Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 17:55
photo Simon Ghesquiere Marine nationale

photo Simon Ghesquiere Marine nationale

 

17 décembre 2015 par BPC Tonnerre – Marine nationale

 

Lancé en 2008, sous le patronage des chefs d’état-major de la marine et de l’armée de terre, ce jumelage entre les deux unités n’avait jusqu’alors pu voir le jour au regard de l’intensité des activités opérationnelles des deux unités.

 

Le mardi 15 décembre 2015 après-midi, le 2ème Régiment étranger d’infanterie (REI) et le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre ont concrétisé ce lien entre les deux unités, en présence du vice-amiral Frédéric Jubelin, chef d’état major de la force d’action navale, « Puisant ses racines dans l’histoire illustre de leurs aînés, ce partenariat privilégié vise à favoriser la connaissance mutuelle, la solidarité et l’amitié entre ces deux unités opérationnelles » a déclaré le colonel Valéry Putz, Chef de corps du 2ème REI.

 

Poignée de main entre le Colonel Putz et le Commandant Sudrat devant la plaque de baptême du hangar véhicules supérieur du nom du 2e REI.photo Simon Ghesquiere Marine nationale

Poignée de main entre le Colonel Putz et le Commandant Sudrat devant la plaque de baptême du hangar véhicules supérieur du nom du 2e REI.photo Simon Ghesquiere Marine nationale

Le capitaine de vaisseau Laurent Sudrat, commandant du Tonnerre et le colonel Valéry Putz ont d’abord salué légionnaires et marins rassemblés sur le pont d’envol du bâtiment, avant de baptiser le hangar véhicules supérieur du BPC du nom du régiment.

 

 « Le 2° REI est un membre de l’équipage, nos histoires comme nos destins sont désormais indissociablement liés, on ne combat bien qu’avec des camarades qu’on connaît et avec lesquels on développe des liens forts de confiance » a indiqué le commandant du BPC à cette occasion. Apposée dans le hangar où, en opérations, les engins blindés et les troupes attendent avec impatience d’être projetés, une plaque permettra aux marins du Tonnerre de se souvenir quotidiennement de ce jumelage.

 

En remettant au chef de corps du 2ème REI un bachi du Tonnerre, présent symbolique, le commandant Sudrat a rappelé « vous êtes ici chez vous », parole qui aura marqué les képis blancs.

 

« L’action conjuguée de marins et de légionnaires ne date pas d’hier » a mentionné le vice-amiral dans une allocution, rappelant les actions combinées sur les berges des fleuves indochinois, ou encore sur les littoraux norvégiens, et invitant chacun à entretenir les valeurs combatives qui animèrent marins et légionnaires. « La connaissance mutuelle, les échanges multiples et les entraînements » participent ainsi concrètement à la préparation au combat de ces deux unités amenées à opérer ensemble ; elles s’attacheront à développer ce lien d’amitié par de fructueux échanges et occasions d’entraînements aux opérations amphibie, compétence spécifique qui les rassemble.

 

Cérémonie de jumelage entre le BPC Tonnerre et le 2e REI - reportage photos Simon Ghesquiere / Marine nationale

Repost 0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 19:55
photo Marine nationale

photo Marine nationale

 

04/12/2015 Sources : Marine nationale

 

Dans le cadre de sa remontée en puissance, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre retrouve sa fonction de porte-hélicoptères d’assaut, au cours d’une intense campagne d’appontages. Du 30 novembre au 4 décembre 2015, cette campagne se déroule au bénéfice des pilotes du 3ème Régiment d’Hélicoptères de Combat (3ème RHC) d’Etain et du 4ème Régiment d’Hélicoptères des Forces Spéciales (4ème RHFS) de Pau, mais également au profit des équipes aviation du bord, pleinement mobilisées.

 

«Ces exercices à bord du BPC nous permettent d’effectuer des posés délicats. L’atmosphère maritime fournit moins de repères pour les pilotes, notamment la nuit où ils peuvent être soumis à des illusions sensorielles» explique le chef de détachement du 4ème RHFS. « Nous devons être en mesure de projeter des pilotes opérationnels tout au long de l’année» confie un capitaine du 4ème RHFS.

 

De jour comme de nuit, les marins du bord et les pilotes travaillent conjointement pour permettre aux pilotes de se qualifier sur des hélicoptères de manœuvre et d’assaut de type Puma, de reconnaissance et d’attaque de type Gazelle, d’attaque de type Tigre, et les Caracal des forces spéciales.

 

Touch and go (TAG), ship control approach (SCA), depuis le contrôle aérien assuré par le CTAC (contrôleur tactique) jusqu’au dialogue entre les pilotes et la cabine aviation dans le circuit, c’est une organisation bien rodée qui se met en œuvre. Compte tenu des spécificités de l’aéronautique, la vigilance et la maîtrise des risques sont rappelées à chaque instant : un entraînement réussi est un entraînement conduit en sécurité.

 

Comme toute plate-forme navale, celle du BPC comporte ses contraintes, notamment les risques liés aux coactivités et à la sécurité aéronautique qui sont particulièrement sensibles sur une plate-forme avec six spots de mise en œuvre.

 

Le professionnalisme des équipes du pont ( chiens jaunes», «PONEV» et «SECU») du Tonnerre passe aussi par la tradition d’accueil à bord: la bonne connaissance mutuelle, le partage et l’ouverture d’esprit font partie des conditions à réunir pour la pleine réussite de la mission.

Cette semaine de préparation opérationnelle vise à renforcer l’interopérabilité des forces, et à familiariser les pilotes avec l’environnement maritime.

 

Pour le chef de détachement du 4ème RHFS  les objectifs sont atteints à 100%.»

photo Marine nationale

photo Marine nationale

Repost 0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:55
Un engin amphibie débarqué du BPC Tonnerre (en fond) - Crédits photos 3e RIMa

Un engin amphibie débarqué du BPC Tonnerre (en fond) - Crédits photos 3e RIMa

 

26/09/2015 Sources : Marine nationale

 

« De l’endurance, de la réactivité et une ouverture à l’autre »

 

 Entre le 21 et le 23 septembre 2015, 204 « marsouins » et « bigords » ont été déployés sur le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre afin de s’entraîner avec l’équipage aux procédures complexes des opérations amphibies.

 

L’exercice amphibie s’est déroulé sur deux jours. La présence de véhicules que l’on voit rarement, les véhicules haute mobilité (VHM) et véhicules à chenilles utilisés pour « ouvrir » les plages les plus difficiles, a particulièrement interpellé les marins. C’est avec plaisir que le Tonnerre a renoué avec le 3° RIMA de Vannes, dont l’éloignement rend les visites malheureusement plus rares.

 

Les marsouins ont ainsi eu l’occasion de se réaccoutumer à l’embarquement dans les engins de débarquement amphibie rapide (EDAR) et les chalands de transport de matériel (CTM), dans le radier du BPC et depuis la plage, de jour comme de nuit.

 

Pour le quartier-maître de 1ère classe L., manœuvrier et guide véhicules, cet exercice requiert « de l’endurance, de la réactivité, et une ouverture à l’autre » puisqu’il suppose d’opérer efficacement ensemble.

 

L’aboutissement de cette coordination interarmées s’est traduit par le débarquement de plus de 40 véhicules et l’ensemble des fantassins sur la plage de la Nartelle. La plage préalablement reconnue par l’équipe de « reco-plage » de la flottille amphibie a ainsi été le théâtre d’un déploiement tactique et pratique.

 

Comme le souligne le second maître J., coordinateur au cours des deux jours, « cet exercice permet l’entraînement à l’une des principales fonctions du bâtiment de projection et de commandement », être en capacité de projeter des forces sur un théâtre d’opérations à partir de la mer, en employant la batellerie.

 

Le commandant du Tonnerre, le capitaine de vaisseau Laurent Sudrat, rappelle enfin quant à lui que « pour tous, soldats de l’armée de Terre et marins, il s’agit de vérifier et parfaire l’interopérabilité de nos forces ».

photo 3e RIMaphoto 3e RIMa

photo 3e RIMa

Repost 0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 08:55
Comment l’armée s’entraîne au combat numérique

Le BPC Tonnerre, bâtiment français, participe actuellement aux simulations réalisées par le ministère de la Défense - photo Marine Nationale

 

18/03/15 Capital.fr

 

Vengeance de Vladimir Poutine ? Malveillance d’un hacker jihadiste ? On ne sait pas… Toujours est-il que deux bâtiments de notre marine nationale, le « Mistral » et son jumeau le «Tonnerre », actuellement en opérations en Méditerranée, viennent de faire de l’objet de cyberattaques simultanées. Leurs ordinateurs de bord ont été infectés par un virus informatique, générant un dysfonctionnement du SCADA, le système de contrôle automatisé qui permet gérer les principales fonctions de ces bateaux de guerre, à commencer par leurs radars et leurs systèmes d’armes. Un groupe d’intervention rapide composé de six membres de nos forces spéciales de cyberdéfense est en cours de déploiement sur les deux navires afin de résoudre la crise au plus vite.

 

Suite de l'article

Repost 0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 17:45
Opération Corymbe : Le Siroco prend le commandement du Task Group 451.03

 

16/02/2015 Sources : Marine nationale

 

Le dimanche 8 février, à Mindelo (Cap-Vert), le Transport de chalands de débarquement (TCD) Siroco a officiellement commencé son déploiement – le dixième en moins de vingt ans de service actif ! – en mission Corymbe, dont il prend le 128e mandat. Il sera accompagné par l’aviso Commandant Bouan dont le rôle sera en particulier de l’escorter dans les zones les plus sensibles.

 

Opération Corymbe : Le Siroco prend le commandement du Task Group 451.03

Il y a retrouvé le Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre qui achevait  trois mois de mission. Les commandants des deux bâtiments ont effectué la passation de suite, au cours de laquelle le Siroco a embarqué de nombreux équipements nécessaires aux missions qu’il pourrait être amené à réaliser dans le Golfe de Guinée : coopération avec les marines de la région, lutte contre les narcotrafics et la piraterie, évacuation de ressortissants…

 

Le Siroco avait appareillé de Toulon le 27 janvier et avait fait escale à Lisbonne du 31 janvier au 3 février, escale destinée à la visite du bâtiment par de très hautes autorités portugaises afin de montrer les différentes fonctions opérationnelles et l'intérêt d'un navire amphibie.

 

À Mindelo était aussi présent l’aviso Lieutenant de Vaisseau Lavallée, qui sera sous peu relevé par l’aviso Commandant Bouan. Le Bouan sera alors sous le commandant tactique du Siroco, formant avec lui le Task Group 451.03.

 

Ce déploiement Corymbe sera la dernière grande mission opérationnelle du TCD sous le pavillon français : son retrait du service actif est prévu pour l’été 2015.

 

La mission Corymbe, assurée depuis 1990, est l'une des missions des forces armées françaises dans le golfe de Guinée. Elle est destinée à compléter le dispositif pré positionné en Afrique occidentale. Outre leur mission de présence dans une zone où les intérêts français sont nombreux, les navires déployés en Corymbe effectuent des actions de coopération bilatérale avec les pays de la région. Ils sont en mesure d’apporter un soutien rapide en cas de besoin, au même titre que les forces pré positionnées dans la région.

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 12:45
photos Marine Nationale

photos Marine Nationale

 

09/02/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 15 novembre 2014 au 8 février 2015, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre a été engagé dans le golfe de Guinée dans le cadre de l’opération Corymbe. Il est relevé ce 8 février par le transport de chalands de débarquement (TCD) Siroco.

 

Au cours de ce déploiement, le Tonnerre a conduit de nombreux exercices avec les marines riveraines du golfe de Guinée, notamment celles du Gabon, du Nigéria, du Bénin, du Cameroun, du Togo et du Ghana, au cours de l’exercice NEMO. Cet exercice naval annuel consistait à évaluer la coopération et l’inter-opérabilité (procédures, transmissions) des différents acteurs de la sous-région.

 

En Côte d’Ivoire, le Tonnerre a également effectué plusieurs exercices tactiques, tant avec les forces armées ivoiriennes (hélitreuillage depuis le BPC sur un patrouilleur ivoirien) qu’avec les forces françaises en Côte d’Ivoire. En effet, la flottille amphibie embarquée à bord du BPC, avec ses chalands de débarquement et un engin de débarquement amphibie rapide (EDAR), a participé à plusieurs entraînements de débarquement/rembarquement.

 

La première mission du BPC Tonnerre fut toutefois celle d’acheminer depuis la France, le matériel nécessaire à l’installation du centre de traitement des soignants (CTS) à Conakry en Guinée.

 

Durant sa mission, le BPC Tonnerre a été escorté par deux avisos : l’Enseigne de vaisseau Jacoubet puis le Lieutenant de Vaisseau Lavallée. Ce dernier poursuivra sa mission avec le TCD Siroco.

 

En place depuis 1990, la mission Corymbe est l’une des missions des forces armées françaises dans le golfe de Guinée. Elle est destinée à compléter le dispositif prépositionné en Afrique occidentale. Outre leur mission de présence dans une zone où les intérêts français sont nombreux, les navires déployés en Corymbe effectuent des actions de coopération bilatérale avec les pays de la région. Ils sont en mesure d’apporter un soutien rapide en cas de besoin, au même titre que les forces prépositionnées.

Corymbe : le BPC Tonnerre relevé par le TCD SirocoCorymbe : le BPC Tonnerre relevé par le TCD SirocoCorymbe : le BPC Tonnerre relevé par le TCD Siroco
Corymbe : le BPC Tonnerre relevé par le TCD Siroco
Repost 0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 08:45
Corymbe : exercice NEMO

 

29/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 19 au 22 janvier 2015, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre et l’aviso Lieutenant de vaisseau Lavallée, formant le Task Group 451.01, ont participé à l’exercice multinational NEMO 15.1.

 

Les exercices NEMO s’inscrivent dans la continuité du sommet organisé à Yaoundé en 2013, au cours duquel les Etats de la communauté économique d’Afrique centrale (CEEAC) et d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) se sont engagés à renforcer leur coopération dans le domaine de la lutte contre la piraterie dans le golfe de Guinée. Régulièrement, la France pour qui cette activité constitue une menace à la sécurité régionale, y est associée. Cette première édition 2015 de l’exercice NEMO a ainsi été menée en collaboration avec les marines africaines riveraines du golfe de Guinée : le Gabon, le Bénin, le Nigéria, le Cameroun, le Togo et pour la première fois le Ghana. Deux observateurs américains de l’U.S. Navy étaient également présents au sein du centre maritime de commandement national du Ghana, dans le cadre de la coopération opérationnelle qu’ils mènent avec les pays riverains de cette région.

 

L’objectif de cet exercice était de permettre aux marines régionales de coopérer ensemble sur un cas de piraterie et de pêche illicite dans le golfe de Guinée. Elles ont pu tester leur interopérabilité ainsi que leurs propres capacités dans le suivi et l’observation de l’évolution d’un « bateau mère » (mothership) pirate, simulé par le Lieutenant de vaisseau Lavallée. Le Tonnerre jouait le rôle d’un navire pétrolier ciblé par des pirates, scénario encore trop fréquent dans cette région du monde.

 

Les deux bâtiments ont ainsi quitté les ports de Pointe-Noire et de Port-Gentil pour faire route en direction du Togo. Le Lieutenant de vaisseau Lavallées’est tout d’abord dirigé vers les côtes du Cameroun puis du Nigéria comme le font régulièrement les pirates présents dans cette zone. L’objectif de cette partie de l’exercice était, pour le Cameroun et le Nigéria, de le repérer et de le suivre au moyen de leurs centres de contrôle opérationnel tout en diffusant les informations collectées à l’ensemble des participants de l’exercice. Cela permet de mettre en place et de structurer des canaux de communication entre les différentes marines de la zone, qui sont toutes parties prenantes dans la lutte contre la piraterie.

 

Pour sa part le Tonnerre avait pris le large pour être rejoint plus tard par le Lieutenant de vaisseau Lavallée et simuler un acte de piraterie à proximité des côtes du Nigéria. Une fois les appels de détresse envoyés par le BPC à la suite de l’abandon du bâtiment par les pirates, le patrouilleur Ouémé de la marine béninoise est venu lui porter assistance. Les marins béninois sont ensuite montés à bord afin de mener une visite du bâtiment et s’assurer qu’aucun pirate ne se trouvait plus à bord. Puis dans le cadre de l’exercice, des marins pompiers béninois sont intervenus également afin de porter assistance au Tonnerre qui faisait face à un incendie à son bord. Les marines togolaise et ghanéenne ont également apporté leur contribution en relocalisant et en tenant au contact l’aviso alors en fuite.

 

 Pour la dernière journée de cet exercice multinational, des marins togolais sont montés à bord de l’engin de débarquement amphibie rapide (EDAR) qui, pour l’occasion, tenait le rôle de navire exerçant une activité de pêche illicite. Ils ont pu ainsi y mener une visite.

 

Cet exercice a permis de mettre en exergue la structure opérationnelle dans cette zone du golfe de Guinée. Les différents centres opérationnels maritimes africains mobilisés pendant cet exercice ont ainsi été mis à contribution lors de l’évolution en mer du Lieutenant de vaisseau Lavallée. Son positionnement était suivi depuis ces différents centres puis retransmis au centre maritime de coordination qui diffusait alors les informations vers les autorités concernées.

 

En place depuis 1990, la mission Corymbe est un déploiement naval quasi-permanent, en mesure de soutenir les forces armées françaises dans le golfe de Guinée, zone d’intérêt stratégique pour la France. Le dispositif est armé par un bâtiment de la Marine nationale, ponctuellement renforcé par des moyens terrestres et aéromobiles embarqués, et peut soutenir à tout moment tout type d’opérations dans la région. De plus, cette présence quasi-permanente permet de coopérer avec les marines régionales amies, et ainsi de participer à leur montée en puissance et au développement de capacités africaines autonomes.

Corymbe : exercice NEMO
Corymbe : exercice NEMOCorymbe : exercice NEMOCorymbe : exercice NEMO
Repost 0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 13:45
EFG : exercice franco-gabonais avec le BPC Tonnerre

 

21/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 11 au 13 janvier 2015, les Eléments Français au Gabon (EFG) ont conduit un exercice amphibie avec leurs homologues gabonais et la batellerie du BPC Tonnerre, engagé au large du Gabon dans le cadre de la mission Corymbe. Cet exercice était baptisé Tonnerre 2015.

 

Dimanche 11 et lundi 12, le personnel du 6eBIMa ainsi que près de soixante-dix militaires des EFG ont eu l’occasion de s’entrainer, de jour et de nuit, aux techniques amphibies – embarquements et débarquements de véhicules à bord de deux CTM (chaland de transport de matériel) et d’un EDAR (engin de débarquement amphibie rapide). Après une nuit passée à bord du BPC et un débarquement matinal sur la petite plage du site « BARRACUDA » à Owendo, l’exercice s’est poursuivi à Ayemé, sur un scénario de situation sécuritaire dégradée. Cette séquence a donné lieu à un ensemble de manœuvres tactiques, comme la récupération ou le regroupement et l’évacuation d’observateurs militaires, le tout émaillé par de nombreux incidents fictifs.

 

 Ainsi, « TONNERRE 2015 », avait pour objectifs d’entraîner les centres de commandement opérationnels des EFG, du 6eBIMa et du groupement de soutien des EFG dans un contexte d’engagement bilatéral. Il avait également pour but de maintenir les savoir-faire liés aux opérations amphibies, de tester les procédures et les systèmes d’information et de communication (SIC). Le personnel du détachement Fennec de Libreville (EA 470) a également largement contribué à cette opération en effectuant de très nombreuses missions : transport de personnel, livraison de fret (dont le courrier destiné aux marins du BPC !).

 

 La journée du 13 janvier fut consacrée à des visites à bord, notamment au profit des autorités gabonaises afin de présenter le concept de l’AEM (Action de l’Etat en Mer).

 

 Les éléments français au Gabon (FFG) constituent le deuxième pôle opérationnel de coopération sur la façade ouest-africaine avec celui constitué par les éléments français au Sénégal (EFS). A ce titre, ils mettent en œuvre la coopération opérationnelle avec nos partenaires de la communauté des Etats d’Afrique centrale et du Rwanda Ils restent également un point d’appui opérationnel et logistique pour nos forces déployés dans la région.

EFG : exercice franco-gabonais avec le BPC TonnerreEFG : exercice franco-gabonais avec le BPC Tonnerre
EFG : exercice franco-gabonais avec le BPC Tonnerre
EFG : exercice franco-gabonais avec le BPC TonnerreEFG : exercice franco-gabonais avec le BPC Tonnerre
Repost 0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 17:45
Fin de la mission Corymbe pour le Jacoubet et début de mission pour le Lavallée


 23/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Le 11 décembre 2014, lors d’un TRALER (transfert de charges légères) avec l’aviso Lieutenant de vaisseau Lavallée, l’aviso Enseigne de vaisseau Jacoubet a quitté la mission Corymbe, laissant le flambeau à son « sistership », sous le commandement du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre.

 

La mission de deux mois et demi a permis au Jacoubet de mener des actions de la coopération, au travers des périodes d’instruction opérationnelle (PIO) avec des pays riverains du Golfe comme la Côte d’Ivoire ou le Sénégal, et d’autre part d’assurer la présence française quasi-permanente dans une zone stratégique. Les deux actions civilo-militaire et l’accompagnement du BPC Tonnerre pour son acheminement en Guinée de matériel destiné au centre de traitement des soignants du dispositif de lutte contre Ebola, ont aussi été des moments forts de la mission du Jacoubet, dont l’équipage sera de retour au port de Toulon pour fêter Noël en famille.

 Appareillé de Brest le 1er décembre 2014, le Lavallée a relevé quelques jours plus tard son sistership toulonnais le Jacoubet le long des côtes de l’Afrique de l’Ouest.

Compte tenu des programmes d’activités chargés des deux bâtiments, cette relève s’est effectuée à la mer, au large du Sierra Leone, et a été l’occasion de réaliser un TRALER, opération assez rare entre avisos.

Le Lavallée est désormais opérationnel pour conduire le 127e mandat de la mission Corymbe dans le golfe de Guinée, en escorte du BPC Tonnerre.

Fin de la mission Corymbe pour le Jacoubet et début de mission pour le LavalléeFin de la mission Corymbe pour le Jacoubet et début de mission pour le LavalléeFin de la mission Corymbe pour le Jacoubet et début de mission pour le Lavallée
Repost 0
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 12:45
Corymbe 127 : Le BPC Tonnerre prend le commandement tactique du Task Group 451.01

 

28/11/2014 Sources : État-major des armées

 

Depuis le 19 octobre, l’aviso Enseigne de vaisseau Jacoubet patrouille dans la zone du Golfe de Guinée dans le cadre de la mission Corymbe. Il a été rejoint le 21 novembre au large des côtes africaines par le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre qui a pris le commandement tactique des deux bâtiments pour former le Task Group 451.01.

 

Parti de Toulon le 15 novembre dernier avec du fret humanitaire et du matériel destiné à la mise en place d’un Centre de traitement pour soignant (CTS) en Guinée, le BPC Tonnerre a franchi Gibraltar puis transité au large de l’Afrique de l’Ouest où il rejoint le Jacoubet le 21 novembre dernier.

 

Dans la journée du 23 novembre, les deux bâtiments ont effectué un exercice d’entrainement commun et ont navigué de conserve pour accoster à Dakar le 24 novembre, le Jacoubet escortant le Tonnerre.

 

Cette escale technique a été l’occasion pour le Tonnerre de charger un surplus de matériel destiné au CTS de Guinée Conakry.

 

Les 26 et 27 novembre, le « Tonnerre » a fait une courte escale à Conakry, en Guinée, où, dans le cadre du plan de lutte interministériel contre la propagation du virus Ebola, il a déchargé le matériel nécessaire à la mise en place d’un CTS.

 

La mission Corymbe, assurée depuis 1990, est l'une des missions des forces armées françaises dans le golfe de Guinée. Elle est destinée à compléter le dispositif pré positionné en Afrique occidentale. Outre leur mission de présence dans une zone où les intérêts français sont nombreux, les navires déployés en Corymbe effectuent des actions de coopération bilatérale avec les pays de la région. Ils sont en mesure d’apporter un soutien rapide en cas de besoin, au même titre que les forces pré positionnées dans la région.

Repost 0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 17:45
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

16.11.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Samedi, le BPC Tonnerre a appareillé de Toulon pour rallier Conakry puis pour entamer son déploiement en mission Corymbe.

Selon le ministère, "après quelques jours de mer, il franchira le détroit de Gibraltar et rejoindra sa zone d’opération, au large de l’Afrique de l’Ouest, où il retrouvera l’aviso Enseigne de vaisseau Jacoubet." .

Le BPC transporte du matériel nécessaire à la mise en place d’un centre de traitement et de transit pour soignants (CTTS), destiné à la lutte contre l’épidémie du virus Ebola. Ce CTTS est en cours de construction à l'aéroport de Gbessia/Conakry.

Du matériel humanitaire a également été chargé à bord du BPC au profit d’organisations non gouvernementales.

C’est dans le port de Conakry que le Tonnerre débarquera le matériel destiné à l'installation de ce CTTS. D’autres équipements et du personnel militaire du service de santé des armées devraient par la suite être acheminés en Guinée.

Le chef de l'Etat qui sera à Dakar les 29 et 30 novembre pour le quinzième sommet de la Francophonie, est aussi attendu à Conakry. Il visitera alors les différents centres mis en place par la France à Conakry, dans sa banlieue et à Macenta.

Repost 0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 15:55
photo 1e REG

photo 1e REG

 

15 novembre 2014 Portail des Sous-Marins

 

Samedi 15 novembre, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre quitte Toulon, son port d’attache, pour participer à la mission Corymbe. Il rejoint le patrouilleur de haute-mer Enseigne de vaisseau Jacoubet, déjà déployé au large de l’Afrique occidentale.

 

Mission des forces armées françaises dans le golfe de Guinée depuis 1990, Corymbe complète le dispositif français pré-positionné en permanence en Afrique occidentale. La marine nationale y contribue en déployant dans la zone, de manière quasi permanente, un ou deux navires. Ces unités participent régulièrement à des missions de coopération bilatérale avec les pays de la région. Elles peuvent apporter un soutien rapide en cas d’opération de sécurisation, d’évacuation de ressortissants ou de mission humanitaire.

 

Lors de sa mission, le BPC Tonnerre transportera le matériel logistique nécessaire au déploiement d’un centre de traitement et de transit des soignants (CTTS). Ce matériel sera déchargé à Conakry (Guinée).

 

Ce transport maritime et opérationnel vers la Guinée complète les actions déjà menées par la France et les armées dans la lutte contre la propagation du virus Ebola.

 

Source : Marine Nationale (CECMED)

Repost 0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 15:45
Appareillage du BPC Tonnerre avec du matériel destiné à la lutte contre l’épidémie Ebola

 

15/11/2014 Sources : État-major des armées

 

Le 15 novembre, le BPC Tonnerre, basé à Toulon, a appareillé à l'occasion de son déploiement en mission Corymbe. Après quelques jours de mer, il franchira le détroit de Gibraltar et rejoindra sa zone d’opération, au large de l’Afrique de l’Ouest, où il retrouvera l’aviso Enseigne de vaisseau Jacoubet.

 

Durant les jours qui ont précédé le départ, une partie du matériel nécessaire à la mise en place d’un centre de traitement et de transit pour soignants (CTTS), destiné à la lutte contre l’épidémie du virus Ebola, a été embarqué. Du matériel humanitaire a également été chargé à bord du BPC au profit d’organisations non gouvernementales.

 

Ce CTTS sera mis en place en Guinée selon les conclusions d’une équipe d’experts actuellement déployée à Conakry. C’est dans ce port que le Tonnerre débarquera le matériel destiné à l'installation de ce centre. D’autres équipements et du personnel militaire du service de santé des armées devraient par la suite être acheminés en Guinée.

 

Depuis cet été, les armées prennent pleinement part à l’action gouvernementale de lutte contre le virus Ebola. Cette participation a pour l’instant consisté à mettre à disposition des capacités d’évacuation sanitaire et d’hospitalisation de patients contagieux au sein des hôpitaux militaires français, à participer à la viabilisation d’une piste sommaire en Guinée et à participer aux différentes structures du plan interministériel Ebola.

 

Le Tonnerre assurera pour sa part la mission Corymbe. Il s'agit, depuis 1990, d'une des missions des forces armées françaises dans le golfe de Guinée. Elle est destinée à compléter le dispositif pré positionné en Afrique occidentale. Outre leur mission de présence dans une zone où les intérêts français sont nombreux, les navires déployés en Corymbe effectuent des actions de coopération bilatérale avec les pays de la région. Ils sont en mesure d’apporter un soutien rapide en cas de besoin, au même titre que les forces pré positionnées dans la région.

Appareillage du BPC Tonnerre avec du matériel destiné à la lutte contre l’épidémie Ebola
Appareillage du BPC Tonnerre avec du matériel destiné à la lutte contre l’épidémie Ebola
Repost 0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 12:55
Un char AMX 10RC embarque à bord du BPC Tonnerre à Toulon, le 10 octobre 2014. photo C.LUU Marine Nationale

Un char AMX 10RC embarque à bord du BPC Tonnerre à Toulon, le 10 octobre 2014. photo C.LUU Marine Nationale

 

12.10.2014 par Marine Nationale

 

A partir d'aujourd'hui et jusqu'au 26 octobre 2014, un entraînement opérationnel de grande ampleur visant à mettre en œuvre une opération amphibie dans un contexte expéditionnaire se déroulera en Méditerranée occidentale et dans le Var. Les bâtiments étaient en préparation opérationnelle tout le week-end !

 

Voir reportage photos

Repost 0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 11:55
Catamaran 2014 : Entraînement opérationnel interarmées


10.10.2014 Source : Marine nationale
 

Du 13 au 26 octobre 2014, un entraînement opérationnel de grande ampleur visant à mettre en œuvre une opération amphibie dans un contexte expéditionnaire se déroulera en Méditerranée occidentale et dans le Var.

Le groupe aéronaval constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle, le groupe amphibie autour des BPC Tonnerre et Mistral, ainsi que le groupe de guerre des mines seront déployés dans le cadre de cette opération.

Mettant en œuvre des unités de la Marine nationale et de l’armée de Terre, cet entraînement doit renforcer l’aptitude des armées à conduire conjointement des opérations. Interarmées, il revêt également un aspect interallié puisque des militaires britanniques occuperont des postes clés au sein des différents états-majors de conduite et seront insérés dans les forces avancées. Des groupes de plongeurs démineurs italiens et slovènes participeront également à cet entrainement.

Au total, environ 5000 hommes seront déployés, dont 1000 dotés d’une autonomie logistique de 30 jours sur quinze bâtiments de surface. Dix-huit hélicoptères de l’aviation légère de l’armée de Terre, un groupement tactique embarqué composé d’éléments de la 9e brigade d’infanterie de marine (BIMa), un sous-groupement logistique issu de la 1e brigade logistique et trois états-majors embarqués participeront également à ces manœuvres.

 

Moyens engagés

 

Pour le groupe aéronaval

  • Porte-avions Charles de Gaulle
  • Groupe aérien embarqué avec 12 Rafale, 6 Super Étendard Modernisé, 1 Hawkeye, 2 hélicoptères Dauphin et 1 Alouette III
  • Bâtiment de commandement et de ravitaillement Var
  • Frégate de défense aérienne Chevalier Paul
  • Frégate anti-sous-marine Montcalm
  • Frégate type La Fayette Surcouf
  • Pétrolier ravitailleur Meuse
  • Sous-marin nucléaire d’attaque
  • Deux Atlantique 2

 

Pour le Groupe amphibie

  • Bâtiment de projection et de commandement Tonnerre et Mistral
  • Transport de chalands de débarquement Siroco
  • Deux EDA-R
  • Quatre CTM

 

Pour le Groupe guerre des mines

  • Bâtiment d’expérimentation et de guerre des mines Thétis
  • Chasseurs de mines tripartite Capricorne, Orion et Lyre
  • Bâtiment base des plongeurs démineurs Achéron et Pluton

 

Repost 0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 12:55
Sur le pont avec Tigre et Caïman

Passage de deux Caïman TTH et d’un Tigre version appui destruction (HAD) au dessus du BPC Tonnerre, au large de la Corse.

 

24/04/2014 C. Bobbera – Economie et technologie

 

Dans le cadre d’une campagne de navalisation des hélicoptères de nouvelle génération, trois NH90 TTH Caïman et un Tigre HAD ont embarqué pendant 15 jours à bord du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre. Objectif : entraîner l'équipage de ces aéronefs de l'armée de Terre à évoluer dans un contexte maritime.

 

Les lumières du pont d’envol du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre brillent dans la nuit noire. Au loin, le bruit sourd d’un hélicoptère se fait entendre. Les leds vertes situées au bout de ses pales forment un halo au-dessus de l’aéronef, lui donnant l’allure d’une machine de science-fiction. L’hélicoptère de manœuvre et d’assaut de nouvelle génération, le NH90 TTH Caïman, se présente pour apponter.

 

Cet appareil ainsi que deux autres Caïman et un Tigre HAD (version appui destruction) participent à une campagne de navalisation des hélicoptères de nouvelle génération de l’armée de Terre sur le BPC. Objectif : évaluer le comportement de ces aéronefs de l’armée de Terre de dernière génération dans un environnement maritime. Le groupement aéromobilité de la section technique de l’armée de Terre (Gamstat) supervise l’ensemble de cette campagne. Celle-ci s’est articulée en deux grandes phases : une première réservée aux essais et à l’extension des domaines d’homologation du Tigre et du Caïman et pour laquelle le Gamstat a travaillé en étroite collaboration avec la DGA-Essais en vol et le Centre d’expérimentations pratiques et de réception de l’aéronautique navale d’Hyères. Une seconde consistant à effectuer un transfert de compétence entre le Gamstat et le 1er RHC (régiment d'hélicoptères de combat) pour qualifier et entraîner les équipages (pilote, commandant de bord et mécanicien) de ces nouvelles machines au milieu maritime.

 

Une fois par an, les équipages opérationnels doivent s’entraîner avec des bâtiments de la Marine. « Cette campagne consiste à transposer les qualifications que nous possédons déjà  » explique le capitaine Jérôme Vigier, commandant de l’escadrille Caïman du 1er RHC. « L’appontage n’est pas une manœuvre anodine, en particulier la nuit. Les seuls repères visuels sont alors les éclairages des feux de contour du pont ainsi que les bâtons lumineux des chiens jaunes [NDLR : opérateur guidant les aéronefs sur le pont d'un porte-avions]. »

 

De leur côté, les mécaniciens et les chargés de maintenance de l’armée de Terre se sont également exercés à valider leurs procédures à bord du BPC. A bord, ces techniciens sont énormément mis à contribution,  effectuant des tâches qu’ils ne réalisent que très rarement à terre, telles que le roulage des appareils sur le pont, le dépliage et le pliage des pales… « Ces gestes paraissent très simples, ils nécessitent cependant beaucoup de temps sur un bateau, poursuit le commandant Bindner, responsable de la maintenance au Gamstat. Ces opérations ne sont pas complexes, mais, mal exécutées, elles peuvent avoir des conséquences importantes sur l’aéronef. Ces gestes qui nécessitent cinq personnes en régiment peuvent occuper une quinzaine d’intervenants sur un navire. Aussi, les marins nous aident activement dans ces manœuvres. »

 

Le temps de cette campagne de navalisation, l’équipage du bâtiment s’est félicité d’avoir accueilli ces appareils de nouvelle génération. Les hélicoptères de l’Alat (aviation légère de l'armée de Terre) sont présents sur les bâtiments de la Marine nationale depuis de nombreuses années, que ce soit pour des opérations ou des entraînements. « En 24 heures, l’Alat est capable d’être projetée grâce à la Marine à plus de 1 000 kilomètres de la France. Dernièrement, l’opération Harmattan a bien démontré tout l’intérêt de cette coopération interarmées », relève le commandant du Tonnerre, le capitaine de vaisseau François Majouffre. « Accueillir pour la première fois les Caïman TTH de l’armée de Terre nous permet de préparer les campagnes de raid aéromobile, de transport opérationnel ou encore d’évacuation de ressortissants qui peuvent se produire dans l’avenir. »

 

Tigre HAD et Caïman devraient terminer leurs phases d’expérimentations et de validation de leur emploi tactique opérationnel à l’été 2014. Leur mise en service opérationnelle devrait intervenir à l’été 2015 pour le Tigre HAD et en 2016 pour le Caïman.

 

 

Les mécaniciens du 1er RHC en intervention sur un Caïman TTH dans le hangar hélicoptère du BPC Tonnerre.

Les mécaniciens du 1er RHC en intervention sur un Caïman TTH dans le hangar hélicoptère du BPC Tonnerre.

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 21:55
Jokari : Le 3e RHC en entraînement sur le Tonnerre

 

28/01/2014 ASP M. FOUQUET

 

Du 10 au 16 janvier 2014, au large de Toulon, les militaires du 3e régiment d’hélicoptères de combat (3e RHC) et de la division aéronautique du commandement des forces terrestres (CFT) ont participé ensemble, à l’exercice Jokari sur le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre de la Marine nationale.

 

Cette activité a fait appel à des savoir-faire mis en œuvre durant l’opération HARMATTAN, menée par l’armée française en Lybie, en 2011.

 

Pour cet exercice, un détachement de 10 hélicoptères de combat a embarqué sur le BPC. La manœuvre s’est déroulée de manière progressive, s’achevant sur la réalisation du procédé de saturation du pont d’envol, point d’orgue de la semaine.

Repost 0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 17:35
Une délégation officielle de l’Indian Navy à bord du BPC Tonnerre le 30 mai 2013

Une délégation officielle de l’Indian Navy à bord du BPC Tonnerre le 30 mai 2013

03/06/2013 Marine nationale

 

À l’approche de la relâche opérationnelle prévue à Goa, le vice-amiral Marin Gillier, commandant la zone maritime de l’océan Indien (ALINDIEN) et le capitaine de vaisseau Jean-François Quérat, commandant le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre ont accueilli à bord une délégation officielle de l’Indian Navy le 30 mai 2013.

 

L’engin de débarquement amphibie rapide (EDA-R) du BPC a été dépêché dans le port de Goa pour accueillir le vice-amiral Monty Khanna, adjoint au chef d’état major de la marine indienne en charge des relations internationales, ainsi que le vice-amiral Parhar, commandant la région maritime de Goa et l’aéronautique navale. L’EDA-R a ensuite rejoint le Tonnerre, dans les eaux territoriales indiennes.

 

Chaque site stratégique du BPC a été présenté aux amiraux indiens. En passerelle, l’officier de manœuvre a expliqué les caractéristiques techniques du Tonnerre. La délégation s’est rendue sur la plateforme hélicoptère afin de découvrir les systèmes d’armement du bâtiment. La visite s’est poursuivie dans l’hôpital, le hangar hélicoptère, le central opérations, pour s’achever dans le radier.

 

L’une des spécificités du bâtiment, qui a retenu l’attention des amiraux indiens, est la «zone état-major», espace entièrement modulable de 850 m2, qui permet au BPC de se configurer efficacement et de répondre aux besoins opérationnels, interarmées et interalliées, des états-majors amenés à embarquer. Ce fut le cas à l’occasion de l’exercice OTAN Noble mariner, en 2012 ou Harmattan en 2011. Cette capacité a également été confirmée par l’embarquement de l’état-major d’ALINDIEN, dont les 49 officiers et sous officiers sont intégrés au Tonnerredepuis le 22 mai, pour une mission de près de trois semaines dans le golfe arabo-persique (GAP) et la mer d’Arabie.

 

Cette visite au profit de hautes autorités de la marine indienne est une occasion de renforcer la relation militaire franco-indienne. Symboles de la France à l’étranger, le BPC Tonnerre et la FASM Georges Leygues actuellement engagés au sein du groupe amphibie Jeanne d’Arc contribuent à renforcer le rayonnement de la France à l’étranger.

Repost 0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 11:17
Repost 0
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 12:30

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/marine/photos-au-fil-de-l-eau/2013mtln023_014_001_011_sm_sebastien_chenal/2226690-1-fre-FR/2013mtln023_014_001_011_sm_sebastien_chenal.jpg

photo SM Sebastien Chenal

 

15/03/2013 Marine nationale

 

Peu de temps après avoir passé le cap des 3 000 heures de vol, le BPC Tonnerre a réalisé, mercredi 13 mars 2013, son 15.000ème appontage sur la piste du pont d’envol du porte-hélicoptères.

 

Le bâtiment de projection et de commandement ayant été admis en service actif en 2007, cela représente environ 52 appontages par semaine, soit 7 par jour. À noter que ces chiffres sont une moyenne puisque l’activité sur le pont d’envol connaît des pics opérationnels, comme ce fut le cas durant l’opération Harmattan, au large de la Libye.

 

Ce chiffre symbolique des 15.000 appontages a été atteint alors que le groupe amphibie, articulé autour du BPC Tonnerre et de sa frégate d’escorte Georges Leygues, fait route vers la Méditerranée. Parti le 6 mars dernier de Brest pour la mission Jeanne d’Arc 2013, le groupe, qui intègre notamment deux cents légionnaires et un détachement de l’aviation légère de l’armée de terre, s’apprête à mener plusieurs manœuvres interarmées et interalliées en Méditerranée. Il rejoindra ensuite l’opération Atalante dans quelques semaines, puis poursuivra jusqu’en mer de Chine pour des activités de coopération régionale.

 

 Aux missions opérationnelles ordonnées au groupe amphibie, vient s’ajouter la mission de formation des cent-trente-trois officiers-élèves, embarqués pour leur période d’application à la mer.

Repost 0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 17:55

hélico1

 

27 février 2013 Par BPC Tonnerre

 

3000 heures de vol, dont la moitié de nuit, ont été effectuées par les hélicoptères des trois armées sur le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre depuis son admission au service actif en 2007. Cette échéance a été franchie par le lieutenant Sustersic, commandant de bord du PUMA « FMDAT » du 3ème régiment d’hélicoptères de combat de Pau au cours de l’exercice Spartiate, organisé au large de Toulon par la division entraînement d’ALFAN. Cet exercice, de niveau supérieur, achève le cycle de mise en condition opérationnelle des marins du BPC Tonnerre avant leur départ de Brest, le 6 mars 2013, pour la mission Jeanne d’Arc.

Repost 0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 11:30

http://www.corlobe.tk/IMG/jpg/Tonnerre261011_001_c.jpg

Le BPC Tonnerre de retour de Libye  - photo Jean-Louis Venne

 

27 octobre 2011 Par Jean-Louis Venne. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Avec la réduction des moyens participant à l’opération Harmattan, le BPC Tonnerre est rentré à Toulon. Voici donc le Tonnerre accosté à Toulon, à côté de son grand frère le Mistral.

Repost 0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 07:35

http://www.meretmarine.com/objets/500/36900.jpg

 

Exercice CSAR à partir d'un Seahawk avec des Navy SEAL (image d'archives)

crédits : US NAVY

 

07/10/2011 MER et MARINE

 

Actuellement déployé au large de la Libye dans le cadre de l'opération Harmattan, le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre a accueilli un détachement de militaires américains. Cette unité héliportée est spécialisée dans les missions de Combat Search and Rescue (CSAR), destinée aux opérations de secours (par exemple la récupération d'un pilote dont l'appareil a été abattu) en zone de combat. « Un détachement CSAR US a été ponctuellement positionné sur le BPC afin de renforcer, au plus près des côtes libyennes, la capacité CSAR », explique l'Etat-major des Armées. Pour mémoire, le Tonnerre, et avant lui le Mistral et le porte-avions Charles de Gaulle, dispose d'une unité CSAR constituée, notamment, d'hélicoptères EC725 Caracal. Ces machines complètent le reste du groupe aéromobile embarqué, composé d'hélicoptères de combat Tigre et Gazelle, ainsi que d'hélicoptères de manoeuvre Puma.
Concernant le reste de la force navale déployée par la Marine nationale au sein de la Task Force 473, on notera que la frégate Cassard a été relevée par la frégate Chevalier Paul, le ravitailleur Marne par le Var. Quant à l'aviso intégré au volet maritime de l'opération Unified Protector de l'OTAN, le Lieutenant de Vaisseau Lavallée a été remplacé par le Commandant Birot.


La frégate Cassard (© : EMA)


Gazelle de nuit sur le Tonnerre (© : EMA)

140 sorties réalisées en une semaine

Hier, l'EMA a communiqué son point hebdomadaire sur les opérations en Libye. Du 30 septembre au 6 octobre, le dispositif militaire français a assuré environ 140 sorties, dont 60% sont des missions offensives. Ces missions se décomposent ainsi : 86 sorties d'attaque au sol (Rafale Air, Mirage 2000-D, Mirage 2000-N et Mirage F1 CT) ; 28 sorties de reconnaissance et de surveillance (Rafale pod reco NG, Mirage F1 CR, Atlantique 2, drone Harfang) ; 7 sorties de contrôle aérien (E-3F) ; 10 sorties de ravitaillement (C135 FR) et 8 sorties pour le groupement aéromobile embarqué sur le Tonnerre.
Au cours des opérations, de nouveaux objectifs ont été neutralisés par les avions de chasse et les hélicoptères dans les régions de Syrte et Bani Walid. Ont, ainsi, été détruits une vingtaine de véhicules militaires, dont trois lance-roquettes et une pièce d'artillerie ; ainsi que quatre bâtiments de commandement et un site radar.


Le BPC Tonnerre (© : EMA)
Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories