Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 08:30
Yémen: les combats ont repris, les négociations de paix aussi

 

19-12-2015 Par RFI

 

Malgré la trêve entrée en vigueur mardi, les combats ont repris vendredi au Yémen. Pendant que les forces loyalistes progressent sur le terrain, des représentants des deux camps se sont réunis samedi en Suisse pour poursuivre les discussions de paix.

Lire l’article

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 08:30
ENIGMA Blindé 8x8 - photo SITTA

ENIGMA Blindé 8x8 - photo SITTA

 

November 15, 2015: Strategy Page

 

In early 2015 the UAE (United Arab Emirates) sent troops into combat for the first time since 1991. This time around the UAE forces had more modern equipment, some of it made by UAE firms. For example there were two locally made armored vehicles sent to Yemen; NIMR and Enigma. The UAE military has bought over 1,500 NIMR military trucks. NIMR is produced by a UAE company with an assembly plant in Jordan. It is a hummer-like vehicle designed to cope with the high heat and abundant sand and dust found in the Middle East. The basic 4x4 NIMR weighs 4.4 tons, can carry 1.5 tons (or up to eight people), and be equipped with a remote control 12.7mm machine-gun turret. Top speed is 140 kilometers an hour on roads. This version costs about $82,000 each. There is a larger 6x6 version for carrying cargo. There is also an anti-aircraft version armed with four Mistral missiles ready-to-fire and four more as reloads. An anti-tank version comes equipped with four Milan ATGM (anti-tank guided missiles) ready to fire and four more as reloads. All NIMRs are equipped to take a variety of armor kits (providing different degrees of protection against bullets and explosions). NIMR development began in the late 1990s and production began in 2005. NIMR was designed with the help of Russian automotive company GAZ, which also helped set up the manufacturing operation and supplies some of the components. There have been several export customers (all Moslem states) for NIMR.

 

Another new UAE armored vehicle sent to Yemen, the Enigma 8x8 IFV (Infantry Fighting Vehicle), which only entered service recently and was still undergoing field testing. Despite that the 25 available Enigmas were sent off to war, where they have performed well. The Enigma is a 28 ton IFV with a V shaped bottom (for protection against mines and roadside bombs). It uses a Russian turret (the one for the BMP 3) and has a crew of three. Eight troops can be carried in the back. The turret is armed with a 100mm gun that fires laser-guided projectiles or several types of shells. In addition there is a 30mm automatic cannon and a 7.62mm machine-gun. Enigma was designed to handle other types of turrets including one with a 155mm howitzer or various missile systems. NIMR (the company that created the NIMR truck) has also developed an MRAP vehicle based on the popular South African RG35 design.

 

UAE troops in Yemen are armed with locally made CAR 816 assault rifles. This is another M-16 clone and has all the latest features and accessories.

 

Since the 1990s the UAE has invested heavily in defense manufacturers inside the UAE and the Middle East. One of these firms is Adcom Systems United which has been around for 25 years and produces a wide range of military equipment. It does this by licensing a lot of technology and forming partnerships with high-tech firms in the West. Adcom has been working on UAVs since 2003 and has delivered several models for both military, police and commercial use.

 

The UAE has been encouraging local companies to develop weapons for use by local forces and export markets. So far this has resulted in UAE firms manufacturing military trucks, guided missiles, and small arms. Despite this since 2008 UAE has become the third largest importer of weapons in the world and the largest in the Middle East. The other two big spenders worldwide are India and China. In the Middle East the UAE imports 50 percent more weapons than Israel.

 

The UAE is a confederation of small Arab states at the southern end of the Persian Gulf. With a population of only 5.5 million, and large oil and gas deposits, the emirates have a per-capita income of $43,000. Thus the UAE has a lot to defend and an increasingly belligerent neighbor just across the Gulf. The UAE controls one side entrance to the Gulf (the Straits of Hormuz). Iran is on the other end, and both nations dispute ownership of some islands in the middle.

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 12:30
Yémen: vaste offensive antirebelles lancée pour libérer la province de Taëz

 

 

16 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Aden - Une vaste opération des forces progouvernementales yéménites et de la coalition arabe a été lancée lundi pour reprendre aux rebelles chiites Houthis la province de Taëz, dans le sud-ouest du Yémen, a annoncé un haut gradé des forces loyalistes.

 

Une vaste opération de l'armée nationale et des forces de la coalition a été lancée pour briser l'étau des Houthis et des forces de (l'ancien président Ali Abdallah) Saleh et libérer la province de Taëz, a déclaré à l'AFP le général Ahmed Saïf al-Yafei, commandant des forces loyalistes.

 

L'opération a été déclenchée après l'arrivée de renforts militaires de la coalition arabe (conduite par l'Arabie saoudite) et de l'armée nationale, a ajouté le haut gradé yéménite.

 

Avant l'annonce officielle du lancement de l'offensive, des sources militaires yéménites avaient fait état de la progression lundi de forces de la coalition arabe en direction de la province de Taëz.

 

Ce mouvement préfigurait, selon ces sources, une offensive majeure destinée à reprendre la province dont la capitale, éponyme, est la troisième ville du Yémen.

 

Les rebelles chiites Houthis encerclent dans la ville des forces loyales au gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale et soutenu militairement par la coalition arabe.

 

Les forces équipées de véhicules blindés et d'engins de déminage avançaient dans la zone de Charija, proche de la ville de Rahida, située dans le sud de la province de Taëz, ont précisé des sources de la 4ème région militaire yéménite, basée à Aden (sud).

 

Les premières ont pu reprendre une colline stratégique, tuant trois rebelles et perdant deux hommes, ont ajouté ces sources.

 

Les Houthis ont été chassés de cinq provinces du sud du Yémen à la faveur d'une offensive lancée en juillet notamment par des combattants loyalistes soutenus par la coalition arabe.

 

Issus de l'importante minorité chiite zaïdite, les Houthis sont entrés en guerre en 2014 contre le pouvoir central et contrôlent toujours les provinces du nord du Yémen, dont celle de Sanaa.

 

Selon l'ONU, la guerre a fait quelque 5.000 morts, dont plus de la moitié des civils, depuis mars, date de l'intervention de la coalition arabe en soutien au gouvernement Hadi.

Repost 0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 14:30
La guerre au Yémen coûte très chère aux Emirats Arabes Unis, ce qui l'oblige à décaler certaines acquisitions d'armement -  photo Dassault Aviation

La guerre au Yémen coûte très chère aux Emirats Arabes Unis, ce qui l'oblige à décaler certaines acquisitions d'armement - photo Dassault Aviation

 

09/11/2015 Par Michel Cabirol, à Dubai – LaTribune.fr

 

Les Emirats Arabes Unis sont en guerre au Yémen. Un conflit qui coûte très cher et qui repousse à plus tard les dossiers d'acquisitions de nouveaux équipements militaires. Les compagnies aériennes du Golfe digèrent quant à elles leurs précédentes commandes faramineuses.

 

Qu'on se le dise en France, les Emirats Arabes Unis (EAU) sont en guerre. Au Yémen précisément, les troupes émiraties, qui déplorent quelques pertes humaines (68 morts), combattent aux côtés des Saoudiens principalement. C'est le message qu'a d'ailleurs fait passer le prince héritier d'Abu Dhabi, Sheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, qui a inauguré dimanche le Dubai Air Show, à ses interlocuteurs français en leur précisant que cette guerre sera très certainement longue. "Nous n'avions pas du tout la perception de cette situation ici en France", reconnait un industriel surpris par ce discours.

 

Les Emirats focalisés sur le conflit au Yémen

Comme c'est le premier conflit à l'étranger auquel des troupes au sol émiraties participent, les autorités sont donc très focalisées sur cette guerre. Du coup, les discussions sur les projets d'acquisitions, dont le Rafale, sont ralenties en attendant des jours meilleurs. "Il faut attendre une meilleure conjoncture", estime-t-on à La Tribune. Car la guerre au Yémen coûte très chère aux Emirats, qui pâtit en outre d'un prix du baril trop faible. Il a perdu la moitié de sa valeur depuis juin 2014, le cours du "light sweet crude" pour livraison en décembre s'élevait vendredi à 44,29 dollars.

Sheikh Mohammed n'a donc pas abordé les dossiers armement lors de la première journée du salon de Dubai, à l'exception de quelques programmes d'urgence opérationnelle liés au conflit comme par exemple des besoins en optronique. D'autant que les Emirats, qui sont déjà très bien équipés, utilisent la plupart de leurs systèmes d'armes achetés ces dernières années dans les combats au Yémen, y compris les chars Leclerc, qui donnent entière satisfaction, selon une source française.

"Nous pensons que les prix du pétrole vont se maintenir à leur niveau actuel pendant des années et, par conséquent, les pays du CCG (Conseil de coopération du Golfe : Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar) devraient procéder à des ajustements budgétaires", a déclaré dimanche la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde.

Suite de l'article

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 11:30
Yémen: le martyre d’une « Arabie heureuse »

 

15.10.2015 par JF Fiorina - notes-geopolitiques.com

 

Derrière le conflit religieux, le contrôle de la mer Rouge

« Le Yémen est en train de s’effondrer sous nos yeux ». C’est par ces mots que le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, décrit la situation du pays devant le Conseil de sécurité le 12 février 2015.

On ne saurait mieux souligner l’état chaotique de la transition politique débutée en parallèle des « Printemps arabes », en 2011.

L’instabilité du Yémen, objet de l’attention internationale à la suite de nombreux attentats terroristes perpétrés par Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA), massivement présent sur le territoire yéménite, et plus récemment par l’État Islamique (EI), n’est pourtant pas nouvelle.

Elle puise ses racines dans la fragmentation géographique, sectaire et tribale d’un pays récemment mais superficiellement réunifié (1990).

Elle s’inscrit surtout dans un contexte géopolitique plus large, avec des enjeux régionaux mais également internationaux : l’ancien royaume de Saba, riche d’aromates, d’or et de pierres précieuses au temps du roi Salomon, contrôle le détroit de Bab el-Mandeb dans la mer Rouge et vers le canal de Suez. Une artère vitale pour le commerce international.

État pauvre et « failli » dans un environnement agité, miné par de profondes divisions internes, tribales et religieuses, le Yémen dispose pourtant d’importants atouts géopolitiques. Il est, avec ses 13 millions d’habitants, l’un des pays les plus peuplés de la péninsule arabique.

Il bénéficie de conditions climatiques favorables, la hauteur de ses massifs (culminant à 3400 mètres) lui permettant de disposer de 400 à 600 millimètres de précipitations annuelles.

Les riches terres volcaniques et les conditions climatiques ont ainsi permis l’épanouissement, dès l’Antiquité, d’une civilisation agricole originale, dont la puissance a été rapidement renforcée par sa position privilégiée le long de la mer Rouge, par où transitent les biens les plus précieux de l’époque.

Grecs et Romains ont ainsi qualifié la région d’ « Arabie heureuse » (Arabia Felix). Mais ce qui avait fait la richesse du pays, cette situation stratégique, explique pour une grande part ses problèmes actuels.

 

L’apparence des faits : l’extension du conflit entre chiites et sunnites

Le 26 mars 2015, l’Arabie saoudite lançait une offensive aérienne, nommée « Tempête décisive », contre le Yémen, avec l’aide d’une coalition d’une dizaine d’autres États, soutenue par les puissances occidentales.

Son but affiché : rétablir dans ses fonctions le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié à Ryad après avoir été chassé du pouvoir par les Houthis chiites.

Une intervention justifiée a posteriori par la résolution 2216 du Conseil de sécurité de l’ONU (20/04/2015), exigeant le retrait des milices houthistes des zones qu’elles ont progressivement conquises depuis septembre 2014.

Avec ses inévitables dégâts collatéraux (4 900 morts et quelque 25 000 blessés, selon l’ONU, à fin septembre 2015), cette campagne militaire est toujours en cours.

Malgré le retour le 22 septembre de Mansour Hadi à Aden, le grand port du sud et la 2e ville du Yémen, elle semble marquer le pas. Le pays s’enfonce indubitablement dans la guerre civile et religieuse.

Pour Didier Bilion, directeur adjoint de l’IRIS, « derrière le conflit local qui fait rage, se profile en réalité le bras de fer entre les États arabes du Golfe, emmenés par l’Arabie saoudite, et l’Iran. L’Arabie saoudite tente, par tous les moyens, de se replacer au centre du jeu régional et de s’imposer comme le leader pour s’opposer à ce qu’elle appelle ‘l’expansionnisme iranien’ » (www.iris-france.org, 23/06/2015).

Appuyée sur le « fantasme de la menace iranienne », réactivé par le « retour éclatant » de Téhéran sur la scène internationale (cf. note CLES n°166, 17/09/2015), la réaction de Ryad ne saurait cependant se comprendre sans la prise en compte du contentieux qui l’oppose, depuis l’origine, au Yémen.

 

Un contentieux ancien entre Riyad et Sanaa

Si la partie méridionale du Yémen, correspondant à l’ancien hinterland britannique formé au XIXe siècle autour du port d’Aden, n’accède à l’indépendance qu’en 1967, le territoire de la « République arabe du Yémen », au nord, se libère de la domination ottomane dès la fin de la Première Guerre mondiale.

Mais dès l’accord de Taef (1934), ce nouvel État doit céder à l’Arabie saoudite la province de l’Asir, dont les contours restent cependant imprécis. Les deux pays se disputent notamment la souveraineté sur les îles se trouvant au large de cette région (archipel des Farassan en particulier).

« La monarchie des Saoud s’est toujours méfiée du Yémen, république soupçonnée de vouloir récupérer les territoires perdus en 1934, c’est pourquoi Ryad a soutenu le mouvement sécessionniste sudiste apparu au Yémen en 1994, expliquent les auteurs de L’Atlas géopolitique des espaces maritimes. La défaite des séparatistes a suscité une nouvelle tension avec Sanaa et des incidents armés ont opposé les deux pays, en 1998, à la suite de l’occupation de certaines îles contestées. »

Il faudra attendre l’accord du 12 juin 2000 pour voir se fixer les frontières terrestres et la délimitation des espaces maritimes entre les deux pays.

Plus fondamentalement, c’est la légitimité politique du Yémen que la monarchie saoudienne, elle-même issue de la défaite ottomane de 1918, et historiquement beaucoup plus frustre que l’antique « Arabie heureuse », semble avoir toujours contestée.

Thomas Flichy de La Neuville le souligne : « Les racines de cette opposition puisent dans une fracture plurimillénaire, interne à la péninsule arabique, entre la riche civilisation agricole des hauts plateaux yéménites et les espaces désertiques du nord, territoires des Bédouins » (L’Obs, 13/04/2015).

C’est ce qui explique le conflit de 1926-1934 entre les deux pays puis l’hégémonie exercée par les Saoudiens sur la République Arabe du Yémen septentrional, depuis leur appui aux monarchistes, opposés aux républicains soutenus par l’Égypte de Nasser lors de la guerre civile de 1962, jusqu’à la réunification qu’ils n’auront jamais cherché à favoriser, bien au contraire.

« L’Arabie saoudite mène de longue date une politique d’affaiblissement de son voisin », rappelle Le Monde (17/04/2015). La faiblesse actuelle du Yémen doit beaucoup à cette sourde hostilité.

 

Une position stratégique sur la route du pétrole

« L’emplacement stratégique du pays au carrefour des routes pétrolières à destination de l’Europe, du bassin méditerranéen, de l’Afrique et de l’Asie en fait un enjeu sécuritaire de taille pour certaines puissances extérieures comme l’Arabie Saoudite, l’Iran ou les Etats Unis », observent Elsa Barbiéri et Marine Matray pour le Diploweb.com.

Quatrième point de passage maritime le plus important au monde en matière de transport de pétrole, le détroit de Bab el-Mandeb, entre Yémen, Erythrée et Djibouti, voit en effet transiter 90 % des seules exportations japonaises et 3,8 millions de barils par jour (chiffres AFP, 2015).

Dès lors, la dégradation de la situation au Yémen représente un facteur potentiel de déstabilisation régionale dont les répercussions seraient évidemment internationales. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si plus de 8 000 soldats occidentaux sont stationnés à demeure à Djibouti, en face d’ Aden.

Si l’ingérence iranienne est souvent montrée du doigt, le degré d’implication de Téhéran reste discuté par les spécialistes. D’autant que les Houtis ne sont que l’une des composantes des groupes chiites zaydites: avec pour objectif la restauration de leur imamat perdu en 1962, ils sont minoritaires au sein des tribus chiites zaydites.

L’engagement des États sunnites du Golfe, soutenus par les puissances occidentales et leurs alliés locaux (Égypte en tête), ne fait en revanche aucun doute. À cela deux raisons. La première s’inscrit dans la lutte d’influence géopolitique à laquelle se livrent le royaume saoudien et la République islamique d’Iran.

Si celle-ci réussissait à s’assurer Sanaa, après Bagdad, Damas et Beyrouth (via le Hezbollah), elle pourrait en effet constituer une sorte de « ceinture chiite » autour des États sunnites de la région ce que ces derniers ne peuvent accepter. Mais l’enjeu n’est pas seulement régional.

Un État pro-iranien installé sur les bords de la mer Rouge donnerait à Téhéran la possibilité de couper deux des principales artères maritimes du pétrole du Proche-Orient, à savoir le détroit d’Ormuz dans le Golfe et celui de Bab el-Mandeb contrôlant de facto le trafic du canal de Suez.

Un risque que les puissances occidentales ne souhaitent pas prendre. Et qui explique, au-delà du soutien à la coalition arabe, la méfiance entretenue dans nombre de chancelleries à l’égard de l’Iran.

À cette aune, le Yémen se présente comme un cas géopolitique exemplaire. Car si, pour les peuples, le facteur religieux et plus largement les enjeux identitaires restent essentiels, c’est bien la question de la puissance, notamment dans ses aspects économiques, comprenant l’accès aux ressources, qui constitue le vrai moteur des relations internationales.

 

Télécharger : Yémen: le martyre d’une « Arabie heureuse »

 

Pour aller plus loin:

  • « Yémen.Vers un échec du modèle yéménite de transition négociée », par Elsa Barbiéri et Marine Matray, Diploweb.com, 25/03/2015 ;
  • « Atlas géo- politique des espaces maritimes », par Didier Ortolland et Jean-Pierre Pirat, Technip, 2e édition 2010, 333 p., 64 € ;
  • « Géopolitique de la mer Rouge », par François Jedaoui, Diploweb.com, 24/01/2015.
Repost 0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 16:30
Yémen: les forces loyalistes contrôlent le détroit stratégique de Bab Al-Mandeb


02.10.2015 45eNord.ca (AFP)
 

Les forces gouvernementales yéménites ont pris le contrôle vendredi du détroit stratégique de Bab Al-Mandeb, par lequel transite une bonne partie du trafic maritime mondial, et jusqu’alors aux mains des rebelles chiites Houthis, selon un chef militaire.

 

« Le détroit de Bab Al-Mandeb est désormais sous le contrôle total de nos troupes », a déclaré à l’AFP le général de brigade Turki Ahmed, l’un des commandants de l’offensive militaire qui a permis jeudi « la reconquête de l’île de Mayoun », située entre le Golfe d’Aden et la mer Rouge.

Les forces gouvernementales, soutenues par la coalition arabe conduite par l’Arabie saoudite, ont également repris aux rebelles les localités de Bab Al-Mandeb et Dhubab, proches du détroit.

Ce détroit était depuis mars aux mains des Houthis et de leurs alliés, les unités militaires restées fidèles à l’ancien président Ali Abdallah Saleh.

Le général Ahmed a fait état de « l’aide des forces de la coalition, qui ont apporté un appui terrestre, naval et aérien » pour la reprise du détroit.

 

Repli des Houthis

« Les Houthis et leurs alliés se sont repliés sur Mokha », ville portuaire de la mer Rouge, située à environ 20 km plus au nord, a-t-il encore ajouté.

L’offensive a été lancée « en réponse à des mouvements de troupes des rebelles » en direction de la province d’Aden et de quatre autres provinces du Sud, toutes reconquises cet été par les forces gouvernementales, a indiqué par ailleurs une source militaire.

Aden, déclarée capitale « provisoire » du pays, « a été visée jeudi par le tir d’un missile Scud, tombé dans la banlieue ouest », a révélé sans plus de détails cette même source, qui a requis l’anonymat.

En septembre, le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi avait regagné Aden après six mois d’exil en Arabie saoudite.

Les rebelles, qui contrôlent toujours la capitale Sanaa et des régions du centre et du nord du pays, ont reconnu vendredi la perte du détroit de Bab Al-Mandeb.

Dans un message adressé au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, l’un de leurs responsables, Mohamed Ali al-Houthi, dit avoir été « surpris » par l’attaque jeudi contre ses partisans « sur l’île Mayoun et les zones proches du détroit de Bab Al-Mandeb ».

Il y voit « une escalade grave et irresponsable » et met en garde contre « les menaces » qu’elle fait peser sur « la sécurité de la navigation maritime internationale » dans le détroit, selon le texte publié par l’agence de presse Saba contrôlée par les rebelles.

Après la reconquête de ce détroit, « la prochaine étape pour nos forces sera la reprise de toute la côte bordant la mer Rouge, dont Mokha, mais aussi Hodeida », la grande cité portuaire toujours contrôlée par les rebelles, a déclaré pour sa part à l’AFP le porte-parole du gouvernement d’Aden, Rajedh Badi.

Repost 0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 16:30
Credits BBC

Credits BBC

 

30 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Ryad - La coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite qui intervient au Yémen en soutien au gouvernement a affirmé jeudi avoir intercepté en mer d'Oman un bateau de pêche iranien chargé d'armes destinées aux rebelles chiites yéménites Houthis.

 

Des armes ont été saisies à bord de ce bateau, intercepté samedi au large de la ville omanaise de Salalah, a déclaré la coalition dans un communiqué. Cette annonce a été faite alors que de vives tensions opposent l'Arabie saoudite à l'Iran.

 

Selon la coalition, parmi les équipements saisis figurent 18 obus antiblindés, 54 obus antichars BGM17 et des système de guidage de tirs. Outre le capitaine, 14 Iraniens étaient à bord de ce bateau, enregistré en tant qu'embarcation de pêche en Iran, a-t-on ajouté de même source.

 

La coalition militaire conduite par l'Arabie saoudite et composée principalement de pays du Golfe impose un blocus maritime au Yémen depuis le début de son intervention en mars en soutien au président Abd Rabbo Mansour Hadi contre les rebelles chiites Houthis.

 

Le gouvernement yéménite et la coalition arabe accusent régulièrement l'Iran de soutenir les Houthis qui se sont emparés de vastes pans du territoire yéménite depuis un an et contrôlent toujours la capitale Sanaa.

 

Pour justifier leur intervention, les monarchies sunnites du Golfe, Arabie saoudite en tête, ont affirmé vouloir empêcher Téhéran de rééditer au Yémen l'expérience du mouvement chiite libanais Hezbollah.

 

Fin avril, un convoi de bateaux iraniens soupçonnés par les Américains de transporter des armes pour les rebelles avait fait demi-tour en mer d'Oman avant d'atteindre la côte yéménite.

 

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté en avril une résolution qui impose un embargo sur les armes contre les rebelles au Yémen.

 

Au cours de la semaine écoulée, le ton est monté entre l'Arabie saoudite et l'Iran à propos de la bousculade meurtrière qui s'est produite lors du pèlerinage annuel musulman de La Mecque.

 

Parmi les 769 morts annoncés officiellement figurent 239 Iraniens. Téhéran a accusé Ryad de graves négligences dans l'organisation du rassemblement religieux. Ryad a rétorqué en reprochant à Téhéran de chercher à politiser la catastrophe qui a endeuillé le pèlerinage.

 

Les deux pays ont également des échanges tendus au sujet de la Syrie. Mardi, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir, a affirmé que l'Iran faisait partie du problème et ne pouvait pas faire partie d'une solution.

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:30
'Fairview': Latest Snowden Doc Shows NSA Spied on German Intelligence

 

29.09.2015 By Matthias Gebauer, Henrik Moltke and Michael Sontheimer – Spiegel.de

 

Fresh insight into the trove of documents released by NSA whistleblower Edward Snowden has revealed that US spies intercepted sensitive communications between Germany's security agencies during a kidnapping in Yemen.

 

The kidnappers came in an SUV. Not far from the northern Yemeni city of Saada, they ambushed a party of picnickers and captured a German married couple, their three children and four others. That was on June 12, 2009.

The Christian aid workers from Bautzen, Germany, were considered missing for five years, with their deaths only confirmed in August 2014. The kidnappers' identities --and it remains unresolved whether they were apolitical criminals or Islamists -- remains unclear.

The abduction in northern Yemen caused a frenzy of activity in Berlin and in the Yemeni capital. Crisis committees were formed at the German Embassy in Yemen and the Foreign Ministry in Berlin. Diplomats and experts from Germany's Federal Criminal Police Office (BKA) and its foreign intelligence agency, the Bundesnachrichtendienst (BND), frantically tried to obtain background information and establish contact with the kidnappers.

Bad news, however, was soon to follow. Three of the German couple's companions -- two German nurses and a South Korean teacher -- were found shot to death several days after their abduction.

 

Read more

Repost 0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 16:30
Yémen: les rebelles libèrent six étrangers, dont trois Américains

 

20 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Sanaa - Les rebelles chiites Houthis au Yémen ont libéré dimanche trois Américains, deux Saoudiens et un Britannique qui étaient détenus depuis environ six mois, a déclaré un responsable rebelle et une source des services de sécurité.

 

Les six personnes ont embarqué à bord d'un avion militaire d'Oman venu chercher à Sanaa une délégation rebelle qui doit avoir des consultations avec l'émissaire de l'ONU pour le Yémen à Mascate, selon ces sources.

 

Aucune information n'a été donnée par les dirigeants de la rébellion à Sanaa ni sur l'identité de ces personnes, ni sur les raisons pour lesquelles elles étaient retenues au Yémen.

 

Parlant à des journalistes à l'aéroport de Sanaa, un porte-parole de la rébellion, Mohammed Abdessalam, a refusé de confirmer de façon catégorique la libération des étrangers, estimant toutefois possible qu'ils soient remis aujourd'hui aux autorités omanaises.

 

Fin mai, un Américain parmi plusieurs détenus au Yémen avait été libéré et accueilli au sultanat voisin d'Oman où se tenaient alors des discussions entre Washington et les Houthis. Il s'agissait du journaliste indépendant Casey Coombs qui travaillait au Yémen depuis 2012.

 

Oman, qui occupe une place charnière entre les monarchies sunnites du Golfe et l'Iran chiite, allié des Houthis, a déjà joué un rôle de médiateur dans la crise au Yémen et des affaires d'otages.

 

Le sultanat avait notamment contribué à la libération en août de la Française Isabelle Prime, enlevé en février à Sanaa.

 

Washington a fourni un soutien logistique et des renseignements à la coalition arabe sous commandement saoudien qui mène depuis mars des frappes aériennes contre les Houthis, maîtres de Sanaa depuis un an.

 

Cependant, les Américains, invoquant l'aggravation de la crise humanitaire au Yémen, ont multiplié les appels ces derniers mois en faveur d'un règlement politique.

 

Le 4 septembre, le Washington Post a affirmé que trois Américains étaient encore détenus par les rebelles au Yémen et a identifié l'un d'eux comme étant Scott Darden, 45 ans, employé d'une entreprise de logistique basée en Louisianne.

 

Le journal avait également mentionné la détention d'un Américain non identifié de 54 ans, originaire du Michigan, et d'un autre de 35 ans, professeur d'anglais au Yémen converti à l'islam.

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 16:30
L'offensive terrestre progresse au Yémen

Leclerc MBT - source Twitter

 

14/09/2015 Par Georges Malbrunot – LeFigaro.fr

 

Les forces de la coalition avancent dans la province de Mareb, mais leur progression se heurte à la résistance des rebelles Houthistes.

 

Alors que l'offensive terrestre de la coalition arabe a été lancée dimanche, cinq soldats saoudiens sont tués près de la frontière avec le Yémen. Ils «effectuaient leur devoir de protection de la frontière nationale face aux agresseurs rebelles», a rapporté l'agence de presse saoudienne SPA. Ils ont été tués dans le secteur sud de la province de Nadjran. L'offensive au sol a été lancée par les Émiriens et les Saoudiens dans la province pétrolière de Mareb, dans le centre du Yémen, avec comme objectif à terme Sanaa, la capitale, passée il y a un an aux mains des rebelles chiites Houthistes, qui ont depuis étendu leur influence à d'autres régions du pays.

 

Suite de l’article

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 13:30
UAE launches ground offensive against Houthis in Yemen

 

September 14, 2015 Simon Pluckrose - 7DAYS UAE

 

The UAE has launched a ground offensive against rebels in Yemen.

 

National news agency WAM reported on Monday morning that the assault was part of the Saudi-led Arab coalition. The report said: “The UAE Armed Forces have launched a successful ground offense on the Houthi rebel militias and made advance on the ground in Marib as part of the Saudi-led Arab coalition in Yemen. “The General Command of the UAE Armed Forces announced that an Emirati serviceman was martyred during the operations.” No further details were released by WAM.

 

Read more

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:30
photo Saudi Air Force

photo Saudi Air Force

 

May 31, 2015: Strategy Page

 

As Saudi Arabia carries out the longest air campaign (against Yemen) in its history it was noted that the Saudis were sending up to fifty British made Typhoon and Tornado fighter-bombers a day on combat missions. The Saudis have 80 Tornados and 48 Typhoons with another 72 Typhoons on order. In contrast Britain has 125 Typhoons and 98 Tornados. Because of budget cuts and the resulting shortages of spare parts and maintenance personnel Britain could not put as many Typhoons and Tornados into action as Saudi Arabia. This is another example of how just having a lot of combat aircraft can be misleading. If you cannot afford to keep them flying your air force becomes much less capable than it appears.

 

For Britain this is nothing new. Since the late 1990s Britain's RAF (Royal Air Force) has had to deal with year after year of budget cuts. By 2011 the years of cutting corners because of shrinking budgets reached the point where a lack of spare parts for the new Eurofighter Typhoon limited the amount of time pilots could spend in the air. This, in turn, led to only eight pilots being certified as qualified to perform ground attack duties in the Eurofighter. While the Eurofighter is mainly an air-superiority ("fighter") aircraft, there is very little call for that sort of thing at the moment. Ground attack, on the other hand, was very much in demand during 2011 when NATO agreed to provide support for Libyan rebels. Now the RAF now finds that the Saudi Air Force has more pilots capable of flying bombing missions than Britain and can put more combat aircraft into the air than the RAF.

 

The two decades of cuts had already led to cancellations of orders for new aircraft. In 2009 Germany and Britain both decided to cut back on the number of Typhoons they would buy. Thus the final 37 Typhoons Germany agreed to buy for its Luftwaffe (air force) were instead offered for export. Germany would have preferred to just cancel the final 37 aircraft but this would have resulted in over a billion dollars in cancellation fees. But the export option will hurt the Typhoons project as Germany will sell their 37 aircraft for whatever they can get, thus denying the Typhoons (Eurofighter) consortium export sales.

 

At the same time Britain decided to not take all of its third batch of 88 Typhoon fighters. This cost Britain $2 billion in increased maintenance costs and penalties. Britain did take 40 of the fighters from the third batch and resold another 24 to Saudi Arabia. In effect, Britain was pulling out of the Eurofighter program, and cancelling 16 of the aircraft it was to have received from the third batch. The British government believed that 184 Typhoons would be sufficient and that it could not afford any more than that. That was optimistic and Britain ended up with 125 mew Typhoons and 80 older Tornados that will be retired by the end of the decade. The new American F-35 is supposed to replace the Tornados and some of the older Typhoons. Britain wanted buy 138 F-35s but it looks like 80 is a more realistic, or optimistic number.

 

Originally, Britain planned to buy 232 Typhoons. Germany was to get 180, Italy 121, and Spain 87. Most of those orders shrank in the 1990s. There are currently 430 Typhoon in service, after entering service in 2003. There are over a hundred still on order but total production will probably not be much more than 600.

 

Development of the Eurofighter began in the 1980s, and the first flight took place in 1994. Each aircraft costs over $170 million, including development costs. The Typhoon is a somewhat stealthy multi-role fighter. It is fast, maneuverable, and carries a lot of weapons. It also can be used for ground attack missions. This 23 ton aircraft will be the principal fighter in the air forces of Britain, Spain, Germany, and Italy. The Typhoon is closer in capability to the F-15, than the F-22, and is competing with the F-35 for many export sales. The Typhoon was purchased by Saudi Arabia mainly to provide protection from Iran.

Repost 0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 11:30
Les raids de la coalition frappent la capitale yéménite

 

 

19.05.2015 Romandie.com (ats)

 

La capitale du Yémen, Sanaa, a été touchée dans la nuit de lundi à mardi par des raids aériens de la coalition conduite par l'Arabie saoudite. Ils visaient des forces demeurées loyales à l'ancien président Ali Abdallah Saleh.

 

Ces attaques, qui se sont concentrées sur l'est et le sud de la ville, selon des habitants, sont les premières menées sur la capitale yéménite après une trêve de cinq jours qui s'est achevée dimanche soir.

 

Les opérations militaires ont repris lundi dans la province de Saada dans le nord du pays ainsi que dans le port d'Aden, situé au sud. L'Arabie saoudite et ses alliés sunnites du Golfe mènent depuis sept semaines une offensive contre les milices chiites houthies, alliées de l'Iran, et contre les groupes armés fidèles à Ali Saleh.

 

Cette campagne militaire vise à permettre un retour au pouvoir du président Abd Rabbou Mansour Hadi contraint à l'exil.

 

La trêve de cinq jours n'a pas été prolongée dans le pays en dépit des appels des Nations unies et des organisations humanitaires qui demandaient du temps pour apporter l'aide nécessaire aux populations civiles.

Repost 0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 12:30
IRINS Alborz (72) frigate

IRINS Alborz (72) frigate

 

30 avril 2015 Romandie.com (AFP)

 

Téhéran - Deux destroyers iraniens, envoyés dans le Golfe d'Aden pour protéger des navires marchands, se trouvent actuellement à l'entrée de Bab el-Mandeb, un détroit stratégique entre le Yémen et Djibouti, a déclaré jeudi le chef de la marine iranienne.

 

Nous sommes actuellement présents dans le Golfe d'Aden et les destroyers Alborz et Bouchehr patrouillent précisément à l'entrée de Bab el-Mandeb, a déclaré l'amiral Habibollah Sayari, cité par l'agence officielle Irna.

 

Nous sommes présents dans le Golfe d'Aden conformément aux règles internationales pour assurer la sécurité des navires marchands de notre pays face à la menace des pirates, a-t-il ajouté.

 

Le détroit de Bab el-Mandeb voit passer environ quatre millions de barils de brut par jour (mbj), qui s'en vont plus au nord via le canal de Suez ou l'oléoduc Sumed.

 

Un responsable américain avait affirmé la semaine dernière qu'un porte-avions et un navire lance-missiles américains s'étaient retirés des eaux au large du Yémen après que des navires iraniens, que Washington soupçonnaient de transporter des armes à destination des rebelles chiites au Yémen eurent fait demi-tour.

 

Sept navires de guerre américains demeurent dans le golfe d'Aden et à proximité du Yémen, où des rebelles chiites soutenus par l'Iran affrontent des partisans du président en exil à Ryad et sont la cible de raids aériens d'une coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite, qui a imposé un blocus aérien et maritime sur ce pays.

 

L'information selon laquelle les navires iraniens ont reçu des avertissements et ont quitté la zone n'est pas correcte, a ajouté l'amiral Sayari en précisant toutefois que les bâtiments iraniens n'entreront pas dans les eaux territoriales d'autres pays en faisant allusion au Yémen.

 

Le groupe naval restera jusqu'au 22 juin dans la zone et sera ensuite relevé par un autre groupe naval iranien, a ajouté l'amiral Sayari.

 

L'Iran continue de nier farouchement tout soutien militaire aux rebelles chiites au Yémen et a de nouveau demandé la fin des bombardements de la coalition arabe ainsi que l'ouverture d'un dialogue inter-yéménite sous l'égide de l'ONU pour mettre fin à la crise.

 

Depuis plusieurs années, la marine iranienne déploie des navires de guerre dans le Golfe d'Aden mais aussi dans l'océan Indien.

Repost 0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 16:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

17/04/2015 Sources : Etat-major des armées

 

En marge de la mission de la mission Atalante qu’il avait débutée le 30 mars, le patrouilleur L’Adroit a été déployé durant deux semaines au large des côtes yéménites où il a permis l’évacuation de 23 ressortissants français d’Aden, dans des conditions délicates.

 

L’Adroita également escorté plusieurs boutres yéménites entre les ports d’Al Mukah et de Djibouti, contribuant à l’évacuation de près d’un millier de personnes du Yémen, dont plus de 500 Djiboutiens.

 

Le navire français a ensuite fait escale Djibouti afin de se ravitailler. Plusieurs autorités se sont rendues à bord, dont l'ambassadeur de France à Djibouti, venu féliciter l'équipage pour sa participation à l'évacuation des réfugiés djiboutiens. Cette mission essentielle a permis d’illustrer les liens très forts qui unissent la France à Djibouti.

 

Le général Montocchio, COMFOR Djibouti, est lui aussi venu à la rencontre de l’équipage, en mer, et a apponté par Puma sur la plateforme hélicoptère du patrouilleur.

 

L’Adroit reprend actuellement sa patrouille au large des côtes somaliennes dans le cadre de la mission européenne Atalante de lutte contre la piraterie.

Repost 0
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 11:45
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

07/04/2015 Sources : État-major des armées

 

Après avoir participé avec le BPC Dixmude et la FLF Aconit à l’évacuation d’une centaine de ressortissants de plusieurs nationalités des villes d’Aden et Balhaf, au Yémen, le patrouilleur hauturier L’Adroit a repris sa mission d’escorte au profit des réfugiés djiboutiens. Placé sous le contrôle opérationnel du commandant des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj), le bâtiment de la Marine nationale a repéré dimanche 5 avril dans la soirée, à l’est d’O’Bock, un boutre se dirigeant vers Djibouti.

 

Ce navire naviguait avec à son bord 92 Djiboutiens, mais également 27 Yéménites, 13 Saoudiens, 4 Kenyans, un Ethiopien, un Somalien et une Française. Tout en escortant ce boutre, L’Adroit a contacté les autorités djiboutiennes qui ont affrété un de leurs patrouilleurs pour prendre le relai jusqu’au port de Djibouti.

 

Lundi 6 avril, en début de matinée, c’est un autre boutre, parti la veille du port yéménite al-Moka avec 156 personnes à son bord, dont deux Français, qui a été escorté par le patrouilleur de la Marine nationale, en collaboration avec la Marine djiboutienne. L’Adroit y a transféré son équipe médicale en milieu de matinée afin de prendre en charge des passagers malades. Les réfugiés ayant quitté le Yémen sont arrivés à Djibouti en début d’après-midi.

Repost 0
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 05:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

05/04/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 5 avril au matin, le patrouilleur hauturier (PH) L’Adroit, déployé en océan Indien dans le cadre de la mission Atalante ainsi que la frégate légère furtive (FLF) Aconit, engagée dans le cadre de la mission Jeanne d’Arc 2015, ont évacué 63 ressortissants de la ville d’Aden au Sud du Yémen.

 

Après avoir conduit une extraction de ressortissants sur le site de Balhaf le 4 avril après-midi et au regard de la dégradation sécuritaire dans la ville d’Aden, les armées françaises ont réalisé une opération d’évacuation de 25 personnes dont 23 Français en liaison avec les autorités portuaires de la ville. Après s’être positionnés au large des côtes dans la journée du 4 avril, les deux bâtiments français ont mené une opération en trois phases successives le 5 avril.

 

Dans un premier temps, après avoir mis à terre des éléments de sécurisation, le PH L’Adroit a engagé des embarcations rapides afin de permettre l’embarquement des bénéficiaires de l’évacuation. Entamé vers 06h00 (heure de Paris), le transfert de 25 ressortissants s’est achevé vers 09h00. Parmi eux, 23 Français, dont 13 enfants.

 

Dès le milieu de la matinée, une seconde opération a débuté avec la FLF Aconit. En liaison étroite avec les autorités portuaires yéménites, les personnes ont été transportées entre le port d’Aden et la frégate sur des vedettes des garde-côtes. 38 ressortissants de différentes nationalités ont rejoint le bord et ont été accueillis par des équipes dédiées à leur soutien.

 

Une fois ces opérations d’évacuation terminées, les deux bâtiments de la Marine nationale ont pris le large. Après avoir transféré les ressortissants recueillis par hélicoptère sur le BPC Dixmude, le PH L’Adroit a repris sa mission tandis que la FLF Aconit a fait route vers Djibouti qu’elle devrait atteindre en même temps que le Dixmude dans la soirée du 5 avril.

 

Ces opérations ont été placées sous le contrôle opérationnel du commandant des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDJ), le général de brigade aérienne Montocchio.

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Repost 0
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 07:30
President: Sudan Launches Strikes in Yemen

 

April 1, 2015 By Awad Mustafa – Defense News

 

ABU DHABI — Sudanese Air Force precision bombers have participated in coalition operations in Yemen, Sudanese President Omar al-Bashir told crowds in a rally in the western city of Zalingey, Sudan, on Wednesday.

 

According to a statement released by the Sudanese Armed Forces, al-Bashir saluted Air Force service members on their efforts to support operation Decisive Storm and that they are bombing Houthi targets and patrolling the Yemeni skies.

 

Sudan's participation with four Su-24 "Fencer" supersonic precision bomber aircraft was confirmed on Tuesday as images of the planes prepped on the tarmac of the King Khalid Air Force Base appeared in videos released by the coalition command.

 

The statement released Wednesday by the Sudanese Armed Forces, however, did not specify the type of mission the Fencers conducted.

 

Coalition spokesman Brig. Gen. Ahmad al-Assiri Wednesday did not confirm or deny the participation of the Sudanese Air Force in strikes. Yet coalition member United Arab Emirates stated on its news agency WAM that it participated in sorties targeting Houthi groupings in Yemen on Tuesday.

 

The Sudanese Air Force acquired 12 Su-24 aircraft from Belarus in 2013, according to the Satellite Sentinel Project, which follows development of Sudanese armed forces operations in Darfur.

 

The aircraft have been modified to the Su-24M export model by Belarus, according to the end-user certificate issued, and are fitted with two external fuel pods that would extend the range and loiter time over a target area.

 

The operational range of the Fencer is a little over 600 kilometers.

Repost 0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 16:30
source Egyptdailynews.com

source Egyptdailynews.com

 

01/04/2015 latribune.fr (AFP)

 

Après la suspension de la livraison en 2013 pour cause de répression sanglante en Egypte, le président américain a annoncé la livraison d'avions de chasse, de missiles et de pièces détachées pour char

 

Le président américain Barack Obama a informé mardi son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi qu'il levait le gel sur la livraison d'avions de chasse F-16, de missiles Harpoon et pièces détachées pour chars Abrams M1A1.

Cette suspension avait été imposée en octobre 2013 à la suite de la répression sanglante contre les partisans du président Mohamed Morsi, destitué par l'armée le 3 juillet 2013.

 

L'Egypte impliquée au Yémen

Ces décisions doivent permettre de répondre aux intérêts communs des deux pays "dans une région instable", a indiqué l'exécutif américain dans un communiqué.

Impliquée dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) en Libye, l'Egypte participe par ailleurs à la coalition arabe, dirigée par l'Arabie Saoudite, qui mène une intervention militaire au Yémen pour contrer l'avancée des rebelles chiites Houthis. L'annonce porte sur 12 avions de chasse F-16 et 20 missiles Harpoon, a précisé la Maison Blanche.

Lors de cette conversation téléphonique, M. Obama a aussi indiqué au président égyptien qu'il continuerait à demander une aide annuelle de 1,3 milliard de dollars (1,2 milliard d'euros) pour l'Egypte au titre de l'assistance militaire.

 

1,5 milliard de dollars d'aide à l'Egypte

Les Etats-Unis allouent chaque année 1,5 milliard de dollars (1,4 milliard d'euros) d'aide à l'Egypte, dont 1,3 milliard dans le domaine militaire. Une partie de celle-ci avait été gelée après la destitution de M. Morsi, élu démocratiquement un an et demi après la chute de Hosni Moubarak à l'issue d'une révolte populaire.

Washington avait conditionné la reprise de cette aide à des réformes démocratiques, avant d'admettre qu'il ne pouvait plus bouder le plus peuplé et mieux armé des pays arabes notamment face à la progression des jihadistes de l'EI.

M. Sissi, qui a lancé mi-février ses avions de combat dans un raid contre l'EI en Libye, est le principal chef d'Etat de la région qui réclame la formation d'une force arabe commune pour faire face à cette menace.

La Maison Blanche précise que, lors de cet échange téléphonique, M. Obama a également réitéré les inquiétudes américaines concernant l'emprisonnement d'activistes non-violents ainsi que les procès de masse. Il a appelé au respect de "la liberté d'expression et de rassemblement".

Repost 0
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 07:30
La coalition mène de nouveaux raids contre Sanaa

 

30.03.2015 Romandie.com (ats)

 

La capitale du Yémen, Sanaa, a été la cible dès l'aube de nouvelles de frappes aériennes. Les raids de la coalition menée par l'Arabie saoudite se sont poursuivis dans la matinée. Ils semblaient viser le quartier diplomatique.

 

Le royaume wahhabite et ses alliés sunnites ont lancé jeudi passé une campagne de raids contre les milices chiites houthies opposées au président Abd-Rabbou Mansour Hadi qui tiennent Sanaa et cherchent à s'emparer d'Aden, le grand port du sud du pays. De violents affrontements ont été signalés dans sept provinces du sud et de l'est du pays.

 

Durant le week-end, les avions de la coalition arabe ont notamment frappé des objectifs militaires dans les aéroports de la capitale Sanaa et d'Hodeïda, grand port sur la mer Rouge. Des camps militaires des Houthis et de l'ex-président Ali Abdallah Saleh ont également été visés dans la région de Saada, bastion des Houthis proche de la frontière saoudienne.

 

Dans ce contexte, des centaines d'étrangers ont été évacués ces derniers jours. Un navire de guerre chinois est entré dans le port d'Aden dimanche afin d'évacuer des diplomates et autres expatriés chinois, a déclaré à Reuters un responsable portuaire.

Repost 0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 12:30
Royal Saudi Air Force Panavia Tornado F.3 aircraft

Royal Saudi Air Force Panavia Tornado F.3 aircraft

 

27 Mars 2015 Defens’Aero

 

[…]

Cette opération, qui est pour l'instant cantonnée à des frappes aériennes, met en oeuvre :

- Une centaine d'avions de chasse de la Force Aérienne Royale Saoudienne (F-15S / SA et Tornado IDS),

- Une quinzaine de F/A-18C de la Force Aérienne Koweïtienne,

- Une douzaine de F-5E Tiger II et de F-16C de la Force Aérienne Royale de Bahreïn,

- Une dizaine de Mirage 2000-5EDA / DDA de la Force Aérienne Qatarie,

- Une trentaine de F-16E / F et de Mirage 2000-9EAD / RAD de la Force Aérienne des Émirats Arabes Unis,

- Trois aéronefs de la Force Aérienne Soudanaise,

- Six avions de chasse pour la Force Aérienne Royale Marocaine et Jordanienne,

- Ainsi qu'un nombre indéterminé provenant de la Force Aérienne Égyptienne et Pakistanaise.

[…]

 

Lire l’article

Repost 0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 07:30
Yémen: nouvelles frappes aériennes contre les rebelles soutenus par l'Iran

 

26 mars 2015 Romandie.com (AFP)

 

Sanaa - Des avions de la coalition menée par l'Arabie saoudite ont lancé de nouvelles frappes jeudi soir au Yémen contre les rebelles chiites soutenus par l'Iran, qui a dénoncé une intervention dangereuse.

De fortes explosions ont secoué en soirée la capitale Sanaa. Un correspondant de l'AFP a fait état de tirs de la défense anti-aérienne en réponse à ce que des témoins ont décrit comme des frappes de la coalition contre une base à l'entrée ouest de Sanaa, une ville tenue par les rebelles chiites Houthis.

Les premiers raids de l'opération Tempête décisive ont été qualifiés de succès et se prolongeront jusqu'à ce que les objectifs soient atteints, a déclaré à Ryad un porte-parole de la coalition, affirmant qu'il n'y avait pas de projet d'offensive terrestre dans l'immédiat.

Mais le chef des rebelles, Abdel Malek al-Houthi, condamnant une invasion, a averti que les Yéménites ne vont pas rester sans réagir.

L'Iran a parallèlement mis en garde contre une propagation du conflit à d'autres pays, son président Hassan Rohani condamnant une agression militaire.

En pleines négociations sur le nucléaire avec Téhéran, les Etats-Unis ont apporté leur soutien à l'intervention, sans toutefois y participer directement. La Maison Blanche s'est déclarée inquiète des activités iraniennes au Yémen, parlant d'informations sur le transfert iranien d'armes dans ce pays.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a affirmé que la négociation était la seule solution pour résoudre la crise, alors que l'Union européenne s'est inquiétée des risques de graves conséquences régionales.

La plupart des pays arabes ont serré les rangs derrière l'Arabie saoudite et réaffirmé leur soutien au président yéménite reconnu par la communauté internationale, Abd Rabbo Mansour Hadi.

Ce dernier est arrivé jeudi à Ryad, selon l'agence officielle SPA, en route pour participer au sommet annuel arabe qui s'ouvrira samedi en Egypte.

 

- Pas de troupes au sol pour l'instant -

M. Hadi avait été ces derniers jours au centre de nombreuses spéculations, notamment sur le point de savoir s'il était encore présent à Aden, alors que des forces anti-gouvernementales se rapprochaient de cette grande ville du sud où il était retranché depuis février après la prise de Sanaa par les rebelles Houthis.

L'opération militaire a été déclenchée dans la nuit de mercredi à jeudi par des frappes saoudiennes sur différentes positions des Houthis.

Des habitants de la capitale Sanaa ont fait état de violentes explosions. Certains ont décidé de fuir par craintes de nouveaux raids. Je m'en vais avec ma famille car Sanaa n'est plus sûre, a témoigné Mohamed, un habitant.

Jeudi soir, de nouvelles frappes ont visé une base militaire près de Taëz, la troisième ville du pays, sur la route entre la capitale Sanaa et Aden, dans le sud, selon des sources officielles et des témoins.

L'Arabie saoudite a mobilisé 150.000 militaires et 100 avions de combat, tandis que les Emirats arabes unis ont engagé 30 avions de combat, Koweït 15 appareils et le Qatar 10, a indiqué Al-Arabiya, chaîne de télévision à capitaux saoudiens. Bahreïn a annoncé participer avec 12 avions.

L'opération mobilise également l'Egypte --avec son aviation et sa marine--, la Jordanie, le Soudan, le Pakistan et le Maroc, selon Ryad.

Le déploiement de troupes au sol n'est pas prévue en l'état, a précisé le porte-parole de la coalition.

L'intervention militaire fait suite à plusieurs appels à l'aide émanant du gouvernement yéménite, incapable de faire face à l'avancée des rebelles.

Elle vise à défendre le gouvernement légitime du Yémen et à empêcher le mouvement radical houthi de prendre le contrôle du pays, a expliqué l'ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, Adel al-Jubeir.

Les premiers raids ont notamment permis de détruire les défenses aériennes des rebelles houthis, (et) la base aérienne Al-Daïlami attenante à l'aéroport de Sanaa, selon SPA.

Des forces loyales au président ont en outre repris l'aéroport d'Aden, passé la veille sous le contrôle des forces anti-gouvernementales.

 

- Inquiétude pour les civils -

Les bombardements avant l'aube ont fait au moins 14 morts civils à Sanaa, selon la défense civile. Amnesty International a fait état de 25 morts à Sanaa, dont six enfants.

Le Comité international de la Croix-Rouge a exprimé ses inquiétudes quant au sort des civils et appelé les parties en conflit à respecter la vie humaine.

A Londres et New York, l'intervention militaire au Yémen a entraîné une hausse des cours du pétrole. Les marchés ont réagi avec inquiétude à l'entrée en guerre du principal exportateur mondial de pétrole, l'Arabie saoudite, et aux répercussions possibles du conflit sur le contrôle du détroit de Bab al-Mandeb, qui voit passer près de trois millions de barils par jour de brut.

La crise au Yémen s'est envenimée depuis septembre 2014 quand les Houthis ont déferlé sur Sanaa pour y contester le pouvoir de M. Hadi et dénoncer un projet de Constitution sur un Etat fédéral qui priverait son fief dans le nord d'un accès à la mer.

Pour les experts, le Yémen est le théâtre d'une guerre par procuration entre l'Iran chiite et le royaume saoudien sunnite, qui risque d'aboutir à une désintégration du pays.

A cela s'ajoute la poursuite d'attaques d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa). Pour ajouter au chaos, le groupe jihadiste Etat islamique a récemment revendiqué des attentats suicide ayant fait 140 morts à Sanaa.

Repost 0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 00:30
USCENTCOM Area of Responsibility - Map

USCENTCOM Area of Responsibility - Map

 

26 mars 2015 Romandie.com (AFP)

 

Washington - Les Etats-Unis vont apporter un soutien logistique à la coalition menée par les Saoudiens au Yémen contre les rebelles chiites Houthis, au risque d'envenimer leurs relations avec l'Iran et de se retrouver attirés dans un conflit plus large entre chiites et sunnites.

Le soutien logistique et de renseignement autorisé par le président Obama devrait reposer notamment sur des avions ravitailleurs américains, alimentant en carburant les avions des Saoudiens et de leurs alliés pour leurs bombardements de la milice chiite, et des avions radars Awacs, selon des responsables américains.

Les pays du Golfe ont des forces aériennes conséquentes, mais ils ont besoin de ces capacités supplémentaires pour mener une opération importante et d'une durée indéterminée, expliquaient jeudi des responsables américains.

Le dispositif se met en route lentement: pour l'instant, Washington n'a fait qu'affecter une douzaine de militaires dans une cellule de coordination avec la coalition menée par l'Arabie Saoudite, expliquait jeudi le Pentagone.

Leur rôle est premièrement de maintenir les lignes de communication ouvertes entre les Etats-Unis et les pays du Golfe, a déclaré le colonel Steven Warren, porte-parole du Pentagone.

Interrogé au Sénat sur le futur dispositif américain, le général Lloyd Austin, commandant des forces américaines au Moyen-Orient, n'a pas voulu donner de détails. Et il a reconnu au passage que les Saoudiens ne l'avaient appelé que mercredi, le jour-même de l'offensive, pour le prévenir.

Pour les experts, Washington marche sur des oeufs, pris entre la volonté de soutenir ses alliés du Golfe et le risque de se voir entraîner dans une longue guerre par procuration entre les Etats du Golfe sunnites et l'Iran chiite.

Jeudi, le président iranien Hassan Rohani a condamné l'agression militaire contre le Yémen menée par la coalition tandis que le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif mettait en garde contre une extension du conflit dans la région.

Si nous prenons cette route de la guerre par procuration entre l'Iran et les pays du Golfe, le conflit sera parti pour durer des années, avertit Jon B. Alterman, un chercheur au CSIS, un groupe de réflexion de Washington.

 

- Situation tendue -

Il ne s'agit ni de laisser les Houthis remporter une victoire totale, ni de chercher à les battre complètement, a-t-il déclaré à l'AFP, en estimant que la solution ne passerait que par un règlement négocié entre toutes les parties.

En dernier ressort, une fin négociée à la crise sera le seul moyen de restaurer l'ordre au Yémen et de réduire l'espace laissé aux terroristes, a également estimé le parlementaire démocrate Adam Schiff, membre de la commission du renseignement de la Chambre des représentants.

La situation est d'autant plus tendue pour les Etats-Unis que les négociations sur le nucléaire iranien entrent dans leur dernière ligne droite. Un haut responsable américain a assuré jeudi que l'opération militaire au Yémen n'aurait pas d'impact sur les négociations sur le programme nucléaire de Téhéran.

Nous avons toujours clairement indiqué que les négociations du groupe P5+1 portaient exclusivement sur la question du nucléaire, a indiqué ce haut responsable américain sous couvert d'anonymat au moment où les discussions reprenaient à Lausanne, en Suisse.

De plus, les Etats-Unis, même avec un soutien logistique, ne sont pas directement impliqués dans les frappes au Yémen, a estimé Seth Jones, un expert du groupe de réflexion Rand Corp. Les Etats-Unis ont toujours soutenu le gouvernement du président Hadi contre les Houthis, et au fond il n'y a pas grand chose de nouveau, a-t-il déclaré à l'AFP.

Je ne pense pas cela fera nécessairement capoter les négociations sur le nucléaire iranien, estime-t-il.

En 2011, les Etats-Unis avaient fait le choix de ne pas aider les Saoudiens, lorsque ceux-ci étaient intervenus à Bahreïn pour réprimer des manifestations de la majorité chiite face au gouvernement sunnite.

Repost 0
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 13:50
Statement of the HR/VP Federica Mogherini on the situation in Yemen

 

Brussels, 26/03/2015 source EEAS ref 150326_02_en

 

The latest events in Yemen have dramatically worsened the already fragile situation in the country and risk having serious regional consequences.

 

The advance of Houthi forces and of military units loyal to ex-President Saleh towards Aden yesterday, as well as the aerial targeting of President Hadi's compound, were unacceptable steps towards escalating an already polarized situation, and triggered today's Saudi-led airstrikes.

 

I'm convinced that military action is not a solution.

 

Only a broad political consensus through negotiations can provide a sustainable solution, restore peace, and preserve the unity and territorial integrity of Yemen. Otherwise, the ability of extremist and terrorist groups to take advantage of the situation is likely to increase dramatically.

 

The Yemeni civilian population, already affected by dire living conditions, are the first victims of the current military escalation.

 

At this critical juncture all regional actors should act responsibly and constructively, to create as a matter of urgency the conditions for a return to negotiations. The EU reiterates its support to all efforts currently undertaken to this effect, in particular those of the UN and of regional actors.

Repost 0
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 12:30
Les forces armées régulières au Moyen-Orient (dec 2014) - crédits Corentin Laurent - les clés du Moyen-Orient

Les forces armées régulières au Moyen-Orient (dec 2014) - crédits Corentin Laurent - les clés du Moyen-Orient

 

26.03.2015 par Emilie Cabot  - leJDD.fr (AFP)

 

Une intervention militaire réunissant plus de dix pays et conduite par l'Arabie saoudite a été lancée jeudi au Yémen pour venir en aide au président de ce pays arabe confronté aux avancées de rebelles chiites soutenus par l'Iran.

 

L'appel du président yéménite a été entendu. L'Arabie saoudite a lancé une opération militaire au Yémen impliquant "plus de 10 pays" pour défendre le président Abd Rabbo Mansour Hadi, confronté à une rébellion de la milice chiite des Houthis et réfugié à Aden, la capitale du Sud. Il s'y était réfugié après la prise de la capitale Sanaa début février par les rebelles houthis, soupçonnés de liens avec l'Iran chiite et l'ex-président Ali Abdallah Saleh, poussé en 2012 au départ après 33 ans au pouvoir.

L'opération lancée par l'Arabie saoudite "vise à défendre le gouvernement légitime du Yémen et à empêcher le mouvement radical houthi (soutenu par l'Iran, Ndlr) de prendre le contrôle du pays", a expliqué l'ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, Adel al-Jubeir, lors d'une conférence de presse. Les opérations se limitent pour le moment à des frappes aériennes sur différentes cibles au Yémen, mais d'autres forces militaires sont mobilisées et la coalition "fera tout ce qu'il faudra", a-t-il ajouté.

"Nous avons une coalition de plus de 10 pays qui participent ou vont participer à ces opérations", a affirmé l'ambassadeur saoudien, sans nommer de pays. L'Arabie saoudite, le Qatar, le Koweit, Bahrein et les Emirats arabes unis ont indiqué dans un communiqué avoir "décidé de répondre à l'appel du président Hadi de protéger le Yémen et son peuple face à l'agression de la milice (chiite) houthi". "La Jordanie, le Soudan, le Maroc, l'Egypte et le Pakistan ont exprimé leur souhait de participer à l'opération" au Yémen, a pour sa part  rapporté l'agence officielle Spa, indiquant que cette opération avait été baptisée "Tempête de fermeté". La Jordanie et l'Egypte ont d'ores et déjà confirmé leur participation à l'intervention militaire.

 

Plusieurs morts à Sanaa

Selon des sources militaires au Yémen et des témoins, plusieurs sites sensibles tenus par la rébellion à Sanaa, dont une base aérienne et le palais présidentiel, ont été visés jeudi dans le cadre de cette opération et un incendie s'est déclaré dans le palais présidentiel. Les raids, entamés dans la nuit de mercredi à jeudi, ont pris par surprise la population de Sanaa, a rapporté un correspondant de l'AFP, indiquant que les habitations étaient secouées par la force des explosions. Au moins treize personnes ont été tuées dans un quartier résidentiel de Sanaa, touché par des raids aériens, a affirmé jeudi une source de la défense civile.

"Vous avez une milice qui contrôle ou pourrait contrôler des missiles balistiques, des armes lourdes et une force aérienne. Je ne me rappelle aucune autre situation dans l'histoire où une milice dispose d'une force aérienne. (...) C'est donc une situation très dangereuse", a fait valoir l'ambassadeur saoudien.

Dès mardi et après avoir maintes fois dénoncé un "coup d'Etat" des Houthis,le président Hadi avait confirmé avoir sollicité les monarchies sunnites du Golfe pour une "intervention militaire" et avoir exhorté l'ONU à adopter une "résolution contraignante" pour stopper l'avancée rebelle. Le chef de la diplomatie du Yémen, Ryad Yassine, estimait quant à lui mercredi que "la chute d'Aden aux mains des Houthis marquerait le début d'une profonde guerre civile". Pour l'heure, selon un officier de sécurité, les forces loyales au président yéménite ont repris l'aéroport international d'Aden dont des unités alliées aux rebelles chiites Houtis se sont emparées mercredi. L'Iran a dénoncé jeudi l'intervention saoudienne comme une "démarche dangereuse".

 

Un risque de désintégration du pays

La crise au Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique, s'est envenimée depuis septembre 2014 quand les Houthis ont déferlé sur la capitale Sanaa pour y contester le pouvoir de Hadi et dénoncer un projet de Constitution sur un Etat fédéral qui priverait son fief dans le nord d'un accès à la mer. Pour les experts, le Yémen, écartelé entre le nord dominé par les Houthis et le sud par les pro-Hadi, est le théâtre d'une guerre par procuration entre l'Iran chiite et le royaume saoudien sunnite, qui risque d'aboutir à une désintégration du pays.

A cela s'ajoute la poursuite d'actions du réseau sunnite Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), bien implanté dans le sud-est.Pour ajouter au chaos, le groupe jihadiste Etat islamique, qui sévit dans plusieurs pays arabes, vient de revendiquer sa première attaque au Yémen, qui a fait vendredi plus de 140 morts dans des mosquées à Sanaa.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories