Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 17:55
French Pilot Talks Up RAF Voyager Tanker

 

April 8, 2014 defense-aerospace.com

(Source: Air Tanker Co.; issued April 8, 2014)

 

‘Entente [Most] Cordiale’

 

With the French Air Force expected to place its first order for the MRTT, we catch up with Capitaine Francois Gilbert, Armée de l’Air, who has joined Voyager on secondment.

 

 

It is only Capitaine Francois Gilbert’s uniform, that of the Armée De L’Air, the Tricolore on its shoulder, which betrays his status. “My brief is to be a 10 Squadron pilot. To do exactly what they do and to go exactly where they go. I report into Wing Commander Jamie Osborne as Officer Commanding 10 Squadron and I follow his orders”, he explains in perfect, if slightly ‘accented’ English.

 

He joined Voyager from the Groupe de Ravitaillement en Vol: ‘The Bretagne’, which was formed in the deserts of Chad by the Free French Movement at the beginning of 1942 and now operates from Istres Le Tube, just south of Marseille.

 

His rank ‘translates’ broadly to that of Flight Lieutenant in the RAF, and with 10 years in the Armée De L’Air behind him – six as an air-to-air refuelling (AAR) specialist, flying the Boeing C135 - air transport and air-to-air refuelling, have become his specialism, if not his ‘Raison d'être’.

 

Capitaine Gilbert ‘joined’ the RAF Voyager programme last year, as part of a three year ‘secondment’ to serve with the RAF and No.10 Squadron. “The culture is perhaps a little different between the French and UK air forces but mostly the same. I suspect that Voyager is a little different anyway from what is ‘normal’ for the RAF because of AirTanker”, he continues.

 

But these cultural observations are made purely in passing. The French Air Force is expected to place its first order for the MRTT later this year. With the first of 12 tankers built by Airbus Defence and Space to be delivered by 2018, they will replace France’s 14-strong fleet of C135 FR jets, three A310 and two A340.

 

“I’m here to build an understanding of the MRTT, its capability and training required to fly it so that when I go back, the knowledge and understanding that I have gained here, can be applied to the French AAR programme”, he says.

 

At the cutting-edge of military aviation, the Multi Role Tanker Transport (MRTT) is the only fully certified new-generation aircraft of its type flying today. Able to carry 111 tonnes of fuel, Voyager, the MRTT in its RAF guise - can support air-to-air (AAR) refueling missions, without the requirement for additional fuel tanks.

 

With this inherent fuel capacity leaving its’ cargo hold and passenger capacity un-checked, Voyager can carry 291 passengers, eight NATO pallets or a payload of 43 tonnes, or be configured to provide a 40 stretcher medical evacuation capability.

 

But it’s not just the flexibility in operation but also the technical capability of the aircraft that sets RAF Voyager apart. Rolls-Royce Trent 700 engines deliver an impressive 71,000 lbf (316kN) thrust. Fly-by-wire technology protects the flight envelope and reduces crew workload. While a cutting-edge vision system delivers 240 degree rear situation awareness, giving far greater visibility in air-to-air refueling missions.

 

In its configuration for the French Air Force, the first aircraft delivered will be equipped with a central boom and two underwing pods. Later versions should include a cargo door and specialist datalink which will allow the plane to receive information and transfer information more effectively from the L16 equipped receivers.

 

“It’s interesting moving from the Boeing to the Airbus”, continues Gilbert, “To begin with one is a 50 year old aircraft the other is new and the fly-by-wire technology is very different but the training is much the same and I believe is being delivered to a very high standard.

 

“Voyager is particularly good for receiver aircraft. The hose is a little longer and that’s good because they get hit by less turbulence but the wing span is also very good because it’s bigger.

 

“Air-to-air refuelling is not a ‘natural’ thing. If you had two or three aircraft that closely together it would normally be classed as an accident. The bigger wing span keeps the aircraft further apart and the technology is excellent, which is good for everyone!”

 

 

French Pilot Talks Up RAF Voyager Tanker

AirTanker has a responsibility for not only the delivery of 14 fully converted A330/MRTT aircraft to the RAF but also the service and support systems which underpin their operation through to 2035. This includes ground and flight operations, engineering, maintenance and dispatch, plus a comprehensive training programme.

 

This training covers everything from aircraft-type and mission systems training to ground handling and cabin crew courses. “Because I’m still part of the training programme I haven’t had a huge number of hours flying. I have gone through the SIM and classroom programme and done a trip to Akrotiri in addition to flying training sectors”, continues Gilbert.

 

“I believe the training is being delivered to a very high standard and works well with the civilian instructors, for example Dave Hall and Kieran Roebuck, who have incredible aircraft-type experience.

 

“It [AirTanker] does a lot of the things that Squadrons would normally do. In France you get the order to carry ‘X’ from ‘A’ to ‘B’. It’s then up to you to file your flight plan, you as a squadron manage diplomatic clearances. Here, all that is done for you. You check that it’s been done correctly but all of that initial work is done by the civilian partnership, which is quite different I think.”

 

This year represents a watershed for the Voyager programme as it picks up roles previously performed by the VC10 which was retired last autumn and the TriStar, which followed it in March. This includes a new role in support of the RAF’s Quick Response Alert (QRA).

 

2014 will also see delivery of the nine-Voyager strong core fleet in the summer. In the pursuit of this aim, AirTanker and the Voyager programme took receipt of its seventh aircraft, ZZ337 in late January. This brings the total number of aircraft flying on the MAR to six, (2x two-point tankers and 4x three-point capable tankers).

 

Since the start of air transport operations in April 2012, these aircraft have together clocked more than 7,200 hours, flying more than 1,940 sectors, carrying more than 125,300 passengers and 8,100 tonnes plus of freight. This includes the start of flights in and out of Camp Bastion in support of the Afghanistan air-bridge in December last year.

 

Voyager 02, which flies on the Civilian Aircraft Register, has flown more than 2,700 hours and 490 sectors, carrying over 55,600 passengers and more than 3,400 tonnes of freight, since the start of AirTanker’s civilian airline operation at the beginning of 2013.

 

With a home base south of Marseille and just having come through a winter classed as ‘wet’ by even UK standards, Gilbert concedes that he on occasion, has “missed the sun a little”. But he is hugely complimentary about his hosts’ hospitality. “I have a house just inside the wire at RAF Brize Norton, which is good for me. You don’t really feel that you’re on base. And the squadrons [No.s 10 and 101] have been very welcoming.

 

He concludes: “It’s been great. I have felt a part of the Squadron since my arrival and I’m sure the rest of my time is going to be good.”

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 17:50
Séminaire sur la transformation de l'Otan, le 8 avril - video

Diffusée en direct le 8 avr. 2014 ministeredeladefense

 

Le séminaire se déroule à l'hôtel InterContinental de Paris, de 9h à 10h, en présence du secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ainsi que du Commandant suprême allié transformation (SACT), le général Jean-Paul Paloméros.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 16:45
source JD Merchet

source JD Merchet

 

08/04/2014 Vincent Lamigeon, grand reporter à Challenges - Supersonique



Un dispositif plus resserré et plus efficace pour les forces françaises en Afrique. C’est le redoutable chantier que le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian mène depuis fin 2013. « L’idée est de passer d’une organisation héritée de l’ère coloniale à un système qui permet de mener au mieux les opérations , explique-t-on au ministère de la défense. Les forces françaises au Mali, au Niger, au Burkina-Faso et au Tchad seront placées sous l’autorité d’un seul commandement régional. » L’objectif est aussi de pouvoir répondre au défi de la zone grise du sud libyen, où de nombreux combattants djihadistes se sont retranchés après l’opération Serval au Mali.

 

En gros, le dispositif français s’articule sur quatre grands pôles spécialisés : un pôle renseignement au Niger, avec notamment les drones Reaper et Harfang ; un pôle chasse à N’Djamena (Tchad), avec des Mirage 2000 et des ravitailleurs C-135 ; un pôle avancé à Gao (Mali), doté notamment d’hélicoptères d’attaque Tigre ; et un pôle forces spéciales à Ouagadougou (Burkina-Faso), où le COS est déjà présent depuis plusieurs années. Ces pôles seront complétés par des bases avancées au plus près des zones chaudes, comme Tessalit, au nord du Mali, ou Faya-Largeau, au nord du Tchad. Cet aéroport, idéalement situé à 350 km de la frontière libyenne, peut être utilisé par l’aviation de chasse et les gros porteurs français.
 

N’Djamena sera le siège de cet « Africom à la française », en référence au nom du commandement unifié des forces américaines en Afrique, qui devrait intégrer environ 3.000 hommes. Les effectifs français devraient ainsi y passer à 1.200 hommes, contre 950 il y a quelques mois. Le « point d’entrée logistique » est Abidjan, port ivoirien qui est aussi un nœud ferroviaire et routier appréciable. Abidjan et Djibouti serviront aussi de bases opérationnelles avancées (BAO), aptes à fournir des réserves d’hommes et de matériels pour les opérations, comme l’avait expliqué le blog Lignes de défense en janvier. La France compte aussi instaurer deux pôles, à Dakar et Libreville, pour les missions de coopération avec les pays de la région.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 15:55
Préparation opérationnelle-Les évolutions - Crédits : ADC Drahi

Préparation opérationnelle-Les évolutions - Crédits : ADC Drahi

 

08/04/2014 CNE A. Philibert - Armée de Terre

 

Si l’acquisition des savoir-faire fondamentaux demeure le socle commun à toutes les unités, la diversité et la complexité des projections conduisent à une évolution de la préparation opérationnelle. Les régiments pourront accroître l’efficacité de leur entraînement avec la création de nouveaux espaces et l’arrivée de nouveaux moyens. Le schéma est spécifique en fonction de la mission et intègre l’emploi de la simulation.

 

Le déclenchement de l’opération SERVAL au Mali et de l’opération SANGARIS en RCA a confirmé la nécessité de maintenir un haut niveau de préparation opérationnelle (PO), pour garantir la capacité de l’armée de Terre à répondre au contrat opérationnel fixé par l’état-major des armées. Ce contrat découlant du Livre blanc ne remet pas en cause la politique générale de PO existante. Mais l’environnement reste soumis à des contraintes financières et matérielles fortes. Les modalités de mise en œuvre de la PO doivent être adaptées à ce contexte. Le principe de différenciation est confirmé, afin de former le personnel au juste niveau exigé par la mission qui lui est confiée et à temps avant sa projection. La loi de programmation militaire 2014-2019 implique de faire au mieux avec davantage les moyens dédiés à la PO (espaces d’entraînement, simulation, parcs d’équipements, etc.). Le maintien de l’équilibre général de la PO impose de consolider les outils existants.

 

La préparation opérationnelle décentralisée1 (POD) et la mise en condition avant projection (MCP) demeureront l’effort de l’armée de Terre, en vue de répondre au triple besoin qui ressort des opérations récentes :

    le haut niveau d’aguerrissement et de maîtrise des savoir-faire fondamentaux individuels et collectifs ;

    la forte cohésion des chaînes de commandement et la capacité à agréger des unités de circonstances, répondant à la variété des engagements ;

    une capacité élevée d’intégration interarmes, voire interarmées, à tous les niveaux.

 

Les forces terrestres de demain

    66 000 hommes projetables environ ;

    7 brigades interarmes ;

    200 chars lourds et 250 chars médians ;

    2 700 véhicules blindés multirôles et de combat ;

    140 hélicoptères de reconnaissance et d’attaque ;

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:55
Comité exécutif de la défense surface-air

 

 

08/04/2014 Armée de l'air

 

Du 1er au 3 avril 2014, la onzième session plénière du comité exécutif de la défense surface-air s’est tenue à Dijon.

 

Ce séminaire bisannuel a réuni le général Hugues Neret, chef d’état-major du commandement des forces aériennes et président du comité exécutif (COEX) ainsi que ses deux co-présidents : le général Claude Mathey, général adjoint préparation opérationnelle environnement du commandement des forces terrestres et le capitaine de vaisseau Guillaume Chove, adjoint de l’amiral commandant la force d’action navale pour les domaines transverses.

 

Les débats se sont orientés autour de dossiers d’actualité tels que les contrats opérationnels et la préparation opérationnelle comme par exemple "NAWAS", exercice interarmées mettant en œuvre des moyens pour faire face aux menaces aériennes. Ce fut également l’occasion de préparer le prochain comité de direction de la défense surface-air qui se déroulera le 5 juin 2014 à l’état-major des armées, à Paris.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:55
Patricia Adam : "Le débat contradictoire sur le nucléaire militaire n'avait jamais eu lieu"

Un sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) de la marine nationale. photo Marine Nationale

 

08/04/2014 Jean Guisnel Défense ouverte - Le Point.fr

 

Dissuasion, Centrafrique : la présidente de la commission de la Défense de l'Assemblée nationale s'exprime sur deux dossiers du moment.

 

La commission de la Défense de l'Assemblée nationale a entamé un cycle d'auditions sur la dissuasion nucléaire. Une occasion de demander à sa présidente, Patricia Adam, les raisons de cette initiative et le sens qu'elle lui donne. Elle s'exprime également sur un autre dossier chaud, la Centrafrique, en proposant que ce pays soit placé sous tutelle internationale, sur le modèle de ce qui s'était produit au Cambodge, de février 1992 à septembre 1993.

 

Le Point.fr : Plusieurs personnalités françaises, dont les anciens Premiers ministres Alain Juppé et Michel Rocard, demandent que la France rejoigne le mouvement pour un désarmement nucléaire global. Vous avez décidé de lancer une série d'auditions et d'engager un débat sur la dissuasion nucléaire. Pourquoi ?

 

Patricia Adam : J'ai pris cette initiative au moment où nous débattions de la loi de programmation militaire. Un amendement avait été déposé par les écologistes, exigeant la fin de la dissuasion nucléaire. Il n'a bien évidemment pas été adopté. Mais il a révélé une demande de débat contradictoire en la matière, qu'il convenait d'encadrer, afin qu'il soit le plus complet possible et s'attache à tous les aspects de la question, y compris les plus complexes. Il était donc nécessaire que le Parlement se saisisse des problématiques stratégiques, industrielles, financières et éthiques se rapportant à la dissuasion, sans que cela prive le président de la République d'aucune de ses prérogatives. Sur le budget de la dissuasion, sur la prolifération, sur le respect du TNP, on a entendu beaucoup de contre-vérités. Nous avons donc engagé un cycle d'auditions sur plusieurs mois, et ce travail donnera lieu à la publication d'un document de référence consultable par tout citoyen se sentant concerné par cette question.

 

Suite de l’entretien

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:50
Volvo suspends Russia tank project over Ukraine 'uncertainty'

 

April 07, 2014 Spacewar.com (AFP)

 

Stockholm - Volvo on Monday said it had suspended a project to build an armoured infantry fighting vehicle with a Russian company due to uncertainty over the Ukraine crisis.

 

Renault Trucks Defense, which is owned by the Swedish truck manufacturer, in February 2013 signed an agreement to develop a combat vehicle with Russia's state-owned Uralvagonzavod.

 

But the project has been reconsidered due to concerns the Swedish government would veto the deal as the West seeks to isolate Moscow over its annexation of Crimea.

 

The vehicle, named Atom, would use a Volvo motor and so would require approval from Stockholm.

 

"As we see many uncertain factors around a possible collaboration, we have suspended our cooperation agreement until further notice," Volvo spokesperson Karin Wik told AFP, without giving further details.

 

The agreement was meant to last until March 2015, she added.

 

Sweden is not part of NATO, whose members have yet to block weapons sales to Moscow over its intervention in Ukraine but have suspended military cooperation.

 

Sweden has been outspoken against Russia's annexation of Crimea.

 

Swedish daily Dagens Industri wrote last week that Stockholm's "policy is clear: Swedish companies shouldn't furnish the Russian military or defence industry with military equipment that risks being used against Swedish troops."

 

Last September a mock-up of the Atom was shown at a Russian arms fair, according to several specialist publications.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:45
photo Netherlands MoD

photo Netherlands MoD

 

Apr.8, 2014 by Anno Gravemaker - FG

 

After committing four Boeing AH-64D Apache attack helicopters in November last year to support the UN's stabilisation activities in Mali, the Royal Netherlands Air Force has announced it will also deploy three Boeing CH-47 Chinook transport helicopters.

 

The reason behind the expanding deployment is that the UN cannot guarantee the medical evacuation of Dutch forces on a "24-7" basis. Currently-available civilian helicopters are unable to operate at night or in high-risk areas, due to a lack of self-protection capabilities.

 

Expected to arrive in the second half of this year, the Dutch Chinooks will be stationed in Gao. In addition to medical evacuation tasks, the rotorcraft will also be used for tactical transport and logistical support. The nation's defence ministry says the cost of committing the additional aircraft is estimated at about €45 million ($62 million).

 

French helicopters participating in the nation's Operation Serval campaign in Mali will support Dutch ground forces until the Chinooks arrive.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:45
photo EMA (Archives Mars 2013)

photo EMA (Archives Mars 2013)

 

 

08-04-2014 par RFI

 

Des tirs de roquettes ont touché la ville de Kidal au Mali, lundi. Une attaque attribuée aux islamistes qui ont occupé le nord du pays pendant plusieurs mois en 2012, avant d'en être chassés par une coalition internationale dirigée par la France. Ils sont néanmoins toujours actifs dans cette vaste région où ils commettent à intervalles réguliers des attaques, dont certaines sont meurtrières.

 

Il semble que la nouvelle stratégie des islamistes soit d’attaquer à la roquette les villes du nord du Mali. Cela inquiète les observateurs et acteurs sur le terrain. Récemment, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a pris la parole pour évoquer les craintes : « La situation au nord du Mali se dégrade ».

 

Plusieurs services de sécurité de la région sont formels : il semble bien que pour acheminer armes et combattants, les jihadistes soient parvenus à ouvrir un couloir efficace entre la Libye en crise et le nord du Mali.

 

En face sur le terrain, l’armée française est en réalité la seule force qui fait vraiment le poids. La Mission de l’ONU au Mali, la Minusma, n’a pour le moment mobilisé que la moitié des unités combattantes qu’il faut. Et ce qui manque le plus à ses troupes, ce sont des moyens militaires de combat, surtout des hélicoptères.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:45
African Union peacekeepers in the Central African Republic

African Union peacekeepers in the Central African Republic

 

 

07 April 2014 defenceWeb (Retuers)

 

French and African soldiers serving in Central African Republic are "overwhelmed" by the "state of anarchy" in the country, U.N. Secretary-General Ban Ki-moon said on Saturday, a day after Chadian troops began withdrawing from the peacekeeping mission.

 

The U.N. Security Council is due to approve next week a 12,000-strong U.N. peacekeeping force for the former French colony. The force will take over authority from African Union troops in an attempt to restore order to the country.

 

But that force is not expected to arrive until September, stoking fears of a security vacuum as the interim government struggles to control intercommunal violence that has killed more than 2,000 people since December.

 

During a brief visit to the impoverished country on his way to Rwanda, Ban appealed for more help and said the international community was at risk of repeating the mistakes of the 1994 Rwanda genocide, where some 800,000 died.

 

"I commend the African Union and French forces for making a difference," he said in a speech before the interim government. "But they are under-resourced and overwhelmed by the sheer scale of the need."

 

Until the U.N. force can be established, Ban called for "the immediate deployment of more troops and police", though he did not say where he thought the extra forces might come from.

 

A long-promised European Union force is expected to start deploying at the end of this month, adding 800 new troops."The international community failed the people of Rwanda 20 years ago. And we are at risk of not doing enough for the people of the CAR today," Ban said.

 

At the same gathering, the head of the interim government, Alexandre-Ferdinand Nguendet, requested an end to a U.N. embargo on arms exports to his country. "That way, the army can play its role," he said.

 

DAYLIGHT STABBING

 

Two thousand French peacekeepers and 6,000 African Union forces have failed to stop a conflict that erupted after the mostly Muslim Seleka rebels seized power a year ago in the majority Christian state.

 

Christian militias, known as anti-balaka, sprang up to protect the population after Seleka took to looting and killing but now stand accused of human rights abuses themselves and last month were branded as "terrorists" by the African Union.

 

Highlighting the tensions in Bangui, gunshots were heard around noon on Saturday coming from the Seleka barracks, a Reuters witness said. Earlier in the day, Seleka members stabbed a member of the national army, a resident said. It was not clear whether the victim survived.

 

Chad, which has been at the heart of the peacekeeping mission, began withdrawing around 850 troops on Friday after allegations they were involved in attacks on civilians.

 

A U.N. report on Friday accused Chad of killing 30 civilians and wounding 300 in a crowded market, although Chad denied the allegation, saying its troops were ambushed by anti-balaka.

 

"The U.N. report is a pack of lies based on imaginary facts. It contributes to the media campaign against Chad," said government spokesman Hassan Sylla on Saturday.

 

The U.S. ambassador to the United Nations, Samantha Power, plans to visit Central African Republic next week.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:30
Visite du chef d’état-major de la marine égyptienne en France

 

08/04/2014 Marine nationale

 

À l’occasion de son passage à Paris le 7 avril, le vice-amiral d’escadre Oussama Ahmed El Guindy, commandant des forces navales égyptiennes, a été reçu par l’ amiral Bernard Rogel à l’Hôtel de la Marine. Ce fut l’occasion de faire le point sur la coopération bilatérale avec la marine de ce pays à la position géographique stratégique.

 

Carrefour entre l’Europe, l’Afrique de l’Est et le Moyen Orient, l’Egypte administre en effet le canal de Suez, point maritime névralgique entre la Méditerranée et la mer Rouge. Construit par Ferdinand de Lesseps en 1869, ce canal a permis de réduire fortement les transits entre l’Europe et l’Asie en évitant le contournement du continent africain. Les 20.000 navires qui le traversent chaque année génèrent toujours 10 % du PIB de l’Egypte. L’importance du canal de Suez, à la fois pour l’Egypte et pour le trafic maritime mondial, explique que la présidence de l’autorité du canal soit traditionnellement confiée à un ancien chef d’état-major de la marine, actuellement le vice-amiral d’escadre Mamish.

 

Voie essentielle de navigation pour les unités de la Marine nationale rejoignant l’océan Indien, il est emprunté en moyenne une trentaine de fois par an par nos bâtiments. Outre cette conséquence de la géographie, les relations navales entre nos deux marines se concrétisent par des escales régulières. Le navire-école égyptien Shalateena ainsi fait relâche à Toulon l’année dernière. En 2014, l’exercice Cleopatra, organisé tous les deux ans, se tiendra du 31 mai au 3 juin au large de Toulon. La frégate de lutte anti-sous-marine Montcalm, le bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne devraient y participer, ainsi que cinq bâtiments égyptiens. L’objectif de cet entrainement majeur sera de conduire une opération aéromaritime commune de surveillance et de contrôle de zone.

 

Avant de quitter la France, le vice-amiral d’escadre El Guindy se rendra en Bretagne pour visiter une FREMM.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 10:45
EUFOR RCA: l'ordre de bataille au 8 avril


08.04.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

Treize pays contribuent à la mise en place de la mission EUFOR-RCA. Pour l'heure, une centaine de personnes sont actuellement en Grèce, à Larissa où se trouve le QG (et le général Pontiès, sauf qu'il est actuellement en RCA); par ailleurs, une quinzaine de cadres seraient déjà à Bangui pour la montée en puissance du HQ local.

 

Le détail des contributions nationales respectives:

 

la France (nation-cadre): avec 450 hommes dont une compagnie du 152e RI et les 50 gendarmes qui sont désormais au complet à Bangui.

 

l'Estonie: une section ("a platoon size unit")

 

la Lituanie: une section

 

l'Espagne: fournira un C-130 Hercules et 60 hommes basés à Libbreville, au Gabon; ce détachement est baptisé Mamba. A Bangui, en vertu d'une décision parlementaire du 20 mars, l'Espagne va déployer 50 soldats du Mando de Operaciones Especiales (l'équivalent du COS) et 25 agents de la Guardia Civil.

 

le Portugal: 27 gendarmes, 47 soldats de l'armée de l'air et un C-130 (voir ici).

 

l'Italie: fournira 40 hommes d'une section du Génie

 

la Finlande: enverra une équipe EOD et une équipe civilo-militaire

 

l'Allemagne: a financé les rotations de deux gros porteurs Antonov pour transporter hommes et matériel

 

le Luxembourg: financera des capacités de transport

 

le Royaume-Uni: fournira des capacités de transport

 

la Suède: assurera le transport des Estoniens via le contrat Salis.

 

la Pologne: enverra des gendarmes

 

la Géorgie: déploiera une compagnie d'infanterie.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 07:55
Sécurité et aéronautique, même combat ou presque pour Safran

 

07/04 Par Alain Ruello – LesEchos.fr

 

Un jour ou l’autre, l’équipementier aéronautique sera amené à donner plus d’indépendance à ses activités de sécurité.

 

Quoi de commun entre le CFM56, le moteur d’avion le plus vendu dans le monde, et un tomographe de ­Morpho, cette machine qui scanne une valise en tranches pour détecter toute trace ­suspecte ? Pas grand-chose, reconnaît Jean-Paul Herteman, exception faite que tous deux sont des concentrés d’innovation. Et qu’« une même passion » anime ceux qui les conçoivent.

Innovation et passion ? « L’ADN de Safran », rappelle son PDG justifiant ainsi sa décision d’investir dans la sécurité. Et pas qu’un peu : 1,5 milliard d’euros, avec trois grosses acquisitions à la clef, pour faire grossir cette activité issue de la fusion avec Sagem en 2005. A l’époque, il s’agissait de doter le groupe d’un relais de croissance et, le cas échéant, d’un amortisseur en cas de crise de l’aéronautique. Depuis, le trafic aérien a défié toutes les prévisions et affiche une santé insolente.

 

Morpho, une pépite qui ne demande qu’à grossir

Avec Morpho, Safran dispose donc d’une pépite qui ne demande qu’à grossir, en tirant profit de l’expansion exponentielle d’Internet dans les usages de la vie courante. Qui plus est, aéronautique et sécurité partagent une autre caractéristique : la forte proportion de revenus tirés des services. Alors mariées pour la vie ? Pas sûr. Car un point fondamental sépare les deux activités : les échelles de temps auxquelles elles obéissent.

Un nouveau moteur d’avion voit le jour tous les trente ans. A l’inverse, dans les technologies de l’information au sens large, tout va très vite. Malheur à celui qui loupe une marche, comme en témoigne le déclin de BlackBerry.

Si tout se passe comme prévu, Morpho va grossir et enrichira Safran encore longtemps. Mais un jour viendra où les forces centrifuges qui régissent l’écosystème Internet obligeront l’équipementier aéronautique à donner à sa filiale tous les attributs d’un « pure player » du numérique.

C’est la condition sine qua non pour qu’elle maintienne son avance technologique. Autrement dit, un jour ou l’autre, Jean-Paul Herteman, ou son successeur, devra probablement couper les amarres qui relient Morpho au groupe. Le partenariat en cours de négociation avec un grand du secteur va dans ce sens.

 

Safran cherche à s’allier avec un grand de l’Internet

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 07:55
Nexter Group awarded VBCI Support in Service contract (MSS)

 

 

07.04.2014 Nexter -- army-guide.com

 

Versailles -- The Nexter Group has today signed the Support in Service contract for the VBCI armored infantry combat vehicle, at a ceremony held in Satory.

 

The Central Director of the SIMMT (The French ministry of Defence maintenance in operational condition department), General Jean-Yves Dominguez, and the CEO of Nexter Systems, Philippe Burtin, are thus continuing the substantial work already carried out between their teams and ensuring the continued availability of the fleet for the next 10 years.

 

On August 1, 2014, this market will take the place of an initial contract (Series Logistics), which has demonstrated its effectiveness by successfully supporting operations such as PAMIR in Afghanistan, DAMAN in Lebanon, SERVAL in Mali, as well as the maintenance of the training fleet in Champagne.

 

With an organization structured around purchase orders, it will enable the Army to regulate financial commitments to meet their needs based on the actual use of the fleet. Technical expertise services will concurrently ensure the continued existence of supply flows.

 

This contract, which comes in addition to the support contracts for LECLERC and CAESAR® fleets, confirms the position of Nexter as a major partner of the French Army.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 07:55
photo Frédéric Lert Aerobuzz.fr

photo Frédéric Lert Aerobuzz.fr

 

7 avril 2014 par Frédéric Lert – Aerobuzz.fr

 

Invaincu depuis 2005, le record du plus grand nombre d’appontages de nuit de l’Aéronavale vient de tomber. Dans la nuit du 5 au 6 avril 2014, en effectuant son 221ème appontage de nuit sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, aux commandes d’un Super Etendard Modernisé, le Lieutenant de Vaisseau Tino est devenu le nouveau "Grand Duc".

 

Dans l’aéronavale, un pilote qualifié aux appontages de nuit est un « Hibou ». Et quand il détient le record historique du nombre d’appontages de nuit, il change de catégorie et devient LE Grand Duc. Samedi dernier, cet honneur est échu au Lieutenant de Vaisseau « Tino », pilote de Super Etendard Modernisé (SEM) de 36 ans au sein de la flottille 17F. Avec style et panache, le LV Tino a accumulé 221 appontages de nuit dans l’ensemble de sa carrière. Le précédent record, 220 appontages, était détenu depuis 2005 par le capitaine de frégate Méjean. Si l’on remonte un peu plus loin dans l’histoire de l’aéronavale, le titre appartenait au capitaine de corvette Philippe Degletagne, légendaire pilote de Crusader. (219 appontages de nuit en 18 ans de flottille).

Officiellement, le record ne peut être battu que si le précédent détenteur donne son accord. A la 17F, on assure que l’autorisation sera demandée rétroactivement au CF Méjean. On ne plaisante pas avec les traditions dans la Royale…

 

JPEG - 12.3 ko

Un SEM de nuit sur le pont du Charles de Gaulle.

© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

 

L’appontage de nuit, acte exceptionnel de bravoure et réservé à une certaine élite au temps des ancêtres, s’est banalisé ces 20 dernières années. Il est aujourd’hui totalement entré dans les mœurs, à tel point que sauf exception tous les pilotes des flottilles deviennent Hibou à un moment ou à un autre de leur carrière. Le pré requis est de 60 heures de vol sur la machine, avec un minimum de dix séances d’ASSP (Appontages Simulés sur Piste) de nuit, comprenant chacune au moins six présentations.

 

JPEG - 10.6 ko

Un appontage photographié en pose longue, avec la gerbe d’étincelle créée par l’impact de la crosse sur le pont d’envol.

© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

 

« Je suis devenu Hibou dès que j’ai été équipier opérationnel (NDA : le premier stade de la progression du pilote de combat), parce qu’il y avait un besoin » explique Tino. « De nos jours, les opérations de nuit font partie de notre quotidien. J’en suis maintenant à 221 appontages de nuit pour 540 de jour, un ratio un tiers-deux tiers qui n’a rien d’exceptionnel  ». Voyons maintenant comment se passe un appontage de nuit. L’esprit cartésien aurait tendance à penser que c’est comme l’appontage de jour, sauf qu’il fait nuit. La réalité est un peu plus complexe, surtout sur SEM. 

De jour, le pilote arrive au break, entre dans le circuit et effectue son approche finale en utilisant de préférence le miroir d’appontage. De nuit, le break est très peu pratiqué, la préférence étant donnée à une arrivée sur longue finale, un contrôleur guidant l’avion jusqu’à une altitude de 350 ft : c’est le CCA (Carrier Control Approach). Pour un pilote en cours de qualification, la courte finale se gère obligatoirement au viseur avec l’automanette se chargeant de maintenir les 13,8° d’incidence requis. Une fois qualifié, le pilote aura de nouveau le choix entre viseur et miroir pour gérer sa finale. Dans tous les cas, la puissance un peu faiblarde de l’Atar 9K et l’avion qui apponte à 1,1 fois la vitesse de décrochage exige une attention maximale. Précisons aussi que le cockpit du SEM ne présente par une ergonomie optimale pour ce sport : l’éclairage du tableau de bord est difficile à régler, si bien que les pilotes utilisent une petite lampe fixée sur un doigt pour éclairer les instruments et vérifier qu’ils tripotent bien les bons interrupteurs… En bonne logique, les actions les plus simples demandent de nuit trois fois plus de temps que de jour.

 

JPEG - 45.7 ko

Au carré officier, de gauche à droite : Carl Spriet, auteur de la peinture souvenir remise à Tino, le CV Aymard COMGAE, le CV Pierre Vandier "pacha" du Charles de Gaulle, CC "Garlic", directeur de la division appontage et Tino

© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

 

Pour le LV Tino, l’appontage qui lui offre son record à un parfum aigre doux. Sauf cataclysme mondial, il devrait en effet s’agir de son dernier appontage de nuit aux commandes d’un chasseur. Entré dans la marine en 1999, il a été breveté pilote de combat et est arrivé en flottille en février 2004. Motivé par le défi de l’appontage, il a depuis été largement récompensé de ses efforts… Il a participé aux opérations en Afghanistan et en Lybie principalement au sein de la 17F, avec une petite infidélité d’un an et demi au profit de la flottille 11F quand celle-ci était également équipée de SEM. Il affiche à ce jour 2.700 heures de vol, dont 1.800 sur SEM et 450 de nuit sur le chasseur-bombardier. Sa carrière va à présent le conduire au sein à la division appontage du Centex GAE (Centre d’expertise du Groupe Aérien Embarqué), repaire des officiers d’appontage (OA) d’où il pourra faire profiter les autres pilotes de son savoir-faire. Les OA continuent de voler de jour comme de nuit. Ils peuvent apponter de jour mais sauf exception perdent leur qualification d’appontage de nuit, trop contraignante à entretenir.

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 17:55
Innovation 2/12 : la nuit, toutes les Kameleon voient en couleur


07/04/2014 DGA

 

Très remarquée lors du forum de l’innovation, la technologie intégrée à la caméra Kameleon inventée par la société Photonis, est une petite révolution. Filmer en couleur la nuit et le jour est désormais possible grâce à un tout nouveau capteur CMOS. Découvrez l’histoire de ce projet Rapid avant le lancement officiel en juin prochain à Eurosatory.

 

Avant, pour filmer de jour et de nuit il fallait deux caméras. Et la vision nocturne était pour le moins assez particulière. En effet, seules les technologies infrarouge et thermique rendaient la chose possible. Résultat : des images monochromes et dépourvues de toute nuance. Du noir et vert, du noir et rouge ou encore du noir et blanc… en somme, une hérésie pour le moindre quidam à l’ère de l’image numérique dans n’importe quel salon particulier peu nécessiteux de vision nocturne ! Une habitude acceptée et maitrisée pour les opérationnels.

 

Mais ça, c’était avant

Le défi technologique est colossal. Beaucoup s’y sont cassées les rétines. Parmi les prétendants il y avait même des grands groupes. Damien Letexier, docteur et ingénieur en recherche et développement chez Photonis et sa petite équipe ont quant à eux vaincu le mauvais œil. Grâce à un travail acharné, le challenge est relevé ! Le secret ? Un capteur CMOS ultra-sensible capable de détecter le moindre photon (particule de lumière), même dans la pénombre.

« Au départ, nous avancions à tâtons, convaincus tout de même qu’une solution technologique existait, se souvient Damien Letexier. Nous avons cherché du côté de la répartition spectrale (la palette des couleurs dans la lumière visible) et ajusté la balance des blancs afin de comprendre dans quelle partie du spectre nous manquions de sensibilité. » Préciser le problème fournit souvent la moitié de la solution. Bonne pioche.

« Pour pallier ce manque, nous avons ainsi décidé de ne pas filtrer certains pixels et avons ensuite cherché le bon algorithme. Celui qui allait permettre une bonne reconstruction colorimétrique ». En plus clair, il s’agit de jouer entre la proportion de sensibilité à la lumière, la proportion de couleur et de trouver un compromis satisfaisant.

 

Trouver le bon compromis

Aujourd’hui, c’est chose faite. Et en un temps record ! Dix-huit mois. Tout juste le bon timing pour profiter d’une procédure Rapid. « Au-delà de l’apport financier, l’intérêt que la DGA a porté à Kameleon, nous a surtout permis d’avoir la confirmation que notre projet correspondait effectivement à un segment de marché. Une prise de risque partagée et un geste de confiance que nous attendions pour nous lancer sereinement dans nos recherches », explique Emmanuel Nabet, responsable marketing & stratégie du groupe Photonis. « Concrètement, nous avons aussi pu investir dans du matériel », poursuit Damien Letexier. RAPID, une aubaine pour cette entreprise dont les activités sont historiquement concentrées sur les marchés de défense et qui voit aujourd’hui de nouvelles et prometteuses perspectives.

 

Des perspectives utiles, parfois inattendues …

Si Thales, Sagem, Cassidian optronics… des mastodontes de l’armement, travaillent déjà à l’intégration du système dans les équipements des forces, ce sont aussi de tous nouveaux partenaires qui pointent le bout de leur nez, « alléchés » par la découverte inédite et unique. Dans le domaine biomédical, le capteur CMOS pourrait bien permettre des avancées spectaculaires par la visualisation en couleur jusqu’alors impossible de certaines réactions chimiques. Idem en gériatrie, pour surveiller par exemple le flux sanguin sous la peau afin d’éviter les œdèmes veineux.

Mais ce sont des applications bien plus inattendues qui sont déjà en marche, notamment dans le domaine de l’environnement. La vie nocturne des ours polaires sera très bientôt étudiée grâce à Kameleon. Et afin de respecter les engagements du Grenelle de l’Environnement, la petite caméra pourrait bien veiller sur les automobilistes alors que sera effective la diminution programmée de l’éclairage public la nuit sur les routes de France. Pour Kameleon, la voie semble toute tracée.

 

Photonis en chiffres

1937 - année de création à Brive-la-Gaillarde

1 000 personnes dans le monde

170 millions d’euros de CA annuel

90% du CA réalisés à l’export

70% d’activité militaire

40 brevets en cours

6% du CA consacrés à la R&D et 10% en France

2013 - création de 2 nouveaux sites, Singapour et Frisco (Texas -USA)

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 17:55
Mieux lutter contre le terrorisme

Mieux lutter contre le terrorisme / Crédits : Armée de Terre

 

07/04/2014 J. SEVERIN Armée de Terre

 

Une section de la 2e compagnie du 17e régiment du génie parachutiste a participé à un stage de fouille opérationnelle, encadré par le pôle interarmées de traitement du danger des munitions et explosifs.

 

L’objectif de la formation en fouille opérationnelle est d’être capable de récolter toutes les preuves utiles pour lutter contre les réseaux terroristes. Pour cela, elle est organisée en trois stages de niveaux de compétences différents.

 

Au cours du premier, les stagiaires apprennent à détecter, collecter et surtout préserver tout matériel ennemi qui pourrait nuire à la force. Dans le deuxième, les sapeurs apprennent les procédures de fouille complémentaire applicables aux personnes, aux véhicules, aux bâtiments, aux itinéraires et en terrain libre. Enfin, le dernier niveau, relatif à la fouille opérationnelle spécialisée, place les stagiaires dans un environnement hostile ou dans des milieux présentant un risque particulier.

 

Durant deux semaines, les sapeurs parachutistes se sont entraînés afin d’obtenir la qualification liée à la fouille complémentaire. Ils pourront désormais mettre à profit leur nouveau savoir-faire sur les théâtres d’opération extérieure ou sur le territoire national.

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 17:54
Dossier lutte contre IED

 

source Armée de Terre

 

Sur le territoire comme en opération, la France est régulièrement confrontée au danger des IED. Avec l'Afghanistan, la menace est devenue intensive et l'armée de Terre a dû s'adapter. depuis 2008, il ne s'agit plus seulement de se protéger, mais d'intervenir en amont pour prévoir et empêcher.

 

IED, qu’est-ce que c’est ?

Les engins explosifs improvisés (EEI ou IED en anglais) est « un dispositif mis en place ou réalisé de façon improvisée qui contient des produits chimiques destructeurs, mortels, nuisibles, ...

 

[Lutte contre-IED] : IED, menace explosive !

Les engins explosifs improvisés (EEI ou IEDen anglais), c’est-à-dire des engins à base d’explosifs réalisés de façon artisanale et improvisée, ne constituent pas une menace nouvelle. Mais ...

 

[Lutte contre-IED] : Témoignage d’un artificier démineur

Neutraliser un engin explosif improvisé (EEI) est une mission délicate, notamment en Afghanistan. L’armée de Terre possède plusieurs unités d’experts capables de traiter cette menace. ...

 

[Lutte contre-IED] l’attaque des réseaux

Sur son territoire comme en opération, la France est régulièrement confrontée au danger des IED. Avec l’Afghanistan, la menace est devenue intensive, et l’armée de Terre a dû s’adapter. ...

 

[Lutte contre-IED] : la formation des spécialistes

La formation a été revue et adaptée. La création du nouveau Pôle Interarmées de traitement du danger des munitions et des explosifs (PIAM) en 2011, notamment de son centre de formation a ...

 

[Lutte contre IED] : l’équipement en perpétuelle évolution

En matière de détection et de reconnaissance, les matériels classiques restent en course (détecteur de métaux, détecteur de lignes électriques, robot,) et s’étoffent. Le SOUVIM et le .

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 16:55
Awacs à Roissy photo AFI KLM EM

Awacs à Roissy photo AFI KLM EM

 

07/04/2014 - AFI KLM E&M

 

Based until now at Le Bourget, AFI KLM E&M's Military Product team is moving to CDG as part of a plan to optimize and modernize the MRO's industrial base.

 

For the first time, one of the French Air Force's four AWACS aircraft, whose MRO support is entrusted to AFI KLM E&M, has arrived at Hangar H4 at CDG for a major overhaul scheduled to last several weeks. This is a major first, as military activities and French Air Force AWACS aircraft have until now been handled at Le Bourget ? another AFI KLM E&M facility to the North of Paris.

Leading-edge technology at H4 
The relocation is designed to ensure increased responsiveness for the French Defense Procurement Agency (DGA) as well as the French Defense Ministry's Aircraft Through Life Support Organization (SIMMAD) - two bodies in charge of AWACS modernization and maintenance operations on behalf of the French Air Force.
The inside of the hangar has been completely reconfigured in order to position all support functions (offices, back-office tasks, logistics, technical assistance and modification configuration) as close as possible to the aircraft. For increased security and performance, all operations are conducted in H4. AFI KLM E&M is also in charge of a dedicated AWACS Information System (IS) to concurrently inform both maintenance activity and the customer. The IS was successfully migrated from Le Bourget to CDG.

Heightening security 
AWACs maintenance provided by AFI KLM E&M is subject to a high level of both French and Nato classification. As a result, the investment needed to make Hangar H4 compliant with these security requirements was substantial.

Investing in the future
Executive Vice President Air France Industries Anne Brachet said: "The investment we have ploughed into new infrastructure for this fleet at Roissy-Charles de Gaulle clearly demonstrates our intention to satisfy the expectations of the French Defense Ministry and to be worthy of the trust it has placed in us."
This state-of-the-art maintenance infrastructure delivers improved service quality and is part of a much wider program. The grouping and modernization of operations north of Paris at CDG is part of the Transform 2015 adaptation and development Plan which aims to step up AFI KLM E&M's operational performance and economic effectiveness.
Based on these strong new assets, the Group intends to fully demonstrate its added-value for AWACS aircraft in particular, and for military fleets in general.

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 16:45
Interview du général Lafourcade : l’opération Turquoise au Rwanda

 

07/04/2014  Propos recueillis par le lieutenant-colonel Dupas, rédacteur en chef d’Armées d’Aujourd’hui

 

Ancien chef de l’opération Turquoise, le général Jean-Claude Lafourcade s’est entretenu le 31 mars avec le ministre de la Défense. Lors d’une interview exclusive accordée à Armées d’Aujourd’hui, il revient sur l’opération qu’il a commandée entre juin et août 1994 au Rwanda.

 

Pour le général Lafourcade, l’opération Turquoise est intervenue dans un nouveau contexte de crises et conflits, caractérisé par des conflits ethniques et religieux où il est difficile pour une force d’intervention d’identifier l’adversaire. Une mission d’autant plus difficile lorsque la France se retrouve seule à assumer ses responsabilités internationales face à des crises humanitaires majeures.

 

 

Interview du général Lafourcade : l’opération Turquoise au Rwanda

La France était-elle légitime pour intervenir en 1994 au Rwanda ?

Dans le cadre des accords d’assistance militaire avec le Rwanda, l’armée française  avait apporté sa coopération pendant trois ans aux Forces armées rwandaises (FAR) face à l’offensive du Front patriotique rwandais (FPR) venant d’Ouganda. S’étant retirée du Rwanda fin 1993, conformément aux accords d’Arusha qui prévoyaient un partage du pouvoir entre les deux parties, elle était donc mal placée pour intervenir. Mais elle l’a fait malgré les risques, et c’est tout son honneur : face à  la passivité de la communauté internationale  devant le  génocide – que la France a été la première à dénoncer – déclenché par l’attentat qui a coûté la vie au président Habyarimana le 6 avril 1994, la France décide en juin d’intervenir. Elle obtient un mandat des Nations unies qui lui donne mission, pour une durée de deux mois, d’arrêter les massacres en cours et de protéger les populations, en toute impartialité. 

 

Comment parler d’impartialité alors que se produisait un génocide ?

Le respect de l’impartialité de la Force Turquoise a constitué une difficulté majeure. En effet, tout en protégeant les populations et en arrêtant les massacres, il n’était pas question  de s’opposer au FPR qui poursuivait sa progression à l’intérieur du Rwanda et qui affichait son hostilité, ni d’apporter un soutien aux FAR que nous avions assistés pendant trois ans et qui nous demandaient de l’aide. Par ailleurs, la population hutu  accueillait la force avec liesse, convaincue qu’on venait à son seul secours. Il a fallu une grande rigueur et une grande discipline aux soldats sur le terrain pour respecter cette impartialité et je rends hommage à leur intelligence de la situation et à leur professionnalisme, car ils ont sauvé des milliers de vies sans prendre parti, ce qui n’était pas évident. D’autant que la crédibilité de la France était en jeu car l’intervention se déroulait sous le regard de plus de 200 journalistes du monde entier et de nombreuses organisations humanitaires, tous convaincus que la France venait prêter main-forte aux Hutus contre le FPR.

 

Mais pourquoi les Français étaient-ils seuls à ce moment-là ?

Inexplicablement, le Conseil de sécurité de l’ONU, huit jours après le début du génocide, avait retiré 2000 soldats de la force de l’ONU appelée Minuar chargée de contrôler la mise en œuvre des accords d’Arusha. Il restait donc sur place 200  soldats sous les ordres du général canadien Roméo Dallaire, qui avaient assisté impuissants au déroulement du génocide car leur mandat était resté  sous chapitre VI de la charte des Nations unies. Lors de la planification de l’opération à Paris, compte tenu des expériences précédentes, nous avons réclamé et obtenu que l’intervention soit placée sous chapitre VII avec autorisation du recours à la force. Par ailleurs, suite à l’expérience malheureuse des Américains en Somalie, nous avons constitué une force robuste capable de faire face à toute éventualité, même pour une opération à but humanitaire. J’avais donc les moyens de remplir cette mission mais il fallait maîtriser l’emploi de la force, ce qu’ont admirablement fait nos soldats.

 

Comment se passait la coopération avec ces Casques bleus ?

Nous étions en contact permanent avec la Minuar pour coordonner notre action, mais en fait les relations  ne furent pas bonnes car le général Dallaire a fait preuve de parti pris et s’est montré très peu  coopératif avec les Français. Mais cela n’a pas eu d’incidence sur le déroulement de l’opération Turquoise qui avait son propre mandat en prise directe avec Paris et New York.

 

Mais de ce fait, la France a concentré les critiques…

La France a été accusée d’avoir pris parti pour les Hutus contre les Tutsis. En réalité, il nous a fallu un certain temps pour que la majeure partie de la force acheminée exclusivement par voie aérienne au Zaïre soit engagée au Rwanda. J’ai ainsi dû attendre de rassembler les moyens suffisants pour pouvoir intervenir sur des massacres en cours dans les collines de Bisesero sachant que le FPR, à proximité, affichait son hostilité. On nous a plus tard accusés d’avoir refusé d’intervenir afin de laisser massacrer les Tutsis, ce qui n’a aucun sens.

Un autre  reproche fait à Turquoise est celui d’avoir protégé les génocidaires dans la zone de sécurité installée par mandat de l’ONU dans le sud ouest du Rwanda et de les avoir incités à fuir au Zaïre. Les principaux responsables du génocide n’avaient pas attendu l’arrivée des soldats français pour quitter le Rwanda. Il ne restait que des « seconds couteaux », contre lesquels les gendarmes de la force ont établi des dossiers judiciaires qui ont été transmis à l’ONU. Mais j’en profite pour souligner le principal succès de l’intervention française : Turquoise a permis de maintenir à l’intérieur du Rwanda plus de 4 millions de personnes qui auraient fui au Zaïre devant l’avancée du FPR et les exactions des deux camps. Cet exode, inévitable si les soldats français n’avaient été déployés, aurait provoqué la plus grande catastrophe humanitaire de tous les temps. Rien que pour cela, l’action de la France devrait être saluée.

 

Pour vous Turquoise a donc été une opération positive ?

A la fin de la mission en août 1994, l’ensemble de la communauté internationale et les médias du monde entier ont salué le bilan positif de l’opération Turquoise. Mes soldats sont rentrés éprouvés par les horreurs des massacres et du génocide mais fiers d’avoir sauvé des vies et d’avoir amélioré le sort des populations. Les critiques contre leur action sont indignes, surtout que toutes les autres grandes puissances ont failli et portent finalement une grande part de responsabilité dans le drame rwandais. L’opération Turquoise s’est inscrite dans une nouvelle forme de crises et conflits, caractérisée par la faillite des États, des guerres civiles internes, des conflits ethniques et religieux où il est difficile pour une force d’intervention d’identifier l’adversaire. Plus que jamais nos soldats doivent faire preuve d’intelligence de situation, de maîtrise de soi et de professionnalisme. C’est bien ce que nous avons prouvé avec l’opération Turquoise.

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 12:56
Les drones, par le patron du 1/33 Belfort, c'est à Lille le 8 avril

 

07.04.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Un peu juste comme annonce, mais tant pis! Le thème et la présence du colonel Fontaine méritent le déplacement.

 

Demain mardi, à Lille, aura lieu un café-défense sur le thème des "drones: considérations tactiques, industrielles, légales et éthiques".


Deux intervenants sont annoncés: le lieutenant colonel Jérôme de Lespinois, responsable de programme à l'IRSEM, et le colonel Christophe Fontaine, commandant de l'escadron de drones 1/33 Belfort.

 

Pratique: domaine universitaire de Lille 3, au pont de bois, Amphi B7, de 18h à 20h.

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 12:56
Opération de maintenance Awacs sur la base d'Avord photo Cosmao

Opération de maintenance Awacs sur la base d'Avord photo Cosmao

 

 

07/04/2014 par Guillaume Steuer – Air & Cosmos

 

Il s'est posé ce matin sur l'aéroport de Roissy : pour la première fois, un E-3F Awacs de l'armée de l'Air va être pris en charge par Air France Industries, en charge du maintien en condition opérationnelle de cet aéronef, sur son site de CDG. Et non plus au Bourget, comme c'était le cas jusqu'alors.

 

"Nous avons décidé de transférer cette activité vers Roissy afin de moderniser notre outil industriel et d'assurer la maintenance de cet appareil dans des installations entièrement rénovées", explique Anne Brachet, directrice générale d'Air France Industries. "Nous avons investi plus de cinq millions d'euros afin de réaliser ces travaux, qui s'inscrivent dans la continuité du plan Transform 2015", précise la dirigeante.

 

A ce jour, l'activité Awacs mobilise environ 200 personnes chez Air France Industries (AFI). Pour le moment, le site du Bourget héberge encore les équipes de direction et l'activité aérostructures. Mais cette dernière est également amenée à rejoindre Roissy, où une usine plus moderne est en cours de construction. Elle permettra notamment à AFI d'être mieux armé dans le domaine des matériaux composites.

 

A Roissy, les Awacs français seront désormais entretenus et modernisés sous le hangar de maintenance H4, dans une zone respectant les contraintes de sécurité fixées par le client mais aussi par le gouvernement américain, attentif à l'utilisation qui est faite des systèmes "sensibles" fournis par les Etats-Unis. Ce même H4 continuera toutefois de servir à la maintenance d'autres flottes long-courrier, A330 et A340 notamment.

 

L'Awacs qui vient de se poser à Roissy est par ailleurs le deuxième E-3F de l'armée de l'Air qui doit subir son chantier de rénovation à mi-vie (MLU). Une modernisation majeure qui vise à rénover entièrement le système de mission de l'appareil dans une configuration similaire à la version dite Block 40/45 développée par Boeing pour l'US Air Force.

 

De son côté, Air France Industries entend développer ses activités dans le domaine du soutien militaire à moyen et long terme. "Nous avons clairement exprimé notre volonté de participer au soutien complet des futurs A330 MRTT français", explique Anne Brachet. L'expérience acquise par AFI dans le soutien des A330 civils est une sérieuse référence, sur un marché qui reste toutefois très concurrentiel.

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 12:50
Europe's largest military exercise impresses minister

Mark Francois at the Combined Joint Task Force Headquarters at RAF Halton during Exercise Joint Warrior [Picture: Corporal Obi Igbo, Crown copyright]

 

7 April 2014 Ministry of Defence

 

Armed Forces Minister Mark Francois has witnessed first-hand how Europe's largest military exercise is co-ordinated.

 

Joint Warrior, a multinational exercise currently taking place off the coast of Scotland, incorporates all 3 of the UK armed services; the Royal Navy, Army and Royal Air Force. Over the course of 3 weeks it will engage more than 35 warships, 25 different types of aircraft, and a total of nearly 13,000 personnel from the various participating nations.

Last week, Mr Francois visited RAF Halton, which is acting as headquarters for the exercise, where he received a detailed update. While there the minister learned more about those participating, and the scope, complexities and massive scale of the exercise.

Mr Francois said:

Exercise Joint Warrior represents a valuable opportunity to demonstrate the vast range of capabilities available for contingency operations and provides excellent training to test the high readiness of our armed forces.

This exercise sees us working with many of our international allies and this year will be the largest live, tactically-focused exercise held in Europe.

The level of management and co-ordination required is formidable and I was extremely impressed by what I witnessed at Joint Warrior’s headquarters at RAF Halton.

Joint Warrior sees ships, submarines, aircraft and ground troops from the UK, United States, the Netherlands, France, Turkey and other Nato allies battling each other at sea, in the air and on land in an area which stretches from the Irish Sea, north to Cape Wrath and east to the Moray Firth.

The Royal Navy has 12 ships taking part in the exercise, ranging from amphibious vessels, destroyers and frigates to mine countermeasures vessels. The crews involved will use the exercise to prepare for their imminent deployments to the Atlantic, Mediterranean and Middle East.

There are also around 1,300 commandos from 3 Commando Brigade Royal Marines, including force elements from 24 Commando Engineer Regiment and 29 Commando Regiment Royal Artillery, embedded across the ships.

The Royal Air Force is providing fast jet aircraft in the form of Hawks, Tornados and Typhoons, simulating enemy aircraft and missiles as well as providing conventional air warfare capability.

The British Army is represented on the exercise by members of 16 Air Assault Brigade. They are supported by rotary assets from all 3 services, with Apache, Chinook, Sea King, Lynx, Merlin and Puma helicopters providing critical attack support and reconnaissance capabilities.

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 11:55
Lutte contre les pirates ou bataille de chiffonniers?

 

07.04.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense



Intermède électoral oblige, le vote des lois est toujours à l'arrêt. Parmi les textes en attente figure celui sur l'embarquement d'équipes de protection privées sur les navires battant pavillon français.

Le dossier n'est pas, pour autant, au point mort. D'une part, la commission de la Défense doit se pencher sur ce dossier mardi 8 avril à 14h (sauf changement de programme puisqu'à 15h, le Premier ministre fera une Déclaration de politique générale du gouvernement).

D'autre part, les discussions se poursuivent dans les coulisses pour rédiger les fameux décrets d'application.

Visiblement, tous les participants à ces négociations ne considèrent pas le problème sous le même angle.

On pourrait croire que ce qui motive d'abord le recours aux EPE et plus spécifiquement celles fournies par des ESSD, serait la sécurité des équipages, la protection des navires et des cargaisons. A en croire certains conseillers ministériels (ex-conseillers?), ce n'est pas la priorité.

Il s'agirait avant tout d'assurer la "compétitivité" des armateurs qui maintiennent leur flotte sous pavillon français et qui menacent de dépavillonner si leurs intérêts financiers ne sont pas mieux pris en compte. Pourtant, leurs résultats 2013 ne semblent pas particulièrement catastrophique: ainsi CMA-CGM affiche une rentabilité aussi bonne que celle de Maersk et "une très grande solidité opérationnelle", selon son directeur financier Michel Sirat qui s'exprimait dans le marin du 4 avril.

 

Illustration de ces divergences d'intérêts avec le débat sur le nombre d'agents que doit compter une EPE du privé. La commission des lois estime que "4" agents doivent composer une EPE; les armateurs assurent que "2", c'est suffisant, surtout pour des trajets courts. Pour les ESSD, au minimum et seulement dans le cas de navigation réduite et rapide: "3".

Les échanges en cours portent aussi sur la nature de l'armement embarqué, les règles d'engagement (RoE), ainsi que sur les processus d'accréditation des agents étrangers par le CNAPS.

 

Dommage que cette réflexion (à bien des égards, visiblement, de qualité) ne porte pas sur les activités de toutes les ESSD et pas seulement sur les EPPN (entreprises privées de protection des navires).

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 11:55
L’Otan se transforme

 

07/04/2014 K. Chérubin  -  DICoD

 

Suivez en direct le séminaire consacré à la transformation de l’Otan le mardi 8 avril de 9h à 11h sur le site du ministère de la Défense.

 

Le séminaire se déroule à l’hôtel InterContinental de Paris en présence du secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian ainsi que du Commandant suprême allié transformation (SACT), le général Jean-Paul Paloméros.

 

Le séminaire est l’occasion pour les représentants permanents au Conseil de l’Atlantique Nord et au Comité militaire, ainsi que pour les responsables des différents états-majors de l’Otan de réfléchir aux futurs défis auxquels l’Alliance doit se préparer avant de se retrouver en septembre prochain au pays de Galles, lors du sommet de l’organisation.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories