Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 12:00

http://4.bp.blogspot.com/-7afECy0eUoo/Tei5EzTmXEI/AAAAAAAANN4/QTRi9PY83ds/s400/DRDO%2BAWARDS%2B%25285%2529.JPG

 

June 03, 2011 by Shiv Aroor LIVEFIST

 

Indian Defence Minister AK Antony today said the country must have a ballistic missile with 5,000-km range. After presenting the DRDO awards today, Antony called upon the organisation to quickly deliver the Agni-V missile.

 

"DRDO must demonstrate its capability to reach the range of 5,000-km at the earliest. The interceptor missile development programme has taken India to an elite club of nations that possess the capability to demonstrate and deploy missile defence. DRDO should now work towards developing a credible ballistic missile defence for our country," Antony said.

 

Speaking to reporters later, DRDO chief Vijay Kumar Saraswat said that the Agni-V test launch will take place before the end of this year.

Partager cet article

Repost0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 17:00

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/3/3e/DRDO-logo.png

 

June 02, 2011 by Shiv Aroor  LIVEFIST – Source DRDO

 

India's DRDO holds its annual awards ceremony tomorrow for technology excellence. The organisation released the following feature today, listing its achievements. Here it is in full:

DRDO has made many significant achievements during the recent past, including the last year. Many important systems were inducted/accepted by the services. The production value of systems based on technologies developed by DRDO (inducted/accepted/orders placed) during the past one decade is well over Rs.1,10,000 crores.

Agni-III, the 3500 km range ballistic missile was successfully launched with user’s participation. Training flights were held by the users for various missiles that are already inducted. These included two flight tests each of Agni–I, Agni–II and Dhanush (from naval ships) and five flights of Prithvi II (P– II). Orders worth over Rs. 25,000 crores for surface-to-air missile AKASH have been placed by the users. These include 8 squadron for IAF and 2 regiments for the Army. Successful flight tests of endo-atmospheric interceptor for 2,000-km class target were carried out. Each flight led to a direct target hit and disintegration of the target. Capabilities of NAG, the third generation anti-tank missile, which is a vehicle mounted system was demonstrated in a series of user trials. Advanced versions of BrahMos supersonic cruise missile, the only one of its kind in the world, were developed and flight-tested. Thus, BrahMos block II with target discrimination precision strike capabilities was test-fired. Similarly, BrahMos block III with capability for steep diving from high altitudes and high maneuvers at multiple points during supersonic flight. Development of advanced missile systems is a continuous effort and requires systematic development of more and more advanced technologies. RLG based Inertial Navigation System was developed, qualified and tested. Active Radar Seeker for advanced missions was developed. A fibre optics gyro was successfully developed and tested on board.

In the area of aeronautics, Tejas, the Light Combat Aircraft (LCA) concluded its extensive flight tests including weapon trials, dropping of bombs, jettisoning drop tanks and night flights; leading to its Initial Operational Clearance (IOC) on 10th January, 2011. Over 1,640 flights covering a period of over 969 hours have been completed by Tejas Mk.1. The first prototype of LCA Navy was rolled out and its induction tests were concluded. In tune with changing war of scenario, major thrust has been given to develop unmanned aerial vehicles (UAV). Successful flight trials of RUSTOM-1, a UAV with endurance of 14 hours and altitude ceiling of 8,000 meters demonstrated the capabilities for automated/remotely piloted landing/ take-off and associated technologies. NISHANT, another UAV developed by DRDO was ready for induction by the Army. A medium sized aerostat based platform was developed for surveillance applications. A novel method was developed and flight-tested for an in-flight structural monitoring of the manned as well as unmanned aircraft structures. The scheme was flight tested on a NISHANT UAV. Besides, over 100 test flights of a 3,000 gram Micro Aerial Vehicle (MAV) designed and developed by DRDO were carried out. A laser seeker kit SUDARSHAN for 1,000-pound bombs was developed and initial demand for significant number of seekers kits has been received from the users. Major milestones in the indigenous development of fighter aircraft engine was achieved with the completion of “Official Altitude Testing” (OAT) of Kaveri Gas Turbine Engine for simulated operating conditions. Subsequently, the flights of Kaveri engine were successfully carried out on a Flying Test Bed (FTB) proving the technological capability and maturity of the indigenous efforts. This is the first time that an indigenously developed gas turbine engine for fighter aircraft has been flown on a FTB board. DRDO has developed expertise in the field of testing and certification for various components sub-systems and systems as well as complete airborne platforms. Thus, Initial Operational Clearance of LCA and Advanced Light Helicopter Mk.3 were major activities in this area.

Advanced Active-cum-Passive integrated sonar system HUMSA NG was designed, developed and installed on various ships of Indian Navy. Autonomous Underwater Vehicle (AUV) capable of navigation was demonstrated at sea. A carbon dioxide curtailment System for submarines was designed and developed. The system has been accepted by the user. SANJEEVANI Mk.2, a device designed and developed to locate victims trapped under the debris was handed over to National Disaster Management Authority (NDMA) and Kerala Govt. Fire Services.

An advanced facility was created to undertake full scale processing of large rocket motors. The facility was commissioned and the casting of various motors commenced. Development of PINAKA – multi barrel rocket launcher system was achieved with the successful transfer of technology to production agencies, two regiments of PINAKA (worth Rs 1300 crores) have been raised by Army which is likely to place orders for another two regiments. The transfer of Technology (ToT) for multimode grenade was completed, for which Army has placed an order for 10 lakh grenades. Under Barrel Grenade Launcher (UBGL) for INSAS and AK-47 rifle was introduced into service with order for 10,000 Launchers. The state-of-the-art microcontroller based system Instant Fire Detection & Suppression System (IFDSS) BMP-2/2K developed for providing protection against fire to the troops & engine compartment, was accepted by the Army. Production order worth Rs. 168 crores has been received.

MBT Arjun Mk.1 was successfully inducted in the Army and two regiments of Arjun Main Battle Tank have been raised. A Carrier Command Post Tracked (CCPT) vehicle was accepted by the Army for induction. A modified Armoured Amphibious Dozer (AAD) completed its user trials. User trials of remotely operated vehicle (ROV DAKSH) were successfully carried out and LSP order for 20 numbers is being executed. Design of Snow Gallery for protection of personnel and equipment from avalanches and design of Instrumented Composite Tower for studies on avalanches were completed.

In the field of electronics and electro-optics, many systems were inducted/accepted by the services. 3D medium range surveillance radar - ROHINI and its naval variant REVATHI were inducted. 3D low-level light weight radar - Aslesha (for IAF) as well as Bharani (for Army) was accepted by the user. The engineered version of upgraded Weapon Locating Radar (WLR – Swathi) developed by DRDO was realized by the production agency. The electronic warfare system SAMYUKTA (naval variant) and SUJAV were inducted. Orders have been received for the Combat Net Radio (CNR) with anti-jamming features. A holographic sight for rifles/carbines was developed for aiming in closed quarter battle role and was accepted by the users.

Even with the most advanced weapon systems, the man behind machine is the most crucial factor in winning the war. The Life Sciences laboratories of DRDO continued to develop technology to maximize the operational efficiency of our soldiers and provide them with adequate support and protection. Some of the major achievements are highlighted. Three mobile laboratories for nuclear, biological and chemical defence were handed over to the user and rigorous training was imparted to them. An upgraded first-aid kit for protection against chemical and biological agents as well as the nuclear radiation were accepted by the services. Technology for producing DRDO developed kits for detection of swine flu was transferred to the production agency. The Combat Free Fall (CFF) protection system to meet the requirements of high altitude paratrooper’s mission requirements was designed developed and is under limited series production. A Submarine Escape Set (SES) for escape from an abandoned submarine from depths of 100m was designed and developed. Navy has projected a requirement of over 400 suits. Greenhouses were established at power plant locations such as Siachen Base camp, Chushul, Battalik etc and an average of 1400 kg vegetables of high nutritive values were produced in each greenhouse by standardizing the practices and procedures. About 5000 MT of vegetables are locally grown for meeting Army’s requirements A Computerized Pilot Selection System (CPSS) was designed, developed and accepted by the Air Force. Series production of systems for deployment at all the Air Force Selection Boards of the IAF is underway. Yoga Training Modules have been developed for toning up cardio-respiratory, respiratory, endocrine and nervous systems to maintain optimum physical fitness and mental health of troops deployed at high altitude extreme climates. Yoga training was provided to over 2000 personnel who were to be deployed at Siachen Glacier. MoU has been signed with Indian Railways for joint development of Biotoilets to be installed in rail coaches. Biotoilets have been installed in Lakshadweep Islands and NE region of India for safe disposal of human waste and MoUs signed with Indian Railways & Min. of Urban Development for installation in rail coaches & homes. MoU with Ministry of Urban Development is under process for joint development of biotoilets and their installation under mass civilian program.

Advanced materials have been always at the core of weapon systems and military hardware. Significant milestones were achieved in this critical area. A low-alloy steel “DMR-1700” with ultrahigh strength and high fracture toughness was developed as a cost effective replacement of 250 grade maraging steel. The alloy was successfully proven by successful demonstration in the intended application. A 500 ton per annum capacity titanium sponge plant based on DRDO technology was set up at Kerala Minerals and Metals Limited (KMML). The Plant was inaugurated by the Defence Minister on 27 Feb 2011. Light-weight composite armour for Mi-17-IV helicopter of IAF has successfully undergone integration and flight-trials. Technology developed for vacuum investment casting of gas turbine blades for Kaveri engine was extended for making high pressure turbine blades for land-based gas turbine for power generation. The runways at strategic locations often require rapid repairs. Many of these locations are in extreme

cold regions where the normal concrete does not set in easily. Technology for rapid repair of runways in cold regions was developed and successfully demonstrated at sub zero temperature.

A dedicated team of DRDO engineers executed highly specialized nature of Civil works at some of the most difficult and hazardous area within the stipulated time frame. Agreements for co-operation / co-development in frontline areas of science, technology and engineering were signed with several countries.

LIST OF AWARDS:

1. Silicon Trophy 2010:
Research Centre Imarat (Programme AD), Hyderabad in recognition of the outstanding achievements of the laboratory in developing a Ballistic Missile Defence System.

2. Titanium Trophy 2010: DL, Jodhpur in recognition of its contribution in the area of camouflage and low observable technologies for the Armed Forces and critical defence equipment.

3. Life Time Achievement award for 2010 has been conferred on Air Cmde R Gopalaswami (Retd), Defence Research & Development Laboratory (DRDL) Hyderabad for the development of liquid rocket engines for missiles and multi-fold array of technology and management initiatives.

4. Technology Leadership Awards for:

Dr. V Bhujanga Rao, Distinguished Scientist & Director, Naval Science and Technology Laboratory (NSTL), Vishakhapatnam for outstanding contributions in the design, development and induction of indigenous underwater weapons, naval stealth products, underwater mines, fire control systems and autonomous underwater vehicles.

S Sundaresh, Distinguished Scientist and Chief Controller Research & Development. Shri S Sundaresh pioneered the development of complex, multi-disciplinary, technology intensive Integrated Fire Control System (IFCS) for the MBT Arjun through successful system integration, weapon system trials and user acceptance.

Dr G Malakondaiah, Distinguished Scientist and Director, Defence Metallurgical Research Laboratory (DMRL), Hyderabad. Dr. G Malakondaiah has made valuable contributions in the development of speciality low-alloy steel DMR-1700 as a cost-effective replacement of maraging steels. AB class naval steels were indigenized under the leadership of Dr G Malakondaiah and are being used in the construction of the very first indigenously built aircraft carrier at the Cochin Shipyard.

Partager cet article

Repost0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 12:00
NATO extends Libya mission until late September

Jun 1, 2011 ASDNews by Laurent Thomet AFP

 

BRUSSELS - NATO agreed Wednesday to extend the military campaign in Libya until late September, keeping up pressure on a defiant Moamer Kadhafi still in power after 10 weeks of air strikes.

 

Hours after NATO aircraft launched new raids on Tripoli, alliance ambassadors meeting in Brussels decided to renew the mission for another 90 days.

 

"This decision sends a clear message to the Kadhafi regime. We are determined to continue our operation to protect the people of Libya," said NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen.

 

"We will sustain our efforts to fulfil the United Nations mandate" to defend civilians from Kadhafi's forces, he said in a statement.

 

"We will keep up the pressure to see it through," Rasmussen added after the North Atlantic Council, the decision-making body of the 28-nation alliance, agreed to extend the mission.

 

The current military expires June 27.

 

Wednesday's decision will give individual nations time to prepare their contributions for the next 90 days, a NATO diplomat said.

 

"There were very positive signs that nations will extend with the appropriate number of resources," the diplomat said.

 

The alliance has intensified its air raids on Tripoli in recent weeks, launching daily strikes on command and control bunkers in the capital to prevent Kadhafi from crushing a revolt that began in mid-February.

 

The veteran strongman has resisted international pressure to step down, telling South African President Jacob Zuma during a mediation visit Monday that he would not relinquish office and leave his country.

 

A senior European diplomat warned that a prolonged stalemate raises the risk of the partition of Libya, with Kadhafi entrenched in the west and the rebels controlling the east.

 

"We are currently in a tie-game situation in Libya and nobody can predict when the NATO operation will end," the diplomat said.

 

"The mediaton efforts -- President Jacob Zuma's mission for example -- have not brought a breakthrough because Moamer Kadhafi is resisting," he said.

 

NATO aircraft have conducted more than 9,000 sorties, including some 3,500 aimed at identifying targets or conducting strikes, since March 31, when the alliance took command of a mission initially led by the United States, France and Britain.

 

Rasmussen said the decision to extend the mission "sends a clear message to the people of Libya: NATO, our partners, the whole international community, stand with you."

 

"We stand united to make sure that you can shape your own future. And that day is getting closer," he added.

 

The Libyan government said Tuesday that the air war had cost the lives of 718 civilians and wounded more than 4,000. NATO has repeatedly cast doubt on Libyan claims about civilian casualties.

 

"We have no indications that that is the case," NATO deputy spokeswoman Carmen Romero told AFP, adding that the alliance has no way to verify the claims because it does not have troops on the ground.

 

"NATO is conducting its operations to implement the UN mandate to protect civilians with great care and precision," she said. "This is in clear contrast with the indiscriminate attacks of the Kadhafi regime on his own people."

Partager cet article

Repost0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 12:00

http://www.meretmarine.com/objets/500/33536.jpg

 

30/05/2011 MER et MARINE

 

Le navire amiral de la flotte britannique navigue désormais au large des côtes libyennes, a annoncé la Royal Navy. Le HMS Ocean, qui embarque des hélicoptères de combat Apache, est prêt à intervenir en soutien des opérations contre les forces du colonel Kadhafi. Il s'agit, selon Londres, d' « accroître la pression sur le régime pour en finir avec ses persécutions sur le peuple libyen ». Les quatre Apache embarqués sur le HMS Ocean pourront intervenir de concert avec la douzaine d'hélicoptères Tigre et Gazelle déployée sur le bâtiment de projection et de commandement français Tonnerre, qui a lui aussi rejoint la zone. Ces moyens doivent permettre de traiter certaines cibles terrestres échappant aux frappes de l'aviation.


Apache sur le HMS Ocean (© : ROYAL NAVY)

On notera qu'il s'agit du premier déploiement opérationnel de l'Apache sur un bâtiment de la Royal Navy. Outre le HMS Ocean, la marine britannique compte sur zone le destroyer lance-missiles HMS Liverpool, le sous-marin nucléaire d'attaque HMS Triumph (qui en est à son second déploiement en Libye et a tiré, à ces deux occasions, des missiles de croisière Tomahawk), ainsi que le chasseur de mines HMS Brocklesby, qui a déminé les accès au port de Misrata début mai.


On notera également que le groupe amphibie britannique, déployé en Méditerranée à l'occasion de la mission Cougar 2011 et auquel appartient le HMS Ocean, n'est pas loin de la Libye. Le pétrolier-ravitailleur RFA Wave Knight, qui appartient à cette force, a d'ailleurs ravitaillé le HMS Liverpool et la frégate espagnole Mendez Nunez le 17 mai, au large de Misrata. La force de projection anglaise comprend aussi le transport de chalands de débarquement HMS Albion, deux TCD auxiliaires du type Bay (RFA Mounts Bay et FRA Cardigan Bay), ainsi que le ravitailleur de combat RFA Fort Rosalie.


L'Albion, le Fort Rosalie, l'Ocean et le Wave Knight (© : ROYAL NAVY)


Le Mounts Bay, le Wave Knight et le Cardigan Bay (© : ROYAL NAVY)


Le HMS Liverpool (© : ROYAL NAVY)


Le HMS Triumph (© : ROYAL NAVY)

Partager cet article

Repost0
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 11:00

http://thisistheend.free.fr/um/photos/actros/4151ak/Actros%204151_001.jpg

 

STUTTGART, Germany, May 27 (UPI)

 

The German military has contracted Mercedes-Benz Special Trucks to produce Actros Heavy Recovery Vehicles for immediate use in Afghanistan.

 

Mercedes Benz said the lead time for delivery of the mine-protected vehicles is seven months. The number of vehicles ordered and the monetary value of the contract weren't disclosed.

 

The Actros vehicles to be delivered will be of the same configuration and protection level as those operated by the Canadian armed forces in Afghanistan since March 2008.

 

With the Actros 4151 AK 8x8 provides Level 4 ballistic protection and Level 4b mine protection.

 

The protected special vehicle is 34.5 feet long, with a wheelbase of 18 feet.

 

Mercedes said a particular challenge faced by heavy recovery vehicles is the distribution of axle loads in all deployment situations. While the weight of the armored cab lies across the front axles only, in recovery situations the weight of the raised, towed vehicle places a load on the rear axles which can act like a huge lever. The Actros 4151 AK 8x8 Recovery vehicle, however, has been designed in such a way as to ensure a substantially uniform axle load distribution and also enable safe handling in both heavy-duty recovery situations and also when driving without a load.

Partager cet article

Repost0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 11:35
L’irrésistible ascension de la marine de guerre chinoise

 

26 mai par Edouard Pflimlin, chercheur associé à l’IRIS - affaires-strategiques.info

 

Le 2 mai dernier, le quotidien chinois China Daily (1) rapportait une information largement passée inaperçue dans les médias occidentaux et pourtant très significative : l’agence de Surveillance maritime chinoise, l’équivalent des gardes-côtes, annonçait par la voix de son directeur Sun Shuxian le renforcement rapide de ses moyens, avec notamment l’acquisition de 36 bâtiments d’inspection supplémentaires au cours des cinq prochaines années, venant s’ajouter aux 300 déjà existants. Cette annonce est loin d’être neutre. En effet, cet organisme, créé le 19 octobre 1998, est une agence paramilitaire qui doit assurer l’application de la loi dans les eaux territoriales, les zones économiques exclusives et le littoral. Comme son alter ego japonais, certains navires sont importants, 30 ont plus de 1 000 tonnes de déplacement et le plus rapide a un rayon d’action de 5 000 milles nautiques. Ce renforcement traduit la volonté de « mener des patrouilles régulières plus fréquemment afin de renforcer l’application de la loi dans les eaux dépendant de la Chine pour sauvegarder les droits maritimes du pays en 2011  », indique Sun Shuxian. En clair, il s’agit de réaffirmer avec plus de moyens les droits mais aussi les ambitions de la République populaire en mer de Chine.

 

Cette annonce survient en effet 8 mois après un grave incident naval entre la Chine et le Japon autour des îles disputées de Diaoyu (en chinois) ou Senkaku (en japonais) en mer de Chine orientale. Elle est une nouvelle marque de l’expansion militaire navale chinoise.

Celle-ci n’est cependant pas récente même si elle s’est accélérée depuis quelques années.

 

Pendant longtemps, la marine de guerre (appelée marine de l’armée populaire de libération) a été reléguée au second plan. Certes, comme le rappelle Olivier Zajec (2), on « tend à oublier que la Chine a toujours été active dans la région. Dans les années 1950, la marine chinoise a repris la plupart des petites îles côtières contrôlées par les nationalistes de Tchang-Kai-Tchek. En 1974, elle a pris l’avantage à la faveur de la défaite du Sud-Vietnam pour occuper les îles Paracels, et en 1988 elle a pris le récif Fiery Cross près de l’Archipel des îles Spratly aux Vietnamiens…  ».

 

Cependant, de l’établissement de la République populaire de Chine en 1949 jusqu’aux années 1980, «  Pékin était surtout intéressé par la protection de ses côtes d’une invasion : sa stratégie navale durant ces quelque trente années était connue sous le nom appropriée de « défense près des côtes  »(3). La Chine ne possédait que des petits navires aux capacités limitées… Cette stratégie mettait l’accent sur la protection des eaux jusqu’à environ 12 milles de la côte de la Chine, en partie parce que durant les années 1950 il s’agissait de faire face aux forces du Kuomintang. Dans les années 1960 il s’agissait d’appuyer les opérations terrestres en cas de guerre entre la Chine et l’Union soviétique.

Après les réformes économiques et la politique d’ouverture du leader chinois Deng Xiaoping à partir de 1978, les régions côtières ont monté en importance ; ce qui signifiait que la marine chinoise devait orienter sa stratégie dans une nouvelle direction. L’amiral Liu Huaqing, qui est généralement crédité pour avoir conduit ou initié les efforts de modernisation de la marine, qu’il a commandée de 1982 à 1988, a permis la transition vers une doctrine de « défense active des mers proches ». Elle impliquait pour la marine de couvrir une aire beaucoup plus grande qu’auparavant, englobant les eaux à l’intérieur et autour de la « première chaîne d’îles », du Japon aux îles Ryukyu, de Taïwan aux Philippines jusqu’à Bornéo. La marine était donc en charge de la Mer jaune, la Mer de Chine orientale et la mer de Chine Méridionale notamment.

Cette nouvelle doctrine stratégique impliquait de nouvelles missions : au lieu de simplement soutenir les opérations de l’armée de terre, la marine devait se concentrer sur la réunification avec Taïwan, sur les différends maritimes territoriaux, sur la protection des lignes de communication maritimes et sur la dissuasion ou la défense contre une attaque ennemie par la mer. Après la crise du détroit de Taïwan en 1995-1996, la marine se concentra principalement sur les scénarios concernant l’île revendiquée par Pékin, comme un blocus, une invasion de l’île ou l’opposition à une intervention américaine.

Cependant la stratégie ne couvrait pas des opérations indépendantes dans des régions plus lointaines. Avec la montée en puissance de l’économie chinoise et le poids croissant de Pékin dans le monde, la marine évolue vers une stratégie nouvelle d’ « opérations dans les mers lointaines » avec des responsabilités qui s’étendent au-delà de la « seconde chaîne d’îles », partant du Nord du Japon jusqu’au Nord des îles Mariannes et Guam.

Ses nouvelles responsabilités font suite à l’énonciation par le président chinois Hu Jintao en 2004 des « Nouvelles missions historiques » de l’armée chinoise et du concept de « tâches militaires diversifiées ». La modernisation de la marine signifie que Pékin pourrait appeler celle-ci à défendre ses intérêts maritimes régionaux, protéger ses voies de communication, évacuer des ressortissants chinois en cas de crise à l’étranger, participer à des opérations d’aide humanitaire ou encore de lutte contre la piraterie. Mais la priorité reste encore maintenant aux opérations à l’intérieur des « premières et deuxièmes chaînes d’îles » et au conflit potentiel autour de Taïwan. Le Livre Blanc de 2006, le 5e du genre, a fourni ensuite un cadre pour le développement accéléré de la marine, en transférant aussi la priorité à l’armée de l’air, au « détriment » de l’armée de terre. Les 3 flottes (Celle la Mer de l’Est, dont le QG est à Shanghaï, la flotte du Sud basée à Zhanjiang et la flotte du Nord à Qingdao) ont été modernisées, chacune ayant par ailleurs leurs propres bases navales équipées de bombardiers et d’avions de chasse.

La modernisation des concepts stratégiques s’est accompagnée d’un développement impressionnant de la flotte de guerre. En 2010 (4), la marine comptait 225 000 hommes, dont 40 000 sont des conscrits. Au niveau de l’équipement, le nombre de sous-marins était estimé à au moins 58 dont six nucléaires, plus de 50 frégates et au moins 27 destroyers, plus de 180 navires amphibies ou encore 81 navires de guerre des mines. C’est devant le Japon la première force en Asie, si l’on exclut la marine américaine. Et en tonnage, elle était la troisième du monde.

Cette marine va aussi se doter prochainement de son propre porte-avions que la plupart des experts attendent pour 2015 ; elle a déjà acquis un ancien porte-avions ukrainien, le Varyag, en 1992.

 

Quelles sont les menaces que fait peser cette marine de guerre ?

 

Selon le dernier Livre Blanc sur la défense chinois (5), publié le 31 mars dernier, la marine chinoise a développé ses capacités de « conduire des opérations dans des mers lointaines » et a « amélioré ses capacités de dissuasion stratégique et de contre-attaque ». « De nouveaux types de sous-marins, de frégates, d’avions (de l’aéronavale) et de navires de soutien logistique ont été déployés comme prévu ». Les Etats-Unis, qui sont un acteur clef du Pacifique sur le plan militaire, avec notamment leur VIIe flotte et leurs bases militaires au Japon, s’inquiètent(6) de cette montée en puissance de la Chine populaire. La marine chinoise « développe les capacités pour attaquer les navires de surface ennemis jusqu’à 1 000 milles nautiques (1 853 kms) du continent grâce notamment à des missiles de croisière anti-navires à longue portée tirés à partir de sous-marins ou de destroyers lance-missiles. », sans compter les missiles qui peuvent être tirés de bombardiers stratégiques. « La plus grande menace pour la survie des porte-avions américains en mer est le nouveau missile balistique DF – 21 D antinavire qui a une portée supérieure à 930 milles. Il aurait atteint la capacité opérationnelle en 2010. » Les experts s’interrogent encore sur l’ampleur de la menace mais elle ne saurait être négligée.

Le déclin américain est toutefois relatif comme le rappelle la revue DSI (7). « Simplement, en nombre de navires de combat, la marine américaine a également le niveau de deux puissances vis-à-vis des flottes chinoise et russe, soit 203 bateaux par rapport à leurs 205 ». « Si l’on considère plutôt le tonnage cumulé, la marine américaine a le niveau de 13 puissances, avec un avantage de 2,63 contre 1 vis-à-vis des flottes russe et chinoise combinée… Ses 11 porte-avions et ses 10 porte-aéronefs représentent le niveau de neuf puissances et ils opèrent 980 avions, deux fois plus que ceux transportés sur les 16 porte-avions des neuf pays suivants… ». « Leur flotte de 56 sous-marins nucléaires peut paraître démesurée par rapport au reste de la flotte mondiale de 220 SSN et SSK d’autant plus que les avantages qualitatifs de la force des sous-marins américains sont énormes »…

Par ailleurs, les Etats-Unis redéploient une partie de leurs moyens militaires sur l’île de Guam(8), qui « devrait abriter des bombardiers à long rayon d’action et des sous-marins équipés de missiles de croisière ».

 

Alors pourquoi la marine chinoise fait-elle peur ?

 

C’est parce que la Chine a d’importants différends territoriaux maritimes avec ses voisins. Et aussi parce qu’elle est devenue le deuxième importateur mondial de pétrole derrière les Etats-Unis, qui provient essentiellement par voie marine, ce qui ne fait qu’accentuer les tensions.

L’épisode récent qui a mis aux prises des patrouilleurs japonais à un navire de pêche chinois datant de septembre 2010 autour des îles Senkaku, en mer de Chine orientale, a conduit à de vives tensions entre Pékin et Tokyo alors même que les pays sont devenus depuis peu les principaux partenaires commerciaux respectifs. Il faut dire que l’enjeu n’est pas que ces îlots inhabités, dont la plus grande fait 3,5 km2, bien loin de la capitale japonaise, mais revendiqués par les deux pays. Les eaux abriteraient d’importantes réserves d’hydrocarbures…

Mais Pékin entretient aussi un différend maritime avec Séoul en mer jaune. Et il faut aussi aller beaucoup plus au sud, en mer de Chine Méridionale, pour trouver un autre espace de confrontation. On l’a dit les îles Paracels ont été occupées en janvier 1974 par l’armée chinoise. Un conflit terrestre a eu lieu entre la Chine et le Vietnam en février 1979. En 1996, le Vietnam a réaffirmé ses prétentions sur cet archipel. L’archipel des Spratly (Nansha en chinois) est, lui, situé dans la partie sud de la mer de Chine Méridionale, «  il est constitué d’îlots, de récifs et de hauts-fonds découvrants… Six pays (le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, Brunei, la Chine et Taïwan) se disputent la souveraineté de l’archipel(9) ». « La présence de la Chine qui revendique l’ensemble de l’archipel et occupe des îlots dispersés complique la situation ». Pékin a commencé à débarquer des troupes sur des îles et récifs à partir de 1988, «  ce qui avait donné lieu à des affrontements meurtriers entre les marines chinoise et vietnamienne à proximité du récif Johnson (78 soldats vietnamiens auraient péri)  ».

Là encore des ressources en hydrocarbures compliquent la donne. Par ailleurs, la zone a aussi un intérêt pour les forces nucléaires chinoises. De nombreux experts estiment que la «  Chine essaie d’établir un « bastion » ou un sanctuaire pour ses sous-marins nucléaires lance-missiles, qui pourraient déclencher une attaque balistique nucléaire contre les Etats-Unis. La Chine a récemment construit une base sous-marine souterraine sur l’île de Hainan, qui fait face à la mer de Chine Méridionale »(10).

 

Mais la marine chinoise va bien au-delà de la Mer de Chine Méridionale. En effet, pour assurer la sécurité des voies de communication par lesquelles passent les supertankers transportant le pétrole brut pour alimenter la consommation chinoise, « Pékin construit « un collier de perles » de bases chinoises permanentes le long des côtes de l’Océan Indien et des routes maritimes jusqu’au détroit de Malacca : Marao aux Maldives, Coco Island en Birmanie, Chittagong au Bangladesh et Gwadar au Pakistan…

 

Et elle intervient loin de ses bases pour participer à la lutte contre la piraterie au large de la Somalie. Récemment, elle a même déployé un navire en Méditerranée, une première, pour évacuer des ressortissants victimes de la crise libyenne.

 

Montée en puissance de la marine chinoise, revendications territoriales, réseau de bases ou de facilités navales, opérations loin des frontières… suscitent appréhension et réactions.

Le Japon a ainsi marqué ses craintes par rapport à la montée en puissance chinoise. Comme le souligne Céline Pajon(11) : « Les nouvelles orientations (de la politique de défense japonaise) de décembre 2010 notent ainsi que « le manque de transparence de la stratégie militaire chinoise constitue un objet d’inquiétude pour la communauté internationale et asiatique ». De fait, la réorganisation de la posture de défense japonaise semble d’abord répondre à la montée en puissance militaire chinoise. Elle rejoint la posture américaine qui, dans la Quadriennal defense review et un rapport du département de la Défense datant du mois d’août 2010, relève l’expansion de ma force navale chinoise et sa capacité de déni d’accès ». Les incursions répétées de sous-marins chinois dans ses eaux territoriales en novembre 2004 et septembre 2008, les exercices d’une ampleur sans précédent en mars et avril 2010 dans le détroit de Miyako, au sud de l’archipel d’Okinawa ont inquiété Tokyo avant même l’incident des Senkaku. Face à cette menace perçue, le Japon a décidé de restructurer ses forces : « L’accent est porté sur la protection des îles lointaines du Japon et la sécurité des routes maritimes. Afin de répondre au nouveau contexte sécuritaire, 2000 soldats japonais seront déployés sur les îles du Sud-Ouest (Nasei) face aux forces chinoises », souligne Céline Pajon. L’accent est aussi mis sur les sous-marins où le Japon excelle. Alors qu’en 1976 un plafond avait été fixé de 16 sous-marins opérationnels, les dernières National Defense Program Guidelines, rendues publiques le 17 décembre 2010, portent le plafond à 22 unités, face à la menace chinoise. L’expert Joseph Henrotin souligne (12) que « ces dernières années, il n’est plus tant question de prolifération sous-marine que d’une véritable course aux armements. Outre les développements observés en Chine, le Vietnam a commandé six unités, et l’Australie a affiché ses ambitions (six unités de plus, soit un total de douze) comme la Thaïlande (deux unités) et le Bangladesh (une unité). Singapour restera à quatre unités, la Malaisie à deux et les prévisions sont de dix-huit unités pour la Corée du Sud. En fait, seuls les Etats-Unis et la Russie – en raison de leurs positionnements – sont les seuls Etats « asiatiques » à voir une diminution de leurs flottes, et encore reste-t-elle à relativiser ».

 

Cette course aux armements qui ne concerne pas que les sous-marins illustre bien les inquiétudes des voisins de la Chine.

Signe que les temps changent, en août 2010, le porte-avions américain USS George Washington a visité la cité de Da Nang au Vietnam (qui fut notamment une importante base navale américaine). Or Da Nang n’est qu’à 300 kilomètres de l’île chinoise d’Hainan !

En réalité, un réseau de nations émerge dans la région qui essaie de contrebalancer la puissance chinoise avec pour pivot les Etats-Unis. Ceux-ci ont réaffirmé leur soutien à leur principal allié dans la région, le Japon. La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a fait une déclaration importante en octobre 2010, concernant les Senkaku indiquant que ces îles entraient dans le champ de l’article 5 du traité de sécurité américano-japonais. Ce qui voulait dire que les Etats-Unis estiment qu’ils ont l’obligation d’aider le Japon à défendre ces îles, si elles étaient attaquées. En juillet 2010, la même Hillary Clinton soulignait au Forum régional de l’Asean (Association des nations du Sud Est Asiatique) que les «  Etats-Unis soutiennent un processus diplomatique collaboratif pour résoudre les différends territoriaux et s’opposent à l’utilisation ou la menace de la force  ». Or les différends en Mer de Chine Méridionale mettent en jeu des membres de l’Asean et la Chine. Là encore, les Etats-Unis signifient qu’ils ne resteront pas les bras croisés en cas de crise.

 

En conclusion, « la simple observation des croissances économiques et des parts du PIB affectées à la défense montrent que des pays comme le Japon, la Corée du Sud, l’Inde et surtout la Chine, sont encore loin d’atteindre leur plafond de développement naval  », indique l’expert Philippe Langloit (13). La Chine est loin d’affecter au naval ce que, comparativement, les Etats-Unis lui adressent. La marine chinoise pourrait donc connaître encore un développement massif et plus rapide. Deuxième constat de l’expert, « les marines sont toujours d’un point de vue historique, les instruments de l’expansion coloniale  ». La question est donc de savoir ce que la Chine fera de sa puissance navale.

Enfin, «  le développement des marines de guerre est historiquement associé à l’émergence les logiques de flux économiques, culturels, de savoir et autre, qui ont constitué les premières « briques » du processus de mondialisation ». Les marines asiatiques et notamment celle de la Chine populaire maîtrisent ce paramètre comme le montrent les déploiements chinois dans l’Océan Indien.

La marine chinoise va donc poursuivre son ascension dans le Pacifique et au-delà, même si les Etats-Unis devraient maintenir leur rang de numéro un mondial naval, en dépit d’une baisse de leurs moyens navals qui sera inévitable à l’horizon 2020. Il reste que les Etats-Unis peuvent s’appuyer sur des alliés. Sur les vingt flottes mondiales suivantes celle des Etats-Unis, pour ce qui est du tonnage cumulé, pas moins de dix-huit sont soit des alliées formelles des Etats-Unis, soit ont des liens d’amitié à leur égard. Celles de l’OTAN atteignent déjà des niveaux de coopération élevés avec la marine de guerre américaine. La dernière et nouvelle stratégie maritime, A cooperative strategy for the 21st century seapower, est expressément conçue pour étendre encore plus de tels niveaux de coopération (14).

 

La puissance maritime chinoise mettra donc encore des années si elle souhaite un jour s’imposer dans le Pacifique Ouest et au-delà.

 

(1) "Maritime surveillance forces will expand", Wang Qian, China Daily, 2 mai 2011

(2) « Les ambitions navales de la Chine », Le Monde diplomatique, septembre 2008

(3) Michael S. Chase, China’s Growing Naval Power, December 2010. Progressive Policy Institute

(4) Chiffres de la revue DSI. Hors série n°15. Chine. Le géant militaire du 21e siècle ? . Décembre 2010 – Janvier 2011

(5) « Chinese navy improves combat capability : white paper », Xinhua, Beijing, 31 mars 2011

(6) Milan Vego, « China’s naval challenge ». April 2011, US Naval Institute. Lire aussi : Ronald O’Rourke, « China Naval Modernization : implications for U.S. Navy Capabilities – Background and issues for Congress », CRS Report for Confress, 19 novembre 2008

(7) « Marines en Asie. Un équilibre en mutation ». in Guerre navale de surface, DSI, Hors série n°14 octobre – Novembre 2010

(8) Jen Alic, « Rising chinese navy challenges US power in Asia-Pacific, cementing military role for Guam », 22 février 2011, Guam Buildup News

(9) Didier Ortolland, Jean-Pierre Pirat, Atlas Géopolitique des espaces maritimes, Editions Technip, 2008.

(10) Yoichi Kato, “China’s naval expansion in the Western Pacific”, 29 janvier 2011, Asahi Shimbun

(11) Céline Pajon, « Le réarmement contrôlé du Japon », Politique étrangère 1 :2011, IFRI

(12) Joseph Henrotin, « L’accroissement de la flotte sous-marine japonaise. Quel niveau de forces en 2020 ? », DSI, mars 2011.

(13) Philippe Langloit, « Distribution de la puissance navale. Trois constats et leurs conséquences », in DSI. Hors série n°15. Chine. Le géant militaire du 21e siècle ? Décembre 2010 – Janvier 2011.

(14) Geoffrey Till, « Marines en Asie. Un équilibre en mutation », in Guerre navale de surface, DSI, Hors série n°14. Octobre – Novembre 2010

Partager cet article

Repost0
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 16:30

 

Le président de la République a décidé l'envoi d'hélicoptères en Libye.

© Guillaume Bonnaud / PhotoPQR / Sud Ouest 

 

26/05/2011 par Jean Guisnel Le Point.fr

 

Deux Tigre et treize Gazelle : telle est la composition de la flotte d'hélicoptères de combat envoyée vers la Libye.

 

Le porte-hélicoptères Tonnerre, parti de Toulon en fin de semaine dernière, emporte précisément deux hélicoptères Tigre dans la version HAP, la seule en dotation à ce jour dans l'armée française, chacun équipé d'un canon de 30 mm. Ces engins de l'Alat (Aviation légère de l'armée de terre) sont accompagnés de treize hélicoptères Gazelle, dans trois versions. À savoir une machine de commandement "lisse", c'est-à-dire non armée, le reste de la dotation étant réparti entre des Gazelle munis d'un canon de 20 mm et des Gazelle équipés de missiles antichars Hot et d'une caméra thermique Viviane. Celles-là même qui ont puissamment contribué à la chute récente de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, à Abidjan.

 

 

Outre ces appareils de combat, le Tonnerre emporte quatre hélicoptères de transport Puma destinés à récupérer des pilotes qui auraient dû se poser - accident ou tir adverse - sur le sol libyen. Ces derniers appareils ne sont pas destinés à la mission CSAR (Combat Search and Rescue - Recherche et sauvetage au combat), confiée par les Français aux hélicoptères spécialisés Caracal embarqués sur le Charles de Gaulle, mais à la mission Imex (Immediate Extraction), moins technique.

 

Londres intensifie son engagement

 

Le président de la République a décidé l'envoi des hélicoptères après avoir constaté que les frappes conduites depuis le 19 mars exclusivement par des avions de combat étaient arrivées à une forme de butée. Elles ne paraissent plus produire d'effets décisifs sur les forces fidèles au colonel Kadhafi. Non seulement celles-ci ont-elles appris quand l'Otan conduit ses missions, en laissant de longues plages horaires régulières sans mission au-dessus du territoire libyen, mais elles ont également adapté leurs moyens.

 

Elles les ont "desserrés" en dispersant les équipements lourds dont elles disposent encore et elles ont acquis - notamment en réquisitionnant les stocks de véhicules neufs chez les concessionnaires - des quantités de pick-up. Très mobiles, très rapides, ceux-ci sont difficilement attaquables par les avions tirant à distance de sécurité, mais devraient être beaucoup plus vulnérables aux frappes d'hélicoptères. Leur avantage majeur par rapport aux avions de chasse réside dans la précision de leur tir, y compris dans des situations imbriquées, en raison de leur proximité des cibles. Ils peuvent agir dans des conditions météo dégradées (mais pas en cas de vents de sable) et sont typiquement les plus utiles dans l'appui des troupes au sol, singulièrement pour les dégager d'une emprise ennemie.

 

Les autorités françaises n'ont en rien précisé les conditions dans lesquelles les hélicoptères de l'Alat interviendraient, mais une chose paraît certaine : ils ne le feront pas tout seuls. Londres devrait annoncer aujourd'hui l'appareillage de son navire d'assaut HMS Ocean, avec quatre hélicoptères d'attaque Apache dotés de missiles antichars Hellfire. Ils auront pour mission de sécuriser, à partir de la mer, une zone de 30 kilomètres de diamètre autour de la ville de Misrata.

 

Partager cet article

Repost0
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 06:00

http://www.magistro.fr/images/stories/22.2%20-%20Yves-Marie%20LAULAN%20-%2085%20-%20X%2009.jpg

 

23 mai 2011 Yves-Marie LAULAN, Géopoliticien - MAGISTRO

 

Depuis quelque temps, l’armée française est à l’honneur, du moins en apparence.

Après une longue période d’hibernation, la voilà enfin présente sur tous les fronts, (sauf en Irak évidemment), en Afghanistan, en Côte d’Ivoire et en Libye (1). Faut-il s’en réjouir ? En fait, ce réveil de l’armée s’articule en trois séquences distinctes, chacune ayant ses motivations circonstancielles propres et ses liens de causalité avec la suivante. On peut ainsi considérer que le retour à l’OTAN rendait quasi inévitable l’engagement de la France en Afghanistan puis difficilement évitable la tentation de porter les armes en Libye.

 

Le retour à l’OTAN

Etait-il obligatoire ou nécessaire ? Comment l’expliquer ou le justifier ? De fait, cette décision, prise personnellement par Nicolas Sarkozy fraichement élu à la présidence, a procédé de deux types de motivations fort différentes (2). La première, commune à la plupart des chefs d’Etat en début de mandat, est de "faire différent" et, si possible, à moindre coût. Pour Sarkozy  il convenait devant son électorat, de "marquer le coup", de faire montre, de façon spectaculaire, d’une volonté de rupture avec la position de ses prédécesseurs (3).

La deuxième motivation, plus sérieuse, a été la volonté de s’aligner sur l’Amérique, pour le meilleur et pour le pire. Ce n’est pas pour rien que la presse avait cru devoir affubler le nouveau président du sobriquet de "Sarko l’Américain". En réalité, on aurait pu en dire presqu’autant de ses prédécesseurs à l’Elysée. Ces derniers n’avaient pas agi autrement lorsque l’heure était grave. Songeons au soutien inconditionnel du Général de Gaulle aux Etats-Unis à l’occasion de la crise des fusées à Cuba en octobre 1962 ou de l’attitude de François Mitterrand, bien des années après, dans des circonstances analogues, lors de la crise des fusées Pershing de 1983.

La différence, et elle est de taille, entre l’action de ses grands aînés à l’Elysée et celle de Sarkozy est que le geste de  ce dernier relève largement de ce que les militaires appellent suavement la "gesticulation" (4). L’expression parle d’elle-même. C’est une démonstration de force sans substance réelle.

Ceci étant, le retour à l’Otan n’a guère été récompensé, - quoiqu’en ait dit une presse ignorante des réalités militaires -, d’une manière significative, si ne n’est par un commandement militaire d’importance secondaire. En d’autres termes, la question peut se poser de savoir si, en l’occurrence, la France n’a pas échangé son droit d’ainesse – sa liberté de manœuvre - contre un plat de lentilles (cf.la Génèse 25.29-34 )

Ce retour paraît, en effet, comporter dans le contexte actuel, - celui de l’extension quasiment à l’infini des engagements et des domaines d’intervention de l’Alliance Atlantique - des inconvénients, voire des risques majeurs imprévisibles et non maîtrisables comme on va le voir.

En ce qui concerne les avantages, est-il possible sérieusement de se convaincre qu’une fois cette réintégration effectuée, la France pourra vraiment peser de tout son poids sur la prise de décision au sein de l’Alliance comme l’on l’a ingénument prétendu ? Et cela alors que notre pays, avec un effort de défense ramené à sa plus simple expression depuis des années avec 1,6 % du PNB, ne dispose désormais que de capacités de défense extrêmement réduites, et d’ailleurs tendues à l’extrême. D’autant plus qu’en cas de désaccord majeur, il ne sera plus question de s’en aller derechef.

En tout état de cause, la France, fraîchement réadmise, pouvait difficilement ne pas faire preuve de sa bonne volonté, à savoir un engagement renforcé aux côtés des "Alliés", c’est à dire des Américains. L’Afghanistan a été, en quelque sorte, le "prix à payer" pour le retour de la France à l’OTAN.

 

L’OTAN et l’ Afghanistan

On quitte ici le domaine du virtuel pour s’engager sur le chemin, beaucoup plus caillouteux, de la réalité de terrain, coûteuse en hommes, en en matériels et en crédits.

Ces opérations extérieures, avec 3850 hommes sur le terrain (5) qu’il faut acheminer, entretenir, puis rapatrier à des milliers de kilomètres de la mère patrie, sont – chacun le sait - fort coûteuses en crédits militaires. Qui sont restés constants. De plus, bien que les pertes humaines restent, et fort heureusement relativement limitées, autour d’une cinquantaine de morts (6), mais bien plus de blessés, il ne s’agit pas du tout d’une simple promenade militaire mais bel et bien d’opérations de guerre, d’une guerre non déclarée.

Le malheur veut que cette guerre est d’évidence "ingagnable" sur le terrain (les Américains emploient le terme éloquent de "no win war"). Au bout de plus de dix ans de conflit, les Talibans restent encore fort capables de monter des opérations spectaculaires, comme tout récemment à Kandahar, et les zones sécurisées de jour restent périlleuses de nuit. Sans compter les innombrables attentats perpétrés au quotidien contre les civils comme contre les militaires. En réalité, selon les experts militaires les plus lucides (on songerait ici à l’ancien directeur de l’Ecole de Guerre, le Général Vincent Desportes dans son dernier ouvrage, Le piège américain (7), il faudrait, pour bien maîtriser le conflit, être capable de maintenir un ratio, exorbitant, de forces égales à 2 % de la population, soit pour une  population afghane de 30 millions de personnes environ, 600 000 soldats. Où les trouver et comment les payer ?

Le malheur veut que l’OTAN  soit désormais mise à toutes les sauces, y compris en Libye (peut-être un jour avec Israël contre l’Iran, ou l’Egypte, que sais-je ?). Or l’Alliance Atlantique, si précieuse pendant la Guerre Froide, n’a nullement vocation à intervenir partout dans le monde sous le blanc manteau des Etats-Unis. A multiplier à l’infini les missions assignées à l’OTAN, l’on va inévitablement à un échec sanglant. Dès lors, la crédibilité de l’Alliance, jusqu’ici intacte, va gravement être mise en cause. L’OTAN va apparaître comme un "tigre de papier" comme le disent aimablement nos amis chinois qui, eux, ne s’en laissent pas conter. Et cela est grave. Or c’est bien ce qui risque de se produire en Afghanistan où les chances de remporter durablement la victoire sont manifestement ténues, voire inexistantes. La situation est inextricable avec une guerre que l’on ne peut pas gagner mais que l’on ne peut pas perdre non plus.

Il ne fallait pas que l’OTAN aille en Afghanistan, ce "cimetière" de réputations militaires, comme les Anglais puis les Soviétiques en ont fait tour à tour l’expérience amère. L’armée soviétique ne s’est jamais remise de son échec en Afghanistan et il faut y voir une des causes, et non la moindre, de l’effondrement de l’URSS. Dans le meilleur des cas, on pressent déjà le scénario de ce qui va se passer, comme naguère à la fin du conflit vietnamien. L’OTAN envoie des troupes supplémentaires. Puis on va former des forces locales qui seront supposées prendre la relève. Puis on déclarera solennellement que la guerre est gagnée sur le terrain (8). On évacuera enfin les troupes de l’Alliance. Et les Talibans seront de retour dans le quart d’heure suivant (la "burka" aussi). Un beau gâchis. Comme au Vietnam.

 

Mais d’autres considérations beaucoup plus lourdes de conséquences pour notre pays, sont associées à la démarche adoptée. La France ne risque-telle pas, tôt ou tard, d’être impliquée dans un conflit où, pour s’exprimer brutalement, elle n’a aucun intérêt primordial ? Car derrière l’Afghanistan se profile la présence inquiétante, oh combien, du Pakistan, pays imprévisible et incontrôlable, car disloqué, fragmenté, traversé de courants contradictoires, mais doté de l’arme nucléaire. On apprenait récemment (de sources américaines) que le Pakistan, qui disposait déjà de 70 têtes nucléaires, en possède désormais une centaine, tout en se préparant à doubler ce chiffre. Ce qui le mettra d’abord à parité puis au-delà des capacités de la France en ce domaine. En cas de conflit grave, la France sera désormais placée plus près encore de l‘épicentre d’un séisme majeur, alors que notre pays n’est nullement préparé, ni psychologiquement ni militairement, à y faire face. Est-ce l’intérêt du pays ? La question mériterait au moins d’être posée. (9)

En d’autres termes, avant, l’OTAN, c’était la garantie contre le risque ; après, l’OTAN, c’est le risque garanti.

 

La guerre avec la Libye

Comme si cela ne suffisait pas, voilà que la France s’engage, de façon gratuite pourrait-on dire, enfin, pour des considérations humanitaires, contre la Libye du redoutable Colonel Kadhafi. Enfin un ennemi à notre mesure. Pour quelles raisons ? Il est difficile de croire que la seule influence d’un chroniqueur mondain, Bernard Henry Levy, retour d’un voyage d’agrément en Libye, aurait suffit à pousser le président de la République à prendre une décision aussi grave. Alors pourquoi ?

En fait, on peut se demander si Nicolas Sarkozy, s’étant montré allié exemplaire en Afghanistan, ne s’est pas naïvement imaginé qu’il allait pouvoir pousser les Etats-Unis dans une intervention en Libye, à titre de réciprocité en quelque sorte. Si cela a été le calcul, il a été fâcheusement déjoué. On n’entraîne pas aussi facilement l’Oncle Sam dans une aventure militaire supplémentaire.

Peut-être alors le président français a-t-il voulu redorer son blason par cette action d’éclat ? Faire grimper du nadir au zénith sa courbe de popularité ? Gagner l’affection des pays arables ulcérés par son coupable aveuglement lors des révolutions en cours au Moyen-Orient ?

Quoiqu’il en soit, il est permis de se demander par quel coup de baguette magique l’honorable Kadhafi, reçu en grande pompe à Paris en décembre 2007, gardes républicains sabres au clair, se sera mué dans l’instant en un personnage diabolique voué aux gémonies par la communauté internationale ? Ou alors, derrière les grands et nobles principes affichés à l’ONU, l’objectif n’est-il  tout simplement de couper la Libye en deux en gardant le contrôle de la partie "utile", là où sont les champs de  pétrole et de gaz naturel ?

Il n’en demeure pas moins que cette attaque de la Libye n’est ni plus ni moins, qu’une agression de plus contre un pays souverain - à peine dissimulée sous la robe prétexte de la résolution 1973 de l’ONU. Au surplus, la reconnaissance officielle par l’Elysée du Comité de Transition nationale à la représentativité douteuse constitue une première en matière de droit international. (10)

Ceci étant, il apparait clairement à la lumière de cette affaire que le matériel militaire de la France n’est nullement adapté à ce genre de conflit. Il est un peu surprenant de voir notre imposant porte-avions nucléaire, le Charles de Gaulle, envoyé combattre au sol des guérilleros libyens (11). Il est curieux de voir déployer des Rafales volant à la vitesse du son pour opérer des frappes, soi-disant chirurgicales, contre les forces du Colonel Kadhafi (12). Lesquelles se sont empressées, bien entendu, de se dissimuler au sein des populations civiles. Faut-il les massacrer aussi, en espérant que Dieu, enfin Allah, reconnaitra les siens ? On ne peut ici que déplorer une décision lancée sans réflexion préalable approfondie, sans vision stratégique d’ensemble, enfin, faut-il le dire, de façon quelque peu irresponsable.

Pour conclure, la France a-t-elle vocation à jouer les gendarmes du monde au nom d’une morale humanitaire aux contours incertains ? Ne faut-il pas rappeler que le recours à la force armée dans le cadre d’une guerre, déclarée ou non, ne peut se justifier que lorsque les intérêts fondamentaux de la nation sont en jeu. Est-ce le cas en Libye ? Il est permis d’en douter.

Le fond de l’affaire est que la France poursuit une politique militaire hors de proportion avec son effort de défense et avec les moyens militaires et financiers octroyés depuis près de 30 ans à son armée. Si bien qu’en dépit de chefs remarquables et de combattants valeureux, l’armée française est difficilement capable de mener des opérations militaires de quelque envergure au-delà d’une très courte période. C’est très exactement ce qui est en train de se passer en Libye. Alors que faire ? L’Europe de la Défense pourrait-elle offrir une alternative à l’OTAN ?

 

L’Europe sans défense 

Le projet d’une Europe de la Défense évoque irrésistiblement la célèbre Arlésienne de légende dont on attend toujours l’entrée en scène sans jamais la voir apparaître. La raison en est simple. Une Europe de la Défense crédible devrait reposer sur deux piliers. L’un est une volonté de défense commune et l‘autre, des budgets militaires communs portés à un niveau décent. Depuis la création même de l’Alliance atlantique, et avant même que l’on parle d’une Europe de la défense, ces deux conditions n’ont jamais été réunies.

Le seul pays européen qui ait consenti sur le long terme un effort de défense un peu supérieur à la moyenne est la Grande Bretagne, sans doute en raison de ses liens privilégiés avec les Etats-Unis (et aussi le souvenir lointain de l’Empire britannique)(13). Tous les autres pays européens sans exception (sauf pendant quelques années la France pendant le mandat du Général de Gaulle), qu’ils soient ou non membres de l’OTAN, ont laissé tomber au fil des ans leurs efforts budgétaires à un niveau inacceptable. Cela leur a permis tout juste de disposer de quelques forces de maintien de l’ordre, pour le Kosovo par exemple, ou de fournir quelques maigres contingents à des opérations extérieures montées par l’Amérique – Irak, Guerre du Golfe, aujourd’hui Afghanistan - ou en Afrique pour la France. Mais que ce soit l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne, ils ont tous réduit leurs crédits militaires au strict minimum. Et cela quelles que soient les récriminations plus ou moins stridentes des Etats-Unis  perpétuellement lassés d’assumer à eux seuls l’essentiel du fardeau de la défense commune de l’Europe. Ce sujet a constitué, et constitue encore, une constante pomme de discorde au sein de l’Alliance.

En fait, une situation aussi paradoxale, et aussi durable, ne peut s’expliquer que par un consensus occulte entre les Alliés que l’on pourrait analyser de la façon suivante : les membres européens de l’OTAN font semblant de contribuer à la défense commune, et les Américains font semblant de s’en indigner. Car, en réalité, cette situation arrange tout le monde. L’Europe se sent protégée à moindre frais contre la menace extérieure, - hier l’URSS, demain l’Iran ou la Chine  - par la puissance militaire américaine, notamment nucléaire. Cela lui permet ainsi de réaliser de substantielles économies sur les budgets défense à hauteur de 1 à 2 points de pourcentage du PNB, voire davantage, chaque année. L’Europe est ainsi à même d’alimenter ainsi des budgets sociaux grands dévoreurs de ressources comme chacun sait (14).

Les Etats- Unis, eux, consacrent 2 ou 3 points de PNB de plus que l’Europe à leur défense au détriment de leur système protection sociale qui est, on le sait, dans un état déplorable. Mais, en contrepartie, ils exigent de l’Europe qu’elle engrange en permanence, et depuis toujours, de prodigieuses quantités de dollars qui gonflent d’autant d’excessives réserves de change. Ce que les banques centrales européennes hier, la BCE aujourd’hui, acceptent de faire sans broncher. L’équation peut ainsi s’analyser comme un échange équitable, sécurité contre réserves de change en dollars dans le cadre de ce que l’on pourrait appeler le "contrat atlantique " (15).

Les Etats-Unis se satisfont de pouvoir exercer un contrôle permanent, d’autant plus efficace qu’il est occulte, sur les velléités d’indépendance diplomatique d’une Europe en tutelle, laquelle se voit cantonnée dans le rôle modeste de supplétif qui lui convient à merveille.

Les tentatives de rompre un système aussi satisfaisant et harmonieux sous de Gaulle ont promptement échoué. Il en est allé de même avec Dominique de Villepin, acteur innocent, qui a cru que les envolées lyriques de son discours sur l’Irak à l’ONU le 14 février 2003 ferait se distendre ces liens de dépendance mutuelle, comme la muraille de Jéricho s’est effondrée sous l’écho des trompettes de Josué. Les velléités d’indépendance du Général comme les incartades de Villepin n’ont pas perturbé bien longtemps ce petit jeu qui perdure depuis plus d’un demi- siècle.

Dans un tel contexte, l’Europe de la Défense était morte née avant même d’avoir vu le jour. On s’est contenté de l’apparence sans substance, traités et états-majors sans troupes ni équipements ni budgets. L’Europe de la Défense, comme le Christianisme selon un humoriste anglo-saxon, est une belle idée qui n’a jamais été sérieusement tentée. Car combien de temps encore, une Amérique soucieuse elle aussi de réduire son déficit et son endettement,  acceptera-elle de supporter le lourd fardeau de la défense européenne ? (16)

On en restera là aussi longtemps que l’Europe, peut-être un jour trahie et abandonnée devant le danger, va devoir se résoudre à reprendre en main son destin et sa sécurité.

 

La politique aventureuse de la France

De son côté, notre pays a décidé de faire cavalier seul. Il se lance donc dans des opérations risquées sans s’être doté des moyens suffisants pour y faire face. Avec 1,6 % seulement du PNB consacré à la défense, les limites en crédits, en hommes et en équipements sont rapidement atteintes. (17)

Si le président de la République voulait sérieusement adapter les moyens aux fins, il lui faudrait augmenter de 1 ou deux points de PNB le budget de défense de la France. Il s’en gardera bien. Car cela risquerait de soustraire de précieuses ressources, toujours rares, au budget social, socle de la paix sociale en France. Or en matière de défense et de sécurité, le seul critère vraiment significatif est le montant du budget militaire en termes de pourcentage du PNB. Tout le reste est littérature.

Le malheur veut que les gouvernements successifs, de gauche comme de droite, n’ont jamais pris vraiment au sérieux la défense nationale, ministère pourtant capital. Sur le plan des crédits, c’est le directeur du budget qui a trop souvent fait la loi en fonction des besoins financiers prioritaires du moment, avec une fâcheuse tendance à traiter le budget de la défense comme l’élément résiduel du budget général. D’où une orientation, qui ne s’est jamais démentie depuis 30 ans, à la réduction tendancielle des crédits militaires.

Par ailleurs, sur le plan des hommes, les ministres de la défense successifs ont bien souvent été mis en place parce qu’il fallait bien les "caser" quelque part, pour des raisons de politique interne, sans considération pour leurs motivations ou leurs compétences (avec une exception, notable, celle d’Alain Juppé, excellent gestionnaire, mais qui n’est resté en place que trop peu de temps). Ce n’est pas comme cela que l’on construit ou reconstruit des forces armées performantes.

Or le monde d’aujourd’hui demeure riche de menaces latentes lesquelles risquent fort, d’ailleurs, de se matérialiser tôt ou tard avec les séquelles du printemps arabe tant chanté. Combien de temps la frontière entre l’Egypte "démocratisée" et Israël va-t-elle rester tranquille (18) ? Ou avec la Syrie ? Avec le Liban ? Tant qu’il ne s’agissait que de l’Afrique, le risque pour la France était quasi inexistant. Car aucune puissance ne se préoccupait sérieusement  de ce qui se passe sur ce continent perpétuellement troublé (19). Mais, s’agissant d’un Moyen-Orient en ébullition et de l’Afghanistan, aux portes du Pakistan nucléarisé, le cours des évènements peut changer dramatiquement. De même, les prises de positions fracassantes de la France vis-à-vis de l’Iran, bientôt sans doute nucléaire, ont une tout autre portée. Sans compter les autres menaces, et non des moindres, qui planent sur nos possibilités d’accès au pétrole et autres ressources rares indispensables à la croissance.

En conclusion, on est en droit de se demander si, en matière de défense nationale, le président Sarkozy n’est pas en train de jouer avec le feu, au risque de s’y brûler les doigts, si les choses venaient à tourner vraiment mal.

Yves-Marie Laulan a été successivement au cabinet de Michel Debré, secrétaire national du RPR, président du Comité économique de l’OTAN, conférencier à l‘Ecole supérieure de Guerre et professeur à Sc. Po et à Paris II.

Il préside l’Institut de Géopolitique des Populations

 

(1) L’opération Licorne en Côte d’Ivoire, entreprise à la demande de l’ONU, coûteuse mais indispensable, constitue naturellement un cas à part.

(2) Rappelons que l'engagement en Afghanistan a été décidé en 2001 par Jacques Chirac. Mais il ne s’agissait que de l'envoi d'une poignée d'instructeurs (une centaine en fait).

(3) C’est Jacques Chirac supprimant le service militaire, en l’absence de réflexion sérieuse, ou Valéry Giscard d’Estaing proclamant ubi et orbi son refus de recourir à l’arme nucléaire, quelles que soient les circonstances.

(4) Il en va ainsi pour la création d’une petite base militaire avancée dans le détroit d’Ormuz face à l’Iran, laquelle n’a rigoureusement aucune portée opérationnelle, si ce n’est celle de créer des conditions idéales pour un "Dien Bien Phu" proche oriental en cas de coup dur avec l’Iran.

(5) Au 15 novembre 2010

(6) 55 morts en février 2011

(7) Publié chez Economica. Le livre du général Jean Fleury, Ed. Jean Picollec, le Bourbier Afghan, va dans le même sens

(8) La mort de Ben Laden servira de prétexte au retrait.

(9) Le rapprochement entre la Chine et le Pakistan est lourd de menaces potentielles.

(10) Mais, comme le disait le Sapeur Camembert, "passées les bornes, il n’y a plus de limites".

(11) L’expédition de Libye se terminera sans doute comme celle, plus lointaine, du Mexique sous Napoléon III, c'est-à-dire fort mal, surtout si la Chine ou la Russie se décident à soutenir ce pays.

(12) L’envoi d’hélicoptères de combat va améliorer nos capacités, à condition que la Chine ou la Russie ne se décident  à venir en aide à la Libye. Auquel cas, nous  pourrions être confrontés à une crise internationale majeure.

(13) Il faut rappeler que la défense, que l’on peut définir comme un "investissement pour la sécurité" est, par définition, coûteuse. Cela a été vérifié de tous les temps. Or cet investissement est financé au détriment d’autres dépenses sociales jugées également prioritaires. La dépense de défense peut ainsi apparaître superflue et non prioritaire, particulièrement en temps de paix. D’où la perpétuelle tentation de la maintenir au niveau le plus faible possible au risque de compromettre la sécurité et l’indépendance nationale.

(14) Paul Krugman, prix Nobel d’économie, qui admire hautement le modèle social européen, ne sait pas que c’est en fait l’armée américaine qui le finance indirectement.

(15) On pourrait de même identifier un système analogue, le "contrat Pacifique", pour le Japon, 7° Flotte contre dollars  et même "le contrat persique" au Moyen- Orient, pétrole saoudien à bas prix contre la protection américaine. Le trouble fête risque d’être la Chine qui n’a nul besoin de la protection militaire des Etats-Unis, ni même de dollars.

(16) Une Amérique dont les intérêts stratégiques seront de plus en plus tournés vers le Pacifique et non vers l’Europe.

(17) Nous ne sommes pas engagés seulement en Afghanistan et en Libye mais aussi  au Liban, au Tchad, au Kosovo et au large de la Somalie, également présents dans les DOM-TOM, à Djibouti, au Sénégal, au Gabon et aux Émirats Arabes Unis.

(18) C’est une erreur communément admise de croire que les pays démocratiques sont forcément  pacifiques.  L’histoire montre exactement le contraire : voir Athènes, la Révolution française, l’Angleterre au 19°, les Etats-Unis depuis 1945 etc. La liste et longue.

(19) Encore qu’avec le pétrole et la faim de matières premières de la Chine, la situation pourrait changer du tout au tout et le théâtre africain revêtir une importance stratégique inconnue jusqu’à présent.

Partager cet article

Repost0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 17:00
NATO Defends Airstrikes on Libyan Navy Vessels

May 24th, 2011 By German Radio DEFENCE TALK

 

NATO has defended its decision to bomb eight docked Libyan warships following fears over Gadhafi's increasing reliance on the navy. NATO asserted that its ongoing airstrikes have successfully weakened Gadhafi's regime.

 

NATO has defended its airstrikes on eight docked warships belonging to Libyan leader Moammar Gadhafi's navy after the vessels were bombed in the night to Friday.

 

In a statement released Friday, NATO said the bombings were part of a series of coordinated precision airstrikes against pro-Gadhafi regime forces in the ports of Tripoli, Al-Khums and Sirte. This included strikes against eight warships stationed in these ports.

 

NATO also reported that it had intercepted an oil tanker that the alliance had reason to believe was delivering fuel to Gadhafi's military forces.

 

Defending the action, military spokesman Mike Bracken told reporters in Brussels that NATO's command in the western port of Misrata had intercepted boats laying land mines and found an inflatable boat carrying a ton of explosives, capable of sinking another ship.

 

"Should we have waited until somebody else had been killed or should we have taken action? I suggest we took action to enable us to stop and reduce that risk to the civilian population," Bracken said.

 

"Our aim was not to destroy those ships, but to remove their ability to turn their military weapons on the civilian population, humanitarian assistance or NATO vessels," he added.

 

NATO had 'no choice'

 

Rear-Admiral Russell Harding, deputy commander of the NATO-led air offensive, also asserted the importance of the ongoing airstrikes.

 

"Given the escalating use of naval assets, NATO had no choice but to take decisive action to protect the civilian population of Libya and NATO forces at sea," he said.

 

Harding insisted that all the vessels hit were legitimate military targets with "no civilian utility," but the Libyan government disputed this, with spokesman Mussa Ibrahim suggesting NATO was trying to scare international shipping firms into avoiding ports held by Gadhafi's forces. "Whatever the ship that has been hit, it is clearly a message sent by NATO to the international maritime companies not to send any more vessels to Libya," Ibrahim said.

 

Libyan officials also took selected journalists to the port in Tripoli where they said six boats - five belonging to the coastguard and a larger naval vessel - had been struck by NATO aircraft. The general manager of the port, Mohammad Ahmad Rashed, said all the vessels had been undergoing maintenance and had been out of commission since the conflict began.

 

Inevitable collapse of Libyan regime

 

Western governments say their bombardment of Libyan military targets is beginning to tip the balance in favor of the rebels in the conflict.

 

"We have significantly degraded Gadhafi's war machine. And now we see results, the opposition has gained ground," NATO Secretary-General Anders Fogh Rasmussen told a news conference in Bratislava on Thursday.

 

"I am confident that a combination of strong military pressure and increased political pressure and support for the opposition will eventually lead to the collapse of the regime."

 

Meanwhile, speaking in a major address about the Middle East on Thursday, US President Barack Obama said it was inevitable that Gadhafi would be forced from power.

 

"Time is working against Gadhafi. He does not have control over his country. The opposition has organized a legitimate and credible Interim Council," Obama said in Washington.

 

"When Gadhafi inevitably leaves or is forced from power, decades of provocation will come to an end and the transition to a democratic Libya can proceed," he added.

 

But Libyan government spokesman Ibrahim refuted Obama's claims. "He believes the lies that his own government and media spread around the world," he said.

 

"It's not Obama who decides whether Moammar Gadhafi leaves Libya or not. It's the Libyan people."

Partager cet article

Repost0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 11:30

 

Hélicoptère Tigre et, au second plan, un BPC du type Mistral

crédits : MARINE NATIONALE

 

24/05/2011 MER et MARINE

 

Tant pis pour l'effet de surprise. C'est Le Figaro, hier, qui a révélé l'information. Le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre, dont nous vous annoncions mercredi dernier le déploiement sur le théâtre libyen, est parti avec des hélicoptères de combat. Il y a, à bord du BPC de la Marine nationale une douzaine d'appareils, dont des Tigre et apparemment des Gazelle de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT). Confirmant le déploiement d'hélicoptères de combat, Alain Juppé a indiqué hier qu'il s'agissait « de mieux adapter nos capacités de frappe au sol avec des moyens de frappe plus précis ». Opérationnel depuis 2009 et déployé depuis en Afghanistan, le Tigre est actuellement disponible dans sa version HAP (appui-protection). Dans cette configuration, l'hélicoptère peut délivrer jusqu'à 68 roquettes de 68 mm et peut mettre en oeuvre 4 missiles air-air Mistral. Il dispose, en outre, d'une tourelle de 30mm. L'an prochain, une version améliorée, le Tigre HAD (appui-destruction) doit être livrée, avec notamment une capacité d'emport de missiles air-sol Hellfire II.

La présence d'hélicoptères de combat en Libye va permettre de compléter les frappes réalisées par l'aviation et de débusquer les forces pro-Kadhafi, qui seront plus facilement détectables et neutralisables par les machines de l'ALAT.

 

Le HMS Ocean va rejoindre le Tonnerre

 

La France n'est pas la seule à avoir décidé de déployer des hélicoptères de combat en Libye. La Grande-Bretagne lui emboite le pas en mettant à profit la présence en Méditerranée de son groupe amphibie (Response Force Task Group - RFTG), composé du porte-hélicoptères HMS Ocean, du transport de chalands de débarquement HMS Albion, du TCD auxiliaire RFA Cardigan Bay, du pétrolier-ravitailleur RFA Wave Knight, du ravitailleur de combat RFA Fort Rosalie et de la frégate HMS Sutherland. Les Apache embarqués sur le HMS Ocean vont se joindre aux hélicoptères français, affirme la presse britannique, qui cite des sources ministérielles.

 

Depuis le 26 avril, date à laquelle le HMS Ocean a appareillé de Portsmouth, les Apache de l'Army Air Corps se sont rodés au combat depuis une plateforme navale. Récemment, ils ont notamment tiré au large de Gibraltar des missiles Hellfire et mis en oeuvre leurs canons de 30mm contre des cibles maritimes.

Pour Londres et Paris, l'emploi d'hélicoptères n'entre pas en contradiction avec la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui encadre l'intervention en Libye. « Nous sommes toujours dans la structe application des résolutions du Conseil de sécurité qui prévoit de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour protéger les populations », affirme le ministre français des Affaires Etrangères, qui précise que « protéger les populations, c'est aussi affaiblir les capacités militaires (du colonel Kadhafi) ».

 

La destruction de la flotte libyenne comme préalable à l'intervention ?

 

On notera que l'opération de grande ampleur menée vendredi et samedi dernier par l'OTAN contre les principales unités de la marine libyenne stationnées à Tripoli, Syrte et Al Khums peut être logiquement liée à l'arrivée sur zone des bâtiments de projection français et britanniques. Pour lancer un éventuel raid d'hélicoptères contre les forces pro-Kadhafi, les navires doivent, en effet, se rapprocher un minimum des côtes. En cela, la frégate du type Koni et les patrouilleurs du type Combattante II, avec leurs missiles antinavire SS-N-4 et Otomat, pouvaient faire peser une menace pour les porte-hélicoptères. Même si l'état général de la flotte libyenne laissait sans doute à désirer, que l'aviation (notamment le groupe aérien du porte-avions Charles de Gaulle) peut offrir une couverture aérienne efficace et que de nombreux bâtiments d'escorte sont présents dans le secteur, il est légitime de penser que les militaires n'ont voulu prendre aucun risque et on préféré « nettoyer » préalablement la zone.

 

Importantes capacités de débarquement

 

L'engagement des Tigre, Gazelle et Apache en Libye constitue une nouvelle étape pour l'opération Harmattan/Unified Protector. Certes, on ne peut pas encore parler d'intervention terrestre puisque les militaires font habilement remarquer que les hélicoptères interviendraient depuis la mer. Mais quand même, on en vient à jouer sur les mots et l'interprétation de la résolution 1973. Il est d'ailleurs intéressant de noter que cette dernière exclut le déploiement d'une « force étrangère d'occupation » au sol. Et qu'entend-t-on par « force d'occupation » ? Une intervention militaire sur l'ensemble du territoire ? Une opération dans la durée ? Un raid terrestre localisé, sur une courte période, entrerait-il dans ce cadre ? Comme on l'a vu avec les frappes aériennes, la fameuse résolution 1973 est, en réalité, assez floue et laisse d'importantes latitudes à l'OTAN. Il est donc permis de se demander si, in fine, on pourrait assister à un débarquement, opération que peut mener le Tonnerre, dont le radier, capable de contenir quatre chalands, n'est pas vide. En tout, le BPC peut embarquer 16 hélicoptères, 70 véhicules et plus de 450 hommes de troupe, ces moyens pouvant, par exemple, être facilement embarqués depuis la Crète.

 

Le RFTG britannique dispose, lui aussi, d'importantes capacités, les bâtiments de la Royal Navy embarquant déjà de nombreux hélicoptères (Apache, Lynx, Sea King), au moins huit chalands, des véhicules et plus de 600 commandos et Royal Marines. On notera aussi que les Américains, même s'ils se sont retirés de la partie offensive du dispositif en avril, pourraient, en cas de besoin, apporter une aide conséquente, non seulement via les bases aériennes italiennes, mais aussi grâce à l'arrivée très prochaine, en Méditerranée, d'un puissant groupe aéronaval. Le porte-avions USS George H.W. Bush est désormais au large de la Grande-Bretagne et va, rapidement, mettre le cap sur Gibraltar... Le dernier-né des porte-avions de l'US Navy est accompagné des croiseurs lance-missiles USS Gettysburg (CG 64) et USS Anzio (CG 68), ainsi que des destroyers lance-missiles USS Truxton (DDG 103) et USS Mitscher (DDG 57). On notera toutefois que Washington n'a donné aucune indication concernant une éventuelle implication dans la crise de ce groupe aéronaval lorsqu'il passera au large de la Libye. Mais les Etats-Unis se sont dits « engagé à protéger la population libyenne » à l'occasion hier d'une visite surprise, à Benghazi, du sous-secrétaire d'Etat chargé des affaires du Proche-Orient. Jeffrey Feltman, qui a de nouveau appelé au départ de Mouammar Kadhafi, a apporté son soutien au Conseil National de Transition (CNT), présenté comme un interlocuteur « crédible et légitime ».

 

En finir rapidement

 

Concernant le changement de tactique de la France et de la Grande-Bretagne, les états-majors, on le comprend bien, se montrent des plus discrets. Les militaires veulent garder toutes les options ouvertes et, en attendant d'éventuels développements, accentuent la pression sur le régime de Tripoli. A ce titre, l'apport d'une composante d'hélicoptères d'attaque sera peut être suffisante. Dans le cas contraire, il faudra peut être envisager d'autres options. Il est en tous cas certain que, côté politique, on commence à s'impatienter. Car cela fait maintenant plus de deux mois (les premières frappes ont été menées par les Français le 19 mars) que la coalition bombarde les forces pro-Kadhafi (l'OTAN dit avoir mené au 23 mai 7870 sorties dont 3025 d'attaque au sol depuis le début de l'opération Unified Protector, le 31 mars) mais le régime ne plie pas face aux insurgés, qui ne parviennent pas à s'imposer face aux troupes loyalistes. Malgré les pertes subies, ces dernières disposent encore de moyens et sont entrainées, ce qui n'est pas le cas de la rébellion. Quant au parapluie aérien de la coalition, il a bien permis de réduire au silence l'aviation libyenne, de diminuer significativement la capacité de nuisance des Kadhafistes, de desserrer l'étau autour des zones assiégées et d'éviter une contre-attaque décisive des partisans du colonel. Mais il n'est clairement pas suffisant pour emporter la décision, d'autant que l'aviation demeure bridée par la nécessité d'éviter les dommages collatéraux et de ne pas s'impliquer ouvertement au-delà des limites fixées par les Nations Unies, à savoir la protection des populations civiles.

 

Reste que les pays de la coalition veulent se sortir au plus vite de cette crise, d'autant que certains sont tenus par un calendrier. Ainsi, la France, qui a été avec la Grande-Bretagne à l'origine de l'intervention et est actuellement le premier contributeur de l'opération, a encore deux mois devant elle avant que la Libye ne prenne, nationalement, une tournure plus politique et éventuellement plus épineuse. En effet, comme c'est désormais l'usage, le parlement doit être consulté sur toute opération extérieure dépassant un délai de quatre mois. La date butoir est donc fixée au 19 juillet...  

Partager cet article

Repost0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 19:00

http://www.defenceweb.co.za/images/stories/AIR/Air_new/casa-c295-torpedo_400x266.jpg

 

23 May 2011 by Leon Engelbrecht defenseWeb

 

Airbus Military is keen to propose its aircraft range for the South African Air Force's Project Saucepan requirement for new maritime patrol and surveillance aircraft. Air Force chief Lieutenant General Carlo Gagiano earlier this month said the programme had been “pulled to the left” by the increased threat of piracy in southern Africa's eastern littoral waters.

 

"I think we have the best product in the world and I believe we could win the programme if we are given the chance to compete," said Airbus Military CE Domingo Ureña. Speaking at a company trade media briefing (TMB) in Madrid on Wednesday he added "We will be ready to compete."

 

Project Saucepan should finally see the SAAF replace its 68-year-old Douglas C47 Dakota aircraft in the maritime surveillance role, a requirement Gagiano says is now both “urgent and important”.

 

The SAAF received its first C47s in 1943 and they were employed as transport in the Italian campaign of World War Two as well as for ferry duties in the Mediterranean theatre. The aircraft remain in service with 35 Squadron, based in Cape Town, with medium transport as well as maritime patrol duties. In the latter role it replaced the Avro Shackleton MR3, the last purpose-designed antisubmarine warfare (ASW) aircraft, in SAAF inventory from November 1984.

 

But it is not yet clear what the requirement is. Brigadier General Tsoku Khumalo, the SAAF's director transport and maritime told the defenceWeb maritime security conference in Cape Town in October 2009 that the SAAF was contemplating five specialised Maritime Patrol Aircraft (MPA) and eight cheaper general-purpose Maritime Surveillance Aircraft (MSA). At the time he said the new aircraft would have to be cost effective, sustainable, appropriate and offer a growth path. It would further need to be capable of inshore, coastal and deep-sea exclusive economic zone patrol as well as search-and-rescue (SAR) work. To support naval operations they would also require an ability to engage in antisubmarine and surface warfare.

 

The new MPA would in addition require the ability detect, track, classify and identify surface targets and in wartime to engage the same with onboard weapons, he added. Khumalo noted the SAAF realistically required 12 to 14 MPAs but these were very costly and the budget needed likely prohibitive. Other than having a maritime role the aircraft also needed to have a transport function and would also replace the C47, Airbus Military C212 and C235 aircraft; Khumalo being keen to reduce the number of platform types in use in the SAAF transport environment.

 

Gagiano would not be drawn on budget, numbers or platforms, but did indicate a change in thinking. Asked about the size of the preferred platform, he said he had his own views. Pressed whether it would be something the size of a C235, Gagiano chuckled and said he was looking at “something smaller, actually.” One suggestion was the Beechcraft King Air 350, used by several air forces, coast guards and other authorities for maritime patrol. Speaking about Operation Hopper, the South African National Defence Force's maritime security operation off the northern Mozambique coast, Gagiano said the burning need was for airborne sensors. “We have a gap there we have fill very quickly,” the general said. This is why Saucepan is “so important” and “will make such a big difference”. Asked about numbers, Gagiano again declined to comment, not confirming or denying the figure four.

 

“There is no doubt about it. These aircraft will give us a massive boost and will make a major difference to our operational capabilities. Not only will they be used in anti-piracy roles, but also to combat poaching and the detection of war threats. Because of outdated maritime surveillance equipment, this project is an urgent priority,” he said.

 

Airbus Military senior VP: commercial Antonio Rodriguez Barberán told a question and answer session at the the TMB the company would offer the CN235 or C295 aircraft for Saucepan. Barberán said although the King Air was a good platform, it was, in his view, limited, especially in a secondary transport role. "Typically, what we would present to the SAAF are aircraft with a dual role. A CN235 could be a preferred solution for South Africa. Even a C295." Noteworthy was the absence of the C212, the smallest aircraft in the current Airbus Military stable and closest in size to the King Air – albeit still bigger. In answer to another question Barberán noted Airbus Military was in talks with Indonesian Aerospace (Iae), formerly IPTN, about the future of that platform. Indications are the manufacturing of the C212 might be transferred there.

 

Some 6600 King Air aircraft of all types have been built an delivered since 1972, including three to the SAAF, one of 48 military operators, who generally use them for light transport and liaison duties. The C212 is a turboprop short take-off and landing (STOL) medium transport aircraft. Some 580 have been built since 1974 and are flown by numerous civil and some 22 military operators. The

 

The CN-235 is a medium-range twin-engined medium transport plane jointly developed by the-then CASA and IPTN of Indonesia as a regional airliner and military transport. Its primary military roles include maritime patrol, surveillance, and air transport. Some 230 have been delivered since 1988. Some 27 air forces and three paracivil authorities have used the type, along with some 11 civil operators, the wikipedia notes. Indonesia, Ireland, Mexico and the Turkish as well as US coast guards operates the type in maritime patrol role, the Spanish Civil Guard (a paramilitary police) employ it on surveillance duties while the Turkish Navy operates an antisubmarine/surface warfare version. The Spanish SASEMAR sea search and rescue organisation also uses the C235 in the maritime SAR role.

 

The C-295 is a further development of the CN-235 with a stretched fuselage, 50% more payload capability and new PW127G turboprop engines. The C-295 made its maiden flight in 1998. Some 111 examples are on order or have been delivered to 24 operators in 16 nations, according t Airbus Military figures. Algeria and Portugal use the transport as a MPA while Chile recently received the first ASW version.

Partager cet article

Repost0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 18:00
tir de missile anti-char HOT 2  - photo ADC O. Dubois Armée de Terre

tir de missile anti-char HOT 2 - photo ADC O. Dubois Armée de Terre

 

par Nicolas Gros-Verheyde BRUXELLES2

 

Alain Jupé, le ministre des Affaires étrangères, l’a confirmé à mi-mot, en marge du conseil des ministres des Affaires étrangères et de la Défense qui se tient à Bruxelles. La France a bien décidé d’engager des moyens supplémentaires en Libye. Mais, a-t-il tenu à avertir : « il ne s’agit pas d’un changement de stratégie. Nous poursuivons toujours la même stratégie : protéger les civils, affaiblir les forces de Kadhafi. » « Nous agissons dans le cadre de la résolution du Conseil de sécurité des Nations-Unies et de la planification de l’OTAN. Il s’agit de mieux adapter moyens au sol, permettant d’avoir des moyens plus précis » a-t-il ajouté.

 

Attaquer les lignes de ravitaillement

 

Selon nos informations, ces hélicoptères, des Gazelle et des Tigre – « dont le nombre n’est pas précisé pour ne pas donner trop d’indications stratégiques » (Le Figaro, ce matin, parle de 12 – mais ce nombre pourrait varier selon les moments), embarqués à bord du porte-hélicoptères Tonnerre, et équipés de missiles Hot permettraient de viser des cibles que les avions ne peuvent viser. « Parmi les cibles, des postes de commandement, des lignes de ravitaillement, et d’autres cibles plus mobiles, plus petites, avec moins de risque de dégâts collatéraux » – précise un officier. Mais il n’est « pas question de posé sur le sol. Il ne s’agit que d’avoir une possibilité supplémentaire » de neutralisation.

 

Britanniques également.

 

A l’heure actuelle, la France a pris cette décision. « Mais il n’y pas de difficultés posées par les Alliés » a tenu à préciser le ministre français des Affaires étrangères. Le ministre britannique William Hague a tenu à souligner, à Bruxelles, qu’il « soutenait la position française » même s’il s’est refusé à préciser si le Royaume-Uni engagerait des moyens identiques. (Maj) Selon nos informations, le Royaume-Uni pourrait annoncer de façon imminente qu’il engage, de la même façon, des hélicoptères aux cotés des Français. L’armée britannique utilise généralement des Apache pour ce type de missions. Mais elle a également des hélicoptères Gazelle, utilisés en observation et reconnaissance.

On peut se rappeler que, depuis le début, la France a plaidé pour une attitude plus offensive et plus directe sur le « front » libyen, notamment en coupant les lignes de ravitaillement (essence, armement…) utilisées par les troupes de Kadhafi. Outre l’intérêt stratégique, l’emploi des hélicoptères peut aussi avoir un impact psychologique permettant de montrer aux forces de Kadhafi qu’ils ne pourront être en sécurité nulle part. Il signifie aussi d’une certaine façon que les alliés – au moins la France – ont une certaine confiance dans l’amoindrissement des forces de Kadhafi pour ne pas risquer un tir venu de terre. Enfin, rien n’interdit, le moment venu, d’autres usages comme la récupération de personnes (par exemple l’exfiltration de personnalités du gouvernement libyen désireux de passer à l’ouest…).

NB : les hélicoptères Tigre sont régulièrement engagés

Partager cet article

Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 22:00
Visegrad – a new European military force

20 May 2011 by Stratfor's George Friedman

 

With the Palestinians demonstrating and the International Monetary Fund in turmoil, it would seem odd to focus this week on something called the Visegrad Group. But this is not a frivolous choice.

 

What the Visegrad Group decided to do last week will, I think, resonate for years, long after the alleged attempted rape by Dominique Strauss-Kahn is forgotten and long before the Israeli-Palestinian issue is resolved. The obscurity of the decision to most people outside the region should not be allowed to obscure its importance.

 

The region is Europe -- more precisely, the states that had been dominated by the Soviet Union. The Visegrad Group, or V4, consists of four countries -- Poland, Slovakia, the Czech Republic and Hungary -- and is named after two 14th century meetings held in Visegrad Castle in present-day Hungary of leaders of the medieval kingdoms of Poland, Hungary and Bohemia. The group was reconstituted in 1991 in post-Cold War Europe as the Visegrad Three (at that time, Slovakia and the Czech Republic were one). The goal was to create a regional framework after the fall of Communism. This week the group took an interesting new turn.

 

On May 12, the Visegrad Group announced the formation of a "battle group" under the command of Poland. The battle group would be in place by 2016 as an independent force and would not be part of NATO command. In addition, starting in 2013, the four countries would begin military exercises together under the auspices of the NATO Response Force.

 

Since the fall of the Soviet Union, the primary focus of all of the Visegrad nations had been membership in the European Union and NATO. Their evaluation of their strategic position was threefold. First, they felt that the Russian threat had declined if not dissipated following the fall of the Soviet Union. Second, they felt that their economic future was with the European Union. Third, they believed that membership in NATO, with strong U.S. involvement, would protect their strategic interests. Of late, their analysis has clearly been shifting.

 

First, Russia has changed dramatically since the Yeltsin years. It has increased its power in the former Soviet sphere of influence substantially, and in 2008 it carried out an effective campaign against Georgia. Since then it has also extended its influence in other former Soviet states. The Visegrad members' underlying fear of Russia, built on powerful historical recollection, has become more intense. They are both the front line to the former Soviet Union and the countries that have the least confidence that the Cold War is simply an old memory.

 

Second, the infatuation with Europe, while not gone, has frayed. The ongoing economic crisis, now focused again on Greece, has raised two questions: whether Europe as an entity is viable and whether the reforms proposed to stabilize Europe represent a solution for them or primarily for the Germans. It is not, by any means, that they have given up the desire to be Europeans, nor that they have completely lost faith in the European Union as an institution and an idea. Nevertheless, it would be unreasonable to expect that these countries would not be uneasy about the direction that Europe was taking. If one wants evidence, look no further than the unease with which Warsaw and Prague are deflecting questions about the eventual date of their entry into the Eurozone. Both are the strongest economies in Central Europe, and neither is enthusiastic about the euro.

 

Finally, there are severe questions as to whether NATO provides a genuine umbrella of security to the region and its members. The NATO strategic concept, which was drawn up in November 2010, generated substantial concern on two scores. First, there was the question of the degree of American commitment to the region, considering that the document sought to expand the alliance's role in non-European theaters of operation. For example, the Americans pledged a total of one brigade to the defense of Poland in the event of a conflict, far below what Poland thought necessary to protect the North European Plain. Second, the general weakness of European militaries meant that, willingness aside, the ability of the Europeans to participate in defending the region was questionable. Certainly, events in Libya, where NATO had neither a singular political will nor the military participation of most of its members, had to raise doubts. It was not so much the wisdom of going to war but the inability to create a coherent strategy and deploy adequate resources that raised questions of whether NATO would be any more effective in protecting the Visegrad nations.

 

There is another consideration. Germany's commitment to both NATO and the EU has been fraying. The Germans and the French split on the Libya question, with Germany finally conceding politically but unwilling to send forces. Libya might well be remembered less for the fate of Moammar Gadhafi than for the fact that this was the first significant strategic break between Germany and France in decades. German national strategy has been to remain closely aligned with France in order to create European solidarity and to avoid Franco-German tensions that had roiled Europe since 1871. This had been a centerpiece of German foreign policy, and it was suspended, at least temporarily.

 

The Germans obviously are struggling to shore up the European Union and questioning precisely how far they are prepared to go in doing so. There are strong political forces in Germany questioning the value of the EU to Germany, and with every new wave of financial crises requiring German money, that sentiment becomes stronger. In the meantime, German relations with Russia have become more important to Germany. Apart from German dependence on Russian energy, Germany has investment opportunities in Russia. The relationship with Russia is becoming more attractive to Germany at the same time that the relationship to NATO and the EU has become more problematic.

 

For all of the Visegrad countries, any sense of a growing German alienation from Europe and of a growing German-Russian economic relationship generates warning bells. Before the  Belarusian elections there was hope in Poland that pro-Western elements would defeat the least unreformed regime in the former Soviet Union. This didn't happen. Moreover, pro-Western elements have done nothing to solidify in Moldova or break the now pro-Russian government in Ukraine. Uncertainty about European institutions and NATO, coupled with uncertainty about Germany's attention, has caused a strategic reconsideration -- not to abandon NATO or the EU, of course, nor to confront the Russians, but to prepare for all eventualities.

 

It is in this context that the decision to form a Visegradian battle group must be viewed. Such an independent force, a concept generated by the European Union as a European defense plan, has not generated much enthusiasm or been widely implemented. The only truly robust example of an effective battle group is the Nordic Battle Group, but then that is not surprising. The Nordic countries share the same concerns as the Visegrad countries -- the future course of Russian power, the cohesiveness of Europe and the commitment of the United States.

 

In the past, the Visegrad countries would have been loath to undertake anything that felt like a unilateral defense policy. Therefore, the decision to do this is significant in and of itself. It represents a sense of how these countries evaluate the status of NATO, the U.S. attention span, European coherence and Russian power. It is not the battle group itself that is significant but the strategic decision of these powers to form a sub-alliance, if you will, and begin taking responsibility for their own national security. It is not what they expected or wanted to do, but it is significant that they felt compelled to begin moving in this direction.

 

Just as significant is the willingness of Poland to lead this military formation and to take the lead in the grouping as a whole. Poland is the largest of these countries by far and in the least advantageous geographical position. The Poles are trapped between the Germans and the Russians. Historically, when Germany gets close to Russia, Poland tends to suffer. It is not at that extreme point yet, but the Poles do understand the possibilities. In July, the Poles will be assuming the EU presidency in one of the union's six-month rotations. The Poles have made clear that one of their main priorities will be Europe's military power. Obviously, little can happen in Europe in six months, but this clearly indicates where Poland's focus is.

 

The militarization of the V4 runs counter to its original intent but is in keeping with the geopolitical trends in the region. Some will say this is over-reading on my part or an overreaction on the part of the V4, but it is neither. For the V4, the battle group is a modest response to emerging patterns in the region, which STRATFOR had outlined in its 2011 Annual Forecast. As for my reading, I regard the new patterns not as a minor diversion from the main pattern but as a definitive break in the patterns of the post-Cold War world. In my view, the post-Cold War world ended in 2008, with the financial crisis and the Russo-Georgian war. We are in a new era, as yet unnamed, and we are seeing the first breaks in the post-Cold War pattern.

 

I have argued in previous articles and books that there is a divergent interest between the European countries on the periphery of Russia and those farther west, particularly Germany. For the countries on the periphery, there is a perpetual sense of insecurity, generated not only by Russian power compared to their own but also by uncertainty as to whether the rest of Europe would be prepared to defend them in the event of Russian actions. The V4 and the other countries south of them are not as sanguine about Russian intentions as others farther away are. Perhaps they should be, but geopolitical realities drive consciousness and insecurity and distrust defines this region.

 

I had also argued that an alliance only of the four northernmost countries is insufficient. I used the concept "Intermarium," which had first been raised after World War I by a Polish leader, Joseph Pilsudski, who understood that Germany and the Soviet Union would not be permanently weak and that Poland and the countries liberated from the Hapsburg Empire would have to be able to defend themselves and not have to rely on France or Britain.

 

Pilsudski proposed an alliance stretching from the Baltic Sea to the Black Sea and encompassing the countries to the west of the Carpathians -- Czechoslovakia, Hungary, Romania and Bulgaria. In some formulations, this would include Yugoslavia, Finland and the Baltics. The point was that Poland had to have allies, that no one could predict German and Soviet strength and intentions, and that the French and English were too far away to help. The only help Poland could have would be an alliance of geography -- countries with no choice.

 

It follows from this that the logical evolution here is the extension of the Visegrad coalition. At the May 12 defense ministers' meeting, there was discussion of inviting Ukraine to join in. Twenty or even 10 years ago, that would have been a viable option. Ukraine had room to maneuver. But the very thing that makes the V4 battle group necessary -- Russian power -- limits what Ukraine can do. The Russians are prepared to give Ukraine substantial freedom to maneuver, but that does not include a military alliance with the Visegrad countries.

 

An alliance with Ukraine would provide significant strategic depth. It is unlikely to happen. That means that the alliance must stretch south, to include Romania and Bulgaria. The low-level tension between Hungary and Romania over the status of Hungarians in Romania makes that difficult, but if the Hungarians can live with the Slovaks, they can live with the Romanians. Ultimately, the interesting question is whether Turkey can be persuaded to participate in this, but that is a question far removed from Turkish thinking now. History will have to evolve quite a bit for this to take place. For now, the question is Romania and Bulgaria.

 

But the decision of the V4 to even propose a battle group commanded by Poles is one of those small events that I think will be regarded as a significant turning point. However we might try to trivialize it and place it in a familiar context, it doesn't fit. It represents a new level of concern over an evolving reality -- the power of Russia, the weakness of Europe and the fragmentation of NATO. This is the last thing the Visegrad countries wanted to do, but they have now done the last thing they wanted to do. That is what is significant.

 

Events in the Middle East and Europe's economy are significant and of immediate importance. However, sometimes it is necessary to recognize things that are not significant yet but will be in 10 years. I believe this is one of those events. It is a punctuation mark in European history.

 

This report republished with the permission of Stratfor, www.stratfor.com

Partager cet article

Repost0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 18:30

http://www.defenceweb.co.za/images/stories/AIR/Air_new/a400m-two-aircraft-seville_400x301.jpg

 

19 May 2011 by Leon Engelbrecht defenseWeb

 

France is set to receive its first of 50 Airbus Military A400M heavy transport aircraft in the first quarter of 2013. That’s the word from programme head Cedric Gautier. He was speaking at an Airbus Military trade media briefing (TMB) – attended by defenceWeb – in Sevilla, Spain, on Tuesday where the large airlifter is built.

 

But Airbus Military CE Domingo Ureña would like to see the French Air Force accept the aircraft this year. Addressing the TMB yesterday, he said the company was keen to deliver to the aircraft ahead of the new contracted schedule.

 

The final assembly of that aircraft is set to start in the last quarter of this year. By then all five test prototypes will be flying, type certification will have been received and customers would have signed off on the Initial Operational Capability (IOC) for the transporter. The aircraft, MSN7, will first fly in the third quarter of next year, Gautier told journalists from some 30 countries.

 

Gautier added that the fuselage join up has already been completed at the Airbus plant in Bremen, Germany, with system equipping now underway. That is also the case with the wing structure, built at Filton in the United Kingdom. Work on other structures, including the central wing box at Nantes, in France; the nose fuselage at St Nazaire, also in France, are “progressing as per plan”. Work on the wing of the second production aircraft has also started at Filton, Gautier noted in his presentation.

 

Some 174 aircraft remain on order with seven NATO nations and one export customer – Malaysia, which ordered four. Turkey, with 10 aircraft on order, will be the second user to receive an aircraft, delivery being expected in the second half of 2013 by when the aircraft should meet Standard Operational Capability 1 (SOC1) . A minimum of four aircraft are planned for delivery that year.

 

Britain and Germany will receive aircraft in 2014 (they have 22 and 53 A400M on order respectively), while Malaysia will receive its first heavy-lifter at the end of 2014 or in early 2015. That year-end is further the target date for SOC1.5. Spain’s first delivery of 27 aircraft bought falls over the year-end 2015/16, when SOC2 should be available, with SOC2.5 following in late 2017 and SOC3 at the end of 2018. This will also be when deliveries to Belgium and Luxembourg should start – the former has seven and the latter one aircraft on order.

 

SOC3 will include the software required to allow the A400M to conduct low level terrain avoidance flight, which is “a big requirement for this aircraft.”

 

The A400M programme last month emerged from a turbulent restructuring that saw the NATO partners give formal backing to a €3.5 billion euro (US$5 billion) rescue deal for the project. “Challenges are here to overcome and today we can say this challenge has been concluded," Ureña said on April 7. The contract amendment to what was once a €20 billion project was signed in Sevilla by Patrick Bellouard, director of the European Organisation for Joint Armament Cooperation (OCCAR) and Ureña, in the presence of Spanish Minister of Defence Carme Chacón. National armament directors and other representatives from customer nations also attended the ceremony, Airbus Military and EADS said in a statement.

 

The contract amendment implemented changes that were agreed in principle by the buyer nations with EADS and Airbus Military in a frame agreement signed on March 5 last year, Reuters reported. “This is a major milestone, and EADS is particularly proud to have the support of all governments involved in this cooperation programme that represents a strategic capacity for Europe and its defence, and for the new generation of military transport worldwide. The A400M is a fantastic new aircraft already flying with outstanding and unrivalled capabilities", said EADS CE Louis Gallois.

 

The A400M was designed to give Europe autonomy in military transport, which is dominated by the Lockheed Martin C130 Hercules turboprop and the Boeing C17Globemaster III jet transport, Reuters added. But technical problems and mismanagement kicked the project four years behind schedule and €7.6 billion over budget. For a while, the A400M crisis cast a shadow over the future of EADS as the cost of abandoning the project would have been staggering in penalties alone. More recently, EADS has been embarrassed by an improvement in its finances, which left it with a sharply higher cash surplus than it had when it approached buyer nations for help, Reuters said.

 

EADS has blamed A400M delays on development problems with the aircraft's massive turboprop engines, the largest built in the West, and conflicting military requirements from the buyers. But it has also admitted mistakes in managing the project as its attention was diverted towards the delayed A380 jetliner and power struggles within its previous management.

 

Under the rescue plan, the seven key buyers agreed to a €2 billion increase in the total price of the transport planes. Part of this will be financed by taking fewer aircraft for the same price, reducing the total order to 170 from 180. Germany has cut its order by 7 planes to 53 and Britain will take 22 planes instead of the 25 initially ordered. A high-level political dispute over the terms of the bailout focussed on the remaining €1.5 billion, which would be a loan against repayments from future exports.

 

Britain was seen as most reluctant about this part of the plan, which involves nations advancing money to EADS, but also reluctant to divorce from Airbus, which makes wings in the UK. Sources said the two sides compromised on payment schedules. The delays and cost overruns that became known during the 2009 recession caused the South African government to cancel its order in November 2009 to popular acclaim.

 

Previously known as the Future Large Aircraft, the A400M has been long in the coming. A European Staff Requirement (ESR) was drawn up as long ago as 1993 but only signed in 2003. Production was scheduled to start in 2001 with deliveries starting in 2006, but this slipped to 2007, then 2009 and then “late 2012.” First flight had been scheduled for January 2008 but was delayed and took place on December 11, 2009.

Partager cet article

Repost0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 20:30

http://www.bruxelles2.eu/wp-content/uploads/2011/05/ParachustisteAbyFreestyle@Fr1007-400x266.jpg

 

par Nicolas Gros-Verheyde BRUXELLES2

 

Le rapport qu’a adopté le Parlement européen mercredi dernier (11 mai) prône une nouvelle dynamique en matière de politique européenne de défense. C’est atypique dans le moment et cela mérite un détour approfondi, d’autant que (une fois n’est pas coutume), ce rapport recèle nombre de propositions concrètes.

 

Rédigé par l’Italien Roberto Gualtieri (S&D), et amendé de façon assez consensuelle par les principaux groupes (sauf le groupe de la Gauche unie démocratique – GUE), le rapport dresse, en effet, un constat sans concession de la politique européenne de sécurité et de défense commune (PSDC). Ces propositions (que nous avons rassemblées en dix points) sont plutôt réalistes mais, en même temps, elles peuvent sembler audacieuses, vu l’atonie du moment. Le Parlement s’affirme ainsi comme un gardien du temple, une des seules institutions européennes à revendiquer, haut et fort, une politique de défense européenne — alors que les autres acteurs du jeu institutionnel (Commission, Haut représentant, Conseil) semblent plutôt en retrait, voire absents — et à demander l’application de tout le Traité de Lisbonne, l’esprit et la lettre…

 

Un constat sans concession

 

Loin des rapports qui se gargarisent des bons résultats, le Parlement européen met le doigt où cela fait mal. Il note ainsi :

  • Le « contraste marqué entre les 200 milliards d’euros consacrés chaque année par les États membres à la défense, le manque de moyens dont dispose l’UE et les conférences prolongées à grand-peine sur la constitution d’une force pour les opérations militaires de l’UE ».
  • « En plus de douze ans, la méthode de constitution d’une force n’a de fait produit aucune amélioration quantitative ou qualitative au niveau des capacités militaires disponibles pour les missions de la PSDC »
  • Les « mauvais résultats obtenus par l’objectif global civil pour 2010 sur le plan des capacités civiles ». Il y a un « contraste entre les unités de personnel mises à disposition sur le papier par les États membres et celles effectivement disponibles pour les missions, et les progrès limités sur le plan de la formation des ressources humaines ».
  • Coté industriel, la « redondance généralisée de programmes de défense dans l’Union ». Il existe « plus de vingt programmes axés sur les véhicules blindés, six programmes différents axés sur les sous-marins d’attaque, cinq programmes axés sur les missiles sol-air et trois programmes axés sur les avions de combat ». Ce qui a pour conséquence « l’absence de réalisation d’économies d’échelle, le gaspillage de ressources économiques limitées et les prix exagérément élevés du matériel de défense européen (…) entretient la fragmentation de la base industrielle et technologique de défense européenne, freine la compétitivité de tout le secteur industriel européen lié à la sécurité ».
  • Côté opérations, la mission EUTM Somalie a été « l’unique intervention nouvelle ces deux dernières années ».
  • Enfin, « plus d’un an après l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, l’on n’observe encore aucun signe apparent d’une approche communautaire exhaustive post-Lisbonne dans le cadre de laquelle les obstacles procéduraux et institutionnels classiques seraient levés ».

Les idées fortes du Parlement

Le Parlement milite pour une PSDC forte qui ne soit pas seulement l’addition des coopérations des Etats. Il prône une autonomie stratégique pour l’UE et une ambition nouvelle pour la PSDC. Et il demande au Haut représentant d’avoir une démarche « proactive ». Ces idées transcendent le rapport, faut-il préciser et se retrouvent exprimées à diverses reprises, parfois de façon différente.

 

L’Europe de la défense n’est pas la coalition des politiques de défense

 

« Une coalition de volontés ne peut remplacer la PSDC, cela aboutit à une renationalisation des politiques » a expliqué Roberto Gualtieri l’auteur du rapport. « Les coalitions de volontaires ou la coopération bilatérale ne sont pas des solutions viables pour remplacer la PSDC. Aucun État européen n’a les moyens de jouer un rôle significatif en matière de sécurité et de défense dans le monde du XXIe siècle ».

 

Une ambition stratégique

 

« L’Union européenne est appelée à améliorer son autonomie stratégique afin de maintenir ses valeurs, de défendre ses intérêts et de protéger ses citoyens ». « Des capacités militaires crédibles, fiables et disponibles sont une condition indispensable à une PSDC autonome ».

 

Le Parlement souhaite que le Conseil européen adopte une « stratégie de politique étrangère européenne adaptée aux évolutions du système international ». Une réponse commune aux événements en Libye est « indispensable » pour la crédibilité de la politique de voisinage au sud comme l’élaboration d’une stratégie pour la région du Sahel et la Corne de l’Afrique. Ce qui serait une occasion concrète pour l’UE de « prouver sa capacité d’action face aux défis tant en matière de sécurité que de développement ».

 

Un « nouvel élan aux missions »

 

C’est le terme même du rapport du Parlement. Les missions représentent le banc d’essai du mandat de la PSDC et un test important pour la crédibilité de l’Union en tant qu’acteur international. Le PE recommande notamment de préparer une « opération PSDC à moyen et long terme en Libye dans les domaines de la réforme du secteur de la sécurité, du renforcement institutionnel et de la gestion des frontières ».

 

Me la Haute représentante, agissez !

 

Sans mettre en cause directement la Haute représentante, le Parlement émet une critique structurée de son action (ou plutôt) de son inaction en matière de défense. Le rapport ne se fait pas faute de rappeler ainsi que : 1° « la VP/HR est soumise au vote d’approbation du Parlement européen et celui-ci adopte par codécision le budget de l’action extérieure de l’UE ». 2° Les pouvoirs et les responsabilités de la VP/HR « ne représentent pas seulement une « double casquette », mais constituent une fusion de fonctions et de sources de légitimation » qui la placent « au centre du processus de construction de la cohérence entre les divers instruments, acteurs et procédures de l’action extérieure de l’UE ». Et le Parlement d’inviter la HR à considérer sa fonction « de manière proactive ».

 

soldats finlandais en exercice dans le grand nord (crédit : ministère finlandais de la Défense)

Les dix propositions du rapport

Le Parlement ne se contente pas d’un rapport à charge ou à décharge, il met en avant son pouvoir de propositions, reprenant certaines revendications précédemment contenus dans des rapports (un Livre Blanc, un conseil des Ministres de la Défense…) et en avançant de nouvelles (le Conseil de gestion de crises, la tenue d’un Conseil européen…).

 

1. Appliquer le Traité de Lisbonne, la lettre et l’esprit…

 

Le Parlement revendique la tenue d’un Conseil européen extraordinaire sur la sécurité et la défense européennes.

Il souhaite voir aussi renforcer le rôle des ministres de la défense dans le cadre du format associé au Conseil « Affaires étrangères. Il réitère (sans trop de conviction) sa nécessité de rédiger un livre blanc de la sécurité et de la défense européennes.

 

Enfin, il voudrait voir les dispositions du Traité de Lisbonne entrer en vigueur. Il veut ainsi que soient élaborées des « lignes directrices politiques sur la clause d’assistance mutuelle » et que soit institué le fonds de lancement pour les activités préparatoires dans la conduite des opérations militaires.

 

2. Un QG permanent d’opérations

 

Il faut doter « l’UE d’une planification civile et militaire et d’une capacité de conduite permanente ou d’un poste de commandement opérationnel (PCO) ». C’est une vieille antienne des eurodéputés. Mais le rapport enfonce le clou, avec détermination et conviction. « Le Centre opérationnel actuel, même s’il représente un premier pas dans la bonne direction, est insuffisant et inadapté au degré d’ambition d’un PCO permanent et doit devenir un centre permanent et capable de gérer des missions plus importantes ». Le Parlement préconise ainsi le « regroupement du PCO militaire avec le poste de commandement civil afin de rendre possible la mise en œuvre l’ensemble des opérations militaires et civiles en profitant au maximum des synergies possibles tout en respectant les chaînes de commandement civiles et militaires spécifiques ».

 

3. Un Conseil de gestion des crises

 

Le PE souhaite qu’un « conseil de gestion des crises » se réunisse régulièrement. Ce conseil ne serait pas une nouvelle structure en soi. Il serait composé « de la CMPD, de la CCPC, de l’EMUE, du SITCEN, des unités de consolidation de la paix, de prévention des conflits, de médiation et de politique de sécurité, de la présidence de la PSC, des bureaux géographiques et des autres structures thématiques concernées (…) avec la participation des structures d’aide humanitaire, de protection civile et de sécurité intérieure de la Commission en fonction des circonstances ».

 

Ce conseil serait placé « sous l’autorité de la VP/HR et du secrétaire général exécutif » et les réunions seraient « coordonnées par le directeur général (de) la réponse aux crises ». Il aurait deux tâches principales : la « planification d’urgence unifiée à l’égard des scènes et des scénarios de crise potentiels », « gérer concrètement la réponse aux crises, à travers une plateforme de crise, en coordonnant, tant à Bruxelles que sur le terrain, l’emploi des divers instruments financiers et des capacités dont dispose l’Union ».

 

Cette structure devrait être dotée d’un « système efficace d’alerte et d’urgence », ainsi qu’une « grande salle opérationnelle unifiée ». Celle-ci serait située « au siège du SEAE, capable d’assurer une surveillance 24 heures sur 24, sept jours sur sept, évitant ainsi l’existence de chevauchements opérationnels, qui cadrent rarement avec la nécessité de disposer d’un système adapté de surveillance et de réaction rapide aux crises ». Une coordination devrait être assurée avec le centre européen pour l’intervention d’urgence.

 

4. Des missions mieux financées, mieux évaluées, plus intégrées…

 

Mieux financées. Le PE souhaite une révision du mécanisme Athena, afin de « rationaliser et d’augmenter la part de coûts communs (qui se situe actuellement à environ 10 %) en vue d’une répartition plus équitable des coûts des opérations militaires ».

 

Mieux évaluées. Le rapport souhaite des « mécanismes formels institutionnalisés plus solides, qui évaluent, à intervalles réguliers et en fonction de critères communs, le déroulement des missions sur le terrain ».

Plus intégrées. « Chaque mission (doit être) intégrée dans une stratégie politique bien définie (à moyen et à long terme). (…) Ces missions ne se substituent à une véritable politique ».

 

Mieux coordonnées. Le Parlement prône le « renforcement de la coordination sur le terrain entre les différents acteurs : différentes missions opérant sur une même scène, entre les missions PSDC et les autres acteurs et instruments de l’Union, entre les projets de coopération au développement et les missions PSDC, entre l’UE et les autres acteurs internationaux agissant dans le même domaine ».

 

5. Du personnel mieux formé

 

Le Parlement propose « un mécanisme communautaire pour renforcer les capacités civiles, surtout par la formation et l’augmentation du personnel civil du Collège européen de sécurité et de défense».

 

6. Revoir le concept des Battlegroups

 

Il faut « revoir sérieusement le concept et la structure de ces groupes (tactiques), qui n’ont jusqu’à présent pas été utilisés ». Le Parlement avance deux pistes : 1) la spécialisation de l’un des deux groupes tactiques dans des capacités de niche et/ou des capacités adaptées à des conflits de faible intensité qui exigent des missions hybrides (civiles/militaires) ; 2) imputer les coûts opérationnels y afférents au mécanisme Athena (dont la révision est prévue sous la présidence polonaise).

 

La spécialisation des battlegroups dans certaines fonctions pourrait être une solution pour le Parlement (Crédit : Ministère suédois de la défense, entraînement du Battlegroup suédois, mars 2011)

 

7. Un partenariat sur la recherche avec l’Agence de défense

 

Le Parlement milite sans ambages pour le renforcement de l’Agence européenne de défense, « la mieux à même, au niveau de l’Union, de relever et d’améliorer les capacités de défense dans le domaine de la gestion des crises et de promouvoir et de renforcer la coopération européenne dans le domaine de l’armement ».

 

Il souligne aussi la nécessité d’une « coopération étroite » entre l’Agence et la Commission européenne en vue de renforcer les capacités à double usage (civil et militaire) et souhaiterait notamment que les fonds communautaires de la recherche puissent « aller davantage en faveur de projets de sécurité et de défense ». Ainsi il souhaite la mise en place d’un partenariat solide entre tous les participants pour la préparation du 8e programme-cadre en vue « d’investir dans des domaines technologiques présentant un intérêt commun ».

 

8. Compléter l’organigramme du SEAE

 

Le Parlement préconise certains ajustements dans l’organigramme actuel du SEAE. Il regrette notamment que celui-ci « ne comprenne pas toutes les unités chargées de la planification et de la programmation des interventions en cas de crise, de la prévention des conflits et de la consolidation de la paix dans les structures de la PSDC ». Et il édicte trois demandes.

 

1° « Renforcer l’unité de planification opérationnelle des missions civiles de la CPCC ».

 

2° « Intégrer dans les structures de gestion des crises et de consolidation de la paix du SEAE le service des instruments de politique étrangère chargé de la planification et de la programmation des mesures de réponse aux crises ». Les douze postes AD et cinq postes AST d’ex Relex/A2 ont été intégrés dans l’unité 2 des nouveaux instruments de politique étrangère. Le Parlement a posé une réserve budgétaire dans le budget de la Commission. Et celle-ci ne « sera supprimée que si cette condition est réalisée ».

 

3° « Créer un centre de services partagés pour la gestion des missions PSDC ». Ceux-ci sont en effet dispersés entre l’ unité 3 « Opérations PESC des instruments de politique étrangère » de la Commission (anciennement, Relex/A3) et l’unité de « soutien aux missions » de la CPCC. Le Parlement souhaite (logiquement) que ces unités soient réunies. Ce nouveau service, « en s’occupant des responsabilités en matière de personnel, de logistique, d’achats et de finances des missions civiles PSDC et en déchargeant les chefs de mission d’une partie de leurs tâches administratives, garantirait une plus grande efficacité, en mettant en commun les fonctions administratives, à partir du processus de sélection et de recrutement du personnel, et en centralisant l’acquisition et la gestion de l’équipement».

 

9. Développer les compétences du PE

 

Le Parlement veut aussi défendre, et étendre, ses compétences en matière de politique extérieure, estimant que l’exception contenue dans le Traité doit être interprété de façon restrictive, notamment en matière d’accords internationaux ou quand les intérêts de sécurités intérieure et extérieure sont mélangés. Il se veut également vigilant sur son rôle de contrôle budgétaire en matière de missions.

 

Accords internationaux. Le Parlement veut ainsi être tenu informé des accords internationaux négociés ou conclus dans l’intérêt de l’Union européenne. Le rapport cite un cas particulier : « les accords relatifs à l’échange d’informations confidentielles ». L’accord du Parlement est nécessaire — rappelle-t-il également — « pour conclure des accords internationaux, y compris ceux qui concernent essentiellement la PESC, à la seule exception de ceux qui la concernent exclusivement ». C’est une antienne régulière du Parlement et les Etats membres y sont réticents. On sait que la bataille ne cessera pas demain et se terminera, un jour, devant la Cour de Justice de l’UE.

 

Sécurité intérieure et extérieure. Le Parlement considère que divers secteurs comme le terrorisme, le crime organisé et la cyber-sécurité, ont des implications dans les deux dimensions de la sécurité, interne et externe. Dans ce cas, il estime que toutes les initiatives qui auraient un double impact ne pourraient « être lancées (que) dans le cadre de la compétence ordinaire intérieure communautaire », c’est-à-dire avec une base juridique « identifiée », la règle de la majorité qualifiée au Conseil, avec codécision au Parlement européen et contrôle judiciaire de la Cour de justice

 

Contrôle des missions. Le Parlement réitère enfin sa revendication « d’allouer une ligne budgétaire à chaque mission PSDC », afin de mieux contrôler les dépenses. Au passage, il s’inquiète des « coûts élevés des mesures axées sur la sécurité des missions dans EUJUST LEX Irak et EUPOL Afghanistan, confiées à des sociétés de sécurité privées ». La question devrait revenir lors du débat budgétaire.

 

10. Une présence de l’UE au Conseil de sécurité de l’ONU

 

Le Parlement souhaite que le Haut représentant assure la représentation de l’UE et de convaincre les Etats membres de « convenir d’un système de rotation qui garantira à l’Union un siège permanent au CSNU ».

 

Lire également :

Partager cet article

Repost0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 11:30

 

May 17, 2011: STRATEGY PAGE

 

China recently began offering its HQ-16 VLS (Vertical Launch System) anti-aircraft missile for export. This system is a license built (or using stolen tech) version of the Russian Buk M2 anti-aircraft missile systems. These are the latest version of the SAM-6 class missiles, that proved so effective in the 1973 Arab Israeli war. The M2E missiles weigh 328 kg (720 pounds) and have a max range of 50 kilometers. The land based version has four missiles carried on a tracked vehicle. The target acquisition radar has a range of over 150 kilometers. The export version is called the LY-80.

 

The HQ-16 naval version has the missiles fired out of a vertical storage/launch cell that is flush with the deck of the ship. This is a system pioneered by the United States. This is one reason China has developed new ship designs to replace the Russian ones it has been using for over half a century. The first of these is the 4,300 ton Type 54 frigate. This ship is based on Western, not Russian, design concepts. Twelve of these have been built so far, plus ten to the more advanced Type 054A standard (each of which has 32 VLS cells for HQ-16 missiles.)

Partager cet article

Repost0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 21:30

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1e/USS_George_Washington_(CVN-73)_F.jpg 

 

May 16, 2011 (AP)

 

YOKOSUKA, Japan (AP) — The U.S. is developing aircraft carrier-based drones that could provide a crucial edge as it tries to counter China's military rise.

 

American officials have been tightlipped about where the unmanned armed planes might be used, but a top Navy officer has told The Associated Press that some would likely be deployed in Asia.

 

"They will play an integral role in our future operations in this region," predicted Vice Adm. Scott Van Buskirk, commander of the U.S. 7th Fleet, which covers most of the Pacific and Indian oceans.

 

Land-based drones are in wide use in the war in Afghanistan, but sea-based versions will take several more years to develop. Northrop Grumman conducted a first-ever test flight — still on land — earlier this year.

 

Van Buskirk didn't mention China specifically, but military analysts agree the drones could offset some of China's recent advances, notably its work on a "carrier-killer" missile.

 

"Chinese military modernization is the major long-term threat that the U.S. must prepare for in the Asia-Pacific region, and robotic vehicles — aerial and subsurface — are increasingly critical to countering that potential threat," said Patrick Cronin, a senior analyst with the Washington-based Center for New American Security.

 

China is decades away from building a military as strong as America's, but it is developing air, naval and missile capabilities that could challenge U.S. supremacy in the Pacific — and with it, America's ability to protect important shipping lanes and allies such as Japan and South Korea.

 

China maintains it does not have offensive intentions and is only protecting its own interests: The shipping lanes are also vital to China's export-dependent economy. There are potential flash points, though, notably Taiwan and clusters of tiny islands that both China and other Asian nations claim as their territory.

 

The U.S. Navy's pursuit of drones is a recognition of the need for new weapons and strategies to deal not only with China but a changing military landscape generally.

 

"Carrier-based unmanned aircraft systems have tremendous potential, especially in increasing the range and persistence of our intelligence, surveillance and reconnaissance operations, as well as our ability to strike targets quickly," Van Buskirk said at the 7th Fleet's headquarters in Yokosuka, Japan.

 

His fleet boasts one carrier — the USS George Washington — along with about 60 other ships and 40,000 sailors and Marines.

 

Experts say the drones could be used on any of the 11 U.S. carriers worldwide and are not being developed exclusively as a counterbalance to China.

 

But China's reported progress in missile development appears to make the need for them more urgent.

 

The DF 21D "carrier killer" missile is designed for launch from land with enough accuracy to hit a moving aircraft carrier at a distance of more than 900 miles (1,500 kilometers). Though still unproven — and some analysts say overrated — no other country has such a weapon.

 

Current Navy fighter jets can only operate about 500 nautical miles (900 kilometers) from a target, leaving a carrier within range of the Chinese missile.

 

Drones would have an unrefueled combat radius of 1,500 nautical miles (2,780 kilometers) and could remain airborne for 50 to 100 hours — versus the 10 hour maximum for a pilot, according to a 2008 paper by analysts Tom Ehrhard and Robert Work at the Center for Strategic and Budgetary Assessments. Work is now an undersecretary of the Navy.

 

"Introducing a new aircraft that promises to let the strike group do its work from beyond the maximum effective firing range of the anti-ship ballistic missile — or beyond its range entirely — represents a considerable boost in defensive potential for the carrier strike group," said James Holmes of the U.S. Naval War College.

 

Northrop Grumman has a six-year, $635.8 million contract to develop two of the planes, with more acquisitions expected if they work. A prototype of its X-47B took a maiden 29-minute flight in February at Edwards Air Force Base in California. Initial testing on carriers is planned for 2013.

 

Other makers including Boeing and Lockheed are also in the game. General Atomics Aeronautical Systems, Inc. — the maker of the Predator drones used in the Afghan war — carried out wind tunnel tests in February. Spokeswoman Kimberly Kasitz said it was too early to divulge further details.

 

Some experts warn carrier-based drones are still untested and stress that Chinese advances have not rendered carriers obsolete.

 

"Drones, if they work, are just the next tech leap. As long as there is a need for tactical aviation launched from the sea, carriers will be useful weapons of war," said Michael McDevitt, a former commandant of the National War College in Washington, D.C., and a retired rear admiral whose commands included an aircraft carrier battle group.

 

Some analysts also note that China may be reluctant to instigate any fighting that could interfere with its trade.

 

Nan Li, an expert at the U.S. Naval War College's China Maritime Studies Institute, doubts China would try to attack a U.S. carrier.

 

"I am a skeptic of such an interpretation of Chinese strategy," he said. "But I do think the X-47B may still be a useful preventive capability for worst-case scenarios."

 

The Air Force and Navy both sponsored a project to develop carrier-based drones in the early 2000s, but the Air Force pulled out in 2005, leaving the Navy to fund the research.

 

Adm. Gary Roughhead, chief of naval operations, said last summer that the current goal of getting a handful of unmanned bombers in action by 2018 is "too damn slow."

 

"Seriously, we've got to have a sense of urgency about getting this stuff out there," he told a conference. "It could fundamentally change how we think of naval aviation."

Partager cet article

Repost0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 18:30

http://www.meretmarine.com/objets/500/29965.jpg 

 

Vue de l'OPV Gowind

crédits : DCNS

 

16/05/2011 MER et MARINE

 

Le premier patrouilleur du type Gowind est sorti ce week-end de son hall de construction situé sur le site DCNS de Lorient, où le navire doit être mis à flot mercredi prochain. Réalisé sur fonds propres par DCNS dans le cadre du programme Hermès, cet offshore patrol vessel (OPV) sera remis à la Marine nationale en fin d'année. Au travers d'une convention de partenariat, la flotte française utilisera ce patrouilleur pour ses besoins opérationnels durant trois ans. Baptisé L'Adroit, le navire, qui sera basé à Toulon, sera placé sous le commandement organique du commandant de la force d'action navale (FAN). Un premier noyau d'équipage sera constitué à compter du 1er juin.

Un peu plus d'un an après la découpe de la première tôle (7 mai 2010), la coque du premier OPV du type Gowind est donc terminée. Il reste, désormais, à achever la superstructure et mettre en place la mâture. Et, d'ici l'été, le bâtiment devrait faire sa première sortie en mer.

Long de 87 mètres pour un déplacement d'environ 1500 tonnes en charge, L'Adroit disposera d'une artillerie légère, ainsi que d'un système de mise à l'eau d'embarcations rapides par le tableau arrière. Il pourra également embarquer un hélicoptère ou des drones.

Partager cet article

Repost0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 11:30

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/41/Flag_of_India.svg/800px-Flag_of_India.svg.png

 

May 15, 2011, THE TIMES OF INDIA

 

NEW DELHI: India has started working on a network of air-defence systems which would be able to shoot down any enemy missile even at a distance of 5,000 kms, before it can enter the Indian air space.

 

The Defence Research and Development Organisation (DRDO) has already developed a missile that can intercept an incoming aerial threat 2,000 kms away under the Ballistic Missile Defence (BMD) System and is now working on the second phase.

 

Under the second phase, missiles are being designed and developed in a manner that would enable them to shoot down any incoming missile at a distance of 5,000 kms, DRDO chief V K Saraswat said here.

 

The 5,000 kms interceptor missile is targeted to be ready by 2016, he said.

 

"It is well on schedule and we are already on initial design and testing stage," Saraswat said.

 

"Presently, our missiles are designed to engage targets within 2,000 km range. Later on, we will be making 5,000 km range class of interceptor missiles. That will be Phase-II of the BMD system," he added.

 

Last July, DRDO successfully tested the Phase-I of the indigenously developed interceptor missile from the Integrated Test Range (ITR) at Wheeler Island off Orissa coast.

 

On possibility of any tie-up with the US or any other country for development of the BMD systems, Saraswat said, "Our process of international collaboration is only to accelerate our own development process. Whenever we feel the need of a new technology, we may go for collaborations."

 

On the US offering India the Aegis Missile Defence Systems, he said, "These are market forces and will always remain there. There would always be market forces trying to sell the available equipment. In India this is not just a R&D effort but an actual programme, so I don't think we should worry about this."

 

India is also developing the Long Range Tracking Radar (LRTR) for the BMD systems. While the radars used for the Phase-I experiments were built with equal partnership from Israel, the Phase-II will have 80 per cent indigenous component.

 

"Only some of the equipments and consultancy would be provided by Israel," Saraswat said.

Partager cet article

Repost0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 16:30

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/actualites/images-actu/a-400m/1211868-1-fre-FR/a-400m.jpg

 

13/05/2011 par Linda Verhaeghe MINISTERE DE LA DEFENSE

 

 

La Commission de la Défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale a auditionné Gérard Longuet, mardi 3 mai 2011. Ce fut l’occasion pour le ministre de la Défense et des Anciens combattants de présenter « une vision globale de l’action  [du] ministère  », selon ses propres termes.

 

 

Les membres de la Commission de la Défense nationale et des forces armées ont aussi bien entendu Gérard Longuet sur les opérations extérieures, la réorganisation du ministère, les industries d’armement – et en particulier les exportations des avions de chasse Rafale  et de transport A 400M -, que sur les besoins des armées en drones, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, mardi 3 mai 2011. 

 

Le Vbci Le Vab Le Rafale
 
 

 

Le ministre de la Défense et des Anciens combattants a entamé son intervention en déclarant que « Les promesses faites hier sont aujourd’hui des engagements tenus . Les parlementaires y ont été largement associés (…) ».

 

La réforme du ministère de la Défense,  « fondée sur la diminution des effectifs, le regroupement d’unités et l’organisation en bases de défense,  s’est traduite par des mouvements spectaculaires »  ; le ministre a rappelé que « l’effort demandé a été particulièrement difficile pour les personnels : réduction de 54 000 postes civils et militaires, fermeture de 82 unités, dont 20 régiments sur 110, et de 11 bases aériennes sur 37  ».

 

Mais il a tenu à « souligner  » plus spécifiquement que « les dividendes de la réforme  […] ont été totalement réinvestis au profit, d’une part, de la condition du personnel et, d’autre part, des équipements  ».

 

« Pour ce qui est des réinvestissements dans des matériels nouveaux, on peut évoquer les VBCI – véhicules blindés de combat d’infanterie -, le canon Caesar, qui apparaît comme une réponse judicieuse aux besoins de soutien de l’infanterie, le VAB – véhicule de l’avant blindé – télé-opéré, qui est adapté aux combats dans lesquels nous sommes engagés, ou la mise en place de la tenue Felin – fantassin à équipements et liaisons intégrés -, dernier maillon de la numérisation du théâtre d’opérations  », a précisé Gérard Longuet.

 

Le ministre a ajouté que des « véhicules d’ouverture d’itinéraire pour lutter contre les engins explosifs  », ont également été mis en place pour les opérations en Afghanistan.

 

Concernant l’avion de transport A 400M,  le ministre a souligner que « l’aéromobilité est un devoir absolu  ». « C’est pourquoi l’arrivée de l’A 400M est très importante  ».

 

Alors que le Rafale  est actuellement employé dans le cadre des opérations en Libye, « l’on peut mesurer la différence entre un avion polyvalent, capable de faire de la reconnaissance, du combat aérien et de l’attaque au sol, et les systèmes concurrents qui font appel  à plusieurs types d’appareil et ne permettent pas à certaines aviations alliées d’accomplir leur mission  », a-t-il ajouté.

 

Gérard Longuet a ensuite dressé un bilan des opérations menées dans ce pays et plus particulièrement sur les « choix opérationnels en matière aérienne  » : « si nous avons évité le pire à Benghazi, c’est parce que l’aviation française a pu agir avant que ne soient mêlés, dans les faubourgs de la ville, des blindés gouvernementaux et des forces insurgées … »

 

Néanmoins, le ministre a déclaré que « les opérations extérieures font apparaître deux faiblesses principales  » : le fait que « nous ne disposons pas de drones d’observation Male – moyenne altitude longue endurance – de qualité suffisante  », ainsi que, en matière de transport aérien, une flotte actuelle (Transall, Hercules) vieillissante dont l’entretien est très onéreux.

 

« Les Airbus A 400M seront donc les bienvenus – le premier appareil sera livré en 2013  […] Nous attendons avec impatience les  [hélicoptères] NH90 car les Puma sont très anciens  », a-t-il précisé.

 

Dans le domaine des industries de défense,  le ministre a rappelé que « le contexte se caractérise par une baisse des crédits partout en Europe  », notamment.

 

Cependant, « il faut maintenir l’investissement [en direction de l’innovation] en dégageant trois priorités pour la période 2011-2014 : la dissuasion  […]  ; la coopération avec le Royaume-Uni  ; l’offre technique de la France à  l’Otan dans le cadre de la défense antimissile balistique  ».

 

Le ministre a terminé son intervention en évoquant le coût des opérations extérieures, estimant que « si les opérations  [en Libye] devaient se prolonger, un problème de financement se poserait inéluctablement en fin d’année  ».

 

 

Partager cet article

Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 06:00

http://www.europarl.europa.eu/eplive/expert/photo/20100921PHT83026/pict_20100921PHT83026.jpg

 

11 mai 2011 creusot-infos.com

 

Arnaud Danjean à Catherine Ashton: "la Politique de Sécurité et de Défense commune est une nécessité stratégique et vous devez être en première ligne pour prendre les initiatives qui s'imposent"

 

"La crise libyenne a de nouveau illustré les difficultés de l'Union Européenne à exister diplomatiquement et militairement, face à un enjeu de sécurité majeur aux portes immédiates de notre continent" a déclaré Arnaud Danjean, Président de la sous-commission Sécurité et défense, à l'occasion du débat consacré à la politique extérieure et de sécurité de l'Union européenne, en séance plénière du Parlement européen mercredi 11 mai.

 

S'adressant à la Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Catherine Ashton, Arnaud Danjean a déclaré: " Il serait injuste de vous attribuer exclusivement les insuffisances de volonté politique affichées par l'Union, même si nous sommes nombreux à penser que des initiatives plus énergiques auraient dû être prises. Il est vrai que les Etats-Membres portent aussi une très large responsabilité dans cette incapacité à construire une politique cohérente, efficace et visible sur ce dossier, alors même que nos amis américains s'en remettaient largement à l'Europe pour agir".

 

"On pourra toujours se consoler en constatant que ce sont bien quelques pays européens qui ont, diplomatiquement et militairement, pris les initiatives qui s'imposaient, et qui, d'ailleurs, suivaient en cela les recommandations diplomatiques, humanitaires et militaires contenues dans la résolution votée ici même, à une large majorité, le 10 mars dernier.

 

"Au-delà de cette crise libyenne, il faut bien être conscient des évolutions stratégiques majeures qui nous obligent à ne pas renoncer à l'ambition d'une politique de sécurité et de défense commune, inscrite dans le Traité de Lisbonne et dont vous devez être, madame la haute-représentante, l'inspiratrice, la garante et la porte-parole", a poursuivi Arnaud Danjean.

 

"La conjonction de contraintes budgétaires inédites sur les budgets de défense, de la multiplicité des crises internationales et du redéploiement stratégique américain sont des facteurs lourds qui ne nous laissent pas d'autres choix que de prendre notre destin en main.

 

Face à toutes ces crises et menaces, nous ne pouvons pas nous contenter de laisser les clefs à nos amis et alliés américains et à l'OTAN. Ce ne sont, par exemple, ni les Américains ni l'OTAN qui ont pu mettre un terme à la guerre russo-géorgienne et qui peuvent aujourd'hui en observer l'application du cessez-le-feu. Nous voyons bien en Libye que les Etats-Unis se souhaitent pas être en première ligne et que l'engagement minimaliste de l'OTAN ne règle pas tout."

 

"Madame la Haute-Représentante, la Politique de Securité et de Défense commune est un non seulement un acquis, non seulement une ambition inscrite dans les traités, c'est aussi une nécessité stratégique et vous devez être en première ligne pour prendre les initiatives qui s'imposent" a déclaré Arnaud Danjean en conclusion.

Partager cet article

Repost0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 20:30

http://supersonique.blogs.challenges.fr/media/02/01/1287346049.jpg

 

10.05.2011 Vincent Lamigeon, journaliste à Challenges – Blog SUPERSONIQUE

 

La rumeur courait depuis deux semaines. Le délégué général pour l'armement Laurent Collet-Billon a finalement lâché l'info ce matin dans les Echos, obligeant les deux groupes à noyer le poisson dans des communiqués qui fleurent bon l'embarras : Thales et Safran discutent bel et bien à nouveau d'échanges d'actifs. Pas de quoi danser le Bagad de Lann-Bihoué, dira le lecteur intransigeant. Il n'aura pas tort : dans le genre serpent de mer de l'industrie de défense, ce projet n'est pas loin de la palme. La solution avait déjà été évoquée du temps de Jean-Paul Béchat patron de Safran et Denis Ranque PDG de Thales. Les discussions avaient repris après l'entrée de Dassault Aviation au capital de Thales, avant de butter sur l'intransigeance des deux parties.

 

Revoilà donc le projet sur la table de négociations. De quoi s'agit-il exactement ? En gros, un deal poussé par la DGA, lassée de financer des doublons au sein des deux groupes : Thales récupèrerait les activités d'optronique (équipements à la fois optiques et électroniques, type jumelles de vision infrarouge) de Safran, comme le viseur Strix de l'hélicoptère de combat Tigre (photo Sagem). Lequel recevrait en échange celles de navigation inertielle (équipements permettant à un engin de s'orienter de façon autonome) et de génération électrique de Thales. D'où une consolidation autour de deux champions français qui pourraient tenir la dragée haute aux américains Raytheon, Lockheed Martin, Honeywell ou Northrop Grumman. Splendide sur le papier.

 

Le problème, c'est que les intérêts ne sont pas forcément convergents. Côté Thales, récupérer l'optronique permettrait grosso modo de doubler de taille sur un marché en forte croissance, à un milliard d'euros de ventes à peu près. L'intérêt de Safran est plus contestable : certes il récupérerait les activités de navigation inertielle et de génération électrique de Thales. Mais les spécialistes s'accordent à estimer qu'il y perdrait quand même au change, car l'ensemble resterait loin des leaders américains. D'où l'idée d'une soulte que paierait Thales, histoire de se quitter bons amis. Mais là encore, Safran n'est pas forcément intéressé : gavé de cash par le carton du moteur CFM-56 et de sa maintenance, il a plus besoin d'activités en croissance que d'un chèque qui serait de toute façon limité.

 

Le patron de Safran l'a bien compris : l'année dernière, il avait tenté d'intégrer aux négociations les activités d'avionique civile de Thales, une des pépites du groupe, ce qui avait passablement courroucé Charles Edelstenne, PDG de Dassault Aviation, l'actionnaire industriel de Thales. Cette activité étant exclue des négociations actuelles, pas sûr qu'un accord soit possible. A moins de tordre la main à un des deux industriels...

Partager cet article

Repost0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 18:00

http://4.bp.blogspot.com/-Qy5z49qsrYc/TcUC2yW9vCI/AAAAAAAAJN8/_ek4UHT9XKw/s400/636_Navalshow.jpg

 

Kilo 636 submarine (photo :Navalshow)

 

07 May, 2011 DEFENSE STUDIES

 

Commentary Han Hoa Military Magazine in April, a leading source of military technology expert reputation in Moscow (Russia) said that under a bilateral agreement signed between Russia and Vietnam, in 2013, Vietnam will receive the first Kilo submarines, a year later as the second and the last one will be delivered in 2017.Compared with 636-MK submarines that use by the Chinese Navy, Kilo 636-MV submarines that Russia sold to Vietnam has many differences, of which the largest is about armament.

 

First, Vietnam's Kilo submarines will be fitted with land attack cruise missile 3M-14E latest type, with a range of 290 km. Missiles are not Russia's Defense Ministry approved the export to China. Apart from Vietnam, two other countries are exporting Russian 3M-14E missiles is India and Algeria.

 

Besides that, Kilo 636-MV submarine is equipped with radar-guided complex multi-effects post GE2-01 type. This has not been removed for export to China, the biggest advantage is minimizing the noise in the environment and help diversify measures directions.

 

Sonar system, Kilo 636-MK China submarines is equipped with sonar systems MGK 400E basic types. Meanwhile, the Kilo 636-MV submarines are installing sonar systems MGK 400E type improvements. Two sonar system has the same sounding range, but the sonar system type MGK 400E is equipped with improved signal processing speed and performance more digitized higher level.

 

http://4.bp.blogspot.com/-vtyRHkdc1os/TcUGCQuLoGI/AAAAAAAAJOU/hz7wbllm9tw/s400/3M14E.jpg

 

Novator 3M-14E Club S missile type of land attack cruise missile, max range 290km (photo : Elforo)

 

On the periscope, both Kilo 636-MK submarine and Kilo 636-MV submarines are equipped with sounding optical system, but the periscope used for tasks Kilo 636-MV attack submarines are installation of additional equipment measuring distance from IR ray and TV monitoring systems, Meanwhile, Kilo 636MK submarines primarily use optical aiming device and no distance measurement beam from. That means fighting capability at night and the attack accuracy of the Kilo 636-MV submarine will be higher than Kilo 636-MK submarine.

 

Final difference is the air conditioning system that Kilo 636-MV submarines using more appropriate to the climate, tropical terrain.

 

Besides these differences, Kilo submarines that Russia sold to China and the Russian Kilo submarine exports to Vietnam have some similarities, such as the missile is equipped with 3M-54E anti-ship, and used batteries 476 E type of improvement, long life and meet the requirements of the water temperature in the Pacific Ocean.

 

Sources said that the production time of two submarines on each other for over 5 years, the technology equipped for Kilo 636-MV submarines is granted with more advanced than Kilo 636-MK. Considering the differences above, according to the magazine, although both are Kilo 636 M submarines, but the gap in technology between the Kilo 636-MV submarine and Kilo 636-MK submarine at least 10 years.

 

http://3.bp.blogspot.com/-2aPWeNYPZDA/TcUC3REScUI/AAAAAAAAJOM/byZ4TVlAXlY/s400/3M54E.jpg

 

Novator 3M-54E Club S type of anti ship cruise missile, max range 220km (photo : Elforo)

 

About 6 Kilo submarines sold by Russia to Vietnam, long have information that Vietnam can use them to build two fleets. However, according to sources, six submarines of the Kilo 636-MV Vietnam will be arranged uniformly, forming a Russian fleet and the construction will be in charge of all media repository missiles at seaports and oxygen supply stations as part of the contents of bilateral agreements signed with Vietnam.

 

Related to the purchase price of Kilo 636-MVsubmarine, formerly reported that Vietnam Navy may have to buy Kilo 636-MV submarines with high prices. But according to sources, the price of Kilo 636-MV submarines that Russia sold to Vietnam is completely true and current prices Russia has started to manufacture first Kilo 636 submarines for Vietnam.

 

(Nghien Cuu Bien Dong)

Partager cet article

Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 18:00
La Medevac, une fonction particulière au sein d’EATC

Pour la France, EATC n’intervient pas encore. « Mais on pourra le faire dans l’avenir, c’est en mouvement et je suis prudemment optimiste. » explique Jochen Both. Les Pays-Bas assurent, pour l’instant, leurs Medevac avec des avions civils ou en recourant aux moyens britanniques. Le problème n’est pas vraiment l’évacuation. « Chaque État fait toujours le maximum quand un de ses nationaux est atteint. » Mais c’est une question très sensible. « Si on peut utiliser la même plateforme, les mêmes chirurgiens, le même avion, ce serait parfait. »

 

Le Dossier :

Partager cet article

Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 13:00

http://www.defenceweb.co.za/images/stories/JOINT/JOINT_NEW/2_tech/night_vision_targets.jpg

 

04 May 2011 by defenceWeb

 

The South African Army is purchasing night vision tubes worth R3 million from vendor ECM Technologies. The order was placed last month. It adds to the some R238 million spent on night vision equipment since 2007. In addition to the R241 223 912.08 spent on new equipment, some R17 241 102.51 has been spent on maintenance and repair. The equipment replaces dated technology based on first and second generation image intensifiers. The acquisitions appear separate from Project Cytoon that is seeing the SA Army Tactical Intelligence Corps gaining 14 Thales Squire ground surveillance radars and 65 Thales Sophie thermal imagers.

 

Thermal imagers detect radiation in the infrared range of the electromagnetic spectrum.

 

Since most objects emit such radiation, thermal imagers allow their users to "see" their surroundings with or without visible light. The warmer the object, the brighter the object appears in the imager. Humans, with an internal body temperature of 37 degrees Celsius tend to stand out against their surroundings, which are mostly cooler. This also allows thermal imagers to spot camouflaged targets. Many modern thermal imagers include an eye-safe laser rangefinder and pointer, a compass, GPS and digital camera. The Thales Sophie can spot humans at over 4km, tanks at 10km, helicopters at 12km and jet fighters at 16km, Thales says.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories