Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 16:55
Milipol Qatar : la sécurité intérieure, un secteur porteur dans les pays du Golfe

 

30.09.2012 france-moyenorient.com

 

Près de 40 entreprises françaises présents au Milipol Qatar

 

Depuis 1996 le salon Milipol Qatar, organisé par le Ministère de l’Intérieur de l’État du Qatar, accueille, tous les deux ans, les professionnels du marché de la sécurité intérieure des États du Moyen et Proche-Orient ainsi que de l’Asie. Point d’entrée de la sécurité au Moyen-Orient, le Milipol Qatar a accueillit lors de son édition 2010 près de 5000 visiteurs professionnels et plus de 200 exposants internationaux. L’édition 2012 qui aura lieu du 8 au 10 octobre devrait battre des records d’affluences.

 

Le marché de la sécurité regroupe à la fois des applications pour l’antiterrorisme, la biométrie, la vidéo-surveillance et bien évidemment la surveillance humaine. Organisé une année sur deux à Paris et à Doha, plus d’une quarantaine d’entreprise françaises seront présentes pour ce salon où le marché de la sécurité est devenu un business très juteux dans ces régions très surveillées. Durant l’été 2012

les cyber-attaques se multiplient contre les grandes compagnies du Golfe

 

 

Le Qatar a un programme d’infrastructure énorme en plein développement en ce moment et l’économie est en plein essor. Jusqu’à 75 milliards de dollars seront consacrés aux infrastructures nouvelles, des équipements publics, des installations sportives - la Coupe du Monde 2022, bien sûr - les communications et les transports, les sites stratégiques industriels, les sites pétroliers et gaziers. Tous ces éléments ont des exigences liées à la sécurité. Selon une étude d’Aprodex, la demande mondiale en matière de sécurité devrait augmenter de 7,4% par an jusqu’en 2014. Ce marché, " boosté " par l’anti-terrorisme et la lutte contre la criminalité est une aubaine pour les PME créatives ainsi que pour les industriels de la défense qui cherchent à trouver de nouveaux relais de croissance pour compenser la réduction des dépenses militaires en France.

 

Près de 40 entreprises françaises présents au Milipol Qatar

 

Pour conquérir des marchés internationaux notamment ceux du Moyen-Orient et du Maghreb, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon a créé sous l’impulsion des entreprises comme Metravib, Centralp Automatismes, Environne’tech, Ouvry SAS, Sorhea et Sunaero le premier Cluster Défense, Sûreté et Sécurité, le réseau EDEN( (European Defense Economic Network).

 

Parmi les entreprises françaises participant à Milipol Qatar 2012 : Alsetex, Arthus Bertrand, Bertin Technologies, Bull-Amesys, Canberra, CEA, Cegelec, Cilas, DCI, Technologies Egidium, Evolis, Gicat, et le Groupe Marck.

 

Alsetex, filiale du groupe familial français Lacroix Etienne, est spécialisée dans la conception et la fabrication de systèmes à létalité réduite pour les forces de sécurité.

 

De la broderie militaire et des drapeaux de cérémonie, Arthus Bertrand a progressivement étendu ses activités dans la conception et la fabrication de badges militaires et civiles, décorations, médailles officielles, les commandes et les mérites de nombreux et articles promotionnels.

 

Bertin Technologies est l’un des plus grands spécialistes français dans le domaine de l’innovation pour la défense et la sécurité intérieure, la sécurité industrielle et de l’environnement.

 

Bull-Amesys est la seule société européenne basée sur la technologie de l’information. La ligne de sécurité des solutions d’affaires offre une gamme complète de solutions pour la cyber-sécurité, TIC et de l’électronique pour les systèmes critiques et la guerre électronique et l’intelligence.

 

Canberra, une société du groupe Areva est le leader mondial en mesures nucléaires. CEA, un acteur de premier plan dans la recherche industrielle, a développé des technologies innovantes pour la sécurité mondiale.

 

En tant que fournisseur de premier plan de solutions et services technologiques, Cegelec conçoit, installe et maintient des systèmes ou sous-systèmes pour les infrastructures, l’industrie et le secteur du bâtiment.  

 

Cilas est engagé dans le développement de l’expertise en technologies laser et optiques et de l’industrialisation et la commercialisation d’une large gamme de produits et systèmes.

 

Les autres participants français sont Coges-Eurosatory 2014, Logic Instrument, Losberger RDS, MATIASAT Systeme, MATISEC, Metravib, Mirion Technologies, Morpho, Nautiraid / Squale, défense NBC de GIE, NBC-Sys, Nexter Systems, Panhard, Paul Boye Technologies, Proengin , Saphymo, Selp sécurisé, SERBE, SGO, Sita Remeditation, Sorhea, Sysnav, Teleflow SAS, Utilis SAS, Concepts V8, et Wolf sécurité internationale.

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 07:35


PSDC 01

 


28.09.2021 Source : © European Union, 2012 - EP

 

The SEDE subcommittee will consider the amendments to the draft report on the Implementation of the Common Security and Defence Policy (based on the Annual Report from the Council to the European Parliament on the Common Foreign and Security Policy) by its Chairman Arnaud Danjean (EPP).
When : 9 October 2012, 9:30-11:00   Where: Brussels, room JAN 2Q2    

Further information  meeting documents:

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 21:50

China Carrier (Liaoning)

 

Sep. 29, 2012 - By WENDELL MINNICK  Defense News

 

TAIPEI — As China celebrated the launch of its first aircraft carrier last week, images and video posted on the Internet raise new questions as to how far along the country has come in the development of its carrier capability.

 

Soon after the carrier, named Liaoning, was commissioned Sept. 25 at Dalian Naval Base, Western analysts began dissecting photos and videos posted by the country’s state-controlled media. Some believe the images raise the possibility that Liaoning might be closer to fielding a carrier-based fighter jet capability than previously thought, while others are unconvinced.

 

In the past, photos of what appeared to be the Shenyang J-15 Sea Shark fighter, a variant of the Russian Sukhoi Su-33, on the deck of the carrier were dismissed by analysts as mock-ups. No photos or videos have been seen of a fighter landing on or taking off from the carrier, but images and video from the induction ceremony show skid marks on the flight deck. A video also shows what appear to be the tail wings of two J-15s in the hangar deck.

 

Chinese media have consistently reported that the new carrier would be used primarily as a training platform and “to practice how to integrate with a combined task force,” said Gary Li, an analyst at U.K.-based Executive Analysis. Whether real aircraft or mock-ups, the presence of the planes on the ship indicates the Chinese are likely already — at the very minimum — practicing plane-handling techniques on the first-of-its-kind carrier.

 

According to Chinese state-controlled media, Liaoning is outfitted with state-of-the-art weapons, including a 150-kilometer-range active phased array radar capable of tracking 200 air targets; a 250-kilometer-range Sea Eagle surface-search radar; a 10-kilometer-range Red Flag 10 (FL-3000N) anti-missile system; and a two-kilometer-range 30mm 1030 automatic cannon for anti-ship missiles.

 

Besides the J-15, other aircraft could include the Zhi-8 transport helicopter and Kamov Ka-28 anti-submarine warfare (ASW) helicopter.

 

Some analysts said the People’s Liberation Army Navy (PLAN) might use the carrier initially as a helicopter carrier, akin to Japan’s Hyuga-class helicopter destroyers or the U.S. Navy’s Wasp-class amphibious assault ships.

 

“It is clear from certain pictures taken by the Chinese press in and around the carrier during the induction ceremony that there has been testing of the J-15 on the Liaoning,” Li said. “Tire marks on the runway suggest taking off and landing during sea trials, and one cameraman even managed to capture a J-15 test plane in the below deck hangar.”

 

But not everyone is convinced.

 

“I’m having trouble believing they’ve actually landed J-15s on this thing,” said Roger Cliff, a China military specialist at the Project 2049 Institute. Skid marks on the deck could be “touch-and-go” landings.

 

“The skid marks are well forward of where the arresting gear is,” he said. There is the possibility that they are also practicing takeoffs at sea.

 

“They could put J-15 prototypes, or even J-11s [Su-27], on the ship with a crane, take the ship out to sea, and practice taking off, landing back on dry land,” he said.

 

China would need a fighter that can handle a 3-degree angle of drop and a pilot would need to make several land-based arrested landings before trials can begin at sea, where the deck is pitching, Cliff said.

 

“When practicing on land, the consequence of touching down a foot behind where the deck starts is a poor landing score. If you do that on a carrier, you’re looking at a new aircraft, a new pilot, and repairs to the stern of the carrier,” he said.

 

Li said the J-15 is just one piece of the puzzle China needs to figure out.

 

“The lack of an early warning aircraft like the E-2 Hawkeye, even though a prototype has been spotted recently, and not enough dedicated ASW assets to go around in the form of Ka-28s [ASW helicopters], will mean that the Liaoning is not going to be conducting carrier operations in the true sense of the word for some time,” Li said.

 

Regional Jitters

 

The carrier could have a future combat role. Though analysts disagree about its capabilities, especially against the U.S. or Japanese navies, neighbors with territorial disputes with China in the South China Sea, such as the Philippines and Vietnam, are taking the threat seriously.

 

“China operating a large carrier is no doubt raising concern among the other Asian nations,” said Bernard “Bud” Cole, author of “The Great Wall at Sea.” The addition of a carrier provides the PLAN “for the first time with a classic means of effectively projecting naval power at significant distances.”

 

“My sense is that the Chinese carrier has already served China well as a powerful information warfare tool, despite having not operated as a carrier yet,” said Bob Nugent, vice president of naval advisory services at AMI International, based in Seattle. From a strategic point of view, he said, the ship “sends the same message that much of the rest of its naval development over the past 20 years has — China will be a global naval power.”

 

What specific mission Liaoning and its successors will carry out remains to be seen, Nugent said, but the “inherent flexibility of the carrier flight deck, perhaps the ultimate ‘reconfigurable mission module,’ means that whatever the mission — from defensive sea denial to offensive power projection — the ship and its follow-ons can be quickly adjusted and moved to be ready.

 

“While she is clearly a test platform first, it is worth keeping in mind that other navies have pressed their test carriers into wartime service when needed,” Nugent said.

 

In a broader sense, the Chinese carrier program could spark an arms race in the region.

 

“The carrier will provide additional motivation for the other Asian nations to continue and perhaps accelerate their ongoing naval modernization programs,” Cole said.

 

Cole points to Japan’s acquisition of small carriers and new submarines; Australia’s plan to acquire a new class of submarines and its efforts to modernize its Navy in general; acquisition of submarines by Indonesia, Malaysia and Singapore; and a stated desire to acquire submarines by Thailand and the Philippines.

 

“Further, the Indian Navy has very ambitious modernization plans, to include nuclear-powered submarines and three aircraft carriers: Those plans will likely receive a significant boost the first time a Chinese carrier steams west of [the Strait of] Malacca,” Cole said.

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 08:00

photo-officielle-jean-yves-le-drian

 

28/09 Par Alain Ruello – LesEchos.fr

 

C'est ce que prévoit le projet de budget 2013 du ministère de la Défense. Egalement inscrites, les commandes d'avions ravitailleurs et la hausse des crédits de recherche amont.

 

On ne sait pas encore quoi, mais on sait à peu près combien, et surtout quand. Le projet de loi de finances 2013 du ministère de la Défense nous apprend que parmi les principales commandes budgétées l'année prochaine figure celle d' «un premier » système intermédiaire de drones de surveillance et de reconnaissance Male (moyenne altitude longue endurance). Voila pour la quantité, sachant qu'un système comprend en général une poignée d'aéronefs et les stations au sol nécessaires pour les faire fonctionner. Reste à savoir qui sera l'heureux élu.


A ce stade, la DGA n'en finit pas d'étudier les mérites comparés de la solution poussée par Dassault, basée sur le Heron TP de l'israélien IAI, ou de celle portant sur l'adaptation par Cassidian, la branche défense d'EADS, de Predator de l'américain General Atomics (relire  : Drones  : Jean-Yves Le Drian réserve toujours sa décision).

De nouveaux avions ravitailleurs et de transport

 


Autre bonne surprise, pour Airbus cette fois-ci, le budget 2013, prévoit l'achat de nouveaux avions ravitailleurs et de transport. Il est temps car la flotte actuelle, composée de 11 C135FF et de 3 KC135R, affiche plus de 50 ans au compteur. Les futurs avions, des dérivés de l'A330 civil, prendront aussi le relais des 3 A310 et de 2 A340 qui servent à transporter fret et personnel. Le principe d'une acquisition patrimoniale (plutôt que d'un contrat de location) a été retenu, pour une première livraison prévue fin 2017.


Le ministère de la Défense a aussi prévu de moderniser les avions de patrouille Atlantique 2, de quoi garnir la nouvelle co-entreprise d'optronique de Safran et de Thales avec un premier contrat. De même qu'il s'est montré généreux pour les crédits d'études amont (recherche), qui vont augmenter de 10 % l'année prochaine, pour atteindre 752 millions. Il serait toutefois intéressant de vérifier si cette progression n'est pas due au seul renouvellement de la dissuasion nucléaire.


Enfin, les ressources pour l'entretien des matériels s'inscrivent également en hausse, aussi bien en crédits de paiements (2,91 milliards d'euros, +8 %), qu'en autorisation d'engagements (3,66 milliards, +22 %). Les militaires n'ont pas vraiment le choix, car cet effort est le corollaire de la mise en service de très nombreux matériels modernes, hélicoptères et blindés notamment, donc bien plus chers à l'usage.

Tout cela s'inscrit dans un contexte financier qui reste contraint. Si le ministère de la Défense a réussi à stabiliser ses crédits, à hauteur de 31,4 milliards hors pensions, c'est surtout grâce à 1,3 milliard d'euros de recettes exceptionnelles tirées de la vente de fréquences hertziennes et d'immeubles. Surtout, 5,5 milliards de commandes prévues cette année et la prochaine, dont 4,5 milliards d'armements, ont été décalées, en attente des conclusions du livre blanc de la défense et de sa traduction en espèce sonnante et trébuchante dans la future loi de programmation militaire (relire La Défense répartit le gel des commandes d'armement en évitant les décisions irréversibles)

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 19:55
Budget défense : la France désarme massivement

 

28/09/2012 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Même si le budget de la défense est stabilisé en 2013 par rapport à 2012, il est très en-deçà de ce qui était prévu par la Loi de programmation militaire. Sur la période 2009-2013, l'Hôtel de Brienne aura perdu près de 5 milliards d'euros.

 

La France désarme massivement... alors que le monde, qui se fait de plus en plus menaçant, notamment en mer de Chine, sans parler de la Syrie, se réarme tout aussi massivement. Ce n'est pas une décision spécifique au nouveau gouvernement Hollande, qui est dans la continuité des derniers budgets de la défense de l'ancienne majorité. Mais une chose est sure, la France désarme au plus mauvais moment... même si cela était attendu. Sur l'actuelle loi de programmation militaire (LPM), le ministère de la Défense aura déjà perdu trois milliards d'euros fin 2012, auxquels il faut désormais rajouter 1,8 milliard, soit la différence entre le projet de budget 2013 et ce qui était prévu dans la LPM.

 

Comment cela se traduit-il? Dans les faits, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, pourtant respecté par l'institution et les industriels de la défense, tente de minimiser cette décrue des crédits budgétaires en faisant valoir que "les ressources totales du budget 2013 sont identiques à celles de 2012". Soit 31,42 milliards d'euros, hors pensions mais avec des recettes exceptionnelles évaluées à 1,27 milliard d'euros en 2013 (cessions des bandes de fréquence des systèmes Rubis et Felin et cessions immobilières). "Pour 2014, les crédits budgétaires restent stables à 30,15 milliards d'euros", écrit-il dans la présentation de son budget. Sauf que voilà, le budget de la défense s'écarte inexorablement de la trajectoire budgétaire définie par la LPM 2009-2014. Fin 2012, le ministère aura déjà perdu "près de 3 milliards d'euros" par rapport à ce qui était déterminé dans la LPM. "En définitive, la mission défense a bénéficié de 125,8 milliards d'euros (contre 128,8 milliards prévus, ndlr), les ressources effectives s'écartant progressivement de la trajectoire initialement prévue", explique le ministère.

 

Près de 5,5 milliards de commandes décalées

 

Le ministère a d'ailleurs conscience de l'impasse budgétaire. "La stabilisation des ressources exige des économies importantes", estime-t-il. D'autant que la LPM prévoyait 33,2 milliards d'euros pour 2013 (hors pensions). Le ministère va donc économiser 7% sur le fonctionnement courant, respectant strictement la règle prévalant pour l'ensemble des administrations publiques de l'Etat. Il va également rogner sur la masse salariale à hauteur de 0,7%. "Outre la réduction des effectifs, les efforts se concentrent sur une maîtrise des mesures catégorielles et sur un nécessaire ajustement de la pyramide des grades", assure le ministère. Mais ce sont surtout les équipements qui vont trinquer. Près de 5,5 milliards de commandes prévues en 2012 et 2013 ont été décalées, dont près de 4,5 milliards sur les seules opérations d'armement. "Les aménagements retenus permettent de limiter la dépense de l'Etat, notamment en 2013 sans remettre en cause les contrats en cours", affirme le ministère. En outre, ces décisions évitent "d'anticiper les choix qui seront retenus dans le cadre du nouveau libre blanc et de la future LPM".

 

Selon le ministère, qui reste le premier acheteur et investisseur public, les dépenses au profit des équipements sont stabilisées à plus de 16 milliards d'euros, dont 3,4 milliards dédiés à la dissuasion, en dépit de décalages de certaines commandes. Les crédits de paiement prévus pour 2013 au titre de l'entretien programmé des matériels (EPM) -qui regroupe la majeure partie du MCO hors masse salariale, s'élèvent à 2,91­milliards d'euros, en augmentation de près de 225­ millions (soit 8%) par rapport à la LFI 2012. Enfin en 2013, il consacrera 3,3 milliards d'euros à la R&D. La défense augmente de plus de 10% entre 2012 et 2013 les crédits destinés aux études amont afin de préserver les dépenses d'avenir.

 

Quels matériels pour 2013 ?

 

L'année 2013 verra la poursuite de l'équipement des forces avec des matériels neufs tels que le Rafale ou les équipements FÉLIN, et sera marquée par l'arrivée de nouveaux équipements: adaptation du 2e SNLE au missile M51, un aéronef spécialisé dans le recueil du renseignement électromagnétique C160 Gabriel rénové, un centre de commandement, de détection et de contrôle des opérations aériennes aux normes OTAN de Lyon du système SCCOA, un centre de contrôle local d'aérodrome ainsi que 3 radars du système SCCOA et trois systèmes de drones tactiques SDTI.

 

Pour l'engagement des forces, les armées recevront 220 armements air-sol modulaires (AASM), deux avions de patrouille maritime ATL2 (traitement d'obsolescence des consoles et des systèmes de visualisation), 18 missiles EXOCET MM40 bloc 3, 4.036 équipements FÉLIN, 25 torpilles légères MU90, 11 avions Rafale, 4 hélicoptères de combat Tigre, un véhicule à haute mobilité (VHM) et 83 véhicules blindés de combat d'infanterie (VBCI). S'agissant de la projection, de la mobilité et du soutien, les militaires disposeront enfin des premiers avions de transport A400M mais aussi de trois avions de transport CN235, de 5 hélicoptères Cougar rénovés, de 12 hélicoptères NH90 (4 en version navale et 8 en version terrestre), de 72 porteurs polyvalents terrestres (PPT) et de trois systèmes de pose rapide de travures (SPRAT). Enfin, pour les missions de protection et de sauvegarde, un avion FALCON 50 (transformation en surveillance maritime), deux systèmes de défense sol-air FSAF SAMP/T, 20 missiles Aster 15, 23 missiles Aster 30 et 335 missiles rénovés Mistral seront livrés par les industriels.

 

Les avions ravitailleurs commandés fin 2013

 

Très peu de commandes pour 2013 et pour cause, 5,5 milliards d'euros sont décalés. Pour l'avion multirôle de ravitaillement en vol et de transport (Multi-Role Transport Tanker-MRTT ), "le principe d'une acquisition patrimoniale a été retenu. Le passage au stade de réalisation est prévu fin 2013, permettant ainsi d'engager le contrat d'acquisition en vue d'une première livraison fin 2017", explique le ministère de la Défense. Parmi les autres commandes figurent notamment : 3 systèmes de drones tactiques SDTI, 4.400 postes de communication tactiques CONTACT, le premier système intermédiaire de drones MALE, 220 AASM, 20 torpilles lourdes Artémis, lancement de la réalisation du missile de combat terrestre MMP, lancement de l'opération de rénovation de l'ATL2, 5 Cougar rénovés, 3 patrouilleurs et la contractualisation du partenariat public-privé bâtiments de soutien et d'assistance hauturiers (BSAH).

 

7.234 postes supprimés en 2013

 

Au total 7.234 postes vont être supprimés au ministère de la Défense l'an prochain, un chiffre conforme à la "trajectoire" de la LPM. Dans le détail, la mission Défense bénéficie de 38,2 milliards d'euros de crédits budgétaires (y compris les pensions) pour 283.735 emplois d'Etat. "Dans un contexte budgétaire très contraint, la mission Défense a participé à l'effort collectif de maîtrise des dépenses publiques", lit-on dans le document de Bercy. "Conformément à la volonté du président de la République, la trajectoire de la mission Défense (stabilisée entre 2013 et 2015 à 30,15 milliards d'euros hors pensions) est parallèle à celle du budget de l'Etat", est-il souligné.

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 19:45

http://www.act.nato.int/images/stories/media/images/2012/120928_coc//coc_07.jpg

 

28 September 2012 by Ms. Megan Thum, ACT PAO and Strategic Communications

 

Today marks the fourth welcoming ceremony of a new Supreme Allied Commander Transformation (SACT) to Allied Command Transformation (ACT) headquarters in Norfolk, VA.

 

French Air Force General Jean-Paul Paloméros has taken the handover from French Air Force General Stéphane Abrial in a ceremony and reception at the Half Moone Cruise and Celebration Center adjacent to Nauticus and the Battleship Wisconsin on the Elizabeth River.

 

NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen welcomed more than 800 attendees and addressed the job well done by General Abrial and the challenges ahead for General Paloméros.

 

Secretary General Rasmussen delivered his remarks enforcing the relationship and the great foundation that has been set fourth between General Abrial and General Paloméros.

 

"General Abrial has left you a command that is in very good shape. But, that does not mean that he has left you with nothing to do. On the contrary, you face a broad range of challenges. We look to you to help ensure that Allies, national and multinational contributions can be brought together effectively under NATO command and control so that the Alliance stays fit for purpose and fit for the future. I have every confidence in you that you will succeed. "

 

He continued his address to focus on the great strides General Abrial has made over his three-year tour in Norfolk. Secretary General Rasmussen stated, "For the past three years, we have worked very closely together. You have made a difference for NATO, for France and for Allied Command Transformation. You have brought a clear and coherent focus to the Command's wide range of work. Due to your efforts, this Command now lies at the very core of NATO's business."

 

For General Abrial, today's Change of Command was not only a handover of the Headquarter, but his farewell as he also leaves the French Air Force. He addressed the gathering of staff and colleagues for the last time, stating "And today, when I leave this great country, marks not only the end of my last command, but also the time for me to leave the French Air Force.  What better way to conclude a 40-year career: In the United States, with a multinational and prestigious Command, and at the service of NATO's common values."

 

General Paloméros, former Chief of Staff of the French Air Force, accepted his new position in a traditional ACT Command Exchange of Colours ceremony.

 

"Secretary General, the challenges that you have just outlined are considerable. I stand ready to pursue and implement multinational co-operation as you envisioned.  I have full confidence in the men and women I have the privilege and honour to command as of today. They are the best investment for the future; they are the real source of my motivation."

 

This event is the second time in NATO's 60 year history that a non-US officer has been permanently assigned to one of NATO's two Supreme Allied Commands.

 

The NATO Supreme Allied Commander Transformation preserves the peace, security and territorial integrity of Alliance member states through the transformation of NATO military forces, structures, capabilities and doctrine.

 

 

General Paloméros' biography.

Defence Video and Imagery Distribution System (DVIDS) .

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 19:25

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 21:26

A Danjean

 

27 septembre 2012 creusot-infos.com

 

L’élu de la Bresse a abordé les questions de défense européenne.

 

Député européen, le Bressan Arnaud Danjean a été auditionné mercredi matin par la commission du Livre Blanc de la défense nationale, au titre de ses fonctions de président de la sous-commission Défense du Parlement Européen. Il a planché sur la politique de défense européenne avec le Général Bentegeat, ancien chef d'état major de l'armée française et Pierre Vimont n° 2 du Service d'action extérieure de l'Union Européenne.

 

La commission doit élaborer le nouveau livre blanc sur la Défense Nationale d'ici à la fin de l'année. Arnaud Danjean a défendu - à l'instar de ses 2 collègues intervenants - le maintien d'une ambition forte, mais pragmatique, pour la politique européenne de Défense de la part de la France. En regrettant d'ailleurs que la communication actuelle du Président de la république France Hollande et de son gouvernement, parlent trop souvent d'une "relance" de la politique européenne de défense, «comme si on repartait de zéro. Alors même que les rares avancées de cette politique européenne ces dernières années furent toutes d'initiatives françaises et portées par l'ancien gouvernement, je pense ainsi à la mission anti-piraterie en Somalie qui est un grand succès, ou à celle en Géorgie après la guerre russo-géorgienne».

 

Les trois intervenants ont souligné que la réintégration de la France dans le commandement militaire intégré de l'OTAN, voulu par Sarkozy, a été «bénéfique vis-à-vis de nos partenaires européens, qui nous avaient toujours soupçonnés de bâtir l'Europe de la défense pour concurrencer l'OTAN, alors que c'est un rapport de complémentarité et de coopération qui doit prévaloir».

 

A l’issue des travaux, Arnaud Danjean a jugé les échanges intéressants. Il est vrai qu’à la commission siègent tous les chefs d'état major - marine, armée de terre, armée de l'air, chef d'état major des armées..., les haut cadres du ministère de la défense, les présidents des commissions parlementaires...

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 16:45
Naval force gears up for Cougar 12

Young Royal Marines Commando Officers in training conducting a beach insertion exercise Picture MOD 2012

 

27 Sep 12 UK MoD - A Training and Adventure news article

 

More than 3,000 sailors and marines are gearing up for a three-month training deployment to the Mediterranean - this year's key workout of the UK's high-readiness task force.

 

The deployment, known as Cougar 12, will see Royal Navy warships, Royal Marines commandos and naval airpower, which make up the Response Force Task Group (RFTG), train with French and Albanian maritime forces.

 

The RFTG was created under the 2010 Strategic Defence and Security Review and is a rapid reaction force that deals with unexpected world events that require military intervention.

 

Cougar 12 will start with a beach assault by the Royal Marines in the UK's South West, from 1-9 October, before the entire Group meets up in the Mediterranean later in the month.

 

Four warships, one amphibious support ship, a giant transport ship, three commando units, and helicopters and personnel from eight Fleet Air Arm, RAF and Army Air Corps squadrons are committed to the three-month deployment - in all more than 3,000 sailors, Royal Marines, soldiers and airmen.

 

 

Naval force gears up for Cougar 12

Three Sea Kings are recovered to the deck of HMS Illustrious

[Picture: Petty Officer (Photographer) Ray Jones, Crown Copyright/MOD 2012]

 

They will take part in two large-scale exercises, interspersed with various smaller exercises and training and goodwill visits - in some cases to places which rarely see the White Ensign.

 

The deployment will be the second test for the RFTG which was called upon last year to support operations off Libya: HMS Ocean launched repeated Apache gunship strikes from her flight deck while HMS Liverpool spent seven months enforcing the no-fly zone and preventing arms from reaching pro-Gaddafi forces by sea.

 

Twelve months on and Portsmouth-based HMS Illustrious will be taking HMS Ocean's place as the helicopter carrier assigned to the task group.

 

Illustrious will be joined by the nation's flagship, HMS Bulwark, from where Commodore Paddy McAlpine, Commander UK Task Group, and 3 Commando Brigade's Brigadier Martin Smith will direct Cougar 12.

 

They will oversee two key exercises: Corsican Lion, working hand-in-hand with the French and, later this autumn, the Group will shift to the Adriatic to work with the Albanian military.

 

Corsican Lion, in the second half of October, will see the RFTG link up with France's flagship, the aircraft carrier FS Charles de Gaulle - the most powerful surface ship in western European waters.

 

Her flight deck will be the launchpad for Super Étendard and Rafale jets, offering a first real glimpse of how the RFTG should look at the end of the decade when the new HMS Queen Elizabeth aircraft carrier enters service with the Royal Navy.

 

In the nearer future, Corsican Lion is the most important strand of Cougar and a major step along the road towards forging a fully-operational Anglo-French force by 2016.

 

There will be planned exercises with the US and Algerian forces and visits to Algeria and Malta - particularly poignant for Illustrious as she has ties with the island going back to her predecessor and the dark days of the Second World War:

    "Cougar 12 provides us with a superb opportunity to rekindle our amphibious capability after a prolonged period when our focus has been on operations elsewhere," said Cdre McAlpine.

 

His force stands at five days' notice to deploy anywhere in the world should the Government require it; in theory the Task Group can poise off the coast of 147 nations - three out of four countries in the world.

 

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 07:05

Europe Flag

 

25.09.2012

 

Alep, Damas,... corps jonchant les rues, quartiers éventrés, bombardements aveugles,... Images et récits intolérables qui nous renvoient directement aux heures les plus sombres de Sarajevo et de Grozny. Urbanicides. Et rien ne semble bouger. Les Etats-Unis sont en campagne électorale. Quant aux Européens, quand bien même voudraient-ils intervenir, ils ne le pourraient tout simplement pas. Car, comme le souligne le général français Jean Fleury, "pour la Syrie, la chanson n'est pas la même (que pour la Libye). (...) Nous ne sommes pas en mesure de l'affronter."(1)

Cette impuissance européenne ne conditionne pas seulement la résolution future d'un conflit qui s'installe dans la durée. Elle a contribué à la transformation d'un conflit politique - avec, de longs mois durant, des manifestations pacifiques réprimées dans le sang - en un conflit militaire totalement asymétrique. La "démocratie Potemkine" russe a utilisé à plein cette absence américaine et cette impuissance européenne. Elle a, d'une main, bloqué toute initiative sérieuse des Nations Unies et, de l'autre, continué à fournir un soutien militaire massif à Bachar El Assad. Et Vladimir Poutine de pousser son avantage. Enjeux : un dernier allié en Méditerranée, une formidable machine à fabriquer du consensus intérieur sur le mode de la grandeur russe retrouvée et de la fermeté dans la lutte contre une opportune menace islamiste et, enfin, l'occasion de consolider un axe Moscou-Damas-Téhéran-Pékin.

L'Europe du "soft power" est nue. Elle attend novembre comme on attendrait Godot. En espérant qu'alors les Etats-Unis bougeront ou que les insurgés auront pris le dessus. On ne sait trop. Il reste qu'au-delà de la Syrie, l'Europe doit sortir de cette insoutenable impossibilité stratégique.

Petite lueur. Le Ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a décidé de lancer une réflexion approfondie sur la politique de défense et de sécurité de la France. Première étape : "établir un Livre blanc qui définira notre stratégie de défense, les nouvelles menaces, les missions des forces armées et les priorités que la France doit élaborer, seule ou avec d'autres." Et point qui mérite d'être souligné, non seulement "le Parlement et l'état-major seront associés" mais aussi "des experts et des partenaires européens." (2) Voilà qui laisser présager d'une conviction sans doute, d'une prise de conscience très certainement, des limites d'une réflexion qui resterait purement nationale et, par conséquent, de la nécessité d'ouvrir le débat à la dimension européenne de la sécurité et de la défense.

Nul besoin en effet de remonter à l'échec de la Communauté Européenne de Défense (CED) de 1954 ni aux réalisations en demi-teintes qui ont égrené l'agenda européen de sécurité et de défense au cours des dernières décennies pour considérer qu'il soit nécessaire de remettre l'ouvrage sur le métier. Si l'Eurocorps (3) n'est pas un échec en termes militaires, il l'est très certainement d'un point de vue politique. La force "européenne" d'intervention rapide de 60.000 hommes qu'il était censé incarner n'a jamais été réellement utilisée. En matière de coopération dans la conception et la fabrication d'armements, la cacophonie a plutôt été la règle (4). Léopard, Leclerc, Ariete et Challenger : rien moins que quatre chars d'assaut européens. Dans le secteur aéronautique, on peut blâmer (5) le F-35 américain (6) ou tirer toutes les leçons politiques et industrielles des programmes concurrents du Rafale et de l'Eurofighter. Ils ont largement contribué à empêcher la conception d'un avion européen de 5° génération (7). Quant à celui de 6° génération (Unmaned Aerial Vehicle), on ne sait trop si le contrat d'études signé par les ministres Le Drian et Hammond dans le cadre du traité de Lancaster House suffira à dissiper les doutes de ceux qui, "à Paris, (...) craignent que Londres renonce au drone armé du futur lancé en commun". (8) Sans oublier qu'en l'absence d'acteurs industriels tels que EADS, Finmeccanica (9), Saab, ... il est, à ce stade, difficile de qualifier ce programme d'"européen". A moins, bien sûr, que le récent projet de fusion entre Bae Systems et EADS ne se concrétise...

Les indépassables limites des armées nationales européennes

"Depuis la guerre du Golfe en 1991, nous savons qu'aucun pays européen n'est en mesure d'accomplir seul à longue distance une intervention d'envergure. Depuis la Libye, nous savons que le Royaume-Uni et la France, même ensemble, sont incapables d'accomplir, sans d'autres concours, une opération de moyenne intensité à proximité de leurs territoires. La démonstration faite en Libye montre que la coopération franco-britannique, aussi utile soit-elle, ne sauvera pas la cause d'une défense européenne sinistrée". (10) Le constat de Louis Gautier est sans appel. Il n'est pas le seul. Pour Jean-Pierre Maulny "plus que de l'OTAN, ce sont des moyens militaires américains dont nous avons eu besoin en Libye". (11) Pour Frédéric Lemaitre et Natalie Nougayrède "la guerre en Libye, vantée par Mme Clinton à Munich comme un exemple de bon travail d'équipe, avait en fait provoqué un choc psychologique violent : le Pentagone constatait avec effarement l'incapacité des Européens - y compris de la France et du Royaume-Uni - à "tenir la distance", en munitions, renseignement, et ravitaillement. Toutes ces lacunes avaient dû être compensées, dans l'urgence, par l'allié d'outre-Atlantique." (12)

Mais les limites des armées nationales mises en évidence par les expériences de la guerre du Golf (1991) et de l'opération libyenne ne sont pas les seules. En termes de projection de forces, une présence simultanée sur trois théâtres différents (Côte d'Ivoire, Afghanistan et Libye) a mis le dispositif français au point de rupture. Quant aux groupes aéronavals, important instrument de projection de forces, la France est aujourd'hui le seul pays de l'Union européenne à en être détenteur. A mi-temps cependant (13). Et l'on voit mal, vu l'état des finances publiques et les priorités du nouveau gouvernement français, comment le second porte-avions pourrait être inscrit dans la prochaine loi de programmation. Au Royaume-Uni, un porte-avions est en construction. L'avenir du second est plus incertain. Selon le professeur John Groom, il y a "de fortes raisons de penser que le second porte-avions, qui sera construit puisque les contrats sont signés, sera soit mis au rebut immédiatement, soit vendu à l'Inde". (14) Qui plus est, l'objectif - inscrit en filigrane dans le traité franco-britannique de Lancaster House, d'assurer l'interopérabilité des porte-avions britannique et français vient de faire long feu suite au choix opéré par le gouvernement Cameron en faveur de l'avion de chasse américain F35-B (15) incompatible avec le système à catapulte du porte-avions français.

Changement de paradigme géostratégique

Mais la question de la faiblesse stratégique des pays européens ne peut être lue à la seule lumière de la capacité (ou non) de mener des opérations de maintien ou de rétablissement de la paix. Elle s'insère au cœur des mouvements tectoniques qui travaillent le monde stratégique. Les Etats-Unis l'ont non seulement compris. Ils y répondent en déplaçant le centre de gravité de leur politique de sécurité de l'Atlantique vers le Pacifique et en demandant aux Européens d'assumer de plus grandes responsabilités. Ce à quoi ces derniers n'ont répondu jusqu'ici que par une nouvelle formulation du "dépenser moins et dépenser mieux" : la "défense intelligente". Simple "magie du verbe" pour le général belge Francis Briquemont qui rappelle que la production en commun d'équipements et d'armements par les pays de l'Otan "était déjà un objectif dans les années 70 et 80." (16)

Pour Louis Gautier "aucun grand projet de coopération militaire ou industrielle, aucune véritable avancée dans la mise en œuvre de la politique de sécurité et de défense commune n'ont été enregistrés après 2008". (17) Difficile en effet de considérer comme tels les projets communs - aussi utiles soient-ils - de création d'hôpitaux de campagne, de coopération pour la formation des pilotes d'hélicoptères, d'avions de transport et d'appareils de combat ou de surveillance maritime récemment adoptés par l'UE.

Comme le résume Yves Boyer "aujourd'hui, la défense européenne est dans les limbes. (...) Comment alors à la fois travailler à ce qu'elle finisse par se faire jour et, par ailleurs, garder la possibilité d'agir avec les Américains dans le cadre de coalitions ? Tel est le double défi que les Européens ont à relever." (18)

(À suivre : Un autre chemin vers une politique européenne de sécurité)
 
  1. « Syrie : pas d'intervention ! Les forces françaises ne peuvent affronter Damas », Général Jean Fleury, Le Monde, 24 août 2012
  2.  
  3. M. Le Drian est hostile à une vision « uniquement comptable » de la défense, propos recueillis par Nathalie Guibert, Le Monde, 7 juin 2012
  4.  
  5. L'Eurocorps rassemble des forces de cinq pays de l'UE : Allemagne, Belgique, Espagne, France et Luxembourg.
  6.  
  7. A la notable exception du groupe MBDA, leader européen dans le secteur des missiles, filiale d'EADS, BAE Systems et Finmeccanica
  8.  
  9. « «''Avec le Joint Strike Fighter (F-35), les Américains peuvent tuer l'aviation de chasse européenne'' assure un gradé français », Nathalie Guibert, Le Monde, 12 mai 2012
  10.  
  11. Huit pays participent aux côtés des Etats-Unis au programme : l'Australie, le Canada, la Turquie, la Norvège et quatre pays membres de l'UE : le Royaume-Uni, l'Italie, les Pays-Bas et le Danemark
  12.  
  13. « L'avion américain F-35 sème la zizanie en Europe », Nathalie Guibert, le Monde, 12 mai 2012
  14.  
  15. Les Européens, tous pays confondus, semblent avoir déjà perdu la bataille pour l'avion de combat de la 5° génération, bataille remportée, sans combat, par le F-35 de l'américain Lockheed-Martin
  16.  
  17. 8° groupe mondial d'armements selon le classement SIPRI 2010
  18.  
  19. « Politique de défense : non au déclassement. Il faut relancer la coopération européenne », Louis Gautier, Le Monde, 17 mars 2012
  20.  
  21. « Les Européens doivent saisir les opportunités de cette nouvelle doctrine américaine », Jean-Pierre Maulny (IRIS), LeMonde.fr, 19 janvier 2012
  22.  
  23. « L'administration Obama tend la main à l'Europe, tout en regardant vers l'Asie », Frédéric Lemaître et Natalie Nougayrède, Le Monde, 8 février 2012
  24.  
  25. L'unique porte-avions français, le Charles de Gaulle, nécessite une immobilisation d'un an et demi tous les sept ans ainsi que des immobilisations de six mois pour entretien intermédiaire. Il est opérationnel à 57-60 % du temps alors que les porte-avions à propulsion classique le sont à 78%
  26.  
  27. « Le Royaume-Uni et l'Europe », Ajr Groom, in Commentaires, numéro 137, printemps 2012
  28.  
  29. Le F35-B est la version à décollage court et atterrissage vertical ; le F35-C est la version à décollage avec catapulte
  30.  
  31. « L'ère de la stratégie du verbe », Lieutenant-Général Francis Briquemont, La Libre Belgique, 20 juin 2012
  32.  
  33. « Politique de défense : non au déclassement. Il faut relancer la coopération européenne », Louis Gautier, Le Monde, 17 mars 2012
  34.  
  35. « L'Europe reste le principal partenaire des Etats-Unis mais doit affronter deux défis », Yves Boyer (FRS), LeMonde.fr, 19 janvier 2012

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 17:25

système de défense anti-missiles Arrow 3

 

Tel Aviv, Israel (UPI) Sep 25, 2012 Spacewar.com

 

The crucial first test-firing of Israel's Arrow-3 interceptor missile, designed to destroy ballistic weapons, reportedly has been postponed despite efforts to boost the Jewish state's missile defenses amid threats of pre-emptive strikes against Iran.

 

The development of the Arrow-3 program, which is being carried out by state-owned Israel Aerospace Industries and Boeing of the United States, is a year behind schedule.

 

The first full-scale test, firing the two-stage missile against a simulated target, had been planned for this month but the U.S. weekly Space News reported the flight has been postponed until the end of the year.

 

IAI declined to say what the problem is but Israel's Globes business daily reported that it appears to be serious because the test missile has been returned to IAI for unspecified repairs from the launch site at Palmachim Air Base on the Mediterranean coast south of Tel Aviv.

 

Israel's national news agency reported in August that the new Block 4 generation of interceptors, radars and technologies for synchronizing Arrow-3 with U.S. systems is being installed in Israeli batteries, a process that could take some time.

 

Arrow-3, largely funded by the United States since the program was launched in 1988, is designed to intercept long-range ballistic missiles, which for the Israelis these days means Iranian or Syrian weapons.

 

It will be the top level of a four-tier missile defense shield, Israel's most advanced anti-missile system, able to intercept hostile missiles in space outside Earth's atmosphere. It will be able to engage at altitudes double that of the Arrow-2, the current mainstay for covering against ballistic missiles, using detachable warheads that become killer satellites that seek out targets and crash into them.

 

This highly maneuverable system uses a lighter missile than Arrow-2, not only extending Arrow-3's operational altitude but the missile's range as well.

 

The Israeli military's website says the mobile Arrow interceptors include a number of sensors able to identify and intercept incoming missiles with extreme accuracy. These are hooked into long-range, ground-based Super Green Pine radar systems which can identify and track missiles and a new missile control center linking the Arrow batteries, collectively known as the "Defensive Sword" unit.

 

The semi-mobile radar unit is an advanced version of the EL/M-2080 Green Pine system used in Arrow-1 and 2. It's built by Elta, a subsidiary of IAI's Electronics Group. The various components are controlled by the mobile Citron Tree battle management center, built by Israel's Tadiran Electronics.

 

Since all these components are mobile to one degree or another, the system as a whole is more likely to survive pre-emptive strikes than fixed systems.

 

Arrow-3 is due to become operational in 2014 but it's not clear whether the current problems will delay that.

 

Arrow-1 was deployed in 2001 and replaced by Arrow-2. That system remains operational and will be maintain as a backup for Arrow 3, doubling Israel's chances of nailing hostile ballistic missiles.

 

The new variant is considered to be a far more advanced weapon than the U.S. MIM-104 Patriot, a long-range air-defense system built by Raytheon Integrated Defense Systems.

 

Israel's air defense shield has been integrated with U.S. systems during recent joint exercises to combat missile attacks.

 

Overall responsibility for Arrow lies with the U.S. Missile Defense Organization in Washington and the Israeli Defense Ministry in Tel Aviv.

 

IAI's MLM Division is the prime contractor. Apart from Boeing, which manufactures some 35 percent of the missile, key U.S. subcontractors include Lockheed Martin Missiles and Fire Control, which makes the radar seeker, and Raytheon, which produces the infrared seeker.

 

Boeing is expected to produce at least half of the Arrow-3 interceptors in the United States, with Israel handling the integration.

 

It sees prospects for export deals, something both Boeing and IAI are keen to promote as foreign sales of weapons systems have become of paramount importance to defense contractors amid widespread defense cutbacks.

 

India would like to buy an Arrow battery and purchased a Green Pine radar system in 2001. South Korea's also reported to be interested.

 

However, so far the Americans have blocked export initiatives, citing concerns regarding the Missile Technology Control Regime that limits the proliferation of ballistic missile technology.

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 12:20

RAF-Reaper--photo-UK-MoD.jpg

At Creech Air Force Base, Nevada, a Reaper drone prepares for a training mission

 

24 Sep 2012 By Rob Blackhurst - telegraph.co.uk

 

The unmanned aircraft patrolling the skies above Afghanistan are controlled by pilots sitting in front of screens as far as 7,000 miles away

 

Kandahar Airfield in southern Afghanistan is reckoned to be as busy as Gatwick. Every few minutes the cloudless skies are filled with the roar of a military fighter taking off – hugging the ground to avoid pot shots by the Taliban’s crude rockets before disappearing into the heat haze.

 

In between there is a more persistent sound: the high-pitched whirr of 'drones’ – military aircraft without a human on board – as they head out for 18-hour stints monitoring the vast empty spaces of Afghanistan. This sound, generated by the aircraft’s tail propeller, is a constant white noise for the inhabitants of Kandahar Airfield.

 

It is said the term 'drone’ originated with a 1930s pilotless version of the British Fairey Queen fighter, the 'Queen Bee’. But, with the new generation of insect-like small aircraft, together with its monotonous engine noise, the name has never been more apt.

 


Reaper drone flies over Afghanistan without pilot. Image: GETTY

 

Before 9/11, drones were a new, untried technology. Now it is estimated that 40 countries are trying to buy or develop unmanned aircraft. The United States operates 7,500 drones or, in the official parlance, Unmanned Aerial Vehicles (UAVs), making up more than 40 per cent of Department of Defense aircraft. They have been the weapon of choice for the US to assassinate 'high value targets’ – as the military call them – from al-Qaeda and the Taliban.

Last year in Libya an American drone identified and attacked the convoy Colonel Gaddafi was travelling in. A few hours later, after fleeing, he was caught by rebels and killed. And since the killing of Osama bin Laden, al-Qaeda’s top ranks have been eviscerated by drone strikes, culminating in June in the killing of Abu Yahya al-Libi, the al-Qaeda deputy in Pakistan. In military terms, their success is not in doubt. They have disrupted al-Qaeda by forcing its commanders to abandon telephones (drones can listen in on calls) and avoid meetings, communicating only by courier.

 

But drone strikes have also led to mass protests in Pakistan and spawned numerous campaigns against them. Do they really represent a new, sinister form of battle in which moral judgments are delegated to machines? And does their deadly accuracy ensure that 'collateral damage’ is minimised, protecting civilians in war zones? Or do they encourage trigger-happy pilots, free from risk in their cockpits on the ground?

 

Since 2007 the RAF has operated 39 Squadron, a detachment of five US-built MQ-9 Reaper aircraft at Kandahar Airfield. While America has a sprawling UAV programme targeting Islamic militants everywhere from Pakistan to Somalia, British Reapers have only ever been used as part of the official combat mission against the Taliban over Afghanistan.

 

The vast majority of the 38,500 hours of operations flown by the RAF Reapers have been in intelligence-gathering rather than in attacking targets. Most of the 35 RAF Reaper pilots are based at Creech, an airfield near Las Vegas, where they control the aircraft via satellite as they fly over Afghanistan.

 

An RAF Reaper drone in its shelter at Kandahar Airfield, Afghanistan, armed and ready for a mission (NEIL DUNRIDGE)

 

But the two-second delay between a pilot moving a joystick in Nevada and an aircraft responding in Afghanistan is enough to cause a crash during take-off and landing. Crews in Afghanistan control 'launch and recovery’ through direct contact with antennae on the aircraft. Half an hour after take-off, control of the Reaper is handed to a crew in Nevada; half an hour before landing, it returns to the crews on the ground in Kandahar.

 

Kandahar Airfield is a vast, crowded military camp, full of private-security contractors in new SUVs, soccer pitches, traffic jams, and the 'boardwalk’ – a Midwest-style town square where soldiers carrying automatic weapons visit frozen-yogurt outlets and TGI Friday’s. Far from prying eyes, the Reaper pilots work in a corner of the airfield behind concrete blast barriers to protect them from the sporadic Taliban rocket attacks.

 

Their cockpit is a cabin full of wires and computer servers – a sealed and spotless world without the film of white dust that covers Kandahar Airfield. The crew sit side by side in leather seats as if in a conventional aircraft, dressed in all-in-one khaki flight suits. A technician fiddles with wires on a bank of hard drives. Office carpets cover the floor. Apart from the low rumble of the air-conditioning, it is as silent as a cathedral.

 

A black-and-white screen is filled with the featureless landscape of southern Afghanistan’s red desert. The conventional head-up display is superimposed on the screen, as in any fighter aircraft, giving the details of altitude and pitch that a pilot needs. But, unlike in a conventional aircraft, the pilot can switch the camera view in front of him to see behind or below. He manoeuvres the aircraft with a games console-style joystick. In front of the pilot is a keyboard, next to him a telephone. Reaper pilots can make telephone calls, or email photographs to operational commanders; they can go to the lavatory or get coffee during a flight.

 

A slogan among Reaper pilots is 'no comms, no bombs’: the system is wholly dependent on satellite links working. If there is an IT breakdown, the Reaper’s lost link’ program directs it to land at the nearest air base. Seated next to the pilot, the sensor operator controls a swivelling electronic eyeball on the nose of the Reaper, fitted with infrared sensors for night vision.

 

'We can say to troops on the ground, “Hey, we saw this guy run out of the compound – he’s hiding in the field,”’ Winston, an American former F-16 pilot who has moved to the Reaper, says. 'We can see headlights and engines that are hot from vehicles that have run recently. If a command wire has been placed across the road, the infrared will show the earth a different colour where it has been disturbed – and you can save a convoy from driving over an IED.’

 

Half an hour earlier, via Internet Relay Chat (a kind of instant messaging), the pilots took control back from the crews in Nevada at the end of a mission without a word being spoken. The word ready appeared on the screen in front of us, typed by the pilot in Creech. The pilot in front of us replied, ready. ours. Then yours flashed up on the screen, confirming the handover.

 

Tension fills the cabin as the pilot lines up the Reaper with the runway for landing. No speaking is allowed, since landing the aircraft, with its long, glider-style wings and lightweight body, requires concentration. Sandstorms and 60-knot crosswinds frequently buffet the aircraft, and the margin of error between a safe landing and a crash is only one degree of pitch. As the infrared outline of the hot tarmac looms into view on the pilot’s screen, there is no sense that the aircraft is descending, nor any jolt as the undercarriage retracts.

 

All the sensory instincts a pilot normally uses are missing; he is forced to fly by the instruments. Reaper pilots rely on forward-facing camera and see through the 'soda-straw’ view. As the Reaper nears the ground, the pilot calls out the altitude: '10, 9, 8, 7, 6…’ The only way we know he has landed is when the altitude reading on the head-up display is zero feet.

 

A short walk from the flight cabins are the mess rooms of the huge US Reconnaissance Force Reaper unit that shares facilities and operations with the RAF. On the wall are children’s paintings with messages to Daddy, and vintage Apocalypse Now posters. Small talk is of next week’s squadron barbecue. In this US military milieu, the RAF has colonised a corner with Union flag-covered lockers and photographs of the Duchess of Cambridge. More startling are the 1970s photographs of a thickly mustachioed Burt Reynolds, mirrored in the upper-lip growths of the airmen sitting drinking soda. (It is the end of 'Moustache March’, an annual USAF contest to grow facial hair for charity.)

 

An RAF Reaper pilot at Kandahar Airfield, Afghanistan, controls a Reaper drone, with the help of a sensor operator, to his right (NEIL DUNRIDGE)

 

The RAF crews based at Creech take their place in a four-month rotation in the 'launch and recovery unit’ in Afghanistan. Sitting in the mess are Oz, a bald, middle-aged RAF Reaper pilot who has flown three tours of duty in the Tornado, and DJ, a former Royal Navy helicopter pilot. Both seem too grizzled to be described as PlayStation warriors. Like these two, all the RAF Reaper pilots have been trained to fly conventional aircraft, and most have fought in previous wars.

 

These pilots talk up the similarities with manned aircraft. Although they don’t suffer the exhausting effects of g-force and can’t look out of the window, they admit to flinching when they see something coming towards the aircraft.

'It’s irrelevant where you are physically sitting,’ Oz says. 'You’re attached to the airframe, you’re attached to the view that you see, and you’re attached to the laws of armed conflict.’

 

He reacts with cool anger to suggestions that this mode of war reduces victims to the status of players in a video game. 'It’s a bugbear of mine because I’ve had the accusation levelled that it’s a Star Wars game. It’s anything but. If we act like it’s Star Wars, there are people in the command centre watching us and listening to what we do. The taking of human life is not something to be considered lightly. OK, they are bad guys we are killing, but they are still human beings.’

He also bridles at the suggestion that UAVs leave moral judgments to machines. 'The plane cannot start, cannot fly and cannot release a weapon without us doing it. Human beings are in the cockpit – exactly the same as when I was flying a Tornado. We just happen to be 8,000 miles away from the plane.’

 

The courtly, upright American colonel in charge of Reaper operations, 'Ghost’, arrives, just back from the Kandahar military hospital, where he was visiting an American soldier shot in the leg on the battlefield. His Reapers provided 'overwatch’ while the soldier was evacuated by helicopter. It is common for the squadron to receive texts or emails of thanks from those they have protected. A group of Royal Marines made a trip to Las Vegas last year to thank the pilots in person.'We’ve had Humvees breaking down,’ Ghost says, 'and we’ve provided overwatch. You’re not going to get a good night’s sleep in the middle of the desert in Afghanistan normally, but if you’ve got a Reaper overhead that’s got your back, then you can.’

 

Afghanistan has been the ideal conflict for the Reaper. Unlike conventional fast-jets, which provide intelligence to troops on the ground only for short periods before having to refuel, the Reaper can stay in the air for 18 hours. It can stream real-time video feeds to troops for the duration of a skirmish, allowing them to see the Taliban’s positions on their laptops. And if they are required to fulfil their other major role, killing Taliban forces judged an immediate threat, they can circle for hours above a compound or a village, waiting for a confirmed sighting in the open of their target, before dispatching one of their laser-guided Hellfire missiles. These Taliban fighters won’t even know that they are being watched – at 15,000ft, Reapers usually fly too high to be seen or heard.

 

Stories spill out of the pilots. 'A British vehicle was disabled and the troops had to leave it,’ Oz says. 'The Taliban showed up in numbers. And we provided overwatch for them for hours while they [British troops] withdrew. They were able to withdraw without the fear of being overrun.’ Sometimes the threat of force isn’t enough, DJ says: 'We got called in because US Marines were under fire and were pinned down. We prosecuted [military jargon for 'killed’] two chaps. That broke their fire. The other four scampered, allowing the other Marines to withdraw.’

 

The Reaper pilots insist their high-resolution cameras, as well as the long periods that they can stay airborne, give them more time to weigh decisions before weapons are fired.

 

'On a fast-jet, because of the speed you’re coming in at, you don’t have the fuel and the time to hang around. But we can sit on top of this thing for hours at a time,’ Oz says. 'We have the luxury to pick up the phone and say, look – something just doesn’t look right here.’

 

This recently happened when the RAF Reaper pilots saw what they thought were Taliban insurgents preparing to fire. 'But something didn’t make sense. These guys seemed a bit too casual. So we checked for longer. As soon as these guys hit the road, they suddenly went into tactical column. We suddenly realised they were Afghan National Army. They weren’t the best-disciplined troops until their sergeant was looking at them. The luxury we have is that we can just sit there and say, we’ll just watch this for a few more minutes.’

 

The mantra that the Reaper pilots repeat is 'zero expectations of civilian casualties’. They are forbidden to attack buildings if there are women and children in the area and they avoid targeting property. In Afghanistan village life, Taliban fighters are never far away from women and children.

 

In internal reporting the RAF has dropped the term 'compound’ because it obscures the simple truth that these are houses. As one senior commander told me, 'We’re trying to get it into the guys’ heads that this is not compound no 28, it’s 34 Acacia Drive – so you don’t hit it.’

 

According to Oz, 'We’ll spend hours watching some guy. There have been plenty of times when I’ve had a clearly identified enemy combatant under my crosshairs and I haven’t been able to fire at him because he’s in a village and there are civilians around. If there’s any doubt, we won’t fire. Apart from the tragedy of wounding or killing an innocent civilian, it plays straight into the hands of the enemy for propaganda – it’s a double whammy. You have to wait for your opportunity.’

 

It is curious that civilian casualties from drone strikes receive so much attention, while those caused by conventional attack aircraft, whose pilots are also miles away from their targets, are overlooked. But this is because anti-drone campaigners doubt the MoD’s estimates of civilian casualties.

Reapers have, as of September this year, fired their weapons 319 times and killed four civilians in total since they started operating in Afghanistan, according to the MoD. These civilians died, along with two Taliban 'insurgents’, when two pick-up trucks carrying explosives were targeted by an RAF Reaper in Helmand. A military investigation concluded that this attack had been in accordance with correct procedures and UK rules of engagement.

 

Campaigners complain that the system for counting civilian casualties is flawed because it relies on villagers in remote parts of Afghanistan making the effort to report deaths to coalition forces. They also complain more generally about the secrecy around the Reaper programme, which fuels distrust. Only 40 per cent of drone strikes have been revealed in official RAF operational updates – the others remain classified. And there are no figures of how many 'insurgents’ have been killed (the deliberately vague term includes Taliban and al-Qaeda). The MoD attributes this to the need to not let their enemy know exactly how it is being targeted, and to difficulties in collecting information for an accurate body count.

 

The lengths of deployment for Reaper pilots, split between short stints in Kandahar and three years in Nevada, means that they have more experience of the war in Afghanistan than many of the soldiers on the ground. The terrain and the 'pattern of life’ in the villages they watch for suspicious changes become as familiar as those of their home towns. Often they observe a building for their whole shift and come back the next day to watch the same deserted building for another eight hours.

 

Does it get boring? Winston, the US Reaper pilot, admits, 'The honest answer is yes. You may get information that the unit is going into an area in three days and you’re told, “Don’t take your eyes off that building.” So you will fly in a circle for an eight-hour shift looking at it, and four hours in somebody walks in or walks out. You have no idea who it is. But somebody is watching the feed.’ (The audience for a drone feed can include troops on the ground, commanders in Afghanistan and intelligence analysts thousands of miles away.)

 

At times like this they find ways to relieve the boredom. 'You try and find humorous things. You see kids getting into fights and you’ll watch that, or traffic jams where some guy moves his goats across the road and people get upset.’ The stress of constant operations and long shifts, albeit with rest breaks, has led to fears of burnout among Reaper pilots. The almost limitless demand for 'overwatch’ creates a huge workload: every stream and every suspicious-looking building on a convoy route is checked for IEDs or a potential ambush by Reapers before troops go out on patrol.

 

The usual pattern of war fighting is to spend four months in a war-zone before returning home. But the Reaper pilots at their base in Nevada are commuter warriors: they work five days a week and drive home to their families at the end of their shifts. A tour of duty for them can last years. This changing tempo of war is taking a toll on pilots, even though they are not themselves in harm’s way. According to a survey by the Air Force School of Aerospace Medicine, nearly half the operators of UAVs have high levels of 'operational stress’ caused by long hours and extended tours of duty.

 


An RAF drone over Afghanistan, armed with two GBU-12 laser-guided bombs and four Hellfire missiles (CROWN COPYRIGHT)

 

The RAF is moving some pilots from three years in Nevada back to three more years on operations in a new Reaper control centre in Britain, where they will also pilot Reapers over Afghanistan. According to a squadron leader with several years’ experience flying the Reaper, 'Six years of permanent ops is something that we’re going to have to pay great attention to. Chronic fatigue could become an issue.’ The effect on pilots of this strange new state of being simultaneously at home and at war has not yet been tested.

 

About four per cent of US UAV operators have developed post-traumatic stress disorder, which some have attributed to the fact that powerful cameras show close-up footage of the targets of drone strikes after they have been killed. 'The cameras are good,’ Oz says. 'A Hellfire missile does have significant effects on the human body, and you should get to see that. If you can’t accept it, you are in the wrong job. But the weirdest thing for me – with my background [as a fast-jet pilot] – is the concept of getting up in the morning, driving my kids to school and killing people. That does take a bit of getting used to. For the young guys or the newer guys, that can be an eye opener.’

 

At sunset at Kandahar we walk on to the flight line to see the angular, insect-like Reapers close up. Two of the RAF Reapers, distinguishable by RAF roundels, are being refuelled and armed with Hellfire laser-guided missiles before being sent out again, two hours after their last mission. 'This is only a small fraction of the Reapers we have here – the rest are in the air,’ Ghost says.

 

The Reapers are sleek, shark-grey and about the size of a light aircraft – 'a Cessna with a missile’, as some of the fast-jet pilots like to call them. They are so compact because they do not need systems to support a human: no air system, pilot’s instruments or ejector seat. If a Reaper is shot down or crashes, the taxpayer loses tens of millions, compared with the hundreds of millions that a conventional jet can cost. And they never risk a pilot being killed or captured.

 

As a Reaper taxis by, I ask the 39 Squadron pilots how they cope with the 'chair-force’ jibes that come from fighter pilots. 'They can say whatever the hell they like,’ DJ says, more than a little testily. 'This is the leading edge of combat. As time progresses there is going to be a bigger appetite for these airframes,’ Oz admits. 'Flying a fighter aircraft was more fun. It was big, it was pointy, it went bloody fast and it carried big bombs. It was sexy. Who wouldn’t want to do that? Twenty-five years later I asked to come to the Reaper because it makes a significant contribution to the war.’

 

A short drive in a battered Land Rover across Kandahar Airfield is the headquarters of 617 Squadron, 'The Dambusters’, which flies Tornado fast-jets over Afghanistan. In the mess-room, where a flat-screen television and piles of DVDs kill time when they are on call to 'scramble’, I ask the pilots whether they would give up their fast-jets for UAVs. With varying degrees of politeness, they decline: 'I’ve no interest in flying Reaper. If I’m flying I want to be airborne,’ one says. But could their jobs eventually be replaced by UAVs? 'Reaper is absolutely the asset for Afghanistan but as soon as you start going up against anyone with a credible air threat we will have to pour money into aircraft that can fight back.’

 

It is a frequent criticism that Reapers work well in Afghanistan, where there is no air force and no accurate surface-to-air missiles, but in a conventional war these slow, fragile aircraft would be easy to shoot down. Though fast-jets such as the Tornado cannot stay airborne for as long, they can travel long distances more quickly. If troops are under fire at the far side of Afghanistan, the battle is likely to be over long before a Reaper arrives on the scene. Nor would Reapers fare well in colder, wetter weather.

 

Already the high rate of UAVs is a matter of concern to military planners. Figures are difficult to verify, but the UK Drone Wars website, run by anti-drone campaigners and using imperfect information, has recorded 14 drone crashes so far in 2012. The Los Angeles Times estimated in 2010 that 38 Reaper and Predator UAVs had been lost in Afghanistan and Iraq.

During the Balkan Wars, experiments with UAVs were abandoned because so many were lost in the bad weather. Fast-jet pilots argue that a crew in the air above the target can always make better judgments than a crew thousands of miles away. 'We can give more an interpretation of what’s going on,’ a Tornado flight commander says. 'It’s hard to put into words, but there is just that feeling of being there. You can see the whole situation and not just the target. The fact that you can look out of a cockpit and say, “There’s a village next to us.” We could be talked into thinking that a couple of men kneeling in the middle of the road at night look dodgy when it’s actually a guy changing a motorbike tyre that’s just had a puncture.’

 

Whatever the counter-claims between Reaper and fast-jet pilots, the arguments in favour of UAVs have been won in the Ministry of Defence. Later this year a new squadron will be established in Lincolnshire to pilot remotely five more Reapers – the first time that drone missions in Afghanistan will be been controlled from British rather than American soil. However, there are practical difficulties to overcome first. It remains unclear where the UK Reapers will be legally able to take off and land when combat operations end in Afghanistan in 2014. Civil Aviation Regulations prevent them from flying in British airspace since reaction times might not be fast enough to avoid collisions.

 

By 2030, the RAF estimates, a third of the force will be unmanned aircraft. An MoD report, 'The UK Approach to Unmanned Aircraft Systems’, predicts, 'Unmanned aircraft will eventually take over most or all the tasks currently undertaken by manned systems.’ The expensive F35B Lightning II fighter currently on order will be, it predicts, the last RAF fighter with a pilot in the air.

 

The UAV technology under development sounds like science fiction – from bee-size nano drones that can fly through windows to nuclear-powered drones that can fly for weeks without refuelling. Even if these wilder plans never see the light of day, the MoD has been funding the development of Taranis, a long-range jet-powered UAV attack aircraft that will be able to fly across continents.

 

The moral question overshadowing UAVs is whether their use trivialises the business of killing. According to the report 'Armed Drones and the PlayStation Mentality’ by Chris Cole, the director of the Drone Wars website, 'Young military personnel raised on a diet of video games now kill real people remotely using joysticks. Far removed from the human consequences of their actions, how will this generation of fighters value the right to life?’

 

From my experience at Kandahar this vision of teenage warriors seems far-fetched: the Reaper pilots I met were approaching middle age, softly spoken and sober about the life-and-death decisions with which they were charged.

It does, however, seem plausible that risk-free, long-distance strikes using UAVs could insulate the Western public from the human toll of war. If we can kill with such ease while protecting Western lives and avoiding the costs of deploying troops, will the bar be lower for governments to make war? Already, the creep towards a permanent state of war, via drone strike, can be seen. This year alone, the Obama administration has conducted drone strikes against al-Qaeda and its allies in Afghanistan, Libya, Yemen, Pakistan and Somalia. The Ministry of Defence candidly warns of these dangers in its report: 'We must ensure that by removing some of the horror, or at least keeping it at a distance, we do not risk losing our controlling humanity and make war more likely.’

 

These speculations become even more complex with the Frankenstein fear that, as UAVs become more advanced, they will be able to launch weapons without human input. There is a danger of an 'incremental and involuntary journey towards a Terminator-like reality’, the paper warns, and Britain must 'quickly establish a policy on what will constitute “acceptable machine behaviour”’.

 

Drones deliver death out of a clear blue sky. Victims will not have known their fate for more than a fraction of a second. Most of the time they won’t even have heard the Reaper’s engine. Is it possible such powerful weapons will hand a propaganda victory to those they are targeted against?

 

At some point military planners will have to face these issues. But, for the moment, the public is more likely to be swayed by the belief, shared by everyone on the ground in Afghanistan, that the Reaper has saved the lives of hundreds of British troops.

 

For the pilots, misgivings over a new weapon changing the nature of war are nothing new. On the flight line in Kandahar, DJ has to shout over the whine of a fully loaded Reaper about to take off for another long mission. He is dismissive of the angst surrounding unmanned aircraft. 'This goes back centuries. When it was sword versus sword and somebody started slinging an arrow over their head to the enemy – every time there’s an advance in military hardware, the other side says, “Are you playing fair?”’

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:25

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/ema/le-chef-d-etat-major/120924-cema-10eme-edition-de-l-universite-d-ete-de-la-defense/10eme-edition-de-l-universite-d-ete-de-la-defense-1/1963272-1-fre-FR/10eme-edition-de-l-universite-d-ete-de-la-defense-1.jpg

 

24/09/2012 Sources : EMA

 

Les 10 et 11 septembre 2012, l’amiral Edouard Guillaud, chef d’état-major des armées (CEMA) s’est rendu à l’université d’été de la Défense, qui s’est tenue à Brest, au Centre d’instruction naval et au Quartz.

 

La 10e édition de l’université d’été de la Défense a rassemblé près de 500 participants des cercles politiques, industriels, militaires et médiatiques autour du thème « Nouveaux enjeux économiques et géostratégiques ». Ils ont participé à des tables rondes organisées autour de cinq grands thèmes : le nouvel équilibre géostratégique mondial, la capacité industrielle souveraine, les grandes fonctions stratégiques, la cyberdéfense et la maritimisation.

 

M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a prononcé une allocution officielle lors du cocktail dinatoire qui a clôturé cette première journée.

 

Le 11 septembre, l’amiral Guillaud est intervenu à la séance plénière, à laquelle participaient notamment Mme Patricia Adam, présidente de la Commission de la Défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale, M. Jean-Louis Carrère, président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des forces armées du Sénat, M. Patrick Boissier, président directeur général de la DCNS (direction des constructions navales, services et systèmes), ainsi que le général Castres, sous-chef d’état-major « opérations » à l’état-major des armées.

 

La séance plénière a porté sur le Livre blanc de la Défense et de la Sécurité nationale (LBDSN) 2012 (actuellement en préparation) et sur la loi de programmation militaire (LPM). Il s’agissait de faire le point sur l’élaboration de notre outil de défense en termes de missions-capacités-finances, en prenant en compte ses dimensions européenne, « otanienne » et l’évolution de l’environnement géostratégique international depuis 2007.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 20:35
Asia Pacific-source harvard-edu

Asia Pacific-source harvard-edu

 

24.09.2012 Par Valérie Niquet, responsable du pôle Asie à la FRS - LE MONDE

 

Le 10 septembre, répondant à la décision de rachat des îles Senkaku à leur propriétaire privé par le gouvernement japonais, le ministère chinois des affaires étrangères a publié un communiqué en forme d'ultimatum faisant porter à Tokyo la responsabilité de "toutes les conséquences qui pourront s'ensuivre". Pékin rappelle que la Chine n'acceptera plus d'être "intimidée" et défendra le territoire "sacré" de la patrie. Le risque est désormais de voir le piège d'un engrenage incontrôlable se refermer en mer de Chine.

 

Condamnées à agir face à une opinion publique chauffée à blanc, les autorités chinoises ont dépêché une dizaine de bâtiments de surveillance et levé le moratoire sur la pêche dans la zone revendiquée par Pékin. Des centaines de bateaux pourraient se diriger vers les eaux territoriales japonaises, dans une exploitation des moyens civils au service d'un objectif militaire, selon les principes de la stratégie chinoise qui prône une "guerre sans limite". D'ores et déjà, les menaces de rétorsions économiques et de boycottage des produits japonais ont été utilisées sur Internet ou dans la presse chinoise. On se souvient qu'en 2010 la Chine avait utilisé l'arme du contrôle des exportations des terres rares - vitales pour l'industrie nippone de haute technologie - pour faire pression sur Tokyo alors que les tensions s'accumulaient en mer de Chine orientale.

 

Dans le même temps, des manifestations violentes accompagnées de pillages, autorisées, si ce n'est organisées par les autorités chinoises, se sont produites sur le territoire. Les biens et les personnes originaires de l'Archipel sont menacés et de grandes entreprises japonaises parlent à nouveau de quitter un territoire chinois où l'instabilité et les risques deviendraient trop élevés.

 

Conséquence immédiate, la Bourse de Shanghaï s'est effondrée et certains, en Chine, commencent à redouter les effets sur la croissance de cette stratégie de la tension. Si la Chine est devenue le premier partenaire commercial du Japon, l'Archipel contrôle des technologies vitales pour l'économie chinoise et demeure l'un des principaux investisseurs étrangers en Chine devant les Etats-Unis et l'Union européenne.

 

Les tensions autour de l'archipel des Senkaku-Diaoyu en mer de Chine orientale, administré par le Japon mais revendiqué par Pékin depuis 1971, ne sont pas isolées. Elles s'inscrivent dans un triple phénomène de manipulation des sentiments nationalistes en Chine depuis le milieu des années 1990, d'émergence décomplexée d'une puissance chinoise qui a semblé triompher seule de la crise de 2008, mais aussi de développement d'un sentiment paradoxal de fragilité du régime chinois confronté à des tensions économiques, sociales et politiques. Ce sentiment de fragilité est encore accru par les incertitudes de la transition politique que le 18e congrès du Parti communiste devrait entériner au mois d'octobre.

 

Le nationalisme, qui contribue à la légitimité du Parti, a pour principal objet le Japon, ennemi d'hier, puissance rivale aujourd'hui, allié des Etats-Unis et catalyseur de toutes les frustrations d'une puissance chinoise qui cherche à s'imposer dans sa zone. Au lendemain du 36e anniversaire de la mort de Mao, le premier ministre, Wen Jiabao, rappelait - à nouveau - le "siècle d'humiliation " que la Chine a traversé il y a peu, nourrissant un peu plus un sentiment de revanche très présent dans la population. "L'éducation patriotique" et sa dimension antijaponaise ont pris une part croissante dans la jeunesse et ont accompagné la reprise en main idéologique qui a suivi les événements de Tiananmen dans les années 1990. Alors que des réformes politiques graduelles apparaissent comme la seule stratégie viable de survie à long terme du régime, la crainte d'une "évolution pacifique" qui viendrait limiter l'influence des réseaux qui contrôlent le pouvoir chinois pousse au contraire au repli idéologique et à l'exploitation des sentiments nationalistes les plus exacerbés.

 

De leur côté, depuis 2008, les Etats-Unis ont été très touchés par la crise et Pékin a cru avoir le champ libre en Asie pour "saisir les opportunités" et imposer son leadership de puissance "émergente" face à une puissance "en déclin".

 

Les avancées de Pékin en mer de Chine depuis 2009, la constante mise en avant des "intérêts vitaux" - dont la mer de Chine semble faire partie - que le régime doit être prêt à défendre, y compris par la force, témoignent de cette assurance nouvelle du régime chinois en Asie.

 

Dans ce contexte, la stratégie de réengagement des Etats-Unis dans la zone, confirmée par le secrétaire d'Etat américain Leon Panetta, à l'occasion du dialogue Shangri-La qui s'est tenu à Singapour en juin, constitue pour la Chine un autre motif de déception et de frustration. La tentation est grande à Pékin, alors que les Etats-Unis entrent dans la dernière phase de leur période électorale, et que la relation avec la Chine constitue aussi un enjeu de la rivalité entre le président Barack Obama et Mitt Romney, de tester la réalité de cette volonté de réengagement de la puissance américaine en Asie.

 

Mais dans le même temps, en dépit de cette assurance nouvelle, le pouvoir chinois est conscient de ses faiblesses et de ses divisions. L'affaire Bo Xilai a révélé la corruption profonde du système. Signe de ce très grand sentiment d'incertitude, la "disparition" du vice-président Xi Jinping, pendant plus de deux semaines, a donné lieu, sur Internet, aux spéculations les plus folles.

 

Longtemps facteur de satisfaction pour le régime, le contexte économique est plus incertain alors que les effets de la crise mondiale se font sentir sur une économie très dépendante des exportations. Le rééquilibrage de la croissance est un échec. La consommation intérieure ne représente que 35 % du PIB, dix points de moins qu'en 2000, et l'indice Gini, indicateur des inégalités, est l'un des plus élevés au monde. Signe inquiétant pour le régime, comme à l'époque des Boxers lorsque la dynastie des Qing finissante tentait de manipuler le mécontentement populaire contre les étrangers, comme en 1919 lorsque le mouvement patriotique s'élevait contre une puissance japonaise à qui le traité de Versailles avait attribué les possessions allemandes du Shandong, certains des slogans utilisés dans les manifestations aujourd'hui dénoncent la corruption et l'inefficacité du pouvoir en place.

 

C'est dans ce contexte que, depuis 2009, les incidents et les provocations se multiplient en mer de Chine, face au Japon, mais aussi face aux Philippines, au Vietnam ou à l'Indonésie et même face aux Etats-Unis. Alors qu'en Asie du Sud-Est la Chine pouvait apparaître comme le moteur d'une régionalisation économique réussie, la multiplication des incidents sur mer, le caractère de moins en moins "pacifique" de l'émergence de la puissance chinoise la font apparaître aujourd'hui comme une menace fédérant dans une même inquiétude la quasi-totalité de l'Asie du Pacifique à l'océan Indien.

 

Face à cette menace, accrue par l'opacité du système politique chinois et les interrogations sur le rôle des éléments les plus radicaux - militaires ou civils - dans les prises de décision, la volonté de "retour vers l'Asie" des Etats-Unis a été très appréciée dans la région. Loin de la fin de l'histoire, ce sont des rapports de force proches de ceux de la guerre froide ou de l'Europe à la veille de la première guerre mondiale qui se mettent en place en Asie.

 

Aux Philippines, au Vietnam, des manifestations antichinoises sont organisées à chaque nouvelle crise, et Hanoï et Washington jettent les bases d'une coopération militaire. Au Japon, on veut croire aux déclarations de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton en 2010 plaçant l'archipel des Senkaku dans le périmètre couvert par l'accord de défense unissant Tokyo et Washington.

 

Dans la région, le développement des capacités militaires s'accélère. Alors que la Chine exhibe son nouveau porte-avions, le Vietnam achète des sous-marins à la Russie et les Etats-Unis annoncent l'élargissement de leur système de défense antimissile en Asie. Face à Pékin, Washington est confronté à un dilemme difficile à résoudre. Jouer l'apaisement et rester en marge serait donner carte blanche à un régime chinois qui ne raisonne qu'en termes de jeux à somme nulle. Ce retrait, en minant la confiance des alliés et partenaires des Etats-Unis, aurait des effets déstabilisateurs et pourrait précipiter une crise plus grave encore. A l'inverse, le jeu des alliances pourrait déclencher un conflit majeur dans la région.

 

D'ores et déjà, certains analystes en Chine tentent d'appeler les Etats-Unis "à la raison" et de persuader Tokyo de la fragilité de l'alliance de défense nippo-américaine. Il n'est pas certain que l'Europe ait pris la mesure de ces défis cruciaux dans une région qui voit transiter une part majeure du commerce mondial et concentre trois puissances nucléaires, sans compter les Etats-Unis et la Russie. Dans le contexte d'une crise économique, la tentation de la réduction des budgets de la défense est grande. Celle du retrait aussi. Pourtant, en dépit de l'éloignement géographique, les préoccupations des autres puissances asiatiques doivent être prises en compte face à une Chine dont les orientations stratégiques inquiètent. Dans un monde aussi globalisé, la montée des tensions en Asie aura des conséquences considérables sur nos propres équilibres et nos propres choix.

 

Spécialiste des relations internationales et des questions stratégiques en Asie, Valérie Niquet est depuis 2010 responsable du pôle Asie à la Fondation pour la recherche stratégique. Elle est également membre de l'Académie des sciences d'outre-mer et rédactrice en chef de la revue "Monde chinois-Nouvelle Asie". On lui doit une traduction critique en français de "Deux commentaires de Sun Zi" (Economica, 1994). Parmi ses nombreux articles et ouvrages, "Chine-Japon : l'affrontement" a été publié en 2006 chez Perrin.

 

 


L'instabilité des relations sino-japonaises

 

La qualité des relationss entre la Chine et le Japon dépend du contexte géostratégique et de l'analyse que le régime chinois peut en faire. Le 29 septembre marque le 40e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques. Si le rappel constant de la guerre sino-japonaise et de ses atrocités est au coeur de l'éducation patriotique en Chine, à cette époque, Mao, recevant une délégation de parlementaires japonais, remerciait le Japon pour un conflit qui avait permis au Parti communiste d'arriver au pouvoir.


L'établissement des relations diplomatiques s'inscrivait dans un contexte stratégique qui - pour Pékin - était dominé par la menace "principale" soviétique alors que des incidents armés entre les deux ex-pays frères s'étaient produits en 1969. La Chine décidait de se rapprocher des Etats-Unis - menace "secondaire" - dans un basculement stratégique marqué par la visite de Richard Nixon en février 1972. Surpris par ces évolutions dont il n'aurait pas été informé, le Japon décidait d'accélérer son propre rapprochement avec Pékin.


Pour la Chine, l'établissement des relations diplomatiques avec une puissance japonaise en plein élan lui permettait de sortir de l'isolement et de bénéficier - alors que la révolution culturelle avait laissé l'économie du pays exsangue - d'une aide considérable.


Pour Tokyo, l'établissement rapide des relations diplomatiques avec une Chine qui ne pouvait l'inquiéter apparaissait aussi comme une source d'opportunités nouvelles et le moyen de démontrer à Washington que, désormais, ce sont aussi les intérêts propres du Japon qui présideraient à ses choix diplomatiques.


Si la Chine - et Taïwan - avaient pour la première fois revendiqué l'archipel des Senkaku-Diaoyu en 1971, cette question de souveraineté ne constituait pas un enjeu majeur avec Tokyo. L'heure n'était pas à Pékin aux tensions avec le Japon devenu le premier pourvoyeur d'aide au régime. En 1992, Pékin pourra aussi se féliciter de la bonne volonté japonaise lorsque Tokyo sera la première puissance à rompre l'ostracisme imposé à la Chine par les puissances occidentales après les événements de Tiananmen en juin 1989. La visite de l'empereur du Japon en Chine, la même année, marquera l'apogée de ces relations.


Le contexte est bien différent. La menace soviétique a disparu et la Chine s'est hissée au deuxième rang mondial mais le régime continue d'analyser la situation internationale comme "incertaine". Cette fois, ce sont les Etats-Unis et leurs alliés en Asie qui suscitent son inquiétude.


Si les relations économiques entre Tokyo et Pékin sont marquées par une forte complémentarité, le Japon est aussi redevenu pour le régime chinois l'exutoire des frustrations accumulées dans la population. Cette stratégie de la tension, mise en oeuvre depuis la fin des années 1990 et la désastreuse visite du président Jiang Zemin à Tokyo, alimente en retour la radicalisation d'une partie de l'opinion publique japonaise face à une Chine qui déçoit et inquiète.


La question territoriale dans ce contexte n'est qu'un prétexte, ou le marqueur de l'état des relations entre les deux puissances asiatiques. En 1978, Deng Xiaoping, à la veille de lancer la politique de réformes et d'ouverture qui allait transformer le pays, déclarera que la question des Senkaku-Diaoyu devait être "mise de côté" pour laisser la voie libre à une fructueuse coopération entre les deux pays. L'archipel semble faire partie de ces "intérêts vitaux" pour la défense desquels les autorités chinoises multiplient les gesticulations martiales. Ainsi, le degré de tension entre Tokyo et Pékin, quel qu'en soit l'objet apparent, constitue un baromètre précis du degré d'ouverture et d'intégration au système mondial voulu par Pékin.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 07:50

http://i33.servimg.com/u/f33/14/53/18/45/haut10.jpg

 

© Inconnu. Les navires de l'opération Myrrhe : le porte-avions Foch, bâtiment de commandement et de ravitaillement Somme, la frégate (ou croiseur léger) Duquesne et le navire-atelier Jules Verne. Un SNA pourrait certainement être partie intégrante de cette escadre.

 

23.09.2012 Le Fauteuil de Colbert

 

La logistique navale n'est que trop rarement mise en avant alors qu'elle est parfaitement essentielle. Par exemple, pendant la seconde guerre mondiale, les allemands s'appuyaient intelligemment sur des pétroliers pour allonger le rayon d'action des raiders (les cuirassés de poche par exemple), des croiseurs auxiliaires et des sous-marins. Les alliés eurent bien des difficultés à enlever à l'Allemagne ce bras logistique qui démultipliait le rayon d'action de ses navires. Autre exemple, et plus près de nous, pendant la guerre des Malouines, la capacité de la Royal Navy à durer à la mer ne tenait qu'en sa capacité à ravitailler son escadre combattant en Atlantique Sud depuis la métropole. Si les Argentins avaient visé en priorité les navires logistiques anglais, la fin de cette guerre aurait pu être tout autre (comme dans le cas où les Argentins auraient réussi à se procurer quelques missiles Exocet de plus).

 

Globalement, il est impossible d'envisager l'action lointaine et durable d'une force navale sans qu'elle puisse s'appuyer sur un train logistique hauturier apte à ravitailler les navires en munitions, combustibles, nourritures et pièces de rechanges. Pour peser sur une crise, les outils militaires adéquats sont appelés à durer. En mer, il est donc nécessaire que le groupe naval puisse durer en face des côtes de la crise. Toutes les fois où la puissance aéronavale française a été engagée, les porte-avions durèrent à la mer, sans s'éloigner de l'épicentre de la crise -ce qui revient à dire que le lien doit être fait entre la base avancée et l'escadre. Mais cette nécessité de durer à la mer concerne aussi le groupe amphibie (voir la présence du Tonnerre pendant la crise présidentielle ivoirienne) et le groupe de la guerre des mines (voir son action durable (un peu plus de 4 mois) et bénéfique dans la dépollution des eaux koweïtiennes (quand l'Irak avait interdit l'accès de cet Etat à l'US Marines Corps).

 

Pour satisfaire aux besoins de la logistique navale, il faut, généralement, des pétrolier-ravitailleurs et des navires-ateliers. Ainsi, la Flotte des porte-avions Clemenceau et Foch étaient, à ses débuts, accompagnée par des pétroliers-ravitailleurs, des transports-ravitailleurs et des bâtiments de soutien logistique. Les derniers servaient plutôt au soutien de différentes divisions navales, grâce à leurs ateliers, dans des lieux éloignés des arsenaux ou directement à la mer. Cette flotte logistique était alors constituée d'unités très spécialisées. Par la suite, au cours des années qui suivirent (de 1970 vers 2000), la flotte logistique se resserra autour d'unités de plus fort tonnage et plus polyvalentes. Il faut dire aussi que, après la mise à la retraite des unités logistiques des années 60, il n'y eu pas vraiment de nouvelles entrées en service de navires logistiques. Outre le pétrolier-ravitailleur Durance et les Bâtiments de Commandement et de Ravitaillement (BCR) Meuse, Var, Marne et Somme (ils sont issus de la même classe, sauf que la tête de série n'a pas de moyens de commandement), il n'y a pas eu d'autres constructions de navires logistiques. Par ailleurs, passé l'an 2010, il ne reste plus que les quatre BCR. Le dernier bâtiment se soutien logistique affecté à la guerre des mines, le Loire, a quitté le service en 2009. Le dernier navire-atelier affecté au reste de la Flotte, le Jules Verne, a été désarmé, lui aussi, en 2009.

 

Les buts de la guerre navale française ont changé et l'évolution du visage de la flotte logistique l'atteste.

Par exemple, la flotte logistique qui existe en 1960 semble très bien adaptée à la flotte issue de la IVe République qui était très équilibrée et très pyramidale. Les trois types d'unités logistiques navales d'alors -pétroliers, transporteurs et navires-ateliers- devaient, manifestement, permettre de soutenir en de nombreux points de la planète bleue les escorteurs et les sous-marins classiques. Il s'agissait de diffuser la flotte en différentes escadres légère pour combattre là où les adversaires se concentreraient, certainement près des points vitaux du trafic maritime. Les porte-avions ne constituent pas encore le centre névralgique du ravitaillement.

 

Mais la montée en puissance de la force aéronavale française semble bouleverser la flotte logistique toute entière. Les buts de la guerre navale changèrent aussi. La permanence aéronavale française, matérialisée par la navigation quasi-permanente d'un porte-avions, devient la finalité de la flotte logistique. Qui plus est, la guerre navale change car la puissance navale française, tout du moins, se fait au soutien d'opérations de moins en moins hauturières et de plus en plus côtières. Si les Clemenceau et Foch quittent Toulon et la Méditerranée en 1966, sur décision du général De Gaulle, après le retrait de la France du commandement intégré de l'OTAN, c'est pour la retrouver le 18 décembre 1974 par la décision présidentielle de Giscard d'Estaing. Dès lors, nos deux porte-avions ne cessèrent de projeter la puissance aérienne française de la mer vers la terre afin de peser sur les différentes crises qui apparaîtront.

 

Il y eu des années 60 à 1974 un passage de témoins entre une guerre navale qui se concevait dans l'optique d'une guerre des communications et de batailles de rencontre dans l'Atlantique entre les deux blocs à des missions d'intervention dans le cadre des conflits périphériques et au plus près des côtes. Dès lors, il ne s'agissait plus de soutenir des escadres et des divisions qui combattraient à travers le monde. Mais il s'agit bien désormais d'appuyer l'action d'un groupe aéronaval qui doit durer face à des côtes pour peser politiquement sur le règlement d'une crise. Il y a eu concentration de la logistique navale sur une escadre en particulier. A cette formation, il est possible d'adjoindre deux autres groupes tout aussi essentiel : le groupe amphibie et celui de la guerre des mines. La Marine doit pouvoir escorter le groupe amphibie, indépendamment du groupe aéronaval, nous dit le livre blanc de 2008. D'un autre côté, il est bien difficile d'imaginer l'engagement dissocié des trois groupes navals -et donc un soutien logistique naval à assurer en trois points différents du globe. Mais cela est encore arrivé, récemment : le Tonnerre participait donc à la résolution de la crise ivoirienne alors que le porte-avions était en mission Agapanthe.

 

La physionomie des escorteurs a également été bouleversé. Premièrement, l'Amiral Nomy expliquait que l'introduction des engins (premier nom des missiles) dans la Marine était l'occasion de concevoir de grands escorteurs : il n'était plus question dans son esprit d'escorteurs spécialisés (anti-aérien et anti-sous-marin) mais bien de frégates polyvalentes car il valait mieux "les construire plus gros et plus cher". L'aboutissement de ce processus là, sous l'influence américaine, était le croiseur à propulsion nucléaire. De l'autre côté, c'est bien l'évolution de la guerre navale française qui réduit les objets à protéger et concentre les missions de protection sur la FOST (Force Océanique Stratégique) et sur le GAn (Groupe Aéronaval). Le passage d'une guerre navale à l'autre entraîne aussi des besoins différents : s'il n'est plus tellement question de lutter contre une marine mondiale comme la flotte rouge, alors il s'agit de réussir à peser sur une succession de crises régionales. Le besoin en escorteurs est moins grands (même s'il y a des paliers à ne pas franchir pour pouvoir continuer à avoir une présence mondiale) mais l'endurance qui leur est demandée l'est beaucoup plus, d'où une croiseurisation des frégates, ce qui amène à disposer de FREMM de 6000 tonnes en charge.

 

Il y a encore une chose qui a poussé la logistique navale vers la concentration : la propulsion nucléaire. Quid de l'intérêt de posséder un train naval dédié au soutien des sous-marins quand ceux-ci sont devenus les navires les plus libres de la planète grâce à leurs réacteurs nucléaires ? L'adoption de cette propulsion par le porte-avions n'a fait que pousser le processus à son paroxysme.

 

La Royale dispose donc d'un train de logistique navale très concentré, ce qui a entraîné une croissance en tonnage des plateformes et une réduction du nombre de navires. L'expression des besoins de la Marine a conduit DCNS a proposé les BRAVE pour le programme de remplacement des BCR. Ce programme de renouvellement devrait être notifié dans le cadre de la prochaine loi de programmation militaire (et serait même nécessaire pour sauvegarder l'avenir des Chantiers de l'Atlantique, arsenal devenu indispensable pour la Marine). Il y a une confirmation, par cette matérialisation de la pensée actuelle de l'état-major, du processus entamé depuis les années 70 : quatre unités sont espérées. Il y a donc confirmation d'une flotte (logistique) avec de grandes unités polyvalentes. Le processus de concentration s'accompagnerait, tout de même, d'une certaine croissance car le tonnage unitaire grimperait de 18 000 tonnes (BCR) à 30 000 tonnes (BRAVE). Ce surplus consisterait en la prise en compte qu'il manque quelques capacités opérationnelles depuis le retrait du service des navires-ateliers (Loire (guerre des mines) et Jules Verne). Tout aussi intéressant, il faut noter que les volumes supplémentaires des BRAVE serviront pour transporter hommes et matériels au soutien d'une opération amphibie.

 

Le problème d'une logique qui est portée à son paroxysme, c'est qu'elle crée des déséquilibres propres à déstabiliser tout le système. Cela a été vu avec l' US Navy qui souffre d'une logique mahanienne qui réduit son nombre de navires et donc sa présence mondiale. Dans le cas de la logistique navale française, la concentration observée, constatée, permet, effectivement, de soutenir le groupe aéronaval et ses branches que sont le groupe amphibie et celui de la guerre des mines. Mais c'est un mouvement qui ampute la Marine nationale des capacités nécessaires pour intervenir dans d'autres endroits de la planète quand la nécessité se fait impérieuse. Il y a des choses qui corrigent naturellement les déséquilibres :

  • l'une des premières choses qui redonne de la souplesse au système c'est la plus grande endurance des plateformes actuelles : les sous-marins nucléaires ont très peu besoin de logistique navale dans le cas français (différent dans le cas américain avec des missions de 7 à 9 mois contre 3 à 4 en France) et les frégates sont désormais conçues pour durer plusieurs mois à la mer, avec comme seuls arrêts logistiques les bases avancées.
  • C'est par ailleurs ces bases avancées qui permettent aux unités de la Marine de prendre appui sur des relais terrestres tout autour de l'arc de crises, et même plus grâce aux territoires français d'Outre-mer. 
  • Enfin, il y a donc cette concentration du soutien logistique navale sur un groupe et ses ramifications qui permettent de supporter un si petit nombre de navires logistiques.

Néanmoins, les hypothèses actuelles d'emploi dissocié du groupe aéronaval et de l'un des deux autres groupes ne sont pas si minces. Dans le cadre de la crise syro-iranienne, il ne serait pas étonnant que le porte-avions soit employé dans le bassin oriental de la Méditerranée quand au large de l'Arabie Saoudite Washington demandera l'aide du groupe de guerre des mines français (car la marine américaine n'a presque plus de capacités dans ce domaine et que le groupe de guerre des mines de l'OTAN, s'il a le mérite d'exister, est relativement restreint).

 

Corriger les déséquilibres constatés ne serait pas simple quand le budget (éternellement, il faut le dire) est contraint. Néanmoins, c'est peut être possible.

 

Première possibilité, c'est le BPC. Le navire est constitué de grands volumes, vides, pour permettre l'embarquement d'un groupe aéromobile (constitué de voilures tournantes) et et d'un SGTIA (Sous-Groupement Tactique InterArmes) de l'Armée de Terre pouvant être à dominante blindée (il est peut être imaginable qu'un BPC embarque deux SGTIA pour de "courte durée", mais c'est une autre affaire). La proposition se retrouve en bas des billets de blog : pourquoi ne pas utiliser, ponctuellement, un BPC comme navire-atelier ? Cela supposerait que les ateliers soient modulaires et déplaçable pour ne pas faire d'un BPC un navire définitivement spécialisé après installation de tels équipements. Le monde est bien fait puisque à bord des BRAVE "sur l'arrière, une zone modulable peut servir au stockage de matériel, abriter des ateliers de réparation ou accueillir des troupes et des véhicules". Les hangars à véhicules et hélicoptères des BPC devraient bien pouvoir embarquer de telles installations. La plateforme aurait même de belles qualités nautiques puisque ses grandes dimensions et son fort tonnage lui assure une grande stabilité, caractéristique essentielle pour un navire-atelier où peut se dérouler de la micro-électronique (par exemple). 

 

De cette première possibilité, il découle deux directions différentes, mais complémentaires :

  • un BPC au soutien du groupe aéronaval,
  • un autre, BPC, au soutien du groupe de guerre des mines ou de missions aéroamphibies devant durer dans le temps (comme la mission Corymbe en cas de crise).

Dans le cas d'un BPC navire-atelier, il pourrait soutenir le porte-avions, ses frégates, son SNA et de ses aéronefs. Il pourrait s'approcher de chacune des unités pendant une opération pour livrer des pièces de rechange, des équipements réparés et faire des ravitaillements complémentaires à ceux opérés par les BCR et les futurs BRAVE. Par la suite, le navire s'éloigne rapidement de l'escadre pour se protéger et se ravitailler lui-même au près d'un port amical ou d'une base avancée.

 

Dans ce cadre là, l'hélicoptère est le moyen incontournable pour faire rapidement le lien pour opérer les échanges entre les navires logistiques et les unités soutenues. Mais est-ce le seul moyen ? Un BPC logistique pourrait se servir de deux EDA-R pour ravitailler plus rapidement les navires de l'escadre et donc écourté une manœuvre qui demeure risqué dans une zone de guerre.

 

http://media.lelombrik.net/11501-12000/11679.jpg© Inconnu.

 

De là, il faudrait peut être proposer un échange de services entre le porte-avions et l'unité logistique. Clément Ader disait que les aéronefs devaient être entretenus et réparés à bord. Mais dans le cadre d'un BPC-atelier qui ferait le lien entre le porte-avions et la terre, il pourrait fluidifier l'entretien des voilures fixes et tournantes. A quoi bon garder à bord un chasseur qui serait bon pour plusieurs semaines de réparations ? Pourquoi ne pas permettre à un BPC qui ferait la rotation entre une base avancée et le porte-avions d'en apporter un directement depuis la France qui serait entièrement disponible et d'enlever la machine indisponible et qui ne pourrait plus quitter le bord par elle-même ? Le porte-avions pourrait délocaliser les opérations lourdes d'entretien vers le BPC et la terre. Ce nouveau partage des tâches allégerait le bateau porte-avions (et peut être son coût - est-ce que le déplacement des moyens de commandement vers un BPC serait de nature à en faire de même pour le PA2 ?). Mais cela permettrait, aussi, de maintenir un groupe aérien embarqué avec des machines en permanence disponible. Mais un tel changement suppose de disposer d'un hélicoptère lourd apte à réaliser de tels mouvements...

 

Imaginez une autre hypothèse : le soutien d'un BPC-atelier aux opérations offensives du porte-avions. Grâce à l'aide d'hélicoptères lourds, il serait donc possible de transporter des Rafale du pont d'un BPC vers le porte-avions. Ce dernier envoie tout ses Rafale. A ce moment là, pourquoi ne pas concevoir que les Rafale stockés à bord du BPC soient déplacés sur le porte-avions. La suite de l'idée consisterait à les conditionnés pour constituer la seconde vague de l'attaque et donc, à être catapultés. La première vague, à son retour, pourrait être transvasée du porte-avions au BPC et y serait reconditionnée quand la seconde le serait à bord du porte-avions. Dans cette optique, le BPC devient un considérable multiplicateur de forces. L'idée peut être séduisante car elle offre la possibilité de ne plus se laisser limiter aux 32 aéronefs du Charles de Gaulle (dont 24 Rafale) : le poids opérationnel du GAn face à un groupe aéronaval américain serait beaucoup plus relatif.

 

http://4.bp.blogspot.com/-TmROn2mn8F8/TdoOTskJ0fI/AAAAAAAAKLQ/PmG2SI_4HeY/s1600/GGDMgroupe.jpg© Marine nationale. BCR Var entouré de l'Andromède et du Croix du Sud.

 

Si le BPC pouvait devenir navire-atelier, ponctuellement, alors il pourrait servir de navire-base au groupe de guerre des mines. Bien que les futurs chasseurs de mines seront plus hauturiers que les actuels, il n'en demeure pas moins qu'ils auront besoin d'un soutien logistique pour renouveler "leurs munitions" nécessaires à la chasse aux mines (constatations de l'opération menée dans le Golfe Persique en 1991). Le BCR Var a d'ores et déjà expérimenté une telle formule lors d'un exercice en 2011. Est-ce qu'un BPC pourrait servir dans une telle mission ? Cela permettrait, en tout cas, de délester les futurs BRAVE de missions qui n'emploieraient pas l'intégralité de leur potentiel et où un BPC démultiplierait la force d'une opération de guerre des mines. La protection du groupe pourrait passer, par exemple, par l'embarquement d'hélicoptères Tigre à bord du porte-hélicoptères. Il serait envisageable, à nombre de chasseurs de mines égale, d'embarquer plusieurs équipages afin de travailler presque nuit et jour (grâce aussi aux ateliers et à l'embarquement de consommables). Surtout que, un BPC, avec son radier, pourra emporter deux drones porte-drones (du programme SLAMF) en plus de ceux des futurs chasseurs de mines. Ce ne serait pas un mince avantage quand l'économie mondiale peut être menacé par le minage d'un détroit.

 

Enfin, il y a le cas où BRAVE et BPC pourraient être au soutien d'une mission aéroamphibie. Il y a clairement la volonté d'utiliser les BRAVE pour renouveler les équipages lors d'une opération qui dure, mais, et peut être aussi, pour soutenir une opération amphibie. Ce serait une option prise sur le  Sea basing : le BPC servirait de porte d'entrée sur un théâtre et le BRAVE transporterait les troupes à injecter sur ce théâtre.

 

Dans une autre mesure, il y aurait le cas où le BPC dépasse le cas du navire-atelier pour devenir presque un navire-usine. Il est alors engagé dans une mission qui dure et il a besoin de se faire durer, mais aussi de soutenir des moyens qui lui sont rattachés (comme des aéronefs) ou adjoints (d'autres navires qui ne pourraient pas durer aussi longtemps). Ce serait tout l'avantage de coupler les capacités aéroamphibies d'un BPC avec celles d'un navire-atelier. Une telle utilisation du BPC en Somalie permettrait de se passer de quelques frégates dans un contexte où il est difficile d'obtenir les précieuses frégates de la part des Etats engagés dans l'opération Atalante.

 

Il y a une toute dernière option. La guerre navale à la française permet de se concentrer avec de grands moyens sur chaque crise internationale qui se présente. Cette manière de faire empêcherait d'être ponctuellement présent en d'autres endroits du globe, avec, certes, des moyens moins important. Mais être présent, c'est le minimum pour pouvoir pesé, et c'est le propre d'une marine à vocation mondiale. Les Russes reconstruisent leur puissance hauturière avec des remorqueurs comme navire logistique. Ces auxiliaires de haute mer font rarement partie intégrante d'une escadre. Et pourtant, ils servent très souvent dans la marine russe à appuyer un déploiement de deux ou trois frégates ou destroyers, notamment au large de la Corne de l'Afrique ou dans le bassin oriental de la Méditerranée.

Le cas du groupe de guerre des mines de l'OTAN a été évoqué : lors de son dernier passage à Brest, le SNMCMG1, était composé de quatre chasseurs de mines et d'un navire de soutien polonais, le Kontradm. Z. Czernick. Ce dernier jauge à peine plus qu'un chasseur de mines (6 ou 700 tonnes). Sa présence demeure un puissant moyen pour faire durer la formation à la mer.

Ce ne serait peut être pas une solution à négliger en France que de constituer une seconde ceinture logistique autour de petites unités, comme des remorqueurs de haute mer polyvalent. Dans cette optique, il y a les programmes BSAH et BMM qui pourraient fournir les unités nécessaires. Les BSAH semblent étudiés pour. Mais pourquoi donc ne pas saisir l'opportunité de fusionner, au moins, ces deux programmes pour avoir ce second rideau logistique ? A l'heure où les relations en Asie se tendent, il faudrait peut être plutôt miser sur le déploiement d'une FREMM (avec commandos, MdCN et Exocet block III (donc MdCN aussi) avec l'appui d'un navire de soutien en Asie du Sud-Est pour faire sentir la présence de la France, sans se couper de la présence du GAn en Méditerranée.

 

http://www.netmarine.net/f/bat/EDIC9092/photo02.jpg

 

En tout dernier lieu, il y a le cas des EDA-R (Engin de Débarquement Amphibie Rapide). Ils pourraient constituer le troisième niveau du soutien logistique naval. Ils sont de faible tonnage, ce qui fait leur force le jour où il sera possible de remonter des fleuves dans le cadre d'une opération terrestre. Une version agrandie de ces chalands -soit la taille d'un EDIC- avec une plus puissante motorisation pourrait servir de navire logistique et amphibie rapide. Prépositionné, il pourrait faire le lien entre BRAVE, BPC et la base avancée la plus proche. Hors opération, il pourrait bien servir de patrouilleur hauturier : l'EDA-R demeure un catamaran -ce qui est une formule architecturale assez économique- et il n'est pas impératif qu'il navigue à sa vitesse maximale, mais bien à sa vitesse de croisière économique.

 

Ce ne sont là que quelques pistes qui sont jetées comme sur un brouillon. Le format se réduira à quatre unités logistiques : les futurs BRAVE. Ceux-ci devraient permettre de remplacer une partie des capacités qui étaient offertes par les navires-ateliers et de soutien. C'est le premier rang du soutien logistique naval. Il n'en demeure pas moins que 4 navires est un format bien léger : il faut considérer que le format en SNA à six unités est insuffisant pour protéger la FOST et soutenir le GAn en Libye, face à Toulon. Donc, il y a ces pistes pour combattre les déséquilibres créés par le système : se servir des BPC comme navire logistique auxiliaire, voire comme navire-atelier. La logique pourrait même être poussé pour en faire des porte-aéronefs auxiliaires afin de participer au soutien des aéronefs du GAn, et pourquoi pas d'augmenter le nombre d'avions pouvant être catapultés par le porte-avions. C'est le deuxième rang du soutien logistique naval. En outre, il ne faudrait pas négliger les "nouvelles" capacités de projections (celles des années 60, aujourd'hui perdues, en réalité) qui pourraient être offertes par l'utilisation de navires dédiés initialement à l'Action de l'Etat en Mer comme d'une flotte logistique. C'est le troisième rang. Parfois, il suffit d'une frégate multi-missions et d'un navire de soutien pour participer à une crise à l'autre bout du monde. Enfin, les nouveaux chalands de débarquement, les EDA-R, et une éventuelle version agrandie, les EDA-R XL, pourraient servir d'unités logistiques de bases pour accélérer la manœuvre logistique lors du ravitaillement d'une escadre ou faire la liaison entre la terre et l'escadre. La version agrandie du nouveau chaland de la Marine servirait de moyen prépositionné pour des transports entre théâtres et de patrouilleur en dehors du service aux escadres. C'est le quatrième rang.

 

Qu'est-ce que ces propositions représentent sur le plan budgétaire ? Les quatre unités logistiques (BRAVE) sont d'ores et déjà programmé : ne pas les commander, c'est une économie comptable et la perte du statut de marine à vocation mondiale. Il y a d'ores et déjà trois BPC, et dans le cadre des propositions, ce ne serait pas un luxe que de monter à 5 unités, sachant qu'une telle commande en lot offrirait des navires moins coûteux (300 millions l'unité) qu'une commande isolée (400 millions l'unité) -soit dit en passant qu'une commande en série et en lot de 5 BPC aurait coûté autant que la méthode actuelle pour en acquérir quatre unités. En attendant, le quatrième BPC est programmé pour la prochaine loi de programmation militaire. Tout comme les programmes BSAH et BMM qui concerneront des unités de 2 à 3000 tonnes. Enfin, il est prévu de percevoir deux EDA-R par BPC. Et la version agrandie n'a pas quitté le brouillon. Donc, au final, il n'est question que d'un BPC de plus et d'EDA-R XL.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 21:13

bae systems

 

23/09/2012 latribune.fr (avec AFP)

 

Les députés conservateurs s'inquiètent de voir passer une entreprise stratégique sous pavillon franco-allemand. Le ministère de la Défense britannique aurait ainsi posé comme condition à son feu vert au rapprochement l'adoption de garanties pour pérenniser les relations préexistantes dans le domaine de la dissuasion nucléaire, sur laquelle le Royaume-Uni collabore étroitement avec les Etats-Unis.

 

Le projet de fusion des groupes EADS et BAE Systems, inquiète outre-Manche. "Voilà ma vision de cette fusion: en l'état, il s'agit plutôt d'une OPA", a déclaré à l'AFP Ben Wallace, un député conservateur du nord-ouest de l'Angleterre, où est bien implanté BAE. Comme d'autres, il s'inquiète de voir passer une entreprise stratégique sous pavillon franco-allemand, avec des risques pour l'emploi mais également la perspective d'une gestion à l'opposé des habitudes britanniques. Le Royaume-Uni n'est en effet pas actionnaire de BAE Systems et n'intervient pas dans la vie quotidienne de l'entreprise. Le gouvernement se contente d'exercer en cas de besoin une action spécifique destinée à protéger les intérêts nationaux ou à encourager la conclusion de grands contrats d'armement à l'étranger.

"Des interférences de la part des Etats ont causé des problèmes chez EADS et Airbus dans le passé et c'est ce genre d'ingérence qui a empêché EADS de devenir le leader mondial qu'il pourrait être", estime Ben Wallace.

 

La France et l'Allemagne appleés à sortir d'EADS

 

"Le Royaume-Uni ne devrait donner son feu vert à l'opération que si la France et l'Allemagne se défont de leur participation, et laissent l'entreprise agir librement. Sinon, on court le risque d'interférences politiques et également de problèmes avec les concurrents américains", explique Ben Wallace. La relation avec les Etats-Unis est au coeur des inquiétudes des conservateurs, le parti du Premier ministre David Cameron, dont une partie se montre volontiers eurosceptique. "Je m'inquiète concernant nos échanges d'informations avec les Américains. Nous sommes unis étroitement avec eux sur les sous-marins nucléaires et je les imagine mal se réjouir" d'une menace de dilution des règles de confidentialité anglo-américaine, a ainsi déclaré Lord West, ancien chef d'Etat major de la Marine, dans le quotidien The Times.

 

Dissuasion nucléaire

 

Le ministère de la Défense britannique aurait ainsi posé comme condition à son feu vert au rapprochement l'adoption de garanties pour pérenniser les relations préexistantes dans le domaine de la dissuasion nucléaire, sur laquelle le Royaume-Uni collabore étroitement avec les Etats-Unis. Les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) britanniques sont équipés de missiles balistiques Trident, fabriqués par l'américain Lockheed Martin. De même, BAE est fortement impliquée dans le très important programme américain d'avion de combat F-35.

 

Le groupe britannique est aussi le premier fournisseur étranger du Pentagone et, même si les budgets de la défense déclinent outre-Atlantique, les Britanniques aimeraient conserver cette relation industrielle privilégiée, déclinaison de la "relation spéciale" entre les deux pays sur le plan politique.

 

L'exemple du missile nucléaire français M51

 

Or, la fusion envisagée pourrait compliquer les choses, selon des experts.

"Je ne suis pas certain qu'une entreprise franco-allemande serait autorisée à détenir une filiale comme par exemple celle que possède BAE dans l'électronique de défense" aux Etats-Unis, estime ainsi Richard Aboulafia, analyste du cabinet américain Teal Group. Quant au nucléaire, le Royaume-Uni pourrait bien "sanctuariser" cette activité, avec des garde-fous garantissant que Français et Allemands n'y aient aucun accès. C'est déjà ce qui se passe pour le missile nucléaire français M51, construit par une filiale d'EADS mais sous supervision exclusivement française.

 

Mais cela risque de compliquer un peu plus la vie du futur groupe. "Plus chaque pays cherche à définir ses intérêts stratégiques, moins l'entreprise aura de flexibilité. Or une société doit avoir la liberté de rationaliser ses opérations et de faire circuler la technologie entre ses différentes filiales", observe M. Aboulafia.

 

"Les détails ne peuvent pas être débattus en public"

 

Sur le continent, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré samedi à l'issue de ses entretiens avec le président français François Hollande qu'"il n'y avait pas eu de décision" sur le projet de fusion EADS-BAE, mais qu'ils avaient eu de "bonnes" et "amicales" discussions. "Nous n'avons pas pris de décision, nous savons que nous devons donner dans un avenir proche une réponse aux entreprises. Les discussions étaient bonnes et amicales. Mais les détails ne doivent pas être débattus en public, notamment compte tenu des emplois", a dit la chancelière, soulignant qu'EADS était un bon exemple de coopération franco-allemande. "Sur le rapprochement EADS-BAE (...), nous, la France et l'Allemagne, sommes décidés à agir en concertation étroite parce que nous considérons que c'est un enjeu qui concerne l'Europe mais aussi nos deux pays, compte tenu de la composition du capital de cette entreprise", a déclaré François Hollande.

 

Evoquant les conditions d'un éventuel rapprochement entre les deux groupes, M. Hollande a déclaré: "les conditions, vous les imaginez, c'est l'emploi, la stratégie industrielle, les activités de défense, les intérêts de nos Etats respectifs. C'est là-dessus que nous sommes en discussion avec l'entreprise".

 

Ils ont promis tous deux de se prononcer dans les délais impartis.

 

Selon la réglementation boursière britannique, les industriels ont jusqu'au 10 octobre pour conclure leur rapprochement ou l'abandonner. Ils peuvent également demander un prolongement du délai des négociations, une option pour l'heure écartée par les parties qui veulent aller vite.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 16:55
Bataille de Sidi-Brahim, huile sur toile 2004, Hocine Ziani

Bataille de Sidi-Brahim, huile sur toile 2004, Hocine Ziani

 

23/09/2012 Armée de Terre

 

La bataille de Sidi-Brahim s'est déroulée du 23 au 26 septembre 1845 entre les troupes françaises et . Elle dura 3 jours et 3 nuits.

 

Les Français, commandés par le lieutenant-Colonel Montagnac, avaient engagé à la légère le 8e bataillon de chasseurs à pied et le deuxième escadron du 2e régiment de hussards contre les troupes de Abd El-Kader.

 

Imprévue, la rencontre tourna mal pour les troupes françaises. Après un premier combat, elles furent réduites de 450 à 82 chasseurs et hussards face à 10.000 combattants de l’émir. Acculés, les chasseurs de la compagnie de carabiniers se réfugièrent dans un marabout d'où ils repoussèrent tous les assauts.

 

Après plusieurs jours de siège, les hommes, sans eau, sans vivres, à court de munitions, en furent réduits à couper leurs balles en morceaux pour continuer à tirer.

 

L'émir Abd El Kader fit couper la tête du capitaine Dutertre, fait prisonnier et amené devant le marabout pour exiger la reddition des chasseurs. Malgré tout, Dutertre, avait eu le temps d'exhorter les survivants à se battre jusqu'à la mort. Lorsque l'émir demanda au clairon français, Guillaume Rolland, de sonner la retraite, celui-ci n'en fit rien et sonna la charge. Lors d'une de ces demandes de reddition, un chasseur répondit « merde » à l'émir. Les survivants, n'ayant plus de munitions, chargèrent à la baïonnette. Ils percèrent les lignes ennemies et, sur les 80 survivants, 16 purent rejoindre les lignes françaises (5 moururent quelques jours plus tard). Seuls 11 chasseurs sortirent vivants de la bataille. Le caïd de Nedroma, Nekkach, recueillit une partie au moins des survivants et refusa d'ouvrir les portes de sa ville aux troupes de l’émir.

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 12:35

US Air Force KC-46 Tanker Programme

 

September 19, 2012 by Zach Rosenberg – FG

 

Washington DC - Eighteen months into the Boeing KC-46 tanker programme, all is progressing as planned, says Maj Gen John Thompson, the US Air Force (USAF) programme manager.

 

The programme, meant to produce an aerial tanker to replace the Boeing KC-135, is 21% finished with its development schedule and remains on time and on budget.

 

The first parts - skin for the tail boom - have been produced, "so if someone tells you this is a paper plane, you can point at them and say, 'liar!'" says Thompson.

 

"I will have plenty of number two and number three priorities, but my number one priority is to successfully get through the critical design review (CDR) next year."

 

CDR is scheduled for July, 2013, with a plethora of subsystem PDRs to be completed beforehand. After CDR, the aircraft is built. The first flight of the new 767 variant upon which the KC-46 is based is scheduled for 2014, with a 2015 flight of the actual tanker aircraft.

 

Budget sequestration, scheduled to take effect in January, 2013 without Congressional intervention, would be "near catastrophic" for the programme, says Thompson.

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 07:20

Su-30SM.jpg

 

September 18, 2012 by Craig Hoyle – FG

 

London - Irkut is to accelerate its delivery schedule under a Russian air force order for 30 Sukhoi Su-30SM strike aircraft, with its first examples now to be handed over before the end of this year.

 

Moscow signed a production deal for the two-seat Su-30SM in March, when Irkut announced that the type would be handed over between 2013 and 2015. The new plan to deliver the first examples this year was announced by company president Oleg Demchenko, as Irkut also released an image of an aircraft on its final assembly line in Irkutsk.

 

In addition to its utility as a multi-role combat aircraft, the Su-30SM will also provide the Russian air force with an advanced training capability, as it looks to bridge the gap to the future introduction of Sukhoi's fifth-generation PAK-FA/T-50 fighter.

 

Irkut also expects to deliver a total of 15 Yakovlev Yak-130s to the same service this year, under a 55-aircraft order signed late in 2011. "The Russian air force has started a formal acceptance procedure of Yak-130 combat trainers," it says.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 07:30

African Region maps source ISS

 

11/09/2012 Par Amandine Gnanguênon, chargée d’études Afrique à l’IRSEM

 

Joseph Ki-Zerbo dans A quand l’Afrique? Entretien avec René Holenstein (Editions de l'Aube, 2003) rappelle que parmi les grandes questions posées au continent africain figurent celles de l’Etat, ainsi que celles de l’unité et de l’émiettement de l’Afrique. Dans le cadre de ce dossier stratégique, nous avons souhaité revenir sur ces deux questions remises à l’ordre du jour par la mise en œuvre de l’Architecture africaine de paix et de sécurité, plus connue sous l’acronyme anglais APSA.

 

Construire une Architecture solide sur un socle instable

 

Si les Etats africains sont au centre de la construction d’une Architecture de paix et de sécurité, ont-ils les moyens de gérer les conflits ? Il peut paraître simpliste d’ouvrir notre propos sur une telle question alors même que la raison d’être de l’édifice panafricain repose sur le pré-requis du monopole de la violence légitime reconnu aux Etats et partant, de son exercice souverain. L’engouement dont l’APSA fait l’objet n’en cache pas moins une ambiguïté : en matière de sécurité, certains Etats sont à la fois constitutifs du problème et de sa solution. En effet, nombreux sont les appareils d’Etat africains qui, confrontés à un ordre interne instable  toujours susceptible de basculer dans un désordre généralisé, agissent dans le but de conserver leur intérêts.

 

Dans certains cas, les proximités géographiques, culturelles et linguistiques des populations font peser le risque de propagation d’un conflit localisé et obligent les Etats à agir, y compris en utilisant la violence, au-delà du cadre national. Comme le démontre l’article de Mehdi Belaid, les positions de la République démocratique du Congo (RDC) et du Rwanda dans la région des Kivu témoignent du recours aux « guerres par procuration », par lesquelles des gouvernants s’affrontent par mouvements rebelles interposés. Le recours à la violence et le refus d’accepter la norme de l’alternance politique pacifique soulève finalement la question de la légitimité des acteurs politiques.

 

L’élection permet de confiner l’alternance politique à une sorte de jeu à somme nulle en désignant un gagnant et un perdant. L’usage de la force, aussi rudimentaire soit-il, ne devient-il pas un moyen de contourner cette règle simple du changement, trop souvent perçue comme inique par le perdant ? Au-delà du rite électoral, la légitimité étatique se construit aussi autour d’un ordre juste et non partisan, de la redistribution des ressources nationales et de la protection des populations contre les menaces potentielles à leur intégrité physique. Un Etat qui ne serait pas en mesure d’assurer ces prérogatives prend le risque de voir émerger des mouvements de révoltes en son sein ou en marge. En cette occurrence, la reconnaissance du Conseil national de transition (CNT) libyen par la Communauté internationale a finalement relancé le débat sur l’opposition entre la légitimité électorale et la légitimité de la révolte contre un pouvoir dictatorial.

 

Si un acteur est légitime dans sa contestation de ceux qui représentent l’Etat (Libye, Niger, Mauritanie), l’est-il suffisamment pour remplacer ceux qui gouvernent ? Soulever cette question, souvent écartée par les organisations internationales, revient à s’interroger sur l’écart entre l’application de principes préétablis et la réalité du terrain. Dit autrement, il apparaît que le surinvestissement formel dont l’APSA fait actuellement l’objet est une manière de compenser le manque de légitimité des Etats au plan national. Si la raison d’être du système de sécurité collective africain repose sur la défense ardente de principes et de normes, notamment celui de souveraineté, sur lesquels s’appuie le système inter-étatique, ce système ne devrait-il pas également rechercher à produire des effets concrets sur la sécurisation des espaces nationaux en conflits ?

 

De l’antagonisme incomplet et du partenariat imparfait

 

L’actualité africaine de ces derniers mois nous confirme qu’au-delà des discours politiques, la nature des conflits influe sur les formes de coopération entre les Etats, comme le démontrent les cas du Mali et de la Somalie. Malgré l’investissement dont le Mali a fait l’objet de la part de la Communauté internationale, la situation n’a cessé de se détériorer. L’article de Jérôme Pigné revient sur les réactions en chaînes au Mali, et plus largement au Sahel, engendrées par de multiples facteurs d’instabilité, souvent anciens, sur lesquels la chute du régime de Kadhafi a agit comme un catalyseur. Face à une situation complexe, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), reconnue comme un modèle en matière de gestion des conflits, est dans l’impasse. Le fait qu’aucun acteur politique légitime au pouvoir au Mali ne puisse saisir la CEDEAO pour intervenir sur le territoire révèle comment le respect des normes internationales peut avoir un effet contreproductif en favorisant localement des zones de non droit.

 

Inversement, dans une région en proie à une crise somalienne qui dure depuis près de 20 ans, la mission de l’UA en Somalie (AMISOM) a réussi à dépasser les échecs du processus d’intégration régionale. La gestion des conflits par l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) était au point mort du fait de la méfiance développée entre les acteurs politiques, peu enclins à accepter une intervention des pays frontaliers. La contribution de Romain Esmenjaud revient sur la manière dont, malgré certaines limites capacitaires qui ne sont  pas propres à l’opération, l’AMISOM a fait ses preuves, riches d’enseignement pour les futures opérations de maintien de la paix (OMP).

 

Le développement des Communautés économiques régionales (CER) comme de l’Union africaine (UA) durant la dernière décennie est, dès lors, l’illustration « de l’antagonisme incomplet et du partenariat imparfait » dont parlait Pierre Hassner (« Le siècle de la puissance relative », Le Monde, octobre 2007). Dans un contexte international où la paix, notion floue vue du terrain, reste un modèle de conduite collective, les Etats rentabilisent en termes d’image leur investissement dans la gestion des conflits. Nombreux sont ainsi les pays médiateurs pour qui la recherche de pacification permet de cacher les menaces qu’ils font peser sur leur population, comme ce fut le cas avec l’implication de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) sous l’impulsion de Kadhafi pour régler le conflit au Darfour.

 

L’intervention des Etats frontaliers, également dictée par la volonté d’instrumentaliser le désordre des pays voisins à des fins politiques, aboutit à un partenariat imparfait. Il signifie, que malgré les déclarations communes faites dans les enceintes politiques, le fait qu’un Etat puisse soutenir la rébellion du gouvernement voisin pour défendre ses intérêts, au détriment de la stabilité régionale, favorise un climat de suspicion permanent. Partant de ce constat, quelles conclusions tirées sur la mise en place de l’Architecture africaine et sur l’avenir d’une Force africaine à l’échelle du continent ?

 

Renforcer les capacités nationales par le soutien des initiatives régionales

 

En tant que projet politique, la création de l’Union africaine repose sur la volonté de l’Afrique de faire oublier les échecs de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) dont le 50èmeanniversaire de la création sera célébré en 2013. Dans la continuité du discours panafricaniste prôné par l’OUA, la mise en œuvre de l’Architecture africaine de paix et de sécurité incarne la mise en application du principe d’appropriation africaine selon lequel les instances africaines sont prioritairement en charge des questions relatives à la stabilité du continent. Bien que l’UA se soit dotée d’organes, en particulier le Conseil de paix et de sécurité (CPS), qui l’autorisent à se prévaloir de jure du poids rassemblé des Etats africains dans le processus de prise de décision, l’ambition de son projet d’Architecture est de facto limité par l’ampleur des moyens de toute nature qu’il requière.

 

Le manque de capacités financières, militaires, ainsi que les besoins en formation, des Etats africains les contraint à être dans une position de négociation constante avec leurs partenaires étrangers notamment sur les exigences opérationnelles, tactiques et stratégiques. L’UA, mais aussi les CER, ne sont pas toujours en mesure de décider où, quand et comment les solutions africaines peuvent être préconisées. Au-delà des programmes de renforcement des capacités dont bénéficient la plupart des armés africaines, l’intégration de l’UA dans le dispositif des opérations de maintien de la paix, en vertu du chapitre 8 de la Charte de l’Organisation des Nations unies (ONU), signifie que tout engagement africain doit, au risque d’être illégal, se faire avec l’aval de l’ONU. L’UA devra sans doute transiger entre un projet politique fort avec des moyens africains limités et une marge de manoeuvre politique limitée par une forte dépendance à l’égard de la Communauté internationale. De ce choix dépendra l’avenir de la Force africaine en attente.

 

Les conclusions émises dans le cadre du colloque sur cette Force africaine en attente organisé les 26 et 27 avril 2012 par l’IRSEM, où la question de la pertinence de cet outil pour faire face aux enjeux sécuritaires africains a été posée, résumeront finalement assez bien nos propos. Tout d’abord, dans la mise en place de la FAA, les Etats africains ont tout intérêt à s’inspirer d’interventions en cours (AMISOM en Somalie, MICOPAX en Centrafrique). Il serait en outre illusoire de penser que la Force africaine en attente, censée être opérationnelle en 2015, sera le seul remède applicable à tous les maux sécuritaires africains. La complexité des situations de conflits où s’enchevêtrent différents facteurs, acteurs, intérêts et enjeux, à l’image de l’actuelle situation malienne, peut encourager les acteurs concernés à favoriser des cadres d’action plus souples afin d’agir vite et efficacement. La coopération entre la CEDEAO et la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) pour lutter contre la piraterie dans le Golfe de Guinée est déjà un exemple des solutions possibles au-delà du cadre de référence de la FAA.

 

Enfin, l’un des principaux enseignements à retenir, laissant présager des effets d’entrainement que pourraient avoir les CER et l’UA, est qu’au-delà de leurs limites, la confrontation aux crises a un effet structurant pour les Etats.

 

L’engagement de la CEDEAO dans les conflits de la région du fleuve Mano dans les années 1990, la MICOPAX, l’AMISOM ont déjà démontré que la mise en place de forces régionales a exigé d’un certain nombre d’Etats de faire un bilan permanent de leurs capacités militaires. L’engagement à l’avenir des CER et de l’UA ne fait pas non plus de doute étant donné que les risques de déstabilisation des régimes, du fait de la régionalisation des conflits,

contraignent les autres Etats à s’impliquer. Il ne reste plus qu’à espérer que la crise malienne, qui a d’ores et déjà permis de tirer la sonnette d’alarme, contribuera à une plus grande responsabilisation de ceux qui investissent leurs moyens et de ceux qui les utilisent. Dans un monde idéal, les coûts engendrés par la gestion des conflits seraient annulés par la mise en place de mécanismes de prévention, la plupart des facteurs de conflits ayant des racines à la fois anciennes et identifiables.

 

Rappel sur l’Architecture africaine de paix et de sécurité

 

L’APSA est une structure mise en place avec la création de l’UA en 2002 et qui repose sur trois logiques :

- L’intégration de l’UA dans le dispositif des opérations de maintien de la paix, en vertu du chapitre 8 de la Charte de l’Organisation des Nations unies, qui prévoit de déléguer la charge du maintien de la paix et de la sécurité internationale à des organismes régionaux.

 

- La mise en place d’un cadre de coopération entre l’UA et les Communautés économiques régionales. L’objectif est dès lors de créer un système centralisé autour de l’UA où les CER deviennent des piliers dans la mise en œuvre de l’Architecture.

 

- La création au sein de l’UA de composantes lui permettant de mener à bien sa mission à savoir le Président de la Commission, le Comité des chefs d’état-major (CEM), le Conseil des sages, la Force africaine en attente, le système continental et d’alerte rapide et le fonds pour la paix.

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 17:20

MQ-4C Triton

 

MQ-4C BAMS will soon become the first unmanned system

in US service committed to the maritime patrol mission.

 

September 17, 2012 by Richard Dudley - defense-update.com

 

The United States Navy is planning to deploy Northrop Grumman MQ-4C Triton Broad-Area Maritime Surveillance (BAMS) drones to Andersen Air Force Base in Guam with preparations for deployment projected to begin during Fiscal Year 2014 (FY14).

 

The MQ-4C Triton, only recently introduced, is a large, unmanned drone designed to provide enhanced maritime surveillance in coordination with the Navy’s P-3C Orion and P-8A Poseidon maritime surveillance/anti-submarine aircraft.

 

Guam’s Andersen Air Force Base (AFB) currently operates three Northrop Grumman RQ-4 Global Hawk unmanned aerial vehicles (UAV) in a limited surveillance role. The RQ-4 was designed primarily to perform land surveillance duties, not long-duration ocean surveillance sweeps.

 

In an interview with ABC News, intelligence analyst Matthew Aid said that the RQ-4 “was designed for pinpoint imagery or eavesdropping on land targets, by over flight, or by flying obliquely up to 450 kilometers off an enemy’s coastline” while the MQ-4C “was designed for broad area maritime surveillance – following ships from high altitude.”

 

Joe Gradisher, Public Affairs Officer for the Assistant Chief of Naval Operations Next Generation Enterprise Network (NGEN), recently told Stars & Stripes newspaper that the Navy’s Tritons would join the Global Hawks at Guam.

 

Mr. Gradisher told Stars & Stripes that current plans “for BAMS include the use of Guam, but other bases may be considered in the future, subject to combatant commander desires and future diplomatic arrangements.” The Japan Times newspaper and ABC News also reported the decision to base the Tritons at Guam.

 

As part of the United States’ “pivot” to the Asia-Pacific region, the US Navy is working towards reinforcing its maritime surveillance capability in the Pacific Ocean arena. Existing plans call for the new Boeing P-8A Poseidon Maritime Patrol/Anti-Submarine Warfare aircraft to be deployed as a replacement for the Navy’s venerable Lockheed Martin P-3C Orion maritime patrol aircraft.


The P-8A Poseidon is designed to operate with the Navy’s new MQ-4C Triton in an anti-submarine warfare (ASW) role that includes the interdiction of maritime shipping and performance of electronic intelligence (ELINT) functions. The P-3 has been in service with the navies of many nations since 1962 and is nearing retirement. The P-8s are expected to begin replacing some of the aging P-3s assigned to stateside squadrons next year.

 

Existing plans call for the acquisition of 68 Tritons and 117 Poseidons to replace the P-3C Orions still operational. By pairing the MQ-4C Triton BAMS drone with the P-8A Poseidon in the Pacific, the US Navy will be able to maintain a continuous long-range surveillance over a wide expanse of the Asia-Pacific region to an extent the P-3C Orions cannot match. As tensions between Japan, China, and other Asian-Pacific nations have continued to escalate and are beginning to pose a threat to regional peace, an enhanced surveillance force is a capability US Pacific commanders are anxious to get into operation.

 

There is also a very real possibility that Japan will be deploying its drones to Andersen AFB in the near future as well. Japan’s Kyodo News Service reported that the United States and Japan were discussing a proposal to jointly-base US and Japanese UAVs in Guam. The Japan Times newspaper also released a story, citing an anonymous source, stating that the Japanese Self-Defense Force (JSDF) was in negotiations with US representatives to arrange a joint-use arrangement that would allow the JSDF to operate drones from Guam.

 

The joint-use proposal, as reported by the Japan Times, would provide for the JSDF to share USAF/USN hangars, flight support, and maintenance facilities.

 

A previous Japanese proposal to buy Global Hawks was dropped because of cost considerations, but JSDF officials insist it is their desire to buy surveillance drones sometime between Fiscal Year 2014 and Fiscal Year 2020. The Japanese Maritime Self-Defense Force (JMSDF) currently operates 80 P-3C Orion maritime patrol aircraft, five EP-3C ELINT Orions, and four OP-3C reconnaissance models from various air stations throughout the Japanese Archipelago. These aircraft were built under license by Kawasaki Heavy Industries.

 

United States Navy officials and JMSDF officers are well aware that Japan’s fleet of Orions is not capable of providing the long-duration continuous surveillance of Pacific sea lanes needed to keep an eye on China’s rapidly-growing, technologically-advanced naval presence. A joint-basing arrangement would be advantageous to both nations with respect to cost-savings, workload reductions, information sharing, and joint-force readiness.

 

US military officials at Guam declined comment on the MQ-4C basing reports. Navy Lieutenant William Knight said that he could neither confirm nor deny the reports, but indicated that pertinent information could be forthcoming at a later date.

 

Guam to become forward base for MQ-4C (BAMS) drones in the Pacific. (Photo: US Navy)

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 18:29
Are More Mergers Ahead? BAE-EADS Talks Could Spark More Tie-ups

 

Sep. 15, 2012 - — Defense News

 

Pierre Tran in Paris, Andrew Chuter in London, Tom Kington in Rome and Zachary Fryer-Biggs in Washington contributed to this report.

 

For several years, defense contractors on both sides of the Atlantic have been biding their time, building up cash and reviewing possible combinations, awaiting the start of a consolidation wave that will reshape the global military industrial landscape in the face of sharp spending cuts in Europe and the U.S.

 

On one side, U.S. companies are waiting for the conclusion of presidential elections and the resolution of the budget battle in Congress that will determine the future of defense spending before making their move.

 

But on the other side, Europe’s not waiting.

 

The cannon blast that started the consolidation race went off Sept. 12 when BAE Systems and EADS confirmed talks to unite into a $96 billion giant that would be the world’s leading defense and aerospace titan.

 

The new company, already nicknamed “BEADS,” would be listed on the Frankfurt, London, Madrid and Paris stock exchanges, with EADS holding a 60 percent stake and BAE 40 percent. The combined firm would boast a formidable array of commercial and defense products, including fighter, transport and trainer aircraft; rockets and satellites; missiles and precision weapons; armored vehicles; unmanned systems; radars; command, control and communications gear; networks and cyber capabilities; ship repair and naval products; as well as intelligence and space services units.

 

The transaction is the brainchild of EADS CEO Tom Enders, who took office in June, to expand his company’s defense product line and balance its military-commercial business base, improve access to the U.S. and other key global markets such as India, and use the deal to change the company’s governance structure that now allows the French, German and Spanish governments to exert influence on EADS, allowing it to move toward a wholly commercial structure.

 

For BAE, the deal is a chance to boost its civil activity and balance its civil-defense mix.

 

The announcement prompted Boeing Chairman and CEO Jim McNerney to quip that EADS was trying to look more like Boeing by better balancing its defense-commercial product mix.

 

The two companies have until Oct. 10 to announce a deal, and while it’s unclear whether it will secure antitrust, financial, security and tax approval from regulators in five governments as well as the EU, companies will have no choice but to review their options.

 

“All mergers can succeed or fail, and BAE and EADS still need eight months to wrap it up and 18 months to see if it works,” one senior retired European executive said. “But other CEOs cannot afford to wait that long to see if it succeeds, and they will all be looking around right now to see how they should react.”

 

Indeed, hours after the two giants confirmed their interest in merging, speculation swirled about who might be next.

 

And just as an EADS link with BAE would tap the all-important U.S. defense market that remains the world’s largest despite spending cuts, U.S. companies are exploring linking with European firms.

 

“There is a huge amount of change going on in our sector with budget pressure and other issues. There will be a lot of activity over the next five years, but what direction it will take is unclear,” one senior British executive said. “Whenever you get a shift like this, it forces people to think. It has the potential to be a game changer in terms of scale and geographic footprint.”

 

Not a Done Deal

 

But before that happens, the would-be European partners have some high hurdles to surmount.

 

The British executive added that the deal won’t get out of the starting blocks as long as governments can exert influence in the new company, as they do in EADS.

 

“The important thing to consider is not their shareholding itself, it’s about the block voting rights. Before this deal can go ahead, at an absolute minimum those will have to be dissolved, dismantled and cease to exist,” he said. “If any shareholder has a share in the new company, all they will have are normal rights and nothing else. Unless the block rights are dismantled, this transaction cannot proceed.”

 

At issue is how that government shareholding could affect BAE’s lucrative North American business, with sales of some $15 billion annually, including across highly sensitive intelligence and other operations.

 

Since starting its acquisition of U.S. properties in the 1990s, BAE has operated them independently and under strict security guidelines to protect American technology. While that’s customary for all foreign companies that own or operate units in the U.S. that do business with the Pentagon, the British giant benefited from greater access to technology, thanks to the special defense relationship between London and Washington.

 

“If France and Germany maintain political control over EADS, this will be viewed poorly in the U.S., but I see it as unlikely that France would abandon EADS,” the retired European executive said.

 

Then there are the regulatory approvals that could prove challenging for the companies. The British, French, German, Spanish and U.S. governments would have to approve the deals, as well as EU regulators.

 

Steven Grundman, the defense industrial analyst at the Atlantic Council in Washington who oversaw defense mergers and acquisitions at the Pentagon during the Clinton administration, added that while governments should rightly view the new company as a trans-Atlantic industrial bridge, the combination still will face scrutiny on both sides of the Atlantic, including from competition authorities.

 

“Recall that the European Commission rejected the proposed merger of General Electric and Honeywell on a theory of ‘portfolio effects’ that took issue not with horizontal overlaps or vertical integration, but the supposed unfair challenge to competitors of the resulting conglomerate’s scale and scope,” Grundman said.

 

Antitrust regulators will solicit the views expressed by customer governments — the two companies do compete against one another for business worldwide — as well as take account of competitors who may attempt to argue the combination could materially disadvantage them.

 

Still, Grundman said he anticipates relatively few traditional antitrust problems on either side of the Atlantic, adding that security issues loom larger for the Pentagon. On the one hand, he said, DoD already supervises industrial security programs at both companies' U.S. businesses. At the same time, the Pentagon is sure to scrutinze closely the changing ownership of BAE’s U.S. assets.

 

Lockheed Martin Chairman and CEO Robert Stevens, however, told a Morgan Stanley investor conference in New York the merger could be a test for the Pentagon’s policy of not supporting any more consolidation at prime level.

 

DoD leaders have said that while they are open to consolidation on a case-by-case basis, they don’t want leading firms to unite.

 

“It might be an early test of whether the unfavorability of consolidation at that tier would in fact be changing or evolving,” he said.

 

Fight or Join

 

With or without the BAE-EADS merger, the deal pipeline is bulging, but anxiety over sequestration in the U.S. has acted as a brake on mergers and acquisitions.

 

With U.S. and European defense markets headed into a downturn, large prime contractors are expected to spin off units, offering targets for tier one and two equipment makers and service specialists.

 

“People are getting ready,” a U.S. industry executive said. “They’re standing [by], but they’re not yet ready to pull the trigger.”

 

In Europe, managers in aeronautics, space and electronics must decide whether to fight or join the planned mega-group.

 

“Other companies will need to think whether it is better to be integrated into the new behemoth, or to look to other alliances or mergers to get a countervailing strength,” said Nick Witney, senior research fellow at the European Council on Foreign Relations think tank.

 

The proposed EADS-BAE merger is a highly specific, large-scale project, but if a deal is done, it could clear the way for further moves in a fragmented European defense industry hobbled by budget cuts.

 

“If the BAE-EADS merger goes ahead, it will lead to medium and long-term rationalization in other segments of defense industry in Europe,” said Loic Tribot La Spiere, deputy director of think tank Centre d’Etude et Prospective Stratégique.

 

Thales and Finmeccanica executives are likely watching the deal closely.

 

“If this initiative goes through, it will lead other big actors Thales and Finmeccanica to question their future,” said Jean-Pierre Maulny, deputy director of think tank Institut des Relations Internationales et Stratégiques.

 

“Thales and Safran will almost certainly merge,” the retired European executive predicted.

 

In France, the deal potentially puts Dassault, maker of the Rafale fighter and Falcon business jet, on the defense sidelines.

 

“And naturally, this will concern Dassault, the industrial shareholder of Thales, which will see a regrouping of two of its competitors in Eurofighter, and its partner in UAVs, BAE Systems, linking up with the German actor in this sector, EADS Cassidian,” Maulny said.

 

While on the presidential campaign trail, then candidate François Hollande criticized the previous administration for “bowing” before “private and financial interests,” a remark widely understood to refer to the 2008 choice of Dassault as industrial shareholder of Thales.

 

For Witney, the French government appears to be backing EADS in its merger plan, leaving Dassault to deal with the consequences.

 

“If Dassault takes a hit, it takes a hit,” Witney said.

 

EADS owns 46 percent of Dassault, a stake formerly held by the French state.

 

In Italy, Finmeccanica reacted positively to the merger plan, rebutting concerns it is threatened by the new company.

 

Finmeccanica “has established consolidated partnerships with both companies in the industrial, technological and commercial field, which will continue with the combined entity,” the company said in a Sept. 13 statement.

 

“There would be no short-term consequence for Italy, although it would require Finmeccanica to accelerate its focus on its core business,” said Michele Nones, head of the security and defense department at the Istituto Affari Internazionali, a Rome think tank partly funded by the Italian Foreign Ministry.

 

The retired European executive was not convinced.

 

“Italy could now find it has a minor role, or is excluded completely, from the next big European program, like a UAV,” he said. “When it was just the U.K. and France talking about UAVs, Italy could talk to Germany, but that is no longer the case.

 

“The Italian government can either now ask if Finmeccanica could enter the merger, but it would be the smallest and arrive uninvited, or it could look to France for an alliance or to the U.S. And all are difficult.”

 

One investment banker in London said much of the mergers and acquisitions activity could center on the growth of tier-one and aspiring tier-one companies such as Thales, Cobham and Rheinmetall as they pick up operations being shaken out by the prime contractors, as well as consolidating the supply chain by acquiring niche operators.

 

Investment bank Espirito Santo said in a market report issued following the BAE announcement of merger talks that “accelerating consolidation bodes positively for defense-centric plays in the U.K. like Chemring, QinetiQ and Ultra Electronics.”

 

Financial crisis is driving the expected mergers and acquisitions flow, as industry battens down the corporate balance sheet.

 

“We have expected consolidation in defense globally, because of a flattening and reduction in defense spending,” said Scott Thompson, U.S. leader of PriceWaterhouseCooper’s aerospace and defense practice.

 

“I don’t expect that there will be other consolidation amongst the other global primes,” he said. “In that sense, this may be an anomaly. But in terms of consolidation of defense, we absolutely expect that.”

 

The consolidation, however, is not expected this year until there is clarity on sequestration and the level of defense spending.

 

Mergers and acquisitions in aerospace and defense dried up this year, with about $5 billion in deals in the first half of the year, after a record 2011, which saw $43.7 billion in deals, Thompson said.

 

If suppliers — industry — are able to reorganize, that puts pressure on the customer — government — to be more rational, namely converge requirements and adopt more joint programs, Witney said. But that is another chapter in the defense book.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 17:56
BAE - EADS : questions pour une fusion géante

 

14/09/2012 Par Véronique Guillermard – Lefigaro.fr

 

Cette opération entraînerait un examen du portefeuille d’activités avec, sans doute, un impact sur l’emploi et l’outil industriel.

• Une fusion BAE-EADS pour quoi faire?

Depuis sa naissance en 1999, EADS, issu du regroupement des activités du français Aerospatial, de l’allemand Dasa et de l’espagnol Casa, souffre d’un déséquilibre entre ses activités civiles - Airbus - et militaires - Cassidian. Airbus a représenté, certaines années, plus de 100% des profits et, régulièrement entre 60 et 70% du chiffre d’affaires. Une situation dangereuse en cas de retournement du cycle aéronautique. Ces dernières années, la demande en avions neufs ne s’est pas démentie mais un revirement ne peut pas être exclu. La montée en puissance dans la défense a toujours été une priorité. En 2007, EADS formalise cet objectif dans le cadre du «plan 2020». «La fusion avec BAE, c’est le plan 2020 dès 2013», résume Marwan Lahoud, directeur général délégué à la stratégie et au marketing d’EADS.

 

De son côté, BAE effectue, avec beaucoup de pragmatisme, un virage à 180 degrés en revenant dans l’aéronautique civile dont il était sorti en 2006 en cédant à EADS sa participation de 20% dans Airbus. BAE estime que sa stratégie de «pure player» dans la défense a atteint ses limites. L’objectif des deux groupes est donc le rééquilibrage de leurs activités. Et cela de façon parfaitement complémentaire, puisque BAE est ancré dans la défense, là où EADS est relativement faible, et qu’EADS est leader mondial de l’aéronautique civil avec Airbus.

• L’environnement est-il favorable?

Oui. Pour plusieurs raisons. L’impératif d’assainissement des comptes publics a un impact direct sur les dépenses militaires en Occident. États-Unis et Europe réduisent leur budget de défense. Les industriels - américains et britanniques principalement - ne peuvent plus compter sur «le marché» des troupes engagées en Irak ou en Afghanistan puisque leur retrait a débuté. Conséquence: le Pentagone prévoit de réduire ses dépenses d’au moins 500 milliards de dollars dans les dix ans à venir.

 

En Europe, la Grande-Bretagne et la France, les deux grandes puissances militaires du continent, coupent aussi dans leurs dépenses. Les groupes d’armement vont devoir vivre avec moins de commandes nationales. D’où une féroce bataille commerciale qui s’annonce sur les marchés exports (acheteurs en Asie, Amérique du Sud ou encore dans le Golfe).

 

L’environnement est propice à une nouvelle vague de concentrations et de coopérations. À l’instar de celle déclenchée après la chute du mur de Berlin qui avait vu, quelques années plus tard, la création de géants. Aux États-Unis, Mc Donnell Douglas a été avalé par Boeing, Martin Marietta est tombé dans l’escarcelle de Lockheed, tandis que Grumman ou TRW basculaient dans le camp de Northtrop. De son côté, l’Europe donnait naissance à EADS.

• À quoi ressemblera le nouvel ensemble?

Si les négociations aboutissent, BAE et EADS donneront naissance au leader mondial de l’aéronautique et de la défense avec, selon les calculs d’Exane BNP Paribas, un chiffre d’affaires de près de 80 milliards d’euros en 2013 et un bénéfice net de 3,33 milliards d’euros. La super-entreprise compterait 226.615 salariés dans le monde et serait capable de déployer une gamme de produits très complète, des avions de lignes, aux lanceurs spatiaux en passant par les satellites, les sous-marins, les porte-avions ou encore les blindés, la guerre électronique et la cybersécurité.

Dans le seul secteur de la défense, BAE-EADS bousculerait la hiérarchie mondiale en dépassant Lockheed Martin (42,8 milliards de dollars de ventes en 2011) avec 49,4 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Le nouvel ensemble deviendrait un fournisseur complet de matériels militaires destinés aux trois corps d’armée: terre, air et mer. L’activité du géant européen serait répartie quasi à parité entre le civil et le militaire ainsi qu’entre les États-Unis et l’Europe.

• Quelles synergies attendre?

Toute fusion entraîne un examen du portefeuille d’activité avec, souvent, pour conséquence un impact sur l’emploi et l’outil industriel. Dans le cas de BAE-EADS, il n’y a quasiment pas de doublons tant la complémentarité entre les deux groupes est réelle. En outre, les deux entreprises se connaissent bien et coopèrent déjà au sein de programmes dans les missiles, au sein de MBDA, et dans les avions de combat, au sein du consortium Eurofighter.

Les économies de coûts concerneront surtout Cassidian, l’actuelle filiale défense d’EADS, ainsi que les activités de BAE hors États-Unis, Grande-Bretagne et Arabie saoudite, ses trois marchés clefs. Les analystes d’Exane BNP Paribas estiment les économies entre 300 et 450 millions d’euros.

 

La force de frappe commerciale du nouveau groupe devrait lui permettre de mener une politique de prix agressive. «Ce colosse mondial aura une puissance de tir sans égal en termes d’approche commerciale. Pour Finmeccanica ou Thales, il sera beaucoup plus difficile de (le) concurrencer», estiment plusieurs analystes.

• Qui dirigera le nouvel ensemble? Avec quelle organisation?

Cette question est délicate. Les équipes des deux groupes se sont mis d’accord sur une valorisation qui constitue une base de travail: les actionnaires d’EADS détiendront 60% du nouvel ensemble et ceux de BAE, 40%. Le mariage BAE-EADS «serait mis en œuvre par la création d’une nouvelle structure juridique à double cotation, au sein de laquelle les deux entreprises fonctionneraient comme un seul groupe», a déjà expliqué BAE dans un communiqué. Il est également prévu de conserver une séparation stricte de certaines activités de défense aux États-Unis pour garantir que leur sécurité nationale ne sera pas compromise. De même, les activités sensibles (dissuasion) britanniques et françaises seront isolées du reste du groupe.

 

Quant à la future gouvernance du groupe, que ce soit au niveau de l’actionnariat ou de la répartition des postes, rien n’est à ce jour totalement arrêté. Les négociateurs de BAE et d’EADS devront éviter de cadenasser leur futur champion mondial dans un pacte d’actionnaires trinational qui graverait dans le marbre une égalité à tous les étages, du conseil d’administration jusque dans la plus petite filiale, entre anglais, français et allemand avec un zeste d’américain et d’espagnol.

 

Le retour d’expérience d’EADS, créé sur la base d’un pacte d’actionnaires franco-allemand qui permettait aux États allemand et français de peser sur la stratégie via les actionnaires privés de référence (Daimler et le Groupe Lagardère), devrait inciter à la mise en place d’une «gouvernance normale». En évitant de doublonner les postes avec deux présidents du conseil et deux présidents exécutif notamment. On se rappelle que la guerre des chefs déclenchée en 2005 a failli faire imploser EADS.

 

Pour Thomas Enders, le président exécutif d’EADS qui apparaît en position de favori pour prendre les rennes du futur géant, le mariage avec BAE offre une opportunité historique de libérer EADS de son pacte, de faire sortir les actionnaires historiques dont l’État français tout en faisant entrer des représentants de BAE. Cela, en permettant aux États de protéger leurs intérêts (dissuasion nucléaire notamment) et le groupe de toute attaque hostile grâce à la création d’action spécifique (golden share).

• Quel rôle pour les États et les actionnaires historiques?

Les États sont en position de faire réussir ou échouer le projet. Celui-ci n’aurait jamais pu avancer aussi loin - les premières négociations ont débuté en mai - sans «le feu vert» d’Angela Merkel, la chancelière allemande, et de François Hollande, le président français qui ont été mis dans la confidence mi-juillet. Certes, les commentaires publiques de Paris et de Berlin «manquent d’enthousiasme», selon l’expression d’un proche du dossier. Mais les deux gouvernements sont soucieux d’apparaître comme les garants de l’emploi et des intérêts nationaux auprès de la population et des salariés. Car la fusion concerne deux entreprises stratégiques dont l’activité relève de la souveraineté nationale et qui portent sur la dissuasion. Les États associés au capital veulent tout à la fois obtenir la meilleure valorisation possible et faire respecter leurs droits tout en protégeant leurs intérêts. À cet effet, il est prévu la création d’action spécifique (golden share) qui n’implique pas nécessairement la sortie de l’État français, qui détient directement 15% d’EADS du futur groupe.

 

La fusion va cependant entraîner une dilution mécanique de chaque actionnaire. La part de l’État français tombera à 10% environ, tandis que celle du groupe Lagardère devrait passer de 7,5 à 5% environ. De son côté, le bloc allemand (Daimler et le consortium bancaire Dedalus) devrait passer de 22,35% à 12,5%. Il n’est pas certain que les actionnaires historiques d’EADS sortent immédiatement. «L’État français restera au capital», estime un bon connaisseur du dossier. Quant aux actionnaires de BAE - majoritairement des fonds et des assureurs dont le français Axa - ils sont soucieux d’obtenir le meilleur prix pour leur titre.

• La parité retenue est-elle la bonne?

La valorisation retenue - 60% du capital seraient détenus par les actionnaires d’EADS et 40% par ceux de BAE - ne fait pas l’unanimité. À Londres, on juge la valorisation retenue pour BAE «historiquement faible» et on s’étonne de devoir verser une soulte de 200 millions de livres aux actionnaires d’EADS.

 

Mais la plupart des analystes estiment que la parité retenue est «très favorable à BAE». Avant l’annonce du projet, les analystes interrogés par Reuters estimaient plutôt cette parité à 75-25 compte tenu des perspectives beaucoup plus positives sur le titre EADS. D’autres analystes fixe la parité à 70-30% en faveur d’EADS.

 

Pour Yan Derocles, analyste chez Oddo Securities, «la parité 60-40 se justifie si l’on regarde les résultats des deux sociétés attendus pour 2013. En revanche, sur un horizon à 4-5 ans, en prenant en compte l’accélération de la génération de cash d’EADS, la parité ressort plutôt à 75-25».

 

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. EADS pèse près de 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires; BAE près de 24 milliards. Tirées par le dynamisme d’Airbus, les perspectives d’EADS sont prometteuses, notamment en termes de progression des bénéfices tandis que, freinées par la baisse des dépenses militaires, celles de BAE sont plus sombres. En Bourse, EADS vaut 24,5 milliards et BAE 13,3 milliards. Cette «prime» accordée à BAE est souvent à la charge de l’acheteur. Elle pourrait aussi être consentie en contrepartie de l’accès au marché américain de la défense, selon un analyste.

 

Tom Enders et Ian King, président exécutif de BAE, auront donc fort à faire pour convaincre leurs actionnaires. Un «road show» pourrait être organisé en octobre à cet effet.

• Quel calendrier?

Depuis que l’affaire a fuité sur la place publique, BAE et EADS ont 28 jours ,soit jusqu’au 10 octobre, pour finaliser leur fusion. Ils y sont contraints par la réglementation boursière à Londres. Mais ils peuvent obtenir un délai. Ce qui semble probable compte tenu de la complexité de l’opération.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 13:14

Europe Flag

 

sept 15, 2012 Nicolas Gros-Verheyde (BRUXELLES2)

 

Alarme de décrochage ! L’appel qu’a lancé Claude-France Arnould, la directrice de l’Agence européenne de Défense, au Berlin Air Show, jeudi (13 septembre), pour une action urgente en Europe dans le domaine des futurs systèmes aéronautiques (future air systems FAS), équivaut cette « alarme d’incidence » – comme disent les pilotes – qui retentit dans les avions en phase de décrochage. « L’industrie aéronautique européenne est menacée ». Son sous-financement a atteint un niveau critique. « D’importantes capacités industrielles sont en train de s’éroder. Sans une action concertée supplémentaire, la situation va bientôt devenir critique par exemple pour le développement de l’avion de combat futur (avion classique ou UAV) et les hélicoptères d’attaque. »

 

Pour cela elle s’appuie sur une étude réalisée par 30 industriels européens parmi les plus importants (BAE, Eurocopter, Cassadian, Dassault, Westland,…). L’industrie représente aujourd’hui environ 200.000 personnes, souvent avec des capacités technologiques de pointe, et a un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros. Or le moindre investissement de défense va obliger l’industrie à se restructurer avec pertes de compétences à la clé. L’étude montre que le risque de perte de compétences est particulièrement « significatif » et rapide, « entre aujourd’hui d’ici 2020 ». Selon l’étude, les industriels « perdent des compétences, mois après mois ». Cela a plusieurs conséquences. Tout d’abord, dans un avenir proche, l’Europe n’aura plus la capacité de produire certains équipements, comme par exemple « les avions de combat ». Quand une capacité et des connaissances se perdent, il est extrêmement difficile de les récupérer. Reformer de nouvelles équipes est extrêmement dur. Et souvent la perte est définitive.

 

UAS : un marché à saisir… ou pas

 

La conséquence est aussi très économique. Dans une économie concurrentielle, « l’Europe risque de perdre des parts significatives (de marché) dans la compétition mondiale sur les capacités UAS », drones et autres systèmes aériens inhabités. D’ores et déjà, elle dépend largement des Etats-Unis et des Israéliens – sont les deux plus gros producteurs du marché – notamment pour les systèmes et sous systèmes. Un monopole qui n’est pas inné. « Ils ont su investir dans le passé », précise John Mattiussi expert analyste de l’agence européenne de Défense, dans un entretien à B2.  Le marché est important non seulement au niveau militaire mais aussi général, par exemple pour la surveillance maritime, les frontières… » Ainsi si l’impact des opérations en Afghanistan et en Irak a joué un facteur décisif pour ce développement aux Etats-Unis, avec un intérêt majeur – ne pas risquer la vie des militaires (*) ; c’est aussi l’identification comme un marché d’avenir qui a joué. « Et on peut se demander Où est l’Europe ? » Une Europe qui a quasiment tout misé et mise encore sur les avions de chasse. Un domaine où « il y a trop de capacités » et un potentiel de restructurations. « Nous avons 5 entreprises compétentes, qui se tuent entre elles. Mais personne sur le marché de l’UAS… ».

 

Des lacunes graves

 

L’étude a identifié plus de 100 facteurs de dépendance, dont 12 présentent de « grands risques »  : les matériaux composites (une production dominée par Japon et les Etats-Unis) ; le titanium (provenant de Russie en majorité) ; les circuits composés ; les semi-conducteurs ; les technologies de positionnement et de navigation ; les technologies de cryptage ; les minerais rares ; les senseurs d’UAS ; les mesures d’auto protection ; les modules transmission / réception à large bande… ; les capacités furtives…

 

Achat sur étagère… non sans risques

 

Dans ces temps de difficultés financières, la tentation peut être grande de faire un « achat sur étagères », donc en général auprès des alliés américains. Mais cette solution repose sur différentes inconnues qui peuvent être politiques, administratives ou industrielles. Le dispositif de contrôle des exportations américains peut avoir des conséquences, y compris lors d’opérations, par exemple pour avoir les pièces de rechange nécessaires. Autre « exemple concret de ce que la dépendance produit » explique-t-il. Faute de fournisseur européen, il faut 72 mois pour avoir un nouvel hélicoptère lourd Chinook. Une situation qui ne risque pas de s’améliorer dans le futur avec le gel du projet franco-allemand d’hélicoptère lourd.

 

Moment critique

 

« Nous sommes effectivement à un moment critique » confirme John Mattiussi expert analyste de l’agence européenne de Défense. « L’effet se fera sentir dans 3, 4, 5 ans. Et on aura des difficultés importantes pour remonter la pente. C’est le dernier moment pour réagir. » L’Europe ne pourra peut-être même plus espérer devenir un sous-traitant des USA. « Les États-Unis peuvent se tourner vers les Européens comme un partenaire ; mais si ce partenaire n’existe plus, ou n’a plus les compétences, ils chercheront ailleurs. D’autres acteurs — Russes, Coréens, Chinois, Indiens, Brésiliens… — cherchent à avoir une présence technologique là où les Européens baissent la garde. » 

 

Tout n’est pas perdu

 

Pour autant, tout n’est pas perdu. « Dans l’aéronautique ou l’espace, en étant plus intelligent, on peut facilement prendre la tête. Regardez ce qui s’est passé pour l’aviation civile. Avant l’arrivée d’Airbus, on disait que la bataille était perdue face à Boeing. Le marché était dominé par les entreprises américaines (trois entreprises essentiellement). Aujourd’hui 2 des 3 principales entreprises Us de l’époque ont disparu. Airbus s’est affirmé comme un des principaux constructeurs et principal concurrent de Boeing. L’Europe a changé la face de l’aviation commerciale » en travaillant ensemble et en raisonnant en logique de marché.

 

« Si on construit des synergies civiles et militaires, on peut déclencher un gros marché. Aujourd’hui le marché actuel est fragmenté, et trop limité. Et il manque de l’argent pour la recherche. » Mais l’Europe a un potentiel d’ouvrir le marché, important. Et il existe des budgets de recherche qui pourraient être débloquées (du coté de la Commission européenne). On aurait ainsi le contraire de ce qui se passait dans le passé – où un investissement militaire débouchait sur des applications civiles -. Aujourd’hui, on aurait un investissement civil débouchant sur des applications militaires. Encore faut-il que ce renversement de sens de la recherche soit accepté par les financeurs européens.

 

(*) Critère décisif pour Israël, avec l’objectif de permettre une surveillance discrète, en économisant au maximum la vie des pilotes de chasse (ressource rare au plan humain) et obligeant à une récupération délicate en cas de perte.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 12:05
Retour sur les Universités d’été de la Défense

14/09/2012 Mer et Marine

 

 

Les 10 et 11 septembre, Brest accueillait les 10ème Universités d’été de la Défense. Initiées par Guy Texier, ancien président de la Commission de la Défense de l’Assemblée nationale, ces rencontres sont devenues incontournables pour tous les acteurs du milieu, qu’ils soient politiques, industriels et militaires. Et, cette année, elles avaient une importance toute particulière, au moment où débutent les travaux sur le nouveau Livre Blanc de la Défense, qui servira de base à l’élaboration de la future loi de programmation militaire couvrant la période 2014/2019. Près de 500 universitaires, dont des parlementaires européens venant d’une douzaine d’autres pays, ont donc planché durant deux jours sur de nombreuses problématiques. Il a notamment été question des enjeux de la maritimisation, de la priorisation des fonctions stratégiques, de l’avenir des forces nucléaires, de la cyber-défense, de l’évolution des équilibres géostratégiques ou encore des capacités industrielles souveraines. « Après un renouvellement du Parlement, un changement de majorité, l'Université était très attendue par l'ensemble des acteurs de la Défense. Alors que viennent de commencer les travaux sur le Livre Blanc, c'est un rendez-vous important. Ces débats de l'ensemble des acteurs du secteur, que ce soient les industriels, les personnels et, bien sûr, les parlementaires, seront un apport à cette commission du Livre Blanc », explique Patricia Adam, présidente de la Commission de la Défense de l’Assemblée nationale.

 

Mutation du contexte géostratégique

 

Depuis le dernier Livre Blanc, en 2008, le contexte géostratégique a bel et bien changé, nécessitant une mise à jour des enjeux de défense pour la France. L’ « Arc de crise », tel qu’il avait été défini il y a quatre ans, a évolué. Cette zone de risque s’est étendue géographiquement à l’Est et au Sud, mais elle est aussi de plus en plus diffuse. Certes, le Moyen-Orient et le Proche-Orient continuent d’être en proie à l’instabilité, avec les tensions persistantes entre l’Iran, Israël et leurs voisins, mais aussi l’éclatement de la crise syrienne et la fragilité du nouveau régime égyptien.

 

Le retrait américain d’Irak, qui sera suivi rapidement du désengagement en Afghanistan, posent également de nombreuses questions et suscitent des craintes quant à l’avenir dans ces pays. Le développement de la nébuleuse terroriste en Afrique, où des pans entiers de territoires, comme le Sahel, échappent désormais au contrôle des Etats, fait par ailleurs peser une nouvelle menace aux portes du sud de l’Europe. Il faut aussi tirer les leçons du printemps arabe, mouvement imprévisible qui a surpris par sa soudaineté et son ampleur la communauté internationale ; tout comme il faut tenir compte du recentrage américain vers la zone Asie/Pacifique, désormais centre de gravité de l’échiquier mondial. Et puis il y a les effets de la crise sur l’économie européenne et, in fine, sur la souveraineté financière du « Vieux Continent », sans oublier les menaces virtuelles, dont les conséquences potentielles peuvent être catastrophiques.

 

Anticiper les nouvelles menaces

 

En quelques années, la donne stratégique a sensiblement évolué, au sein d’un monde où, à l’instar de la communication, le temps s’accélère. Face à des évolutions toujours plus rapides et violentes, au développement de menaces moins identifiées mais plus diffuses, sans pour autant exclure la résurgence d’une crise majeure, l’outil de défense doit s’adapter. Et c’est un véritable défi puisqu’il s’agit d’un édifice particulièrement complexe dont la construction réclame du temps, des moyens, de la volonté politique et surtout des choix engageant sur le long terme, alors même qu’il est aujourd’hui bien plus difficile d’anticiper les évolutions futures et l’éclatement soudain de crises.

 

La situation est d’autant plus complexe que les menaces ne sont plus seulement « physiques », mais aussi virtuelles. Durant les Universités d’été, il a été notamment question de la Cyber-défense, un sujet qui commence, enfin, à s’inviter sur le devant de la scène. L’attaque de certains réseaux informatiques étatiques, notamment en Europe et aux Etats-Unis, comme les menaces pesant sur les réseaux financiers et même ceux de la défense, font prendre conscience de la vulnérabilité d’une société qui repose aujourd’hui sur des moyens de communication dont la sécurisation est, aux dires des spécialistes, très loin d’être optimale.

 

Les armées sont donc aujourd’hui engagées sur tous les fronts traditionnels, auxquels se sont ajoutés de nouvelles missions et l’élargissement du champ de bataille à l’espace et au cyberespace. A la lumière des engagements récents, la nécessité de renforcer les moyens de renseignement, par exemple spatiaux, afin de nourrir la connaissance et l’anticipation, une fonction stratégique, fait également consensus, tout comme la nécessité de sécuriser les réseaux. « Nous puisons dans l’espace et les moyens de communication une grande partie de nos moyens de communication et de notre supériorité technologique. Mais c’est aussi notre talon d’Achille », reconnait un général.

 

Des moyens adaptés à une nouvelle donne

 

La maîtrise du renseignement est en effet fondamentale pour anticiper l’évolution d’une situation, l’apparition d’une menace potentielle, la préparation et la réalisation d’une action militaire ou encore la sécurité d’une intervention. Mais c’est aussi un outil de souveraineté puisque le pays qui maîtrise son renseignement donne au pouvoir politique la capacité de juger seul du déroulement d’un évènement et de l’opportunité d’une action. L’exemple de la guerre en Irak, en 2003, serait de ce point de vue parlant. Des pays disposant de moyens de renseignement autonomes auraient, dit-on dans les milieux autorisés, su très rapidement que certains documents, présentés comme des preuves de la présence d’armes de destruction massive sur le territoire irakien, étaient falsifiées. De la parfaite connaissance d’une situation peut donc dépendre l’engagement ou non d’un pays dans un conflit.

 

Face aux menaces diffuses, par exemple le terrorisme ou les cyber-attaques de grande ampleur, qui pourraient paralyser le fonctionnement d’un Etat, les armées doivent disposer de moyens souples et réactifs, conjugués aux meilleures technologies. Et dans un format cohérent avec la dispersion géographique des menaces. Mais il faut bien sûr tenir compte du contexte budgétaire difficile et, autant que faire se peut, recourir à des moyens adaptés et peu coûteux. Pour la marine, par exemple, nul besoin d’une frégate de premier rang ultrasophistiquée pour mener des actions de lutte contre le narcotrafic ou la piraterie. Des patrouilleurs hauturiers simples, robustes et économiques, équipés d’une plateforme hélicoptère et de bons moyens de détection et de communication, sont largement suffisants.

 

Les moyens lourds demeurent essentiels

 

Pour autant, il ne faut pas négliger le haut du spectre, car les dernières crises montrent que les armées ont toujours besoins de moyens lourds et des capacités pour les projeter, avec une forte tendance à l’accélération du caractère interarmées des opérations. On pense évidemment à l’Afghanistan, à la Libye ou encore au Liban, où l’aviation et les hélicoptères, les blindés et l’artillerie, tout comme le porte-avions, les bâtiments de projection, ainsi que les frégates de premier rang et les sous-marins, demeurent essentiels. D’où l’intérêt des grands programmes permettant de moderniser les armées, comme les avions de combat Rafale Air et Marine, les hélicoptères NH90 et le Tigre, les VBCI (Véhicules Blindés de Combat d’Infanterie) et PVP (Petits Véhicules Protégés) ou encore le canon Caesar, et pour la marine les nouvelles frégates multi-missions (FREMM) et les sous-marins nucléaires d’attaque du type Barracuda, qui mettront notamment en œuvre des missiles de croisière offrant une capacité de dissuasion conventionnelle tout en permettant des frappes terrestres en profondeur. Dans un conflit moderne, ces outils technologiquement avancés donnent un avantage certain et leurs capacités accrues, comme leur polyvalence, permettent souvent de réduire les coûts de possession tout en compensant la réduction des formats. Le succès de leur emploi passe, en outre, par une organisation et une capacité de projection souples et réactives permettant de répondre aux crises actuelles. Géographiquement, il est important de conserver des forces pré-positionnées dans les zones sensibles (moyens navals, bases terrestres et aériennes), afin d’améliorer la réactivité de l’armée, même si le maillage actuel mérite sans doute d’être réexaminé.  Il convient, enfin, de rappeler que les matériels, si performants soient-ils, n’ont aucune utilité sans le savoir-faire des hommes qui s’en servent. L’effort consenti dans la préparation des forces et la qualité de leur entrainement demeurent fondamentaux pour assurer la disponibilité de l’outil militaire et son efficacité.

 

La pertinence de la dissuasion nucléaire

 

La dissuasion nucléaire a, aussi, été au programme des Universités d’été de la Défense. Si cette composante militaire ne sera pas remise en cause puisque le nouveau président de la République a décidé de son maintien, il convient d’expliquer pourquoi. Au-delà du fait que la force océanique et les forces aériennes stratégiques (FOST et FAS) viennent juste d’être modernisées ou sont en cours de modernisation (comme les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins), ce qui ferait d’un renoncement une ineptie financière et opérationnelle, le maintien de la dissuasion constitue, simplement, une question de bon sens. Certes, la guerre froide est terminée depuis longtemps et, ces deux dernières décennies, le monde a surtout été marqué par des crises régionales de faible intensité (en dehors de l’Irak). Certes, on parle beaucoup de menaces de type terrorisme et cyber-attaques, contre lesquels un SNLE ou des avions de combat paraissent inutiles. Certes, en Europe, les populations jouissent depuis près de 70 ans de la paix - qui a d’ailleurs sans doute été acquise grâce à la dissuasion nucléaire, sans laquelle les deux blocs se seraient probablement affrontés au cœur de l’Europe – et pour lesquels la résurgence d’un conflit majeur semble impensable. Mais la réalité est que, dans les prochaines décennies, il serait très étonnant que le monde ne connaisse pas de guerre de grande ampleur. Or, si l’Europe semble préservée durablement des conflits sur son territoire, les citoyens ont probablement une fausse impression de quiétude. Car la mondialisation des échanges implique que ce qui se passe à l’autre bout de la planète peut, directement, impacter la vie quotidienne des Européens. Sans l’arme nucléaire, les Occidentaux ne pourraient, par exemple, pas dissuader aussi fortement l’Iran de miner le détroit d’Ormuz, par lequel passe plus de 30% des approvisionnements mondiaux de pétrole. Et, chacun en convient, mieux vaut éviter par la simple menace un conflit conventionnel qui serait très coûteux humainement et financièrement. Considéré comme l’assurance vie de la nation, la dissuasion a plusieurs facettes. Elle permet, c’est son origine, de dissuader un Etat de s’en prendre aux intérêts vitaux de la nation, puisque la riposte nucléaire serait automatique et trop coûteuse pour l’agresseur. Mais aujourd’hui, elle sert aussi à dissuader les pays soutenant le terrorisme ou menaçant d’employer des armes chimiques ou bactériologiques.  Ce fut le cas pour le régime de Saddam Hussein pendant la guerre du Golfe, où les Américains avaient très clairement annoncé la couleur, et c’est sans doute aussi vrai aujourd’hui pour la Syrie. On peut en tout cas se poser la question quand on entend le ministre français des Affaires étrangères menacer Damas de « réponse massive et foudroyante » en cas d’emploi d’armes chimiques.

 

Enfin, et c’est un point très important pour les années qui viennent, la dissuasion nucléaire met à priori la France à l’abri d’agressions, notamment liées à des prétentions territoriales. Car, dans la mesure où le format des forces conventionnelles a été considérablement réduit depuis 20 ans, cette « faiblesse » pourrait, sans la menace d’une frappe nucléaire, donner des idées à certains pays, par exemple sur les territoires ultra-marins, qui seront de plus en plus convoités en raison des richesses naturelles qu’ils abritent.

 

Les pays n’ont plus la capacité de tout faire seul

 

Le nucléaire demeure donc une assurance vie et un outil de puissance pour la France, mais c’est évidemment une capacité destinée à n’être utilisée qu’en dernier recours. Avant cela, le pays doit pouvoir proposer des réponses graduelles en fonction des situations, ce qui suppose un large éventail de solutions et de moyens conventionnels qui, contrairement à l’arme atomique, ont vocation à être utilisés en permanence. Mais la situation économique fait qu’aujourd’hui, même les grandes armées européennes, comme celles de la France et de la Grande-Bretagne, ont bien du mal à maintenir toutes les capacités requises. Parlementaires et militaires sont, d’ailleurs, convaincus pour la plupart qu’il n’est plus possible de « tout faire tout seul ». Et la crise va précipiter ce constat, en imposant des priorités. « Il faudra faire des choix », a ainsi prévenu Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense. C’est pourquoi les coopérations initiées depuis de longues années seront amenées à se renforcer. Elles vont d’ailleurs dans le sens de l’histoire puisque les interventions purement nationales deviennent très rares, la nécessité opérationnelle et politique, ainsi que le cadre légal, imposant la plupart du temps des actions en coalition, comme ce fut le cas en Libye. Dans cette perspective, les militaires attirent l’attention du politique sur l’enjeu que représente l’interopérabilité des moyens avec des forces étrangères, non seulement au sein de structures traditionnelles, comme l’OTAN, mais également avec d’autres puissances émergeantes dont les standards peuvent être différents. « Le degré et la nature de l’interopérabilité nous positionnera au cœur ou à la périphérie des coalitions », prévient un général. De même, il convient sans doute de mieux intégrer la démultiplication des acteurs impliqués dans le dénouement des crises, qui ne sont pas uniquement des affaires militaires, mais nécessitent également des actions politiques et économiques, seules garantes d’une stabilisation durable. « La solution à toute crise  est ailleurs, c’est un problème de gouvernance, de développement, de société, de sécurité. Il s’agit d’une démarche globale qui doit être mise en œuvre immédiatement et nécessite un effort de structuration au niveau interministériel et national ».

 

L’Europe de la Défense avance

 

Dans les années qui viennent, la construction de l’Europe de la Défense sera, par ailleurs, totalement incontournable. S’il est vrai que cette nécessité est martelée depuis des années et que, malgré les grands discours, elle est confrontée à une forte inertie, la situation pourrait bien, désormais, évoluer rapidement. Malgré les problématiques de souveraineté et le protectionnisme des Etats membres envers leurs industries - pour des questions politiques et socio-économiques - l’Union Européenne a déjà fait de grands progrès dans ce domaine. La Politique Européenne de Sécurité et de Défense (PESD) contribue, ainsi,  à la mise en place des concepts et des structures politico-militaires au sein des institutions européennes, mais aussi au déploiement des opérations sur le terrain. Côté structures, l’Agence Européenne de Défense (AED) a pour but d'améliorer les capacités de l’UE, notamment dans le domaine de la gestion des crises, de promouvoir la coopération européenne dans le domaine de l'armement, de renforcer la base industrielle et technologique de défense de l'Union et de créer un marché européen des équipements de défense qui soit concurrentiel. Enfin, elle a pour mission de favoriser la recherche, en vue de renforcer le potentiel industriel et technologique européen dans le domaine de la défense.

 

Ces dernières années, de nombreux programmes européens ont vu le jour, comme l’hélicoptère NH90 et l’avion de transport A400M. Même s’il parait crucial, à la lumières des déboires rencontrés par ces programmes, d’homogénéiser les spécifications des nouveaux matériels pour éviter la démultiplication des versions suivant les désidératas de chaque pays (ce qui entraine des surcoûts et rend souvent les projets plus complexes, provoquant ainsi des difficultés d’intégration et des retards), il est évident que, sans cette coopération européenne, les Etats n’auraient pas eu les moyens de développer et réaliser seuls ces outils.

 

La crise pourrait faciliter les rapprochements

 

Et ce sera d’autant plus vrai avec la crise et les difficultés budgétaires, qui sont finalement vues par un certain nombre de parlementaires et de militaires comme une opportunité pour renforcer l’Europe de la Défense. « Les Européens n’ont plus le choix, ils vont être obligés de mutualiser et de partager des capacités », affirment un député et un officier général. Reste à savoir lesquelles. Actuellement, on pense évidemment aux capacités qui font défaut, comme les drones, ou encore les avions de transport et de ravitaillement. Mais ces perspectives suscitent encore des réticences au sein d’Etats membres, qui craignent de perdre la maîtrise de capacités stratégiques et, par là même, d’un pan de leur souveraineté. Néanmoins, force est de constater, à la lumière des dernières opérations, notamment en Libye, qu’aucun pays européen ne dispose plus, en permanence, de tous les moyens nécessaires pour répondre à une crise lointaine de moyenne ou forte intensité. Et même en se réunissant au sein d’une coalition, certaines capacités, comme on l’a vu en Libye, manquaient aux Européens, imposant une dépendance évidente vis-à-vis des Américains. « On dit qu’on ne veut pas partager la souveraineté mais j’ai d’énormes doutes sur le fait que nous ayons encore cette souveraineté. La question est plutôt de savoir comment recouvrer cette souveraineté », a ainsi lancé à Brest, devant les universitaires, un haut responsable européen.

 

L’UE a toutefois, et c’est une bonne nouvelle, démontré qu’elle pouvait mettre en œuvre des forces militaires cohérentes et sur la durée. C’est actuellement le cas avec l’opération Atalante de lutte contre la piraterie, qui mobilise depuis bientôt quatre ans d’importants moyens aéronavals dans le golfe d’Aden et l’océan Indien. Contribuant significativement à la protection du trafic maritime et donc des approvisionnements européens, l’action de cette force, qui travaille en coopération avec d’autres moyens internationaux (OTAN, Russie, Japon, Chine…) présents sur zone pour les mêmes raisons, est un succès et a obtenu des résultats tangibles contre les pirates. Mais Atalante, si importante soit-elle, ne constitue finalement qu’une « action de l’état en mer » à l’échelle européenne. Pour les opérations militaires majeures, l’Europe de la Défense n’a pas encore fait la démonstration de ses possibilités, passant même à côté de la crise libyenne, un conflit se déroulant pourtant aux portes mêmes de l’Union. A défaut d’entente entre ses membres, l’UE a donc laissé la gestion de la crise à l’OTAN, qui a assuré le commandement d’une opération dont l’essentiel des moyens étaient européens, avec une prédominance de la France et de la Grande-Bretagne.

 

L’OTAN et l’Europe de la Défense complémentaires

 

Ceci dit, pour beaucoup, l’OTAN et l’Europe de la Défense ne sont en fait pas concurrents mais parfaitement complémentaires. L’Alliance dispose notamment de structures de commandement dimensionnées pour les engagements majeurs et beaucoup estiment qu’il serait stupide de ne pas s’en servir. De même, l’OTAN permet aussi de mutualiser des moyens, comme c’est le cas avec un consortium de 14 pays assurant l'affrètement d’avions de transport dans le cadre de la solution intérimaire pour le transport aérien stratégique (SALIS). Il ne tient ensuite qu’aux Européens de s’accorder pour mieux faire valoir leurs intérêts au sein de l’Alliance et, ainsi, jouir d’une position plus équilibrée par rapport aux Américains. Ceux-ci n’y sont d’ailleurs pas forcément hostiles puisque, s’ils aiment logiquement conserver un leadership et faire valoir leur industrie, les Américains considèrent également, aujourd’hui, que les Européens doivent pouvoir assurer leur propre sécurité. Il est donc aussi dans l’intérêt des Etats-Unis, au moment où ceux-ci se recentrent sur la zone Asie/Pacifique et qu’ils sont comme les autres confrontés aux difficultés budgétaires, que l’Europe de la Défense devienne une réalité.  

 

La nécessaire entente politique

 

Malgré les difficultés, l’Europe de la Défense devrait donc amplifier sa marche, un mouvement inéluctable qui passera d’abord par des programmes d’équipements communs, des regroupements industriels (par exemple le projet de rapprochement annoncé cette semaine par BAE Systems et EADS), des mutualisations de moyens puis des partages de capacités, d’abord non souveraines, puis de plus en plus critiques. A terme, c’est toujours la construction d’une armée européenne qui est en ligne de mire, mais cette perspective ne pourra voir le jour que si les conditions politiques sont réunies. Car l’armée est un outil souverain par excellence et certaines capacités ne peuvent dépendre que d’un seul et unique exécutif. L’intégration de l’ensemble des capacités européennes passerait donc obligatoirement par la constitution d’une Europe fédérale avec à sa tête un exécutif unique. Cette approche se heurte encore à de nombreuses difficultés et réticences, chaque pays ayant sa culture et ses intérêts propres. Il faudra donc encore du temps avant d’en arriver là, de convaincre les opinions publiques et d’apprendre à édifier une Europe politiquement unie. Si elle se produit, cette évolution ne se fera d’ailleurs probablement pas à 27, mais d’abord au sein d’un noyau restreint d’Etats dont les visions, les intérêts  et les structures sont les plus proches. Pour l’heure, il s’agit encore de fiction, mais l’idée fait son chemin, renforcée par les déséquilibres géostratégiques et les coups de boutoir budgétaires liés à la crise. Et même si beaucoup d’Européens restent logiquement attachés à l’indépendance de leurs pays, ils sont de plus en plus nombreux à prendre conscience que, sans un nécessaire rapprochement, l’Europe sera condamnée au déclassement sur la scène internationale, avec toutes les conséquences politiques, économiques et sociales que cela suppose.

 

Car le monde n’attend pas après les dissensions et questionnements de l’UE pour muter et même, éventuellement, profiter de la naïveté européenne, bercée par un faux sentiment de sécurité lié à 70 ans de paix sur son territoire, par une croyance erronée en l’autosuffisance économique et le mirage historique des années de grandeur où les grands pays européens dominaient le monde. La réalité est bien différente et les pays émergeants poursuivent leur montée en puissance, qui se caractérise notamment par le développement des outils militaires. C’est le cas  de la Chine, du Brésil et de l’Inde, mais on constate aussi la volonté russe d’investir massivement dans le renouvellement de ses moyens militaires. Ces dernières années, on a constaté le renforcement de l’Asie du sud-est comme nouveau point de gravité de la géostratégie mondiale. Alors que la Corée du nord demeure très surveillée, les tensions se sont amplifiées entre la Chine et ses voisins, avec en toile de fond, la plupart du temps, des revendications territoriales sur des espaces maritimes.

 

La mer, enjeu majeur du XXIème siècle

 

Les Universités d’été de la Défense ont, d’ailleurs, très largement mis l’accent sur les enjeux maritimes, ce qui constitue une nouveauté en France. La communauté de défense et une part croissante des parlementaires semblent, enfin, prendre conscience de l’importance et des opportunités que représente la mer. Il s’agit, en premier lieu, d’assurer la protection des flux maritimes, vitaux pour le commerce international (90% des échanges passent par la mer) dont font par exemple partie, en dehors des biens de consommation, les approvisionnements en hydrocarbures, gaz et matières premières. Or, ces flux sont soumis à de nombreuses menaces, à commencer par celles pesant sur la liberté de navigation dans les passages stratégiques. Ainsi, un simple minage du détroit d’Ormuz, qui relie le golfe Persique à l’océan Indien, suffirait à couper la principale station service mondiale, déstabilisant du même coup toute l’économie. Dans cette perspective, la « diplomatie navale », s’appuyant sur la capacité de déploiement et de frappe d’une flotte, est souvent un outil crucial pour dissuader de potentielles actions touchant le commerce maritime. Il faut, aussi, compter avec le développement du terrorisme et de la piraterie, qui mobilisent de très nombreux moyens en océan Indien, au nord duquel transitent justement les navires marchands ravitaillant l’Europe et acheminant ses exportations en Asie. Les marines doivent également lutter contre le narcotrafic, dont les acteurs utilisent abondamment la mer pour alimenter le « marché » européen via la Méditerranée, l’Atlantique et les Antilles. Les flottes sont, par ailleurs, en première ligne devant la pression migratoire, qui ne cesse de s’accentuer entre le sud et le nord, sans compter les nombreuses missions de service public et d’action de l’Etat en mer qui leur sont dévolues. Sauvetage de personnes, assistance aux navires en difficulté, lutte contre la pollution, police des pêches… Tout cela représente, en France, environ un tiers de l’activité de la Marine nationale.

 

Ces missions, bien que cruciales, ne sont toutefois pas nouvelles, même si certaines ont une importance croissante, qui évolue au rythme des menaces inhérentes. Ainsi, avec le développement considérable et en augmentation constante des richesses transitant au large des côtes, la piraterie sera sans doute une problématique récurrente dans les prochaines années, non seulement au large de la Somalie, mais également en Afrique, en Amérique latine et en Asie.

 

Un potentiel de richesse considérable

 

 Ce qui est en revanche plus nouveau, c’est l’apparition, aux yeux de tous, du gigantesque potentiel économique que recèlent les mers et océans. D’abord, les énergies liées à la mer, qu’il s’agisse d’éoliennes offshores, d’hydroliennes, d’énergie houlomotrice, d’énergie thermique des mers et même, comme le propose par exemple DCNS, de centrales nucléaires immergées. Ce secteur, en plein développement, donne progressivement naissance à de nouvelles filières industrielles, pourvoyeuses de technologies et d’emplois. Le tout en répondant à la nécessité environnementale de diversifier le bouquet énergétique avec, notamment, des énergies renouvelables.

 

Et puis, il y a surtout les incalculables richesses que les fonds marins abritent en termes de produits énergétiques et de minerais. L’évolution de la technologie autorisera l’exploitation de gisements sous-marins toujours plus profonds, qu’il  s’agisse de réserves pétrolières, gazières ou minières, sans oublier le problème crucial des ressources halieutiques. Cela, au moment même où les ressources se raréfient à terre. L’enjeu est donc stratégique et il faudra protéger ces richesses, qui font l’objet de convoitises. Ainsi, quelques 77 pays, dont la France (notamment sur le plateau de Kerguelen, dans l’océan Austral), réclament aux Nations Unies une extension de leurs Zones Economiques Exclusives. Espace historique de liberté, la mer fait l’objet d’une territorialisation sans précédent et la course aux richesses marines provoquera inévitablement des conflits. Déjà, en Asie, les revendications sur la souveraineté d’îles et des ZEE afférentes sont une source croissante de disputes et d’incidents entre la Chine, le Japon et le Vietnam. Et cela ne fait que commencer, en Asie comme ailleurs dans le monde… 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories