Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 12:55
Geospatial Intelligence - source ENS Ulm

Geospatial Intelligence - source ENS Ulm


26.02.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

Le Geospatial Intelligence (GeoInt) est un secteur d’activités en plein essor actuellement en France.

Un colloque international intitulé "GeoINT: Révolution technologique, représentation spatiale et analyse géopolitique" se déroulera les 11 et 12 septembre prochain dans le Grand amphithéâtre de la Société de géographie,184 bd Saint-Germain (VIe).

Ce colloque s’inscrit dans le prolongement du séminaire organisé une fois par mois à l'ENS/Ulm sous la présidence du professeur Philippe Boulanger (voir le post que je lui ai consacré ici). Il réunira des étudiants, des représentants industriels, des acteurs du ministère de la Défense et de l’Intérieur et des Universitaires à la pointe de la recherche sur ce domaine mêlant science sociale et science de l’ingénieur.

Les organisateurs lancent un appel à contributions. Les propositions d’interventions sont à renvoyer avant le 15 mars 2015. Elles sont à adresser à Philippe Boulanger (PBoulanger1@gmail.com ). Chaque proposition doit comprendre un titre et un résumé (250 mots maximum) afin d’être examinée par le comité scientifique. La publication des actes du colloque est également envisagée. Il sera demandé à chaque intervenant d’adresser son texte d’intervention pour le 1er octobre 2015 (30 000 signes maximum).

Pour en savoir plus, cliquer ici (fichier pdf avec formulaire de réponse).

Partager cet article

Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:20
photo MDA

photo MDA

 

Feb 27, 2015 Spacewar.com  (XNA)

 

Washington DC - The U.S. military launched three suborbital rockets near-simultaneously Tuesday as part of a ballistic missile defense (BMD) test involving the Aegis weapon system.

 

The U.S. Missile Defense Agency (MDA) said in a statement that the rockets were acquired and tracked by sailors aboard two Aegis BMD destroyers while a third destroyer participated in associated operations.

 

Using this data, the Aegis BMD ships then conducted simulated guided missile engagements with the Distributed Weighted Engagement Scheme (DWES) capability enabled to determine which ship is the preferred shooter, thereby reducing duplication of BMD engagements and missile expenditures while ensuring BMD threat coverage.

 

Since no guided missiles were launched, the test did not include an attempted intercept, and the MDA noted that the test was "successfully completed."

 

"This was the first flight test to assess the ability of the Aegis BMD 4.0 weapon system to simulate engagements of a raid consisting of three short-range, separating ballistic missile targets," the statement said. "This was also the first time Aegis BMD 4.0 ships used the DWES capability with live targets."

 

The rockets were launched between 2:30 a.m. and 2:31 a.m. EDT ( 0730 GMT and 0731 GMT) from NASA's Wallops Flight Facility in the state of Virginia, the U.S. space agency said.

 

Aegis BMD, managed by the MDA and the U.S. Navy, is the naval component of the U.S. ballistic missile defense system.

Partager cet article

Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 12:50
Sentinel-2A completed various tests at IABG's test facilities. Photo ESA-S Corvaja, 2015.

Sentinel-2A completed various tests at IABG's test facilities. Photo ESA-S Corvaja, 2015.

 

 

25 February 2015 aerospace-technology.com

 

The European Space Agency's (ESA) Sentinel-2A earth observation satellite has completed testing and is preparing for launch on 12 June aboard a Vega rocket from Kourou space centre in French Guiana.

 

The satellite completed various mechanical tests at IABG's test facilities in Germany, including vibration, shock testing and acoustic tests. Its mass characteristics were also evaluated.

 

Sentinel-2A has also undergone space simulation tests in a thermal vacuum facility and other tests to determine its electromagnetic compatibility (EMC).

 

The satellite will be shipped to the European spaceport in April.

 

Built by Airbus Defence and Space, the Sentinel-2A is part of Sentinel-2 system, and is said to deliver high-resolution, multi-spectral earth observation data using 13 spectral bands with a resolution of 10m, 20m or 60m, and a swath width of 290km.

"Sentinel satellites provide remote sensing data of the earth for key operational services associated with environment and security."

 

Accumulated data will assist in studying land use, soil sealing, land management, agriculture, forestry, natural disasters and humanitarian aid missions.

 

The Sentinel-2 system is part of the European Commission-led Copernicus programme, designed to establish multi-level operational earth observation capability for Europe.

 

Sentinel satellites provide remote sensing data of the earth for key operational services associated with environment and security.

 

Other member of the Sentinel-2 system, Sentinel-2B is scheduled for launch in mid-2016. The Sentinel-2A and Sentinel-2B satellites will be designed to capture images of the entire land surface on earth in less than five days.

 

Airbus Defence and Space was selected as the prime contractor for five of seven Sentinel missions.

 

The company carries out system design, platform and satellite integration and testing at its German site, develops multispectral instruments in France, and produces mechanical satellite structure, power, energy management and high-speed data acquisition units in Spain.

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 18:55
station Venus photo Thales

station Venus photo Thales

 

February 22, 2015 Thales Group

 

The French Defence Procurement Agency (DGA) has awarded Thales a contract to supply a further 20 ground terminals as part of the Syracuse III* satellite programme. Installed on VAB light armoured vehicles, these satcom terminals will operate as fully-functional network nodes for France's satellite communications on-the-move capability. The 20 terminals will be delivered from early 2016 to mid-2017.

These VENUS** terminals equipped with satcom on-the-move (Satcom OTM) systems from Thales enable commanders to stay in touch while on the move in the theatre. The command vehicles communicate via the Syracuse system, which connects them directly to other deployed assets. With Satcom OTM technology, vehicles fitted with satellite antennas can establish and maintain a satellite link whether they are moving or stationary.

The innovative Satcom OTM solution from Thales complements other radiocommunication systems and has standard interfaces to connect other tactical communication equipment for higher data rates and overall availability. By providing a permanent command communication capability in the theatre of operations, the solution meets the requirements of ground force units on the move in terms of information exchange and force protection.

This latest contract award is an endorsement of newly developed active antenna technology with electronic scanning, which offers better coverage and availability than conventional parabolic antenna solutions.

The contract for the first 10 stations was awarded by the DGA in 2009 as part of an urgent operational requirement for Afghanistan.

The 10 VENUS terminals delivered in 2010 have been deployed in Afghanistan and Mali, where they provided front-line vehicles with a permanent tactical communication capability in environments where other communication systems were unable to operate due to range limitations or terrain features such as, deep valleys and high mountains. Users have appreciated the performance and dependability of the Thales solution and its ability to operate in all types of terrain.

 

*France's Syracuse III system (SYstème de RAdioCommunications Utilisant un SatellitE / satellite-based radiocommunication system) is a series of satellites that enables French forces stationed in France or deployed overseas to access best-in-class satellite telecommunications services offering excellent performance in terms of throughput and anti-jam protection.

**VENUS: Véhicules de commandEment Nomades commUniquant par Satellite (nomadic command vehicles communicating via satellite).

 

Thales and secure satellite communications

 

Thales is a leading global supplier of secure end-to-end satellite communication solutions based on civilian and military satellites to meet the needs of land forces, air forces and navies.

Thales is responsible for project management and implementation of France's Syracuse III ground segment and networks. It is also in charge of convergence of the Astride / Syracuse theatre networks and is prime contractor for the Venus On The Move VAB light armoured vehicles for the French armed forces.

Since 2001, Thales Alenia Space has supplied 15 military or dual-use satellites to armed forces in France, Italy, Germany, Brazil, South Korea and the Middle East.

Thales's System 21 multi-waveform satcom transmission system offers anti-jam capability, complies with NATO standards and is deployed in France and other NATO member countries. Qatar has also selected this solution to meet its requirement for secure high-data-rate communications.

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:40
Kondor-E 1 - NPO Mashinostroyeniya

Kondor-E 1 - NPO Mashinostroyeniya

 

26 February 2015 by Kim Helfrich - defenceWeb

 

Another apparent revelation by the Al Jazeera/Guardian Spy Cables has led long-time spy satellite seeker after the truth, David Maynier, to ask whether the State Security Agency (SSA) was collecting intelligence on a Defence Intelligence satellite surveillance programme.

 

Maynier, who heads up the opposition Democratic Alliance (DA) party’s defence portfolio in Parliament and is also deputy shadow minister in intelligence matters, said the most recent release of information by the Al Jazeera investigative unit showed alleged “extensive co-operation” between Russia and South Africa on a secret satellite surveillance programme.

 

“A South African Secret Service, now State Security Agency (Foreign Branch), ‘Intelligence Information Report’ dated August 28, 2012, and classified ‘Top Secret’ reveals significant new information on strategic co-operation between Russia and South Africa.

 

“The SSA’s information report reveals for the first time: that Russia and South Africa were co-operating on a secret satellite surveillance programme, codenamed Project Condor; that the satellite surveillance programme was to be used for strategic military purposes; that the satellite surveillance programme would eventually culminate in the launch of a satellite by Russia on behalf of South Africa; that the aim was eventually to integrate the Russian and South African satellite surveillance programmes to provide wider coverage; and that 30 Russian technicians were working on the satellite surveillance programme in South Africa.

 

“Until now there has been no information about ‘Project Condor’ in the public domain,” he said adding the satellite launch reference “almost certainly” refers to Defence Intelligence’s R1.4 billion Kondor-E synthetic aperture radar satellite, “launched on or about December 19 last year under the codename Project Flute”.

 

“Bizarrely, it appears SSA could have been collecting intelligence about a Defence Intelligence satellite surveillance programme.

 

“We cannot confirm all the information in the report is accurate but it certainly suggests co-operation between Russia and South Africa on the satellite surveillance programme appears to have been more advanced and carried out on a larger scale, than previously thought,” Maynier said.

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:50
Sentinel-2 watches Earth's landmasses


23 févr. 2015 Airbus DS

 

The Sentinel-2 satellites will deliver optical images from the visible-near infrared to short-wave infrared range of the electromagnetic spectrum using a total of 13 spectral bands with a resolution of 10, 20 or 60 meters and a swath width of 290 km and will be used mainly in the areas of land use, soil sealing, land management, forest monitoring, natural disasters (floods, forest fires, landslides, erosion) and humanitarian aid.
Sentinel-2 is one of the European “Copernicus” programme satellites built under the industrial leadership of Airbus Defence and Space for the European Space Agency.

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:50
Earth Observation


24 févr. 2015 Thales

 

Thales Alenia Space is a leader in Earth observation, based on its high or very-high resolution optical and radar payloads. We have established a position as a major supplier in export markets, covering military, dual and civilian missions: intelligence gathering, target designation, mapping, crisis management, meteorology, oceanography, climatology, etc...

 

Read more

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 12:55
Jean-Yves Le Gall reconduit à la présidence du CNES

 

 

18 février 2015 Aerobuzz.fr

 

Le 18 février 2015, le Conseil des Ministres a reconduit Jean-Yves Le Gall en qualité de Président du Centre National d’Études Spatiales (CNES). A ce titre, il est aussi coordinateur interministériel pour les programmes de navigation par satellite

 

Suite de la brève

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 12:50
Vue en veine de la maquette dans la soufflerie S3MA. Veine Mach 5.5 - photo ONERA

Vue en veine de la maquette dans la soufflerie S3MA. Veine Mach 5.5 - photo ONERA


23.02.2015 ONERA
 

Après le succès de la mission de l’IXV du 11 février 2015, l’ESA a particulièrement distingué l’implication de l’ONERA dans ce programme et a félicité l’ensemble de nos équipes pour leur contribution au projet IXV.

 

La Secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche, Madame Fioraso, présente à Turin lors du lancement de la mission le 11 février, a salué la réussite du projet et cité la contribution de l’ONERA lors de son discours.

Développé initialement dans le cadre du projet Pre-X du CNES, en coopération étroite avec l’ONERA, de 2000 à 2005, le projet de démonstrateur IXV a été repris par l’ESA en 2006 dans le cadre du programme Future Launcher Preparatory Programme. Objectif : concevoir un véhicule spatial de type corps portant utilisant la rentrée atmosphérique planée, une technologie non maîtrisée par l’Europe au début des années 2000.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 12:55
"Entre 2013 et 2014, la fréquentation du musée de l’Air a augmenté de 25 %"


19/02/2015 Céline Limousin  - DICoD

 

Le musée de l’Air et de l’Espace du Bourget poursuit son envolée grâce à un vaste projet de rénovation. Ces travaux visent à redonner à l’établissement tout son charme des années 30, pour le plus grand plaisir des visiteurs. L’occasion d’interviewer Catherine Le Berre, directrice marketing, ventes et communication.

 

Quels sont les principaux travaux menés au musée de l’Air et de l’Espace ?

Depuis 2011, le musée a entrepris de vastes travaux de rénovation de ses infrastructures. L’ancienne aérogare du Bourget, chef d’œuvre Art Déco, retrouvera son visage de 1937. Ce lieu mythique a accueilli un trafic commercial régulier jusqu'en mars 1981. La construction d’un nouveau hangar de réserves constitue également un chantier majeur en 2015 : il abritera les avions fragiles, construits en bois et en toile, ainsi que les nacelles d’aérostation. La tour de contrôle, à la structure unique et également en travaux, deviendra par ailleurs un lieu de visite.

Enfin, cette année, nous projetons d’ouvrir trois halls rénovés : la collection permanente Normandie Niemen, consacrée à une unité des Forces Aériennes Françaises Libres ; le hall de la Cocarde, où l’on trouve des avions qui ont équipé l’armée française après la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux années 1970 ; et le hall dédié à la guerre 39-45.

 

Pour rénover le musée, de quel budget disposez-vous ?

Grâce à une subvention exceptionnelle du ministère de la Défense, qui est son ministère de tutelle, le musée a reçu 21,5 millions d’euros en 2011 pour la rénovation de l’aérogare historique. Les industriels du GIFAS (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales) ont complété cette subvention via un mécénat de 5 millions d’euros destiné aux réserves. En parallèle, le musée dispose de budgets d’investissement annuels. Nous avons aussi des mécènes qui s’engagent aux côtés du musée pour rénover d’autres espaces. L’année 2014 a été particulièrement favorable, avec une hausse de 50 % des soutiens extérieurs et mécénats.

 

Quel a été le bilan de l’année 2014 ?

Cette année a été exceptionnelle. C’était l’aboutissement des efforts de toute l’équipe du musée, face à une baisse de fréquentation. Il fallait absolument réagir pour freiner cette érosion. Toutes nos actions de développement de la notoriété du musée ont porté leurs fruits. En 2014, la fréquentation a augmenté de 25 % par rapport à 2013, avec 268 000 visiteurs accueillis. Nous nous sommes appuyés sur des partenaires, dont les principaux revendeurs de billetterie présents sur le marché européen. Le musée a entamé cette ouverture numérique et je pense que c’est l’une des principales raisons de l’augmentation de fréquentation. Le musée gagne en attractivité parce qu’il maintient sa créativité en éveil et parce qu’il veille à sa notoriété.

 

Quels sont les enjeux à venir ?

Le musée de l’Air et de l’Espace s’inscrit dans le cadre du projet du Grand Paris, qui est un projet d’aménagement à l’échelle de la grande métropole. Le musée sera au cœur de l’un des points forts de ce projet qui s’aligne sur l’axe Roissy-Le Bourget. Ici, le musée est situé sur un site vivant, le premier aéroport d’affaires d’Europe. Il apporte une offre culturelle majeure dans cette zone aéronautique. Le Grand Paris Express desservira le musée et l’aéroport. Dans les années à venir, le musée va jouer un rôle très important d’articulation dans ce développement économique francilien en lien avec le tissu local, mais également avec toute la population qui va circuler sur le territoire et qui viendra, entre autre, se détendre ou s’instruire au musée.

 

Musée de l’Air de l’Espace, «côté coulisse ».

 

La tour de contrôle de l’aéroport du Bourget - photo ADP

La tour de contrôle de l’aéroport du Bourget - photo ADP

  • La rénovation de la tour de contrôle, un lieu mythique,

Le bâtiment de l’aérogare épouse une forme plutôt originale, puisqu’elle ressemble à un paquebot. Au centre de l’ancienne aérogare se trouve la tour de contrôle. Elle forme une avancée sur la façade et était comparée à la vigie d’un navire. Les travaux de rénovation s’achèveront en 2017 et à l’horizon 2020, la tour de contrôle deviendra un musée de la navigation aérienne.

  • Une pépite du musée : le Goliath

Le musée de l’Air et de l’Espace possède l’unique exemplaire du Farman Goliath. « Au musée, nous n’avons conservé que le fuselage (la nacelle) alors que c’était un superbe biplan. Le Goliath est un bombardier de la guerre 14-18 qui a été reconverti pour le transport de passagers. Les premières liaisons ont débuté en 1919, Paris-Londres et Paris-Bruxelles. A l’intérieur, on trouve une particularité de cet avion l’avion possède une petite particularité : les sièges sont en osier et la tête du pilote n’est pas abritée. Il pouvait sentir le vent et le froid quand il pilotait. C’était une véritable aventure pour le pilote et pour les passagers », détaille un membre du musée de l’Air et de l’Espace. Et d’ajouter : « Pour monter dans cet avion, il fallait avoir un certain goût du risque. Le transport aérien était à ses balbutiements ».

  • La maquette à l’échelle 1 de Philae

En novembre 2014, après 10 ans de croisière interplanétaire, la sonde Rosetta a largué l’atterrisseur Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, à plus de 400 millions de kilomètres de la Terre. La mission Rosetta est une grande première mondiale qui place l’Europe et la France aux avant-postes de l’exploration du système solaire. A cette occasion, une maquette à échelle 1:1 de Philae, baptisée Philea, est présentée dans le hall de l’Espace. Cette maquette grandeur nature a été réalisée par des élèves en BTS et leurs professeurs dans le cadre d’un projet collaboratif inter-académique entre le Centre national d’études spatiales (CNES) et les académies de Créteil, Versailles, Paris et Limoges. Cette maquette est opérationnelle : elle peut, entre autres, déployer son train d’atterrissage, sonder le sol ou prendre des photos de son environnement. Elle sera visible au musée jusqu'en décembre 2015.

Partager cet article

Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 08:20
La Darpa veut mettre des satellites en orbite avec des avions de chasse

 

09 février 2015 Par Julien Bergounhoux - Usinenouvelle.com

 

La Darpa, l'agence américaine de R&D dédiée à la défense, a dévoilé une vidéo du programme Alasa, qui vise à mettre en orbite de petits satellites grâce à des lancements effectués depuis des avions de chasse.

 

L'un des grands défis de l'industrie spatiale est la réduction des coûts de lancement dans l'espace. A l'heure actuelle, même les lancements les moins chers, comme ceux de SpaceX, atteignent des sommes de 55 millions de dollars (48 millions d'euros). Et chaque lancement doit être prévu des mois à l'avance, et partir de centres spécifiques. Dans ce contexte, il n'existe aucun accès rapide et à faible coût pour mettre une petite charge en orbite terrestre basse. Ces satellites doivent attendre de pouvoir passer comme charge secondaire sur de plus gros lancements.

Le programme Alasa (Airborne Launch Assist Space Access), ou "accès à l'espace assisté par lancement aérien"), est conçu par la Darpa pour répondre à ces besoins. Son approche innovante se base sur l'utilisation d'un avion de chasse pour emmener un petit lanceur à une haute altitude (supérieure à 15 000 m), qui lui-même emporterait ensuite un microsatellite de 45 kg en orbite terrestre basse.

 

Vidéo illustrant le déroulement d'un lancement Alasa

 

L'agence travaille sur ce projet depuis 2011. Ce type de lancement, similaire à la technologie que poursuit Virgin Galactic ou aux missiles anti-satellites développés par les Etats-Unis pendant la guerre froide, a plusieurs avantages. D'abord un coût réduit, de moins d'un million de dollars, car l'avion de chasse fait office de premier étage réutilisable. Ensuite un délai de lancement très court, de seulement 24 heures au maximum, car l'avion ne nécessiterait pas de modifications particulières pour emporter sa charge. Enfin, la capacité à effectuer ce type de lancement depuis quasiment n'importe quelle base aérienne, partout dans le monde. La Darpa est pour le moment dans "une phase rigoureuse de tests de nouvelles technologies" pour faire de ce programme une réalité.

En parallèle, la Darpa étudie la mise en place de lancements de satellites (d'un poids allant jusqu'à 2 300 kg) à moins de 5 millions de dollars au travers du programme d'avion spatial hypersonique XS-1. L'US Air Force effectue elle aussi des essais depuis plusieurs années sur un véhicule spatial sans pilote, le X37-B. Quant à l'Europe, elle s'apprête à tester le 11 février un prototype de véhicule spatial capable de retourner sur Terre : le IXV (Intermediate eXperimental Vehicle).

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 17:50
ATV - Autonomous Docking


12 févr. 2015 Airbus DS

 

A system with lidar (= laser radar) sensors was tested on ATV-5. The sensors enable an autonomous docking to uncooperative random objects - maybe in future asteroids.
More information on ATV: http://bit.ly/1vmxh5Z

Partager cet article

Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 07:55
photo Thomas Baronnet - PR / Elysée

photo Thomas Baronnet - PR / Elysée

 

09 Février 2015 valeursactuelles.com

 

COULISSES. Il y a un an, alors qu’il venait d’avoir 61 ans, le général Benoît Puga, chef d’état-major particulier du président de la République, a vu son mandat prolongé de manière exceptionnelle, retardant ainsi une retraite qu’il se voyait prendre à la grande chancellerie de la Légion d’honneur.

Mais à l’été prochain, la question de son départ se posera de nouveau. Au sein de la “grande muette”, beaucoup voient le général Didier Castres, qui a déjà travaillé à l’Élysée, occuper ce poste, à défaut d’avoir pu devenir chef d’état-major de l’armée de terre. À moins qu’un marin ne revienne à l’Élysée. Dans ce cas, tout le processus de succession de l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la marine, promis pour la retraite dans quelques mois, se trouverait gelé.

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 19:56
Bilan 2014 de la direction générale de l’armement

 

09/02/2015 DGA

 

Laurent Collet-Billon, délégué général pour l’armement, a présenté le bilan 2014 de la DGA à la presse la 9 février 2015 à Paris. Principal investisseur de l’État dans l’industrie de défense et les PME de haute technologie, la DGA est au rendez-vous des forces armées avec des livraisons et des commandes d’équipements permettant au ministère de la Défense d’assurer ses engagements opérationnels.

 

Laurent Collet-Billon, délégué général pour l’armement, a présenté le bilan 2014 de la DGA à la presse la 9 février 2015 à Paris. Principal investisseur de l’État dans l’industrie de défense et les PME de haute technologie, la DGA est au rendez-vous des forces armées avec des livraisons et des commandes d’équipements permettant au ministère de la Défense d’assurer ses engagements opérationnels.

 

«Ce résultat est conforme à la loi de programmation militaire, dès sa première année. Il préserve tous les secteurs industriels de défense et permet de développer les technologies et les compétences dont nous aurons besoin demain.» déclare Laurent Collet Billon.

 

La DGA a passé 11,5 milliards d’euros de contrats pour l’équipement des armées et investi 782 millions d’euros dans la recherche de Défense en 2014.

 

Parmi les équipements majeurs, la DGA a livré aux forces armées  4 avions de transport A400M, 11 Rafale, 3 hélicoptères de combat Tigre HAD, 9 hélicoptères NH90, 212 systèmes d’armement air sol AASM, 77 véhicules blindés VBCI, 4036 équipements du fantassin Félin, 13 lances roquettes unitaires LRU, ainsi que les 20 premiers équipements de communication par satellite COMCEPT associés au satellite Athena Fidus. La DGA a commandé les premiers blindés du programme Scorpion, les avions ravitailleurs MRTT, la nouvelle version du missile M51, le 4e sous-marin nucléaire d’attaque Barracuda, autant de programmes emblématiques du ministère de la Défense.

 

Les PME ont également bénéficié des investissements de la DGA. Le dispositif RAPID a atteint 45 millions d’euros, sous l’impulsion du ministre de la Défense Jean-Yves le Drian. Deux Clubs Rapid ont été lancés en 2014 : photonique et cyberdéfense. Ces clubs favorisent le développement des PME par la mise en relation avec les grandes entreprises.

 

Concernant la coopération, 2014 a vu les avancées les plus significatives en franco-britannique avec le lancement  des études de faisabilité du futur drone de combat FCAS DP et la notification du programme de missile anti navire léger ANL. Pour Laurent Collet-Billon « FCAS DP est un pas majeur pour l’industrie européenne de l’aviation de combat. »

 

Evoquant les défis 2015, Laurent Collet-Billon a souligné l’intérêt des  méthodes innovantes, que ce soit dans le domaine financier avec la mise en place des sociétés de projet, ou pour l’évolution de la DGA avec la généralisation de l’ingénierie système.

Partager cet article

Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 19:55
Les Journées de réflexion sur la Sécurité des Sous-marins

 

4 Février 2015 LV Thierry Maguet Marine nationale

 

Les 2 et 3 février 2015 se sont déroulées à Toulon les Journées de réflexion sur la Sécurité des Sous-Marins (JSSM). Les conférences et tables rondes organisées à cette occasion visaient toutes à consolider la démarche « maitrise des risques », dans laquelle les forces sous-marines sont résolument engagées notamment dans tous les domaines bien connus (sécurité nucléaire, plongée, générale, nautique), mais également dans le domaine transverse du facteur humain.

 

Ces deux journées ont aussi été un moment privilégié pour partager le retour d’expérience au sein des forces sous-marines mais également pour l’Agence spatiale européenne (ESA), dans forces de surface et les forces sous-marines britanniques.

 

Placées sous la présidence du vice-amiral d’escadre (VAE) Louis-Michel Guillaume, commandant les forces sous-marines et la force océanique stratégique (ALFOST), ces journées se sont déroulées à Toulon, au foyer de La Naïade et dans les locaux de l’Escadrille des sous-marins nucléaires d’attaque (ESNA).

 

L’objectif des JSSM est d’offrir aux équipages et au personnel chargé du soutien des sous-marins un lieu de réflexion, d’échange d’expérience et de confrontation d’idées, dans la plus grande liberté de ton. Le thème retenu pour cette édition était la gestion de l’atmosphère en milieu confiné et habité.

 

Notons aussi, que de nombreux invités extérieurs aux forces sous-marines sont venus témoigner de leur expérience en matière de sécurité des systèmes complexes. Etaient également présents, Mme Duvaux-Bechon et M. Lasseur de l’ESA, l’ingénieur général Dugué de la direction générale de l’armement (DGA), le commander Simpson de la Royal Navy, ainsi que le  capitaine de vaisseau  Fontarensky de la division entrainement de la force d’action navale et de Mme Peel (DGA), du médecin chef des services  Cuvillier et du médecin principal Leclercq tous deux des forces sous-marines.

 

Ces conférences ont aussi permis de nourrir la réflexion et les échanges lors des tables rondes sur les thèmes généraux de la sécurité.

 

Comme l’a rappelé le vice-amiral d’escadre Guillaume, « le progrès technique n’est pas synonyme d’amélioration de la sécurité, les ruptures technologiques annoncées sur le projet Barracuda, vont accroître l’insécurité. Il va falloir apprendre le Barracuda et adapter une démarche humble, pragmatique et de bon sens.».

 

La maîtrise du risque dans les activités opérationnelles, la sécurité classique et nucléaire à bord des sous-marins ainsi que la prise en compte du facteur humain dans ses différents aspects individuels et collectifs étaient ainsi au cœur des JSSM 2015.

 

Tous ces échanges se traduiront rapidement dans les unités par des actions concrètes  dont les résultats seront évalués lors de la prochaine édition des JSSM.

Partager cet article

Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 08:30
L'Iran lance avec succès un nouveau satellite d'observation

 

03.02.2015 Source: le Quotidien du Peuple en ligne

 

L'Iran a placé lundi avec succès en orbite le satellite de fabrication nationale Fajr (Aube) satellite, alors que le pays s'apprête à célébrer la Journée nationale de la technologie spatiale. C'est le quatrième satellite conçu et fabriqué localement lancé avec succès dans l'espace par les experts iraniens à de l'Organisation des industries aérospatiales du ministère de la Défense et Iran Electronics Industries. Le satellite a été envoyé dans l'espace en utilisant le lanceur de fabrication locale Safir-e Fajr.

 

Le général de brigade Hossein Dehqan, Ministre iranien de la Défense, a félicité le dirigeant iranien, la nation et le gouvernement pour ce « succès inestimable ». En ce qui concerne le lanceur utilisé pour envoyer le satellite Fajr en orbite, il a précisé que toutes ses phases de production, y compris sa conception et son développement, ont été faites dans l'Organisation des industries aérospatiales du ministère. Ces dernières années, l'Iran a fait de grands progrès dans la fabrication de satellites grâce aux efforts déployés par ses propres scientifiques.

 

Le pays a lancé avec succès son premier satellite de traitement de données de conception locale, Omid (Espoir), en orbite en février 2009. Dans le cadre d'un plan global visant à développer son programme spatial, l'Iran a également lancé avec succès son deuxième satellite, baptisé Rassad (Observation), dans l'orbite de la terre en juin 2011. La mission de Rassad était de prendre des images de la terre et de les transmettre avec des informations de télémétrie aux stations au sol. Puis il a lancé son troisième satellite de construction nationale Navid-e Elm-o Sanat (Présage des Sciences et de l'Industrie) en orbite en février 2012.

 

En janvier 2013, l'Iran a envoyé un singe dans l'espace à bord d'une bio-capsule du nom de Pishgam (Pionnier). Et plus tard, en décembre 2013, les scientifiques du pays ont envoyé avec succès un singe, appelé « Fargam » (de bon augure), dans l'espace à bord de la fusée Pajoheshan (Recherche) toujours de fabrication locale et réussi à faire revenir l'animal sur terre en toute sécurité.

Partager cet article

Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 17:50
EDA discusses synergies at EU Space Policy Conference

 

Brussels - 30 January, 2015 European Defence Agency

 

EDA European Synergies & Innovation Director Denis Roger provided the audience of the 7th EU Space Policy Conference with an overview of the Agency’s work in the field of Governmental satellite communications. 

 

The 7th Annual Conference on European Union Space Policy took place 27-28 January in Brussels. For this year’s edition, this event of major importance for the space community focused on the rising demand for space services and applications in Europe and on ways to reinforce the EU’s position in that domain. It gathered high-level speakers from governments, industry and EU institutions.

 

Govsatcom

Speaking as part of the sixth session dedicated to the increasing civil and security & defence synergies of space services, EDA European Synergies & Innovation (ESI) Director Denis Roger put the focus on the Agency’s role in the cooperative Govsatcom (Governmental Satellite Communications) programme. “A common set of requirements has been approved by participating Member States in 2014”, he pointed out. “The European Defence Agency is now preparing the technical studies that will allow us to offer options to Member States by late 2016, early 2017”, he added.

From the outset, this future Govsatcom programme will need to benefit from a dual approach, taking into account military and civil needs. “Not taking advantage of such synergies will be a waste of efficiency and taxpayer’s money”, Denis Roger stressed. He also discussed the topic of remotely piloted aircraft systems (RPAS), another capability priority supported by the December 2013 European Council with an important space dimension:  “The DESIRE program, ran jointly by EDA and the European Space Agency, will investigate if satellite communications are compatible with safety and navigability requirements for the air traffic insertion of RPAS”.  

 

Dual-use approach

Denis Roger stressed again the benefits of a dual-use approach on these topics. He also mentioned cyber defence as a field where close coordination between civil and military users is needed and should be taken into account at the very beginning of any new programmatic initiative.

He concluded on the fact that the progress made to better exploit civil-military synergies did not diminish the need for specific defence research and had to be pursued through the full use of EU funding instruments to support them as well as other dual-use initiatives in the space domain.

 

More information

Partager cet article

Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 08:55
Général Maire : « Balard, vers une meilleure gouvernance au service des opérations »

 

2 févr. 2015 Ministère de la Défense

 

Le général d’armée aérienne Gratien Maire, major général des armées, explique en quoi l’implantation du ministère de la Défense sur le site de Balard initiera une meilleure gouvernance au profit des opérations menées par les armées.
Cette interview, accordée à la Rédaction, complète l’épisode 1 de la websérie « Balard, la Défense ensemble ».

Partager cet article

Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 18:35
Japan Successfully Launches New Spy Satellite

 

02 Feb. 2015 by Maki Catama -- aseanmildef.com

 

TOKYO, – Japan successfully completed the launch of a radar reconnaissance satellite on Sunday morning, the Kyodo news agency reports.

The launch was performed from the Tanegashima Space Center in the Kagoshima Prefecture in the south of Japan at 10:21 local time (01:30 GMT). The satellite was taken into orbit by the H-2A (H-IIA) carrier rocket.

This is the fifth spy satellite that Japan has launched into the Earth's orbit. It will allow to capture objects on the surface of the Earth at high resolution during nighttime and through clouds. The other four Japanese satellites that are orbiting the Earth include two optical imaging spacecraft and two radar imagers.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 08:50
Galileo : les lancements de satellite vont pouvoir reprendre

 

28.01.2015 Le Monde.fr (AFP)

 

La Commission européenne a donné, mercredi 28 janvier, son accord à la reprise de lancements de satellite du GPS européen, Galileo (Global Positioning System, système de localisation mondial). Le prochain tir est prévu à la fin de mars sur une fusée Soyouz, a annoncé la société Arianespace. « Nous sommes prêts pour un lancement le 26 mars », a précisé Stéphane Israël, président-directeur général de cette société chargée des lancements. « Je suis déterminée à remettre le programme Galileo sur les rails, a de son côté déclaré la commissaire européenne chargée du marché intérieur et de l'industrie, Elzbieta Bienkowska, lors d'un discours prononcé à la 7e Conférence annuelle européenne sur l'Espace à Bruxelles.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 12:50
La fabuleuse année 2014 d'Airbus Space Systems

Espace Airbus Space Systems a été sélectionné pour fournir six satellites météorologiques Metop SG (seconde génération) pour le compte de l'Agence spatiale européenne (ESA) et Eumetsat (Crédits : Airbus Defence and Space)

 

22/01/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La filiale spatiale du groupe Airbus, Space Systems, a réalisé en 2014 une année "exceptionnelle". Elle a engrangé 14 commandes de satellites, dont dix dans le domaine de l'observation.

 

Pour Airbus Space Systems, ce sera très, très difficile de faire mieux en 2015... Car l'année dernière a été "exceptionnelle" sur le plan commercial comme le souligne Airbus Defence and Space dans sa présentation. En 2014, la filiale spatiale d'Airbus Group a engrangé 14 satellites, dont quatre de télécoms, et s'est également vu notifier le développement du futur lanceur européen Ariane 6 par l'ESA. Ce qui porte son carnet de commandes à 39 satellites. Impressionnant...Cette performance commerciale lui permet de sauver environ 600 emplois  dans le domaine des activités spatiales sur un plan de départ de 2.470 annoncé en janvier 2014.

"Les prises de commandes sont très, très sensiblement supérieures au chiffre d'affaires en 2014", a assuré mardi lors de la présentation des vœux à la presse le président d'Airbus DS en France et directeur général de Space Systems, François Auque, qui n'a pas voulu donner le montant de ces commandes. Il a en revanche souligné qu'Airbus Space Systems, qui a vu en 2014 sept de ses satellites mis en orbite (5 télécoms et 2 observation), était "la société la plus fiable au monde dans les satellites de télécoms".

Le constructeur a battu à nouveau le record de longévité en orbite pour le satellite de télécoms Inmarsat 2-F2 : 23 ans et demi au lieu de 10 ans prévus à l'origine, contre 22 ans et demi pour Inmarsat 2-F1 déjà fabriqué par Airbus Space Systems. "Ce record démontre à nouveau qu'Eurostar est la plate-forme la plus fiable au monde", a-t-il précisé, tout en ajoutant sur le ton de la plaisanterie que les ingénieurs d'Airbus "n'avaient pas sens du business. C'est gâché le métier..."

 

Champion de la propulsion électrique

Dans les télécoms, Airbus DS se revendique comme le numéro deux mondial en valeur de prises de commandes (24% de parts de marché) avec quatre satellites, dont deux tout électriques (SES12 et Eutelsat 172 B), qui "font de nous les champions de la propulsion électrique de forte capacité et des charges utiles flexibles", et deux classiques : SES 10 et EchoStar105/SES 11, qui est le 3ème satellite vendu aux États-Unis en trois ans par Airbus. C'est le "premier achat d'EchoStar à un fabricant non américain", a assuré Airbus DS.

François Auque a également précisé que Airbus Space Systems avait également été sélectionné en 2014 pour un cinquième satellite, dont le contrat reste encore à signer pour rentrer dans le carnet de commandes. "Nous sommes le seul fournisseur à servir les sept plus grands opérateurs de télécommunications mondiaux", a-t-il expliqué. Enfin, Airbus Space Systems a trouvé un accord avec son concurrent mais partenaire Thales Alenia Space (TAS) pour présenter une offre commune pour le programme de deux satellites de télécoms militaires Comsat NG à la direction générale de l'armement (DGA). Pour sa part, TAS a engrangé cinq satellites de télécoms sur un marché accessible de 25 satellites. "Mais le volume est moins important que la qualité", a estimé François Auque.

 

10 satellites d'observation

En outre, Airbus Space Systems a vendu dix satellites pour l'observation de la Terre et les sciences : six satellites météorologiques Metop SG (seconde génération) pour l'Agence spatiale européenne (ESA) et Eumetsat, le premier satellite péruvien d'observation de la Terre PeruSat-1, deux satellites Falcon Eye pour les Émirats arabes Unis, dont le contrat a la particularité d'avoir été signé deux fois, et enfin Cheops (CHaracterising ExOPlanet Satellite) pour l'ESA.

Enfin, le constructeur européen a été présélectionné pour deux autres satellites d'observation (Merlin et Sentinel 6/Jason) et a été également choisi pour livrer deux instruments à l'ESA (spectromètre haute précision de Sentinel 5) et à la Corée du Sud (radar spatial de Kompsat 6).

 

Les défis de 2015

Airbus Space Systems doit livrer en 2015 neuf satellites à ses clients : six satellites de télécoms, Sentinel 2 (ESA), le premier satellite espagnol d'observation radar PAZ et enfin Lisa-Pathfinder dans le domaine de la science. Le constructeur devra également renouveler son carnet de commandes. Trois satellites sont déjà en stand-by : un dans les télécoms et deux dans l'observation (Merlin et Sentinel 6).

Enfin, Airbus Space Systems devra accompagner la montée en puissance la nouvelle société commune, Airbus Safran Launchers, garantir le succès du programme Ariane 6 et livrer sept  lanceurs à Arianespace, dont la première version Ariane 5 ES adaptée au lancement de quatre satellites Galileo. Pour le développement d'Ariane 6, "le temps est un facteur clé", a-t-il rappelé, évoquant une concurrence très forte.

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 07:20
Third Lockheed Martin-Built MUOS Secure Communications Satellite Launched and Responding to Commands

The U.S. Navy's third Mobile User Objective System (MUOS-3) satellite launched at 8:04 p.m. EST tonight aboard a United Launch Alliance Atlas V.

 

CAPE CANAVERAL AIR FORCE STATION, Fla., Jan. 20, 2015Lockheed Martin

 

The third Mobile User Objective System (MUOS) satellite built by Lockheed Martin for the U.S. Navy is now responding to commands after being launched here today. An initialization team, led by the company, is operating the MUOS-3 satellite from the Naval Satellite Operations Center located at the Naval Base Ventura County, Point Mugu, California.

The MUOS satellite constellation operates like a smart phone network in the sky, vastly improving current secure mobile satellite communications for warfighters on the move. Unlike previous systems, MUOS provides users an on-demand, beyond-line-of-sight capability to transmit and receive high-quality, prioritized voice and mission data, on a high-speed Internet Protocol-based system.

“Thanks to the Atlas team for the safe delivery of MUOS-3 into our Geosynchronous Transfer orbit,” said Iris Bombelyn, vice president of Narrowband Communications at Lockheed Martin. “We look forward to completing our on-orbit health checks and delivering this important asset to the U.S. Navy. The addition of this satellite will give the MUOS constellation coverage over more than three-quarters of the globe, further extending the reach of the advanced communications capabilities MUOS will provide our mobile warfighters.”

MUOS-3 launched at 8:04 p.m. EST aboard a United Launch Alliance Atlas V rocket and will transition over the next nine days to reach its geosynchronous orbit location 22,000 miles above the Earth. The solar arrays and antennas will then be deployed, and on-orbit testing will start for subsequent turn-over to the Navy for test and commissioning to service.

Earlier today, before the MUOS launch, Lockheed Martin employees visited six classrooms totaling about 280 seventh and eighth-graders at nearby Ronald McNair Magnet Middle School in Rockledge, Florida, to demonstrate important principles of space engineering through a hands-on activity and to encourage science, technology, engineering and math (STEM) education. Six members of the school’s science department and faculty later attended the launch viewing.

MUOS is the Navy’s next generation secure mobile satellite communications system which will eventually replace the legacy Ultra High Frequency (UHF) Follow-On system. MUOS satellites have two payloads to ensure access to UHF narrowband communications as well as new capabilities. MUOS’ advanced Wideband Code Division Multiple Access (WCDMA) payload incorporates commercial technology and a new waveform to provide users priority-based capacity.

Once fully operational, MUOS will provide 16 times the capacity of the legacy system. More than 50,000 terminals that are in the field today can be retro-fitted with WCDMA.

Prior to its launch, the MUOS-3 satellite was built at Lockheed Martin’s Sunnyvale, California, manufacturing facility. The satellite was shipped to Cape Canaveral Air Force Station on Nov. 5, and encapsulated into its launch fairing on Dec. 18.

The MUOS constellation is expected to provide warfighters full global coverage before the end of 2015. MUOS-1 and MUOS-2, launched respectively in 2012 and 2013, are already operational and providing high-quality voice communications. MUOS-4 is on track to launch later this year. The fourth and final required MUOS ground station also is expected to be delivered to the Navy early this year.

Lockheed Martin Space Systems, Sunnyvale, California, is the MUOS prime contractor and system integrator. The Navy's Program Executive Office for Space Systems and its Communications Satellite Program Office, San Diego, California, are responsible for the MUOS program.

Headquartered in Bethesda, Maryland, Lockheed Martin is a global security and aerospace company that employs approximately 113,000 people worldwide and is principally engaged in the research, design, development, manufacture, integration and sustainment of advanced technology systems, products and services. The Corporation’s net sales for 2013 were $45.4 billion.

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 13:55
Visite conjointe du CEMA et du CNR à la Direction du Renseignement Militaire à Creil

 

20/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 19 janvier 2015, le général d’armée Pierre de Villiers s’est rendu à Creil, en compagnie de Monsieur Alain Zabulon, coordonnateur national du renseignement (CNR), pour une visite des services de la Direction du Renseignement Militaire.

 

Accueillis par le général de corps d’armée Christophe Gomart, directeur du renseignement militaire, le CNR et le CEMA se sont fait présentés différentes capacités, dont celles offertes par le centre de renseignement géospatial interarmées (CRGI) doté de moyens les plus moderne. Cet organisme, nouvellement crée, relevant du CEMA, poursuit sa montée en puissance. Il complète la palette d’outils et de capacités dont disposent les armées dans le domaine de la connaissance et de l’anticipation, fonction essentielle de la stratégie de sécurité nationale française.

 

Cette visite a permis de réaffirmer le rôle essentiel de la DRM, service de renseignement des armées, dans la planification et la conduite des engagements opérationnels à l’étranger.

 

Ce déplacement s’inscrit également dans le cycle des visites de terrain du CEMA. Il lui a permis de rencontrer les acteurs du renseignement militaires sur leur lieu de travail et de leur témoigner sa grande satisfaction pour leur engagement au quotidien.

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 17:55
EUROPYRO 2015  - 04 - 07 May 2015 Toulouse France

 

source GTPS.fr

 

EUROPYRO 2015 traitera des thèmes généraux et des évolutions majeures de la pyrotechnie au profit de la défense, de l’espace et de la sécurité.

 

Les communications aborderont les thèmes suivants :


• Les matériaux énergétiques et l’ingénierie moléculaire
intégrant les exigences environnementales, les nanomatériaux,
les procédés de fabrication et de contrôle.


• Les composants pyrotechniques et les systèmes relevant :


- Des technologies et dispositifs d’amorçage et d’allumage :
slapper, laser, initiateurs à pont semi-conducteurs (SCB),
MEMS,...

- Des nanotechnologies,
- Des munitions, des applications industrielles et de l’espace,...


• Explosifs et munitions MURAT


• Les propergols et leurs applications à la petite propulsion
solide et aux générateurs de gaz.


• Les explosifs industriels et les dispositifs de mise à feu pour
les mines et carrières et la démolition : nouvelles technologies
et développements en cours.


• Engins explosifs improvisés (EEI) : Contre mesures, détection et
investigations.


• Méthodologies applicables pour la conception,
à la démonstration de la fiabilité, de la sécurité pyrotechnique,
évaluation de la durée de vie, l’étude des effets
du vieillissement, la justification de la Muratisation :


- Modélisation et simulation,
- Procédures de test et de vérification.


• Les travaux sur les chocs et la détonique en rapport avec
le domaine des « Hautes Pressions Dynamiques » (HDP) initiés
sous l’impulsion du CEA


- Ondes de choc et écoulements associés,
- Transitions vers la détonation et étude de la zone de réaction,
- Ecoulements induits par laser et hautes puissances pulsées,
- Lois de comportements des matériaux, équations d’état,
- Modélisation et simulation.


• Management des risques et de la sécurité


- Evaluation des risques
- Retour d’expérience des accidents
- Sécurité industrielle


• Réglementation, environnement et élimination


- Directives européennes (CE 2013/29, CE2014/28, REACh,
GHS et CLP...) appliquées aux explosifs industriels
et aux articles pyrotechniques,
- Sécurité pyrotechnique dans l’industrie et pour
l’environnement,
- Dispositions et technologies pour le recyclage et
l’élimination des déchets pyrotechniques. 

 
 

 

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 08:20
U.S. Navy Poised to Launch Lockheed Martin-Built MUOS-3 Secure Communications Satellite

 

CAPE CANAVERAL AIR FORCE STATION, Fla., Jan. 16, 2015Lockheed Martin

 

The U.S. Navy and Lockheed Martin are ready to launch the third Mobile User Objective System (MUOS) satellite, MUOS-3, here on Tuesday, Jan. 20 aboard a United Launch Alliance Atlas V rocket. The launch window is between 7:43 p.m. and 8:27 p.m. EST.

A live launch broadcast will begin at 7:23 p.m. EST and will be accessible via the United Launch Alliance webcast. Click here for the live launch broadcast and webcast details.
 
MUOS operates like a smart phone network in the sky, vastly improving current secure mobile satellite communications for warfighters on the move. Unlike previous systems, MUOS provides users an on-demand, beyond-line-of-sight capability to transmit and receive high-quality, prioritized voice and mission data, on a high-speed Internet Protocol-based system.

“The launch of MUOS-3, and the near-term certification of our fourth and final Radio Access Facility, brings us to the brink of the global coverage we anticipate for MUOS communications. This government and contractor team knows how important this capability is for our protectors in harm’s way,” said Iris Bombelyn, vice president of Narrowband Communications at Lockheed Martin. “To deliver a satellite like MUOS is no small task and the team worked around the clock and through every holiday. We are honored to do so, because we know that our warfighters never stop in their own mission to keep us safe.”

Replacing the legacy Ultra High Frequency (UHF) Follow-On system, MUOS satellites have two payloads to ensure access to UHF narrowband communications as well as new capabilities. MUOS’ advanced Wideband Code Division Multiple Access (WCDMA) payload incorporates commercial technology and a new waveform to provide users priority-based capacity. Once fully operational, MUOS will provide 16 times the capacity of the legacy system. More than 50,000 terminals that are in the field today can be retro-fitted with WCDMA.

The MUOS-3 satellite was built at Lockheed Martin’s Sunnyvale, California manufacturing facility. The satellite was shipped to Cape Canaveral Air Force Station on Nov. 5, and encapsulated into its launch fairing on Dec. 18.

Lockheed Martin Space Systems, Sunnyvale, California, is the MUOS prime contractor and system integrator. The Navy’s Program Executive Office for Space Systems and its Communications Satellite Program Office, San Diego, California, are responsible for the MUOS program.

Headquartered in Bethesda, Maryland, Lockheed Martin is a global security and aerospace company that employs approximately 113,000 people worldwide and is principally engaged in the research, design, development, manufacture, integration and sustainment of advanced technology systems, products and services. The Corporation’s net sales for 2013 were $45.4 billion.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories