Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 17:50
Poland seals $250 million JASSM deal

 

16 Dec 2014 By: Bartosz Glowacki - FG

 

Poland's defence ministry has signed a $250 million contract to purchase Lockheed Martin AGM-158A JASSM weapons for the nation's air force. Completed at Krzesiny air base on 11 December, the deal will equip the service's Lockheed F-16C/D aircraft.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 17:50
A Challenger 2 main battle tank during a live firing exercise in Grafenwöhr, Germany  photo Corporal Wes Calder RLC, UK MoD

A Challenger 2 main battle tank during a live firing exercise in Grafenwöhr, Germany photo Corporal Wes Calder RLC, UK MoD

 

17 December 2014 Ministry of Defence, Defence Equipment and Support and Philip Dunne MP

 

The Ministry of Defence has signed a contract for £140 million with Babcock International for the sale of Defence Support Group.

 

The Defence Support Group (DSG) maintains and repairs key military equipment and manages the storage of the land vehicle fleet.

The deal includes a 10-year contract with Babcock for the maintenance, repair, overhaul and storage of current military vehicles and light weapons.

The contract award follows the announcement of the preferred bidder last month, and will see Babcock continue the services DSG currently provides.

As well as the £140 million that the sale will generate upfront, the Army will also benefit from considerable savings over the next 10 years, seeing a transformation in the way its vehicles such as Challengers and Warriors are maintained.

 

Minister for Defence Equipment, Support and Technology Philip Dunne MP said:

I am delighted with the successful outcome of this transaction. Signing this deal with Babcock will put the Defence Support Group on a sustainable long-term footing and will transform the equipment maintenance and repair support that the Army relies on both at home and overseas.

Babcock will provide market-leading engineering and fleet management expertise to optimise vehicle availability to the Army at better value for the taxpayer.

The £140 million proceeds from the sale and the significant savings over the life of the contract represent outstanding value for money for the tax payer and will allow us to continue to focus our resources on the front line.

Contract completion is planned for 31 March 2015 and the service provision contract will start on 1 April 2015.

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 13:55
Réception du NH90 n°13 par le CEPA/10S

 

17 Décembre 2014 Marine Nationale

 

Le 12 décembre 2014, le CEPA/10S a réceptionné auprès d’Airbus Helicopters, un treizième NH90 Caïman Marine,  soit le cinquième appareil livré cette année.

 

Pour la circonstance, l’adjoint au sous-chef d’état-major « plans-programmes » de l’état-major de la marine, l’amiral commandant la force de l’aéronautique navale (ALAVIA) et le commandant de l’aéronautique navale de Hyères ont participé à la cérémonie de réception de cet appareil, puis à son transfert en vol vers la base d’aéronautique navale de Hyères. A leur arrivée, ils ont été accueillis par le commandant du CEPA/10S.

 

Le NH n°13 est appelé à rejoindre à terme la flottille 31F, pour soutenir ses activités de formation des équipages et d’armement des détachements de frégate de défense aérienne.

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 13:55
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)


17.12.2014 LeFigaro.fr

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a jugé mardi que la position de fermeté de l'Allemagne en matière d'exportations d'armes pourrait poser un "problème" pour des projets franco-allemands, qu'il s'agisse des blindés Nexter ou du groupe EADS.

"Je suis parfaitement conscient des reticences du (ministre social-démocrate de l'Economie) Sigmar Gabriel sur le sujet des exports d'armement", a dit M. Macron devant des députés. Il était auditionné sur son projet de loi "pour la croissance et l'activité" , dont une disposition permet de lancer le rapprochement entre les constructeurs de blindés français Nexter et allemand KMW.

"Nous sommes en discussion au niveau politique et technique pour trouver des réponses à ce sujet", a-t-il poursuivi. "Si aujourd'hui les Allemands ne changent pas leur repli même en deçà des textes des accords Debré-Schmidt, nous aurions un problème non seulement pour ce rapprochement (entre les constructeurs de blindés français Nexter et allemand KMW) mais aussi pour certaines activités d'EADS", a-t-il assuré.

Les accords Debré-Schmidt de 1971 et 1972 avaient posé le cadre des relations franco-allemandes en matière de ventes d'armes. Selon Paris, Berlin s'en éloigne en adoptant désormais une politique plus restrictive de ventes d'armes.

Concernant le rapprochement Nexter-KMW, M. Macron a assuré: "On n'ira pas plus loin dans cette aventure si on n'a pas purgé ce sujet" franco-allemand.

En août dernier, M. Gabriel avait appelé l'industrie de la défense à se repositionner et se consolider, confirmant son intention de très strictement encadrer les exportations d'armes, même au détriment de l'emploi. Il souhaitait notamment que l'Allemagne cesse d'exporter vers les pays de la péninsule arabique, en particulier vers l'Arabie Saoudite, un gros client.

La loi allemande interdit les exportations d'armes vers les pays dits tiers, c'est-à-dire hors Union européenne, partenaires de l'Otan et pays assimilés, mais ouvre des possibilités d'exemptions au cas par cas.

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 12:40
"Do svidaniya" (au revoir et à la prochaine) disent les marins russes de Saint-Nazaire

 

17.12.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Les 400 marins russes, qui étaient arrivés au port de Saint-Nazaire le 30 juin dernier, passeront les fêtes de Noël et de fin d'année en famille. Ils vont bientôt repartir à bord de leur navire-école, le Smolniy. Selon les informations de mes confrères de la rédaction nazairienne d'Ouest-France, ce départ est définitif.

La formation de ces militaires, venus en France pour se former au maniement des porte-hélicoptères commandés par la Russie à la France et construits par STX à Saint-Nazaire, est en effet terminée. La livraison du premier des deux BPC, le Vladivostok, aurait du avoir lieu le 14 novembre, mais en raison de la situation politique en Ukraine, elle a été suspendue.

"On imagine le soulagement de ces militaires que les Nazairiens voyaient, depuis des semaines, tuer le temps à se promener dans le centre-ville et à faire du sport sur les quais, face à leur navire-école... Au fil du temps, depuis la date supposée de livraison et donc celle de la fin de leur formation, leur présence à Saint-Nazaire, suspendue à un statu quo politique international, perdait de son sens. Ce dénouement contraindra la Russie à faire revenir un équipage sur place, en cas de livraison du Vladivostok. Les militaires ne disent peut-être pas adieu au navire qu'ils ont appris à manier", écrit ce matin ma consoeur Claire Robin dans les pages de nos éditions de Loire-Atlantique.

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 08:40
Moscou renonce à créer des armes stratégiques avec Kiev

Missile de conception russo-ukrainienne RS-20 photo RIA Novosti. Vladimir Fedorenko

 

MOSCOU, 16 décembre - RIA Novosti

 

La Russie a renoncé à coopérer avec l'Ukraine dans la conception d'armes stratégiques, a annoncé mardi à Moscou le commandant des Troupes balistiques stratégiques russes (RVSN) Sergueï Karakaïev.

 

"Nous n'avons pas besoin du potentiel de l'industrie de défense ukrainienne", a indiqué le général Karakaïev à la veille du 55e anniversaire des Troupes RVSN.

 

Selon lui, le bureau d'études Ioujnoïe de Dniepropetrovsk et d'autres sociétés ukrainiennes ne font plus partie de la chaîne industrielle russe chargée d'assurer le fonctionnement des missiles RS-20 Voevoda (SS-18 Satan, selon le code de l'Otan).

 

La conception des missiles destinés aux Troupes RVSN est confiée exclusivement aux entreprises russes depuis 1993. Le Centre des missiles Makeïev de Miass (région de Tcheliabinsk) est l'un des principaux producteurs de missiles russes à ergols liquides.

 

Ces derniers temps, la Russie crée un nouveau missile balistique intercontinental lourd destiné à remplacer le missile de conception russo-ukrainienne RS-20 Voevoda. L'armée russe devrait se doter de ces missiles d'ici 2020.

 

Le missile nucléaire intercontinental de 3e génération RS-20 a été conçu à l'époque de l'URSS par un groupe de bureaux d'études dirigé par le bureau Ioujnoïe de Dniepropetrovsk (Ukraine). Il est en service opérationnel depuis les années 1980.

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 19:45
ST participe à la détection rapide et précise du virus Ebola

 

16 décembre 2014 par  Frédéric Rémond - electroniques.biz

 

ST, Clonit et l'institut Lazzaro Spallanzani ont mis au point un prototype d'analyseur portable permettant d'identifier la présence du virus Ebola en moins de 75 minutes.

 

STMicroelectronics, Clonit et l'Institut national italien sur les maladies infectieuses Lazzaro Spallanzani ont développé un prototype d'analyseur portable permettant d'identifier la présence du virus Ebola en moins de 75 minutes.

Cet analyseur utilise un circuit intégré développé par ST qui agit comme un réacteur miniaturisé assurant l'amplification et le dépistage du matériel génétique extrait d'un échantillon sanguin grâce à des agents réactifs spécifiques développés par Clonit et préchargés sur la puce.

ST a également mis au point un lecteur optique portable détectant la présence d'ADN viral dans l'échantillon et communiquant les données à un PC.

Ce prototype assure une détection à la fois précise et rapide du virus. Les partenaires travaillent désormais sur un système de détection intégré, autonome et automatisé pour l'analyse en parallèle d'un grand nombre d'échantillons.

 

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 13:56
Les exportations d'armes françaises vont encore augmenter en 2014 (ministre)

 

Paris, 14 déc 2014 Marine et Océans (AFP)

 

Les exportations d'armes françaises ont été "en très nette augmentation", de 42%, en 2013 et "ce sera encore plus cette année", a indiqué dimanche le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

 

Dans une interview à RFI et TV5 Monde, il a estimé que "cela veut dire qu'il y a des menaces dans le monde, et aussi que les industriels français sont performants".

 

Refusant de se prononcer sur la signature, donnée par certains comme imminente, d'un contrat de vente d'avions Rafale à l'Inde, il a ajouté: "Il n'y a pas que les Rafale dans la vie. Il y a des sous-marins, des satellites, des petites choses qui coûtent cher et pour lesquels les Français sont assez compétents (...) Le Rafale est un très bon avion, il y a beaucoup de discussions en cours, quand elles aboutiront, je vous le dirai".

 

A propos de la livraison à la Russie des deux navires Mistral en construction à Saint-Nazaire, le ministre de la Défense a rappelé "qu'il est aujourd'hui dit par le président de la République que cette question n'est pas à l'ordre du jour".

 

"On ne livre pas à n'importe qui, en voilà la preuve", a-t-il commenté.

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 13:30
Caesar du 68e RAA - photo A.Karaghezian Armée de Terre

Caesar du 68e RAA - photo A.Karaghezian Armée de Terre

Beyrouth, 15 déc 2014Marine et Océans (AFP)

La France et le Liban ont signé lundi à Beyrouth le protocole d'accord ouvrant la voie à la livraison d'armes à l'armée libanaise dans le cadre du don de trois milliards de dollars promis par l'Arabie saoudite.

Selon un communiqué militaire, l'accord a été paraphé au quartier général de l'armée à Yarzé (banlieue de Beyrouth) entre le commandant en chef de l'armée libanaise Jean Kahwaji et l'amiral Édouard Guillaud, PDG d'ODAS, la compagnie française chargée du développement des exportations dans le domaine de la défense, de la sécurité et des hautes technologies.

Selon une source politique libanaise, l'amiral Guillaud, doit se rendre à Ryad pour le faire signer par les autorités saoudiennes qui devront effectuer un premier versement de 600 millions dollars soit 20% du contrat.

Les armes françaises commenceront à être livrées deux mois plus tard. La livraison s'étalera sur trois ans et parmi les armes figurent notamment 7 hélicoptères Gazelle muni de missiles anti-char téléguidés HOT et 7 hélicoptères Puma pour le transport des troupes.

La liste d'équipements retenus, qui a nécessité plusieurs mois de discussions, correspond à des "besoins identifiés par les forces armées libanaises, qui sont sous-équipées et sous-entraînées pour remplir leurs missions de sécurité et de renseignement", avait relevé un responsable au ministère français de la Défense, sous couvert d'anonymat.

Outre les hélicoptères, le contrat porte sur des VAB (Véhicules de l'avant blindés), de l'artillerie lourde (dont des systèmes Caesar), des patrouilleurs armés et des moyens de communication et de surveillance, dont des drones de type SDTI, afin d'améliorer la capacité de renseignement des Libanais.

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 08:40
La Russie n'a jamais autant vendu d'armes

 

15/12/2014 Par Véronique Guillermard, Emmanuel Grynszpan - LeFigaro.fr

 

Les ventes de matériels et services militaires ont reculé de 2 % dans le monde en 2013, selon une étude du Sipri. Mais les entreprises russes ont profité de l'effort budgétaire de Moscou dans la défense.

 

Sous la houlette de Vladimir Poutine, la Russie a lancé un vaste programme de modernisation de ses armées. Entre 2004 et 2013, son budget de la défense a plus que doublé pour devenir le troisième au monde, derrière ceux des États-Unis et de la Chine. Cet effort continu a profité aux entreprises russes d'armement, dont les ventes ont progressé de 20 % en 2013, à 31 milliards de dollars, souligne l'Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (Sipri) dans son étude annuelle sur les 100 premiers groupes de défense dans le monde. Il s'agit d'un record postsoviétique.

Les groupes russes, souligne le Sipri, ont exporté pour 8,23 milliards de dollars de matériels militaires, profitant de la forte demande sur leurs marchés traditionnels: Inde, Chine, Azerbaïdjan et Syrie. Une estimation que contestent les experts russes dont la méthodologie diffère de celle du Sipri. «Le chiffre réel est compris entre 14 et 15 milliards de dollars. La Russie exporte de manière stable. Je pense qu'il n'y aura pas de croissance en 2014 et en 2015, à moins qu'un très gros contrat ponctuel avec l'Inde ne modifie la donne», souligne Igor Korotchenko, directeur du centre d'analyse russe du commerce mondial des armes. Il estime que la détérioration des relations entre la Russie et l'Occident n'aura pas d'impact sur les exportations d'armes. «Il est trop tôt pour lire l'impact des sanctions américaines et européennes sur l'activité des groupes russes mais ils pourraient avoir plus de difficultés à accéder aux technologies de défense avancées occidentales», souligne le Dr Aude Fleurant, directeur de programme au Sipri.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 08:35
15P High-maneuverability 105mm howitzer Fire Assault Vehicle at AirShow China 2014 in Zhuhai, China. - photo Army Recognition

15P High-maneuverability 105mm howitzer Fire Assault Vehicle at AirShow China 2014 in Zhuhai, China. - photo Army Recognition

December 15, 2014: Strategy Page

Chinese firms are now offering combat versions of some of their commercial trucks. A recent example is the Type 15P, which is an armored (against rifle and light machine-gun fire as well as shell fragments) version of the popular SX2110 4x4 three axle all-terrain truck. This seven ton vehicle has 280 HP engine and can carry up to five tons. The Type 15P is configured as an “assault” vehicle and is armed with a 105mm howitzer that has a max range of 11 kilometers but is meant for direct fire (at targets the Type 15P crew can see) using high explosive or anti-tank (HEAT) shells. There is also a 12.7mm machine-gun and eight smoke grenade launchers.

China has already been producing a lot of armored and heavily armed vehicles based on the American hummer. In the 1990s China tried Russian and European designs in their search for a new tactical truck (similar to the American hummer), they finally settled on a hummer clone of their own. China still uses the Russian and German designs for most of its tactical vehicles but it is also buying a growing number of locally made hummer clones. These have been widely adopted by the military in the last decade, and a civilian version has been popular with commercial firms operating in remote areas, especially outside of China.

China got their hands on an American hummer (M998 HMMWV) in 1988 as a gift from the manufacturer. Initially Chinese military officials felt the hummer was too expensive. But the performance of the hummer in the 1991 Gulf War, plus the growing presence of the American civilian version of the hummer (especially those brought in by oil companies for use in remote areas), changed minds. By 2003, two Chinese companies were producing hummer clones and the Chinese Army adopted one of them as the EQ2050. By 2012 an armored version (the EQ2058) was developed.

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 13:50
Understanding our past: Naval life in the 1600's

 

12 déc. 2014 Saab


On the 10 August 1628 the Vasa warship capsized and sank into the depths of the archipelago off the island of Beckholmen at the entrance to Stockholm. There it remained until 24 April 1961, when the ship was fully returned to the surface, in preserved form, thanks to the mud down below. Now, 383 years after sinking, a replica of one of Vasa's cannons has been test-fired for the first time.

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 12:56
L'ONERA sur les rails pour préparer Ariane 6

L’étage central et le troisième étage seront équipés des moteurs à ergols cryogéniques  Vulcain 2 (adapté de la version Ariane 5 ECA) et VINCI (développé pour Ariane 5 ME et Ariane 6). Les propulseurs à poudre du premier étage reprennent la technologie développée pour le petit lanceur Vega d’Arianespace.

 

13.12.2014 ONERA

 

L’Europe a tranché. Le prochain lanceur spatial européen sera Ariane 6 - low-cost et opérationnel dès 2020. L’ONERA est prêt pour les travaux R&T à mener sur le futur lanceur, dans la continuité de son soutien à la filière Ariane.

 

Les décisions prises à la Conférence Ministérielle de l’ESA du 2 décembre 2014, ont confirmé le besoin crucial de maintenir la compétitivité européenne des lanceurs et ont conduit à retenir pour 2020 une configuration modulaire Ariane 6 PHH (trois étages avec les modes de propulsion : « Poudre », « Hydrogène », « Hydrogène »), avec deux variantes : 

 

La coopération ONERA-CNES est historique dans le domaine des lanceurs. L’ONERA a ainsi activement contribué par ses travaux de R&T et d’essais expérimentaux à la fiabilité du lanceur Ariane 5 et au confort de ses charges utiles.

L’expertise de l’ONERA est forte dans la compréhension des phénomènes complexes en propulsion solide et liquide, en aérodynamique, en aérothermique, en acoustique et en mécanique du vol avec la définition de lois de pilotage des lanceurs. L’ONERA  a plus récemment contribué à la préparation du futur Ariane 6, dans une version antérieure PPH (« Poudre », « Poudre », « Hydrogène »).

Aujourd’hui, le choix de la nouvelle configuration donne une nouvelle impulsion aux thématiques « R&T lanceurs » qui vont se poursuivre dans le cadre de l’accord de partenariat ONERA-CNES et des  Programmes d’Intérêt Commun (PIC) récemment lancés :

  • instabilités hautes fréquences
  • écoulement dans les tuyères
  • transferts thermiques dans les moteurs
  • simulation du bruit de jet lanceur
  • conception des structures composites
  • pilotage des lanceurs 

La poursuite de ces PIC fera l’objet d’une deuxième tranche de travaux de 2016 à 2018.

De plus, un nouveau PIC est cours de préparation sur les oscillations de poussée (ODP) et les travaux en assistance technique sur les ondes de souffle (phénomènes critiques pour les lanceurs) vont se poursuivre.

Lors de la rencontre bilatérale CNES ONERA du 8 octobre 2014, il a été acté le renforcement de la coopération dans les différents domaines de la recherche spatiale. Dans le domaine des lanceurs, pour le post Ariane 6, un axe d’étude envisagé est celui des lanceurs réutilisables
 

 

L'ONERA sur les rails pour préparer Ariane 6

Simulation numérique ONERA CEDRE de l’onde de souffle d'une configuration étudiée en avant-projet pour Ariane 6. Enjeu : s’assurer de la bonne évacuation de cette onde de pression lors des premières secondes du lancement, afin qu’elle n’endommage pas le satellite situé dans la coiffe.

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 08:40
À défaut de BPC, des porte-hélicoptères «Made in Russia» sur le modèle des navires de classe Rotterdam

Le porte-hélicoptères néerlandais Johan de Witt de classe Rotterdam, un concurrent du Mistral français que Paris refuse de livrer à la Russie, liant la livraison à l’évolution de la situation en Ukraine, où Moscou est accusé par Kiev et les Occidentaux de soutenir les forces rebelles (Archives/WikiC)

 

14 décembre 2014 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

Avec Paris qui refuse toujours de lui livrer le premier navire de classe Mistral promis et déjà payé dans le cadre du contrat d’1,2 milliards d’euros signé en juin 2011 entre Moscou et le constructeur naval DCNS sous l’ancien président Nicolas Sarkozy, la Russie dit envisager maintenant construire un jour ses propres porte-hélicoptères sur le modèle des navires de classe Rotterdam conçu par l’Espagne et les Pays-Bas.

 

La Marine russe aurait dû recevoir le 14 novembre dernier le premier des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral, le Vladivostok.

Le second Mistral vendu à la Russie, le Sébastopol, doit quant à lui être livré à la Russie en octobre 2015. Mis à flots dans la nuit de jeudi à vendredi, ce bâtiment est encore en cours de construction.

Mais, considérant «que la situation actuelle dans l’est de l’Ukraine ne permet toujours pas» la livraison du premier navire, le président français François Hollande avait confirmé le 25 novembre le report «jusqu’à nouvel ordre» de la livraison du premier Mistral commandé par Moscou, accusé par les Occidentaux d’aider les rebelles armés prorusses qui tiennent une partie de l’est de l’Ukraine.

Le 5 décembre dernier, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, avait haussé le ton et sommé Paris de respecter ses obligations pour la livraison du navire de guerre dont la livraison est suspendue à l’évolution de la crise ukrainienne, alors que le ministre français de la Défense allait jusqu’à déclarer que Paris pourrait bien «ne jamais livrer» les navires.

 

Moscou envisage la construction de ses propres porte-hélicoptères

La conception et la construction de porte-hélicoptères russes figurent dans le programme à long terme de la construction navale nationale d’ici 2050, déclare maintenant «une source haut placée au sein du complexe militaro-industriel» à l’agence publique russe ITAR-TASS, déclaration reprise aussi par l’agence officielle Ria Novosti.

L’agence officielle russe est le reflet des positions officielles de Moscou et cette déclaration peut être vue au minimum comme un message de la Russie à la France soumise à de fortes pressions de ses alliés pour qu’elle ne livre pas les bâtiments de classe Mistral aux Russes.

Outre un coût financier très élevé, l’annulation de la livraison des navires placerait la France dans la difficile position du partenaire qui n’honore pas ses contrats. «Paris se met dans l’impasse et porte préjudice à sa réputation en tant que partenaire fiable sur le marché moderne des armes», avait déclaré à ce propos début décembre le vice-président de la commission pour la défense à la Douma, Igor Barinov.

Aujourd’hui, c’est un nouveau message est clair. On peut bien se passer de vous, déclare les Russes à la France, et il ne s’agit peut-être pas de vaines menaces.

Non seulement, si la France ne livre pas, les Russes pourraient-il exiger, outre le remboursement des 1,2 milliards d’euros et une amende «conformément au contrat», comme l’en menaçait ce mois-ci le vice-ministre russe de la Défense Youri Borissov, mais Moscou déclare clairement pouvoir très probablement se passer de ce partenaire peu fiable écartelé entre le respect d’un contrat qui a permis de sauver des centaines d’emplois et les pressions de ses alliés.

«La construction de nos propres bâtiments de débarquement est inscrite dans le programme à long terme de la construction navale d’ici 2050 et est approuvée par le ministère de la Défense. Ce projet prévoit des navires de ce type en grand nombre», a déclaré la source citée par ITAR-TASS.

 

Des porte-hélicoptères «Made in Russia» sur le modèle des navires de classe Rotterdam

Toujours selon cette source, la marine russe a besoin de navires de débarquement universels similaires aux BPC Mistral ou «un peu plus réduits en termes de tirant d’eau et de gabarits», «capables de remplir bien plus de missions que les grands navires de débarquement du projet 11711 de classe Ivan Gren [actuellement] en construction».

Alors, selon la source citée par l’agence russe, «les bureaux d’études Nevskoe et Severnoe [spécialisés dans la conception de navires, ndlr], qui ont considérablement avancés dans le développement d’un bâtiment de débarquement universel, seront chargés de concevoir le porte-hélicoptères russe».

L’industrie russe a acquis une expérience utile en construisant les parties arrières des Mistrals commandés à la France, soulignent les Russes et «Les chantiers navals de la Baltique ont tout appris, ils ont fait un travail de grande qualité. Les spécialistes qui contrôlaient minutieusement le déroulement de la construction ont été pleinement satisfaits», explique la source de l’agence publique russe.

Le nouveau porte-hélicoptères russe pourrait ressembler par son architecture, indique de son côté l’agence officielle Ria Novosti, aux navires néerlandais de classe Rotterdam, considérés comme des concurrents du Mistral. En été 2009, le porte-hélicoptères Johan de Witt de classe Rotterdam étaient présenté au salon naval international de Saint-Pétersbourg.

Les navires de classe Rotterdam sont des «Landing Platform Dock» dotés d’un large pont d’envol et d’un radier et conçus pour déployer des forces terrestres sur des rives ennemies. On retrouve à bord de ces navires un escadron de 6 hélicoptères qui ont comme mission le transport de troupes et de l’équipement ainsi que des embarcations de débarquement de type.

Qui a encore besoin du Mistral, semblent maintenant dire les Russes…

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 17:55
DCNS teste de nouveaux outils de lutte anti-terroriste et anti-piraterie

 

12.12.2014 DCNS

 

DCNS vient de tester avec succès, en rade de Toulon, un démonstrateur en temps réel de lutte asymétrique contre les attaques terroristes et de piraterie. Fruit de plusieurs années de recherche et de développement, ce système de DCNS intègre des technologies de pointe : vidéo ultra-haute définition et haute sensibilité, réalité augmentée, algorithmes puissants de détection de comportements menaçants… L’objectif est d’accélérer la prise de décision et d’empêcher les dommages collatéraux en situation de défense rapprochée.

 

Les équipes de DCNS ont expérimenté, le 10 décembre 2014, le démonstrateur d’un nouveau système de lutte contre la piraterie et le terrorisme en mer. La Marine nationale a apporté son soutien tant technique qu’opérationnel à ce test grandeur nature durant lequel des attaques maritimes terroristes ou de pirates ont été simulées. Le système de lutte de DCNS a permis de mettre en œuvre rapidement une défense efficace en zone littorale, là où se déroulent essentiellement les missions de lutte anti-piraterie.

 

Constitué d’un réseau de caméras ultra-haute définition à 360 degrés, l’outil développé par DCNS assure une veille sur plusieurs kilomètres autour du navire. Des informations captées par les caméras se superposent aux images de la réalité augmentée afin de faciliter l’analyse des différents objets mobiles à proximité (navires de plaisance, pêcheurs… ou pirates). En cas de mouvements suspects, un opérateur peut utiliser un zoom très puissant, pour confirmer ou non la menace. Une riposte peut alors être mise en œuvre, du simple avertissement sonore ou lumineux, jusqu’au tir de sommation ou d’arrêt. Grâce à une caméra fixée sur l’arme, le Commandant du navire vérifiant au préalable, dans ce cas, qu’il n’y a pas de risques de dommages collatéraux.

 

La situation à 360 degrés est affichée en permanence, en temps réel, sur un écran dans la passerelle du navire, visible par le Commandant du navire et par tous les opérateurs de défense rapprochée. Chacun partage ainsi les mêmes informations au même moment, dans une approche collaborative, que l’on retrouve dans le concept de passerelle de navire de combat du futur de DCNS, présenté par le Groupe au salon Euronaval 2014. Compatible avec un grand nombre de navires, ce système peut fonctionner seul ou être intégré à un système de management de combat (CMS) pour bénéficier des informations fournies par les autres capteurs du navire notamment ceux embarqués sur des drones aéronautiques.

 

Le développement de ce démonstrateur est l’aboutissement de plusieurs années de recherche de DCNS. Pour le réaliser, DCNS s’est associé à des PME innovantes aux expertises complémentaires. Avec cette capacité supplémentaire, DCNS apporte aux Marines une réponse concrète face aux risques croissants d’attaques terroristes (embarcation-suicide, embuscade…) ou d’actes de piraterie.

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 15:55
Pôle d’excellence cyber : Signature d’un accord général de partenariat pour la recherche


2/12/2014 DGA

 

Le ministère de la Défense, représenté par la Direction générale de l’armement (DGA), la région Bretagne et 11 universités, écoles d’ingénieurs et institutions de la recherche* ont signé le 12 décembre 2014 un accord général de partenariat pour la recherche en cyberdéfense. Cet accord s’inscrit dans le cadre du pacte du pacte Défense cyber lancé à Rennes par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, le 7 février 2014 et du pacte d’avenir pour la Bretagne signé entre l’État et la région le 13 décembre 2013.

 

La signature de cet accord marque une avancée significative pour le pôle d’excellence cyber, implanté en Bretagne avec une portée nationale et un objectif de rayonnement international : il concrétise en moins d’une année l’un des objectifs majeurs consistant à faire converger les compétences et les énergies des partenaires au profit de la formation, de la recherche et du développement de la filière industrielle cyber.

Cet accord établit un cadre de travail stable, traduisant un engagement sur le long terme des signataires et permettant de définir une vision stratégique commune en matière de recherche et de valorisation en lien avec le tissu industriel. Il permettra aussi de faciliter le recrutement de nouveaux chercheurs et de mettre en oeuvre des actions de collaboration scientifique visant notamment à :

- conduire des travaux de recherche dans le cadre de thèses,

- financer des projets de recherche post-doctorants,

- associer des membres du personnel de la DGA aux laboratoires de recherche partenaires,

- organiser des séminaires de recherche communs.

Dès 2015, cet accord permettra, par exemple, de financer 20 thèses supplémentaires par an dans le domaine cyber. Grâce aux différents dispositifs de soutien à la recherche & technologie (R&T) de la DGA, plus d’un million d’euros par an sera investi dans l’écosystème breton de recherche cyber.

 

* Liste des 13 signataires : ministère de la Défense (DGA), région Bretagne, Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA), Université européenne de Bretagne (UEB), Université de Bretagne-Sud (UBS), Université de Bretagne occidentale (UBO), Université Rennes 1, Université Rennes 2, École normale supérieure de Rennes (ENS Rennes), École supérieure d’électricité (SUPELEC), Institut national des sciences appliquées de Rennes (INSA Rennes), Télécom Bretagne.

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 12:50
Airbus DS va fournir des composants électroniques du lanceur Vega

 

11 décembre 2014 par Jacques Marouani - electroniques.biz

 

Airbus Defence and Space vient de signer un contrat avec ELV (entreprise commune créée par l'Agence spatiale italienne et l'entreprise italienne Avio et chargée de la construction du lanceur Vega de l'Agence spatiale européenne). Ce contrat prévoit  la fourniture de composants électroniques pour ce lanceur tout en réalisant des économies grâce à la réutilisation d’équipements électroniques qui équipent déjà Ariane 5.

 

 Airbus Defence and Space, numéro deux mondial des technologies spatiales, vient de signer un contrat de production avec ELV (European Launch Vehicle, société conjointe de l'Agence spatiale italienne et l'entreprise italienne Avio), et maître d’œuvre industriel du lanceur européen Vega. Ce contrat prévoit la fourniture des composants électroniques, parmi lesquels des centrales inertielles de navigation et des unités de sauvegarde. Ce contrat fait suite au contrat d’engagement signé entre Arianespace et ELV le 29 octobre dernier pour la commande de 10 lanceurs Vega, prévus pour entrer en service à compter de fin 2015. Ce contrat a pu être remporté grâce, notamment, à la réutilisation d’éléments d’Ariane 5.

En effet, les composants électroniques objets de cette commande sont les mêmes que ceux qui équipent Ariane 5. Leur production sera assurée sur une ligne d’assemblage commune aux deux lanceurs. Ainsi, les gains de compétitivité déjà enregistrés sur les derniers lots de production du lanceur Ariane 5 seront immédiatement répercutés sur ce nouveau lot de lanceurs Vega.

Vega est dimensionné pour placer des charges utiles d’un poids maximal de 1500 kg sur des orbites polaires terrestres basses à une altitude de 700 km. Son principal objectif est de doter l’Europe d’un lanceur sûr, fiable, compétitif et efficace, destiné à l’emport de charges utiles scientifiques et d’observation de la Terre. Airbus Defence and Space est impliquée depuis le début du développement de ce programme, en 2003, en tant que sous-traitant d’ELV.

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 08:55
GM 200

GM 200

 

11 décembre 2014, Par Patrick Désavie - Usinenouvelle.com

 

L’usine Thales de Limours (Essonne) sera chargée du développement et de l’intégration des seize radars que la Direction générale de l’armement vient de commander à Thales Raytheon Systems.

 

Thales Raytheon Systems a annoncé le 11 décembre avoir reçu commande de la Direction générale de l’armement (DGA) de douze radars fixes Ground Master 400 ainsi que quatre radars mobiles et tactiques Ground Master 200 destinés aux forces armées françaises.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 08:20
Achat du F-35: la réserve d’urgence fond comme neige au soleil, prévient un rapport

 

11 décembre 2014 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

La marge de manœuvre du gouvernement fédéral dans le dossier du F-35 se réduit de plus en plus, et inquiète!

 

Dans son rapport sur la Mise à jour annuelle de 2014, la Défense nationale indique que, selon les estimations actuelles, la réserve de prévoyance pour l’acquisition de la prochaine génération d’avions de chasse est de l’ordre de 76 millions $, ce qui représente une réduction de 266 millions $ comparativement à la mise à jour annuelle de 2013. Même si cela respecte encore la marge recommandée par KPMG, elle est cependant extrêmement faible pour la taille et la portée d’un projet comme celui-ci.

La Défense prévient même que si l’intégralité des fonds de prévoyance prévus étaient nécessaires, alors cela «pourrait être comblée par l’achat d’un nombre réduit d’aéronefs».

«Au moment d’aller de l’avant, le gouvernement prendra en considération le gel d’acquisition en lien avec la capacité nécessaire pour répondre aux exigences de la Stratégie de défense Le Canada d’abord dans le remplacement du CF-18».

L’examen estime que, depuis que le gouvernement conservateur a mis sur la glace l’achat des F-35 après un rapport dévastateur du vérificateur général, les coûts à vie des appareils ont augmenté légèrement à 45,8 milliards $ sur 30 ans. Ces coûts incluent le développement, l’achat, l’entretien et l’exploitation de 65 avions. La mise au rencard des avions devraient intervenir à l’horizon des années 2050.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 17:55
Thales Alenia Space to build new space optics facility

 

December 9, 2014 Thales Alenia Space

 

Cannes, December 9, 2014 – Thales Alenia Space announced today the start of construction of a new building at its site in Cannes to be used for the integration and testing of high-resolution optical observation instruments. This exceptional facility will join the company's current facilities for spaceborne optical observation programs, and will support the growth of export sales for high-resolution observation systems.

 

The new optics building is the last step in the Odyssée program, which started in 2008 and was designed to expand the company's Cannes site using adjacent land provided by the city of Cannes.

 

The new optics building will offer 1,250 square meters of floorspace (13,500 sq ft) and measure 55 meters long by 40 meters wide by 16 meters high (180x131x52 ft). It is a modular building, with up to four integration areas that can handle four programs at the same time. It will also include 700 square meters of clean rooms (7,560 sq ft), including 250 square meters (2,700 sq ft) of Class 100 space for the optics bench.

 

Construction started in mid-October with the foundations, and the building will be handed over to Thales Alenia Space in the summer of 2015.

 

For Thales Alenia Space, this new building dedicated to high-resolution optics represents a major economic and strategic challenge. It will help the company efficiently address the changing requirements of a booming global market, as shown by the Falcon Eye contract for the United Arab Emirates, which entered into force today.

 

About Thales Alenia Space

Thales Alenia Space, a joint venture between Thales (67%) and Finmeccanica (33%), is a key European player in space telecommunications, navigation, Earth observation, exploration and orbital infrastructures. Thales Alenia Space and Telespazio form the two parent companies' “Space Alliance”, which offers a complete range of services and solutions. Because of its unrivaled expertise in dual (civil/military) missions, constellations, flexible payloads, altimetry, meteorology and high-resolution optical and radar instruments, Thales Alenia Space is the natural partner to countries that want to expand their space program. The company posted consolidated revenues in excess of 2 billion euros in 2013, and has 7,500 employees in six countries. www.thalesaleniaspace.com

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 17:50
Watchkeeper photo Thales UK

Watchkeeper photo Thales UK

 

11 décembre 2014 Par Olivier James - Usinenouvelle.com

 

Le Rafale de Dassault, les blindés, l’Airbus A350, Ariane… Le groupe Thales participe à de nombreux projets aéronautiques et de défense. Son implication dans le domaine des drones est moins connue. Pierrick Lerey, directeur de la stratégie et du marketing pour les activités drones, renseignement, surveillance et reconnaissance chez Thales, revient sur les projets du groupe et les enjeux de développement de la filière française du drone.

 

L’Usine Nouvelle - Parmi toutes les activités de Thales dans le drone, quels exemples d’application récents pouvez-vous mettre en avant ?

 

Pierrick Lerey - En tant que spécialiste de la sécurité, nous sommes impliqués dans le projet "Ciudad Segura" de la ville de Mexico. Il s’agit d’un programme pour sécuriser les habitants et les biens de la ville. Les risques sont divers : délinquance, terrorisme, attaques de sites stratégiques, catastrophes naturelles… Outre la mise en place de plus de 15 000 caméras, nous avons déployé des drones qui peuvent se déplacer dans des zones sans caméra, ou en cas d’événements exceptionnels tel que le pèlerinage de la Guadalupe.

En cas de besoin, les drones des centres mobiles de contrôle et de commandement peuvent être rapidement déployés sur les lieux de l’événement. Cela a participé à diminuer la criminalité dans cette ville de plus de 32% entre 2009 et 2014, alors que dans le pays, elle augmentait dans le même temps de 16%.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 17:50
Cameri Air Base, Italy and F-35 facilities. Photo Lockheed Martin

Cameri Air Base, Italy and F-35 facilities. Photo Lockheed Martin

 

10 December 2014 by David Pugliese

 

Officials in Italy are preparing for the rollout of their first F-35A from the final assembly and checkout (FACO) facility at Cameri Air Base in northern Italy early next year, Amy Butler of Aviation Week writes.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 17:30
Pleiades satellite credits Airbus DS

Pleiades satellite credits Airbus DS

 

December 9, 2014 Thales Group

 

Cannes, December 9, 2014 - Thales Alenia Space has been selected by the United Arab Emirates Air Force (UAEAF)  to develop the very-high-resolution payload for their Falcon Eye program, within the scope of a consortium led by Airbus Defense and Space.

 

This contract was officially signed by the United Arab Emirates in August 2014 and is now entering into force.

 

The contract includes building two satellites offering very-high-resolution optical capabilities and a ground system for monitoring, receiving and processing images, as well as a training program for the engineers from the United Arab Emirates who will control and operate the satellites once in orbit.

 

As the co-contractor, Thales Alenia Space is in charge of the high-performance, very-high-resolution optical payload, the image data transmission subsystem, the ground image processing system, and co-engineering and validation of the overall system.

 

The Falcon Eye contract confirms Thales Alenia Space's excellence in very-high-resolution optical instruments and systems, following the success of the Helios 1 and 2 and Pleiades programs. This leadership will be further reinforced through developments now under way for the MUSIS CSO program.

 

"This contract with the UAEAF culminates a long effort by our teams with a total support of the French Government, the French Ministry of Defense in particular. It underlines once again Thales Alenia Space's unique capabilities in high-resolution optical observation systems, whether for French defense applications or export markets. This partnership with Airbus Defense and Space combines the strong points of our two companies to stand up to the competition and bolster Europe's position in the global space industry." said Jean-Loïc Galle, President and CEO of Thales Alenia Space

 

About Thales Alenia Space

 

Thales Alenia Space, a joint venture between Thales (67%) and Finmeccanica (33%), is a key European player in space telecommunications, navigation, Earth observation, exploration and orbital infrastructures. Thales Alenia Space and Telespazio form the two parent companies' “Space Alliance”, which offers a complete range of services and solutions. Because of its unrivaled expertise in dual (civil/military) missions, constellations, flexible payloads, altimetry, meteorology and high-resolution optical and radar instruments, Thales Alenia Space is the natural partner to countries that want to expand their space program. The company posted consolidated revenues in excess of 2 billion euros in 2013, and has 7,500 employees in six countries. www.thalesaleniaspace.com

 

 

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 16:55
La DGA commande des systèmes radars de Défense aérienne

 

11/12/2014 DGA

 

La Direction générale de l'armement (DGA) a notifié le 8 décembre 2014 l’acquisition et le soutien initial de douze radars fixes et de quatre radars mobiles à la société ThalesRaytheonSystems.

 

Ce marché fait partie du programme SCCOA (Système de Commandement et de Conduite des Opérations Aérospatiales) chargé d’assurer le maintien et le renouvellement de la surveillance militaire aérienne et spatiale, du contrôle des vols militaires, du commandement et de la conduite des opérations aériennes. SCCOA est constitué de radars, de systèmes de télécommunication sol-air, de systèmes d’information et de centres de contrôle.

 

Un des objectifs principaux du programme SCCOA concerne la pérennisation et l’amélioration de la couverture radar au-dessus du territoire métropolitain, tant à haute altitude qu’à basse, voire très basse altitude. A ce titre les douze radars fixes commandés vont remplacer des radars de défense aérienne en voie d’obsolescence. Ils seront tous reliés au système qui établit la situation tactique aérienne au service de la posture permanente de sûreté aérienne au-dessus du territoire métropolitain. Le contrat comprend la fourniture de radars de nouvelle génération (type GM 403) ainsi que les infrastructures associées (bâtiments d’exploitation, énergie, système de communication et sécurisation).

 

Par ailleurs, la composante radar mobile, dédiée au renforcement ponctuel de la couverture radar sur le territoire national ou le support de forces projetées sur des théâtres d’opérations extérieurs,  est également concernée avec quatre systèmes radar du type GM 200, permettant de débuter le renouvellement des radars actuellement en dotation.

 

Conçus et fabriqués en France, les radars GM 403 et GM 200 sont des radars de très haute technologie, entièrement numériques, capables de positionner en 3 dimensions les mobiles aériens, y compris ceux de petite taille.

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 13:55
Ready-for-Training du deuxième simulateur MRTD NH90 dans sa version définitive

 

Suresnes, le 10 décembre 2014 Sogitec Industries

 

SOGITEC INDUSTRIES annonce que l’agence NAHEMA et la Direction générale de l’armement (DGA) ont prononcé le ready-for-training (RFT) du deuxième simulateur MRTD ( Multi-Role Training Device) NH90 de l’Aviation légère de l’Armée de terre (ALAT) dans sa version définitive.

Ce deuxième MRTD est opérationnel au 1er régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg (Moselle). Le premier est installé depuis l’automne 2013 au Centre de formation interarmées (CFIA) NH90 de l’Ecole de l’Aviation légère de l’Armée de terre (EALAT) au Cannet-des-Maures (Var).

Ce jalon conclut avec succès la phase de mise en service des deux premiers MRTD de l’ALAT, avec disponibilité de l’intégralité de leurs fonctions d’entraînement procédural et tactique.

Le MRTD est un véritable FMS (Full Mission Simulator) bénéficiant d’une modélisation de la plateforme de niveau D EASA et d’une simulation tactique couvrant toute la gamme des missions du NH90. Le MRTD répond également aux besoins d’entraînement au vol et à la navigation : conversion de type, vol aux instruments, pannes, etc.

Le programme international en cours prévoit le développement et la production de sept systèmes de formation et d’entraînement NH90 (6 MRTD et un Full Flight Simulator, FFS) au profit de l’Armée de terre, la Marine nationale et l’Armée de terre finlandaise.

 

A propos de Sogitec Industries :

Sogitec Industries est un leader du marché des produits et services de soutien aux systèmes aéronautiques et de Défense. Sogitec propose une gamme complète de solutions de formation et d’entraînement pour les besoins aéronautiques civils et militaires, de systèmes complets d’entraînement jusqu’aux composants de simulateurs.

La société est également active dans le cadre de grands programmes de fourniture de documentation technique et de systèmes documentaires. Sogitec emploie plus de 400 personnes et son chiffre d’affaires s’établit, pour l’année 2013, à 69 millions d’euros. Le siege social de la société est à Suresnes (région parisienne). Deux autres établissements se trouvent à Bruz (Rennes) et Mérignac (Bordeaux). Sogitec est une filiale de Dassault Aviation.

Pour plus d’information, www.sogitec.com

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories