Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 16:55
[INTERVIEW] La voltige a son nouveau champion !

 

08/10/2015 Ltn C. Hingant – Armée de l’Air

 

En août dernier, le capitaine Alexandre Orlowski est devenu champion du monde de voltige aérienne. C’est en toute décontraction et simplicité que « Popov » a répondu aux questions de la rédaction. Rencontre avec un champion qui fait rimer succès avec humilité !

 

Le 28 août dernier, vous êtes devenu champion du monde de voltige aérienne, dans la catégorie reine. Quelques semaines après, que ressentez-vous ?

Je suis évidemment très heureux. J’ai tout de même un peu de mal à réaliser car c’est un objectif que je m’étais fixé sur le long terme. C’est allé très vite. Je ne m’attendais pas à décrocher le titre.

 

Vous êtes rentré à l’équipe de voltige de l’armée de l’air il y a quatre ans et c’est seulement votre deuxième année dans la catégorie Élite. Un premier championnat du monde et un premier titre. Comment expliquez-vous cette progression fulgurante ?

C’est un concours de plusieurs éléments, avec, en premier lieu, la motivation, sans laquelle on ne peut pas avancer. J’ai été élevé à bonne école. Ma formation de pilote de chasse m’a appris à être rigoureux et à toujours chercher à me perfectionner. Ensuite, il y a l’équipe de voltige au complet, avec d’un côté les pilotes les plus anciens qui transmettent leur savoir au quotidien et, de l’autre, les mécaniciens qui prennent soin de notre machine. Pour aller plus loin dans nos performances, nous suivons également des stages tous les ans, menés notamment par la fédération française aéronautique, qui permettent d’arriver en compétition prêts techniquement. Enfin, il ne faut pas oublier que la voltige aérienne est un sport de haut niveau qui nécessite une condition physique optimale. En dehors de mes heures, je travaille donc avec un préparateur physique pour augmenter ma marge de progression. À ce niveau, chaque détail compte.

 

Suite de l’entretien

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 16:50
Defence Secretary Michael Fallon, left, attends the NATO Defence Ministerial in Brussels. Picture: NATO

Defence Secretary Michael Fallon, left, attends the NATO Defence Ministerial in Brussels. Picture: NATO

 

8 October 2015 Ministry of Defence and The Rt Hon Michael Fallon MP

 

Michael Fallon has announced persistent UK troop deployments to the Baltic states and increased training for the Ukraine Armed Forces.

 

Speaking at the NATO Defence Ministerial in Brussels today (8 October), Defence Secretary Michael Fallon announced that company sized units will now be deployed to the Baltics and Poland on a regular basis to provide reassurance and training support. The deployed units will build on existing deployments wherever possible.

The move, which will form part of the US-German Transatlantic Capability Enhancement and Training (TACET) initiative, builds on Britain’s contribution to policing Baltic air space. RAF Typhoons have been deployed to the region each year since May 2014 and will return in 2016.

This contribution will benefit the UK in several ways, including building the capacity and capability of our regional allies, enhancing interoperability with our armed forces, maintaining the UK’s regional leadership, reaffirming the UK’s commitment to NATO and collective security, and offering training opportunities and regional knowledge.

The initiative also gives the UK the opportunity to coordinate its deployments with the US and Germany, which demonstrates a clear UK commitment to enhance our bilateral relationships with Germany, and sustains our relationship with the US.

One of the aims of TACET is to coordinate military training and exercises in the Baltic States and Poland, to provide reassurance and develop capability and resilience.

Mr Fallon has also announced an uplift to the number of UK training personnel based in Ukraine and an increase in the capacity to deliver training by a third.

The UK has already stepped up the training programme in Ukraine to include additional infantry, medical and survival skills, and increase the number of Ukrainian soldiers being trained.

We are providing non-lethal assistance that has been requested by the Ukrainian Government to enhance the capability of their armed forces to defend themselves.

19 UK teams have operated in Ukraine to train nearly 1,600 members of the UAF at eight training sites. The operation remains on course to have trained more than 2,000 UAF troops by the end of the financial year.

Defence Secretary Michael Fallon said:

We are committed to supporting the sovereignty of the democratic nations of Eastern Europe. We are already deploying RAF jets to the Baltics and providing crucial training to the Ukrainian armed forces.

Now we will have a more regular drumbeat of troops deploying in the Baltics and Poland, and will step up our training effort in Ukraine.

The UK’s permanent representative to NATO, Sir Adam Thomson, said:

This meeting came at a crucial time for the Alliance. There’s an arc of instability along NATO’s periphery, with new challenges and threats.

Change is already underway in NATO to respond. The Readiness Action Plan is on track. The spearhead force is launched. All Allies are contributing to Assurance Measures - 28 for 28.

And the UK is playing a leading role - as today’s announcement clearly shows. The UK is committed to the defence of our Allies and to projecting stability in NATO’s neighbourhood.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 16:45
Barkhane : Point de situation au 8 octobre 2015

photo Thomas Goisque

 

08/10/2015 16:45 Sources : Etat-major des armées

 

La situation dans la Bande sahélo-saharienne (BSS) n’a pas connu d’évolution particulière cette semaine. Au Mali, la situation est surtout marquée par la reprise du processus politique.

 

Les activités de la force Barkhane ont été marquées par l’achèvement des opérations de relèves, dans les secteurs de Gao et de N’Djamena. En parallèle, les opérations multipartites se sont poursuivies dans les zones d’effort de la force.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 16:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

08/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Après une semaine de heurts, la situation s’est apaisée dans la capitale centrafricaine, même si des tensions perdurent. La semaine a été marquée par la reprise des activités économiques.

 

 La MINUSCA a maintenu ses opérations de stabilisation et de sécurisation et ainsi permis le rétablissement de la libre circulation dans Bangui.

La force Sangaris reste organisée en force de réaction rapide au profit de la MINUSCA. Centrée sur Bangui, elle conserve un point d’appui à Sibut pour lui permettre d’intervenir en province le cas échéant. Cette semaine, elle a participé à des patrouilles conjointes dans la capitale aux côtés des forces internationales.

 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 16:40
Exercices autour du robot Platform-M.

Exercices autour du robot Platform-M.

 

08.10.2015 par Edouard Pfimlin - La guerre des robots

 

"Les autorités russes viennent d’annoncer très officiellement que l’unité de robots de combat Platform-M a été intégrée pour la toute première fois à un dispositif opérationnel déployé à l’occasion d’une campagne d’exercices militaires", rapporte le site Diploweb, dans un article écrit par Thierry Berthier, Maître de conférences à l’Université de Limoges, qui effectue ses recherches au sein de la Chaire de Cybersécurité & Cyberdéfense Saint-Cyr – Thales.

Ce robot composé d’une plateforme à chenilles téléguidée lourde de 800 kilos et dotée d’une mitrailleuse, de lance-grenades et de missiles anti-char et qui est capable de se déplacer à une vitesse de 12 kilomètres par heure, a été dévoilé au public russe à l'été 2015.

"Cette unité composée exclusivement de robots a participé à l’ensemble des exercices qui ont eu lieu mi-juin 2015 dans la région de Kaliningrad (enclave russe en Europe de l'Ouest) et a donné entière satisfaction," explique Thierry Berthier. "Platform-M est une plate-forme robotisée "télécommandée » de combat dédiée au renseignement, à la détection et à la neutralisation de cibles fixes et mobiles (...) Cette dernière campagne russe a permis de mesurer l’efficacité réelle d’un groupe de combat robotisé engagé aux côtés de forces russes conventionnelles."

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 16:20
Un VBL, lors de l’exercice LION MISTRAL, en juin 2014. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Un VBL, lors de l’exercice LION MISTRAL, en juin 2014. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

 

7 octobre 2015 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Attaqué il y a plusieurs jours lors du débat des chefs à Radio-Canada sur la vente de 14 milliards $ en équipement militaire à l’Arabie Saoudite, le Premier ministre sortant Stephen Harper avait déclaré que malgré les nombreuses atteintes aux Droits de l’Homme dans le pays, «nous devons avoir le commerce et nous devons créer des emplois pour nos travailleurs ici».

 

Lors d’une récente interview accordée à une radio de London, en Ontario, Stephen Harper en a remis une couche en déclarant que les véhicules vendus à l’Arabie Saoudite ne sont pas de l’armement.

«Soyons clairs que ce contrat n’est pas un contrat d’armement» a ainsi déclaré le chef conservateur. «C’est en fait pour des véhicules de transport militaires».

Or, la vente en question concerne des véhicules blindés légers de General Dynamics. Si les véhicules servent au transport de troupes, il est bien évidemment équipé de systèmes d’armes.

Selon Jane’s, l’Arabie saoudite a déjà une flotte de plus de 1.400 véhicules blindés légers achetés auprès de General Dynamics Land Systems – Canada. Ils ont été produits dans une variété de versions: certains sont conçus comme des ambulances blindées tandis que d’autres sont équipés de canons de 25 mm ou 90mm. D’autres versions ont des mortiers de 120 mm.

 

Suite de l'article

 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 16:20
GPS III Launch Services RFP Released by Air Force

 

Oct 06, 2015 (SPX)

 

Los Angeles AFB CA - The Air Force released a final Request for Proposal (RFP) for Global Positioning System (GPS) III Launch Services, Sept. 30. Launch services include launch vehicle production, mission integration and launch operations for a GPS III mission scheduled to launch in 2018. Proposals are due back to the Air Force no later than Nov. 16 in accordance with the solicitation instructions.

 

After evaluating proposals through a competitive, best-value source selection process, the Air Force will award a firm-fixed price contract that will provide the government with a total launch solution for the GPS III satellite. The Air Force's acquisition strategy for this solicitation achieves a balance between mission success, meeting operational needs, lowering launch costs, and reintroducing competition for National Security Space missions.

 

"Through this competitive solicitation for GPS III launch services, we hope to reintroduce competition in order to promote innovation and reduce cost to the taxpayer while maintaining our steadfast laser focus on mission assurance and assured access to space," said Lt. Gen. Samuel Greaves, Space and Missile Systems Center commander and Air Force Program Executive Officer for Space.

 

This will be a standalone contract for one GPS III launch. GPS III is the next generation of GPS satellites that will introduce new capabilities to meet the higher demands of both military and civilian users.

 

GPS III is expected to provide improved anti-jamming capabilities as well as improved accuracy for precision navigation and timing. It will incorporate the common L1C signal which is compatible with the European Space Agency's Galileo global navigation satellite system and compliment current services with the addition of new civil and military signals.

 

This is the first of nine competitive launch services planned in the FY 2016 President's Budget Request under the current Phase 1A procurement strategy, which covers awards with FY 2015-2017 funding. The next solicitation for launch services will be for a second GPS III mission.

 

The Phase 1A procurement strategy reintroduces competition for national security space launch services. Under the previous Phase 1 strategy, United Launch Alliance (ULA) was the only certified launch provider. In 2013, ULA was awarded a sole-source contract for launch services as part of an Air Force "block buy" of 36 rocket cores that resulted in significant savings for the government through FY 2017.

 

In May, Space Exploration Technologies (SpaceX) was certified for EELV launches resulting in two launch service providers that are qualified to design, produce, qualify, and deliver a launch capability and provide the mission assurance support required to deliver national security space satellites to orbit.

 

"With the recent certification of SpaceX, we now have multiple launch service providers that can service critical NSS missions. Reintroducing competition into EELV will ultimately save taxpayer dollars and increase assured access to space. " said Dr. Claire Leon, director of SMC's Launch Enterprise Directorate.

 

"As part of this reintroduction of competition, we've been working with our industry partners to develop and finalize this RFP," said Dr. Leon. "Their feedback has been critical to developing the criteria for this source selection and how we are innovating government processes to better match commercial processes as directed by OSD's Better Buying Power 3.0. This is an exciting time in NSS launch acquisitions."

 

The Air Force Space Command's Space and Missile Systems Center, located at the Los Angeles Air Force Base, Calif., is the U.S. Air Force's center of excellence for acquiring and developing military space systems. Its portfolio includes the Global Positioning System, military satellite communications, defense meteorological satellites, space launch and range systems, satellite control networks, space based infrared systems and space situational awareness capabilities.

 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 15:55
[Teaser] Sous les cocardes N°3 - Les forces aériennes stratégiques


8 oct. 2015 Armée de l'Air

 

Pour ce troisième numéro de "Sous les cocardes" Aerostar TV vous emmène au sol et en vol avec les forces aériennes stratégiques.


Diffusion prévue le 8 ocotbre 2015 à 21h00 sur le canal 109 de la box Orange, ou encore en direct sur www.aerostar.tv

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 15:55
D!CI'MMERSION: épisode 37, au coeur du 4e Régiment de Chasseurs de Gap

 

par Valentin Doyen - dici.fr

 

Découvrir une passion, comprendre un métier, vivre une profession, avec Valentin Doyen et Irénée Rostan.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 14:55
photo ECPAD

photo ECPAD

En janvier, trois jours après les attentats de janvier, l'armée à la demande du gouvernement avait déployé dans l'urgence 10.000 hommes de troupes -

 

08/10/2015 Par Michel Cabirol – laTribune.fr

 

Qui va payer les surcoûts de l'opération Sentinelle? Ils pourraient peser sur le budget de la défense.

 

Selon nos informations, les surcoûts de l'opération Sentinelle vont s'élever à 180 millions d'euros en 2015 pour le ministère de la Défense. Qui va les payer ces surcoûts liés aux opérations intérieures (OPINT) ? Vont-ils relever de la solidarité interministérielle ? Depuis la rentrée, les militaires sont inquiets sur cette incertitude qui plane sur leur budget. "C'est à la fois peu et à la fois beaucoup, cela peut par exemple neutraliser la montée en puissance des crédits pour le Maintien en condition opérationnelle", explique-t-on à La Tribune. En 2016, le ministère de la Défense avait prévu de doubler le budget du MCO, en souffrance avec la répétition des opérations extérieures (OPEX), de 250 à 500 millions d'euros (autorisation d'engagement).

Aujourd'hui encore 7.000 militaires (contre 3.000 militaires déployés au Sahel) sont mobilisés pour assurer la sécurité de 5.000 sites identifiés comme sensibles en France, selon le Premier ministre, manuel Valls, - des lieux touristiques, des gares et des aéroports, des bâtiments publics et bien sûr les sites religieux, notamment - en complément de l'opération Vigipirate conduite par les forces de sécurité du ministère de l'Intérieur. En janvier, trois jours après les attentats de janvier, l'armée à la demande du gouvernement avait déployé dans l'urgence 10.000 hommes de troupes. Soit un coût de 1 million d'euros.

"C'est un effort nouveau et considérable, à la hauteur, bien sûr, de la menace terroriste. (...) Nous assumons financièrement cet effort dans le cadre du budget pour 2016, comme dans ceux qui vont suivre parce que nous savons que c'est une priorité", avait expliqué le 1er juillet à l'Assemblée nationale le Premier ministre, Manuel Valls, sans pour autant préciser quels crédits seraient affectés à ces nouvelles dépenses.

 

Un job en deçà des capacités des militaires

Ce nouveau contrat opérationnel de protection fait de plus en plus grogner au sein des états-majors, qui restent prêts à remplir leur mission. "C'est un simple travail de vigile, regrette-t-on. C'est cher payé par rapport à la formation que nous avons donnée pendant six mois aux soldats". D'autant que certains soldats pourraient être mobilisés entre 24 et 30 semaines par l'opération Sentinelle en 2016, selon un chef de corps. Et la crainte est d'aller vers une armée à deux vitesses.

C'est d'ailleurs ce qu'expliquait déjà en juillet à l'Assemblée nationale le député UDI Philippe Folliot. "Nous pouvons nous interroger, sur le moyen terme, sur ce déploiement dans la durée des forces de l'armée de terre pour des missions qui sont peut-être plus du ressort de la police et de la gendarmerie, voire de sociétés privées", avait-il souligné.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 14:54
photo Armée de Terre (TIM)

photo Armée de Terre (TIM)

 

8 octobre, 2015 par Nathan Gain (FOB)

 

François Hollande l’avait promis : l’armée devait bénéficier d’un (solide) coup de pouce pour 2016. Chose promise, chose due, la feuille de route budgétaire du gouvernement français dévoilée la semaine passée a confirmé l’augmentation du budget du ministère de la Défense pour l’exercice à venir. Celui-ci devrait donc bénéficier d’une majoration budgétaire de 3,7% ; pour un montant total de 31,73 milliards d’euros (+1,13 Md par rapport à 2015). Une augmentation somme toute logique, car les troupes françaises sont déployées sur plusieurs fronts à l’étranger et doivent également affronter une menace terroriste grandissante, aussi bien externe qu’interne à l’Hexagone.

 

Le gouvernement français avait annoncé son intention d’augmenter les dépenses militaires en avril, citant la nécessité d’être plus proactif en matière de lutte contre le terrorisme à la fois sur le sol français et dans le reste du monde. Si l’action a depuis suivi les mots, il manquait encore les moyens.

 

Conséquence directe du contexte sécuritaire actuel, le ministère de la Défense va ouvrir 2300 nouveaux postes. Une hausse en réalité bien plus conséquente, vu qu’il était au départ prévu de supprimer 7500 postes, qui seront compensés par la création de… 7500 emplois. « Soit, un gain net de 9800 postes » en 2016, précise Bercy.

 

Outre l’emploi, l’achat de nouveau matériel militaire devrait également profiter du gonflement budgétaire. Les 17 Mds d’euros (+ 273 millions d’euros) alloués dans ce but assureront les livraisons prévues pour l’année prochaine. Au menu pour 2016 : neuf Rafale, trois A400M, cinq hélicoptères Tigre, six hélicoptères NH90, une frégate FREMM, un sous-marin Barracuda, et 25 véhicules terrestres.

 

Tournant résolument le dos aux 7% de diminution budgétaire initialement prévus dans la LPM 2014-2019, le gouvernement français a donc résolument inversé la tendance. Une sanctuarisation du budget militaire qui devrait se confirmer, François Hollande ayant annoncé une augmentation globale des dépenses militaires de 3,9 Mds d’euros d’ici 2020. Le budget de la Défense gonflerait donc à 35 Mds d’euros par an (1,8% du budget national), et frôlerait la barre des 2% recommandés par l’OTAN.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 14:50
NATO Ministers of Defence - photo NATO

NATO Ministers of Defence - photo NATO

 

08 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Bruxelles - L'Otan a qualifié jeudi d'escalade inquiétante l'engagement militaire russe en Syrie, exhortant à nouveau Moscou à cesser de soutenir le régime de Bachar al-Assad, et s'est dite prête à défendre chacun de ses membres, y compris la Turquie.

En Syrie, nous avons observé une escalade inquiétante des activités militaires russes, a déclaré son secrétaire général, Jens Stoltenberg, au début d'une réunion des 28 ministres de l'Otan à Bruxelles.

Ceci est particulièrement pertinent au regard des violations récentes de l'espace aérien de l'Otan par des avions russes, a noté M. Stoltenberg après que la Turquie a dénoncé des incursions aériennes russes à la frontière turco-syrienne.

Evoquant les défis rencontrés par l'Otan, tels que la crise en Ukraine ou la menace terroriste, M. Stoltenberg a affirmé devant les ministres que la situation se complique encore avec les actions militaires russes en Syrie.

L'Otan a déployé des missiles Patriot en Turquie pour éviter que le conflit en Syrie ne déborde sur le territoire de cet important allié, mais ces batteries doivent en principe être retirées d'ici à la fin de l'année.

L'Otan est capable et prête à défendre tous ses alliés, y compris la Turquie, contre tout type de menaces, a réitéré le patron de l'alliance.

Parallèlement, M. Stoltenberg a plaidé pour des initiatives afin de trouver une solution politique à la crise en Syrie.

 

- Offensive terrestre -

Prévue de longue date, la réunion des ministres de la Défense de l'Otan est dominée par la guerre en Syrie, même si l'Otan n'y est pas collectivement impliquée.

Elle se tient au moment où les tensions s'accroissent avec Moscou, dont l'intervention militaire a permis à l'armée du président Assad de lancer une vaste offensive terrestre.

Depuis le début le 30 septembre de son intervention militaire en Syrie, la Russie a effectué des bombardements depuis des avions de combat et des croiseurs en mer Caspienne mais n'a pas engagé de troupes au sol.

Ce qui m'inquiète, c'est que les Russes ne visent pas principalement l'EI (l'organisation extrémiste Etat islamique, ndlr) mais qu'ils ciblent d'autres groupes de l'opposition et qu'ils soutiennent le régime, a répliqué M. Stoltenberg.

J'appelle la Russie à jouer un rôle constructif dans la lutte contre l'EI et à ne pas continuer à soutenir le régime al-Assad, car un tel soutien ne constitue pas une contribution constructive à une solution pacifique et durable en Syrie, a-t-il plaidé.

Washington, à la tête d'une coalition qui combat les jihadistes du groupe Etat islamique, a redit mercredi ne pas coopérer avec la Russie sur les bombardements aériens qu'elle mène en Syrie, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter les qualifiant d'erreur fondamentale.

 

- Réactivité -

Les ministres doivent également évoquer le renforcement de la réactivité de l'Alliance décidée il y a un an.

Dans ce cadre, le ministre britannique Michael Fallon a annoncé à Bruxelles que Londres avait décidé d'envoyer un petit contingent de militaires dans les Pays baltes. Il s'agit d'un déploiement à long terme, sur une base rotatoire, mais qui n'est pas qualifié de permanent, car cela contreviendrait à l'accord-cadre signé en 1997 par l'Otan et la Russie.

Les ministres devraient en outre approuver la création de deux nouveaux petits quartiers généraux en Slovaquie et en Hongrie, qui s'ajouteront aux six déjà mis sur pied dans d'autres pays d'Europe orientale, rendus inquiets par l'interventionnisme russe en Ukraine.

Enfin, la déterioration de la situation sécuritaire en Afghanistan s'est invitée à l'agenda de la réunion. L'Otan dispose toujours dans le pays de troupes de soutien à l'armée afghane, en principe jusqu'à la fin de 2016.

La ministre allemande Ursula von der Leyen a estimé que les alliés devaient à présent examiner la prolongation de cette mission. Les talibans avaient réussi à s'emparer brièvement de la ville de Kunduz (nord) la semaine dernière, démontrant que l'armée afghane n'était pas encore prête à leur tenir tête.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 11:55
Les experts de la discrétion radar

 

06.10.2015 par ONERA

 

La furtivité en toute discrétion

La furtivité, c’est-à-dire le fait d’être invisible ou peu identifiable aux radars, est une qualité très recherchée des aéronefs militaires.

L’ONERA a commencé en 1975 des études en vraie grandeur sur des missiles (missiles de croisière, ASMP…). Plus tard, l’ONERA se dotait de deux chambres anéchoïques, Camera et Babi, destinées à caractériser les échos radar dans le but de réduire les signatures des aéronefs. Les bases de données qui y sont produites fournissent un socle fiable pour la validation des logiciels de simulation « maison ».

Ces installations ont vu se succéder des missiles comme l’ASMP ou l’Apache-Storm Shadow, des hélicoptères (Gazelle, Tigre), des avions (Rafale) et des drones.

L’ONERA est aussi l’expert de la DGA sur ce thème et participe aux évaluations en vol des signatures radar des différents aéronefs, comme récemment le Neuron.

 

Éoliennes vs radars : les retombées civiles de la furtivité

Les parcs éoliens fleurissent sur le territoire national et il y en a bien davantage à l’étude. Selon leurs implantations, les nouvelles installations sont susceptibles de perturber les radars existants, qu’ils soient météorologiques, aéronautiques, civils ou militaires. Des permis de construire peuvent alors être refusés, sans réelle base objective. Et les tribunaux sont souvent sollicités !

Aussi la DGA a demandé à l’ONERA, son expert signature et furtivité, de développer le logiciel de simulation Dempere, permettant aux radaristes de trancher objectivement sur les implantations futures, selon la discrétion des éoliennes au radar.

L’ONERA met également son expertise au profit des constructeurs d’éoliennes en adaptant les pales pour les rendre « furtives ».

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 11:55
Nostradamus peut surveiller les mouvements aériens à plus de 3000 km de distance

 

06.10.2015 par ONERA

 

Des radars pour détecter au-delà de l’horizon

Le Nostradamus de l’ONERA voit loin. Ce démonstrateur radar est en effet capable de visualiser depuis le centre de la France tout l’espace aérien au-dessus de la Méditerranée. Peu de pays explorent la voie OTH – Over The Horizon, parmi lesquels l’Australie, les États-Unis et la Russie.

Nostradamus utilise de puissantes antennes grandes ondes pour émettre des trains d’ondes qui se réfléchissent sur l’ionosphère (haute couche atmosphérique où circulent des particules chargées) pour scruter les zones visées.

Les signaux de retour sont reçus par les antennes de la plateforme Nostradamus située près de Dreux, et traités en temps réel. Une amélioration de performances est d’ores et déjà en cours de réalisation.

 

Les ROS - radars à onde de surface, ont un usage maritime

Ces radars émettent des ondes qui ont la propriété de se propager à la surface de la mer, bien au-delà de l’horizon. La technologie ROS, transférée à Thales, permet de surveiller les zones économiques exclusives (ZEE, jusqu’à 370 km des côtes). On peut alors suivre trajectoire et vitesse des navires et détecter les comportements anormaux.

Une deuxième génération ROS permet de détecter de petites embarcations à moins de 200 km. Une innovation dont profitera le programme national Spationav, destiné à rénover le système côtier de surveillance et de sécurité.

Le savoir–faire, pour ces applications radar, se trouve dans les algorithmes numériquesde traitement du signal. Ils puisent leur puissance dans ce qui caractérise l’ONERA : une connaissance approfondie de la physique et de l’environnement.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 11:40
Russia Unveils Plans to Modernize Nuke-Powered Submarines

 

Oct 06, 2015 (Sputnik)
 

Moscow - Russia is modernizing 12 nuclear-powered submarines as part of an ambitious project to extend the life of the vessels by another 20 years, according to Russian Defense Minister Sergei Shoigu. Six of the submarines are undergoing repairs and upgrades at Zvezda shipyard at Bolshoy Kamen on Russia's Pacific coast. According to navy and shipyard representatives, the upgrades include new missiles and other weapons. The work aims to put the submarines on the same technological level as Russia's next-generation nuclear-powered boats, such as the new Project 885M Yasen-class submarines. The six boats reportedly include Schuka-B/Project 971 Akula-class nuclear-powered attack submarines and Antyey/Project 949A Oscar II-class guided-missile submarines that were built in the late 1980s and early 1990s. Three of the six subs reportedly are receiving new anti-ship cruise missiles. The modernization program has left current force levels as low as nine active submarines across the fleet.

 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 11:35
F-16V multirole fighter Photo Lockheed Martin

F-16V multirole fighter Photo Lockheed Martin

 

JAKARTA, Oct. 7 (UPI)

 

Indonesia is in the market for a new fighter to replace the F-5E, and Lockheed Martin brought its F-16 cockpit demonstrator to the country this week to highlight the F-16V, the latest version of the Fighting Falcon.

The company says the F-16V is the most advanced 4th generation fighter available on the market today. The aircraft comes equipped with several enhancements to the mission computer, the craft's structure, cockpit, electronic warfare system, and the Scalable Agile Beam Radar (SABR), a full-performance fire control radar designed to support next generation weapons and tactics. Indonesian officials, journalists, and U.S. Ambassador to Indonesia, Robert Blake Jr. all took turns sitting in the simulator. Other aircraft the country may consider include Saab's Gripen fighter.

Read more

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 11:20
E-8C Joint STARS (Joint Surveillance Target Attack Radar System).jpg

E-8C Joint STARS (Joint Surveillance Target Attack Radar System).jpg

 

Oct 6, 2015 by Ryan Maass(UPI)

 

Washington - U.S. Air Force officials worry the planned recapitalization of the Joint Surveillance Target Attack Radar System, or JSTARS, will have to be canceled due to budget restrictions.

 

William LaPlante, assistant secretary of the Air Force for acquisition, spoke to reporters at an event hosted by Defense One on Tuesday, saying the plan might not happen at all.

 

"It's a budget issue, so it depends on the sequester and where the priorities are in the department," LaPlante told Defense News. "It might not happen at all."

 

Budgets for defense contracts and other military operations have also been impacted by the passage of continuing resolutions by lawmakers on Capitol Hill. Partisan debates on government funding for various programs, including defense, threatened to force a government shutdown in early October, which may have forced government defense and security employees, including troops, to have their pay suspended.

 

The passage of another CR kept the government open until December.

 

The acquisition process for JSTARS was delayed by the Pentagon in late September, following a review of its budget. The system is designed to enable the Air Force to provide ground troops with surveillance and tactical information.

 

Thus far, the Air Force has not yet detailed what more work needs to be done.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:55
Essais de trajectographie d’Exocet AM39 tiré depuis un Rafale dans la grande soufflerie S2MA de l’ONERA à Modane - photo ONERA

Essais de trajectographie d’Exocet AM39 tiré depuis un Rafale dans la grande soufflerie S2MA de l’ONERA à Modane - photo ONERA

 

05.10.2015 par ONERA

 

Les grandes souffleries, berceau de l’aéronautique française

L’ONERA possède le plus grand parc européen de souffleries de grandes dimensions.

S1MA, installée dans les Alpes, est la plus grande soufflerie sonique du monde : elle peut souffler un vent à presque Mach 1, soit la vitesse du son, ou encore près de 1200 km/h dans un conduit de 8 m de diamètre !

Tous les avions des gammes Airbus et Dassault Aviation sont passés par S1MA, notamment pour évaluer leurs performances en vol de croisière.
F1, sur la commune du Fauga près de Toulouse, a été conçue pour simuler le vol au décollage et à l’atterrissage. S2MA et S4MA sont notamment utilisées pour la simulation d’appareils militaires et des lanceurs, avec des écoulements d’air pouvant aller respectivement jusqu’à Mach 3 et Mach 12. Ces moyens hors normes sont bien sûr équipés d’instruments de mesure et de visualisation.

 

La mesure des efforts, une affaire de balances

La mesure « reine » de la soufflerie est la mesure des efforts : 6 composantes qui sont la portance, la traînée (ou résistance à l’avancement) capitale pour évaluer la performance en vol de croisière, la force latérale et trois moments (roulis, tangage, lacet) qui tendent à faire pivoter l’avion.
Ces mesures sont effectuées simultanément par les balances, instruments qui mesurent les efforts par déformation de jauges (extensométrie). L’ONERA en maîtrise conception, fabrication, étalonnage et elles sont parmi les plus performantes du monde. Ces balances participent pour une large part à l’excellence de la précision de mesure des essais réalisés dans les souffleries de l’ONERA.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:55
Décision des systèmes dans l' incertain et en coopération

 

06.10.2015 par ONERA

 

Qui dit autonomie dit capacité de décision

Des essaims de drones de combat, des constellations de satellites, ou bien des ensembles coopérants de drones manoeuvrant dans différents milieux doivent s'acquitter de leurs missions avec un très haut niveau d’autonomie.

Pour cela, ils doivent être dotés d'un ensemble de connexions – un "cerveau", et d'une intelligence artificielle distribuée qui puisse leur permettre d'atteindre leurs objectifs tout en garantissant leur sûreté de fonctionnement.

L'autonomie de tels systèmes engage des capacités de décision devant des informations d'origines multiples qui peuvent être incomplètes ou inexactes. Les travaux développés conduisent ainsi à l’élaboration de modélisation des incertitudes, à l’implémentation d’algorithmes… Le tout sur des systèmes
embarqués capables de mettre en oeuvre leur méthode de décision en temps-réel en coordination avec les autres entités autonomes.

 

L’hétérogénéité donne à l’union plus de force

Dans le projet Action, l'ONERA démontre l'intérêt de la mise en oeuvre d'une équipe de drones hétérogènes autonomes pour optimiser les fonctions de localisation et de navigation globale de cette équipe impliquée dans des missions complexes.

Ces drones autonomes embarquent une architecture générique incluant des fonctions logicielles élaborées : perception de l'environnement, évaluation de situation, décision sur les actions à accomplir et les stratégies à déclencher pour réagir aux nouvelles informations.

Les démonstrations sont réalisées avec des drones aériens (Ressac de l'ONERA), des robots terrestres (avec le Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes - CNRS), des drones sous-marins ou de surface (DGA).

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:55
Le Général Bonaparte et son état-major en Égypte, Jean-Léon Gérôme, 1867

Le Général Bonaparte et son état-major en Égypte, Jean-Léon Gérôme, 1867

 

08.10.2015 source JFP / SHD Infos
 

8 octobre 1799 : Bonaparte rentre d'Egypte (Fréjus). Après 41 jours de mer, le général Bonaparte accoste à Fréjus après avoir laissé le commandement de l'armée d'Egypte au général Kleber. La campagne d'Egypte s'enlisant, Bonaparte rentre en France où son prestige du à ses victoires en Italie reste grand. C'est précisément à cause de cette renommée que le Directoire l'avait éloigné de la France en lui proposant l'expédition d'Egypte. Un an et demi plus tard, les membres du Directoire sentant que la Première République se meurt à cause du manque de cadres, voient dans le général efficace et ambitieux non plus un danger mais le salut de l'idéal républicain.

 

8 octobre 1805 : bataille de Wertingen (Allemagne – Bavière). Les 15 000 hommes des maréchaux Lannes et Murat battent les 5500 Autrichiens du maréchal Auffenberg.

 

8 octobre 1918 : le caporal York se distingue (Forêt d'Argonne). Selon le maréchal Foch, c'est "le plus grand exploit jamais réalisé par un simple soldat de toutes les armées en Europe". Le caporal York, de la 82ème division d'infanterie américaine, voyant sa section décimée par un tir croisé de plusieurs mitrailleuses allemandes, monte à l'assaut de la tranchée ennemie tout en visant posément les Allemands qui se découvrent pour ajuster leur tir. Ses camarades constatant qu'il fait taire progressivement les nids de mitrailleuses, le suivent. En arrivant dans la tranchée, York dénombre 25 ennemis tués. Abasourdi par l'exploit, le bataillon allemand se rend. York est biensûr décoré des plus hautes décorations américaine et française. Cet ancien objecteur de conscience devient une icône de l'héroïsme guerrier américain. Alors que les Etats Unis entrent en guerre en 1941, Garry Cooper incarne le héros américain dans un film de Hawks et Huston.

 

8 octobre 1940 : rembarquement des troupes au Levant. L’armistice ayant été signé, la démobilisation des troupes s’opère après quelques hésitations du général français Eugène Mittelhauser. Ainsi 36 062 hommes sont rapatriés sur les 47 500 initialement prévus. 

 

8 octobre 1950 : 6000 morts pour évacuer Cao Bang (nord-est du Tonkin). Poste près de la frontière chinoise qui contrôle une partie de la RC4, Cao Bang est commandé par le colonel Charton. Le commandement craignant que Cao Bang ne soit définitivement coupé du reste des forces lui donne l’ordre d’évacuer (1er oct) et d’opérer la jonction (à hauteur du poste de Dong Khê) avec la colonne de son homologue Lepage qui monte vers lui pour l’aider. Les deux unités tombent dans des embuscades successives qui les anéantissent tactiquement si bien que les survivants n’ont plus qu’à tenter l’exfiltration vers le sud-est, par la falaise de Coc Xa. Ce carnage décide le haut commandement à abandonner Lang Son et toute la province du nord-est au vietminh qui peut dès lors être formé et ravitaillé sans souci par la Chine communiste.

 

8 octobre 1970 : Soljenitsyne remporte le prix Nobel de littérature. En pleine guerre froide, les œuvres de Soljenitsyne traversent le rideau de fer et rencontrent un succès mondial parce qu’elles mettent en lumière le système carcéral soviétique. Dépassé par le succès inattendu du dissident, le Kremlin finit par l'expulser pour ne pas en faire un martyr.

 

8 octobre 1974 : départ de la force Saphir pour l’Océan Indien (Toulon). Afin de parer à toute ingérence étrangère dans le processus d’accession à l’indépendance de Djibouti, la France dépêche un groupe aéronaval sous le commandement du capitaine de vaisseau Degermann.  Il se compose du porte-avions Clemenceau, de la frégate Tourville, de l’escorteur d’escadre Bouvet et du pétrolier la Saône. Le déploiement est quasi permanent jusqu’au 3 décembre 1977.

 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:55
Le FAMAS FÉLIN (Fantassin à Équipements et Liaisons INtégrés) équipé de sa lunette thermique - photo SIRPA Terre

Le FAMAS FÉLIN (Fantassin à Équipements et Liaisons INtégrés) équipé de sa lunette thermique - photo SIRPA Terre

 

7 octobre 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Deux députés (Les Républicains et PCF) ont demandé au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, de revenir sur la décision de remplacer le fusil d’assaut utilisé dans les armées, le Famas, par un modèle de fabrication étrangère.

 

« Nous comptons sur votre sens de l’État pour revenir sur votre décision d’acheter un fusil d’assaut étranger afin de consolider notre filière nationale de l’armement terrestre du +petit ou gros calibre+ », écrivent Philippe Meunier (Les Républicains) et le communiste Jean-Jacques Candelier dans une lettre au ministre datée du 2 octobre.

L’appel d’offres, lancé en mai 2014, porte sur la livraison de 90.000 fusils d’assaut dits « Aif » (Arme individuelle future) pour remplacer, à partir de 2017, le Famas, en service depuis près de 40 ans.

« Tout a été mis en oeuvre dans la procédure d’appel d’offres pour exclure, de fait, toute solution nationale. Cela n’est pas acceptable », estiment les deux parlementaires.

Selon les critères fixés, seules les entreprises réalisant un chiffre d’affaires annuel supérieur à 80 millions d’euros depuis plus de trois ans peuvent concourir, ce qui exclut des PME, notamment françaises.

« Aussi loin que remonte l’histoire de nos armées, le fantassin français a toujours été équipé d’une arme fabriquée sur notre sol », affirment encore les deux députés.

Les forces spéciales françaises ont toutefois recours depuis plusieurs années à des armes plus adaptées à leurs besoins, dont le fusil d’assaut allemand HK 416.

« Aujourd’hui, la France, capable de fabriquer des avions de combat, des frégates et des canons, a la ressource industrielle pour concevoir et fabriquer le successeur du Famas », soulignent MM. Meunier et Candelier.

Interrogé, le ministère de la Défense n’a fait aucun commentaire. En juin 2014, M. Le Drian, saisi de la même question à l’Assemblée nationale, avait souligné que les entreprises françaises capables de produire ce type d’armement « ne le font plus ou ont été fermées », comme la manufacture d’armes de Saint-Étienne.

Le marché doit être notifié fin 2016. Plusieurs fusils d’assaut européens rivalisent sur ce créneau, dont l’allemand HK 416 (Heckler und Koch), le belge SCAR (Fabrique Nationale d’Herstal) et l’italien ARX 160 (Beretta).

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:45
Quelques minutes avant le saut, les parachutistes du 8e RPIMa se préparent et écoutent les dernières consignes des largueurs

Quelques minutes avant le saut, les parachutistes du 8e RPIMa se préparent et écoutent les dernières consignes des largueurs

 

07.10.2015 Reportage photo par Thomas Goisque

 

Depuis plus d’un an, l’armée française intervient dans une vaste bande sahélo-saharienne aussi grande que les Etats-Unis. Déployée avec 3 500 hommes dans cinq pays, la force Barkhane a succédé à la brigade Serval qui a acculé les djihadistes dans leurs derniers bastions du nord Mali.

Avec le largage des légionnaires parachutistes sur Tombouctou en janvier 2013, les actions aéroportées ont prouvé leur efficacité : discrétion et surprise, rapidité et ubiquité. Pour couper les flux d’approvisionnement des groupes armés terroristes du nord Mali, le 8e RPIMa vient d’être largué sur la zone des trois frontières Niger - Algérie - Libye. C’est l’opération Kounama VI

Un reportage à retrouver dans le magazine VSD et dès maintenant sur le site internet : http://www.thomasgoisque-photo.com/site.php…

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:45
Strong growth for Alaris Antennas

 

07 October 2015 by defenceWeb

 

Alaris Antennas (formerly Poynting Defence & Specialised), which designs and manufactures specialised broadband antennas as well as other related radio frequency products, has recorded healthy growth over the last year, increasing revenue by 15% to R88.4 million.

 

The company, part of Alaris Holdings, reported that profit after tax for 2015 increased by 29% from R16.2 million in 2014 to R20.9 million.

 

“Alaris Antennas continued to be a leader in product innovation, adding 155 new products to its portfolio compared to 52 in 2014,” the company said. “Further investment during this financial year included growth in headcount from 77 to 87, moving from its old premises in Wynberg into a far more fit for purpose set of buildings in Centurion, investing into a new spray booth facility and upgrading the ERP [Enterprise Resource Planning] system. This has set the platform for further growth in the future.”

 

Alaris Antennas has consistently grown turnover and profits since its establishment in 2005 with operational earnings before interest and tax growing with a cumulative annual growth rate of more than 25% over the past 10 years. Growth is derived from the addition of new and innovative products, adding new system houses, distributors and agents, diversifying territories and entering into new market segments.

 

“The business has invested in capacity to enable growth that should be reflected in future results and continues to build its confirmed future order book and pipeline that extends well into the next financial year,” noted Alaris CEO Juergen Dresel.

 

Alaris recently abandoned its bid for Antenna Research Associates (ARA) in the United States, after the business failed to meet a number of conditions prior to the takeover.

 

Alaris Antennas designs and manufactures specialised wideband antennas and other related radio frequency (RF) products. These products sell in the Electronic Warfare (EW), frequency spectrum monitoring, test and measurement, communication and other specialised markets and find application in the system integration, frequency spectrum regulation and homeland security market space.

 

Some of the applications for the Alaris Antenna’s product range:

 

Communication: Antennas designed with receive and transmit capabilities, typically geared towards field communications and applicable to both traditional HF/VHF and UHF communications as well as modern data network deployments. These antennas support a number of operational deployments including vehicle, handheld and fixed platforms.

 

Jamming Antennas: These high power antennas are used to prevent unauthorised communications from functioning by facilitating localised domination of the electromagnetic spectrum. Typically these antennas are wide band in nature, with very good impedance matching.

 

Counter-RCIED: A special case of jamming antennas, these are typically deployed specifically to counter the threat of Radio-Controlled Improvised Explosive Devices (RCIEDs). The focus is on man and vehicle deployments with a strong move towards radiator co-localisation and wide band performance.

 

Monitoring: Antennas specifically designed with the intent to detect signals. These antennas are typically deployed on vehicle and fixed platforms.

 

Direction finding: A class of monitoring antennas designed with the specialised capability of being able to determine the direction of arrival of incoming signals. These antennas are widely diverse, deployed across the spectrum from large scale fixed sites to compact man-portable scenarios, airborne platforms and even submarines.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:40
T-72B3 - photo Military-today

T-72B3 - photo Military-today

 

07.10.2015 sputniknews.com/

 

Une délégation militaire de la République sud-africaine se rendra pour la première fois dans l'Extrême-Orient russe pour évaluer le niveau de préparation des tankistes et assister à un exercice tactique, a annoncé le porte-parole de la Région militaire de l'est, le colonel Alexandre Gordeïev.

 

La visite de la délégation sud-africaine débutera le 12 octobre et durera quatre jours.

 

"Cet octobre, une délégation militaire de la République sud-africaine effectuera sa première visite dans la Région militaire de l'est. Les membres de la délégation prendront connaissance des méthodes de formation de sous-officiers pour les troupes blindées, assisteront à des tirs réels menés par des chars T-72B et suivront, dans l'un des champs militaires de l'Extrême-Orient russe, une étape pratique d'un exercice réunissant une grande unité de fusiliers marins", a déclaré le colonel.

 

La délégation sud-africaine rencontrera les commandants de la Région militaire et de la Flotte russe du Pacifique et déposera une couronne de fleurs au pied du mémorial de la Gloire à Khabarovsk. Elle visitera également certaines unités militaires déployées dans l'Extrême-Orient russe.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:40
Russie: un superordinateur capable de guider 10 drones

 

06.10.2015 sputniknews.com

 

Les ingénieurs russes ont conçu un superordinateur mobile destiné à commander des drones et des robots terrestres.

 

Le nouveau système informatique constituera le "cerveau" d'un module de commande de drones, a annoncé lundi à l'agence Sputnik un porte-parole du concepteur du module, le Consortium unifié de construction d'instruments de précision (OPK).

 

Baptisé Vologda, le module de commande est monté sur un châssis de tout-terrain et possède une autonomie de fonctionnement allant jusqu'à sept jours. Equipé de cinq postes d'opération, le Vologda est en mesure de contrôler simultanément jusqu'à 10 drones et robots terrestres.

 

"Afin de pouvoir traiter à bord du véhicule des flux importants d'informations, notamment des vidéos fournies par des drones, nos spécialistes ont développé un superordinateur mobile dont la vitesse atteint plusieurs dizaines de téraflops. La vitesse d'un ordinateur classique étant de 0,4 téraflop, celle du serveur mobile est 30 fois plus élevée", a déclaré l'interlocuteur de l'agence lors de l'exposition Journée des innovations du ministère de la Défense-2015.

 

Le Vologda est en mesure de traiter les informations provenant des drones de reconnaissance et de les transmettre sur n'importe quelle distance aux postes de commandement ou groupes de combat via des canaux de communication par satellite. Le nouveau module de commande est en mesure de guider différents types de drones fournis par différents fabricants. Il est opérationnel à la fois en marche et en stationnement.

 

Le superordinateur peut utiliser différents processeurs, y compris les processeurs russes Elbrous caractérisés par un haut degré de protection de l'information.

 

"Ce n'est pas un serveur comme les autres: il n'est pas refroidi par l'air comme c'est le cas des serveurs traditionnels, mais par un liquide. Il s'agit d'un liquide spécialement conçu et breveté à base de silicone. Les risques d'étincellement et de court-circuit sont exclus", a indiqué le responsable d'OPK.

 

Selon lui, le liquide de refroidissement gèle à la température de —80°C, ce qui permet d'utiliser le serveur en Arctique. Il entre en ébullition à +200°C.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories