rapprochée, et les responsables des différentes entités de la future division. Fruit du regroupement de Cassidian (électronique, télécommunications, radars...), d'Airbus Military (avions de transport militaires, A400M notamment), et d'Astrium (espace), celle-ci affiche sur le papier 14 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour 45.000 salariés, basés en très grande majorité en Europe.

Depuis quelques jours, EADS distille des éléments de langage pour justifier la restructuration. Ils tiennent en deux mots : trop cher ! Comme en témoignent les échecs de l'avion de combat Eurofighter en Suisse ou en Inde, où celui d'Astrium au Brésil, qui a choisi Thales Alenia Space pour un ambitieux programme de satellites de télécommunications, le groupe doit absolument s'alléger : sa structure de coûts est intenable au moment où les baisses des budgets institutionnels en Europe l'obligent à redoubler d'efforts à l'export. Partis les premiers dans leurs restructurations, les géants américains comme Boeing ou Lockheed Martin sont devenus des concurrents redoutables dans les pays émergents, les seuls qui offrent encore des opportunités de croissance.

 

L'Allemagne en première ligne

« La défense et le spatial font face à des défis formidables. Nous continueront à investir à condition que nos clients continuent à s'engager auprès de nous », a prévenu jeudi Bernhard Gerwert, le patron de la future branche défense et espace, lors d'une cérémonie organisée à l'occasion de la livraison du 400e Eurofighter, à l'armée allemande en l'occurrence.. En ciblant la presse allemande en octobre pour confirmer qu'EADS n'avait d'autre choix que de prendre des mesures « draconiennes », Tom Enders l'a confirmé implicitement : la restructuration frappera principalement outre-Rhin. IG Metall, qui a organisé des débrayages le 28 novembre, l'a bien compris.

Pour autant, la baisse des budgets en Europe n'explique pas tout. Si l'Eurofighter est à la peine, c'est surtout en raison d'un montage politico-industriel inepte depuis l'origine. La conception de l'avion est aussi en cause. Si Astrium a perdu au Brésil, ce n'est pas uniquement à cause de ses coûts. Thales Alenia Space, qui vient de lancer un plan de compétitivité, n'a-t-il pas réussi à s'imposer (lire page 21) ?

Même si le Vieux Continent ne baissait pas la garde en matière de défense et d'espace, Cassidian se devait un jour où l'autre de faire le ménage dans un portefeuille de produits par trop hétéroclite. On en compte près de 400. Le nombre de sites doit être réduit aussi. Unterschleissheim, près de Munich par exemple, pourrait migrer à Ottobrün, également proche de la capitale bavaroise.

Repost 0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:50
EADS supprime 5.800 postes en Europe dans ses activités Défense et Espace

 

09 décembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

BERLIN - Le géant européen de l'aéronautique et de défense EADS a annoncé lundi la suppression de 5.800 emplois en trois ans dans ses activités Défense et Espace en Europe, dont 1.000 en France, selon le syndicat français FO Métallurgie.

 

La direction du groupe a confirmé ces informations.

 

Sur les 5.800 postes supprimés, dans le cadre d'une vaste restructuration liée à une baisse de commandes, 1.300 sont des postes d'intérimaires et 4.500 des emplois à temps plein, a affirmé le syndicat dans un communiqué diffusé sur son site Internet.

 

Le groupe EADS a annoncé (lundi) aux membres du comité européen, les premières conséquences de sa restructuration dans le secteur de la Défense et du Spatial, a précisé FO.

 

Les 5.800 emplois supprimés concernent l'Allemagne, la France, l'Espagne et l'Angleterre, selon le syndicat.

 

FO a dénoncé ces suppressions d'emplois, affirmant que le groupe EADS se portait bien financièrement et que ses carnets de commandes étaient bons, voire importants.

 

Le syndicat dénonce une logique purement financière avec comme seule volonté affichée, un taux de rentabilité à 10% et a exigé que le groupe EADS ne procède à aucun licenciement sec.

 

Le directeur exécutif du groupe, Tom Enders, avait rendez-vous lundi soir près de Munich (sud) avec le comité d'entreprise européen, à qui il avait déjà annoncé, par voie de presse, des mesures draconiennes, surtout dans les activités de défense en Allemagne.

 

Les réductions de commandes militaires, notamment en Allemagne, ne pourront pas rester sans conséquence pour l'activité et les emplois, avait averti récemment le patron d'EADS dans un entretien à un magazine allemand.

 

Selon la direction d'EADS, la restructuration est inévitable pour rendre le groupe plus efficace et performant dans les compétitions sur les marchés émergents.

Repost 0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 08:50
EADS va tailler dans ses branches Défense et Espace

 

06.12.2013 Romandie.com (AWP)

 

Paris (awp/afp) - Le géant européen de l'aéronautique EADS doit présenter lundi les détails d'une vaste restructuration de ses activités défense et espace aux syndicats européens inquiets des réductions d'effectifs attendues notamment en Allemagne.

 

Le directeur exécutif du groupe, Tom Enders, a rendez-vous lundi soir à Munich avec le comité d'entreprise européen, à qui il a déjà annoncé, mais par voie de presse, des "mesures draconiennes", surtout dans les activités de défense en Allemagne. Mardi se réuniront des comités européens par branche, selon des sources syndicales.

 

Pour "major Tom", c'est un nouveau défi. Après avoir réussi à desserrer l'emprise des États sur EADS, il a entrepris de regrouper les divisions défense, (Cassidian), espace (Astrium), avec la production d'avions de transport militaires d'Airbus Military, au sein d'une seule division, Airbus Defense and Space.

 

Face à la baisse des budgets militaires occidentaux, la restructuration est inévitable pour rendre le groupe plus efficace et performant dans les compétitions sur les marchés émergents, explique la direction d'EADS, bientôt rebaptisé groupe Airbus.

 

Les réductions de commandes militaires, notamment en Allemagne, ne pourront "pas rester sans conséquence pour l'activité et les emplois", a prévenu le patron d'EADS, en douchant les espoirs de reconversion. "Nous ne pouvons pas amortir cela facilement ni réaffecter les sites et capacités concernés à d'autres tâches", a-t-il ajouté dans un entretien à un magazine allemand.

 

Les syndicats n'en disconviennent pas mais disent craindre que la manoeuvre poursuive surtout une amélioration de la rentabilité, promise aux investisseurs pour 2015, avec qui le groupe a rendez-vous mercredi et jeudi à Londres. Le chiffre de 8000 suppressions d'emplois, avancé par l'agence allemande DPA mais jamais confirmé, n'est pas fait pour les rassurer.

 

APPELS À UNE INTERVENTION POLITIQUE

 

Le plus grand syndicat d'Allemagne, IG Metall, a organisé le mois dernier une vaste journée d'action pour mettre en garde contre les réductions d'effectifs. Plusieurs syndicats français ont adressé une lettre au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, estimant qu'un "groupe industriel dont le carnet de commandes est d'environ 650 milliards d'euros (...) et doit être en mesure de maintenir l'activité de ses sites".

 

Ils demandent à l'État, qui détient 12% du capital, de "peser afin que les intérêts industriels nationaux ainsi que les intérêts sociaux des personnels d'EADS soient préservés".

 

Des appels à un intervention politique vont mettre à l'épreuve la nouvelle gouvernance du groupe, que Tom Enders a voulu indépendante des trois États présents au capital, la France, l'Allemagne et l'Espagne. Depuis une réforme entrée en vigueur cette année, ils ne sont que de simples actionnaires et ne sont plus représentés au conseil d'administration.

 

Le patron allemand recule rarement devant une épreuve de force avec les gouvernements mais cela ne lui a pas toujours réussi. L'Allemagne a ainsi bloqué l'année dernière sa tentative de fusion avec le fabricant d'armes britannique BAE Systems.

 

"La version qui a cours dans les milieux officiels, c'est qu'Enders avait conclu l'affaire avec Paris et Londres avant de s'adresser à Berlin, qui du coup n'a même pas voulu se pencher sur le projet", explique Christian Moelling, expert à l'Institut allemand des affaires internationales et de sécurité.

 

Et depuis l'équipe dirigeante "n'a pas encore essayé de rétablir des relations normales avec un des plus importants patrons d'industrie en Europe", selon lui.

 

La restructuration annoncée n'a pas encore déclenché de réactions politiques notables à Paris ni à Berlin mais il est vrai que la chancelière Angela Merkel et ses lieutenants étaient accaparés par la formation d'un nouveau gouvernement. EADS emploie quelque 50.000 personnes dans chacun des deux pays.

 

Reste à voir si les déclarations musclées de major Tom, qui ressemblent à une préparation d'artillerie avant un assaut, sont destinées à faire accepter des réductions d'emplois moins drastiques que ce que redoute le personnel.

 

La division Airbus, aujourd'hui en plein essor et qui réalise près de 80% du chiffre d'affaires du groupe, avait du se restructurer en 2007. Le plan prévoyait 10.000 suppressions de postes sur quatre ans chez Airbus et ses sous-traitants, la réduction avait finalement atteint 7.900 postes.

Repost 0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:55
A400M sur la base aérienne d'Orange

A400M sur la base aérienne d'Orange

 

06/12/2013 Armée de l'air

 

L’A400M Atlas, nouvel avion de transport de l’armée de l’air, a expérimenté des phases de chargement et de déchargement de matériel, mardi 3 décembre 2013, sur la base aérienne 115 d’Orange.

 

Cette opération a notamment permis de vérifier l’aéro-compatibilité de plusieurs matériels, notamment de type véhicule blindé léger à châssis long (d’une masse de 4 tonnes) mis à disposition par le 1er régiment étranger de cavalerie d’Orange.

 

Elle a également permis de valider la totale accessibilité de la piste de la base aérienne d’Orange, aussi bien en termes de contraintes, de résistance que d’accès aux taxiways.

 

VB2L du 1er REC d'Orange

VB2L du 1er REC d'Orange

Chargement d'un VB2L dans la soute d'un A400M

Chargement d'un VB2L dans la soute d'un A400M

 

L’armée de l’air française a été la première à réceptionner l’A400M Atlas à l’été 2013. Avion de transport militaire tactique disposant d'une capacité d'allonge stratégique, cet appareil constitue un matériel indispensable aux forces aériennes. Dans l’optique de sa future mise en service opérationnelle, les aviateurs ont débuté les expérimentations aux commandes du MSN7, premier exemplaire de série livré par l'industriel.

 

Retrouvez sur notre site le dossier web sur l’A400M ainsi que le web-documentaire: « L’A400M, une aventure humaine ».

L'A400M sur la piste de la base aérienne 115 d'Orange

L'A400M sur la piste de la base aérienne 115 d'Orange

Repost 0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:30
ATK Completes First Flight Test of its Light Gunship for Kingdom of Jordan

 

ARLINGTON, Va., Dec. 4, 2013 /PRNewswire

 

Modifications Completed for Jordan's King Abdullah II Design and Development Bureau (KADDB) CASA-235 Military Transport Aircraft

 

ATK (NYSE: ATK), a leader in weaponized, special-mission aircraft, announced it has completed the first flight test for the Kingdom of Jordan's two CASA-235 light gunship aircraft. ATK was awarded a contract by King Abdullah II Design and Development Bureau (KADDB) of the Kingdom of Jordan to modify two of the country's CASA-235 transport aircraft into highly-capable and cost-effective special mission aircraft.

 

With modifications and ground testing complete, ATK began the flight test program to validate the installed weapons and gun system. Upon successful completion of the test program, the aircraft will be delivered to the Kingdom of Jordan to support the mission of the Jordanian Armed Forces.

 

"We are pleased that KADDB has selected ATK to provide this unprecedented capability to the Jordanian Armed Forces," said Bill Kasting, vice president and general manager of ATK's Defense Electronic Systems division. "This program will provide the Kingdom of Jordan with the first multi-mission gunship capability in the region. The start of the flight test is a major milestone achievement by the ATK and KADDB team."

 

In collaboration with KADDB, ATK developed and provided the system integration and aircraft modifications to turn a CASA-235 cargo plane into a multi-mission gunship. These modifications include installation of an electro-optical targeting systems, a laser designator, aircraft self-protection equipment, a synthetic aperture radar, and an armaments capability that can provide sustained and precise firepower in a variety of scenarios using Hellfire laser-guided missiles, 2.75-inch rockets, and a side-mounted M230 link-fed 30mm chain gun. The gun is automatically aligned to the target, cued by a camera in conjunction with the mission management and fire control solution. These capabilities are integrated with and controlled by ATK's Mission System, which provides both day and night reconnaissance and fire control capabilities, and the ability to acquire, monitor and track items of interest.

 

The gunship capability package is part of ATK's Special Mission Aircraft product portfolio, which provides affordable, responsive and advanced capabilities to customer-preferred platforms. ATK's expertise includes outfitting various aircraft – including the Alenia C-27J, CASA CN-235/295, Lockheed C-130, Bombardier Dash-8, Hawker Beechcraft King Air, Cessna Caravan and others – with integrated intelligence, surveillance and reconnaissance and weapons employment capabilities.

 

About KADDB

The King Abdullah II Design and Development Bureau (KADDB) was established by Royal Decree on August 24, 1999 to provide an indigenous capability for the supply of independent, high quality, efficient and cost-effective scientific and technical services to the Jordan Armed Forces (JAF). KADDB is an independent government entity within the JAF that acts as the Jordanian research and development facility created to provide a one-stop solution for the supply of defence and commercial equipment. KADDB aims at harnessing science and technology to fulfil Jordan's defence needs and, in the process, assist the nation in creating a sustainable defence industrial base. News and information can be found on the Internet at www.KADDB.com.

 

About ATK

ATK Defense Group is an industry leader in providing innovative and affordable ammunition, precision and strike weapons, electronic warfare systems, and missile components across air-, sea-, and land-based systems.

 

ATK is an aerospace, defense, and commercial products company with operations in 22 states, Puerto Rico, and internationally. News and information can be found on the Internet at www.atk.com, on Facebook at www.facebook.com/atk, or on Twitter @ATK.

CN-235 Royal Jordanian Air Force

CN-235 Royal Jordanian Air Force

Repost 0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 12:50
Ravitaillement : l'Espagne rêve de l'A330 MRTT

 

03/12/2013 Par Guillaume Steuer – Air & Cosmos

 

La force aérienne espagnole envisage l'acquisition de trois A330 MRTT dans le cadre d'une initiative européenne visant à renforcer les capacités des pays de l'Union dans le domaine du ravitaillement en vol. Ces appareils pourraient faire l'objet d'une utilisation et d'une maintenance mutualisée avec d'autres membres de ce "club MRTT".

 

S'exprimant ce matin à l'occasion de la conférence "Military AIrlift Rapid Reaction and Tanker Operations", un responsable de la force aérienne espagnole expliquait que ces trois MRTT permettraient de remplacer l'unique ravitailleur (K)B-707 vieillissant aujourd'hui utilisé par Madrid, tout en développant de nouvelles capacités de projection de fret, de transport de troupes et de VIP.

 

L'aviateur soulignait toutefois que pour le moment, aucun financement n'a été identifié par Madrid pour mener à bien ce projet. Un sujet délicat, puisque le budget de la défense espagnol a été réduit de près d'un tiers depuis 2008, selon notre interlocuteur. L'Agence européenne de défense milite pour un achat en commun avec d'autres pays de ces nouveaux ravitailleurs, projet dont la France s'est pour l'instant écartée par souci de conserver son autonomie sur l'acquisition de ses propres MRTT.

 

La force aérienne espagnole se prépare par ailleurs à accueillir ses premiers A400M en 2016. Un seul exemplaire de l'Atlas sera livré cette année-là, suivi par quatre appareils en 2017, cinq en 2018, cinq en 2019, puis quatre par an jusqu'en 2022. L'officier espagnol confirmait que ces machines devraient être livrées en configuration "plug and fly", c'est à dire qu'elles seront capables d'emporter différents équipements de mission commandés en petit nombre : nacelles de ravitaillement, kits de blindage, autoprotection, liaison Satcom, etc. La base de Saragosse devrait jouer le rôle de "hub" pour les Atlas espagnols.

 

Déjà utilisatrice de C-295, l'Ejército del Aire réfléchit également à de futures versions multi-missions du bimoteur tactique d'Airbus Military. Selon un aviateur espagnol, cette plateforme pourrait servir de base à des appareils de surveillance maritime, de renseignement électronique ou de guet aérien.

Repost 0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 17:30
An Egyptian Air Force C295

An Egyptian Air Force C295

 

 

29 November 2013 by Guy Martin – defenceWeb

 

It appears that the Egyptian Air Force will receive its six remaining C295s on order from Airbus Military, after delivery was earlier halted due to the political crisis there.

 

Three C295s in Egyptian Air Force colours were seen undergoing test flights at the Seville-San Pablo Airport in Spain near Airbus Military’s facilities there this week, reports Air Forces Daily. One had been painted in white United Nations colours in September and was presumed to be destined for Ghana but earlier this week was seen in Egyptian Air Force colours. (Ghana has two C295s on order and will lease them to the United Nations.)

 

The Egyptian Air Force has ordered a total of 12 C-295Ms, of which at least five and possibly six have been delivered. An initial three were ordered in October 2010, with deliveries being completed in November and December 2011. Another three were ordered in March last year and another six in January this year.

 

Airbus Military had planned to deliver this final batch of six by the end of 2013, but on August 28 the Spanish Inter-Ministerial Council on Defence and Dual Use Materiel (JIMDDU) suspended all existing Egyptian defence contracts, saying the move was cautionary and would be reviewed every month.

 

This move came after the Egyptian military took over from Mohammed Morsi’s democratically elected government on July 3, leading to severe violence and unrest in the country.

 

Many other countries subsequently suspended military shipments to Egypt, including the United States, the UK, Germany and others. As a result, Egypt is now looking towards Russia to supply its defence hardware.

Repost 0
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 21:50
Aeromedical Evacuation


source EATC


The tactical capability of the A400M (powerful engines, short runways, steep take off) enables fast evacuations from austere deployed sites.  Besides, with its range capacity of max. 8.700km the aircraft offers the appropriate range, speed, operating altitude and comfort to optimally serve for Strategic MEDEVAC purposes.
The A400M is equipped with eight stretchers (with medical oxygen supply) as standard, which are permanently stored on board. The aircraft can furthermore accommodate as many as 66 standard NATO stretchers and 25 medical personnel seated on troop seats, with a quick access to all stretchers.  The stretcher bearing system enables a quick configuration change between MEDEVAC and passenger and/or troop or paratroop transport roles.
EATC nations are planning to install their intensive care units on pallets to ensure a quick configuration change.
Electrical power outlets - equally located over the cargo hold length - allow to easily connect medical devices. Moreover, 6 litter boxes and a medical assistant station comprising a cabinet with a foldable board are available.
To ensure proper patient care, cabin pressure can be maintained at sea-level altitude up to a flight level of 19 400 ft.

 

A400M equipped with AE kit pictured by Royal Air Force

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 12:35
A330 MRTT photo Airbus Military

A330 MRTT photo Airbus Military

 

27.11.2013 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

Selon l’agence de presse coréenne Yonhap, le gouvernement coréen devrait lancer un appel d’offres pour l’acquisition de quatre avions ravitailleurs en janvier 2014. Cette décision ferait suite à un rapport de la DAPA (Defense Acquisition Program Administration) mettant en avant la nécessité pour la Republic of Korea Air Force (ROKAF) de s’équiper de ravitailleurs. Les avions devraient être livrés entre 2017 et 2019 et le contrat se monterait à environ 1 000 milliards de wons, soit environ 940 millions de dollars.

 

Ce futur contrat d’acquisition permettrait à la Corée du Sud d’augmenter de manière considérable ses capacités aériennes, la ROKAF ne possédant en effet pas de capacités de ravitaillement en vol pour ses chasseurs (F-15K, F-16C, F-5E, F-4E/RF-4C). Des entraînements au ravitaillement de KF-16 avaient eu lieu au large de la base aérienne de Kusan en septembre 2011, avec le concours de l’US Air Force et de KC-135 (photo).

 

Cet appel d’offres va à nouveau opposer Boeing et Airbus Military, l’avionneur américain étant en position de proposer le futur KC-46A ou son KC-767, tandis que la division d’EADS tentera de positionner son A330 MRTT sur le marché.

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 08:50
Grizzly end: First A400M flies into retirement

MSN1 - or Grizzly 1 photo Craig Hoyle FG

 

Nov. 28, 2013 by Craig Hoyle – FG

 

London - Airbus Military has reduced the size of its "Grizzly" development fleet of A400M tactical transports to three, after retiring its first-flight example and placing another aircraft into storage.

 

First flown on 11 December 2009 (above), MSN1 - or Grizzly 1 - was the first of five test aircraft to be flown in support of the eight-nation A400M programme. Registered as F-WWMT, the aircraft performed its final flight from Toulouse, France on 4 November,with the company saying the 1h sortie was intended "to validate procedures for landing with the ramp door failed in the open position". This brought the lead aircraft's total usage to 475 flights and almost 1,450h, Airbus Military says.

 

To mark the milestone event, the same crew which performed Grizzly 1's debut flight from Seville, Spain were brought together. This comprised test pilots Nacho Lombo and Ed Strongman, head of A400M flight test Eric Isorce and a test flight engineer team of Jean-Philippe Cottet, Gerard Leskerpit and Didier Ronceray.

 

MSN1 - or Grizzly 1 photo Airbus Military

MSN1 - or Grizzly 1 photo Airbus Military

“MSN1 has had a relatively short but very arduous life, and it has taken us to the extreme parts of the flight envelope where, I hope, most other A400Ms will not go," says Strongman. The aircraft will be preserved and put on public view, with Airbus's heritage department to decide on its final display location next year.

 

In addition to Grizzly 1's removal from use, aircraft MSN3 has also now been placed into long-term storage. "It is not intended to fly again, but could be returned to flight-test duties if required," the company says.

 

Airbus Military's remaining three development aircraft will be used to support the ongoing introduction of additional capabilities for the A400M. Two of the type have been delivered to the French air force, with Turkey due to receive its first example before year-end. Further customers for the type are Belgium, Germany, Luxembourg, Malaysia, Spain and the UK, with a total order book for 174 aircraft.

Repost 0
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 12:50
photo EADS

photo EADS

 

Nov 26, 2013 ASDNews Source : TenCate

 

The new Airbus A400M features ice protection plates produced from TenCate Cetex® glass PPS semipreg. TenCate Advanced Composites in Nijverdal (NL) supplies this thermoplastic composite material for a wide range of structural and semi-structural aircraft components. Fokker Aerostructures (Hoogeveen, NL) processes the material into finished panels. The panels protect sides of the fuselage alongside the propeller tips from damage caused by chunks of ice which, under certain weather conditions, are flung from the propellers of  the military transport aircraft.

 

TenCate Cetex® semipreg material was selected because it provides excellent impact resistance and also a very good chemical resistance (de-icing and hydraulic / decontamination fluids). It is also used on the fixed wing leading edges of the Airbus A380.

Repost 0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 17:50
IG Metall met en garde la direction d'EADS

 

21 novembre 2013 Par Julien Bonnet - Usinenouvelle.com

 

Le puissant syndicat allemand IG Metall a mis en garde ce jeudi 21 novembre la direction d'EADS contre la rupture des engagements pris, au lendemain d'informations de presse faisant état d'un projet de suppression de quelque 8 000 postes.

Après la publication d'informations faisant état d'un projet de suppression de 8000 postes dans la branche défense et espace d'EADS, le puissant syndicat allemand IG Metall a tenu à mettre en garde la direction du groupe européen.

Mouvement d'action prévu le 28 novembre

"Nous ne commentons pas les spéculations des médias concernant des suppressions de poste", a déclaré Rüdiger Lütjen, président du comité d'entreprise d'EADS en Allemagne et du comité d'entreprise européen du groupe, dans une brève déclaration transmise à l'AFP. "Mais nous mettons très fermement en garde la direction du consortium contre les courses en solitaire et la rupture des engagements pris", a ajouté Rüdiger Lütjen dont le syndicat a confirmé préparer un mouvement d'action pour le 28 novembre.

Ce mouvement, prévu sur les sites situés dans le nord de l'Allemagne, était programmé depuis quelques jours déjà, en raison de craintes de suppressions de poste justement. Les infos de l'agence DPA, selon laquelle EADS pourrait profiter du regroupement de Cassidian, Astrium et Airbus Military au sein de la division Airbus Défense et Espace pour procéder à une baisse des effectifs allant "jusqu'à 20%", ont donc confirmé ces craintes. Les trois entreprises employant ensemble 40 000 personnes, cela signifierait la suppression de 8000 emplois.

Des annonces attendues pour le 9 décembre

Un porte-parole d'EADS a de son côté assuré à l'AFP qu'"aucun chiffre n'a été décidé. Aucun chiffre n'existe" et qu'il ne voyait donc "pas de raison de commenter" ces informations. "Nous présenterons d'abord nos projet aux comités d'entreprise avant de communiquer", a-t-il ajouté.

Des annonces sont attendues pour le 9 décembre, lors de la prochaine réunion du comité d'entreprise européen qui se tiendra à Munich.

Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 20:39
EADS pourrait supprimer 8.000 emplois

 

20/11/2013 lexpansion.lexpress.fr (AFP)

 

Le groupe d'aéronautique EADS pourrait se séparer de 20% de ses effectifs dans la division Défense et Espace.

 

L'inquiétude monte au sein du groupe d'aéronautique et de défense EADS, qui pourrait se séparer de 20% de ses effectifs.

 

Le groupe de défense et d'aéronautique EADS pourrait supprimer 20% des effectifs de sa division Défense et Espace, soit 8000 emplois, indique mercredi l'agence allemande DPA, citant une "source informée".

 

Ce projet entrerait dans le cadre du regroupement par EADS du groupe de défense Cassidian, le groupe spatial Astrium et Airbus Military au sein d'une division Airbus Défense et Espace, dont les modalités doivent être annoncées prochainement. Un porte-parole d'EADS à Paris a cependant assuré à l'AFP qu'"aucun chiffre n'a été décidé, aucun chiffre n'existe".

 

Un porte-parole d'EADS à Paris a cependant assuré à l'AFP qu'"aucun chiffre n'a été décidé. Aucun chiffre n'existe. Nous ne voyons pas de raison de commenter".

 

"Nous présenterons d'abord nos projet aux comités d'entreprise avant de communiquer", a-t-il ajouté.

 

Le syndicat allemand IG Metall de Cassidian n'était pas joignable pour commenter cette information.

 

Mardi, le comité européen EADS - qui réunit les organisations syndicales européennes et la direction du groupe - avait tenu une réunion extraordinaire à Toulouse (sud-ouest de la France) sous la présidence du président exécutif, Tom Enders. Aucun chiffre n'avait filtré de cette réunion.

 

Le patron du groupe y avait réaffirmé les grandes lignes de la réorganisation qui accompagnera le changement de nom d'EADS en groupe Airbus, à l'été 2014.

 

Tom Enders a vivement inquiété les syndicats à la fin octobre en déclarant dans une interview au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung: "sans des mesures draconiennes, ça ne marchera pas (...) Nous ne pourrons pas éviter de nouvelles réductions des coûts et des effectifs".

 

Cette restructuration était rendue nécessaire par la fusion avortée avec le britannique BAE Systems, préparée en secret à l'été 2012 avant d'échouer en octobre, devant les réticences gouvernementales, allemandes surtout.

Repost 0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 12:30
photo EADS

photo EADS

 

Nov. 19, 2013 FG

 

Dubai - Airbus Military’s Dubai debutant A400M might have reached the international market too late to vie for the Middle East region’s recent investment in large transport aircraft, but the company hopes to “reverse this situation very soon”.

 

Revealing a new long-term sales forecast at the show, head of market development Gustavo Garcia Miranda says around 330 military transports – including 130 in the A400M’s size class – are likely to be sold in the Middle East and North Africa (MENA) region by 2042. “We would like to take maybe half of it,” he says of the expected business.

 

The European company isn’t saying which nations are considered the most likely prospects to buy the A400M, but Miranda says it has discussed the type with “many operators” of Lockheed Martin’s legacy C-130 Hercules. The company has previously sold a combined 66 medium transports and tankers in the MENA region, he adds.

 

Head of defence capability marketing Ian Elliott points to the A400M’s in-built potential to also be used as an air-to-air refueller as a possible attraction to new customers. “The days of buying one aeroplane to do one job are gone,” he claims.

 

Qatar and the UAE have already acquired Boeing’s C-17 strategic transport, which will end production in 2015, while Lockheed has sold new-generation C-130Js to Kuwait, Oman, Qatar and Saudi Arabia.

 

Meanwhile, Miranda says new sales of the A330-200-based multirole tanker/transport are expected “within a few weeks or months”. The company is close to finalising contract discussions with India for six examples, while he says it is also “very confident” of landing an order in Asia soon. Singapore has been considering the type for a six-unit requirement.

Repost 0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 12:30
photo EADS

photo EADS

 

18/11/2013 Par Caroline Bruneau - Air & Cosmos

 

Airbus Military espère vendre 130 A400M dans la région.

 

Revue de marché pour Airbus Military. Quelques mois avant de changer de structure et de nom pour devenir Airbus Defense & Space (ADS), le fabricant de l’A400M a tenu une conférence de presse impromptue sur le salon. Le futur ADS a détaillé ses perspectives mondiales, et plus spécifiquement pour le marché moyen-oriental.

 

Rien qu’au Moyen-Orient/Afrique du Nord, le constructeur voit des perspectives importantes pour les 30 prochaines années: il compte sur un marché de 145 appareils légers/moyens (type CN235, C295), 30 avions de surveillance (ISR), 25 ravitailleurs MRTT et 130 A400M. Il y a actuellement, selon les chiffres d’Airbus, 420 appareils de ces catégories en service au Moyen-Orient, dont la moyenne d’âge est de 27 ans.

 

A l’horizon 2042, le constructeur voit ainsi un marché mondial de 915 appareils légers et moyens, 325 ISR, 125 MRTT et surtout, un marché potentiel de 760 A400M.

Repost 0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 19:50
EADS : Airbus Military et Cassidian au coeur de Perseus

 

18.11.2013 Boursier.com

 

Airbus Military et Cassidian, deux filiales d'EADS, ont joué un rôle clef dans le programme maritime européen Perseus, le premier démonstrateur à grande échelle destiné à disposer de moyens technologiques avancés pour répondre à la migration clandestine et à la contrebande. Des tests ont été menés avec un avion de patrouille CN235 équipé du système FITS et un drone Atlante. Le programme Perseus bénéficie d'un budget de 43,7 millions d'euros.

Repost 0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 12:30
photo Airbus Military

photo Airbus Military

 

Le 13/11/2013 Par François Julian – Air & Cosmos

 

Le salon de Dubaï qui ouvrira ses portes la semaine prochaine aux Emirats Arabes Unis, sera l'occasion pour Airbus Military d'exposer pour la première fois l'A400M Atlas dans le Golfe. En 2011, le quadrimoteur n'avait pas pu répondre présent à cet incontournable salon aéronautique, du fait d'un calendrier d'essais en vol très chargé

 

Ce sera donc une première présentation officielle. Ce qui ne veut pas dire que l'A400M n'est jamais venu dans cette région du monde. Bien au contraire. Si Airbus Military n'en fait pas vraiment la publicité, l'Atlas est déjà venu plusieurs fois dans le Golfe, pour y subir de très sérieuses évaluations opérationnelles. Le Moyen-Orient est en effet l'un des marchés prioritaires d'Airbus Military pour la vente de cet avion à l'export.

 

Ainsi, MSN 6, le premier exemplaire de présérie, a fait l'objet en juillet dernier d'une évaluation aux Emirats Arabes Unis et en Arabie Saoudite, où des pilotes de C-295 et de C-130 ont pu prendre les commandes de l'avion, en place de droite. Ces évaluations, qui ont duré une poignée de jours, ont également permis de faire de nouveaux essais de chargement, comme celui d'un camion Oshkosh de 32 tonnes.

 

Pour Airbus Military, l'objectif est de conclure une première vente à l'export de l'A400M d'ici la fin 2014. Une première vente qui pourrait donc être destinée à un pays du Golfe. Le Ministre de la Défense Jean-Yves le Drian devrait se la semaine prochaine à Dubaï, notamment pour discuter de la vente de cet avion avec des clients de la région.

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 17:55
Livraison du deuxième A400M français à la DGA


12/11/2013 Armée de l'air

 

La direction générale de l’armement (DGA) a réceptionné le deuxième exemplaire de série de l’avion de transport militaire A400M Atlas, le mercredi 6 novembre 2013.

 

L’appareil, qui porte le numéro de série MSN8, rejoindra la semaine suivante la base aérienne 123 d’Orléans-Bricy, sa base de mise en œuvre au sein de l’armée de l’air.

 

Pour en savoir plus sur l'A400M Atlas, consultez notre webdocumentaire ainsi qu'un dossier web complet dédié au nouvel avion de transport de l'armée de l'air.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories