Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 12:50
photo Airbus HC

photo Airbus HC

 

16/11/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le constructeur de Marignane va annoncer cette semaine l'implantation d'une nouvelle chaîne d'assemblage (FAL) à Brasov en Roumanie. Ce sera la quatrième FAL d'Airbus Helicopters à l'international, en attendant celle de Qingdao en Chine.


Brisbane (Australie), Itajuba (Brésil), Colombus (Mississippi aux États-Unis) et maintenant Brasov (Roumanie) et Qingdao (Chine)... Cinq villes dans lesquelles Airbus Helicopters a installé des chaines d'assemblage ou va le faire en plus de celles de Marignane, de Donauwörth en Allemagne et d'Albacete en Espagne. Sans compter enfin celle du partenaire du constructeur européen en Corée du Sud, Korean Aerospace Industries (KAI), qui assemble le Surion, un hélicoptère de transport co-développé en coopération entre les deux groupes.

Et ce n'est peut-être pas fini. La filiale hélicoptériste d'Airbus Group prévoit d'en implanter une nouvelle à Lodz si le nouveau gouvernement polonais confirme le choix du Caracal. Et pourquoi pas aussi à Queretaro au Mexique et en Inde si le constructeur de Marignane gagne de grosses campagnes commerciales en cours. Une chaîne d'assemblage "est emblématique pour un pays qui l'accueille sur son sol, c'est la garantie d'un investissement local durable", estime le vice-président exécutif en charge des ventes et des services au niveau mondial, Dominique Maudet.

 

"On veille à la cohérence de nos capacités industrielles"

Finalement y a-t-il une cohérence industrielle de multiplier les chaines d'assemblage? "On y veille, assure Dominique Maudet. Nous ne mettons pas à risques nos capacités industrielles en multipliant les chaines d'assemblage. Pour autant, Airbus Helicopters souhaite être au plus près des clients pour gagner de nouvelles commandes. Enfin, nous devons faire de la place pour les nouveaux programmes à Marignane et à Donauwörth". Très clairement, le projet d'une implantation d'une nouvelle chaîne d'assemblage doit répondre à au moins une des quatre exigences du constructeur européen : le marché du pays, le volume de la commande, les coopérations et, enfin, les pays à meilleurs coûts, les fameux pays "best cost".

Dominique Maudet planche d'ailleurs sur un projet d'organisation pour les régions au niveau mondial. "Comment optimiser au niveau mondial nos capacités industrielles et de MRO, explique-t-il. Les sites de production doivent-ils produire pour un marché local ou un marché global? Par exemple, l'Espagne fabrique des poutres de queue de l'ensemble de la gamme pour le marché mondial et le site mexicain de Queretaro produit des éléments de structure pour les besoins globaux".

 

La Roumanie, tête de pont pour concurrencer les Russes

C'est décidé Airbus Helicopters, qui avait signé l'a dernier un protocole d'accord avec Bucarest, installe en Roumanie une chaine d'assemblage du Puma C1e, la nouvelle version du Super Puma qui offre une configuration standardisée visant à réduire les délais de livraison et les coûts d'exploitation et de maintenance. Cette version a déjà été vendue à l'Afrique du Sud, l'Albanie et la Bolivie.

Le constructeur doit faire cette semaine l'annonce de l'implantation de cette nouvelle chaine d'assemblage en Roumanie, un pays à meilleurs coûts, qui monte dans la chaine de valeur. Brasov était jusqu'ici un centre de MRO doté d'une main d'oeuvre qualifiée, de bonne qualité et compétitive. "Cette chaine va nous permettre d'attaquer le marché utilitaire avec un produit fiable et sûr‎ face à la concurrence russe", assure Dominique Maudet.

Assemblé à Brasov, cet appareil, propulsé par un moteur Makila 1A, doit permettre à Airbus Helicopters de mieux rivaliser face aux hélicoptères russes de Mil, le Mi-8 et le Mi-17, dont les flottes civiles et militaires sont très vieillissantes. Des flottes qui doivent être au fil des ans renouvelées comme en Europe de l'Est (600 appareils environ), Amérique latine (400) et dans d'autres pays asiatiques (une centaine). Le marché est évalué à 2,7 milliards d'euros par an par Airbus Helicopters, selon les syndicats. "Ce partenariat devrait entraîner une baisse du prix de vente de notre appareil", estime FO

Les syndicats ne sont d'ailleurs pas contre ce projet. "Cette stratégie sur le marché à bas coût doit être favorable également pour les emplois à Marignane", explique FO. La CGC rappelle de son côté que sur le marché visé, "les produits de très hautes technologies ne sont pas en adéquation avec les capacités financières des clients". Et de faire valoir que "l'allongement de la durée de vie du Puma, programme éprouvé, serait ainsi au bénéfice de nos investissements, comme cela a été fait avec l'ancienne gamme, telle l'Alouette".

La CGC considère "sans tabou toute initiative propre à générer de la charge supplémentaire, y compris dans le cadre d'une implantation chez nos partenaires et à des transferts de production si les gains engendrés par ce type d'opération sont réinjectés et dédiés au développement de nouveaux programmes, sources de création d'emplois en France".

 

Des chaines dans des pays au marché très porteur

Aux États-Unis, la division hélicoptères d'Airbus Group a décidé en 2013 d'installer en 2014 une chaine d'assemblage d'Écureuil (H125) au Mississippi, en vue de compenser la fin du contrat des UH-72A Lakota destinés à l'armée de terre américaine et des autres agences fédérales. Le site de Colombus continuera à fabriquer des H125 et à faire le support et à moderniser les Lakota.

Pourquoi avoir implanté une chaine d'Écureuil dans le Mississippi? "Les États-Unis sont le premier marché pour l'Écureuil, souligne Dominique Maudet. Airbus Helicopters en vend en moyenne 150 Écureuil par an ces dernières années, dont la moitié aux États-Unis". Le constructeur détient d'ailleurs "près de 50% du marché mondial civil et parapublic" sur ce segment, estime-t-il. Au total, il vend entre 60 et 80 machines par an aux États-Unis. "Nous sommes bien contents d'avoir une chaîne d'assemblage locale", note-t-il. Un hélicoptère avec le label "Made in USA"...

Pour gagner le marché militaire des Lakota, Airbus Helicopters avait décidé de créer une chaine de H145 aux États-Unis, qui d'ailleurs demandait aux constructeurs qu'au moins 50% de la valeur du contrat soit fabriqué localement. En outre, le constructeur européen peut bénéficier du programme FMS (Foreign Military Sales), une procédure de vente d'état à état de matériels, services et programmes d'entraînement militaires américains, pour vendre le Lakota à l'international. C'est d'ailleurs pour cela que Airbus Helicopters avait installé une chaine d'assemblage aux États-Unis.

C'est aussi le cas avec la Chine où le constructeur a prochainement prévu d'installer une nouvelle chaine de H135. Il va assembler au moins 100 H135 à Qingdao dans la province de Shandong (sud de Pékin) lors des dix prochaines années. Le H135 est, selon Dominique Maudet, l'un des hélicoptères légers biturbine les plus appréciés en Chine, notamment pour des missions médicales d'urgence et de police. "Le potentiel en Chine, entre autres pour les besoins EMS (services médicaux d'urgence, ndlr), est gigantesque. Elle est également désireuse d'acquérir un savoir-faire industriel", affirme-t-il.

 

Des chaines pour des méga-commandes

Pour gagner des compétitions, Airbus Helicopters peut proposer d'implanter des chaines d'assemblages locales dans le cadre de campagnes militaires. Cela a été le cas avec l'Australie (47 NH90 en 2005 et 9 NH90 néo-zélandais en 2006) et le Brésil (39 H225M fabriqués à Itajuba sur 50). Ce sera le cas pour la Pologne (50 Caracal), voire au Mexique (50 Caracal) si ces deux pays confirment leur expression d'intérêt.

Les pays en font aussi souvent la demande pour bénéficier de transferts de technologies. "Nous ne le faisons pas pour moins de 40-50 appareils", explique Dominique Maudet. Une fois la production terminée, ces chaines peuvent être reconvertie dans le MRO et le support.

 

Des coopérations dans des pays clés

Que ce soit en Chine (H175), en Corée du Sud avec Korean Aerospace Industries (Surion et maintenant LCH/LAH) et en Roumanie avec IAR Brasov, et prochainement en Inde avec l'industriel Mahindra, Airbus Helicopters travaille à mettre en œuvre des partenariats en vue de développer des hélicoptères, qui compléteront le portefeuille du constructeur européen. "Ces pays ont appris à travailler avec nous, rappelle Dominique Maudet. Ils savent que nous disons ce que nous faisons et nous faisons ce qu'on a dit".

En Corée du Sud, le programme LCH/LAH offre une seconde vie au Dauphin (H155), qui sera commercialisé à partir de l'usine Sacheon. Ce partenariat va aider Airbus Helicopters à vendre un Dauphin modernisé dans le monde entier. Et le départ de la chaine vers la Corée du Sud va libérer de la place pour industrialiser le tout nouveau programme H160.

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 17:55
base aérienne projetée (BAP) en Jordanie - photo EMA

base aérienne projetée (BAP) en Jordanie - photo EMA

 

13/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 11 novembre, les forces armées engagées en opérations extérieures et celles déployées outre-mer ont rendu hommage aux soldats morts au cours de la Première Guerre mondiale et à ceux qui, cette année encore, ont prolongé leur sacrifice en donnant leur vie pour protéger la France et les Français.

 

Cette brève revient sur les cérémonies qui se sont déroulées loin de la métropole à l’occasion de la commémoration du 97e anniversaire de l’armistice de 1918.

 

Les militaires de l’opération Barkhane ont participé à plusieurs cérémonies, notamment au Camp Kosseï, à N’Djamena (Tchad), où une prise d’armes était organisée en présence de madame Evelyne DECORPS, Ambassadrice de France au Tchad, et d’une délégation d’anciens Combattants tchadiens. Une gerbe a été déposée au carré militaire du cimetière de Farcha en présence de madame Evelyne DECORPS, ambassadrice de France au Tchad et d’une délégation d’anciens combattants tchadiens et d’un détachement d’Honneur Tchadien. Une cérémonie de dépose de gerbe a également été organisée devant la stèle Félix Eboué à N’Djamena.

 

Sur la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie, les militaires français de l’opération Chammal se sont recueillis devant le drapeau, au cours d’une cérémonie présidée par le colonel Emmanuel commandant la BAP.

 

A Bangui en République centrafricaine, la cérémonie  s'est déroulée le 11 novembre 2015 sur le camp de M'Poko, en présence du général de corps d'armée Arnaud SAINTE CLAIRE DEVILLE, commandant les forces terrestres (COMFT) et présidée par le colonel Nicolas GUISSE, commandant la force Sangaris.

 

A Beyrouth, un détachement de casques bleus français de la Force commander reserve (FCR) de la FINUL engagé dans l’opération Daman, et une délégation de marins allemands de la Task Force 448, composante maritime de la FINUL étaient rassemblés à la résidence des Pins, pour une prise d'armes binationale présidée par les ambassadeurs français et allemand au Liban, M. Emmanuel Bonne et M. Martin Huth.

 

À Djibouti, la cérémonie de commémoration a débuté par un hommage au cimetière militaire de Gabode. Le général de brigade aérienne Philippe Montocchio, commandant les forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj), a ensuite présidé une prise d’armes du 5e régiment interarmées d’Outre-Mer, en présence de Serge Mucetti, ambassadeur de France à Djibouti.

 

Au Gabon, une cérémonie était également organisée à Libreville, sous la présidence du général Vincent Guionie, commandant les éléments français au Gabon (EFG). Cette cérémonie s’est tenue en présence de Monsieur Renaux, ambassadeur de France et haut représentant de la République française au Gabon, de Monsieur Marsaud, député de la 10e circonscription des Français à l’étranger et des plus hautes autorités civiles et militaires gabonaises.

 

À Dakar, les Éléments français au Sénégal (EFS) ont participé à une prise d’armes sur le quartier colonel Geille de Ouakam, en présence de Monsieur Jean Felix-Paganon, ambassadeur de France, du général Pascal Facon, commandant les EFS, ainsi que de nombreux ambassadeurs de pays ayant pris part à la première guerre mondiale.

 

Sur l’Île de La Réunion, le Commandant supérieur (COMSUP) des forces armées dans la zone sud de l’Océan Indien (FAZSOI), le général de brigade Franck Reigner, a présidé une prise d’armes devant le monument aux morts, place de la Victoire, en présence du préfet de La Réunion, monsieur Dominique Sorain. À Mayotte, la cérémonie a été présidée par Madame George Pau Langevin, ministre des Outre-mer en déplacement dans l’Océan Indien.

 

À Cayenne, le préfet de région, monsieur Éric Splitz, a participé à la cérémonie en présence du général Pierre-Jean Dupont, COMSUP des forces armées en Guyane (FAG). Les militaires issus de tous les détachements présents dans ce département d’outre-Mer ont partagé avec les Guyanais ces instants de solennité. Après l’appel des noms des héros morts durant la Première guerre mondiale, les autorités civiles et militaires ont déposé une gerbe au pied du monument cayennais.

 

En Polynésie française la commémoration de l’armistice de 1918 s’est déroulée devant le monument aux morts de Papeete, en présence du contre-amiral Bernard-Antoine Morio de l’Isle, COMSUP des forces armées en Polynésie française (FAPF). La prise d’armes a rassemblé l’ensemble des détachements présents en Polynésie française.

 

À Nouméa, les Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) ont célébré l’anniversaire de l’armistice en présence de Monsieur Vincent Bouvier, Haut-Commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie et du général de division Philippe Léonard, COMSUP des FANC.

 

D’autres cérémonies étaient organisées par les autorités locales en Nouvelle-Calédonie, auxquelles participaient des soldats du régiment d’infanterie de Marine de Polynésie Nouvelle-Calédonie et du régiment du service militaire adapté de Nouvelle-Calédonie, de marins du patrouilleur La Glorieuse et d’aviateurs de la base aérienne 186.

 

À Fort-de-France en Martinique, le COMSUP des forces armées aux Antilles (FAA), le contre-amiral Olivier Coupry, a présidé une cérémonie en présence du préfet de la Martinique, Monsieur Fabrice Rigoulet-Roze et du commodore Hans Lodder – commandant les forces armées néerlandaises aux Antilles. Au même moment en Guadeloupe, deux cérémonies se sont successivement déroulées, la première à Pointe-à-Pitre, présidée par Monsieur Martin Jaeger, le sous-préfet de Pointe-à-Pitre, en présence du lieutenant-colonel Philippe Simon, coordonnateur militaire et représentant du COMSUP en Guadeloupe. La seconde cérémonie s'est déroulée au champ d’Arbaud à Basse-Terre, présidée par Monsieur Jacques Billant, préfet de région, en présence du colonel Yann Le Balc’h, chef de corps du régiment du service militaire adapté de Guadeloupe.

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 17:35
Le destroyer classe Chungmugong Yi Sun-sin de l`unité Cheonghae déployé actuellement au golf d`Aden (Marine nationale)

Le destroyer classe Chungmugong Yi Sun-sin de l`unité Cheonghae déployé actuellement au golf d`Aden (Marine nationale)

 

SEOUL, 11 nov. (Yonhap)

 

Le ministère de la Défense a annoncé qu’il procéderait à un prolongement d’un an du déploiement de l’unité Cheonghae pour une mission anti-pirates somaliens dans le golfe d’Aden et de l’unité Akh présente aux Emirats arabes unis (EAU).

 

Ces unités seront déployées encore une année de plus, du 1er janvier jusqu’au 31 décembre 2016. L’unité Cheonghae est composée de 320 soldats avec un destroyer de 4.000 tonnes et l’unité Akh de 150 soldats sur place. Le ministère de la Défense a expliqué la raison de ce prolongement en disant que le commandement des unités alliées sous la direction de la 5e flotte américaine dans le golfe d’Aden opèrera jusqu’à la prochaine année.

 

Il est aussi à noter que les forces européennes, trois navires et un avion de reconnaissance, ont été retirés pour la mer Méditerranée, ce qui rend le commandement plus dépendant de l’unité coréenne. Un autre élément pour le maintien des forces coréennes dans le golfe d’Aden serait la présence de forces chinoises et japonaises. La Chine a envoyé dans la région deux destroyers et un navire d’approvisionnement et le Japon deux navires de guerre et deux avions de reconnaissance.

 

Le Japon a assuré cette année le commandement de l’unité CTF-151 rattachée au commandement des forces alliées dans le golfe d’Aden. L’unité Cheonghae a rempli cette fonction en 2010. Le maintien de l’unité Akh aux EAU sert à protéger les ressortissants coréens dans les pays du Moyen-Orient alors que des installations et un terrain d’exercices ont été offerts par les autorités émiriennes, selon les explications du ministère.

 

Le budget total de cette prolongation s’élève à 30,1 milliards de wons (environ 24,23 millions d’euros) pour l’unité Cheonghae et 7,9 milliards de wons (environ 6,4 millions d’euros) pour l’autre unité. Le ministère de la Défense souhaite une adoption de la loi concernant le déploiement des armées à l’étranger, octroyant des droits juridiques pour un déploiement des armées du pays sous le contrôle de forces militaires étrangères.

 

Actuellement, l’envoi des troupes sous la bannière des forces de maintien de la paix de l’ONU (PKO) a été décrit dans une loi mais le cas mentionné ci-dessus n’était pas inscrit dans le système juridique du pays. La commission de la défense du Parlement adoptera une motion en vue d’approuver le prolongement du déploiement de ces deux unités à l’étranger le 18 novembre prochain et la transmettra à l’assemblée générale du Parlement à la fin de ce mois.

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 08:35
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

12/11/2015 Sources : Marine nationale

 

Les relations entre forces sous-marines françaises et malaisiennes se sont concrétisées une fois de plus du 12 au 24 octobre par l’organisation du deuxième séminaire de commandement (« COURCO ») malaisien à bord d’un sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) français.

 

Le principe : le CCR Razib, ancien commandant du sous-marin Scorpène Tun Razak (un des deux de ce type que la France a livrés à la Malaisie) et actuel officier entraîneur de l’escadrille malaisienne évaluait deux futurs commandants, les LT CDR Dzul et Redhuan, grâce au concours apporté par les forces sous-marines françaises. Deux semaines de COURCO partagées entre des conférences et du simulateur tactique à terre puis cinq jours d’entraînement intensif au large de Toulon à bord du SNA Rubis.

 

Passée la barrière de la langue (toutes les procédures se sont déroulées en anglais), les sous-mariniers français ont donné leur maximum pour mettre les stagiaires malaisiens dans les meilleures conditions de succès. Les reconnaissances et attaques à la torpille de bâtiments de surface se sont succédées à un rythme soutenu. Les opérations littorales de recueil de renseignement ont également permis à l’officier entraîneur d’évaluer ses deux officiers dans des conditions complexes les poussant dans leurs retranchements.

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Les LT CDR Dzul et Redhuan ont eu l’opportunité de démontrer l’étendue d’un savoir-faire sous-marinier patiemment acquis en France depuis que la force sous-marine malaisienne a entrepris de se doter de deux sous-marins Scorpène. Les heures de navigation égrenées à bord du sous-marin Ouessant au large de Brest puis à bord du Tunku Abdul Rahman et du Tun Razak ont été manifestement bénéfiques car elles ont permis à ces deux officiers, présents dès le début de l’aventure, de devenir de futurs commandants sûrs et aguerris.

 

Basés à Kota Kinabalu, les deux sous-marins de type Scorpène naviguent chacun près de cent jours par an. Les deux premiers commandants avaient été formés en France au lancement du programme. Entre 2014 et 2015, les forces sous-marines françaises auront, via l’escadrille des sous-marins nucléaires d’attaque, prêté leur concours pour la sélection des quatre commandants suivants, preuve de la force du lien de confiance qui unit nos deux forces sous-marines.

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 08:35
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

12/11/2015 Sources : Ministère de la Défense

 

Le 23 octobre 2015, la frégate de surveillance Vendémiaire et la frégate japonaise Abukuma ont participé à un PASSEX, entraînement commun en mer de Chine orientale, qui fait suite à la revue navale organisée le 18 octobre 2015 par le Japon. Le déploiement de la frégate française dans le Pacifique s’inscrit dans le cadre de la mission de présence des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) dans la zone Asie-Pacifique.

 

Cette rencontre a permis de développer des capacités de travail conjointes et de resserrer les liens entre les Marines françaises et japonaises. En effet, elle a contribué à entretenir notre connaissance de la zone et à animer la coopération régionale avec le Japon.

 

Le PASSEX a débuté par des évolutions des deux bâtiments au cours desquelles les marins français ont découvert les qualités manœuvrières du navire japonais. L’Alouette du Vendémiaire a ensuite décollé pour réaliser une mission de surveillance autour des deux frégates. L’exercice s’est poursuivi par des présentations au ravitaillement à la mer. Enfin, avant de repartir vers leurs destinations respectives, les deux frégates ont procédé à un salut au poste de bande : tout l’équipage est réparti sur les extérieurs des bâtiments.

 

Cet exercice, préparé conjointement quelques jours plus tôt lors de l’escale à Yokosuka au Japon, a clôturé l’épisode nippon de la mission en Asie de la frégate Vendémiaire.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du théâtre Pacifique avec un dispositif interarmées centré sur un Groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principales missions d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone Pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’État.

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 20:35
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

12/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 15 octobre au 3 novembre 2015, dans le cadre des activités de coopération militaire bilatérales entre l’US Marines Corps Forces Pacific et les Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC), le Régiment d’infanterie de Marine Pacifique Nouvelle-Calédonie (RIMaP-NC) a accueilli un détachement de Marines à Plum.

 

Americal est l’une des activités du programme de coopération opérationnelle régionale mis en œuvre par les FANC avec leurs partenaires sur le théâtre Pacifique. Son objectif principal est d’entretenir et d’approfondir l’interopérabilité entre les unités françaises et américaines en développant l’échange de savoir-faire tactiques, techniques et la mise en commun des procédures.

 

À cette occasion, un détachement d’une soixantaine de Marines (trois sections d’infanterie et une équipe commandement) appartenant au 1st battalion 2nd Marines basé à Okinawa, a bénéficié des infrastructures et des compétences du RIMaP-NC pour suivre un stage d’infanterie légère. Chacune des quatre semaines du stage était centrée sur un domaine spécifique : savoir-faire de base et préparation physique, combat et aisance aquatique, techniques commando (organisée au centre d’instruction nautique commando), séances de tirs et initiation à la plongée.

 

Une cérémonie au cours de laquelle les Marines ayant réussi les épreuves se sont vu remettre l’insigne commando du centre d’instruction nautique commando, a clôturé Americal.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Les FANC constituent le point d’appui central du théâtre Pacifique avec un dispositif interarmées centré sur un Groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principales missions d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone Pacifique. Enfin, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’État.

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 13:35
Successful Delivery of the 75th PC-7 MkII to the Indian AF

 

Nov 11, 2015 ASDNews Source : Pilatus Aircraft Ltd

 

The successful handover of the 75th Pilatus PC-7 MkII Training Aircraft to the Indian Air Force (IAF) at the Air Force Academy in Dundigal marks the final aircraft delivery milestone under the contract between Pilatus and the Government of India’s Ministry of Defence which was signed on the 24th of May 2012. The introduction of the PC-7 MkII Training System has enabled the IAF to revolutionise their basic pilot training capability.

 

The arrival of the first of 75 Pilatus PC-7 MkII trainer aircraft in February 2013 signified the beginning of a new era for pilot training in the IAF.

 

Commenting on the delivery of the 75th aircraft with its “commemorative livery”, Jim Roche VP Government Aviation & Deputy CEO of Pilatus says:

 

“We are extremely pleased to have completed delivery of all PC-7 MkII trainer aircraft well ahead of the original IAF schedule requirement. Delivering and supporting the IAF’s Basic Flight Training requirements has been a remarkable experience and we remain fully committed to supporting the fleet’s in-service operations with equal efficiency and competence.”

 

The PC-7 MkII trainer aircraft has achieved some outstanding performance benchmarks at Dundigal. Since the first delivery in February 2013, the PC-7 MkII fleet has flown more than 40,000 hours and accumulated well over 80,000 landings.

 

The PC-7 MkII has enabled the IAF to increase the basic training syllabus in terms of flight hours by 220 percent compared to previous operations and also increase the solo content from 1 to 14 sorties. The PC-7 MkII Training System has successfully proven its effectiveness and validates the decision by the IAF to operate the most advanced Basic Flight Training aircraft in the world – the PC-7 MkII.

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 13:35
photo IHEDN

photo IHEDN

 

11.11.2015 IHEDN

 

« La session internationale Asie / Moyen-Orient 2015 qui s’est déroulée à l’IHEDN, en collaboration avec la DCSD, du 3 au 10 novembre, a réuni un effectif de 33 auditeurs procédant de 19 pays : Afghanistan, Arabie Saoudite, Bangladesh, Birmanie, Brunei, Cambodge, Chine, Corée du Sud, Émirats Arabes Unis, Inde, Indonésie, Irak, Japon, Mongolie, Pakistan, Philippines, Qatar, Singapour, Vietnam.

 

Issus des forces armées, de think tanks et d ‘universités, ils étaient à différents titres intéressés par la problématique soulevée : « Cyber sécurité : un enjeu sécuritaire essentiel pour les États au 21e siècle ». Ce thème a permis une présentation exhaustive de la doctrine, de la pensée et des savoir-faire français et de renforcer la visibilité de la France dans ce domaine.

Sont intervenus : David MARTINON, ambassadeur pour la cyber-diplomatie et l’économie numérique ; Guillaume POUPARD, directeur général de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI) ; le VAE Arnaud COUSTILLIERE, officier général cyber défense à l’EMA ; le préfet Jean-Yves LATOURNERIE, conseiller pour le gouvernement, chargé de la lutte contre les cybermenaces ;  Frédérick DOUZET et M Danilo d’Elia de la chaire Castex de cyberstratégie; Heli TIIRMAA-KLAAR, chef de la coordination des politiques cyber au SEAE ; Pierre BELLANGER, président directeur général et fondateur de Skyrock ; Kavé Salamatian de l’université de Savoie ; Candice Tran Daï d’Asia Centre ; Daniel Ventre du CNRS ;  Julien Nocetti de l’IFRI ; Patrick Rdja d’Airbus Defence and Space ;

Les auditeurs ont travaillé en comités sur : (1) Cyber sécurité : quelles menaces, quelles cibles, quels auteurs ? (2) Protection, gouvernance et Etat de droit face à la cyber-menace (3) Coopérations internationales : champs et limites. La restitution de leurs travaux a permis de mettre en avant, à travers des exposés à la fois fouillés et structurés, des propositions notamment en matière de coopération internationale.

La Siamo, comme les autres sessions internationales, constitue un véritable forum tant pour les étrangers invités, qui souvent y trouvent une opportunité unique de rencontre, que pour les institutionnels, les think tanks, les universités et les industriels français. Elles participent au rayonnement de l’IHEDN et à la diffusion de la pensée stratégique de notre pays à travers le monde.

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 12:35
Vietnam-Brésil : De nombreux potentiels de coopération dans la défense

Le général de corps d'armée Nguyên Chi Vinh (droite), vice-ministre vietnamien de la Défense, et l'ambassadeur brésilien Marco Brandao, le 11 novembre à Hanoi. Photo : Hông Pha/VNA/CVN

 

12/11/2015 Le Courrier du Vietnam

 

Le général de corps d'armée Nguyên Chi Vinh, vice-ministre vietnamien de la Défense, a reçu le 11 novembre à Hanoi l'ambassadeur brésilien Marco Brandao.

 

Les deux parties ont estimé que les relations entre les deux pays, notamment dans la défense, n’avaient cessé de se développer avec la multiplication d'échanges de délégations de tous échelons, le partage d'expériences et l'entraide en matière d’opérations des forces de maintien de la paix de l'ONU, d'industrie de la défense...

 

Nguyên Chi Vinh et Marco Brandao ont affirmé que la prochaine visite au Vietnam de la présidente brésilienne Dilma Rousseff était une bonne opportunité pour les deux ministères de la Défense de signer un Protocole d'accord sur la coopération bilatérale en la matière.

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 12:45
Chad declares state of emergency in Boko Haram-hit region

 

10 November 2015 defenceWeb (Reuters)

 

.Chad has declared a state of emergency in the Lake Chad region after a series of raids and suicide bombings there by militant Islamist group Boko Haram, the government said on Monday.

 

Chad was instrumental in forcing Boko Haram to cede territory earlier this year, undermining its six-year campaign to carve out a Nigerian caliphate.

 

But guerrillas have since ramped up attacks in remote border areas around Lake Chad, killing at least three people in a Chadian village on Sunday and three Nigerian refugees in northern Cameroon on Monday.

 

Chad's Communications Minister Hassan Sylla Bakari said the order, effective immediately, would grant authorities new powers to search and monitor residents in the region.

 

There has not been a state of emergency in Chad, one of Africa's military heavyweights, since a series of rebellions in the 2000s springing from its volatile east. Neighbouring Niger also has a state of emergency in its border region of Diffa.

 

A top U.N. official said last month that an 8,700 regional task force will begin joint raids against Boko Haram when the rainy season ends soon.

 

Vice Admiral Michael Franken, U.S. Africa Command's Deputy for Military Operations, told Reuters on Monday he expected Nigeria-led actions to lead to a "significant degradation" in Boko Haram's activities within six months.

 

The United States has sent troops to provide intelligence and other assistance to counter Boko Haram

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 12:35
Exercise Southern Katipo 2015 - Welcoming our Pacific Island Bretheren



10 nov. 2015 New Zealand Defence Force

 

Here is a video of soldiers from Fiji, Papua New Guinea and Tonga in Exercise Southern Katipo 2015. Sharing a common cultural affinity, the soldiers from the pacific nations are keen to exercise with the NZDF and it's coalition partners.


Exercise Southern Katipo (SK15) is the New Zealand Defence Force’s (NZDF) major military exercise and occurs every two years. Personnel from New Zealand and eight other countries - Australia, Canada, Fiji, France, Papua New Guinea, Tonga, the United Kingdom, and the United States will participate in the month-long international exercise in the Buller, Tasman and Marlborough regions of the South Island.

The exercise aims to test and evaluate the NZDF’s ability to plan and conduct joint operations involving a range of naval, land and air assets from various nations.

The training scenario is set in a fictional South Pacific country called Becara, which is fighting for its political survival after being beset for years by rising poverty, massive unemployment and low foreign investor confidence. Two hostile groups are exploiting the government’s vulnerabilities and are jockeying for power. Following a request for assistance from the Becaran government, New Zealand has deployed a military contingent to lead a multinational Combined Joint Task Force that will help restore law and order in the South Pacific country. The multinational task force will be conducting stability, support and humanitarian operations, including the evacuation of internal displaced persons, as they strive to set the conditions for Becara’s economic and social recovery.

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 17:40
AK-47 assault rifle. © Vitaly Ankov / RIA Novosti

AK-47 assault rifle. © Vitaly Ankov / RIA Novosti

 

9 Nov, 2015 RT.com

 

Russian gun maker Kalashnikov Group is in discussions with Indian firms about starting weapons production in the country, according to Kalashnikov CEO Alexei Krivoruchko.

 

“We are in talks with both public as well as private companies in India. But it is a bit early to offer any specific names, as we are still at negotiations," Krivoruchko told the Press Trust of India news agency (PTI) on Monday.

 

Discussions started in early 2015, although some Indian companies have shown an interest in producing Kalashnikov rifles since 2008, he added. He also said India’s Defense Ministry is not involved in the talks.

 

Around $100 million will be needed to begin production, according to the CEO. That excludes the cost of utilities and manufacturing facilities.

 

"Initially we are expecting production of at least 50,000 units per year with a potential of scaling up production in the future," Krivoruchko said, specifying that India is primarily interested in the 5.56mm and the 7.62mm automatic weapons.

 

The Kalashnikov Group was created in 2013 with the merger of two gun makers, Izhmash and Izhevsk Mechanical Plant. The firm exports to 27 countries, including the USA, UK, Germany and Italy. The AK-47 assault rifle is one of the most popular and widely used assault rifles in the world.

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 08:35
HMAS Stuart sailors stand at ease on the forecastle as they and HMAS Arunta prepare to come alongside in Zhanjiang, China

HMAS Stuart sailors stand at ease on the forecastle as they and HMAS Arunta prepare to come alongside in Zhanjiang, China

 

4 novembre 2015. Portail des Sous-Marins

 

Plusieurs bâtiments de la marine australiennes, les HMAS Arunta, Stuart et Sirius, ont rencontré en mer de Chine de Sud la frégate française Vendémiaire.

 

Les bâtiments s’étaient donnés rendez-vous le 3 novembre dans les eaux internationales au large du Vietnam.

 

Cette rencontre constituait une occasion pour les marines australienne et française de s’entraîner ensemble et d’améliorer le niveau d’interopérabilité et la connaissance de la situation maritime dans la région.

 

Les 4 bâtiments ont effectué une série d’exercices de routine : manœuvre, opérations de vol en hélicoptère, ravitaillement à la mer avec le Sirius et exercice de tir réel avec des armes de petit calibre sur une cible statique.

 

Le Vendémiaire devrait faire escale à Sydney en décembre. Il vient d’effectuer une escale en Chine, à Zhanjiang du 27 au 30 octobre.

 

Le chef d’état-major de la marine australienne, le vice-amiral David Johnston, a déclaré : « La conduite de ces exercices est une part importante de la construction de bonnes relations. Le Vendémiaire est bien connu dans notre région, l’occasion de s’entraîner avec lui est toujours bénéfique. »

 

Référence : MarineLink (Etats-Unis)

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 17:35
photo USAF

photo USAF

 

07 November, 2015 by James Drew - FG

 

Dubai   - Australia still hopes to acquire an armed, long-range unmanned air vehicle in a similar class to the General Atomics Aeronautical Systems MQ-9 Reaper, but moving forward with a “recommended project” depends on the outcome of a pending force structure review.

 

That review, the Defence White Paper, takes into consideration the Royal Australian Air Force’s (RAAF) request for a medium-altitude, long-endurance (MALE) UAV, but is awaiting examination and release by the country’s new prime minister Malcolm Turnbull.

Read more

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 07:20
Le ministre américain de la Défense met en garde contre un conflit en mer de Chine méridionale

Sec of Defense Ashton Carter photo R. Reagan Foundation

 

08 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Simi Valley (Etats-Unis) - Les Etats-Unis sont profondément inquiets d'un risque de conflit en mer de Chine méridionale en raison des revendications territoriales de plusieurs Etats, à commencer par la Chine, a déclaré samedi le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter.

 

Le ministre a également affirmé que Washington adaptait sa posture opérationnelle pour contrer toute agression russe, au cours d'un forum sur les questions de défense au sein de la bibliothèque présidentielle Ronald Reagan située à Simi Valley, en Californie.

 

S'exprimant au terme d'une tournée de huit jours, qui l'a vu rencontrer plusieurs homologues de la région Asie-Pacifique, M. Carter a déclaré que les profondes inquiétudes des Etats-Unis concernant le rythme et la portée des revendications territoriales en mer de Chine méridionale étaient largement partagées dans la région.

 

Ce haut responsable américain s'est dit préoccupé par les perspectives de militarisation accrue, ainsi que par le potentiel qu'ont ces activités d'accroître le risque de mauvais calculs ou de conflit entre les Etats ayant des revendications.

 

La Chine proclame sa souveraineté sur la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, dont certaines zones sont également revendiquées par le Vietnam, la Malaisie, les Philippines et le sultanat de Brunei.

 

Les Etats-Unis ont provoqué le mécontentement de la Chine en faisant croiser le 28 octobre un destroyer américain près d'îlots artificiels mis en place par Pékin dans l'archipel des Spratleys.

 

Le forum Reagan sur la défense nationale réunit chaque année des dizaines de personnalités de la défense des Etats-Unis, y compris des responsables politiques des deux camps, afin d'évoquer la politique américaine dans ce domaine.

 

M. Carter a utilisé cette plateforme pour s'en prendre aux manoeuvres militaires de la Russie.

 

En mer, dans les airs, dans l'espace et dans le cyberespace, les acteurs russes se sont engagés dans des activités provocatrices, a-t-il estimé.

 

Et, plus perturbant, les rodomontades russes autour du nucléaire posent question, selon lui.

 

Nous mettons à jour et perfectionnons nos plans de dissuasion et de défense compte tenu du changement de comportement de la Russie, a dit le chef du Pentagone.

 

Nous adaptons notre posture opérationnelle et nos plans d'urgence dans le travail que nous faisons - nous-mêmes et avec nos alliés - pour dissuader la Russie d'une agression, et pour contribuer à réduire la vulnérabilité de nos alliés et de nos partenaires, a-t-il encore affirmé.

 

M. Carter a précisé que Washington modernisait son arsenal nucléaire et investissait dans des moyens de haute technologie comme les drones, les bombardiers à long rayon d'action, les lasers, les canons électro-magnétiques et la guerre électronique.

 

Il a fait allusion à de nouveaux moyens militaires surprenants, ajoutant qu'il ne pouvait pas vraiment les décrire maintenant.

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 17:35
Artillery: South Korea Does What The Americans Cannot

 

November 3, 2015: Strategy Page

 

South Korea recently sold a hundred of its locally designed and made K9 155mm self-propelled howitzers to India for about $7.5 million each. South Korea has already sold 350 K9s to Turkey and 120 to Poland. While superficially similar to the American M109 the K9 is a heaver (46 tons versus 28 for the M109), carries more ammo and has twice the range (up to 56 kilometers in part because of a barrel that is a third longer). There is more automation on the K9, so it has a crew of five versus six on the M-109. South Korea thus joins Germany in their effort to build a suitable replacement for the elderly M109 design. To get the Indian sale South Korea had to agree to have the K9s assembled in India from South Korean components. This sale gives South Korea an edge in obtaining an even larger contract to supply India with several thousand towed 155mm howitzers. Because of corruption and political problems the Indian Army has not been able to buy any new artillery since the 1980s. The chief competitor for the Indian contract was Russia which offered its similar 42 ton 2S19. The K-9 won on the basis of technical capabilities, field tests and a South Korean reputation for quality and reliability.

 

The K9 and 2S19 are examples of the kind of system the United States sought to build to replace its 1960s era M109. The United States sought to build the 56 ton Crusader to replace the M109s. Crusader was very similar to the K9 but was too complex and expensive and the heavier weight was seen as a disadvantage for a country that has to ship its armored vehicles overseas to use them. For South Korea, Turkey and Poland that is not a problem and more heft (and protection for the crew) is an advantage.

 

One American innovation K9 users will probably adopt is the GPS guided Excalibur shell. This smart shell entered service in 2008 and changed everything. Excalibur has worked very well in combat, and this is radically changing the way artillery operates. Excalibur means 80-90 percent less ammo has to be fired to destroy a target and this results in less wear and tear on SP artillery, less time needed for maintenance, and less time spent replenishing ammo supplies and more time being ready for action.

 

Because of Excalibur (and other precision munitions) since 2001 operations in Iraq and Afghanistan provided very little work for the M109. The lighter, towed, M777 has proved more useful, especially when using the Excalibur shell. Currently, the army plans to keep newly upgraded versions of the M109 around until 2050. The army plans to acquire at least 551 upgraded M-109s by 2027, reflecting the impact of the Excalibur shell, and the number of older M109s that are still fit for service. The M109 was a solid design, which is pretty clear from how difficult it's been to come up with a replacement. So, in the end, the army replaced the M109 with another M109 upgrade and is still seeking a replacement for that.

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 13:35
Les trois bâtiments en formation photo Marine nationale

Les trois bâtiments en formation photo Marine nationale

 

06/11/2015 Sources : Marine nationale

 

À l’issue de son escale à Cherbourg du 27 au 30 octobre 2015, le groupe école coréen a effectué un entraînement mutuel à la mer avec le patrouilleur Flamant en patrouille. Cette rencontre, peu banale pour l’équipage du Flamant était l’occasion de concrétiser en mer les rapports entretenus à quai avec les marins du groupe école au cours de leur escale.

 

Composé de la frégate Kang Gam Chan et du pétrolier ravitailleur Dae Cheong, le groupe école coréen a profité de ce « passex » pour entraîner une partie des 140 officiers-élèves présents à bord aux évolutions tactiques et aux procédures phonie en compagnie du Flamant. Après deux heures d’évolution et de chassestrès formatrices pour les chefs de quart du Flamantcompte-tenu de l’écart de tonnage important entre les unités, les coréens ont rendu un ultime salut à la France en se mettant au poste de bande.

 

Après une manœuvre d’adieu immortalisée par l’EC225 du détachement 32Fde Maupertus, le groupe-école a ensuite mis le cap sur Rotterdam pour poursuivre son tour du monde.

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:35
Op HERRICK (Afghanistan) Aircraft Statistics

 

Date: by
 

Defence Statistics and the Air Warfare Centre released a statistics bulletin covering Aircraft sorties, hours and weapons released for Operation HERRICK, Afghanistan.

It makes for some fascinating reading but it is worth repeating pointing to Page 16 before starting, the section on making like for like comparisons or drawing conclusions from bare data.

So, click here to read, but skip to Page 16 first.

Read more

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 12:35
Light attack Helicopter (LAH), programme co-développé et co-produit par KAI et Airbus Helicopters

Light attack Helicopter (LAH), programme co-développé et co-produit par KAI et Airbus Helicopters

 

04/11/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Airbus Helicopters et Korean Aerospace Industries (KAI) se sont mis d'accord pour commercialiser à l'export le futur programme civil et militaire LCH/LAH. Un potentiel de ventes d'au moins 600 appareils.

 

Et un dossier quasi-bouclé pour le vice-président d'Airbus Helicopters pour l'Asie du Nord, Norbert Ducrot. Le sud-coréen KAI (Korean Aerospace Industries) et le constructeur de Marignane ont signé mercredi à l'occasion de la visite de François Hollande à Séoul, "un protocole d'accord pour commercialiser" sur le marché mondial les futurs hélicoptères civils (Light Civil Helicopter) et militaires (Light Armed Helicopter), des appareils co-développés à partir du Dauphin (H155) et co-produits. Ce MoU (Memorandum of Understanding) inclut aussi les services après-ventes et le soutien complet des appareils. Ce qui va permettre à Airbus Helicopters de rester implanter au moins 30 ans en Corée du Sud.

"La Corée est l'un des plus importants clients internationaux d'Airbus Helicopters. Avec ce protocole d'accord, nous allons construire une relation forte et mutuellement bénéfique avec KAI pour commercialiser conjointement la LCH / LAH dans le monde entier", a expliqué Norbert Ducrot, cité dans le communiqué. "En plus de cela, nous allons coopérer pour fournir un soutien et des services pour plus de 500 hélicoptères fabriqués localement, ce qui apportera des avantages énormes aux deux partenaires, KAI et Airbus Helicopters pour les 20 à 30 prochaines années".

KAI et Airbus Helicopters devraient créer une société commune pour commercialiser les deux appareils. Des groupes de travail ont été formés pour définir les participations des deux partenaires, notamment. Avec le Surion, un hélicoptère de transport également développé en commun à partir de 2005 avec KAI, le constructeur de Marignane va générer un volume très important de chiffre d'affaires pour le support et les services après-vente d'environ 500 appareils fabriqués en Corée du Sud.

 

Un potentiel à l'export

Airbus Helicopters estime le potentiel de vente mondiale du LCH et LAH a au moins de 600 appareils sur les 20 ans à venir. Ce qui pourrait représenter pour le constructeur un chiffre d'affaires de plusieurs milliards d'euros, y compris dans le support et les services après-ventes. Des hélicoptères qui pourraient être proposés à l'export à des prix compris entre 15 et 20 millions de dollars par LCH et entre 20 et 25 millions par LAH, un appareil de 5 tonnes qui n'est pas aujourd'hui dans la gamme d'Airbus Helicopters... et qui ne concurrence pas le Tigre.

Un bémol cependant, le Surion, qui est un vrai succès industriel et opérationnel, n'a pas encore été vendu à l'export. "Le Surion a un vrai potentiel à l'export", avait-on expliqué en octobre à Séoul à La Tribune. Soit plusieurs centaines d'appareils... sans plus de précision. Pour autant, KAI n'avait pas présenté le Surion sur le salon aéronautique de Séoul (ADEX) en vue de le promouvoir auprès de clients internationaux. Pour cet appareil, la Corée du Sud prévoit d'exporter 200 à 400 unités sur trente ans et anticipe la création de 20.000 emplois locaux.

 

Une success-story en Corée

Depuis dix ans, Airbus Helicopters a réussi une remarquable percée en Corée du Sud en gagnant avec KAI deux des trois compétitions majeures lancées par le ministère de la Défense sud-coréen (Surion et LAH). A terme, les deux industriels vont fournir à Séoul environ 80% de sa flotte militaire. Ce qui est une performance remarquable dans un pays où les Américains sont fortement implantés.

La division hélicoptères d'Airbus Group détient en valeur 50% du programme LCH et 20% du LAH. Sur un programme de 10 milliards de dollars, Airbus Helicopters devrait réaliser un chiffre d'affaires de l'ordre de 2 milliards pour environ 300 appareils, hors exportation. Le constructeur devrait gonfler son chiffre d'affaires de 3,5 milliards sur les 9 milliards de dollars estimés au total pour le support.

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 08:35
Green Berets Train With Indian Counter-Terror Commandos
 

November 3, 2015 - War is Boring

 

U.S. Special Forces troops are in India wrapping up their first exercise with the country’s elite anti-terror commandos. Exercise Balanced Iroquois paired up American Green Berets and members of the Indian National Security Guard’s 51st Special Action Group for three weeks.

American elite troops already train with the Indian Army commandos as part of the annual Exercise Vajra Prahar, and regular troops from both countries train together during the annual Yudh Abhyas. But the recent partnership with the NSG is a sign of growing ties between the two nations in the realm of counter terror.

Read more

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 08:35
Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou - photo Sputnik

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou - photo Sputnik

 

02.11.2015 sputniknews.com

 

Selon le ministre russe de la Défense, les deux pays sont passés de relations vendeur - acheteur à un partenariat étroit.

 

La Russie sera et reste actuellement le partenaire principal de l'Inde dans le domaine de la défense, a indiqué lundi le ministre indien de la Défense Manohar Parrikar lors de la réunion de la Commission intergouvernementale russo-indienne de coopération militaro-technique à Moscou.

 

"L'Inde a proposé aux producteurs russes de prendre part au programme militaire technique +Fabriqué en Inde+ et a élaboré une série de mesures pour cela", a déclaré M. Parrikar.

 

De son côté, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a noté que la Russie et l'Inde sont passées au partenariat étroit.

 

"Notre coopération est effectivement passée de relations vendeur — acheteur à un partenariat mutuellement avantageux. Dans l’avenir, il est prévu la création d'un avion de transport multi-rôles, d'un chasseur de cinquième génération et une série de projets dans le domaine naval", a fait savoir M. Choïgou.

 

De même, selon lui, "la position renforcée de nos Etats a une influence stabilisatrice sur la situation internationale. L'année dernière, nous avons mené des exercices conjoints dans les trois branches des forces armées. En novembre et décembre 2015, la Russie et l'Inde comptent organiser une manœuvre antiterroriste et des exercices navals qui auront lieu en Inde".

 

"A l'issue de la réunion de la Commission, un accord d’intentions en matière de développement des relations bilatérales entre la Russie et l'Inde dans le domaine militaro-technique a été signé", ont déclaré les représentants du service de presse du ministère russe de la Défense aux journalistes.

 

Le ministre indien de la Défense a également exprimé ses condoléances à la Russie suite au crash de l'avion russe Airbus A321 survenu samedi dans le Sinaï.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 17:35
C-17A Globemaster - photo Australia MoD

C-17A Globemaster - photo Australia MoD

 

Nov 4, 2015 ASDNews Source : MoD Australia

 

The Royal Australian Air Force has officially welcomed its newest aircraft into service at RAAF Base Amberley today. The acquisition of two additional Boeing C-17A Globemaster III aircraft, and associated equipment and facilities, is a $1 billion investment in Australia’s ability to provide vital heavy airlift to a range of global military operations.”With extraordinary lift and range, the C-17A Globemaster is an integral part of the Australian Defence Force’s airlift capability. It allows Australia to rapidly deploy troops, combat equipment, tanks, helicopters and humanitarian resources worldwide,” Minister Brough said.

Read more

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 17:35
USS Ronald Reagan (CVN 76) steams alongside the Republic of Korea Navy destroyer Sejong the Great (DDG 991) - photo US Navy

USS Ronald Reagan (CVN 76) steams alongside the Republic of Korea Navy destroyer Sejong the Great (DDG 991) - photo US Navy


04.11.2015 Portail des Sous-Marins
 

Le mois dernier, un sous-marin d’attaque chinois se serait approché du porte-avions américain USS Ronald Reagan, au sud du Japon, selon des responsables US de la défense.

Le sous-marin chinois a navigué très près du Reagan pendant le weekend du 24 octobre, indiquent des responsables américains. L’incident s’est produit alors que le Ronald Reagan se dirigeait vers la mer du Japon en contournant l’extrémité sud du Japon.

Quelques jours plus tard, le Ronald Reagan a été survolé par 2 bombardiers russes Tu-142, à une altitude de 500 pieds et à une distance de moins d’un nautique. Des chasseurs de l’US Navy ont décollé pour écarter les bombardiers russes.

Quelques jours plus tard, un destroyer américain, l’USS Lassen, naviguait à proximité d’une île revendiquée par la Chine en mer de Chine du Sud.

Cette affaire est dévoilée au moment où l’amiral Harry Harris, commandant des forces américaines dans le Pacifique, se rendait en Chine pour la première fois.

Aucun détail supplémentaire — type du sous-marin impliqué, a-t-il fait surface ou est-il resté en plongée, à quelle distance s’est-il approché du porte-avions — n’a été diffusé.

Un responsable a expliqué que la détection du sous-marin a déclenché les sirènes d’alarme sur le Reagan, mais il ne pouvait indiquer si un appareil de lutte ASM a été envoyé pour localiser et pister le sous-marin.

Cet incident rappelle le pistage en 2006 du porte-avions USS Kitty Hawk.

Un sous-marin de la classe Song avait fait surface le 26 octobre 2006 à portée de torpille du Kitty Hawk. Cet incident avait aussi été révélé lors d’une visite en Chine du commandant de la flotte du Pacifique, l’amiral Gary Roughead.

On ignore si le sous-marin chinois a respecté les règles de sécurité mises au point dans un accord destiné à prévenir les collisions en mer.

 

Référence : Washington Free Beacon (Etats-Unis)

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:35
Secretary of Defense Ash Carter departs the 47th annual U.S. - Korea Security Consultative Meeting in Seoul, Republic of Korea Nov. 2, 2015

Secretary of Defense Ash Carter departs the 47th annual U.S. - Korea Security Consultative Meeting in Seoul, Republic of Korea Nov. 2, 2015

 

Nov 2, 2015 By Thomas WATKINS Spacewar.com (AFP)

 

Seoul - US Defence Secretary Ashton Carter and his South Korean counterpart vowed zero tolerance Monday for any North Korean provocations and agreed to strengthen combined defences against the myriad threats posed by Pyongyang.

Carter met Han Min-Koo in Seoul during an annual security meeting for the two allies to assess their military cooperation.

Carter told reporters they "spoke candidly" about nuclear weapons, ballistic missiles, cyber- and conventional military threats from North Korea, which they described as a risk to peace and security well beyond the Korean peninsula.

"The minister and the secretary reaffirmed that any North Korean aggression or military provocation is not to be tolerated," according to a joint statement after their talks.

They specifically voiced "grave concern" over strong hints from North Korea that it is preparing a long-range rocket launch in violation of US resolutions.

In a widely expected move, the defence chiefs signed an agreement that defines conditions for a transfer of control over the South Korean military from the United States to Seoul in time of war.

South Korea had been scheduled to take wartime control, known as OPCON, by next year. But now the transfer is based on various conditions being met and not on a particular timeline.

North Korea's hostile rhetoric, rocket tests and unpredictable behaviour in recent years has prompted calls to postpone the transfer. The two nations agreed in principle last year to this "conditions-based" approach.

 

- Wartime command -

Carter said the main conditions Seoul must meet are the further development of its intelligence capabilities and its counter-artillery powers.

"If we look at global trends in terms of national security, many countries in the world conduct self-defence in the form of cooperation with regional and local partners," Han said when asked why South Korea -- despite its major economic and political clout -- still was not ready to take control of its own military.

The defence chiefs also agreed to strengthen their capacity to deal with cyber attacks.

South Korea, one of the world's most wired nations, has blamed North Korean hackers for a series of cyber-attacks on military institutions, banks, government agencies, TV broadcasters and media websites in recent years.

"We see the North Korean military challenge as continuing to evolve and becoming more complex and more challenging," a senior US defence official said after the meeting, speaking on condition of anonymity.

"Kim Jung-Un's regime has demonstrated a willingness to act provocatively, to use violence, to use force in ways that threaten the stability of the region."

Echoing comments Carter made about the strength of the US-South Korea alliance, the official said ties were at a high point.

"Ten years ago, there were serious disagreements between the two sides on some fundamental issues about the nature of the regime in North Korea," he said.

"The major issues in the alliance now ... are fairly narrow issues about technology transfer and hypothetical contingency situations. We've come a long way."

Carter's visit to South Korea was his first international stop on an eight-day trip to the Asia-Pacific.

He will meet leaders from more than a dozen nations across East and South Asia. Officially, his mission is intended to help push the next phase of America's foreign policy "rebalance" to the region.

A key theme of the trip is likely to be China's construction of artificial islands in the South China Sea and its claims of sovereignty over almost the entire waterway.

The defence chiefs were asked about the issue during a news conference, with Han stressing that any conflict should be resolved "in the framework of international law".

Carter said Sunday the issue was leading many countries in the region "to want to intensify their security cooperation with the United States".

After the meeting in Seoul, Carter left for an Association of Southeast Asian Nations defence ministers' meeting in Kuala Lumpur.

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 17:35
ROKS Kang Gam Chan - photo Marine Nationale

ROKS Kang Gam Chan - photo Marine Nationale

 

2 Novembre 2015 Sources : Marine nationale

 

Du 27 au 30 octobre 2015, le port militaire de Cherbourg a accueilli deux bâtiments de la marine coréenne qui composent la 62eme campagne de formation des 144 cadets du groupe école sud-coréen d’application des officiers élèves.

 

Le destroyer Kang Gam Chan et le pétrolier ravitailleur Dae Chung sont partis depuis le 26 août pour un tour du monde en 131 jours avec 630 marins. Il s’agit d’une escale particulièrement symbolique puisque on célèbre en 2015 le 130èmeanniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Corée mais également le 70eme anniversaire de l’Indépendance de la Corée du Sud.

 

Mercredi, marins et cadets du groupe école de la marine coréenne ont offert à la population cherbourgeoise un spectacle dans le centre-ville. Dès 11h30, 200 marins coréens accompagnés de leur orchestre militaire ont défilé dans les rues piétonnes. L’après-midi, plusieurs centaines de personnes se sont déplacées sur la place centrale du centre-ville pour venir apprécier un spectacle mêlant la culture et les traditions coréennes. Le public a pu y découvrir le samulnori, une musique coréenne à percussion traditionnelle composée de 4 instruments, suivie d’une parade de la garde d’honneur et d’une démonstration de Taekwondo. L’orchestre militaire a clôturé le spectacle en produisant un concert où musiques coréennes et françaises ont été interprétées à la perfection.

 

Le 28 octobre, le contre-amiral Kim Jong-sam, commandant du groupe école a organisé une réception en présence de Son Excellence Monsieur Chui-min MO, ambassadeur de la république de Corée en France, et du vice-amiral d’escadre Pascal Ausseur, préfet maritime. Cette rencontre a été l’occasion de renforcer l’amitié franco-coréenne et d’honorer les anciens combattants français de la guerre de Corée.

 

Cette escale aura également permis de renforcer les liens opérationnels avec la marine coréenne notamment lors d’un entrainement à la mer (PASSEX) avec le patrouilleur de service public Flamant et l’hélicoptère EC-225 de la 32F au large de Cherbourg.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories