Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 17:55
Contribuer à la politique de formation de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP)


source BSPP
 

Grande unité de l’armée de Terre mise à la disposition du préfet de police pour emploi, la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) est chargée d'assurer la protection des personnes et des biens dans Paris et dans trois départements de la petite couronne : Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne.

 

La couverture opérationnelle est assurée par 77 centres de secours : 25 dans Paris et 52 dans la petite couronne.

 

Mis en œuvre par la BSPP, le programme « Jeunes sapeurs-pompiers de Paris » (JSPP) est une formation ouverte à tous les jeunes franciliens âgés de 14 à 16 ans désirant éventuellement s’orienter vers une carrière dans les métiers de la sécurité. Cette formation de plus de 400 heures s’étend sur un cycle de 3 ans. Les activités sont programmées le samedi après-midi ou, plus rarement, durant certaines vacances scolaires.

 

Le programme se déroule en 3 phases :

 

. Environ 450  jeunes adolescents effectuent chaque année scolaire une semaine de découverte au sein de la BSPP.

. Après sélection, 80 à 90 jeunes, intègrent le dispositif JSPP (30 samedis après-midi par an sur 2 ans).

. Les JSPP ayant obtenu le brevet national JSP et désirant obtenir une validation professionnelle (habilitation travaux électriques, PSE1 et 2, SSIAP1, SST et IMP 1) suivent un cursus de formation durant une année supplémentaire.

 

Le programme JSPP est à la fois un puissant outil de formation, mais également  d’intégration.

 

Les activités JSPP se déroulent sous l’égide d’une section spécifique de l’Association sportive et artistique des sapeurs-pompiers de Paris (ASASPP). Ces activités sont uniquement financées par des dons privés. Depuis le 14 décembre 2013, le caractère qualifiant du programme JSPP est reconnu par l’Etat et le dispositif est éligible à la taxe d’apprentissage.

 

Votre entreprise peut elle aussi contribuer au succès de ce dispositif en faisant un don, mais également en versant sa taxe d’apprentissage à l’Association Sportive et Artistique des Sapeurs-Pompiers de Paris.

 

Pour télécharger la plaquette de présentation JSPP : LIEN

 

Contact : cadets@pompiersparis.fr

 

Pour en savoir plus sur Facebook : LIEN

Repost 0
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 11:45
photo 31e RG / Armée de Terre

photo 31e RG / Armée de Terre


31/01/2016 Armée de Terre

 

Une dizaine de Dragons de la 2e compagnie de combat du génie du 31e régiment du génie (31e RG) a effectué une formation de fouille opérationnelle complémentaire (FOC) du 12 au 14 janvier 2016.  

 

Formés par leurs chefs de groupe, ils ont profité du matériel et des locaux du pôle interarmées munitions et explosifs (PIAM) pour travailler principalement la fouille de zone et le prélèvement des ressources, en vue de leur projection en République de Côte d’Ivoire puis en bande sahélo-saharienne. 

Cette formation nécessite la participation de chaque membre du groupe. Chacun est ainsi en mesure de prendre des photos, de fouiller un point particulier comme des caches d’armes, de prélever les ressources sans les polluer, avec son binôme, en autonomie. Malgré un délai restreint, les Dragons ont su adapter leur formation en fonction des retours d’expérience de l'opération BARKHANE, en travaillant avec des ressources retrouvées au Sahel, ainsi que sur des mises en situation réelle. 

Cette formation marque le début de la préparation opérationnelle pour la Côte d'Ivoire.

Repost 0
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 08:55
Entrée des cercueils sur la place d'arme Photo Didier B. / Armée deTerre

Entrée des cercueils sur la place d'arme Photo Didier B. / Armée deTerre


26/01/2016 Armée de Terre

 

« Nous sommes rassemblés ici pour rendre hommage à vos camarades de cordée, vos frères légionnaires qui ont perdu la vie, et pour les accompagner vers leur dernière demeure. » C’est en ces mots que le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, a entamé l’ordre du jour lors de la cérémonie d’hommage funèbre qui s’est tenue ce matin en l’honneur des légionnaires décédés à la suite d’une avalanche à Valfréjus alors qu’ils effectuaient un entraînement en montagne.

 

Les 6 militaires ont en effet trouvé la mort « dans la vallée de la Maurienne […], cet univers à la fois rude et grandiose, sur ces hauteurs sauvages si chères aux soldats de la 27e brigade d’infanterie de montagne, sur cette terre française qu’ils avaient choisi de défendre en coiffant le képi blanc.Ils avaient « tous en commun d’avoir frappé un jour à la porte de la Légion étrangère. [Ils étaient] devenus membres de cette nouvelle famille, dans laquelle il n’existe ni nationalité, ni race, ni religion. [Ils sont] aujourd’hui recouverts du même drapeau, celui d’un pays auquel [ils ont] tout donné sous la grenade à sept flammes. »

Aujourd’hui, l’armée de Terre toute entière rend hommage à ses camarades qui ont « rejoint les neuf cadres et légionnaires de [leur] régiment tombés au champ d’honneur ou à l’entraînement ».La cérémonie militaire, présidée par le CEMAT, a débuté à 10h30 en présence de nombreuses autorités civiles et militaires. Elle s’est déroulée au 2e régiment étranger de génie (2e REG) à Saint-Christol d’Albion (84).

 

Consultez l’ordre du jour prononcé par le CEMAT 

 

Retrouvez les biographies de nos 6 militaires décédés dans l’accomplissement de leur mission.

Repost 0
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 08:25
photo EMA

photo EMA

 

25/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Depuis le 22 juin 2015, l’adjudant Sylvain est affecté à l’état-major interarmées des Forces armées aux Antilles (FAA) en tant qu’adjoint au chef des opérations terrestres (J3 Terre) du centre des opérations.

 

L’adjudant Sylvain a passé 17 années au sein d’unités opérationnelles, telles que le 17e régiment du génie parachutiste ou le 19e régiment du génie, ainsi que sur les théâtres d’opération.

 

Aujourd’hui affecté au centre des opérations, il met à profit sa connaissance du terrain en amont de l’action. « Cette affectation me permet d’avoir une vision globale des opérations. Quand on est sur le terrain, on reçoit les ordres du centre des opérations. Aujourd’hui, je suis de l’autre côté du miroir et je vois comment les ordres sont préparés ».

 

En tant qu’adjoint au J3 Terre, l’adjudant Sylvain participe également à la programmation des activités dans le cadre de la préparation opérationnelle des FAA. Il travaille en étroite collaboration avec le 33e régiment d’infanterie de Marine, mais pas seulement. « Je dois récupérer la planification des activités de toutes les unités des FAA puis coordonner et organiser les choses afin que tous aient les moyens matériels et humains adéquats au moment opportun pour chacun ».

 

Une fois la programmation actée, vient le temps de l’entraînement en lui-même. « Lors des exercices, comme Cyclonex qui est un entraînement au commandement et à l’alerte du personnel des forces armées face aux risques de catastrophe naturelle, mon rôle est de suivre le déplacement des troupes sur les cartes et de tenir à jour la cartographie au profit des autorités en charge de prendre les décisions sur la suite des opérations ».

 

Après 17 ans de carrière, l’adjudant Sylvain confie avoir acquis une certaine « ouverture d’esprit ». « Ce que la vie de militaire m’a apporté, c’est avant tout de retenir le meilleur des expériences que l’on peut vivre. En Guyane en 2005, lors de la mission Harpie de lutte contre l’orpaillage illégal, j’ai particulièrement apprécié l’instruction qui nous a été délivré dans les domaines de la topographie et des transmissions. Si aujourd’hui je n’exploite pas forcément ces compétences dans mon quotidien, j’ai néanmoins ces enjeux, leurs contraintes et leurs plus-values en tête quand je fais de la programmation d’activités ».

 

« La deuxième chose importante que j’ai réalisé en étant dans l’armée, c’est la grande polyvalence et la pluralité de métiers que l’on a la chance d’exercer au sein d’une carrière ». En effet, en plus d’être adjoint au J3 Terre, l’adjudant Sylvain fait partie du Groupe régional d’intervention de neutralisation, enlèvement et destruction d’explosifs (GRIN) des FAA. Une casquette qu’il affectionne car elle lui permet de rester actif dans le milieu du déminage. « C’est un milieu exigeant qui nécessite de garder un esprit vif, désireux de découvrir et d’en apprendre toujours ». Après de nombreux stages de formation qui cumulés, équivalent à trois années au centre de formation de l’échelon central NEDEX-EOD, l’adjudant Sylvain. a obtenu le brevet d’intervention sur munitions spéciales (biological and chemical munition disposal –au standard OTAN). Mais ce diplôme ne suffit pas si l’on n’entretient pas ses connaissances. « Il faut se mettre constamment à jour par rapport aux évolutions des explosifs et techniques de déminage ».

 

Aux Antilles, le GRIN est particulièrement sollicité. Dans le cadre d’un protocole signé avec la préfecture de la Martinique, le GRIN des Antilles est le seul service à détenir des capacités de reconnaissance d'engins non identifiés et des capacités d'intervention sur les munitions et explosifs conventionnels ainsi que les engins explosifs improvisés. En moyenne, ils interviennent une quinzaine de fois par an, en tout temps et tout lieu, qu’il s’agisse d’emprises militaires mais également de sites civiles difficiles d’accès ou d’embarcations.

photo EMA

photo EMA

Repost 0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 17:56
Cérémonie d’hommages aux Légionnaires du 2e REG décédés le 18 janvier 2016 en Savoie


25/01/2016 Armée de Terre

 

Une cérémonie d’hommage funèbre se tiendra demain, mardi 26 janvier 2016, en l’honneur des légionnaires décédés à la suite d’une avalanche à Valfréjus alors qu’ils effectuaient un entraînement en montagne.

 

Cette cérémonie militaire, présidée par le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), le général d’armée Jean-Pierre Bosser et en présence de nombreuses autorités civiles et militaires, se déroulera au 2e régiment étranger de génie, quartier Maréchal Kœnig, à Saint-Christol d’Albion (84). Elle débutera à 10h30.

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 08:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

20/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Du 15 au 26 janvier 2016, l’équipe EOD (Explosive Ordnance Disposal) de la Force Commander Reserve (FCR) a conduit deux entraînements conjoints avec une vingtaine de sapeurs spécialistes génie et EOD des forces armées libanaises.

 

L’équipe EOD – en français « Neutralisation, enlèvement et destruction des explosifs » (NEDEX) – a partagé avec les militaires libanais ses connaissances techniques en matière d’investigation, de sécurisation de munitions et de dépollution de zone, ainsi que les techniques de neutralisation d’engins explosifs improvisés (IED).

 

Les spécialistes français ont axé leurs échanges sur les méthodes d’intervention sur les IED et leur neutralisation. Ils ont ainsi été conduits des exercices de destruction de colis piégés dans le cas fictif d’une alerte à la bombe, de neutralisation d’une munition non-explosée et de dépollution d’une zone.

 

En parallèle, d’autres situations ont été étudiées par les stagiaires libanais comme l’investigation, la prise de vue et leur analyse sur une zone de départ de roquettes. Les protocoles de déshabillage sur les tenues imposantes et spécifiques des EOD en cas d’incident grave ont également été présentés et mis en pratique, en coordination avec les équipes médicales de la FCR.

 

En alerte permanente, l’équipe EOD de la FCR a pour mission d’intervenir au profit des forces françaises, aussi bien sur les emprises militaires françaises qu’au cours de missions particulières. En outre, elle peut être amenée à intervenir à l’ambassade de France au Liban ou sur les navires français accostant en territoire libanais.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force 448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 17:55
photo 2e REG - Armée de Terre

photo 2e REG - Armée de Terre

 

19/01/2016 Armée de Terre

 

Le 18 janvier 2016 vers 14h00, lors d’une activité d’entraînement dans la zone d’exercice du groupe d’aguerrissement en montagne (GAM de Modane) dans la région de Valfréjus (Savoie), un détachement de cadres et légionnaires (51 soldats) appartenant au 2e REG (3e compagnie) de Saint-Christol a été emporté par une avalanche alors qu’il progressait à ski de randonnée en direction du col du Petit Argentier.

Le bilan actuel est de 14 victimes : 5 sont décédées, 9 autres ont été blessées dont 2 se trouvent dans un état grave. L’armée de Terre est en deuil et nous rendons hommage à nos camarades décédés dans l’accomplissement de leur mission et soutenons nos blessés. Nous nous associons à la douleur des familles et des proches et les assurons de notre compassion et de notre accompagnement.

 

Les raisons de cette avalanche sont pour le moment inconnues. Une enquête est diligentée par monsieur Jean-Pascal Violet, procureur de la République près le parquet d’Albertville, pour déterminer les circonstances exactes de l’accident. Nous collaborons pleinement avec les autorités judiciaires et resterons factuel de façon à ne pas interférer dans l’enquête en cours.

La montagne est un milieu dur, exigeant où les conditions naturelles sont toujours changeantes. Le risque zéro n’existe pas, quel que soit le milieu auquel nous sommes confrontés. Nous en sommes conscients et au quotidien, dans l’exercice de notre métier, nous prenons  toutes les mesures pour atténuer ces risques.

 

Caporal Touré LAMARANA

Agé de 33 ans, le caporal Touré LAMARANA (né à Madagascar, naturalisé français par décret) avait rejoint les rangs de la Légion étrangère il y a un peu plus de 7 ans.
Souscrivant un premier contrat de 5 ans le 24 avril 2008, il effectue sa formation initiale au 4erégiment étranger (4e RE) de Castelnaudary où il se fait remarquer d’emblée par sa forte motivation. Il
choisit alors d’intégrer le 1er régiment étranger de génie (1er REG) de Laudun le 4 septembre 2008. Dès son arrivé au régiment, il montre de réelles qualités de soldat et confirme son efficacité en
obtenant de bons résultats lors des stages de formation initiale à la fonction de sapeur de combat et de démineur. Toujours volontaire et discipliné, il est intéressé par l’instruction. D’humeur constante et animé d’un excellent état d’esprit, il est élevé à la distinction de légionnaire de 1re classe le 1er mai 2009. Appliqué dans sa fonction de sapeur de combat et maitrisant tous les savoir-faire du sapeur d’assaut lors de sa projection en Afghanistan dans le cadre de l’opération PAMIR XXII, il y démontre tout son professionnalisme et réalise un très bon mandat. Il se distingue particulièrement le 29
novembre 2009 lors de l’opération « Ile bleue 4 » où, pris à partie par des insurgés, il riposte avec sa mitrailleuse sur des emplacements adverses clairement identifiés. Pour ces faits, il est cité à l’ordre du régiment le 28 avril 2011.
A son retour en métropole, il s’appuie sur une solide expérience et fournit un travail de qualité tout en étant mature et digne de confiance. C’est naturellement qu’il est désigné pour suivre la formation générale élémentaire ; il est nommé caporal le 1er août 2011.
Il est alors désigné pour effectuer un séjour en Guyane et rejoint le 3e régiment étranger d’infanterie (3e REI) de Kourou le 1er septembre 2013. Pilote expérimenté et efficace sur BV 206 (véhicules articulés-chenillés) et petit véhicule protégé (PVP), montrant d’ores et déjà de réelles facultés d’adaptation, il réalise un excellent séjour.
A son retour en France, il est affecté au 2e régiment étranger de génie (2e REG) de Saint-Christol le 31 juillet 2015. D’emblée, il participe à sa formation initiale de légionnaire de montagne où il fait preuve d’une grande détermination. Apprécié par ses chefs et ses frères d’armes, il est engagé avec sa compagnie pour réaliser une formation d’adaptation montagne hiver dans la région de Modane du 11     u 28 janvier 2016. Le caporal Touré LAMARANA est détenteur de la Croix de la valeur militaire avec étoile de bronze, de la médaille d’argent de la défense nationale avec agrafes « Légion étrangère » et « Mission
d’opérations intérieures », de la médaille commémorative française « Afghanistan » et de la médaille de la reconnaissance de la nation.
Marié sans enfant, le caporal Touré LAMARANA est mortellement blessé dans une avalanche le lundi 18 janvier 2016 après-midi, lors d’un déplacement en montagne programmé effectué dans le cadre d’un entraînement alpin.

>>> Télécharger la biographie du caporal Touré LAMARANA

 

Légionnaire de 1re classe Samuel SIMI 

Agé de 26 ans, le légionnaire de 1re classe Samuel SIMI (né en Italie) avait rejoint les rangs de la Légion étrangère il y a un peu plus de 2 ans.

Souscrivant un premier contrat de 5 ans le 18 juillet 2013, il effectue sa formation initiale au 4e régiment étranger (4e RE) de Castelnaudary où il se fait remarquer d’emblée par son sérieux et son efficacité. Il choisit alors d’intégrer le 2e régiment étranger de génie (2e REG) de Saint-Christol le 4 décembre 2013.
Dès son arrivée au régiment, il se distingue par son remarquable investissement et réussit avec brio les stages de formation initiale à la fonction de sapeur de combat et de démineur. Toujours volontaire et discipliné, il donne entièrement satisfaction dans son emploi et est élevé à la distinction de 1re classe le 1er mai 2014.

En juillet 2014, il est désigné pour effectuer une mission de courte durée à la Réunion où ses qualités de soldat et son ardeur à la tâche sont soulignées par son commandement. Humble, calme et déterminé, il est fier de débuter son apprentissage de légionnaire de montagne et est engagé avec sa compagnie pour réaliser une formation d’adaptation montagne hiver dans la région de Modane du 11 au 28 janvier 2016.

Le légionnaire de 1re classe Samuel SIMI est détenteur de la médaille de bronze de la défense nationale avec agrafe « Légion étrangère » et de la médaille de la protection militaire du territoire au titre de l’opération « Sentinelle ».
Célibataire sans enfant, le légionnaire de 1re classe Samuel SIMI est mortellement bleé dans une avalanche le lundi 18 janvier 2016 après-midi, lors d’un déplacement en montagne programmé effectué dans le cadre d’un entraînement alpin.

>>> Télécharger la biographie du légionnaire de 1re classe Samuel SIMI

 

Légionnaire Denis HALILI

Agé de 21 ans, le légionnaire Denis HALILI (né en Albanie) avait rejoint les rangs de la Légion étrangère il y a six mois.

Souscrivant un premier contrat de 5 ans le 17 juin 2015, il effectue sa formation initiale au 4e régiment étranger (4e RE) de Castelnaudary où il se fait remarquer pour son professionnalisme et ses qualités humaines. Il choisit alors d’intégrer le 2e régiment étranger de génie (2e REG) de Saint-Christol le 29 octobre 2015.

Dès son arrivée au régiment, il fait preuve d’un comportement militaire exemplaire et obtient le diplôme de secouriste au combat de niveau 1. Dynamique et enthousiaste dans l’exercice de son métier, il donne entièrement satisfaction dans son emploi d’opérateur véhicule de l’avant blindé (VAB) génie.

Engagé avec sa compagnie pour réaliser une formation d’adaptation montagne hiver dans la région de Modane du 11 au 28 janvier 2016, le légionnaire Denis HALILI est mortellement blessé dans une avalanche le lundi 18 janvier 2016 après-midi. Il effectuait un déplacement en montagne programmé dans le cadre d’un entraînement alpin. Il était célibataire sans enfant.

>>> Télécharger la biographie du légionnaire Denis HALILI

 

Légionnaire Gheorghe PALADE

Agé de 21 ans, le légionnaire Gheorghe PALADE (né en République moldave) avait rejoint les rangs de la Légion étrangère il y a un peu plus d’un an.

Souscrivant un premier contrat de 5 ans le 16 janvier 2015, il effectue sa formation initiale au 4e régiment étranger (4e RE) de Castelnaudary où il se fait remarquer par sa capacité d’adaptation et sa grande motivation. Il choisit alors d’intégrer le 2e régiment étranger de génie (2e REG) de Saint-Christol le 28 mai 2015.
Dès son arrivée au régiment, il montre de réelles qualités de soldat et confirme sa volonté de progresser en réussissant brillamment les stages de formation initiale à la fonction de sapeur de combat et de démineur. Très motivé, curieux et toujours de bonne humeur, il donne totale satisfaction à son commandement.
Parfaitement intégré dans sa compagnie et maitrisant les savoir-faire du sapeur d’assaut, il montre de belles aptitudes dans le domaine alpin, et c’est tout naturellement qu’il obtient avec brio son brevet d’alpiniste militaire le 2 octobre 2015.
Engagé avec sa compagnie pour réaliser une formation d’adaptation montagne hiver dans la région de Modane du 11 au 28 janvier 2016, le légionnaire Gheorghe PALADE est mortellement blessé dans une avalanche le lundi 18 janvier 2016 après-midi. Il effectuait un entraînement alpin lors d’un déplacement en montagne programmé. Il était célibataire sans enfant.

>>> Télécharger la biographie du légionnaire Gheorghe PALADE

 

Légionnaire Lal Bahadur KHAPANGI

Agé de 24 ans, le légionnaire Lal Bahadur KHAPANGI (né au Népal) avait rejoint les rangs de la Légion étrangère en août 2014.
Souscrivant un premier contrat de 5 ans le 1er août 2014, il effectue sa formation initiale au 4e régiment étranger (4e RE) de Castelnaudary où il se distingue d’emblée pour sa détermination. Il choisit d’intégrer le 2e régiment étranger de génie (2e REG) de Saint-Christol, régiment qu’il rejoint le 10 décembre de la même année.
Dès son arrivée au régiment, il s’investit totalement dans sa formation initiale de sapeur de combat et de démineur. Montrant un intérêt tout particulier pour le domaine du sauvetage, il obtient le diplôme de secouriste au combat de niveau 1. Rustique et motivé, il était engagé avec sa compagnie pour réaliser une formation d’adaptation montagne hiver dans la région de Modane du 11 au 28 janvier.
Célibataire sans enfant, le légionnaire Lal Bahadur KHAPANGI est mortellement blessé dans une avalanche le lundi 18 janvier 2016 après-midi, lors d’un déplacement en montagne programmé effectué dans le cadre d’un entraînement alpin.

>>> Télécharger la biographie du légionnaire Lal Bahadur KHAPANGI

Repost 0
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 12:55
Formez-vous aux gestes de premiers secours avec la BSPP !

 

14/01/2016 Armée de Terre

 

Alerter, masser, défibriller, poser un garrot… connaissez-vous les gestes de premiers secours ? Deux mois après les attentats du 13 novembre, beaucoup de citoyens souhaitent les apprendre. C’est désormais chose possible grâce à la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), unité militaire de l’armée de Terre, qui propose une initiation gratuite chaque samedi à partir du 16 janvier.

 

Avoir les bons réflexes peut parfois sauver une vie. Mais comment agir quand on ne connaît pas la procédure ? Avec la BSPP, formez-vous aux gestes de premiers secours, pour mieux anticiper l'urgence, et savoir réagir. Elle vous accueille dans six de ses casernes (liste disponible en suivant le lien ci-dessous) pour une formation de deux heures.

 

Pour répondre à la demande de nombreux citoyens de mieux se préparer aux situations de crise, en étant notamment formés aux premiers secours, le ministre de l’Intérieur a souhaité la mise en place de la formation #lesgestesquisauvent visant à permettre à chacun d’être acteur en situation de crise, sans pour autant se substituer aux services de secours d’urgence ou aux forces de l’ordre.

 

Distincte de la formation aux Premiers secours civiques de niveau 1 (PSC1), cette initiation non diplômante se compose de deux modules :

 

- un premier consacré aux gestes dans une situation d’exception : dégagement en urgence d’une victime, mise en position d’attente pour les victimes qui le nécessitent, pose d’un garrot ou compression sur une plaie… ;

- un second nommé « alerter – masser – défibriller » dédié à une situation du quotidien : l’arrêt cardiaque. Apprentissage et restitution du geste au cours d’un atelier de pratique dirigée.

 

Vous apprendrez également à donner les bonnes informations aux pompiers, à trier les victimes selon la gravité de leur état… tout ceci au cours d’une formation allant à l’essentiel et mettant les apprentis en situation, comme par exemple le scénario connu le 13 novembre.

 

Inscrivez-vous dès maintenant sur le site de la préfecture de Police de Paris. Les formations sont ouvertes à toute personne majeure.

Formez-vous aux gestes de premiers secours avec la BSPP !
Repost 0
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 08:45
Barkhane : Un laboratoire de génie

 

07/01/2016 Sources : Ministère de la Défense/EMA

 

La lutte contre les engins explosifs improvisés (EEI ou IED en anglais) est partie intégrante de la protection des forces. Spécialité de l’armée de Terre, c’est à Angers que nos militaires sont formés à la lutte contre EEI. Afin d’affuter leurs connaissances techniques dans la lutte contre EEI, un laboratoire d’expertise français a été créé il y a un an. Déployé pour la première fois en opération extérieure en novembre et décembre 2015, il permet aux terriens du génie d’apporter leur expertise à la force Barkhane.

 

Le laboratoire CIEL, Counter-IED Exploitation Laboratory ou laboratoire d’exploitation contre les engins explosifs improvisés, est né de l’expérience européenne en Afghanistan. Composé de quatre spécialistes, équipé d’un matériel d’analyse de haute technologie, léger et transportable, il est conçu pour être déployé très rapidement en cas de besoin sur un théâtre d’opération extérieure.
 Partie intégrante de la protection de la force, la lutte contre les EEI est destinée à garantir et préserver la liberté de mouvement et de manœuvre des troupes sur le terrain.

 

Cette lutte regroupe l’ensemble des activités de nature offensive et défensive menées par les forces pour prévenir cette menace, la traiter et réduire ses effets. 
Déployé au Mali pendant deux mois, ce laboratoire a pu exploiter les éléments collectés par les équipes du génie de l’armée de Terre récemment engagées dans la vallée des Ifoghas, zone particulièrement concernée par la présence de mines et d’engins explosifs improvisés. Chaque militaire spécialiste réalise une recherche dans son domaine d’expertise : chimie, électronique, technique d’investigation criminelle et déminage. Les éléments explosifs en particulier sont ainsi analysés afin de récolter de précieux indices sur leur origine et leur nature.
Selon l’ONU, pour la seule année 2015, pas moins d’une centaine d’incidents mines et engins explosifs improvisés ont été enregistrés au Mali. Après huit semaines de recherches sur une trentaine de cas, qui ont donné lieu à plus de cent cinquante analyses, le laboratoire CIEL a accumulé des renseignements précieux, partagés avec les forces de sécurité maliennes et la MINUSMA, afin de progresser ensemble dans la lutte contre le terrorisme.


 

L’opération Barkhane compte 3 500 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Repost 0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 12:55
Démineur de l’école supérieure d'application du génie (ESAG). - Crédits : SIRPA Terre / ADC O. Dubois

Démineur de l’école supérieure d'application du génie (ESAG). - Crédits : SIRPA Terre / ADC O. Dubois

30.12.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

Voici un article paru lundi dans nos éditions des Pays de Loire. Il concerne le pôle interarmées munitions-explosifs (PIAM), créé en 2011 à Montreuil-Juigné par la fusion de l’échelon central NEDEX de Villacoublay et du centre de lutte contre les engins explosifs improvisés (EEI) de l’école du génie.

Repost 0
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 17:55
Plongeur de combat - photo JR Drahi / Armée de Terre

Plongeur de combat - photo JR Drahi / Armée de Terre

 

11/12/2015 armée de Terre

 

Vous pensiez que le milieu aquatique était l’apanage de la Marine Nationale ? Les plongeurs de combat de l’armée de Terre vous prouvent le contraire ! Alors laissez-vous entraîner par le fond et partez à la découverte des spécificités de ce métier.

 

Renseignement, opérations « commando », guidage d’unité en souterrain, reconnaissance des rivières et des fleuves, travaux subaquatiques… Le spectre de compétences des plongeurs de combat de l’armée de Terre est aussi large que varié. Tous les plongeurs vous le diront, s’immerger dans un lac ou dans une rivière n’a rien à voir avec la mer. C’est pourquoi les plongeurs de combat de l’armée de Terre sont formés à ces techniques spécifiques. Une adaptation indispensable à ce milieu très particulier.

 

L’armée de Terre forme chaque année 24 plongeurs de combat amenés à servir dans les unités du génie ou dans certaines unités très spécifiques. Mais bien qu’emblématique, cette spécialité reste méconnue. Issus de différents régiments de l’armée de Terre, les candidats suivent un stage de 7 mois au sein de l’école de plongée de Saint-Mandrier-sur-Mer, dans le Var. Exigeant, ce stage est la promesse d’un sésame : le prestigieux certificat de plongeur de combat.

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 13:55
Vive Sainte Barbe !

 

04/12/2015 armée de Terre

 

Le saviez-vous ? Aujourd’hui, c’est la fête chez les pompiers, les artilleurs et les sapeurs qui célèbrent Sainte-Barbe, leur patronne. Pourtant, qui connaît la légende de cette sainte ? Voici la vie de Sainte-Barbe.

 

Sainte-Barbe est fort jolie. Elle l’a toujours été. Si bien qu’elle est très courtisée. Mais elle, n’a d’amour que pour Dieu. Ce qui met son père, Dioscore, fort en colère. Refusant tous les plus riches partis, il l’enferme au cachot, au pain sec et à l’eau ! Mais rien n'y fait, bien au contraire. Barbara décide même d’approfondir sa foi chrétienne. Furieux, son père lui tranche la tête. Mais à peine l’a-t-il décapité, qu’un éclair le foudroie sur place.

 

Depuis, Sainte-Barbe est invoquée contre la foudre. Elle devient très vite la patronne des arquebusiers puis des canonniers, et de tous ceux qui manient le feu et les explosifs. Les artilleurs contemporains de même que les artificiers, les sapeurs du Génie et les pompiers, s’inscrivent dans cette tradition. Fêtée le 4 décembre, Sainte-Barbe est aujourd’hui synonyme de rassemblement et de cohésion.

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 08:55
La Sainte-Barbe

En 1979, Barbe a d’ailleurs été rayée du calendrier catholique et romain pour être remplacée par Barbara, son vrai nom en latin et en grec. Allez savoir pourquoi les Français sont les seuls à ne pas avoir adopté le nom originel de la Sainte… préférant garder Barbe !

 

25/02/2015 Ministère de la Défense

 

Le saviez-vous ? Derrière beaucoup de coutumes, usages, traditions et expressions militaires se cachent bien souvent des anecdotes insolites, amusantes ou historiques. Alors pour étoffer votre culture générale et briller le matin devant vos collègues à la machine à café, plongez-vous dans notre rubrique du mercredi. Aujourd’hui, la rédaction propose de vous conter l’histoire de l’une des saintes patronnes que l’on retrouve au sein des Armées : sainte Barbe.

 

Par la barbe de Merlin, qui est donc cette sainte Barbe ? Comme son nom ne l’indique pas, elle n’est pas la sainte patronne des barbiers et encore moins des raseurs…

 

Pour tout vous dire, et comme certains le murmurent déjà dans l’assistance, Sainte Barbe est, entre autres, la sainte patronne des pompiers, des artilleurs, des sapeurs, des canonniers, des artificiers, des ingénieurs de combat, des métallurgistes, des démineurs et autres corporations liées au feu ou au travail souterrain. Elle veille également sur les pétroliers militaires et l’École polytechnique. Et avant que ceux qui se trémoussent déjà sur leur chaise pour ajouter une corporation ne se manifestent, cette liste est loin d’être exhaustive… Pour être plus générale, sainte Barbe protège de la foudre, de la mort subite et est invoquée pour prévenir les accidents liés à l’explosion de la poudre à canon. Fêtée le 4 décembre, elle est aujourd'hui davantage synonyme de cohésion que de recueillement.

 

Pour ce qui est de sainte Barbe elle-même, qui est-elle donc ? Je vous le donne en mille… C’est une martyre ! Et cette dernière, comme ses pairs, a eu une mort plutôt… barbare ! Je vous laisse juger par vous-même...

 

Direction le IIIe siècle. Plus exactement vers l’an 235. A cette époque, Barbe est une jeune fille d’environ 16 ans. Elle vit en Asie Mineure, à Nicomédie, aujourd’hui la ville d’Izmit, dans l’actuelle Turquie. Barbe est belle comme le jour (c’est la légende qui le dit !) et son père, Dioscore, décide de l’enfermer dans une tour-prison-palais pour la protéger des demandes en mariage qui pleuvent sur elle. Mais sa beauté n'est pas la seule cause de son isolement : Barbe croit intensément en Dieu, et à cette époque, la foi chrétienne n’est pas très bien vue dans cette magnifique contrée… Dioscore s’absente, et Barbe profite de ce laps de temps pour approfondir en secret sa foi chrétienne : apparition du Christ, baptême, et BTP sont au programme, puisqu’elle entreprend de faire percer une 3e fenêtre à son donjon, afin de symboliser la Trinité. A son retour, Dioscore entre dans une colère monumentale en comprenant l’importance des croyances de sa fille. En bon père cruel qui se respecte, il met le feu à la tour. Barbe réussit à s’enfuir, avant d'être rattrapée par son cher papa qui l’enferme de nouveau dans un donjon (un peu moins luxueux que le précédent) avant de la livrer au gouverneur. Barbe est alors jugée et suppliciée. Portée par sa foi et les interventions divines qui la guérissent et la protègent des douleurs, elle refuse d’abjurer la religion chrétienne. Les tortures s’enchaînent, pour finalement aboutir à la décapitation, un certain… 4 décembre ! Son père se porte volontaire pour mettre fin à la vie de la jeune Barbe. Son geste accompli, il est aussitôt frappé par la foudre et retombe en un petit tas de cendres.

 

On comprend maintenant le rapport entre une jolie jeune fille torturée et la foudre, le feu et autres explosions…

Repost 0
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 11:55
photo 1e REC - Légion Etrangère

photo 1e REC - Légion Etrangère

30.11.2015 source Légion Etrangère

Le 20 novembre dernier, avait lieu la naissance officielle des nouvelles unités élémentaires de la Légion étrangère. La 4ème compagnie du 1er REG et le 5ème escadron du 1er REC nouvellement récréés dans le cadre du nouveau modèle de l’Armée de Terre « au contact »

La création rapide de nouvelles unités opérationnelles a été possible grâce au dispositif de recrutement, en flux continu toute l’année et a une formation initiale dispensé au 4e RE qui a su faire ses preuves au fils des ans. L’effort de la Légion ne s’arrête pas là puisque deux nouvelles compagnies seront également opérationnelles dans un avenir proche.

Création de la 4e Cie du 1e REG - photo Légion Etrangère

Création de la 4e Cie du 1e REG - photo Légion Etrangère

 

Depuis plusieurs mois déjà l’Armée de Terre et la Légion étrangère ont augmenté leur recrutement. La Légion remplit ses engagements. En  juin dernier la 5ème Compagnie de combat du 2ème REI actuellement engagée dans l’opération Sentinelle, était la 1ère unité élémentaire créée dans le cadre du nouveau modèle.

Celui-ci, en rupture avec le schéma précédent est très novateur et répond à la double nécessité de s’adapter aux évolutions du monde et des menaces.

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 08:55
PFM - photo 3e RG Armée de Terre

PFM - photo 3e RG Armée de Terre

 

18/11/2015 armée de Terre

 

En cas de crues ou d'inondations, les militaires de l'armée de Terre sont prêts à intervenir en tout lieu et à tout moment. En prévision des risques liés à la saison hivernale, les sapeurs du 3e régiment du génie (3e RG) se sont dernièrement entraînés sur le camp de la Valbonne. Un pont flottant motorisé de 160 mètres de long a même été installé sur le Rhône !

 

Et pour tester le travail des sapeurs, quoi de mieux que le fleuron de la cavalerie française ? Des chars Leclerc ont donc franchi le pont, installé en seulement une heure par les militaires du génie. Un temps record pour une manœuvre ô combien délicate ! C’était l'occasion pour le général de brigade Nicolas Richoux, commandant la 7e brigade blindée, d'apprécier le haut niveau de capacité opérationnelle du 3e RG, rattaché à son commandement depuis le mois d'août.

 

D’un point de vue technique, le pont flottant motorisé (PFM) est destiné à assurer le franchissement de cours d’eau d'une largeur supérieure à 30 mètres. Une capacité dont le 3e RG est l’unique détenteur au sein de l’armée de Terre. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le régiment se tient prêt à porter secours et assistance à la population dans le cadre de l’alerte Neptune (crue centennale de la Seine).

 

En attendant, le 3e RG ne baisse pas le rythme. Après l’environnement humide du Rhône, les sapeurs s’entraîneront la semaine prochaine au combat en zone urbaine. Et pour l’occasion, ils évolueront en plein cœur de Charleville-Mézières, au contact de la population.

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 11:55
IED, colis suspect, veste piégée: au Centre national de déminage humanitaire d'Angers, un nouveau stage de sensibilisation


16.11.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Le Centre National de Déminage Humanitaire d'Angers va lancer (coïncidence) une nouvelle formation destinée à sensibiliser et former les personnels du secteur privé aux risques terroristes et en particulier aux dangers des engins explosifs.

L'action salvatrice d'un vigile du stade de France, vendredi soir (lire ici), démontre que la formation et la sensibilisation sont primordiales. Cet employé a fouillé un des terroristes et senti sa veste piégée.

Le CNDH espère organiser ses premiers stages dès janvier (et peut-être même plus tôt), une fois réglés certains problèmes administratifs (accès de civils à des emprises militaires etc).

Contact: cndh49@gmail.co

Repost 0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 12:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

06/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 26 au 30 octobre 2015, le détachement du génie de la Force Commander Reserve (FCR), armé principalement par le 31e Régiment de génie (RG) de Castelsarrasin, a mené un entraînement conjoint avec des sapeurs des Forces armées libanaises (FAL).

 

Au Sud-Liban, des mines et des obus d’artillerie non explosés sont encore présents par endroits. Entre déminages et tirs « explo », les sapeurs des deux pays ont partagé autant sur leur culture que sur leurs connaissances professionnelles et leurs méthodes de travail. À Dayr Kifa, un groupe de génie composé de neuf sapeurs du 31e RG a ainsi partagé ses connaissances et ses savoir-faire avec 19 militaires libanais du 6e régiment d’intervention. Après une présentation de leurs matériels, les casques bleus français sont directement entrés dans le vif du sujet avec les fouilles de véhicules et de personnel, appuyés par les équipes cynophiles du 132e bataillon cynophile de l’armée de Terre déployées au sein de la FCR.

Suite de l’article

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 17:55
Entraînement au tir des réservistes du 13e RG - photo Armée de Terre

Entraînement au tir des réservistes du 13e RG - photo Armée de Terre

 

02.11.2015 par 13e RG - Armée de Terre


Réunie en octobre, la compagnie s'est entraînée pour le contrôle opérationnel de novembre avec au programme : tirs, parcours d'obstacles, révisions tactiques sur le terrain, etc...
Les 12 et 13 septembre derniers, les réservistes intégrés en avril et août 2015 ont également été présentés au drapeau du régiment.

 

Reportage photos

Repost 0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:45
EFS- Formation de lutte contre les engins explosifs improvisés au profit des FAS

 

03/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 12 au 13 octobre 2015, le détachement d’appui opérationnel « Génie  » des Éléments français au Sénégal (EFS), composé des sapeurs de marine du 6e régiment du génie, s’est rendu à l’école d’application de l’infanterie de Thiès au Sénégal, pour conduire une mission d’appui militaire opérationnel au profit des Forces armées sénégalaises (FAS).

 

Son objectif était de former les futurs chefs de section des unités d’infanterie des FAS dans la lutte contre les Engins explosifs improvisés (IED). À cette occasion, le détachement était renforcé par une équipe opérationnelle de déminage du groupe régional d’intervention « Neutralisation, enlèvement, et destruction des explosifs » (NEDEX) des EFS.

L’instruction s’est déroulée en deux phases, une première consacrée à l’instruction théorique, la seconde réservée aux exercices pratiques sur le terrain. Les stagiaires ont ainsi effectué une manœuvre dynamique et rythmée tout en travaillant les procédures opérationnelles. L’instruction a été sanctionnée par un exercice de synthèse permettant aux stagiaires de restituer des savoir-faire acquis au cours de la formation.

Site de l’article

Repost 0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 12:55
La dernière version du VAB Ultima

La dernière version du VAB Ultima

 

30/10/2015 par DGA

 

La direction générale de l’armement (DGA) a prononcé, début octobre 2015, la qualification de la version « génie » du Véhicule de l’avant blindé (VAB) au standard Ultima.

 

Cette qualification marque la fin d’un cycle de transformations techniques conduites en vue de permettre au VAB de continuer à remplir la totalité de ses missions jusqu’à son remplacement progressif, à compter de 2019, par le véhicule blindé Griffon en cours de développement dans le cadre du programme Scorpion. Les derniers VAB seront retirés du service à l’horizon 2030.

 

Le parc français de VAB comprend environ 3 000 véhicules, principalement en service dans l’armée de terre. Le VAB a été décliné en une trentaine de versions opérationnelles, du transport de troupes pour l’infanterie au porteur de systèmes d’armes les plus divers. Afin d’adapter le VAB à l’évolution de la menace sur les théâtres d’opérations extérieures, la DGA a commandé ces dernières années à son fabricant Renault Trucks Defense (RTD) de nombreuses améliorations.  Elles ont concerné principalement la protection, la motorisation, l’armement et l’adaptation au système Félin.

 

Le standard Ultima du VAB inclut des protections et équipements contre les engins explosifs improvisés, un tourelleau téléopéré de 12,7 mm permettant au servant de rester protégé à l’intérieur du véhicule, ainsi qu’un système de localisation acoustique des tireurs adverses. Le VAB Ultima a la capacité de soutenir des combattants équipés du système Félin et est équipé du  réseau d’interphonie de nouvelle génération RIF NG. Le VAB Ultima est actuellement déployé en opérations extérieures.

 

Le standard est déclinée en deux versions, les VAB Ultima infanterie (230 engins commandés et livrés) et les VAB Ultima génie (60 engins commandés, 30 livrés).  La version « génie » dispose de spécificités du fait de l’emport de matériels spécifiques à cette arme, et l’ajout d’un treuil monté sur l’arrière. La livraison des derniers VAB Ultima  « génie » est prévue au premier semestre 2016.

Repost 0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 17:55
Retour de la "2" du 1e REG

 

28-10-2015 par 1e REG Réf : 411 | 105

 

La deuxième compagnie du 1° régiment étranger de génie est rentrée de RCA.

 

La deuxième compagnie du 1° régiment étranger de génie est rentrée de République Centrafricaine, où ils ont passé quatre mois.

Ils ont été accueillis par le Colonel PHELUT, chef de corps du régiment et par les cadres présents. Un petit déjeuner à été organisé en leur honneur, afin de leur souhaiter un bon retour en France.

Les cadres et légionnaires vont pouvoir profiter de quelques semaines de permissions bien méritées, après cette mission intense, mais passionnante d'après leurs dire.

 

En photos

Repost 0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:55
Mission humanitaire en zone dangereuse : L’École du génie prépare des étudiants de l'UCO

 

26.10.2016 Armée de Terre

 

Mission humanitaire en zone dangereuse : L’École du génie prépare des étudiants de l'UCO les 28 et 29 octobre 2015

 

Deux journées de sensibilisation intitulées : « mission en zone post-conflictuelle : mode d’emploi » au profit des étudiants du master I et II «conflictualités et médiation» de l’Université Catholique de l'Ouest (UCO/IALH) seront organisées par le Centre National de Déminage Humanitaire (CNDH) de l’École du génie.

 

Objectif de la formation : permettre à des étudiants qui partiront avec une ONG en Afrique d'être sensibilisé sur les zones conflictuelles grâce au savoir-faire du génie.

 

Au programme : maîtriser ses déplacements en zone à risque, réagir face à une situation présentant un danger, acquérir les réflexes qui sauvent…

 

Encadrés par les spécialistes militaires de l’École du génie, les étudiants seront évalués sur leurs capacités à observer, identifier, rendre compte et décider en situation de crise.

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 12:55
photo CCH Gérald 17e RGP

photo CCH Gérald 17e RGP

 

La semaine dernière, 3 hélicoptères du 5e RHC ont réalisé un exercice avec les soldats du 17e RGP. Sapeurs et commandos parachutistes ont ainsi participé à des opérations héliportées durant 3 jours.

Malgré un rythme intense, notamment dû aux projections dans le cadre de la mission de sécurisation du territoire national (Sentinelle), le 17e RGP continue de travailler les savoir-faire du soldat, du parachutiste et du sapeur.

 

Reportage photos

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 11:40
photo military-informant.com

photo military-informant.com

 

October 10, 2015: Strategy Page

 

A Russian firm recently offered for export a new armored bulldozer design. This is the 21 ton B10 commercial bulldozer with armor added and a few other changes. This results in a 25 ton vehicle that is similar to the Cold War era BAT-2, a larger, 40 ton armored bulldozer. The militarized B10 is apparently more cost-effective than the BAT-2, which was an improved version of the World War II era BAT-M.

 

Most nations turn older tanks into “combat engineer vehicles” by removing the turret, adding an armored box for the operator plus a bulldozer blade and other items. But if you just want to shove stuff around while under fire you are better served by armoring a large commercial bulldozer. That is what Israel has been doing since the 1960s.

 

By 2009 Israel realized armor wasn’t enough and began converting all its D9 armored combat bulldozers to operate by remote control. Israel has been using the armored D9 bulldozer since the 1960s. For the United States the 62 ton D9 armored (via an Israeli armor kit) bulldozer has been an important tool for urban warfare after 2001.

 

IDF D9R armed with FN Mag machinegun and slat armor during IDF training - photo M. Aronov

IDF D9R armed with FN Mag machinegun and slat armor during IDF training - photo M. Aronov

Although the Israelis pioneered the use of special explosives to blast entry holes through walls, so troops can quickly get to their objectives, the D9 proved an even more effective solution. The D-9 lets you bash through walls, and buildings, much faster. The D9 can even shake the enemy out of some buildings. Thus the D9 proved very effective in urban combat. The Israelis often mounted a machine-gun on the D9s, to provide protection from the increasing number of attacks on these vehicles. The D9s are pretty sturdy, often surviving large roadside bombs and several RPG hits. But the D9s are not invulnerable and have increasingly become a target for enemy attack. Despite the armor kit and machine-gun, D9 drivers sometimes get killed or wounded, and the vehicles put out of action. Thus the need for a remote control option.

 

The remote control version of the D9, called "Black Thunder", was developed in 2006 as a secret program that was only revealed because so many troops were now aware of it. Even the Palestinians were talking about it, having been confronted with "Black Thunder" D9s during the 2009 war in Gaza.

 

"Black Thunder" D9s retain the armor kit, but instead of an operator, the cab contains the electronics and radio gear needed to run the dozer remotely. Several cameras and other sensors are mounted on the outside. An operator, sitting in a nearby armored vehicle or truck, views several flat screen displays, and operates the controls. Any soldiers with lots of video game experience can quickly master the remote operation of a D9.

 

In early 2003, the U.S. bought nine 62 ton D9 armored Caterpillar bulldozers into Kuwait for the Iraq campaign. The D9s, and their Israeli made armor kit, were purchased because of the Israeli success with the dozer in urban warfare against Palestinian terrorists. America had used the D9 during the 1960s in Vietnam, but after that only used the smaller (35 ton, with armor kit) D7. The D9 was not needed for urban fighting in Iraq during 2003, but was found very useful (much more so than the smaller D7) for combat engineering tasks. The D9 quickly cleared highways of debris and built temporary roads for combat vehicles. D9s was eventually used in Iraq for combat operations in places like Fallujah. The U.S. has also developed remote control systems for several types of armored vehicles.

 

Russia apparently will offer their B10 at a cheaper price than competing Western models as well as many additional options.

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 10:55
photo UIISC 7 / Armée de Terre

photo UIISC 7 / Armée de Terre


07/10/2015 Armée de Terre

 

98 sapeurs-sauveteurs de l’unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile n°7 (UIISC 7) de Brignoles sont déployés depuis samedi soir dans le Sud-est de la France.

 

Suite aux intempéries qui ont ravagé la région dans la nuit de samedi à dimanche, deux sections - soit une vingtaine de militaires - ont quitté leur régiment vers 2h du matin pour prendre part au recensement et aux recherches de personnes en situation de détresse.

Dans la journée de dimanche, 20 nouveaux sapeurs sont déployés pour renforcer l’aide à la population et ainsi s’atteler aux opérations de pompage, de nettoyage des maisons et des ponts encombrés.

Les militaires de l’UIISC 7 ont passé la nuit du 4 au 5 octobre sur place et poursuivent actuellement leur mission.

L’UIISC 7 est une unité de l’armée de Terre appartenant à l’arme du génie. La devise des UIISC est « Servir pour sauver. »

 

MISE A JOUR n°2 :

Ce 7 octobre 2015, la mission continue pour l'UIISC 7 de Brignoles :

- 98 militaires répartis en 4 sections sont désormais déployés sur toutes les zones d'intervention ;
- 3 500 m2 de surface ont été nettoyés ;
- 19 750 m3 d'eau ont été pompés. 

La mission du jour : une reconnaissance des cours d'eau organisée avec le conseil général.

L'anecdote : hier, dans une résidence inondée, un "joyeux anniversaire" chanté par les habitants a retenti pour une jeune sapeur-sauveteur qui fêtait ses 27 ans !

 

MISE A JOUR n°1 :

Ce 6 octobre 2015, 95 militaires (soit 4 sections) sont toujours engagés sur le terrain :

- 1 quartier résidentiel a été reconnu ;
- 17 maisons, 2 appartements, 2 entreprises, 2 locaux commerciaux ont été nettoyés ;
- 10 500 m3 d'eau ont été retirés.

En terme de matériel actuellement en oeuvre on compte :

- 6 camions-citernes ;
- 6 embarcations ;
- 3 camions de pompage à moyenne capacité ;
- 3 poids lourds (pour le transport du matériel et des hommes) ;
- 1 grue levage ;
- 1 camion mécano ;
- 4 véhicules légers.

Continuez à nous suivre, d'autres mises à jour sont à venir !

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories