Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:40
Le tout nouveau navire de débarquement russe sera projeté en Crimée

 

 

MOSCOU, 14 avril - RIA Novosti

 

Le tout nouveau navire de débarquement russe Lieutenant Rimski-Korsakov qui n'a pas d'égal dans le monde pourrait être intégré à la flotte de la mer Noire, écrit lundi le quotidien RBC Daily.

 

Le bâtiment de débarquement Lieutenant Rimski-Korsakov, capable de faire débarquer du personnel et du matériel militaire sur un littoral non aménagé, a été mis à flot au chantier naval d'Iaroslav en Russie. Au total, trois bâtiments de cette classe ont été commandés : le Denis Davydov, qui a été intégré à la flotte de la mer Caspienne, ainsi que le Rimski-Korsakov et le Lermontov (mise à flot prévue en mai) qui devaient rejoindre la flotte de la Baltique.

 

Une source de la marine russe a déclaré qu'il était prévu de changer le port de service de ces deux corvettes au profit de la flotte de la mer Noire, après le rattachement de la Crimée et la nécessité de renforcer le détachement posté aux frontières maritimes sud de la Russie. "Une décision sera prise à ce sujet par l'état-major des armées dans les jours à venir", a déclaré un officier de la marine.

 

"Je dois vérifier ces informations. Quand un navire est mis à flot, on ne dévoile pas aussi rapidement sa destination. Il doit encore procéder aux tests et seulement après, une décision sera prise", a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense pour la marine Igor Dygalo.

 

Les corvettes de débarquement du projet 21820 affichent des performances inédites et n'ont pas d'égal dans le monde. Elles sont prévues pour la projection rapide et le débarquement, sur un littoral non aménagé, de personnel et de matériel chenillé et à roues (ils sont capables de transporter jusqu'à 5 véhicules blindés de transport de troupes). Leur vitesse atteint 90 km/h. Ces navires sont également opérationnels en cas de tempête avec des vagues allant jusqu'à 3,5 mètres.

 

Ces navires de débarquement ne seront pas les premiers à changer leur lieu de stationnement après l'intégration de la Crimée à la Russie. Le ministère russe de la Défense a ainsi décidé, fin mars, de créer à Sébastopol une base de flotte sous-marine.

 

Au cours de la réunion du ministère de la Défense vendredi dernier, il a été décidé d'élaborer un plan de militarisation de la Crimée d'ici 2020. En l'espace de six ans, la Crimée accueillera, entre autres, plusieurs brigades de blindés, d'infanterie motorisée et de débarquement. La Russie installera également sur la péninsule une brigade de sécurité côtière et renforcera considérablement l'infanterie de marine.

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:40
source leFigaro

source leFigaro

 

 

15.04.2014 Romandie.com (ats)

 

Un premier bataillon de la Garde nationale d'Ukraine a été envoyé "au front" dans l'est du pays, a annoncé mardi le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense, Andriï Paroubiï. La Russie a rappelé sa désapprobation face à ces envois de troupes.

 

Ce bataillon est formé de volontaires ayant fait partie des unités d'autodéfense du Maïdan, haut lieu de la contestation dans le centre de Kiev qui a renversé en février le régime pro-russe du président Viktor Ianoukovitch, a souligné M. Paroubiï sur son compte Facebook.

 

"Les soldats sont très combatifs et prêts à défendre l'Ukraine. La situation n'est pas simple", ajoute M. Paroubiï qui rentre de Lougansk (est) où il dit avoir passé une semaine.

 

Lougansk fait partie du bassin minier de Donbass en proie depuis plusieurs jours à une insurrection armée pro-russe. Des insurgés y tiennent depuis le 6 avril le siège local des services spéciaux (SBU).

 

Dialogue de Genève en sursis

 

De son côté, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a prévenu à Pékin que tout ordre "criminel" des autorités ukrainiennes de recours à la force contre les insurgés pro-russes dans l'est de l'Ukraine ferait capoter le dialogue prévu jeudi à Genève.

 

"Vous ne pouvez pas envoyer les chars et en même temps tenir un dialogue", a déclaré M. Lavrov. "La Russie exige instamment (que l'Ukraine) cesse d'envoyer des forces dans le sud-est pour écraser les manifestations", a ajouté le ministre russe des Affaires étrangères, dans une conférence de presse commune avec son homologue chinois Wang Yi.

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:40
L'armée russe a testé un missile balistique Iars

Missile intercontinental RS-24 Iars - photo Ministère russe de la Défense

 

MOSCOU, 14 avril - RIA Novosti

 

Les Troupes balistiques stratégiques russes (RVSN) ont testé avec succès un missile intercontinental RS-24 Iars depuis le polygone de Plessetsk, dans la région d'Arkhangelsk (nord), a annoncé lundi aux journalistes le porte-parole des RVSN, Igor Egorov.

 

"Le 14 avril, à 10h40 heure de Moscou (6h40 UTC), les Troupes balistiques stratégiques ont effectué un tir d'essai du missile intercontinental RS-24 Iars à propergol solide doté d'une ogive à têtes multiples", a indiqué la source. 

 

Tirée depuis le polygone de Plessetsk, l'ogive d'entraînement a atteint à l'heure prévue la cible conventionnelle sur le polygone de Koura, situé dans la presqu'île du Kamtchatka (Extrême-Orient russe), a encore ajouté M.Egorov. 

 

Le RS-24 Iars (code OTAN SS-X-29), missile à propergol solide et à trois étages, est une version modernisée du missile monobloc RS-12M2 Topol-M. Il est doté d'ogives multiples de 150 à 300 kt à guidage individuel et a une portée de 11.000 km. Le RS-24 constituera, avec le Topol-M monobloc (RS-12M2), le noyau des forces nucléaires russes.

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:35
Mi-35M military transport helicopter

Mi-35M military transport helicopter

 

14 April 2014 by Rostec

 

Holding showcase commercial and military models



Russian Helicopters, part of State Corporation Rostec, showcase a range of commercial and military helicopters at the 14th Defence Services Asia exhibition and conference, which runs from 14-17 April in Kuala Lumpur, Malaysia. 

 

Russian Helicopters sees the Asia-Pacific region as a key market and one with huge potential. Today more than 1,400 Russian-built helicopters operate in the region, including multirole models such as the Mi-8/17 series and Ka-32, as well as Mi-26T heavy transport helicopters and military helicopters.

The multirole Ka-32A11BC is one of the latest models that Russian Helicopters produces for the region. It is a unique Russian helicopter, which is used in more than 30 countries for fire-fighting, search and rescue operations and challenging construction work. Its coaxial design enables the helicopter to carry out difficult manoeuvres and achieve a high level of stability when hovering.

Russian Helicopters will showcase promising new models such as the Mi-171A2 and Ka-62 to helicopter operators and government officials. The Mi-171A2 has been developed based on the world-famous Mi-8/17 series and drawing on the rich operating experience of these helicopters around the world. It features modern technologies and solutions, and has been designed to meet the wishes of potential clients and operators. Another new model, the new medium commercial Ka-62, was created as a broad international collaboration project.

Russian Helicopters will also showcase military-transport models of the Mi-8/17 series (the Mi-17V-5 and Mi-171Sh), as well as the Mi-35M, created using new technologies and based on the legendary Mi-24 gunship. These helicopters are used worldwide and are renowned for their reliability, proficiency and robustness.

DSA takes place every two years in partnership with the Malaysian Defence Ministry and Malaysian Police, and attracts the attention of leading producers and customers of armaments and military equipment from around the world. DSA 2014 will cover areas including weaponry for ground-based troops, air defence, radio-electronic warfare and communications, aviation equipment, coastal defence, armoured vehicles and artillery systems, small arms and Special.

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:35
Le missile BrahMos : la meilleure dissuasion en cas de conflit indo-chinois

 

 

14.04.2014 Olga Ivascina - La Voix de la Russie

 

La nouvelle version du missile de croisière supersonique de fabrication russo-indienne BrahMos sera le meilleur facteur de dissuasion dans des conflits frontaliers en puissance entre l'Inde et la Chine.

 

Le missile testé avec succès le 7 avril a été développé spécialement pour des opérations en montagne. Sa charge a été conçue pour détruire les cibles terrestres bien protégées telles que des bunkers de béton, les centres de transmission et les postes de commandement souterrains. Un porte-parole de l'Organisation de la recherche-développement militaire de l'Inde a noté que lors des essais la tête « intelligente » du missile avait « frappé la cible après l’avoir reconnue entre plusieurs leurres ».

 

Les médias indiens supposent que la nouvelle version du BrahMos sera mise en service dans le régiment actuellement en formation qui fera partie d'un corps d'attaque de montagne. Cette nouvelle unité tactique de l'armée indienne sera déployée à la frontière entre l'Inde et la région autonome chinoise du Tibet.

 

L'Inde se propose d'achever définitivement la formation de ce nouveau corps de montagne dans 7 ans. Deux divisions d'infanterie de montagne, deux brigades d'infanterie de montagne et deux brigades blindées seront déployées au Ladakh, dans l'Urrarakhand et au Sikkim. Les effectifs du corps s'élèveront à 90 000 hommes de troupe.

 

Les soldats indiens seront confrontés à un groupe de l'armée chinoise dans la région autonome du Tibet fort de plus de 200 000 militaires. En plus l'infrastructure de transport développée permettra au commandement chinois de transférer, le cas échéant, dans les régions frontalières quelque 30 autres divisions.

 

Pour l'Inde il est trop onéreux d'avoir en permanence un groupe aussi nombreux dans les régions frontalières. Car la seule formation d'un corps nouveau qui jouera le rôle de force de réaction rapide demandera une somme avoisinant 650 milliards de roupies. Aussi le commandement militaire a-t-il opté pour une autre version : doter ce corps nouveau d’armes de haute précision les plus sophistiquées. D'autant plus que l'adversaire potentiel ne possède pas les moyens de neutraliser les missiles BrahMos.

 

Les missiles de croisière supersoniques BrahMos sont déjà opérationnels dans l'armée et la marine indiennes. En 2015, ils seront en service dans les forces aériennes. Ces missiles ont un rayon de 290 km. La masse de l'ogive atteint 300 kg. La vitesse est presque trois fois supérieure à celle du son : à l'heure actuelle c'est le missile le plus rapide du monde

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 07:40
Ukraine: une opération conjointe de Kiev avec l'Onu exclue (experts)

 

MOSCOU, 14 avril - RIA Novosti

 

Une opération conjointe de Kiev avec les casques bleus des Nations unies dans l'est de l'Ukraine est exclue, ont estimé lundi les experts interviewés par RIA Novosti, mais ont évoqué des raisons différentes.

"Je doute fort que l'Onu s'y décide. Tout d'abord, une telle décision ne peut être adoptée, en évitant le Conseil de sécurité (…), et la Russie fait partie des cinq membres permanents du Conseil (ayant le droit de veto, ndlr)", a rappelé Iouri Maleïev, de l'Institut des relations internationales de Moscou.

Selon lui, une opération des autorités ukrainiennes avec la participation des casques bleus de l'Onu est bel et bien exclue.

Son collègue de l'Université de Moscou Souren Avakian est du même avis, mais pour des raisons différentes. Il estime notamment que les événements en cours en Ukraine ne peuvent être qualifiés de désordres.

"Les gens manifestent contre le pouvoir. Le pouvoir doit écouter ce qu'ils disent. C'est normal. A mon avis, la variante avec les casques bleus ne passera pas", a estimé l'expert.Et d'ajouter que quand des soldats de la paix arrivaient dans une région, ils n'agissaient pas conjointement avec les militaires locaux.

"Ils (casques bleus, ndlr) y viennent justement pour exclure l'engagement de militaires et éviter ainsi une confrontation armée", a souligné M.Avakian.

Le président ukrainien par intérim Alexandre Tourtchinov a demandé lundi à l'Onu de se joindre à l'opération antiterroriste lancée par Kiev dans l'est de l'Ukraine. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a répondu que l'Ukraine pouvait compter sur le plein soutien de l'Onu.

Les grandes villes de l'est et du sud de l'Ukraine, dont Donetsk, Kharkov et Lougansk, connaissent ces dernières semaines une mobilisation de militants prorusses qui réclament la tenue de référendums sur le statut de leurs régions à l'instar de celui organisé en Crimée.

Dimanche soir, M.Tourtchinov a appelé les partisans de la fédéralisation à quitter les bâtiments administratifs occupés avant lundi 9h heure locale. Dans le même temps, il a annoncé le début d'une vaste opération spéciale impliquant l'armée régulière dans l'est du pays.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a fermement rejeté les tentatives des Etats-Unis et de certains pays d'Europe d'attribuer à la Russie la responsabilité pour les événements dans le sud-est de l'Ukraine.

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 07:40
An-70

An-70

 

MOSCOU, 14 avril - RIA Novosti

 

La compagnie d'Etat ukrainienne Ukroboronprom a suspendu sa coopération militaro-technique avec la Russie, selon un communiqué de son directeur général Iouri Terechtchenko publié vendredi dernier à Kiev, écrit lundi 14 avril le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

 

Il affirme également que les déclarations de Moscou sur la poursuite des livraisons de matériel militaire et à double usage d'Ukraine vers la Russie étaient fausses.

 

L'adoption de sanctions dans le domaine de la coopération militaro-technique avec la Russie a été soulevée ce même jour pendant une réunion du premier ministre par intérim Arseni Iatseniouk avec les chefs des régions de Dniepropetrovsk et de Zaporojie. Le numéro un du gouvernement a reconnu qu'une grande partie du complexe militaro-industriel ukrainien était concentrée dans le sud-est du pays et a expliqué que le gouvernement préparait des mesures pour compenser les pertes attendues pour les compagnies du secteur suite à la suspension de la coopération avec la Russie. Aucune mesure concrète n'a été annoncée dans ce sens, pas plus que n'a été expliqué le sens du démantèlement de la coopération militaire entre les deux pays.

 

Cependant, les participants à la réunion ont identifié les causes qui les ont poussés à adopter des sanctions contre le complexe militaro-industriel russe. "Nos partenaires occidentaux exigent la suspension de cette coopération", a déclaré le vice-premier ministre par intérim Vitali Iarema. En d'autres termes : l’Ukraine a pris cette décision à la demande des USA et de l'UE d'infliger un préjudice maximal à la Russie dans la coopération militaro-technique, en dépit des pertes pour le pays.

 

Jusqu'à présent l'Ukraine fournissait 500 millions de dollars de produits militaires à la Russie. 70% de ces marchandises étaient des moteurs TV3-117/VK-2500 fabriqués par la compagnie Motor Sitch de Zaporojie, notamment pour les hélicoptères. Il est déjà possible de les remplacer par les moteurs russes VK-2500, dont la production est prête à être lancée à l'usine Klimov près de Saint-Pétersbourg. Tous les hélicoptères d'attaque Mi-28N et Ka-52 sont déjà dotés de moteurs russes. Un contrat de 1 milliard de dollars a été signé avec Motor Sitch pour la fourniture de moteurs jusqu'en 2015. Aucune perturbation ne s'est encore produite dans les livraisons de moteurs d'Ukraine.

 

En outre, un communiqué a annoncé récemment la création d'un centre technique commun pour l'élaboration de moteurs pour l'aviation civile et de transport miliaire. En fin de semaine dernière la compagnie d'Etat de Kiev Antonov a terminé les essais de l'avion de transport militaire An-70 modernisé. A l'issue des essais l’appareil a été recommandé pour sa mise en service. La conception de l'avion de transport militaire tactique An-70 est prévue par un accord bilatéral, dont les commanditaires publics sont les ministères de la Défense russe et ukrainien.

 

Mais que faire aujourd'hui de ce projet ? La version de l'An-70 modifiée à la demande de l'Otan, l’An-7X, était à l'étude en tant que nouvel avion de transport européen moyen courrier, mais on lui a préféré l'Airbus A400M. Par conséquent, l'An-70 deviendrait inaccessible pour Moscou en cas de sanctions contre la Russie, l'Europe n'en a pas besoin, et dans l'ensemble l'Ukraine n'a pas d'argent aujourd'hui pour acheter du matériel aussi coûteux pour ses propres besoins.

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 06:50
Military Spending 2004-2013 - SIPRI.org

Military Spending 2004-2013 - SIPRI.org

 

14.04.2014 Romandie.com (AWP)

 

Stockholm (awp/afp) - Les dépenses militaires ont diminué en 2013, tirées à la baisse par la réduction des budgets des armées occidentales et en particulier américaine, a annoncé lundi le Sipri, un centre de recherche suédois.

 

En 2012, ces dépenses avaient, pour la première fois depuis 1998, baissé, de 0,4%, mais le recul s'est accéléré, atteignant 1,9%, selon les calculs de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm.

 

Toutefois, "l'augmentation des dépenses militaires dans les pays émergents et en développement se poursuit sans relâche", a souligné dans un communiqué le directeur de recherche sur les budgets militaires, Sam Perlo-Freeman.

 

"Même si dans certains cas elle est la conséquence naturelle de la croissance économique ou une réponse à des besoins de sécurité réels, dans d'autres cas elle représente une dilapidation des revenus tirés des ressources naturelles, (est) le fait de régimes autocratiques, ou (de) l'apparition de courses régionales à l'armement", a-t-il ajouté.

 

Le monde a dépensé 1750 mrd USD (plus de 1250 mrd EUR) pour ses armées en 2013, relève le Sipri. L'évolution en pourcentage de ces dépenses tient compte de l'inflation.

 

Les États-Unis, pays qui a le plus gros budget consacré à la défense, l'ont abaissé de 7,8%, avec la fin des opérations en Irak, le début du retrait d'Afghanistan, et les coupes automatiques dans les dépenses adoptées par le Congrès en 2011.

 

Les trois suivants (Chine, Russie et Arabie saoudite) font en revanche partie des 23 pays qui ont plus que doublé leur budget depuis 2004.

 

Pékin a dépensé 7,4% de plus en 2013, et les différends territoriaux avec la Chine ont incité certains de ses voisins à accroÎtre les crédits accordés aux militaires.

 

"Les inquiétudes du Japon quant à la puissance militaire croissante de la Chine, s'ajoutant à la politique nationaliste du gouvernement nippon, ont amené Tokyo à mettre fin à la baisse de longue date et progressive de ses dépenses militaires", a expliqué M. Perlo-Freeman.

 

En Asie également, l'Afghanistan a connu la plus forte hausse, 77%, dans la perspective du retrait de la plupart des soldats étrangers de son territoire fin 2014.

 

En Europe, la France se distingue car elle a, "malgré sa croissance économique faible, largement maintenu ses dépenses militaires pendant la crise économique mondiale, avec des dépenses en 2013 inférieures de seulement 4% à celles de 2008", a noté le Sipri.

 

Au Moyen-Orient, les budgets se sont accrus de 4% en 2013. Cette estimation reste sujette à caution, aucun chiffre n'étant disponible pour les Émirats arabes unis, l'Iran, le Qatar et la Syrie.

 

"Et même là où elles sont disponibles les données ne couvrent peut-être pas toutes les dépenses militaires", d'après M. Perlo-Freeman.

 

L'Arabie Saoudite a dépassé en 2013 aussi bien la France (tombée à la 5e place) que le Royaume-Uni (6e). Le Sipri a expliqué le bond de 14% de ses dépenses par les tensions avec l'Iran et les craintes de révolte.

 

En Afrique, les dépenses ont augmenté de 8,3%, dopées par les revenus pétroliers de pays comme l'Algérie et l'Angola.

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 06:40
Su-24 photo Amée de l'Air

Su-24 photo Amée de l'Air

 

14 avril 2014 Romandie.com (AFP)

 

WASHINGTON - Un chasseur-bombardier russe Su-24 a effectué samedi plusieurs passes à basse altitude à proximité d'un destroyer américain qui croisait dans les eaux internationales en mer Noire, a annoncé le Pentagone, qui a dénoncé une action provocatrice et non professionnelle.

 

L'appareil Sukhoï-24, Fencer selon la terminologie de l'Otan, a effectué 12 passes, certaines au ras des vagues, à proximité de l'USS Donald-Cook pendant 90 minutes, a affirmé le colonel Steven Warren, un porte-parole du Pentagone.

 

Le chasseur, qui n'emportait pas de missiles sous ses ailes et semblait non armé, n'a toutefois pas survolé directement le navire américain qui croisait alors au large des côtes roumaines, selon lui.

 

L'incident s'est produit samedi vers 14H00 GMT.

 

L'appareil n'a pas répondu aux nombreuses questions et mises en garde du Donald-Cook, a-t-il ajouté. Ces avertissements étaient adressées directement au pilote via les canaux internationaux d'urgence.

 

Cette action russe provocatrice et non professionnelle est en contradiction avec les protocoles internationaux et les accords passés régissant l'interaction entre armées de deux pays, a-t-il dénoncé.

 

Au cours de certaines passes, le chasseur-bombardier russe s'est rapproché à moins de 1.000 mètres du navire américain, a précisé à l'AFP un responsable militaire sous couvert de l'anonymat.

 

Un autre Su-24 était également présent dans les environs mais est resté à une altitude bien plus importante et n'a pas tenté de se rapprocher du destroyer, selon le colonel Warren.

 

USS Donald-Cook photo US Navy

USS Donald-Cook photo US Navy

Le navire américain a été envoyé en mer Noire le 10 avril pour montrer la solidarité de Washington vis-à-vis de ses alliés est-européens de l'Otan inquiets des actions russes en Ukraine. Il fait actuellement relâche dans le port roumain de Constanta.

 

Le colonel Warren n'a pas précisé si Washington avait émis une protestation officielle par voie diplomatique auprès de Moscou. Les responsables du Pentagone n'ont pour leur part pas été en contact avec leurs homologues russes depuis l'incident.

 

A aucun moment (le navire) n'a été menacé, c'est simplement une provocation, a rappelé le porte-parole, selon qui le Donald-Cook est plus que capable de se défendre tout seul contre deux Su-24.

 

Le colonel Warren a également fait part de ses doutes sur le fait que le pilote russe et son coéquipier dans l'autre chasseur aient pu agir de leur propre chef.

 

J'ai du mal à croire que deux pilotes russes choisiraient d'eux-mêmes d'entreprendre une telle action. Nous avons vu les Russes se conduire de façon non professionnelle et en violation des normes internationales en Ukraine, a-t-il jugé.

 

Les Occidentaux accusent Moscou d'avoir fait main basse illégalement sur la péninsule ukrainienne de Crimée. Ils accusent également la Russie d'être l'instigatrice des troubles survenus ce week-end dans l'Est de l'Ukraine, similaires selon eux à ce qui s'était passé en Crimée en mars.

 

Le regain de tension a fait craindre que Moscou, qui a massé jusqu'à 40.000 hommes à sa frontière avec l'Ukraine, ne saisisse ce prétexte pour une intervention.

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 06:40
Les forces irrégulières en Ukraine doivent se désarmer (Obama)

 

15.04.2014 Romandie.com (ats)

 

Le président des Etats-Unis Barack Obama a dit à son homologue russe Vladimir Poutine, lors d'un entretien téléphonique, être "très inquiet" des actions de Moscou en Ukraine. Il a appelé les forces irrégulières à déposer les armes.

 

M. Obama a souligné la nécessité que "toutes les forces irrégulières présentes dans le pays déposent leurs armes", appelant M. Poutine à "user de son influence sur les groupes armés pro-russes pour les convaincre de quitter les bâtiments qu'ils occupent" en Ukraine, précise la Maison Blanche dans un communiqué.

 

Lors de cet entretien qui a eu lieu sur demande de Moscou, le président américain a par ailleurs rappelé "l'importance que la Russie retire ses troupes de la frontière avec l'Ukraine afin de faire retomber les tensions". Il a noté que malgré "la rhétorique" des autorités russes, "le gouvernement d'Ukraine a fait preuve d'une retenue remarquable".

 

M. Obama a enfin estimé que "l'isolement grandissant de la Russie sur le plan politique et économique était le résultat de ses actions en Ukraine". Il a souligné que "les coûts que la Russie subissait déjà augmenteront certainement si elle poursuit" sur cette voie.

 

Le Kremlin a de son côté déclaré dans un communiqué qu'en "réponse aux préoccupations exprimées par le président américain concernant une prétendue ingérence russe dans le sud-est de l'Ukraine, le président russe a observé que de telles spéculations étaient basées sur des informations infondées". Il a appelé Washington à exercer son influence auprès de Kiev pour éviter "un bain de sang".

 

Un responsable américain a précisé que la conversation téléphonique, qualifiée de "franche et directe", avait eu lieu à l'initiative de Moscou. Une réunion quadripartite entre la Russie, les Etats-Unis, l'Union européenne et l'Ukraine doit par ailleurs se tenir jeudi à Genève.

 

Des attaques visiblement concertées ont été lancées pendant le week-end contre des bâtiments publics de l'est russophone de l'Ukraine, notamment autour de Donetsk. Des hommes en uniforme armés visiblement entraÎnés, rappelant selon de nombreux experts les forces qui ont pris le contrôle de la Crimée avant son rattachement à la Russie, ont été vus sur place. Les Occidentaux ont affirmé qu'il s'agissait d'une opération dirigée par Moscou.

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 05:50
L'OSCE va renforcer sa mission et favoriser le dialogue national

 

14.04.2014 Romandie.com (ats)

 

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe veut rapidement envoyer jusqu'à 200 à 300 observateurs en Ukraine, a déclaré lundi à Kiev le président en exercice de l'OSCE. Didier Burkhalter a également indiqué que l'accent sera mis sur le dialogue national pour sensibiliser les populations des régions au scénario d'une décentralisation.

 

En visite à Kiev, le président de la Confédération a déclaré que le nombre d'observateurs de la mission de l'OSCE, forte actuellement de 121 personnes, dont 85 observateurs déployés dans dix villes d'Ukraine, allait augmenter. "Nous voulons étendre rapidement cette mission jusqu'à 200 à 300 personnes", a précisé M. Burkhalter en conférence de presse. Au maximum, l'OSCE peut déployer jusqu'à 500 observateurs.

 

Le chef adjoint de la mission, le Suisse Alexander Hug, a pour sa part indiqué à l'ats que la sécurité des observateurs était garantie dans l'est, en proie à des troubles, la mission de l'OSCE étant notamment appelée à identifier les acteurs sur le terrain, parmi lesquels figurent les occupants de plusieurs bâtiments publics.

 

Bons offices

 

L'OSCE a confirmé lundi par communiqué de presse que la situation restait tendue et évolutive dans plusieurs villes. Des observateurs se sont ainsi rendus dimanche à Slaviansk, où trois bâtiments publics sont occupés par des militants pro-russes. A Donetsk, la situation peut s'aggraver, selon la mission, qui a également noté une forte présence policière à Kharkiv.

 

En marge de son mandat à l'OSCE, Didier Burkhalter a indiqué que "la Suisse était prête à oeuvrer à la remise de bâtiments occupés", une idée suggérée vendredi par l'Ukraine. Mi-février, la mairie de Kiev avait ainsi été restituée aux autorités de la ville après une médiation suisse.

 

Les autorités provisoires ukrainiennes ont salué le travail de la mission. Kiev devait signer dans la journée une déclaration d'intention afin de garantir l'immunité juridique des observateurs.

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 05:50
Berlin voit de nombreux signes d'un soutien de Moscou aux groupes armés en Ukraine

 

14 avril 2014 Romandie.com (AFP)

 

BERLIN - Le gouvernement allemand a estimé lundi qu'il y avait de nombreux signes d'un soutien de Moscou aux groupes armés opérant en Ukraine.

 

Il y a de nombreux signes que dans l'est de l'Ukraine des groupes armés actifs reçoivent le soutien de la Russie, a assuré la porte-parole adjointe du gouvernement, Christiane Wirtz, alors que les insurgés armés pro-russes tenaient toujours tête au gouvernement pro-européen lundi dans l'est de l'Ukraine, plus que jamais menacée d'éclatement.

 

Quand on voit le comportement, les uniformes et les armes portées par quelques-uns de ces groupes, il ne peut pas vraiment s'agir de groupes de défense de citoyens qui se sont autocréés, a ajouté la porte-parole, au cours d'une conférence de presse régulière.

 

A l'occasion d'une cérémonie commémorant la Première Guerre mondiale organisée par son Parti social-démocrate (SPD), le ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel, a mis en garde contre la résurgence des nationalismes au sein de l'Europe et parmi ses voisins.

 

En présence du Premier ministre français, Manuel Valls, qui faisait son premier déplacement à l'étranger depuis son arrivée à la tête du gouvernement, M. Gabriel a estimé que l'accalmie née de la fin des troubles entre opposition et pouvoir en Ukraine avait laissé place à la confrontation militaire en cours et montré que la Russie était apparemment prête à laisser ses chars franchir les frontières européennes.

 

Subitement, nous qui nous trouvions en position d'observateurs sommes entraînés dans un conflit rampant et potentiellement incendiaire qui exige également de l'Europe qu'elle paie un prix, sous la forme de sanctions à l'encontre de la Russie, a souligné M. Gabriel.

 

De son côté, Manuel Valls a appelé au dialogue et au respect des règles internationales dans le dossier ukrainien. Nous sommes en train de vivre en Ukraine une des situations les plus tendues, les plus difficiles depuis la chute du Mur de Berlin, a-t-il estimé.

 

Le gouvernement allemand est inquiet de la nouvelle aggravation de la situation dans l'est de l'Ukraine, avait auparavant insisté la porte-parole adjointe du gouvernement.

 

Nous estimons donc que la Russie a une responsabilité particulière pour éviter une nouvelle escalade et pour contribuer à une stabilisation de la situation en Ukraine, avait-elle ajouté.

 

Un retrait des troupes déployées à la frontière ukrainienne, une baisse des prix du gaz et un langage pondéré en font également partie, avait-elle encore souligné.

 

La porte-parole a également indiqué que la chancelière Angela Merkel, actuellement en vacances en Italie, avait eu un entretien téléphonique lundi matin avec le Premier ministre britannique David Cameron.

 

A Luxembourg, le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a souhaité lundi que l'Union européenne renforce ses sanctions contre la Russie et veut tenter de convaincre ses homologues européens réunis à Luxembourg.

Repost 0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 16:40
BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

 

12.04.2014 par Philippe Chapleau – Lignes de Défense

 

Alors que le BPC russe Vladivostok poursuit ses essais (il était en mer depuis mardi et jusqu'à vendredi dernier), Saint-Nazaire attend toujours les 400 marins russes qui seront formés par l'entreprise française DCI et qui constitueront les premiers équipages du navire.

 

L'attente se prolonge en fait. On les attendait cette semaine; arrivée reportée sine die!

 

La question n'est donc plus de savoir si Paris bloquera la livraison du premier BPC (réponse en octobre, a précisé le ministre français de la Défense il y a quelques jours), mais si et quand les visas d'entrée seront attribués aux marins russes.

 

Précision: les 400 marins ne seront pas tous logés à terre (dans des hôtels locaux qui jonglent actuellement avec les reports et annulations). Certains devraient coucher à bord d'un navire russe.

Repost 0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 16:40
Un bombardier russe frôle un Airbus d’Air France !

 

 

11/04/2014 latribune.fr

 

Le 14 mars, un avion bombardier russe est passé à à environ 100 mètres d'un A319 d'Air France à 8.000 mètres d'altitude.

 

 

L'équipage d'Air France a entendu le bruit des hélices du bombardier

Peu après son décollage de l'aéroport moscovite de Cheremetievo pour Paris, alors qu'il était à 8.000 mètres d'altitude, l'avion d'Air France a croisé le Tupolev qui effectuait une descente. L'avion militaire russe est passé si près de l'Airbus que les membres d'équipage ont entendu le bruit des hélices du bombardier dont la conception remonte à l'époque soviétique, selon la même source. Air France qui a dénoncé le risque de collision évoqué par le journal russe a déclaré que  l'équipage, "après avoir estimé visuellement que la séparation réglementaire entre l'Airbus A319 et le Tupolev 95 n'était pas assurée, a suivi les procédures internationales en vigueur", selon Air France.

 

photo Air France

photo Air France

Enquête

Selon le journal russe, le pilote d'Air France a dénoncé le danger provoqué par cette proximité dans une note parvenue à Rosaviatsia via le ministère français des Affaires étrangères, ajoute le quotidien russe. Selon une source aéroportuaire citée par Izvestia, l'incident pourrait être lié au départ retardé de l'Airbus qui devait décoller à 14H50 mais s'est envolé seulement à 15H03. Le directeur général du contrôle aérien de la région de Moscou, Igor Moïssenko, a déclaré au journal que le détail des faits et les responsabilités seraient établis à l'issue des travaux de la commission qui enquête sur cet incident.

La distance minimale de sécurité entre deux avions dans le ciel est de 1.000 pieds (305 mètres), observe le quotidien. La direction générale du contrôle aérien de la région de Moscou estime en revanche que cette situation ne présentait aucun danger.

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 16:40
U154 Kakhovka U209 Ternopil U153 Pryluky-2007-Sevastopol

U154 Kakhovka U209 Ternopil U153 Pryluky-2007-Sevastopol

 

SEBASTOPOL, 11 avril - RIA Novosti

 

La Flotte russe de la mer Noire a remis vendredi à la partie ukrainienne du navire lance-roquettes Prilouki, lançant la procédure de restitution à l'Ukraine de ses navires de guerre et de soutien déployés dans les eaux territoriales russes, a annoncé à RIA Novosti une source au sein de la Marine russe. 

 

"Deux remorqueurs de la Flotte russe de la mer Noire ont entamé la sortie du bateau lance-roquettes de la baie de la Quarantaine de Sébastopol", a informé la source. 

 

A la sortie de la baie, le bateau sera remis à un grand bateau remorqueur qui le conduira dans les eaux neutres pour le remettre à la partie ukrainienne.

 

Au total, la Russie rendra à l'Ukraine jusqu'à 70 navires de guerre et de soutien.  

 

Peuplée en majorité de russophones, la république autonome de Crimée a proclamé son indépendance vis-à-vis de l'Ukraine et sa réunification avec la Russie au terme d'un référendum tenu le 16 mars, lors duquel 96,7% des habitants de la péninsule ont appuyé cette décision. La Russie et la Crimée ont signé le 18 mars dernier le traité sur le rattachement de la république de Crimée et de la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie. 

 

Le 2 avril, le chef de l'administration présidentielle ukrainienne par intérim Sergueï Pachinski a annoncé que l'Ukraine envisageait de présenter à la Russie la liste des biens, y compris 70 navires, dont elle demande la restitution. 

 

Le lendemain, la Russie a confirmé sa disposition à satisfaire la demande de l'Ukraine.

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 11:40
Le Kazakhstan produira les blindés russes Terminator

BMPT Terminator

 

EKATERINBOURG, 10 avril - RIA Novosti

 

Une coentreprise russo-kazakhe lancera la production de véhicules blindés de soutien des chars (BMPT) Terminator au Kazakhstan en 2015, a annoncé jeudi à Ekaterinbourg Konstantin Biriouline, directeur adjoint du Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS).

 

"Nous sommes mis d'accord de produire ces véhicules au Kazakhstan. Nous verrons les premiers véhicules l'an prochain", a indiqué M.Biriouline devant les journalistes.

 

Le holding public russe Uralvagonzavod, fondateur de la coentreprise russo-kazakhe, livrera des pièces détachées à l'usine située au Kazakhstan.

Selon les médias, le ministère kazakh de la Défense a signé en 2012 un mémorandum avec la Russie sur l'achat de neuf BMPT Terminator lors du 2e Salon international d'armement KADEX à Astana.

 

Construit sur la base du châssis du char T-72, le véhicule blindé Terminator est doté de deux canons automatiques 2A42 de 30 mm, de deux dispositifs de lancement de missiles antichar supersoniques Ataka-T, de deux lance-grenades automatiques AG-17D et d'une mitrailleuse de 7,62 mm. Le véhicule est capable de traquer et détruire trois cibles à la fois sur 360 degrés.

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 07:40
Ukraine: le groupe de DCA russe Almaz-Anteï prêt à relocaliser sa production

 

MOSCOU, 10 avril - RIA Novosti

 

Le premier producteur de missiles sol-air russe Almaz-Anteï, qui a placé des commandes en Ukraine, est prêt à transférer sa production en Russie, a déclaré jeudi à Moscou Oleg Botchkarev, vice-président de la commission pour l'industrie de défense russe auprès du gouvernement.

 

Le consortium public russe "Almaz-Anteï pourra transférer sa production entièrement en Russie malgré certaines difficultés. Nous sommes prêts à le faire, si l'Ukraine arrête de produire certains éléments de nos produits", a indiqué M.Botchkarev devant les journalistes.

 

"L'essentiel sera alors de préserver les biens intellectuels de la Russie", a-t-il ajouté.

 

Fondé en 2002, le consortium public russe Almaz-Anteï conçoit, produit et modernise des armes de défense antiaérienne (missiles sol-air S-300, Anteï, Bouk, Tor et missiles mer-air), des radars militaires et civils, des systèmes de télécommunications, ainsi que des équipements pour le secteur énergétique et les transports.

Repost 0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 07:40
Chrysanthemum-S to cross Red Square


April 10, 2014 by Rostec

 

Chrysanthemum-S, the world’s only anti-tank missile system, which can hit targets without optical visibility in smoke, fog, and snow, will participate in the Victory Day parade on Red Square, as reported by the press service of the Kolomna Machine-Building Design Bureau, which developed the unique technology.

 

Chrysanthemum-S is not just a modern Russian anti-tank missile system, but also one of the world’s most powerful. Its radar and optical-laser channels allow it to detect, identify, and destroy targets in poor weather conditions. The simultaneous operation of the two channels lets the system identify separate targets and automatically launch rockets.

This technology was first introduced to the Russian army in 2005. Originally, Chrysanthemum-S was conceived of as an anti-missile system, but it evolved into its current multipurpose form. The system can target lightly armored vehicles, engineering structures, low-speed and low-flying airborne targets, boats, and low-tonnage ships.

The system utilizes two kinds of supersonic missiles, one of which has a tandem warhead with cumulative effects, considered the most powerful of all existing anti-tank missiles, capable of piercing the armor of all tanks.

Testing of the equipment took place in Kolomna outside of Moscow on test-site of the Machine-Building Design Bureau. Industry representatives practiced firing the system at various targets: tanks, helicopters, concrete forts, and enemy troops.

Currently the Chrysanthemum-S is being prepared to take part in the 69th Victory Day parade. The two-month training is taking place at the grounds of the Taman Guards Division in Alabino, Moscow region, which has a scale model of Red Square, complete with bleachers and markings. The dress rehearsal of the Victory Day parade will take place on April 28, after which equipment and personnel will travel to Moscow, where two more daytime and one nighttime rehearsal will take place.

Besides the Chrysanthemum-S, the famous OTRK Iskander-M will also represent KBM on Red Square. This year, a mechanized column of 14 Typhoon-K (KAMAZ-63968) cars will for the first time also cross the country’s main square.

The NKP Machine-Building Design Bureau (NKP KBM, Kolomna, Moscow region) is part of the state corporation Rostec’s holding company Vysokotochnye Kompleksy. During its existence, the bureau has produced more than 40 different kinds of weapons, including PTRK Malyutka, Storm-S and Storm-V, PZRK Strela-2 and Igla, TRK Tochka and Tochka-U, and OTRK Oka.

The holding company Vysokotochnye Kompleksy was created to unite the scientific and technical potential of a group of specialized companies. The holding company focuses on creating new military and special equipment in the field of high precision and combat zone tactical weapons systems.

 

Repost 0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 21:40
Ukraine/troupes russes: les photos de l'Otan faites en août 2013 (Moscou)


MOSCOU, 10 avril - RIA Novosti

 

Les photos satellite de l'Otan montrant des troupes russes massées à la frontière ukrainienne ont été faites en août 2013, a annoncé jeudi à RIA Novosti un officier haut placé de l'état-major général des forces armées russes.

"Sur les photos publiées par l'Otan, on voit des troupes de la Région militaire sud en train de participer aux manœuvres tenues l'été dernier, y compris à proximité des frontières ukrainiennes", a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

Il commentait ainsi la mise en ligne sur le site de l'Otan de photos satellite censées  démontrer que la Russie aurait déployé des effectifs supplémentaires forts de 30.000 à 40.000 hommes le long de sa frontière avec l'Ukraine.

A l'été 2013, l'armée russe a réellement effectué des manœuvres dans la Région militaire sud, y compris des exercices de troupes d'artillerie, ainsi que l'exercice international d'envergure Fraternité d'armes 2013 dont une étape s'est déroulée au mois d'août.

Repost 0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 21:40
photo DigitalGlobe via SHAPE

photo DigitalGlobe via SHAPE

 

BRUXELLES, 10 avril - RIA Novosti

 

L'Otan a publié jeudi une quinzaine de photos satellite affirmant qu'elles représentent des unités militaires russes massées à la frontière ukrainienne.

 

"L'Etat-major des Troupes alliées en Europe (SHAPE) a diffusé jeudi 10 avril plusieurs images satellite aux médias européens, qui montrent les lieux et les types d'unités militaires que l'Otan observe le long de la frontière russo-ukrainienne. L'Otan estiment que la Russie a déployé des effectifs forts de 35.000 à 40.000 hommes près de la frontière ukrainienne", est-il indiqué dans un communiqué de l'Alliance.

 

L'Otan affirme que les photos représentant des chasseurs et hélicoptères stationnés sur l'aérodrome de Primorsko-Akhtarsk, "une brigade de l'Armée de l'air ou des troupes spéciales" à Elsk, des blindés à Kouzminki, un bataillon d'artillerie aux environs de Novotcherkassk et des hélicoptères parqués dans les champs près de Belgorod.

 

"Selon le général de brigade Gary Deakin, directeur du Centre de la gestion de crise (CCOMC) au quartier général de l'Otan à Mons (Belgique), des unités russes sont arrivées dans la région et se concentrent près de la frontière sans organiser d'exercices", note le commandement de l'Alliance.

 

Dans le même temps, le ministère russe des Affaires étrangères a récemment déclaré qu'un groupe de militaires ukrainiens, qui a inspecté les régions frontalières russes, n'y ont pas découvert d'activités militaires majeures.

 

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a indiqué fin février dernier que les exercices d'envergure russes organisées dans l'ouest et au centre du pays n'étaient pas liés avec la situation en Ukraine.

L'Otan publie des photos de "troupes russes" proches de la frontière ukrainienne
L'Otan publie des photos de "troupes russes" proches de la frontière ukrainienne
Repost 0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 06:40
Destroyer USS Donald Cook - photo US Navy

Destroyer USS Donald Cook - photo US Navy

 

MOSCOU, 9 avril - RIA Novosti

 

L'entrée d'un destroyer américain en mer Noire risque de contraindre la Russie à déployer des bombardiers supersoniques Tu-22M3 en Crimée et à accélérer la construction de nouvelles frégates et de nouveaux sous-marins, a annoncé mercredi le rédacteur en chef du magazine Défense Nationale Igor Korotchenko.

 

"La Russie pourrait profiter de cette occasion pour renforcer ses infrastructures navales en mer Noire en déployant des systèmes supplémentaires Bastion dotés de missiles antinavires Iakhont", a déclaré M. Korotchenko à RIA Novosti.

 

Moscou pourrait en outre déployer en Crimée des bombardiers tactiques Su-34 et des bombardiers stratégiques Tu-22M3.

 

"La Russie doit suivre attentivement les activités des Etats-Unis dans la région de la mer Noire. A cet effet, il est indispensable de renforcer le système de contrôle et de reconnaissance assuré par l'aviation de patrouille maritime et l'aviation navale. La Russie possède de telles capacités et les utilise pour surveiller l'activité militaire dans différentes régions de l'Océan mondial", a indiqué l'expert.

 

D'après M. Korotchenko, il est nécessaire d'accélérer la mise en service, au sein de la Flotte de la mer Noire, de six nouvelles frégates et de six nouveaux sous-marins à propulsion diesel-électrique.

 

"Ces mesures permettraient de neutraliser aussi bien les menaces actuelles que celles qui pourraient surgir pour la Russie suite aux actions des Etats-Unis dans cette région, y compris suite à l'entrée en mer Noire de destroyers américains constituant un danger pour les forces stratégiques nucléaires russes", a conclu le rédacteur en chef du magazine Défense Nationale.

 

Le destroyer américain Donald Cook, qui entrera le 10 avril en mer Noire, possède un système d'alerte et de défense Aegis doté d'antimissiles et de missiles de croisière Tomahawk.

Repost 0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 06:40
Les Russes débarquent au Pôle nord

 

 

MOSCOU, 9 avril - RIA Novosti

 

Un événement digne d'être inscrit dans le Livre des records de Guinness s'est produit mardi près du Pôle nord. Un détachement complet de la 98ème division des troupes aéroportées a débarqué sur une plaque de banquise dérivante de l'océan Arctique pour la première fois de l'histoire, écrit mercredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

 

Plus d'une cinquantaine de soldats et d'officiers ont été projetés d'Ivanovo dans les latitudes arctiques. Le détachement avait une mission précise – atterrir à proximité de la base polaire Barnéo, déployer un camp de base et organiser une opération de sauvetage en tant qu'exercice.

 

Il s'agit d'une mission unique en Arctique, c'est la raison pour laquelle l'opération a reçu le statut d'expérimentale. Ce qui, toutefois, n'a aucunement affecté les actions des troupes aéroportées. Si les soldats et les officiers étaient réellement chargés de retrouver sur la banquise un avion accidenté et d'évacuer ses passagers ou des explorateurs ayant besoin d'aide, ils auraient agi exactement de la même manière.

 

Du point de vue militaire également, plusieurs raisons ont poussé le commandement des troupes aéroportées à maîtriser une pratique aussi inédite. L'armée russe cherche à conquérir aujourd'hui le cercle polaire et il est important pour les généraux de savoir que l'unité arctique du ministère de la Défense aurait une liaison maritime mais aussi aérienne avec le continent dans toute situation, y compris en cas de force majeure. L'organisation de l'opération a été réalisée par les troupes aéroportées en collaboration avec le centre d'expédition de la Société géographique de Russie, ce qui indique la nature à la fois militaire et civile du projet.

 

Le lieu de déroulement de l'opération n'a pas été choisi au hasard. La base Barneo ouvre chaque année à 89 degrés de latitude nord, à environ 100 km du Pôle nord. La base dispose d'un aérodrome pour accueillir les avions Antonov An-74 et d'héliports pour les Mi-8. Les scientifiques et les amateurs du tourisme de l'extrême des quatre coins du monde y vivent pendant un mois.

 

Cette année, la base Barnéo accueille sa 13ème expédition. Un groupe de reconnaissance du commandement des troupes aéroportées s'y était rendu la semaine dernière. Les officiers ont prélevé des échantillons d'eau et d'air, ont mesuré l'épaisseur de la glace et ont recherché la présence de polynies dangereuses. Le débarquement de personnel et de fret tenu le 8 avril aurait été impossible sans ces recherches. Le containeur de 30-50 kg avec des équipements de premiers soins pour les "victimes" et les kits de survie en milieu extrême a été parachuté de l'avion de transport militaire Iliouchine Il-76MD après le groupe de reconnaissance.

 

L'appareil a effectué trois approches de la banquise – à chaque approche plusieurs dizaines de soldats et d'officiers quittaient son bord. Le père Savva – aumônier de la 98ème division – faisait partie de l'un des groupes débarqués, il s'agissait de son 751ème saut en parachute.

 

Les militaires ont utilisé le système Arbalet-2 pour atterrir sur la banquise. Il est possible de l'utiliser de -35°C à +35°C et l'avion se déplace à 350 km/h. La stabilité du système de parachutage est assurée par des coupoles à neuf sections de 27 m² chacune.

 

Il convient de rappeler que ce sont les soldats et les officiers de la division d'Ivanovo des troupes aéroportées qui ont débarqué pour la première fois sur l'île arctique Kotelny le mois dernier.

Repost 0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 06:40
Missile Voevoda RS-20V

Missile Voevoda RS-20V

 

 

MOSCOU, 9 avril - RIA Novosti

 

Le ministère russe des Affaires étrangères est préoccupé par les informations selon lesquelles l'usine ukrainienne Yuzhmash négocierait la vente des technologies de production des missiles Voevoda, qui sont actuellement en service dans l'armée russe.

 

"En tant que membre du Régime de contrôle de la technologie des missiles et signataire du Code de conduite de la Haye, l'Ukraine (…) s'est engagée à ne pas apporter son assistance à d'autres pays développant des missiles balistiques capables de porter des armes de destruction massive", rappelle le ministère russe dans un communiqué.

 

Auparavant, certains médias ont rapporté qu'une délégation de l'usine Yuzhmash s'était rendue en Turquie pour mener des négociations en vue de vendre les technologies de production des missiles Voevoda, des lanceurs Zenit-2 et du complexe polyvalent Sapsan (en développement).

 

Capable de porter des charges nucléaires, le missile intercontinental à deux étages R-36M Voevoda (code OTAN: SS-18 Satan) est doté d'une ogive multiple composée de 10 têtes (16 têtes selon certaines informations). Sa portée maximale est de 11.500 km malgré une masse de plus de 210 t au décollage. Le missile de 3 m de diamètre peut emporter une charge utile de 8,8 t. Il s'agit du plus puissant missile balistique intercontinental russe.

 

Selon l'ex-chef de l'état-major des Forces stratégiques russes Viktor Iessine cité par le journal Moskovski Komsomolets, la vente éventuelle des technologies en question ne se répercutera pas sur les capacités de défense de la Russie.

 

"Le missile Voevoda est très ancien, et il sera dans tous les cas retiré d'ici 2020. En ce qui concerne le complexe Zenit-2, il n'y a presque pas de secrets: il s'agit d'un lanceur qui n'est utilisé que pour les tirs spatiaux. Quant au complexe Sapsan, c'est un projet ukrainien, et la partie ukrainienne est en droit d'en disposer comme bon lui semble", a indiqué M.Iessine.

Repost 0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 21:40
Crimée: tout le matériel de guerre ukrainien sera rendu à Kiev (Moscou)

 

MOSCOU, 9 avril - RIA Novosti

 

Le matériel de guerre ukrainien abandonné en Crimée sera rapatrié totalement d'ici juin 2014 si Kiev met à disposition des plateformes ferroviaires dans les meilleurs délais, a annoncé mercredi le vice-ministre russe de la Défense, le général Dmitri Boulgakov.

 

"Le ministère russe de la Défense est prêt à achever ce travail d'ici juin 2014. Cependant, ce processus se déroule à un rythme insuffisant, car la partie ukrainienne ne respecte pas le calendrier de mise à disposition du matériel roulant", a déclaré le général Boulgakov.

 

Pratiquement tous les véhicules chenillés et à roues ont déjà quitté la Crimée. Des négociations sont en cours sur la restitution d'environ 70 navires et d'un parc d'avions.

 

Selon M. Boulgakov, la Russie a déjà rendu à l'Ukraine plus de 350 unités de matériel de guerre déployé en Crimée.

 

"Ces armements sont remis dans l'état dans lequel ils ont été abandonnés par les militaires ukrainiens", a précisé le vice-ministre russe de la Défense.

Repost 0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 21:40
Syrie/Afghanistan/Afrique: regain d'activité des bandes terroristes (FSB)

 

 

SOTCHI, 9 avril - RIA Novosti

 

Les bandes terroristes en Syrie, à la frontière afghano-pakistanaise et en Afrique ont redoublé d'activité et renforcé leur potentiel de combat avec de nouveaux adeptes de l'islam radical, a indiqué mercredi le directeur du Service fédéral de sécurité (FSB) de Russie Alexandre Bortnikov.

 

"Malgré une certaine baisse d'activité du noyau d'Al-Qaïda, des groupes terroristes affiliés agissent de façon autonome et agressive, de sorte que le conflit armé en Syrie a éveillé les forces destructrices dans l'ensemble du Proche-Orient", a déclaré M.Bortnikov lors d'une réunion de chefs des services secrets, des organes de sécurité et de l'ordre des Etats étrangers partenaires du FSB qui se déroule à Sotchi.

 

Et d'ajouter que de nouveaux adeptes de l'islam radical venus d'Europe, d'Asie centrale, de Transcaucasie et de Russie complétaient les rangs de la clandestinité terroriste en Syrie.

 

"Après un stage d'entraînement, ces commandos s'engagent dans les hostilités", a indiqué le directeur du FSB.

 

Selon lui, une situation similaire s'observe à la frontière afghano-pakistanaise où des structures terroristes, notamment les Talibans, le Parti islamique du Turkestan et le Mouvement des talibans pakistanais ont notablement renforcé leur potentiel de combat.

 

"Compte tenu du retrait des forces de coalition d'Afghanistan cette année, le risque de déstabilisation des pays limitrophes augmente. Dans certains pays, notamment en Asie centrale, on constate un regain d'activité des bandes islamistes internationales", a souligné M.Bortnikov.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories